L'Île-Saint-Denis

commune française du département de la Seine-Saint-Denis

L'Île-Saint-Denis
L'Île-Saint-Denis
L'hôtel de ville.
Blason de L'Île-Saint-Denis
Blason
L'Île-Saint-Denis
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-Saint-Denis
Arrondissement Saint-Denis
Intercommunalité Métropole du Grand Paris
EPT Plaine Commune
Maire
Mandat
Mohamed Gnabaly
2020-2026
Code postal 93450
Code commune 93039
Démographie
Gentilé Îlodionysiens
Population
municipale
8 664 hab. (2021 en augmentation de 14,92 % par rapport à 2015)
Densité 4 895 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 56′ 09″ nord, 2° 20′ 23″ est
Altitude Min. 22 m
Max. 33 m
Superficie 1,77 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Paris
(banlieue)
Aire d'attraction Paris
(commune du pôle principal)
Élections
Départementales Canton de Saint-Ouen-sur-Seine
Législatives 1re circonscription de la Seine-Saint-Denis
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
L'Île-Saint-Denis
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
L'Île-Saint-Denis
Géolocalisation sur la carte : Seine-Saint-Denis
Voir sur la carte topographique de la Seine-Saint-Denis
L'Île-Saint-Denis
Géolocalisation sur la carte : Île-de-France
Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
L'Île-Saint-Denis
Liens
Site web http://www.lile-saint-denis.fr

L'Île-Saint-Denis est une commune française située dans le département de la Seine-Saint-Denis, dont le territoire correspond parfaitement à celui d'une île fluviale de la Seine, l'île Saint-Denis. Elle est souvent considérée, à tort, comme une partie de la ville de Saint-Denis. Par sa taille et sa population, il s'agit de l'une des plus petites communes de la Seine-Saint-Denis.

Ses habitants sont appelés les Îlodionysiens.

Géographie modifier

Localisation modifier

 
Localisation de L’Île-Saint-Denis.
 
Carte d’état-major, vers 1870.

Les communes limitrophes sont Asnières-sur-Seine, Gennevilliers, Villeneuve-la-Garenne, Argenteuil, Épinay-sur-Seine, Saint-Denis et Saint-Ouen-sur-Seine.

L’Île-Saint-Denis est une commune de la proche banlieue de Paris. Elle se trouve à neuf kilomètres au nord de la capitale[1].

L'île s'étend sur environ 3,5 km de long et sa largeur varie entre 100 et 300 mètres. La Seine joue un rôle important dans la géographie et l'identité de la ville.

Avec Béhuard sur la Loire, L’Île-Saint-Denis est l'une des deux seules communes françaises dont le territoire coïncide parfaitement avec une île fluviale[2]. Elle s'inscrit dans l'un des nombreux méandres de la Seine, et a la particularité d'être en forme de croissant. Ainsi, lorsque l'on est à l'extrémité nord de l'île, on peut apercevoir les bâtiments se trouvant à l'autre extrémité en regardant vers le sud, alors que l'axe de l'île semble partir vers l'est.

Limitrophe des Hauts-de-Seine, c'est la commune la plus à l'ouest de la Seine-Saint-Denis.

Communes limitrophes modifier

Géologie et relief modifier

Le relief de L'Île-Saint-Denis est relativement plat, avec une légère pente descendant vers la Seine. La ville bénéficie de plusieurs espaces verts, parmi lesquels le Parc départemental de l'Île-Saint-Denis et les berges de la Seine aménagées pour la promenade et les loisirs.

Climat modifier

En 2010, le climat de la commune est de type climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord, selon une étude du CNRS s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[3]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat océanique altéré et est dans la région climatique Sud-ouest du bassin Parisien, caractérisée par une faible pluviométrie, notamment au printemps (120 à 150 mm) et un hiver froid (3,5 °C)[4].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 12,2 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 15,2 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 640 mm, avec 9,9 jours de précipitations en janvier et 7,6 jours en juillet[3]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique la plus proche, située sur la commune de Bonneuil-en-France à 8 km à vol d'oiseau[5], est de 12,1 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 616,3 mm[6],[7]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[8].

Risques naturels modifier

 
L'inondation de janvier 1910.

Par sa situation physique, la commune est confrontée au risque d'inondation fluviale. L'Île a ainsi durement subi la crue de la Seine de 1910, qui l'a dévastée. A la suite de cette crue, le niveau des sols a été relevé et aujourd'hui seules quelques maisons sont encore à « l'ancien niveau ».

Des plans de prévention des risques sont prescrits au titre du risque d'inondation (arrêté préfectoral du ) et des mouvements de terrain (arrêté préfectoral du )[9].

Voies de communication et transports modifier

Infrastructures de transport modifier

Voies routières

Trois ensembles de deux ponts relient l'île aux territoires limitrophes, le pont de l'île Saint-Denis au centre-ville, qui assure la continuité de l'ex-Nationale 186 (RD 986), le pont d'Épinay au nord et le Pont de Saint-Ouen-les-Docks au sud. Le viaduc autoroutier de l'autoroute A86 surplombe l'île sans toutefois offrir d'accès direct. Construite à l'occasion des Jeux olympiques de 2024, la passerelle du Village olympique franchit le bras de Seine entre l'île et Saint-Denis.

Voies navigables

L'île-Saint-Denis occupe une situation privilégiée sur la Seine, et un port est aménagé sur le Petit bras.

Pistes cyclables

Des pistes cyclables sont aménagées pour relier le centre au sud de l'île le long du Quai du Châtelier.

L'implantation de plusieurs stations Vélib est étudiée par la ville et par le centre commercial Marques Avenue[10],[11].

Transports en commun modifier

La ville est desservie par la ligne 1 du tramway d'Île-de-France à la station L'Île Saint-Denis ainsi que par plusieurs lignes du réseau de bus RATP et la nuit par le Noctilien.

Le centre-ville est proche de la gare de Saint-Denis (450 m environ), quand le sud de l'Île est à proximité de la station Mairie de Saint-Ouen (environ 950 m).

Histoire

La ligne T1 aurait dû passer par l'Île-Saint-Denis dès 1992 mais le conseil général des Hauts-de-Seine, alors présidé par Charles Pasqua, refusait que la ligne atteigne, comme initialement prévu, la préfecture de Nanterre, ce qui aurait permis de la relier à celle de Bobigny en créant une importante rocade partielle autour de Paris. La ligne a donc été arrêtée à la gare de Saint-Denis.

Par ailleurs, le prolongement de la ligne vers les Hauts-de-Seine a été également bloqué pendant de longues années par le souci de la municipalité de l'Île-Saint-Denis de sauvegarder les ponts de l'Île-Saint-Denis, présentés comme un élément essentiel du patrimoine local, mais surtout par sa volonté de restreindre au maximum la circulation automobile sur les ponts et la rue Méchin.

Ces obstacles ont été levés, et le prolongement du tramway vers Asnières - Gennevilliers - Les Courtilles a été inscrit à la fois au projet de SDRIF () et au projet de Contrat de Projet État-Région 2006-2013. Le STIF a approuvé l’avant-projet et la convention de financement de la première tranche fonctionnelle de la ligne le , sa délibération demandant aux maîtres d'ouvrages de permettre une mise en service mi-2012[12].

Ce prolongement, faisant passer la ligne par le centre de l'Île (rue Méchin), a été mis en service le .

Urbanisme modifier

L'urbanisme de L'Île-Saint-Denis est marqué par un mélange de zones résidentielles, d'espaces verts et de vestiges industriels. La ville connaît actuellement un renouvellement urbain, avec des projets visant à améliorer la qualité de vie et à préserver l'environnement.

Typologie modifier

L'Île-Saint-Denis est une commune urbaine au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[13],[14],[15]. Elle appartient à l'unité urbaine de Paris, une agglomération inter-départementale regroupant 411 communes[16] et 10 785 092 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[17],[18].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Paris, dont elle est une commune du pôle principal[Note 2]. Cette aire regroupe 1 929 communes[19],[20].

Morphologie urbaine et logements modifier

Pointe septentrionale et parc départemental de l'Île-Saint-Denis modifier

Centre de l'Île modifier

  • On trouve ensuite les premières habitations et notamment la cité HLM Maurice Thorez. Juste à côté se trouve l'une des trois écoles de la commune, l'école Paul Langevin construite dans les années 1960.
  • La résidence du Saule Fleuri, construite par les architectes innovants Robert Frei et Christian Hunziker
  • Vient ensuite le quartier ancien de l'Île-Saint-Denis, caractérisé par ses maisons individuelles.
  • La grande artère de l'île, la rue Méchin, la traverse d'est en ouest. Cette rue, qui est un tronçon de la RN 186, est la continuité de l'axe qui reliait toutes les fortifications avancées protégeant Paris avant 1870.
    La rue Méchin est le centre parfait de L'Île-Saint-Denis. On y trouve la mairie et les principaux commerces de la ville (pharmacie, bureau de tabac…) ainsi que la station de tramway de l'Île-Saint-Denis.
  • En continuant vers le sud on trouve l’église Saint-Pierre, l'école Samira Bellil et d'autres cités comme celle d'Allende, de Lénine et du Bocage. Cette dernière fait partie des exemples de l'architecture combinatoire avec terrasses jardins de style « Renaudie ».
  • Ce sont les dernières habitations du centre de l'île avant une vaste zone d'entrepôts, exploités par les Galeries Lafayette jusqu'en 2007 et le Printemps jusqu'en 1995. Les entrepôts des Galeries Lafayette et ses voutes successives sont un des premiers ouvrages industriels en béton précontaint. Le deuxième bâtiment, plus récent, « le paquebot » contient de l'amiante. Le site Charvet est radioactif et continue de polluer les eaux de la Seine[23]. Les dernières entreprises industrielles encore actives, dont Colas, font petit à petit place à des programmes de réaménagement urbain.

Partie méridionale modifier

 
La rue Méchin au début du XXe siècle.
 
Autre vue de la rue Méchin
 
La rue du Bocage, début du XXe siècle (avant 1914)

Projets d'aménagements modifier

L'écoquartier fluvial actuellement en construction abritera les logements des athlètes des jeux olympiques de Paris en 2024. Une passerelle en construction sur le quai du Châtelier reliera L'Île-Saint-Denis au reste des logements prévus aux athlètes en 2024 puis sera dédiée aux bus, vélos et piétons.

Prévue pour démarrer en 2020, la relogement des occupants des 287 logements insalubres des trois tours de la cité Marcel Paul (propriété de l’office HLM de Saint-Ouen, puis reprise en 2022 par le bailleur Seine-Saint-Denis Habitat) est lancée en 2022 et doit permettre la démolition de cette cité confrontée au trafic de drogue en 2025[26],[27],[28].

Dans le cadre des Jeux olympiques d'été de 2024, la Grande Nef de l'Île-des-Vannes est en rénovation pour servir de site d'entraînement. Il est prévu la création d'un parc urbain englobant la pointe sud de l'île. Un parc urbain est également en construction au niveau du viaduc autoroutier de l'A86.

Toponymie modifier

L'Île-Saint-Denis doit son nom à l'abbaye de Saint-Denis située sur la commune limitrophe de Saint-Denis, qui eut seigneurie sur l'île centrale du XIVe siècle à la Révolution, et dont les moines s'étaient installés. L'abbaye de Saint-Denis est elle-même nommée d'après le martyr Denis ou Dionysius, premier évêque de Paris exécuté au IIIe siècle.

Auparavant, cette même île centrale se dénommait Isle de Chastelier (l’île du Châtelier). Ce nom s'explique par les nombreuses occurrences de châteaux détruits et rebâtis sur l'île. La première forteresse fut établie à la fin du IXe siècle par Charles le Chauve pour barrer la route aux envahisseurs normands remontant la Seine. Par la suite, plusieurs autres forteresses y sont construites. Une place forte bâtie vers 998 revint par alliance à Bouchard le Barbu, qui la transforma en péage pour les religieux de l'abbaye dionysienne[29]. La forteresse est détruite en 1088 sur ordre de Robert II le Pieux. Malgré la promesse de Mathieu II de Montmorency en 1219 de ne plus autoriser l'érection de forteresses sur l’île, Philippe-Auguste permet l'année suivante à Robert de Montmorency, sergent dudit Mathieu, de bâtir un édifice sur l’île du Châtelier. En 1435, après avoir pris la ville aux troupes de Charles VII, les Anglais y édifient une petite forteresse[30]. L'Île-Saint-Denis garde trace de ce nom chargé d'histoire en le transmettant à son actuel Quai du Châtelier.

Histoire modifier

Moyen Âge modifier

L'histoire de L'Île-Saint-Denis remonte au Moyen Âge, avec les premières traces d'occupation humaine sur l'île fluviale située sur la Seine. Au Xe siècle, Bouchard le Barbu[31] possédait l'île centrale, alors dénommée Isle du Chastelier sur laquelle il avait fait construire une forteresse dont la garnison tourmentait le voisinage. Il rançonnait tous les navires qui passaient dans les parages et notamment ceux des moines de l'abbaye de Saint-Denis, ce qui occasionna des querelles. Pour mettre fin à leurs disputes le roi Robert le Pieux proposa à Bouchard le Barbu l'échange de l'Île de Châtelet[à vérifier] contre la terre royale Montmorency. L'accord fut accepté et conclu en 998, donnant naissance à la maison de Montmorency.

Au XIVe siècle Charles V donne le Châtelier aux moines de Saint-Denis et l'île devient, par association, connue sous le nom de L'Isle-Saint-Denis. L'abbaye conservera la seigneurie jusqu'à la Révolution.

XIXe siècle modifier

Pendant la Révolution, l'Isle Saint-Denis est brièvement renommée Isle-Franciade avant de reprendre son nom d'origine. Elle adopte alors l'orthographe moderne Île au lieu de Isle[32].

La construction de ponts suspendus en 1844[33] permettent de joindre l'Île à Saint-Denis et à Gennevilliers, puis, en 1856, de l'Île à Saint-Ouen.

Puis le développement des lignes de chemins de fer favorise la venue des Parisiens lors des congés de fin de semaine. Ils viennent alors savourer les joies de la campagne et des loisirs en bord de Seine, mais aussi boire et danser dans les nombreuses guinguettes et cabarets de l'île.

L'industrialisation du XIXe siècle a profondément modifié le territoire, avec l'implantation d'usines et de manufactures le long des berges de la Seine. L'Île-Saint-Denis est devenue un centre industriel important de la région parisienne, avec des activités liées notamment à la métallurgie, à la chimie et à la construction navale. Située sur le trajet fluvial entre Paris et Le Havre, l'île possède alors un port d'amarrage très fréquenté par la marine marchande. À côté des pêcheurs et des mariniers, on retrouve d'autres professions liées à la présence du fleuve comme les blanchisseuses et les scaphandriers.

A la fin du XIXe siècle, quatre îlots sont réunis en drainant les bras de la seine les séparant, pour donner naissance à l'île telle que nous la connaissons aujourd'hui : l'île Saint-Denis, l'île du Châtelier, l'île des Vannes et l'île du Javeau.

XXe siècle modifier

Au XXe siècle, la ville subit les conséquences de la désindustrialisation et doit se réinventer. La réhabilitation des friches industrielles et la construction de nouveaux logements marquent cette période de transition. L'Île-Saint-Denis se transforme progressivement en un espace résidentiel et de loisirs, tout en conservant son caractère insulaire et fluvial.

Politique et administration modifier

Rattachements administratifs et électoraux modifier

Jusqu’à la loi du 10 juillet 1964, la commune faisait partie du département de la Seine. Le redécoupage des anciens départements de la Seine et de Seine-et-Oise fait que la commune appartient désormais à la Seine-Saint-Denis après un transfert administratif effectif le . L'Île-Saint-Denis est membre depuis le de la communauté d'agglomération Plaine Commune.

Pour l'élection des députés, L'Île-Saint-Denis fait partie depuis 1968 de la première circonscription de la Seine-Saint-Denis.

Elle faisait partie de 1793 à 1893 du canton de Saint-Denis, année où elle intègre le canton de Saint-Ouen du département de Seine-et-Oise. Lors de la mise en place de la Seine-Saint-Denis, elle est rattachée en 1967 au canton de Saint-Denis-Sud[32]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, elle réintègre le canton de Saint-Ouen-sur-Seine, dont la composition est alors redéfinie.

Intercommunalité modifier

La ville a rejoint en 2003 la communauté d'agglomération Plaine Commune, un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre, créé par cinq villes du nord-parisien en 2000.

Dans le cadre de la mise en œuvre de la volonté gouvernementale de favoriser le développement du centre de l'agglomération parisienne comme pôle mondial est créée, le , la métropole du Grand Paris (MGP), dont la commune est membre[34].

La loi portant nouvelle organisation territoriale de la République du prévoit également la création de nouvelles structures administratives regroupant les communes membres de la métropole, constituées d'ensembles de plus de 300 000 habitants, et dotées de nombreuses compétences, les établissements publics territoriaux (EPT).

La commune a donc également été intégrée le à l'Établissement public territorial Plaine Commune, qui succède à la communauté d'agglomération éponyme[35].

Tendances politiques et résultats modifier

Élections présidentielles modifier

Élections législatives modifier

Résultats des seconds tours :

Élections européennes modifier

Résultats des deux meilleurs scores :

Élections régionales modifier

Résultats des seconds tours :

Élections départementales modifier

Résultats des seconds tours :

Élections cantonales modifier

Résultats des seconds tours :

Élections municipales modifier

Lors des élections municipales de 2008, la liste du maire sortant Les Verts Michel Bourgain est menacée par une liste d'union à gauche menée par Joël Flandrin (PCF), constituée après une primaire au premier tour, et remporte l'élection au second tour avec 36 voix d'avance (sur 2 228 votants)[36],[37].

Dès le premier tour des élections municipales de 2014, la liste menée par le maire sortant Michel Bourgain (DVG) remporte le scrutin avec 972 voix (51,46 % des suffrages exprimés), devançant les listes menées par Pascal Akoun (FG, 544 voix, 28,80 %) et par Christophe Rosé (PS, 280 vois, 14,82 %), lors d'un scrutin où la droite n'était pas candidate, l'abstention s'étant élevé à 45,24 %[38].

Michel Bourgain démissionne de son mandat de maire pour raisons de santé en 2016, et le conseil municipal élit Mohamed Gnabaly (SE) pour lui succéder[39].

Au second tour des élections municipales de 2020, où la droite n'était pas présente[40], une quadrangulaire oppose la liste DVG - EÉLV - LFI - PS - G·s menée par le maire sortant Mohamed Gnabaly, qui obtient la majorité des suffrages exprimés (1 005 voix, 45,93 %, 22 conseillers municipaux élus dont 1 conseiller métropolitain), et devance largement les listes menées respectivement par[38],[41] :
- Henry Pémot (DVG, 781 voix, 35,69 %), 5 conseillers municipaux élus) ;
- Mohamed-Jamil Abid (DVG, 266 voix, 12,25 %, 1 conseiller municipal élu) ;
- Isabelle Mouréreau (PCF, 134 voix, 6,12 %, 1 conseiller municipal élu).
Lors de ce scrutin marqué par la crise de la pandémie de Covid-19, 40,30 % des électeurs se sont abstenus.

Le candidat Henry Pémot conteste le résultat de ces élections et le tribunal administratif de Montreuil annule le scrutin le , jugeant que « la date de la distribution des chèques [alimentaires] jusqu’à l’avant-veille de l’opération électorale, et alors que la fin de l’année scolaire n’était que le 3 juillet 2020 et que, selon les écritures de M. Gnabaly, la distribution de 718 carnets concernait 252 électeurs qui pouvaient en être bénéficiaires, apparaît particulièrement opportune » — une opération pourtant décidée à l'unanimité du conseil municipal, où siégeait Henry Pémot, afin de répondre à « l'urgence sociale majeure engendrée par la crise sanitaire » de la pandémie de Covid-19 mais qui, conjointement au lancement de travaux de réfection d'un stade, est jugé par le tribunal administratif de Montreuil comme ayant vicié la sincérité du scrutin[42],[43]. Ce jugement est cependant annulé par le Conseil d'État le , confirmant de manière définitive la régularité de l'élection de 2020[44],[45],[46].

Liste des maires modifier

Liste des maires successifs de L'Île-Saint-Denis[47],[48]
Période Identité Étiquette Qualité
1834 1834 Denis François Labbaye    
1834 1837 Jean Etienne Thorigny    
1837 1843 Nicolas Joseph Perin    
1843 1879 Alexis Jean Baptiste Pagel    
1879 1882 Jean Pierre Bouquet    
1882 1884 Jean Armand Fumouze   Pharmacien[49]
1884 1912 Jean Augustin Gabriel Descoings    
1912 1919 Pierre-Joseph Wagner    
1919 1925 Joseph Delouard SFIO puis SFIC puis SFIO  
1925 1940 Henri Pierre Joseph Heulle Républicain de gauche  
1941 1945 Eugène Scheille   Maire nommé par le gouvernement du maréchal Pétain
1945 1947 Jean Latour    
octobre 1947 juillet 1965 Arnold Geraux[50] PCF Décédé en fonctions
août 1965 mars 1971 Pierre Sotura[51] PCF Ébéniste puis métallurgiste
Conseiller général du canton de Colombes-Nord (1973 → 1985)
Conseiller général de Colombes-Nord-Ouest (1985 → 2004[52])
Trésorier du PCF[53] (1982 → 1990)
mars 1971 mai 1998[54] Josiane Andros[55] PCF Conseillère générale de Saint-Denis-Sud (1967 → 2001)
Démissionnaire
26 mai 1998[56] mars 2001 Ghislaine Durand[57] PCF Professeure de mathématiques
mars 2001[58] 7 juillet 2016[59] Michel Bourgain[60] EELV[Note 3] Vice-président de l'Association des maires de France (2014[61] → 2016)
Démissionnaire
7 juillet 2016[62],[63] En cours
(au 10 mars 2021)
Mohamed Gnabaly SE Entrepreneur (économie sociale et solidaire)
Réélu pour le mandat 2020-2026

Politique de développement durable modifier

La ville a engagé une politique de développement durable en lançant une démarche d'Agenda 21[64].

Population et société modifier

Démographie modifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[65]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[66].

En 2021, la commune comptait 8 664 habitants[Note 4], en augmentation de 14,92 % par rapport à 2015 (Seine-Saint-Denis : +4,77 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
385224223208223243249323363
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
5477901 0721 2491 3501 7301 6562 2682 333
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 8743 3403 1173 4603 7313 6063 3663 0583 262
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
3 9465 5227 0047 4357 4136 8107 2127 0377 786
2021 - - - - - - - -
8 664--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[32] puis Insee à partir de 2006[67].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement modifier

 
Souvenir de la pose de la première pierre de l'école du bourg, le 9 novembre 1913.

L'Île-Saint-Denis est incluse dans l'académie de Créteil.

Établissements scolaires modifier

La ville administre trois écoles maternelles et trois écoles élémentaires communales.

Bâti dans les années 1980, le collège Alfred Sisley fait l'objet d'une rénovation en profondeur en 2023[68]. Les lycées les plus proches sont situés à Villeneuve-la-Garenne et à Saint-Denis.

Vie universitaire modifier

Manifestations culturelles et festivités modifier

Les événements culturels sont portés par des associations bénévoles.

Seules les foulées, course à pied, anime aujourd'hui le calendrier des événements municipaux.

Santé modifier

La ville est considérée par l'Agence régionale de santé comme fragile d'un point de vue de la démographie médicale depuis 2015[réf. nécessaire].

Sports modifier

La ville possède un stade et deux gymnases.

Un complexe sportif est aussi situé au sud l'île mais appartient à la ville de Saint-Ouen-sur-Seine.

Cultes modifier

  • l’église Saint-Pierre
  • mosquée rue du 8 mai 1945

Économie modifier

Revenus de la population et fiscalité modifier

Emploi modifier

Entreprises et commerces modifier

L'activité économique de la commune était autrefois essentiellement liée à la Seine: port, entreposage, pêche, blanchisserie, mais aussi meunerie avec le moulin de la Cage, attesté en 1518, cité par Émile Zola[69], et démoli en 1870[70]. La part des entreprises est aujourd'hui faible. Quelques activités industrielles existent à petite échelle. Mais la ville est de plus en plus une cité-dortoir.

La zone des entrepôts, qui a perdu son activité, se requalifie progressivement, l'activité ne subsistant que dans le centre commercial Marques Avenue, qui, sous l'enseigne Quai des Marques, regroupe plus de 70 boutiques et emploie environ 300 salariés.

L'entreprise de travaux publics Colas emploie 120 salariés, et Rocamat (Production de pierres naturelles pour le bâtiment et les travaux publics) 75 salariés environ[71].

Culture locale et patrimoine modifier

Lieux et monuments modifier

 
Le Pont de Villeneuve-la-Garenne entre l'Île-Saint-Denis et Villeneuve-la-Garenne peint en 1872 par Alfred Sisley

Patrimoine culturel modifier

Personnalités liées à la commune modifier

  • Bouchard le Barbu, seigneur de Montmorency, est seigneur de l'Île-Saint-Denis jusqu'à son échange de l'île avec le domaine de Montmorency en 997.
  • Grosse, modeleur dans une manufacture de biscuit de porcelaine sur l'Île-Saint-Denis au XVIIIe siècle[75].
  • Alfred Sisley, peintre britannique du mouvement impressionniste, peint plusieurs tableaux à l'Île-Saint-Denis dans les années 1870. L'un de ces tableaux, intitulé «L'Île-Saint-Denis», figure dans les collections du musée d'Orsay[76].
  • Ravachol, militant anarchiste auteur de plusieurs attentats et assassinats et guillotiné le , demeurait à l'Île-Saint-Denis au 2 quai de la Marine.
  • Alfred Dyé, officier de marine, explorateur et géographe, auteur de plusieurs ouvrages sur la géographie, est né à l'Île-Saint-Denis en 1874.
  • Jeanne Paquin, l'une des premières grandes couturières françaises à avoir acquis une renommée internationale dès la fin du XIXe siècle, était native de l'Île-Saint-Denis et y avait son atelier.
  • Jean-Baptiste Clément, chansonnier et journaliste communard, auteur de la chanson Le Temps des cerises, passa son enfance et se maria au moulin de la Cage situé au niveau de l'actuel quai de l'Aéroplane[77],[70],[78].
  • Marcel Paul, résistant, déporté, ministre de la production industrielle du général de Gaulle et président-fondateur de la FNDIRP, vécut à la cité Marcel-Cachin jusqu'à sa mort en 1982.
  • Benoît Duquesne, journaliste, grand reporter et présentateur du magazine d'investigation Complément d'enquête sur France 2, résidait sur une péniche à l'Île-Saint-Denis jusqu'à sa mort en 2014.
  • Nadir Dendoune, journaliste et écrivain auteur d’Un tocard sur le toit du monde (2010), adapté au cinéma sous le titre de L'Ascension, grandit à la cité Maurice-Thorez.
  • Alain Gaussel, connu comme le conteur des cités, auteur de nombreux recueils de contes, habita à l'Île-Saint-Denis plus de cinquante ans jusqu'à son décès en 2022 à l'âge de 92 ans [79],[80].

Héraldique modifier

  Blason
D'azur à la tour d'argent ajourée et maçonnée de sable, adextrée et senestrée d'un mur aussi d'argent ouvert en ogive du champ, au chef d'or chargé d'une croix de gueules cantonnée de quatre alérions d'azur[81].
Détails

Voir aussi modifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie modifier

Articles connexes modifier

Liens externes modifier

Notes et références modifier

Notes modifier

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. M. Bourgain est membre du parti EELV, mais la liste qu'il préside ne l'est pas. Sous le nom « Île Vivante », elle se veut « citoyenne », c'est-à-dire définie non par une affiliation politique mais par des personnes et des préoccupations locales.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.

Références modifier

  1. Distance de la mairie par rapport à Notre-Dame, l'extrémité sud de la commune étant distante d'environ 1,8 km du Boulevard périphérique de Paris
  2. Christophe Ruszkiewicz, « Vivre sur la Seine avec vue sur « l’île » », sur lest-eclair.fr, (consulté le ).
  3. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  4. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le )
  5. « Orthodromie entre L'Île-Saint-Denis et Bonneuil-en-France », sur fr.distance.to (consulté le ).
  6. « Station Météo-France « Le Bourget » (commune de Bonneuil-en-France) - fiche climatologique - période 1991-2020 », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  7. « Station Météo-France « Le Bourget » (commune de Bonneuil-en-France) - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  8. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le )
  9. Source : http://www.prim.net/cgi_bin/citoyen/macommune/bddrm_detail_commune.php?insee=93039 Site Prim.Net
  10. Par C. G. Le 10 août 2021 à 19h18, « Vélib’ en Seine-Saint-Denis : le grand retour à Saint-Ouen, une extension à Saint-Denis... », sur leparisien.fr, (consulté le ).
  11. Claire Guédon, « L’Île-Saint-Denis : et si Marques Avenue finançait sa propre station Vélib’ ? », Le Parisien,‎ (lire en ligne  , consulté le ).
  12. SOURCE : Délibération No 2006-1165 du Conseil d'administration du STIF
  13. « Typologie urbain / rural », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  14. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  15. « Comprendre la grille de densité », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  16. « Unité urbaine 2020 de Paris », sur insee.fr (consulté le ).
  17. « Base des unités urbaines 2020 », sur insee.fr, (consulté le ).
  18. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  19. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de l'Paris », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  20. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  21. « INPN, ZNIEFF 110030009 - POINTE AVAL DE L'ÎLE SAINT-DENIS - Commentaires », sur inpn.mnhn.fr (consulté le ).
  22. Gwenael Bourdon, « L'Île-Saint-Denis, bientôt grenier à fleurs du Grand Paris ? », sur leparisien.fr, (consulté le ).
  23. « Pollution radioactive provoquée par l’ancien site de production de radium de l’Île-Saint-Denis », sur irsn.fr (consulté le ).
  24. La Grande Nef de l'Île-des-Vannes, ainsi que les façades et toitures des bâtiments A et B, la piscine et la salle des sports sont inscriptes au titre des monuments historiques en raison de la prouesse technique représentée par la grande nef ainsi que la qualité de la mise en œuvre des deux bâtiments sportifs adjacents, par arrêté du préfet de la région Île-de-France no 2007-588 du 23 avril 2007.
  25. Rémi Brancato, « À Saint-Ouen, Paris 2024 redonne vie à la Grande Nef, "proue" de l'Île-des-Vannes sur la Seine », sur franceinter.fr, (consulté le ).
  26. « Île-Saint-Denis : un réseau de stupéfiants démantelé dans la cité Marcel-Paul », sur actu.fr, (consulté le )
  27. Hélène Haus, « Habitat insalubre : à L’Île-Saint-Denis, la vie des habitants de la cité Marcel-Paul a viré au cauchemar », sur leparisien.fr, (consulté le )
  28. « Communiqué Ville. Article de Mediapart sur les Jeux et la rénovation de Marcel Paul : Stop à la désinformation », sur lile-saint-denis.fr, (consulté le )
  29. Châteaux d'hier et d'aujourd'hui« Le château de l'Ile-Saint-Denis, bâti vers 998 sur la Seine et dans l’île du Châtelier. »
  30. site fonctionnel (L'Ile-Saint-Denis)
  31. Également écrit Burchards
  32. a b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  33. Les ponts suspendus de l'Île-Saint-Denis ont été construits par l'entreprise Marc Seguin Frères et ouvert au public le .
  34. Décret n° 2015-1212 du 30 septembre 2015 constatant le périmètre, fixant le siège et désignant le comptable public de la métropole du Grand Paris, sur Légifrance
  35. Décret n° 2015-1659 du 11 décembre 2015 relatif à la métropole du Grand Paris et fixant le périmètre de l'établissement public territorial dont le siège est à Saint-Denis sur Légifrance.
  36. Le Parisien édition Seine-saint-Denis du 18 mars 2008
  37. Résultats des élections municipales 2008 - 2d tour
    Votants 64,4 %
    Exprimés 62,5 %
    Liste Bourgain (Les Verts) - 50,8 % des exprimés - 22 élus
    Liste Flandrin (PCF) - 49,2 % des exprimés - 7 sièges
    Source Le Parisien
  38. a et b « L'Île-Saint-Denis 93450 », Résultats aux municipales 2020, sur lemonde.fr (consulté le ).
  39. Gwenael Bourdon, « Mohamed Gnabaly, jeune, entrepreneur et maire de L’Ile-Saint-Denis : En 2016, il a succédé à l’écologiste Michel Bourgain dans cette petite commune de Seine-Saint-Denis. A 34 ans, il brigue un second mandat. « La politique, c’est le prolongement de mon engagement dans l’économie sociale et solidaire », explique-t-il. », Le Parisien, édition de Seine-Saint-Denis,‎ gwenael bourdon (lire en ligne, consulté le ).
  40. Gwenael Bourdon, « Municipales à L’Île-Saint-Denis : la bataille se jouera (encore) à gauche : Face au jeune maire sortant Mohamed Gnabaly, il n’y aura aucun candidat de droite, mais plusieurs concurrents de gauche ou apparentés. Sur les affiches, d’ailleurs, les logos de partis politiques sont rares. », Le Parisien, édition de Seine-Saint-Denis,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Têtes de liste en 2020 : Mohamed Gnabaly (SE) ; Isabelle Mouréreau (DVG), Henry Pemot (SE), Benoît Maranget (LO) ».
  41. Gwenael Bourdon, « Mohamed Gnabaly, jeune, entrepreneur et maire de L’Ile-Saint-Denis », Le Parisien,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  42. Thomas Poupeau, « Seine-Saint-Denis : l’élection municipale à L’Île-Saint-Denis annulée par la justice : Estimant qu’une distribution de chèques solidaires et le lancement de travaux d’un stade étaient des manœuvres électoralistes, la justice a annulé la réélection du maire sortant (SE) de L’Île-Saint-Denis, Mohamed Gnabaly », Le Parisien, édition de la Seine-Saint-Denis,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  43. Dorine Goth, « Seine-Saint-Denis. La justice annule les résultats des élections municipales de L'Île-Saint-Denis : Le tribunal de Montreuil (Seine-Saint-Denis) a annulé, vendredi 2 octobre 2020, les élections municipales de L'Île-Saint-Denis qui avaient vu la victoire de Mohamed Gnabaly », Actu Seine-Saint-Denis,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  44. Anthony Lieures, « Municipales à l’Ile-Saint-Denis : le Conseil d’Etat confirme la réélection du maire : Alors que la victoire de Mohamed Gnabaly (SE) avait été annulée par le tribunal administratif de Montreuil, l’édile a finalement vu sa réélection validée par le Conseil d’Etat », Le Parisien,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  45. Maëlys Dolbois, « Seine-Saint-Denis. Les élections municipales de L'Ile-Saint-Denis ne sont finalement pas annulées : Le Conseil d'Etat a décidé de revenir sur la décision du tribunal de Montreuil (Seine-Saint-Denis) concernant les élections municipales de L'Ile-Saint-Denis », Actu Seine-Saint-Denis,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Le tribunal de Montreuil avait annulé, vendredi 2 octobre 2020, les élections municipales de L’Île-Saint-Denis qui avaient vu la victoire de Mohamed Gnabaly (SE). Mais le Conseil d’État a annoncé revenir sur cette décision, mercredi 10 mars 2021. « Les articles 1er et 3 du jugement du tribunal administratif de Montreuil du 2 octobre 2020, sont annulés ».
  46. Mathieu Touzeil-Divina, « Distribution contestée (mais finalement jugée régulière) de chèques sociaux offerts par le maire pendant la pandémie entre deux tours municipaux », La Semaine juridique - édition administrations et collectivités territoriales, no 12,‎ , actualités, n°188 « il résulte de l'instruction qu'après que la métropole du Grand Paris eut décidé d'attribuer une dotation de solidarité exceptionnelle à la commune de L'Ile-Saint-Denis, qui en a reçu la notification le 28 mai 2020, le conseil municipal de la commune a décidé, par une délibération adoptée le 10 juin 2020 lors du premier conseil municipal qui a suivi la fin du confinement, de faire usage de ces fonds pour distribuer des chèques alimentaires aux familles dont les enfants étaient inscrits dans les restaurants scolaires, dont la valeur, comprise entre 30 euros et 100 euros, était fonction du quotient familial (...) Il n'est pas établi que la distribution des chèques, intervenue au gymnase municipal entre le mercredi 24 juin et le vendredi 26 juin, aurait pu être mise en oeuvre plus tôt. Les familles concernées, averties qu'elles pouvaient venir retirer les chèques alimentaires leur étant destinés par des messages électroniques ainsi que par une information mise en ligne sur la page Facebook de la commune, représentaient 252 électeurs inscrits sur les listes électorales. Seuls 355 carnets de chèques ont toutefois été distribués sur cette période, concernant 125 électeurs inscrits. Dans ces circonstances, cette action, qui répondait à un besoin urgent des familles les plus modestes dont les enfants n'avaient pu se restaurer dans les établissements scolaires pendant la période de confinement et qui s'inscrivait dans le cadre d'autres actions menées par la commune pour venir en aide aux personnes les plus vulnérables du fait de l'épidémie, ne peut être regardée, pour regrettable qu'ait été la diffusion sur le compte Facebook personnel de M. X... d'un message se prévalant des dotations obtenues pour financer l'opération, comme une manœuvre de nature à altérer la sincérité du scrutin ».
  47. « Les maires de Ile-Saint-Denis (L') », sur francegenweb.org (consulté le ).
  48. SOURCE : DVD Une histoire de la Seine-Saint-Denis au XXe siècle - Éditions du Conseil général 2004 (ISBN 2-906525-18-9).
  49. « Historique des Etablissements FUMOUZE », Les entreprises pharmaceutiques en France, Société d'histoire de la pharmacie (consulté le ).
  50. Claude Pennetier, Association Histoire et mémoire ouvrière en Seine-Saint-Denis, « GÉRAUX Arnold, Raymond, Léon », Élus de Seine-Saint-Denis, sur ahmo.free.fr, (consulté le ).
  51. Paul Boulland, Association Histoire et mémoire ouvrière en Seine-Saint-Denis, « SOTURA Pierre [SOTURA Théodore, Pierre]. », Élus de Seine-Saint-Denis, sur ahmo.free.fr, (consulté le ).
  52. « Canton de Colombes nord-ouest (24 606 habitants) », Le Parisien, édition des Hauts-de-Seine,‎ (lire en ligne).
  53. « M. Pierre Sotura trésorier », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  54. J.-P.V., « Le maire de L´Ile Saint-Denis démissionne : Josiane Andros avait été élue il y a 27 ans », Le Parisien, édition de la Seine-Saint-Denis,‎ (lire en ligne).
  55. Claude Pennetier, Association Histoire et mémoire ouvrière en Seine-Saint-Denis, « ANDROS Josiane, Suzanne. », Élus de Seine-Saint-Denis, sur ahmo.free.fr, (consulté le ).
  56. Jean-Pierre Vialle, « Une majorité réduite pour Ghislaine Durand, élue maire », Le Parisien, édition de la Seine-Saint-Denis,‎ (lire en ligne).
  57. Les communistes de L'Ile Saint Denis, « Ghislaine Durand nous a quittés », PCF Île-Saint-Denis, (consulté le ).
  58. Hélène Bry, « Michel Bourgain, un écolo à la barre de l'Ile-Saint-Denis : Cela fait trente ans que cet économiste de 54 ans, originaire du Pas-de-Calais, a jeté l'ancre à l'Ile-Saint-Denis. Michel Bourgain, candidat Vert et atypique, a déboulonné dimanche la maire sortante PC Ghislaine Durand. Cet homme qui planche depuis deux ans sur l'effet de serre pour la mission interministérielle, après avoir été chargé pendant douze ans du développement économique des sept « villes nouvelles », est un écologiste érudit épris de citoyenneté et de démocratie participative », Le Parisien, édition de la Seine-Saint-Denis,‎ (lire en ligne).
  59. Thomas Poupeau, « Île-Saint-Denis : le maire Michel Bourgain démissionne », Le Parisien, édition de la Seine-Saint-Denis,‎ (lire en ligne).
  60. « 18 maires réélus ce week-end », Le Parisien, édition de la Seine-Saint-Denis,‎ (lire en ligne).
  61. « Bourgain, vice-président des Maires de France », Le Parisien, édition Seine-Saint-Denis,‎ .
  62. Licia Meysenq, « Mohamed Gnabaly, citoyen entrepreneur et futur maire ? », Le Parisien, édition de la Seine-Saint-Denis,‎ (lire en ligne).
  63. « Derniere minute : Mohamed Gnabaly élu maire de L’Ile-Saint-Denis », Le Parisien, édition de la Seine-Saint-Denis,‎ (lire en ligne).
  64. FICHE | Agenda 21 de Territoires - L'Île-Saint-Denis, consultée le 26 octobre 2017
  65. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  66. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  67. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  68. Léo da Veiga, « Ile-Saint-Denis : 18 millions d'euros pour rénover et agrandir un collège », sur lesechos.fr, (consulté le )
  69. Paris disparu, Saint-Ouenm Ile du moulin de cage
  70. a et b Département de la Seine-Saint-Denis, « moulin de la Cage », sur Atlas de l'architecture et du patrimoine, (consulté le ).
  71. « Le guide des collectivités locales », "Bienvenue ! La Seine-Saint-Denis", édité par le Comité d'expansion (COMEX) de la Seine-Saint-Denis,‎ .
  72. Raphaëlle Saint-Pierre, « L'Ile-Saint-Denis : la Grande Nef restaurée pour les JO », Le Moniteur,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  73. Peintures inscrites à l'inventaire des objets mobiliers classés en 1986, elles ont été restaurées en 1990
  74. Liste des sites Natura 2000 de Seine-Saint-Denis
  75. Jacquemart, Albert., Histoire artistique, industrielle et commerciale de la porcelaine, Techner, (OCLC 313428262, lire en ligne)
  76. « L'ile Saint-Denis - Alfred Sisley | Musée d'Orsay », sur musee-orsay.fr (consulté le ).
  77. Un habitant illustre : Jean-Baptiste Clément, poète révolutionnaire
  78. « 7532-1 : Jean Batiste Clément ou La fraternité en chanson... », sur ledifice.net (consulté le ).
  79. https://www.leparisien.fr/seine-saint-denis-93/mort-dalain-gaussel-le-conteur-des-cites-de-seine-saint-denis-30-09-2022-FXG6ANFLXVEO7KUIHOIVBT5MIM.php
  80. https://seinesaintdenis.fr/actualite/culture-patrimoine/Alain-Gaussel-le-conteur-du-93-a-tourne-la-page/
  81. https://archive.wikiwix.com/cache/index2.php?url=http%3A%2F%2Fwww.labanquedublason2.com%2Flecture_fiche_commune.php3%3Fpage%3Df93039#federation=archive.wikiwix.com&tab=url (archive)