Ouvrir le menu principal

Fédération nationale des déportés et internés résistants et patriotes

Fédération nationale des déportés et internés résistants et patriotes
Logo de l’association
Cadre
Forme juridique loi de 1901
Fondation
Fondation octobre 1945
Fondateur Henri Manhès
Marcel Paul
Identité
Présidents Frania Haverland
Léon Humpich
Robert Klein
Jean Villeret
Vice-présidents Mireille Jourdan
Léonie Konieczka
Roger Montagner
Alexandra Rollet
Secrétaire général Anita Baudouin
Publication Le Patriote Résistant
Site web http://www.fndirp.fr/

La Fédération nationale des déportés et internés résistants et patriotes (FNDIRP) créée en 1945, rassemble toutes les catégories de victimes du nazisme et de ses complices de la collaboration : déportés, internés, combattants de la résistance, persécutés au nom d’une idéologie raciste, exilés, patriotes résistants à l’occupation (PRO) et leurs descendants, familles de disparus, de fusillés, de massacrés. Elle représente la principale association de déportés[1].

HistoriqueModifier

La Fédération nationale des déportés et internés résistants et patriotes est une association loi de 1901, proche du Parti communiste français (PCF), fondée en octobre 1945, cinq mois après la victoire sur le nazisme, par le colonel Henri Manhès — adjoint de Jean Moulin, déporté à Buchenwald et compagnon de route du PCF[2] — et Marcel Paul, ministre communiste du général de Gaulle, déporté à Auschwitz et Buchenwald, membre du PCF. En 1945, les déportés survivants rentrent des camps nazis. La France est libérée depuis plusieurs mois et pour l’opinion publique, mal préparée à accueillir les déportés, réaliser l’horreur des camps nazis est insupportable. Il devient  nécessaire de créer une association regroupant tous les déportés et les internés, tournée vers l’entraide et porteuse de l’héritage de ceux qui, dans les camps nazis, faisaient le serment de témoigner au nom de ceux qui n’en reviendraient pas. La FNDIRP plonge ainsi ses racines dans les crimes sans précédent du nazisme. Ne reconnaissant pas toutes les causes de la déportation, notamment les faits politiques, les cofondateurs ont compris qu’il fallait une fédération unique. Le premier congrès fondateur, est celui de la Fédération nationale des déportés et internés politiques (FNDIP) qui s’est tenu en octobre 1945. Ce n’est qu’en janvier 1946 qu’elle prend le nom de Fédération nationale des déportés et internés résistants et patriotes. La FNDIRP témoignera dans plusieurs procès pour obtenir la condamnation d’auteurs de crime contre l’humanité. Marie-Claude Vaillant-Couturier, rescapée d’Auschwitz et de Ravensbrück et Maurice Lampe, ancien de Mauthausen, représentent la FNDIRP au procès de Nuremberg. La FNDIRP s’est portée partie civile dans les trois grands procès pour crime contre l’humanité instruits en France, ceux de Klaus Barbie, Paul Touvier et Maurice Papon. Un de ses combats sera de refuser la distinction entre déportés ou internés politiques et déportés ou internés résistants. La FNDIRP a choisi de mener ses actions dans l’unité, sans discrimination. Elle s’interdit toute activité politique ou confessionnelle et affirme son indépendance à l’égard des pouvoirs publics. L’action sociale est un élément dynamique et efficace de la Fédération. La santé précaire des rescapés nécessite des soins d’urgence et tout doit être mis en œuvre pour les aider à survivre et à reprendre goût à la vie. L’activité d’accueil, de soin, d’entraide, que la FNDIRP déploie au service des déportés et de leur famille est considérable et ne cesse de se développer.

ActivitésModifier

La FNDIRP développe depuis 1945 de multiples activités.

Activités socialesModifier

Le dispensaire Alice Grosperrin : le centre de diagnostic du 10 rue Leroux à Paris dans le 16e arrondissement devient dispensaire en 1946 et prend le nom d’Alice Grosperrin que peu de personnes connaissent. Résistante, arrêtée en même temps que son mari qui a été fusillé au Mont Valérien, elle est internée jusqu’à la Libération. Elle a fait partie du comité parisien des centres d’entraide et a dirigé le service social du dispensaire jusqu’à son décès en 1949. La Fédération compte dans ses rangs de nombreux médecins déportés, qui après avoir soigné leurs camarades dans les « Revier » des camps, continuent leur mission au dispensaire, où ils sont 11 médecins déportés sur 15. Ils connaissent les pathologies liées à la déportation et sont plus aptes à soigner les patients. C’est au dispensaire que viennent les nombreux tuberculeux en recherche d’un lit en sanatorium, les infirmes suite aux sévices et, comme il n’y a pas de cellules psychologiques, les malades qui recherchent un appui moral.

Le centre Jean Moulin créé par la FNDIRP est inauguré en 1948. Ce centre accueille les anciens déportés atteints de séquelles de la déportation et de l’internement. Il a pour objectif la réadaptation professionnelle en postcure sanatoriale. Le centre est installé dans un parc de dix-huit hectares à Fleury-Mérogis, regroupant le château, le club, les ateliers et les dépendances. Le château abrite les services médicaux et le logement des pensionnaires. Les ateliers proposent une formation professionnelle variée. Le club se compose d’une bibliothèque, une salle de spectacle, une salle de jeux, une coopérative et un bar.

La clinique Frédéric-Henri Manhès : inaugurée le dans la propriété de Fleury-Mérogis dans le cadre du vingtième anniversaire de la libération des camps, elle prend le nom du coprésident fondateur de la Fédération décédé en 1959. La spécificité de cette clinique provient des travaux de l’équipe du Dr Fichez, membre du bureau national de la FNDIRP qui rappelle que la longévité moyenne des déportés est de dix ans inférieure à celle du reste de la population. La FNDIRP entend permettre « aux survivants de survivre » et présente la clinique comme le « centre national de santé des déportés et internés ».

La maison de retraite Marcel Paul : continuité de l’esprit d’entraide et de solidarité, la maison de retraite est inaugurée le pour le quarantième anniversaire de la libération des camps et porte le nom de Marcel Paul, coprésident fondateur de la Fédération, décédé en 1982.

La propriété de la FNDIRP à Fleury-Mérogis, réunit ainsi dans un même lieu, trois établissements qui témoignent de l’action médico-sociale de la Fédération et qui portent les noms de trois personnalités de la résistance et de la déportation : Jean Moulin, Frédéric-Henri Manhès et Marcel Paul.

Activités mémoriellesModifier

La FNDIRP participe au concours national de la résistance et de la déportation, à la remise d'un prix universitaire (Marcel Paul), elle participe à l'écriture du message des déportés lu le dernier dimanche d'avril lors des commémorations de la journée des héros et victimes de la déportation. La FNDIRP ne cesse d'apporter sous toutes ses forme les témoignages des victimes, elle édite un grand nombre d'ouvrages de qualité sur la Seconde Guerre mondiale, elle travaille à la préservation des sites et à la lutte contre les négationnistes.

Activités judiciaires et juridiquesModifier

La FNDIRP s'est constituée partie civile dans les procès intentés pour crimes contre l'humanité ou contre les tentatives négationnistes, droit à réparation sans discrimination pour les victimes, pour les conjoints et les orphelins.

Activités internationalesModifier

La FNDIRP contribue aux efforts de paix, de désarmement et de développement. Elle a mené avec succès la campagne l'eau c'est la vie, moins pour l'armement, plus pour le développement, le financement de puits, d'un barrage, d'une maternité au Burkina Faso, le financement de prothèses destinées aux petites victimes angolaises des mines antipersonnel et remis 350 000 Francs au Comité international de la Croix-Rouge en 1996.

MembresModifier

Dans la continuité des valeurs de la Résistance et du Conseil national de la Résistance (CNR), la FNDIRP rassemble toutes les catégories de victimes du nazisme et de ses complices collaborationnistes : combattants de l'ombre, résistants, internés, déportés, hommes et femmes persécutés au nom d'une idéologie raciste, exilés, patriotes résistants à l'occupation (PRO), familles de disparus, de fusillés, de massacrés ainsi que les descendants, les familles et amis des victimes du nazisme.

DirectionModifier

  • Présidence collégiale : Frania Haverland, Léon Humpich, Robert Klein, Jean Villeret.
  • Vice-présidents : Mireille Jourdan, Léonie Konieczka, Roger Montagner, Alexandra Rollet.
  • Secrétaire générale : Anita Baudouin.
  • Comité d'honneur : Serge Wourgaft.

ActionsModifier

La FNDIRP est une association ouverte vers l'extérieur :

  • par le champ d'action de ses commissions qui conduisent de multiples initiatives dans de nombreux domaines (affaires internationales, actions mémorielles, communication, vie de la fédération, actions juridique et médico-sociale) ;
  • par une activité éditoriale régulière, Le Patriote Résistant (mensuel dont le lectorat s'élargit au-delà des victimes), édition de livres ou de documents fondamentaux ;
  • par son exposition La seconde guerre mondiale, de ses prémices au procès de Nuremberg réalisée par Alexandra Rollet dans un but pédagogique placée dans tous les lieux éducatifs, scolaires, culturels et dans les médiathèques :
  • par son site internet (actualités de la FNDIRP, du patriote résistant, témoignages, carte des camps nazis et dossiers d'informations sur ces camps, information CNRD, boutique, etc.) ;
  • par de nombreuses actions avec les enseignants et les historiens, les jeunes, les journalistes, les collectivités territoriales et d'autres associations ;
  • par ses organisations locales et départementales (ADIRP), par les divers services de son siège social (secrétariat général, rédaction et abonnement au Patriote Résistant, édition, caisse de solidarité-décès, service juridique et médico-social, documentation).

En 1990 avec l’Union des mutuelles d’Ile-de-France (UMIF), la FNDIRP a créé la Fondation pour la mémoire de la déportation, appelée à relayer les associations à leur disparition. Reconnue établissement d’utilité publique, elle a reçu le haut patronage du Président de la République.

La FNDIRP est un réseau associatif de bénévoles, assistés d'une équipe de salariés motivés au service de la mémoire et de la vigilance, dont les ressources sont constituées de cotisations, de dons, de legs et de différents produits d'édition (livres, calendriers, etc.).

PublicationsModifier

La FNDIRP publie un journal national, Le Patriote Résistant.

Notes et référencesModifier

NotesModifier

RéférencesModifier

  1. Axelle Brodiez, « Serge Wolikow, Les combats de la mémoire. La FNDIRP de 1945 à nos jours », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, no 100,‎ (lire en ligne)
  2. « Henri Manhès », sur museedelaresistanceenligne.org (consulté le 28 avril 2019)

BibliographieModifier

  • Aimé Bonifas , Détenu 20801 dans les bagnes nazis, 1966, réédition 2005 (ISBN 978-2-905697-31-8)
  • André Leroy, La Déportation, 1967
  • Le Patriote Résistant, numéro spécial 427, « trentième anniversaire de la libération des camps nazis » (1976)
  • Gérard Bouaziz, La France torturée, 1979
  • FNDIRP, L'impossible oubli - la déportation dans les camps nazis, 1980
  • Joseph de La Martinière, Le décret et la procédure Nacht und Nebel (Nuit et brouillard), 1981
  • Marie-José Chombart de Lauwe, Complots contre la démocratie, 1981
  • Marie-Josée Chombart de Lauwe , Tout une vie de résistance, 1998 (ISBN 2-910764-13-3)
  • FNDIRP, Marcel Paul ou la passion des autres, 1983
  • Andréa Thibault, Les Patriotes Résistants à l'Occupation, 1986, Édition FNDIRP (ISBN 2905697040)
  • Contribution aux droits de l'homme et à la paix, colloque organisé par la FNDIRP le 4 octobre 1986 au Sénat (1987) - (ISBN 2-905697-01-6)
  • FNDIRP, Au « détail » près, 1988
  • Louis Martin-Chauffier, Chronique d'un homme libre, 1989, Édition FNDIRP (ISBN 2905697059)
  • Empreintes - poèmes et dessins des prisons et camps de concentration nazis, 1990) (ISBN 978-2905697080)
  • Bernard Lambert, Dossiers d'accusation : Bousquet, Papon, Touvier, 1991
  • Hommage à Charles Joineau, 1996 (ISBN 2-905697-21-0)
  • Conservation et ouverture aux chercheurs des archives des camps de concentration et du génocide - Etude particulière du SIR d'Arolsen, 1999) (ISBN 2-905697-20-2)
  • Maurice Voutey, L'ère hitlérienne - chronologie 1889-1948, 2000 (ISBN 2-910764-29-X)
  • À bâtons rompus avec... Le Patriote Résistant, 2002 (ISBN 2-905697-23-7)
  • Jean-Pierre Vittori, Le grand livre des témoins, 2005 (ISBN 2-7082-3799-3)
  • Thomas Fontaine , Déportations et Génocide l'impossible oubli, 2009 (ISBN 978 - 2 - 84734-618-3)
  • Alexandra Rollet, Nom de code Alex (documentaire pédagogique sur la Seconde Guerre mondiale en suivant le parcours de Paul et Alexandre Drevet), 2014, Édition FNDIRP

Liens externesModifier