Ouvrir le menu principal

Canton de Colombes-Nord-Ouest

canton français

Ancien canton
de Colombes-Nord-Ouest
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Hauts-de-Seine
Arrondissement(s) Nanterre
Chef-lieu Nanterre
Code canton 92 14
Histoire de la division
Création 24 décembre 1984
Disparition 22 mars 2015
Démographie
Population 27 433 hab. (2010)
Subdivisions
Communes 1

Le canton de Colombes-Nord-Ouest est une ancienne division administrative française située dans le département des Hauts-de-Seine et la région Île-de-France.

Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, les trois cantons de Colombes-Nord-Est, Colombes-Nord-Ouest et Colombes-Sud. sont supprimés, afin de permettre la création des cantons de Colombes-1 et de Colombes-2.

Sommaire

GéographieModifier

HistoireModifier

Le décret n°84-1241 du 24 décembre 1984[1] a créé le canton de Colombes-Nord-Est, détaché de Colombes-Nord qui a alors pris le nom de Colombes-Nord-Ouest. Ce redécoupage est entré en vigueur lors des élections cantonales de mars 1985.

Un nouveau découpage territorial des Hauts-de-Seine entre en vigueur à l'occasion des premières élections départementales suivant le décret du 26 février 2014[2]. Les conseillers départementaux sont, à compter de ces élections, élus au scrutin majoritaire binominal mixte. Les électeurs de chaque canton élisent au Conseil départemental, nouvelle appellation du Conseil général, deux membres de sexe différent, qui se présentent en binôme de candidats. Les conseillers départementaux sont élus pour 6 ans au scrutin binominal majoritaire à deux tours, l'accès au second tour nécessitant 12,5 % des inscrits au 1er tour. En outre la totalité des conseillers départementaux est renouvelée. Ce nouveau mode de scrutin nécessite un redécoupage des cantons dont le nombre est divisé par deux avec arrondi à l'unité impaire supérieure si ce nombre n'est pas entier impair, assorti de conditions de seuils minimaux[3]. Dans les Hauts-de-Seine, le nombre de cantons passe ainsi de 45 à 23.

Dans ce cadre, les trois cantons de Colombes (canton de Colombes-Nord-Est, canton de Colombes-Nord-Ouest et canton de Colombes-Sud sont supprimés, afin de permettre la création des cantons de Colombes-1 et de Colombes-2[2].

AdministrationModifier

Le canton de Colombes-Nord-Ouest, créé par le décret de 1984, a eu des conseillers généraux entre les élections cantonales de 1985 et les élections départementales des 2015 :

Liste des conseillers généraux successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1985 2004 Pierre Sotura[4] PCF Ebéniste puis métallurgiste
Conseiller général de Colombes-Nord (1973 → 1985[5])
Trésorier du PCF[6] (1982 → 1990)
Maire de L'Île-Saint-Denis (1965 → 1971)
mars 2004[7] 2008
(démission)[8]
Philippe Sarre[9] PS Directeur d'école
Maire de Colombes (2008 → 2014)
Démissionnaire pour ne pas cumuler ce mandat avec celui de maire
15 mars 2009[10] 2015 Bernard Lucas[11] PS Cadre administratif
Adjoint au maire de Colombes (2008 → 2014)

.

CompositionModifier

Le canton de Colombes-Nord-Ouest était délimité, aux termes du décret de 1984 et selon la toponymie de l'époque, par la partie de la commune de Colombes situé à l'intérieur de l'ancien canton de Colombes-Nord et situé au nord-ouest « d'une ligne déterminée par les axes des voies ci-après : rue Quinet, rue Saint-Denis, rue de l’Égalité, rue de Frankenthal et par une ligne imaginaire tracée dans le prolongement de la rue de Frankenthal jusqu'à la Seine[1] » .

Le reste de la commune était divisé entre le canton de Colombes-Nord-Est et celui de Colombes-Sud.

Communes Population
(2012)
Code
postal
Code
Insee
Colombes, commune entière 83 695 92 700 92 025

DémographieModifier

1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2009
----24 35324 60626 129[12]-
Nombre retenu à partir de 1962 : population sans doubles comptes.
Population municipale à partir de 2006
(Sources : INSEE et cassini)

Notes et référencesModifier

  1. a et b « Décret n°84-1240 du 24 décembre 1984 portant modification et création de cantons dans le département du Val-de-Marne », Journal officiel de la République française,‎ , p. 4153-4154 (lire en ligne [PDF]).
  2. a et b Décret no 2014-256 du 26 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département des Hauts-de-Seine.
  3. Article 4 de la loi du 17 mai 2013 modifiant l'article L. 191-1 du code électoral.
  4. Paul Boulland, Association Histoire et mémoire ouvrière en Seine-Saint-Denis, « SOTURA Pierre [SOTURA Théodore, Pierre]. », Élus de Seine-Saint-Denis, sur http://ahmo.free.fr, (consulté le 3 avril 2015).
  5. « Canton de Colombes nord-ouest (24 606 habitants) », Le Parisien, édition des Hauts-de-Seine,‎ (lire en ligne).
  6. « M. Pierre Sotura trésorier », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  7. « ÎLE-DE-FRANCE CANTONALES », Le Monde,‎ (lire en ligne) :

    « Hauts-de-Seine : L'UMP gagne quatre cantons dans ce département acquis à la droite. L'UDF perd trois sièges, dont deux au profit de l'UMP, mais son candidat emporte Montrouge devant le PS. Le PS perd trois des cinq cantons gagnés en 1998 mais remporte deux sièges, à Vanves sur l'UDF et à Colombes sur le PCF. L'UMP s'assure la majorité absolue dans la nouvelle assemblée, ce qui permettra l'installation de Nicolas Sarkozy à la tête du département »

    .
  8. « Philippe Sarre démissionne du conseil général », Le Parisien, édition des Hauts-de-Seine,‎ (lire en ligne).
  9. « Philippe Sarre ex maire de Colombes : « Je repars au combat » : Ex-maire de Colombes, patron des socialistes des Hauts-de-Seine », Le Parisien, édition des Hauts-de-Seine,‎ (lire en ligne).
  10. « Cantonale/Colombes: le PS vainqueur », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  11. « Bernard Lucas veut succéder à Philippe Sarre au conseil général », Le Parisien, édition des Hauts-de-Seine,‎ (lire en ligne).
  12. « Populations légales des Hauts-de-Seine en vigueur au 1er janvier 2011 », sur le site de l'Insee, (consulté le 8 janvier 2011)

Pour approfondirModifier