Lesbianisme

orientation sexuelle

Le lesbianisme désigne l'attirance sentimentale et sexuelle exclusive entre deux femmes. On parle aussi, pour qualifier cette attirance, d’« homosexualité féminine » ou de saphisme.

Le terme lesbienne est utilisé pour désigner une femme homosexuelle. Comme adjectif, lesbien (féminin : lesbienne[1]) est utilisé pour décrire un objet ou une activité relié à l'amour entre lesbiennes ou femmes qui leur sont assimilées.

Bien que l'homosexualité féminine soit apparue dans de nombreuses cultures, ce n'est que très récemment que le terme « lesbiennes » désigne un groupe de personnes.

À la fin du XIXe siècle, plusieurs sexologues publient sur le désir et la sexualité entre personnes de même sexe et désignent les lesbiennes d'Occident comme une entité distincte. Les femmes prenant conscience de leur nouveau statut formèrent différentes sous-cultures en Europe et en Amérique du Nord. Avec la deuxième vague féministe, la signification du terme s'est encore étendue. Les historiens ont depuis réexaminé la question des relations entre femmes à travers l'histoire et ont interrogé ce qui qualifie une personne ou une relation de « lesbienne » et ont trouvé deux éléments servant à l'identification des lesbiennes :

La sexualité féminine est largement construite, au cours de l'histoire, par des hommes qui ont reconnu de manière limitée le lesbianisme comme une sexualité possible ou valide, en raison, entre autres, de l'absence d'homme dans une relation lesbienne.

Les femmes qui ne respectaient pas scrupuleusement les normes de genre qui leur étaient assignées étaient considérées comme des malades mentales. Les différentes manières dont les lesbiennes ont été représentées dans les médias suggèrent que la société occidentale a été à la fois intriguée et effrayée par les femmes qui ne respectaient pas les normes de genre, tout en étant fascinée et scandalisée par les femmes ayant des relations entre elles. En revanche, les femmes qui sont lesbiennes partagent une identité sociale et culturelle. Le contexte politique et social continue d'influencer la manière dont les relations lesbiennes se forment.

HistoireModifier

 
In the Days of Sappho, John William Godward, 1904. Le nom de cette poétesse, Sappho, et l'île dont elle est originaire, Lesbos, sont à l'origine de l'emploi des termes « saphisme » pour parler de l'attirance entre femmes, et « lesbienne », pour désigner les femmes homosexuelles.

L'histoire des lesbiennes désigne à la fois l'histoire des femmes ayant des relations affectives et sexuelles entre elles, mais aussi l'histoire d'une identité sociale et culturelle qui n'est pas réduite à une simple homosexualité féminine.

Évoluant dans des sociétés lesbophobes qui les répriment, les lesbiennes parviennent toutefois à créer et maintenir des lieux et modes de sociabilité, ainsi qu'une culture, en particulier littéraire, propre, ainsi qu'à obtenir dans certains pays le droit de se marier et d'élever des enfants ainsi qu'à participer à l'émancipation politique de toutes les femmes.

Identités lesbiennesModifier

AutonominationModifier

L'autonomination, ou coming-in, correspond à la démarche où une jeune fille ou une femme « se dit et se révèle socialement lesbienne »[2].

IdentitésModifier

Il existe de nombreuses identités lesbiennes, définies par des modes de vie ou positionnement de genre.

L'une des plus anciennes est la lesbienne masculine, dont la dénomination varie suivant les époques et les cultures : jules, virago, stud, ou butch, qui est le terme le plus utilisé au 21ème siècle. Cette identité a plusieurs sous-identités, telles que la « jules-pas-touche » ou « stone butch blues ». D'autres identités sont basées sur le genre, telles que la garçonne / l'androgyne et aussi la lesbienne féminine ou fem.

SymbolesModifier

L'un des premiers drapeaux spécifiquement lesbien, celui basé sur le labrys, est créé en 1999 par Sean Campbell et publié en 2000 dans le Gay and Lesbian Times [3],[4]. Il s'agit d'un labrys posé sur un triangle noir sur fond violet : le labrys est une référence aux Amazones et était déjà utilisé comme symbole du féminisme lesbien dans les années 1970[5],[6] ; le triangle noir correspond, dans le code couleur des camps de concentration de l'Allemagne nazie, aux « asociales », qui correspondent notamment aux lesbiennes[7],[8]; quant au violet, c'est la redécouverte des poèmes de Sappho qui associe cette couleur aux lesbiennes[9].

Deux drapeaux semblables, composées de sept bandes de couleur avec une bande centrale blanche, sont créés au 21ème siècle ; le premier, comportant six nuances de rouge et rose, est peu utilisé[10] ; en 2018, Emily Gwen en propose une nouvelle version, en nuances de rose et orange : l'orange sombre correspond à la non-conformité de genre, l'orange à l'indépendance, l'orange clair à la communauté, le blanc aux relations uniques à la féminité, le rose clair à la sérénité et la paix, le rose à l'amour et la sexualité, et le rose foncé à la féminité[11] , une troisième version, à cinq bandes, dérive de celle d'Emily Gwen[12].

DémographieModifier

Vie quotidienneModifier

ConjugalitéModifier

MaternitéModifier

SexualitéModifier

SociabilitéModifier

SéparatismeModifier

Culture lesbienneModifier

LittératureModifier

AntiquitéModifier

L'œuvre de la poétesse Sappho est la seule occurrence littéraire du couple de femmes dans l'Antiquité grecque. Le thème est présent dans le monde romain, notamment dans Les Métamorphoses d'Ovide ou les Épigrammes de Martial.

Moyen ÂgeModifier

Au XIIIe siècle, la troubadour Beatritz de Romans adresse une chanson à Dame Marie « que vous m'accordiez, belle Dame, s'il vous plaît, ce dont j'espère avoir le plus de joie: car c'est en vous que j'ai mis mon cœur et mon désir, et c'est par vous que j'ai tout ce qu'il y a en moi d'allégresse, et pour vous que je vais maintes fois soupirant »[13]. Si Pierre Bec y voit une expression de la sympathie entre deux femmes, Marie-Jo Bonnet trouve l'interprétation amoureuse évidente[Jo 1].

Bonnet identifie dans la littérature saphique comme troubadour le thème de la triangulation : au couple de femmes s'ajoute la figure de l'homme-obstacle, que ce soit le futur mari ou l'homme d'autorité (église ou loi)[Jo 2].

MusiqueModifier

CinémaModifier

TélévisionModifier

SportModifier

FestivalsModifier

MédiasModifier

MilitantismeModifier

Journée de la visibilité lesbienneModifier

Marches lesbiennesModifier

Rapports avec le féminismeModifier

Lesbianisme politiqueModifier

OrganisationsModifier

Conditions de vieModifier

LesbophobieModifier

La lesbophobie est la stigmatisation sociale à l'égard des lesbiennes ou des femmes considérées comme telles.

Concept forgé à la fin des années 1990 par des militantes lesbiennes, les contours de ce terme continuent à être redéfinis à mesure qu'avance les différentes études portant sur cette discrimination.

Elle peut prendre plusieurs formes, dont la plus anciennement identifiée est l'effacement social des lesbiennes et la présomption d'hétérosexualité pour les femmes, mais aussi des pratiques discriminatoires sociales et légales, des représentations caricaturales ou fétichisantes et des violences verbales, physiques et sexuelles.

La lesbophobie rend plus difficile pour les lesbiennes de vivre leur homosexualité, au point où certaines d'entre elles retournent à une vie hétérosexuelle pour échapper aux violences. Celles qui vivent leur lesbianisme le font avec plus ou moins d'autocensure et d'isolement, et la lesbophobie a des conséquences sur leurs réussites professionnelles ainsi que leur santé mentale et physique.

Après un travail militant de reconnaissance de la lesbophobie, des manières spécifiques de lutter contre cette oppression commencent à se mettre en place.

SantéModifier

DroitsModifier

ReprésentationsModifier

Arts visuels : Peintures, miniatures, sculptures, céramiques, mosaïques et vitrauxModifier

AntiquitéModifier

 
Groupe de deux femmes, terre cuite du Ier siècle av. J.-C., découverte en British Museum.

D'après Gabriele Meixner, 90 % des représentations de couples dans les découvertes archéologiques entre le XIIe et le VIe siècle av. J.-C., sont des couples de femmes[14].

Des couples de femmes sont représentées dans la céramique grecque, par exemple dans l'assiette de Théra représentant un échange de couronnes en se touchant le manteau, symbolique d'une relation amoureuse, ou dans Femme nue en caresse une autre (elle tend un vase de parfum), une coupe athénienne de -510 conservée au musée archéologique de Tarquinia[Jo 3].

En 1890 sont découvertes dans les nécropoles de Myrina et Tanagra des statuettes représentant des femmes. Elles sont interprétées à l'époque comme une mère et sa fille, voire comme Déméter et Perséphone, quand Marie-Jo Bonnet y voit plutôt des couples amoureux[Jo 4].

Œuvres audiovisuellesModifier

CinémaModifier

TélévisionModifier

InternetModifier

Début 2019, la presse francophone commence à voir paraître des articles qui questionnent l'association du mot « lesbienne » avec des contenus pornographiques sur internet[24]. À la suite de l'élection de Lori Lightfoot, première maire de Chicago ouvertement lesbienne en avril 2019, la journaliste et membre de l'Association des journalistes LGBT fondée par Alice Coffin, Maelle Le Corre, constate que de nombreux organes de presse préfèrent utiliser « des expressions plus ou moins alambiquées » plutôt que le mot lesbienne[25]. Elle publie dans le média LGBT français Komitid un éditorial dans lequel elle demande : « Qu'est-ce qui cloche avec le mot lesbienne[25] ? » Elle y fait notamment référence à la journaliste lesbienne Anne-Laure Pineau qui déplore dans une vidéo publiée le 26 avril 2018 à l'occasion de la Journée de la visibilité lesbienne : « Essayez de taper “lesbienne” dans Google, vous n’allez trouver que des contenus pornographiques. Et ça, ça fait quoi ? Ça fait que certaines d’entre nous on du mal à utiliser ce mot-là, elles le trouvent moche[26]. »

En avril 2019, Marie Turcan la rédactrice en chef du site d'actualité sur l'informatique et le numérique Numerama, publie un article intitulé « Pourquoi le mot “lesbienne” sur Google ne renvoie t-il que vers des sites pornographiques »[27] dans lequel elle démontre le traitement différencié du mot « lesbienne » associé majoritairement à des contenus pornographiques quand le mot « gay » est lui associé à « Wikipédia, des articles de presse, ou des lieux de socialisation gay-friendly »[27]. L'article fait également référence à la difficulté que rencontrent les collectifs ou les associations lesbiennes pour créer des profils contenant le mot « lesbienne » sur les réseaux sociaux comme Facebook. Elle relate également la censure de la page Facebook de Lesbian Who Tech Paris et du collectif SEOlesbienne, contraints à mal orthographier le mot « lesbienne » pour pouvoir l'utiliser sur ces plateformes[28].

En juin 2019, durant le Mois des fiertés, et en préparation de la Marche des fiertés, le site Numerama met en évidence dans un nouvel article le paradoxe suivant : Google a ajouté une bannière colorée rendant hommage aux Émeutes de Stonewall lorsque l'on tape l'occurrence « lesbienne » dans son moteur de recherche, mais continue de n'associer le mot qu'à un ensemble de résultats renvoyant vers des sites pornographiques[29].

Quelques jours après la publication de cet article, la bannière est retirée[30], mais elle persiste lorsque l'on recherche les termes « gay » ou encore « trans ». C'est à l'occasion de la visite en France du vice-président de Google chargé de la qualité du moteur de recherche, Pandu Nayak, que le site Numerama obtient une réaction officielle de la part de Google, il explique : « Je trouve que ces résultats sont terribles, il n’y a aucun doute là-dessus. […] Nous avons conscience qu’il y a des problèmes comme celui-ci, dans de nombreuses langues et différentes recherches. Nous avons développé des algorithmes pour améliorer ces recherches, les unes après les autres[31]. »

En juillet 2019, Têtu publie un article qui annonce que le mot « lesbienne » ne renvoie plus (tout de suite) vers de la pornographie[32]. L'article insiste sur la joie des activistes, et sur les nouveaux résultats associés : la page Wikipédia lesbienne faisant désormais partie des contenus les mieux référencés quand on recherche le mot « lesbienne » sur Google. Dans un article précédemment publié par Numerama[29] la journaliste Marie Turcan faisait d'ailleurs référence à la modification de la page Wikipédia lesbianisme, qui affichait précédemment une image de deux femmes sur le point de s'embrasser et dont le sous-titre était « femmes mimant une relation lesbienne ». Il est encore possible de consulter cette révision dans l'historique de la page.

De juillet à août 2019, de nombreux articles sont publiés dans le monde[33], [34],[35] et font état de la modification de l'algorithme de recherche Google permettant aux utilisateurs et aux utilisatrices de trouver moins de résultats explicitement pornographiques lorsqu'ils tapent le mot « lesbienne » seul dans le moteur de recherche. Au mois de novembre 2019 cette modification algorithmique devient également effective dans l'onglet de recherche vidéo[36].

NotesModifier


RéférencesModifier

  1. Bonnet 2000, p. 26.
  2. Bonnet 2000, p. 27.
  3. Bonnet 2000, p. 18-19.
  4. Bonnet 2000, p. 23.
  1. « lesbienne \lɛs.bjɛn\ Féminin singulier de lesbien », sur wiktionnaire
  2. Natacha Chetcuti, « Autonomination lesbienne avec les réseaux numériques », Hermès, vol. n° 69, no 2,‎ , p. 39 (ISSN 0767-9513 et 1963-1006, DOI 10.3917/herm.069.0039, lire en ligne, consulté le )
  3. Trish Bendix, « Why don't lesbians have a pride flag of our own? » [archive du ], sur AfterEllen, (consulté le )
  4. Kasandra Brabaw, « A Complete Guide To All The LGBTQ+ Flags & What They Mean », Refinery29, (consulté le )
  5. Lesbian Histories and Cultures: An Encyclopedia, vol. 1 (Encyclopedia of Lesbian and Gay Histories and Cultures), Garland Publishing, , 1st éd. (ISBN 0-8153-1920-7, lire en ligne  ), « Symbols (by Christy Stevens) », p. 748
  6. Georgie Pea, « LABRYS Tool of Lesbian Feminism », sur Finding Lesbians, (consulté le )
  7. Elman R. Amy, « Triangles and Tribulations: The Politics of Nazi Symbols », Journal Of Homosexuality, vol. 3, no 30,‎ , p. 1-11 (ISSN 0091-8369, DOI 10.1300/J082v30n03_01, lire en ligne)
  8. « Lesbians Under the Nazi Regime », sur Holocaust Encyclopedia, United States Holocaust Memorial Museum,
  9. Sarah Prager, « Four Flowering Plants That Have Been Decidedly Queered (Sapphic Violets) », sur JSTOR Daily, (consulté le )
  10. Jasmine Andersson, « Pride flag guide: what the different flags look like, and what they all mean », i,‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le )
  11. « LGBTQIA+ Symbols: Lesbian Flags », sur Old Dominion University, (consulté le )
  12. Paul Murphy-Kasp, « Pride in London: What do all the flags mean? », sur BBC News, (consulté le ) (video)
  13. Pierre Bec, Chants d'amour des femmes troubadours, .
  14. Gabriele Meixner, Frauenpaare in Kulturgeschichtlichen Zugnissen, 1995.
  15. (en-US) Ginia Bellafante, « ‘The L Word’ on Showtime: So Many Temptations, So Many Wandering Eyes », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le )
  16. (en) Matt St Clair, « The Complicated Queerness in Buffy the Vampire Slayer », Consequence of Sound,‎ (lire en ligne)
  17. Isabelle B. Price, « La série One day at a time de Netflix offre un coming out lesbien… », sur Univers-L, (consulté le )
  18. « Pourquoi l'annulation de «One Day At A Time» suscite-t-elle tant de colère? », sur www.20minutes.fr (consulté le )
  19. (en) « Snowpiercer's Secret Rebel Is the Ultimate Ally the Tail Needs », CBR.com,‎ (lire en ligne)
  20. (en-GB) Rebecca Nicholson, « New BBC3 drama does more than pay Lip Service to realistic depictions of lesbians », The Guardian,‎ (lire en ligne)
  21. (en) « EVENTS: Welcome to the House Of Pride », DIVA MAGAZINE,‎ (lire en ligne)
  22. (en) Jill Gutowitz, « I Rewatched ‘Gypsy,’ Naomi Watts’ Insane Lesbian Show—Here Are My Thoughts », Decider,‎ (lire en ligne)
  23. (en) « Orange Is the New Black’s hottest lesbian relationships », Pink News,‎ (lire en ligne)
  24. Clément Pouré, « Internet a un problème avec le mot lesbienne », sur vice.com, (consulté le ).
  25. a et b Maelle Le Corre, « Qu'est-ce qui cloche avec le mot lesbienne ? », sur Komitid.fr, (consulté le ).
  26. « Voilà pourquoi la journée de la visibilité lesbienne est si importante » (consulté le ).
  27. a et b « Pourquoi le mot « lesbienne » sur Google ne renvoie t-il que vers des sites pornographiques ? », sur Numerama.com, (consulté le ).
  28. Marie Turcan, « Pourquoi Facebook n'aime pas le mot « lesbienne » », sur Numerama, (consulté le ).
  29. a et b Marie Turcan, « « Lesbienne » : Google célèbre le Mois des Fiertés, mais continue de ne montrer que des sites porno », sur Numerama, (consulté le ).
  30. Marie Turcan, « Google a retiré sa bannière pour les droits des LGBT+ uniquement pour le mot « lesbienne » », sur Numerama, (consulté le ).
  31. (en) « Google Fixed Its Algorithm So That Lesbian-Related Searches Are Less Pornographic », sur Gizmodo (consulté le ).
  32. « Le mot lesbienne ne renvoie plus (tout de suite) vers des contenus pornographiques sur Google », sur TÊTU, (consulté le ).
  33. (en) Ana Ignacio HuffPost Brazil, « This Woman Started A Campaign To Take Back The Meaning Of Lesbian On Google », sur HuffPost, (consulté le ).
  34. (de) « SEOlesbienne: Der Google-Suchbegriff "lesbisch" muss vom Porno-Stigma befreit werden! », sur Vogue Germany (consulté le ).
  35. (en) Cara Curtis, « Google tweaks algorithm to show less porn when searching for ‘lesbian’ content », sur The Next Web, (consulté le ).
  36. Julien Cadot, « Lesbienne : Google a enfin modifié son algorithme », sur Numerama, (consulté le ).

BibliographieModifier

GénéralitésModifier

  • Joan Nestle, Lola Flash, Tee Corinne et Judith Schwartz, Eye to eye : portraits of lesbians, (ISBN 978-1-944860-37-0 et 1-944860-37-1, OCLC 1236205873, lire en ligne)
  • Natacha Chetcuti, Se dire lesbienne. Vie de couple, sexualité, représentation de soi, Paris, Payot, 2010 (ISBN 978-2-228-90583-1)
  • Genre, sexualité & société, no 1 : « Lesbiennes », printemps 2009
  • (en) Mary-Michelle DeCoste, Hopeless Love. Boiardo, Ariosto, and Narratives of Queer Female Desire, Toronto, University of Toronto Press, , 165 p. (ISBN 978-0-8020-9684-5)
  • Eli Flory, Ces femmes qui aiment les femmes, enquête, L’Archipel, 2007
  • (en) Robert Aldrich, Gay Life and Culture : A World History, Thames & Hudson, Ltd., , 384 p. (ISBN 0-7893-1511-4)
  • Stéphanie Arc, Les Lesbiennes, Paris, Le Cavalier bleu, coll. « Idées Reçues », , 127 p. (ISBN 978-2-84670-310-9, lire en ligne)
  • Marie-Jo Bonnet Qu'est-ce qu'une femme désire quand elle désire une femme ?, Edition Odile Jacob, .
  • Suzette Triton et Marie-Hélène Bourcier (dir.), Parce que les lesbiennes ne sont pas des femmes, autour de l’œuvre de Monique Wittig, Paris, éditions gaies et lesbiennes, 2002
  • Monique Wittig, La Pensée straight (The Straight Mind and Other Essays, Boston, Beacon Press, 1992), Paris, Balland, 2001
  • Bonnie Zimmerman et Toni A. McNaron (dir.), The New Lesbian Studies : Into the Twenty-First Century, New York, Feminist Press at the City University of New York, 1996
  • Teresa de Lauretis, The Practice of Love, Lesbian Sexuality and Perverse Desire, Indianapolis, Indiana University Press, 1994
  • Laura Doan (dir.), The Lesbian Postmodern, New York, Columbia University Press, 1994
  • Geneviève Pastre, De l’amour lesbien, Paris, Horay, 1980

HistoireModifier

  • (en) Tom Linkinen, Same-Sex Sexuality in Later Medieval English Culture, Amsterdam University Press, (ISBN 978-90-485-2286-6)
  • (en) John Wyndham (dir.) et Caroline Gonda (dir.), Lesbian Dames : Sapphism in the Long Eighteenth Century, Ashgate Publishing Limited, coll. « Queer Interventions », , 224 p. (ISBN 978-0-7546-7335-4)
  • (en) Graham Drake, « Queer Medieval: Uncovering the Past », Journal of Lesbian and Gay Studies, vol. 14, no 4,‎ , p. 639-658 (lire en ligne)
  • Brigitte Boucheron, Introduction à une histoire du mouvement lesbien en France, contribution au colloque « Visibilité/invisibilité des lesbiennes », Coordination lesbienne en France (CLF), Paris, 19 mai 2007, [lire en ligne]
  • (en) Rebecca Jennings, A Lesbian History of Britain : Love and Sex Between Women Since 1500, Greenwood World Publishing, , 227 p. (ISBN 978-1-84645-007-5 et 1-84645-007-1)
  • Sandra Boehringer, L'Homosexualité féminine dans l'Antiquité grecque et romaine, Les Belles Lettres, 2007 (ISBN 2251326634 et 9782251326634)
  • (en) Karma Lochrie, Heterosyncrasies : Female Sexuality When Normal Wasn’t, University of Minnesota Press, , 178 p. (ISBN 0-8166-4598-1)
  • Natacha Chetcuti et Claire Michard (dir.), Lesbianisme et féminisme, histoires politiques, Paris, L’Harmattan, coll. « Bibliothèque du féminisme », 2003
  • (en) Bonnie Zimmerman, Lesbian Histories and Cultures : An Encyclopedia, Garland Publishers, (ISBN 0-203-48788-5)
  • (en) Judith Bennett, « "Lesbian-Like" and the Social History of Lesbianisms », Journal of the History of Sexuality, vol. 9, nos 1/2,‎ , p. 1-24 (ISSN 1043-4070, lire en ligne)
  • Florence Tamagne, Histoire de l’homosexualité en Europe. Berlin, Londres, Paris, 1919-1939, Paris, Seuil « l’univers historique », 2000
  • (es) João Silvério Trevisan, Devassos no Paraíso : Homossexualidade no Brasil Colônia a Atualidade, Editora Record, , 588 p. (ISBN 85-01-05066-0)
  • Evelyn Blackwood et Saskia Wieringa (dir.), Female Desires : Same-Sex Relations and Transgender Practices Across Cultures, New York, Columbia University Press, 1999 (ISBN 0231112610 et 9780231112611)
  • (es) Francis Mark Mondimore, Una historia natural de la homosexualidad, Paidós, , 296 p. (ISBN 84-493-0527-6)
  • Line Chamberland, Mémoires lesbiennes, 1950-1972, Montréal, Remue-Ménage, 1996
  • Marie-Jo Bonnet Les Relations amoureuses entre les femmes du XVIe au XXe siècle, Paris, Odile Jacob,
  • Élisabeth Lapovsky Kennedy et Madeleine D. Davis, Boots of Leather, Slippers of Gold. The History of a Lesbian Community, New York, Penguin, 1993
  • (en) Lillian Faderman, Odd Girls and Twilight Lovers : A History of Lesbian Life in Twentieth Century America, Penguin Books, (ISBN 0-14-017122-3)
  • (en) Lillian Faderman, Surpassing the love of men : romantic friendship and love between women from the Renaissance to the present, New York, Quill, , 496 p. (ISBN 0-688-00396-6)

Culture lesbienneModifier

PolitiqueModifier

  • Pauline Londeix, Le Manifeste lesbien, édition L'Altiplano, 2008
  • Linda Garber, Identity Poetics, Race, Class, and the Lesbian-Feminist Roots of Queer Theory, New York, Columbia University Press, 2001
  • Irène Demczuk (dir.), Des Droits à reconnaître, les lesbiennes face à la discrimination, Montréal, Remue-ménage, 1998
  • Karla Jay et Joanne Glasgow (dir.), Lesbian Texts and Contexts : Radical Revisions, New York, New York University Press, 1990

Lesbianisme dans la cultureModifier

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexeModifier

Liens externesModifier