Ouvrir le menu principal

Porspoder

commune française du département du Finistère

Porspoder
Porspoder
Porspoder et la presqu'île Saint-Laurent vues de la Pointe Garchine.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Finistère
Arrondissement Brest
Canton Saint-Renan
Intercommunalité Pays d'Iroise Communauté
Maire
Mandat
Jean-Daniel Simon
2014-2020
Code postal 29840
Code commune 29221
Démographie
Gentilé Porspodériens
Population
municipale
1 817 hab. (2016 en augmentation de 3 % par rapport à 2011)
Densité 161 hab./km2
Population
aire urbaine
43 267 hab.
Géographie
Coordonnées 48° 30′ nord, 4° 46′ ouest
Altitude Min. 0 m
Max. 61 m
Superficie 11,29 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Finistère

Voir sur la carte administrative du Finistère
City locator 14.svg
Porspoder

Géolocalisation sur la carte : Finistère

Voir sur la carte topographique du Finistère
City locator 14.svg
Porspoder

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Porspoder

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Porspoder
Liens
Site web porspoder.fr

Porspoder [pɔʁspodɛʁ] est une commune littorale du département du Finistère (29), dans la région Bretagne, en France métropolitaine.

GéographieModifier

 
Porspoder vu depuis la presqu'île Saint-Laurent.

SituationModifier

Porspoder se situe sur le littoral-ouest du Pays de Léon, au bord de la Mer d'Iroise. Elle compte notamment sur son territoire la Presqu'île Saint-Laurent, au large de laquelle se trouve le Phare du Four.
Porspoder est non loin de la pointe de Corsen limite géographique conventionnelle entre la Manche et l'Atlantique.

 
Carte de la commune de Porspoder

ReliefModifier

Le littoral est assez découpé, alternant presqu'îles (du Vivier et de Saint-Laurent ; celles-ci étant d'ailleurs d'anciennes îles rattachées par l'homme au continent par la construction de digues qui les ont transformées en tombolos d'origine anthropique), pointes (Pointe de Garchine notamment) et anses (notamment celle du bourg), ainsi que l'Île Melon. La presqu'île Saint-Laurent possède respectivement au nord-est et au sud-est, donc à l'abri des vents dominants, deux havres servant traditionnellement d'abri pour les barques et au nom révélateur : Porz Doun et Porz Iliz.

Article détaillé : Île Melon.

Les altitudes sont peu élevées, allant du niveau de la mer jusqu'à 58 mètres dans la partie orientale du finage communal, qui forme un plateau en pente douce vers la mer, à peine entaillé par de très modestes petits fleuves côtiers, en fait de simples ruisseaux.

Les paysages de la presqu'île Saint-Laurent et de celle du Vivier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

De la ponte de Garchine à la limite de Lanildut

GéologieModifier

 
L'Île Melon et ses anciennes carrières de granite vue du continent.

Le granite porphyroïde rose (un granite à gros feldspaths roses) de l'Aber-Ildut, dit "granite de Laber" provient d'un pluton et affleure de l'Île Ségal au sud jusqu'à Porspoder au nord et jusqu'à Plouguin au nord-est ; ces gros feldspaths roses sont très résistants à l'altération et apparaissent souvent en relief, ce qui a contribué à leur intérêt monumental ; ce massif de granite rose est parcouru par tout un réseau de diaclases, ce qui a facilité l'exploitation de la roche (des monolithes en ont été extraits dès la Préhistoire pour obtenir des menhirs ; dès 1809, Pierre Bigot de Morogues écrit : « Ce superbe granite est d'une grande dureté et susceptible du plus beau poli ; on le trouve sur le bord de la mer en très gros blocs détachés, ce qui permet de l'exploiter plus facilement »[1].) C'est ce granite qui a été exploité aussi à Porspoder, notamment à l'Île Melon[2].

Ce granite porphyroïde est particulièrement favorable à l'altération, favorisant la création d'arène granitique et le déblaiement de celle-ci par la mer donne des boules résiduelles de granite créant des chaos de roches aux formes spectaculaires, comme à Melon et à Mazou[3]

HabitatModifier

Le bourg de Porspoder, en situation littorale, est excentré dans la partie nord-ouest du territoire communal. C'est un village linéaire, étiré le long de la route départementale n°27 parallèle au littoral, formant une agglomération continue vers le nord avec Argenton, hameau qui dépend de la commune voisine de Landunvez ; cette agglomération a tendance à se prolonger aussi vers le sud, toujours le long de cette même route et à ses abords jusqu'à Melon et la limite sud du finage communal en raison d'une périurbanisation diffuse assez dense liée à la prolifération de résidences secondaires en raison de la proximité de l'océan. « Porspoder n'est qu'un exemple, valable pour toute la Bretagne, de l'actuelle désagrégation du littoral envahi par les résidences secondaires » écrit la revue "Sites et monuments" dès 1972[4]. Toutefois une bonne partie littoral reste encore préservé de toute urbanisation sauf au niveau du bourg, ainsi que dans la partie sud, où la route départementale longe le littoral aux alentours du hameau de Melon.

L'intérieur présente un habitat rural dispersé en de nombreux écarts, formés de fermes isolées ou de hameaux, notamment celui de l'ancienne commune de Larret.

TransportsModifier

Outre la route départementale n°27 déjà citée (qui vers le nord va vers Landunvez et Portsall et vers le sud vers Lanildut et Saint-Renan), la commune est aussi reliée à Saint-Renan et Brest par la route départementale n°68, même si celle-ci rejoint la route départementale n°27 au niveau d'Argenton.

ToponymieModifier

Le nom de la localité est attesté sous les formes Portz Poeder fin XIVe siècle, Porzpoder en 1427[5].

"Porzhpoder" en graphie bretonne actuelle, Porspoder vient de porzh et poder (port et potier en breton)[5], « Le port du potier »[6]. Un lieu-dit situé à quelque distance du bourg se nomme en breton Mezou Pors-podérou ("Champ des potiers du port")[7].

Un quartier près du bourg est dénommé traditionnellement An Dre en breton ("Le Treff" en français) ; ce nom garde probablement le souvenir de l'existence d'une trève dont il ne reste aucune trace historique connue. Un lavoir et une fontaine ayant une statue assez ancienne qui représente un évêque mitré représente officiellement saint Budoc, mais cette statue était considérée par les vieilles gens du quartier comme étant celle de saint André, la confusion provenant du fait que sant an dre signifie tout simplement en breton "saint du quartier"[8].

HistoireModifier

OriginesModifier

C'est à Porspoder qu'aurait débarqué Saint-Budoc ou Buzeuc, sur une pierre miraculeusement flottante : "sur la grève de Porspoder, on vit aborder un jour une grande auge en pierre qui venait d'outre-mer en flottant sur les eaux. De cet auge se leva saint Budoc" (Beuzeg en breton actuel).

Porspoder devient paroisse au XVIIe siècle et commune en 1790. La petite commune de Larret ("Lazret" en 1695), l'une des plus petites communes de France avec 143 habitants, lui est rattachée en 1971.

PréhistoireModifier

Les mégalithes sont nombreux à Porspoder : un dolmen (fouillé en 1882) et trois menhirs (dont un de 6 mètres de haut et 3 mètres de large) dans l'Île Melon ; un dolmen et un menhir à Kerivoret ; un dolmen à Poul-Iod[9]. Les mégalithes de Saint-Dénec (4 menhirs dont deux couchés) ont été décrits par Paul du Chatellier[10]. Deux autres menhirs se trouvent à Troanigou, l'un de 4 mètres et l'autre de 2,90 mètres de hauteur. Le menhir de Kérouézel est classé monument historique par arrêté du [11].

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Moyen-ÂgeModifier

L'abbé Alexandre Thomas écrit en 1889 qu'à la pointe de l'île Melon « on montre une roche appelée encore aujourd'hui Roc'h-ar-Marc'h-Du et où, dit-on, aurait débarqué saint Pol [venant d'Ouessant]. (...) Au temps de saint Pol, ce n'était probablement même pas une île, car elle n'était séparée de la terre ferme que par un canal qui n'a même pas trente mètres de largeur »[12]. C'est aussi à Porspoder qu'aurait débarqué saint Budoc[13] :

« Encore que son palais fut superbement meublé, [Budoc] ne se servoit pourtant d'autre lit qu'une grande pierre cavée de sa longueur ; laquelle, miraculeusement rendue flottante, luy servit de batteau, sur laquelle il monta (...), qui le rengea promptement et seurement à la côte de Bretagne, en un port situé dans la paroisse de Porspoder. Les habitans du pays, voyans flotter cette masse sur l'eau, descendirent dans la grève voir ce que c'estoit ; et, ayans appris du saint les particularitez de son voyage, ils en louërent Dieu, tirèrent sa pierre hors de l'eau, luy edifièrent une chapelle[Note 1] et un petit hermitage, pour l'obliger à demeurer avec eux ; ce qu'il leur accorda, sçachantque telle estoit la volonté de Dieu. (l'orthographe de l'époque a été respectée)[14] »

Selon Jean-Baptiste Ogée, « le château de Kermenou appartenait en 1330 à Yves Chevalier, seigneur de Kermenou ; la maison noble du Rotz appartenait en 1400 à Hervé de Keroulas[Note 2], chevalier, seigneur du Rotz »[15].

Un sanctuaire dédié à "Notre-Dame de Porspoder" est signalé en 1381[16].

Époque moderneModifier

En 1611 Tanguy de Kermenou, seigneur du dit lieu, mais aussi de Coëtforn et Kerduat (en Plouarzel), de Kerroc'hic, de Plivern (en Cléder), de Kermavezan (en Beuzit-Conogan), du Mescouez, du Liscouet et de la Salle, d'ancienne extraction chevaleresque depuis au moins dix générations, épousa Guillemette de Kersauson (alors veuve d'Yves Pinart), fille de Guillaume III de Kersauson ; celle-ci, à nouveau veuve, mourut en 1626 et fut enterrée dans la chapelle de Kermenou[17].

Le Henriette de France, reine d'Angleterre en fuite, débarqua « en un petit hâvre nommé Mellon ». Son navire croisa toute la journée devant la grève. Les habitants s'inquiétèrent. Ils craignaient une attaque et il fallut parlementer. « Toute la coste estant en armes l'obligea de faire mettre un mouchoir au bout d'un baston ». La reine débarqua en piteux équipage. Elle logea dans une petite maison couverte de toit de chaume. Mais elle fut par la suite solennellement accueillie à Brest, puis dans d'autres villes bretonnes le long de son trajet vers la capitale[18].

À Porspoder, alors qu'on baptisait 51 enfants en 1691, on n'en baptise plus que 28 en 1692 et 37 en 1693 et 1694[19]

Aux XVIe et XVIIe siècles une partie de Porspoder dépendait, au sein de la principauté de Léon, de la châtellenie de Coat-Méal[20].

Une agriculture prospèreModifier

Jean-Baptiste Ogée écrit vers 1787 qu'à Porspoder « le territoire est exactement cultivé et produit abondamment du blé et du foin ». Et le continuateur d'Ogée[21] précise en 1843 que l'agriculture y est prospère grâce à l'abondance des engrais de mer, que la culture et l'usage de la pomme de terre ont tellement pris qu'on peut dire que ce tubercule sert à nourrir les deux tiers des habitants. « Il en résulte que Porspoder exporte plus de la moitié de ses récoltes en froment et autres céréales »[22].

Activité maritimeModifier

Article détaillé : Maîtres de barques.

La commune connait également une forte activité maritime et les maîtres de barques, prospères, ont fait édifier des maisons remarquables.

En 1759, une ordonnance de Louis XV ordonne à la paroisse de Porspoder de fournir 9 hommes et de payer 59 livres, et à celle de Larret de fournir 2 hommes et de payer 13 livres pour « la dépense annuelle de la garde-côte de Bretagne »[23].

Jean-Baptiste Ogée décrit ainsi Porspoder en 1778 :

« Porspoder ; au bord de la mer ; à 13 lieues à l'ouest-sud-ouest de Saint-Pol-de-Léon, son évêché ; à 51 lieues de Rennes et à 7 lieues de Lesneven, sa subdélégation. Cette paroisse relève du Roi et ressortit à Brest. On y compte 1 800 communiants[Note 3] ; la cure est présentée par l'Évêque. Le territoire est exactement cultivé et produit abondamment du grain et du foin.[15] »

Plusieurs marins de Porspoder participèrent à la Guerre d'indépendance américaine : Joseph Le Gall[Note 4], mousse dans l'escadre du comte d'Estaing ; Budoc Prat[Note 5] (mort le ), "surnuméraire" dans l'escadre du comte de Ternay ; Michel Leysour[Note 6] et Claude Meloc[Note 7], "surnuméraires" dans les escadres des comtes de Guichen et de Grasse[24].

L'ancienne paroisse, puis commune, de LarretModifier

Brévalaire Audren[Note 8], curé de Larret, indique en 1775, en réponse à une enquête sur la mendicité effectuée par Mgr de La Marche, évêque de Léon, que a paroisse compte alors 21 mendiants et 4 habitants aisés[25].

 
Maison ancienne et pore ogivale à Larret.

Jean-Baptiste Ogée décrit ainsi la paroisse de Larret en 1778 :

« Lazret ; à 7 lieues à l'ouest de Saint-Pol-de-Léon, son évêché ; à 45 lieues trois-quarts de Rennes et à 2 lieues trois-quarts de Lesneven, sa subdélégation. Cette paroisse ressortit au siège royal de Brest et compte 200 communiants. La cure est présentée par l'Évêque. Le territoire forme une presqu'île dont les terres sont très fertiles en grains et très exactement cultivées. On y connait la maison noble de Kerguiabo[26]. »

René Jaffrédou[Note 9], successeur de Brévalaire Audren comme recteur de Larret, refusa de prêter le serment de fidélité à la Constitution civile du clergé. À partir du Concordat, il fut remplacé par Augustin Le Hir[Note 10], jusqu'en 1807, lequel ne fut pas remplacé ensuite jusqu'à la suppression de la paroisse en 1810[25].

En 1845, A. Marteville et P. Varin, continuateurs d'Ogée, décrivent ainsi Larret :

« Larret, commune formée de l'ancienne paroisse nommée par Ogée Lazret. Les bois de toute espèce manquent dans cette commune. La lande et le genêt y sont les seuls moyens de chauffage. Quant au bois de charpente, il faut aller le chercher à plus de cinq lieues. Géologie : constitution granitique. On parle le breton[27]. »

Benjamin Girard décrit ainsi Larret en 1889 :

« Cette petite commune est réunie à celle de Porspoder pour le service du culte et celui de l'enseignement ; elle n'a point de chef-lieu et ne possède qu'une petite chapelle, où il se tient un pardon, le troisième dimanche de juillet. Un lech, à base rectangulaire, de 1,60 mètre de hauteur; se voit dans le cimetière de cette chapelle[28]. »

La commune de Larret avait 166 habitants en 1793 et 197 en 1806 (année du maximum de population depuis que les recensements existent) ; sa population s'abaisse à 131 habitants en 1831, remonte jusqu'à 190 habitants en 1861, puis s'abaisse régulièrement pour n'atteindre que 104 habitants en 1926 ; après une timide remontée jusqu'à 127 habitants en 1936, la population diminue à nouveau pour n'être plus que de 84 habitants, lors du dernier recensement précédant la fusion avec Porspoder survenue au (arrêté préfectoral en date du )[29].

Liste des maires de l'ancienne commune de Larret
Période Identité Étiquette Qualité
1790 1803 Léonard Thépaut[Note 11]    
1803   Yves Poullaouec[Note 12]    
1808 1836 Léonard Thépaut   Déjà maire entre 1790 et 1803.
1838 1851 Pierre Colin[Note 13]   Maître de barque
1853 1855 François Salaun[Note 14]    
1856 1878 Goulven Maingant[Note 15]   Cultivateur.
1878 1888 Jean Calvez[Note 16]   Cultivateur.
1888 1892 Yves Maingant[Note 17]   Cultivateur. Fils de Goulven Maingant, maire entre 1856 et 1878.
1892 1900 Auguste Léaustic[Note 18]    
1900 1919 Yves Le Gall[Note 19]    
1919 1935 Jean Mingant[Note 20]   Cultivateur. Fils d'Yves Maingant, maire entre 1888 et 1892.
1935 1952 Alexis Vaillant[Note 21]    
         
1969 1970 Yves Le Vaillant[Note 22]    
Les données manquantes sont à compléter.

Révolution françaiseModifier

Au printemps 1789, les paroissiens de Pospoder rédigèrent un cahier de doléances dans lequel il est notamment écrit : « Qu'il plaise à Sa Majesté faire accorder une diminution sur la capitation desdits paroissiens, attendu que les personnes riches qui y habitoient et qui payoient une forte somme de capitation évaluée à une somme de 300 livres » ont quitté la paroisse et « ces personnes ne sont remplacées que par des pauvres hors d'état de payer leurs articles »[30]. Un autre vœu demande « qu'il plaise à Sa Majesté de supprimer l'usage où sont huit ecclésiastiques, tant séculiers que réguliers, de lever une dîme à la douzième gerbe dans plusieurs cantons de ladite paroisse, et qui n'ont jamais rendu ni rendent aucun service, et qui ne paraissent avoir autre titre pour prélever cette dîme que l'usage. Cette charge est très onéreuse aux paroissiens dudit Porspoder »[31]

Marie-Gabriel Liard, recteur, Claude-M. Thomas, vicaire et Jean-M. Léostic, prêtres réfractaires à Porspoder, s'exilèrent tous les trois à Bilbao en Espagne pendant la Terreur[32]. Joseph Thépaut, né le à Porspoder, fut prêtre constitutionnel, ordonné par Mgr Expilly le  ; en 1804, il est recteur de Locmélar, mais est qualifié de « mauvais sujet, tapageur »[33].

Selon Jacques Cambry, vers 1795, le bourg de Porspoder était formé d'« une soixantaine de maisons » ; il ajoute : « Il n'y a qu'une lieue de Porspoder à Alberildut : cette côte est inabordable. Ce port reçoit des barques de deux ou trois cents tonneaux. Deux ou trois particuliers y font le commerce de planches, de fer, de vin, d'eau-de-vie, de résine, de fromage et de fruits secs ; on y faisait jadis la pêche au maquereau. Sur toute cette côte on pêche une espèce de congre dont on pourroit tirer un bien plus grand parti : on le sale, on le fume, on le conserve sec »[34].

Le XIXe siècleModifier

Porspoder dans la première moitié du XIXe siècleModifier

Dans la nuit du 22 au , un brick norvégien de 150 tonneaux, chargé de bois du Nord à destination de Saint-Martin-de-Ré, se perdit près de Porspoder[35].

A. Marteville et P. Varin, continuateurs d'Ogée, décrivent ainsi Porspoder en 1845 :

« Porspoder (sous l'invocation de saint Budoc, évêque de Dol ; commune formée par l'ancienne paroisse de ce nom, aujourd'hui succursale. Il y a en cette commune, outre l'église, deux chapelles qui ont, comme celle-ci, un pardon peu fréquenté. La chapelle de Saint-Laurent, située au bord de la mer et non loin de l'anse de Porspoder, est dans une position pittoresque. Partout sur cette côte, l'Océan menace toujours de tempêtes, et même dans ses jours de calme s'agite sur les rochers inabordables qui l'encadrent. Porspoder cependant se livre à un petit commerce de cabotage, et reçoit des barques de 30 à 40 tonneaux. Ce territoire est couvert de monuments druidiques [en fait monuments mégalithiques] peu remarquables : on y voit près de 12 à 15 menhirs et plusieurs dolmens. L'agriculture prospère dans cette commune, grâce à l'abondance des engrais de mer qui, secs, ne se vendent pas plus de 9 francs la charretée, et verts de 75 centimes à 1 franc. La culture et l'usage des pommes de terre ont tellement pris, qu'on peut dire que ce tubercule sert à nourrir les deux tiers des habitants. Il en résulte que Porspoder exporte plus de la moitié de ses récoltes en froment et autres céréales. Les bois sont fort rares, même les pins et sapins, qui sont encore peu cultivés ; les arbres fruitiers sont beaucoup plus rares, et ne sont guère composés que de très mauvaises espèces. La seule industrie qui existe dans le pays est la pêche. Dès que la mer est belle, elle se couvre de bateaux, qui pêchent une espèce de congre assez abondant dans ces eaux, et qui, fumé, est une précieuse provision d'hiver. Géologie : constitution généralement granitique. On parle le breton[36]. »

Le droit de vaine pâtureModifier

Le droit de vaine pâture s'exerçait encore couramment au milieu du XIXe siècle :

« Les terrains communaux (...) sont livrés toute l'année au pâturage au profit des habitants des communes possédant ces communs, composés la plupart de dunes et de marais peu susceptibles d'être cultivés ; c'est ce qu'on voit à Lampaul-Plouarzel, à Ploudalmézeau, à Porspoder, à Landunvez, à Rumengol, à Plabennec, à Plouvien, etc. Chacun y envoie son bétail quand et comme bon lui semble ; c'est là encore qu'on dépose et qu'on met à sécher les plantes marines. Seulement de temps en temps, les communes vendent tout ou partie des communs, qui disparaîtront insensiblement et accroîtront la masse des terrains cultivés. (...) Les landes, marais,et généralement tous terrains déclos et non cultivés sont encore soumis à la servitude de vaine pâture. (...) La cessation de l'indivision ne suffit point pour mettre fin à la vaine pâture, il faut encore qu'il y ait clôture des terres[37]. »

Porspoder dans la deuxième moitié du XIXe siècleModifier

 
Article du journal La Presse décrivant la trouvaille à Melon (en Porspoder) le 14 septembre 1857 d'une bouteille contenant un billet en langue anglaise relatant le naufrage du paquebot américain Pacific disparu corps et biens.

Un décret impérial du rattache à Lanildut les villages de Kerdrevor et de l'Aber-Ildut qui faisaient jusque-là partie de Porspoder[38]. Une pétition rassemblant 72 signatures réclamait ce rattachement à Lanildut, les signataires arguant « leur grand isolement du bourg de Porspoder dont ils sont éloignés de 5 kilomètres, par des voies de communication très difficiles, et surtout en hiver, tandis qu'ils trouvent par leur annexion à Lanildut, dont ils ne sont séparés que par 1 500 mètres de distance, les facilités les plus grandes pour l'accomplissement de leurs devoirs civils et religieux et l'instruction de leurs enfants »[39].

 
Annonce de la mise en vente d'une usine de produits chimiques "à base de varech" située à Melon (journal Le Figaro du ).

En 1871, une épidémie de peste bovine ayant provoqué une mortalité très importante de bœufs dans le nord du Finistère, notamment à Landerneau2 500 bœufs avaient été rassemblés en janvier 1871 afin de pourvoir au ravitaillement de Paris pendant la Guerre de 1870, il devint très important d'enfouir au plus vite les cadavres de ces animaux ; 600 à 800 d'entre eux furent placés dans deux vieux navires, la Salve et le Podor, que l'on fit couler à coups de canons entre Ouessant et Porspoder ; les cadavres de certains de ces animaux vinrent s'échouer sur la côte de Porspoder (d'autres à Ouessant, Béniguet et même l'Île Vierge), où ils furent immédiatement enterrés[40].

Une épidémie de variole frappa Porspoder et des communes avoisinantes en 1882[41].

Fin XIXe la construction de 67 écoles de hameaux a été autorisée dans le Finistère par deux décrets :

  • Le décret du qui a délégué une subvention pour 18 écoles de hameaux sur l'arrondissement de Quimperlé ; toutes ont été bâties.
  • Le décret du qui a délégué une subvention pour 50 écoles de hameaux sur les quatre autres arrondissements du département (Brest, Châteaulin, Morlaix, Quimper) à choisir dans les communes « dont le territoire est le plus étendu et les ressources les plus restreintes » ; 49 ont été bâties dont 1 à Porspoder (Melon)[42].

Le pardon de Saint-Ourzal était alors très fréquenté comme le monte cette description datant de 1886 : « De toutes les chapelles de ce bienheureux , la plus fréquentée est celle qu'il possède auprès de Porspoder. Les pèlerins y affluent de tous les coins du Léon, principalement le jour de la Trinité. C'est à qui brûlera ce jour-là (qui est celui du pardon (...) de la chapelle) le plus de cierges devant l'autel du saint, pour se le rendre favorable. Les jeunes filles n'oublient pas non plus de jeter dans sa fontaine quelques-unes des épingles qui ferment leur corsage. La coutume veut que, le dimanche de la Trinité, on se rende à ce sanctuaire avant le jour, en observant, jusqu'à ce que l'on se soit remis en route pour rentrer chez soi, le silence absolu. Il ne suffit pas de ne parler ni à voix haute, ni à voix basse, il est encore défendu de communiquer par signes. Si ces conditions sont fidèlement observées, les pèlerins qui voient le soleil faire trois sauts, au moment où il se lève, peuvent tenir pour certain qu'ils se marieront dans l'année »[43].

Benjamin Girard décrit ainsi Porspoder en 1889 :

« La commune de Porspoder est située sur le littoral (...) ; l'église paroissiale, sous le patronage de saint Budoc, est bâtie sur le bord de l'anse où le saint débarqua, dit-on, en Armorique ; elle renferme de nombreux ex-votos. Il y a chaque année deux pardons importants à la chapelle de Saint-Ourzal, édifiée près de la mer sur un plateau aride. Dans le voisinage de cette chapelle se trouve le petit port de Melon, formé par une crique de 300 mètres de largeur, qui s'étend de l'est à l'ouest entre l'île de Melon et le village du même nom. Il n'est fréquenté que par des navires en relâche et par des gabares qui viennent y chercher les pierres de granit que l'on extrait, en grande quantité, de l'île susdite et de toute la côte avoisinante. Le territoire de Porspoder possède plusieurs menhirs, dont l'un, situé à 200 mètres sud-est du moulin de Kerneur, a près de 9 mètres de hauteur, et un dolmen parfaitement conservé, à peu de distance de la chapelle Saint-Ourzal. L'île de Melon, malgré son peu d'étendue, renferme elle-même deux menhirs, dont un de 5 mètres de haut, et un grand dolmen, en partie renversé[44]. »

En 1896, un document indique que les sœurs de l'Immaculée Conception de Saint-Méen assistaient et soignaient gratuitement les malades de Porspoder à domicile[45].

À la fin du XIXe siècle, plusieurs carrières (celles de Ports-an-Eis-Vinis, d'Enez-Choenec, de Cléguer, de l'île Melon) exploitaient le granite porphyroïde à gros grains de cristaux feldspathiques (exploité aussi à Lanildut, Brélès et Plouarzel) dans la commune de Porspoder ; le granite extrait servit notamment pour la construction des quais et formes de radoub du port militaire de Brest[46].

Le XXe siècleModifier

La Belle ÉpoqueModifier

En 1902 Gustave Geffroy décrit « Porspoder, tapi dans un extraordinaire tas de goémon où les maisons, la petite église apparaissent confondus avec les pierres. De la chapelle absidiale, la vue est splendide : les côtes et l'océan à perte de vue, une fortification de récifs, un amoncellement d'îlots, une mer enflée, immense »[47].

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Le journal Le XIXe siècle évoque en janvier 1903 « la grande misère des pêcheurs d'Argenton, de Porspoder et de Laber[Note 23] » et l'envoi d'une délégation à Paris pour demander des secours[48].

Les naufrages étaient fréquents : par exemple le , le steamer anglais Wilton, chargé de grains, allant d'Odessa à Rotterdam, fit naufrage au large de Porspoder ; le naufrage fit 27 victimes et un seul rescapé, recueilli à Porspoder[49]. En mars 1903 celui d'un couple et d'un de leurs enfants partis relever des casiers au large de Melon ; ce naufrage fit 8 orphelins à Melon[50]. En 1908, le trois-mâts italien Régina fit naufrage près de Porspoder ; quatre marins du quartier maritime du Conquet furent condamnés par le tribunal maritime de Brest car ils « s'étaient emparés de différentes pièces de bois et de pétrole provenant du bateau »[51]. Le le bateau de pêche 2238, dénommé François, de Porspoder fit naufrage entre le phare du Four et Argenton ; les deux hommes d'équipage furent noyés[52].

En 1912, Léon Barthou gagna le "Grand Prix de l'Aéro-Club de France" en atterrissant à Porspoder avec son ballon sphérique après avoir parcouru 550 kilomètres en un peu plus de six heures[53].

En 1912, la ville de Brest créa dans une villa une colonie de vacances à Porspoder, laquelle fonctionna encore, accueillant des fillettes (dont de nombreuses pupilles de la nation), après la Première Guerre mondiale[54].

En mai 1913, la ligne de chemin de fer à voie étroite allant de Portsall à Porspoder, longue de 8 km, construite par les Chemins de fer armoricains est inaugurée (le projet avait été lancé en 1906) ; son exploitation est confiée à la Compagnie des Chemins de fer départementaux du Finistère[55]. Cette ligne ferma en 1939 et fut déclassée en 1940[56].

La Première Guerre mondialeModifier

 
Le monument aux morts de Porspoder.

Le monument aux morts de Porspoder porte les noms de 61 soldats et marins morts pour la France pendant la Première Guerre mondiale. Parmi eux, 9 au moins sont des marins disparus en mer (parmi eux Eugène Le Borgne a été décoré de la Médaille militaire et Auguste Venneguès de la Croix de guerre), 5 au moins sont morts sur le front belge, soit en 1914 (Gabriel Caroff à Dixmude), soit en 1917 (Yves Colin, Yves Kerjean et Joseph Perrot à Nieuport ; Joseph Provost à Langemarck) ; la plupart des autres sont décédés sur le sol français, à l'exception de Pierre Louédoc, décédé le à Cotonou (Dahomey)[57].

Le monument aux morts de l'ancienne commune de Larret, situé à l'entrée de l'ancienne église paroissiale, porte les noms de 9 soldats et marins morts pour la France pendant la Première Guerre mondiale, dont celui de Jean Thépaut, marsouin au 56e régiment d'infanterie coloniale, mort de maladie le en Macédoine ; la plupart des autres sont décédés sur le sol français[58].

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Le un hydravion en avarie dans l'anse de Porspoder fut secouru par l' Henri Munier, canot de sauvetage d'Argenton : les deux aviateurs à bord furent secourus et l'hydravion pris en remorque jusqu'au port d'Argenton[59].

L'Entre-deux-guerresModifier

 
"Église gothique bâtie sur la grève, à Porspoder (Finistère)", photographie de Paul Gruyer, revue "L'Art et les artistes", mars 1924)

En avril 1923, on comptabilise pour Porspoder « 224 bateaux armés jaugeant 497 tonnes dont 149 goëmonniers, 3 filets dérivants, 73 cordiers, ligneurs ou casiers »[60].

Paul Gruyer décrit ainsi Porspoder en 1924 : « L'église de Porspoder fut bâtie sur la grève même, au bord d'un chaos de rochers farouches, tapissés d'énormes et gluants goémons, qu'hommes et femmes recueillent avec des râteaux afin de les faire brûler ensuite pour en tirer l'iode et la soude. Il n'y a nulle part, en Bretagne, de décor plus sauvage, plus terrible aussi lorsque soufflent les tempêtes du large. Alors la mer bondit jusqu'à l'église, et c'est au rugissement des vagues que prient les fidèles. Jadis, je l'ai connu, le cimetière y était accolé, avec ses tombes creusées dans le sable et son ossuaire, où les tibias étaient rangés par paquets, comme des sarments de vigne, où les crânes étaient enfermés dans de petites boites de bois blanc, percées d'un trou en forme de cœur (...). Lors des grandes marées d'équinoxe les flots venaient clapoter parmi les tombes et faire danser les petites boîtes de bois. (...) »[61]. Mais cette description est exagérée et critiquée par Alexandre Masseron qui écrit qu' « il est exact que l'église de Porspoder est bâtie près de la grève et qu'elle était, il y a quelques années, entourée d'un cimetière comme la plupart des églises bretonnes ; les ruines de l'ossuaire subsistent encore. Mais entre la grève et le sol de l'ancien cimetière, il y a une différence de niveau de 6 à 8 mètres au moins ; les personnes du pays que j'ai interrogées n'ont jamais vu la mer battre même le pied du mur d'appui »[62].

 
Article vantant les attraits touristiques de Porspoder ("Revue du Touring-Club de France", octobre 1925).

En 1924 aussi, un récit évoque en ces termes Porspoder : « Les scènes vaudevillesques ne manquent pas. J'ai vu, dimanche, deux petites Bretonnes, parties en bas de soie noirs et souliers vernis au pardon de Porspoder, revenir, pieds nus, sur la route, et souliers à la main ; et hier, à ma demande, ma femme de ménage, sur ma demande d'un thermomètre médical, chaussa ses sabots (...) et me rapporta un appareil météorologique long de 50 centimètres, provenant d'un bateau naufragé, jadis, sur la côte... »[63].

En 1925, une station de sauvetage maritime est créée à Porspoder[64].

François Leguen, quartier-maître à bord du sous-marin Ondine, disparût dans le naufrage de ce sous-marin coulé en surface par un vapeur grec au large de Vigo (Espagne) le [65].

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Le « quatre bateaux goemonniers Sainte-Jeanne-d'Arc, Saint-Joseph, Breiz-Izel et Reine-du-Port, revenant de l'Île Quéménès avec un chargement de goémon, drossés par les vents et les courants, ont été jetés sur les récifs de la Pointe-Beguer-Herch, à l'entrée du port de Porspoder. Le Saint-Joseph est perdu ; les autres bateaux pourront être réparés »[66].

Georges Bernard décrit ainsi la récolte du goémon à Porspoder en 1934 :

« Deux catégories d'exploitants : les "inscrits maritimes" qui, seuls, peuvent pratiquer la pêche ou l'arrachage sur les fonds recouverts à marée basse. Ils utilisent avec leurs barques des crochets longs de 5 à 10 mètres ; et les marins-goémoniers d'Argenton - Porspoder vont chercher jusqu'aux abords des îles de Sein et d'Ouessant les goémons qui assurent leur modeste fortune. Ils pêchent les laminaires (...) entre avril et octobre, et entre l'extinction et l'allumage du Phare du Four, qu'ils nomment poétiquement la chandelle. Porspoder et son petit port Traouvillik sont peuplés de petites maisons de marins, construites à même le rocher et faites du même granit. À côté d'eux, les paysans des environs viennent à tous les moments de l'année ramasser les goémons épaves qu'on voit les jours de grande tempête voler par-dessus les rochers ; ils en font de l'engrais. Ils peuvent aussi couper en mai et juin le goémon vert que la basse mer découvre (...)[67]. »

Article détaillé : Goémonier.

En 1937, 95 bateaux étaient immatriculés à Porspoder par l'inscription maritime, « mais on en compte guère que la moitié faisant la pêche »[68].

Un camp de réfugiés espagnols exista à Porspoder entre 1936 et 1939[69].

La Deuxième Guerre mondialeModifier

Article détaillé : Bataillon de Ploudalmézeau.
 
Plaque commémorative située au port de Melon en souvenir du drame survenu le .

Des plaques commémoratives appliquées sur le mur du cimetière de Porspoder portent les noms de 16 personnes mortes pour la France pendant la Deuxième Guerre mondiale ; parmi elles plusieurs marins : Pierre Dagorn, mort le lors du naufrage du patrouilleur Barsac près de Vigo (Espagne) ; Jean Capri, quartier-maître mécanicien mort le lors du naufrage du cuirassé Bretagne victime de l'Attaque de Mers el-Kébir et Pierre Perchoc, matelot canonnier à bord du Dunkerque, décédé le même jour dans les mêmes circonstances[70].

Le , cinq hommes requis par l'occupant allemand pour aller travailler sur l'Île Melon se noyèrent dans la passe entre l'île et la digue (la nuit était tombée et le courant très fort ce jour-là en raison d'une marée à fort coëfficient).

Le , une camionnette transportant du tabac entre Porspoder et Saint-Renan fut raflée par la résistance pour ravitailler le maquis de Ploudalmézeau[71].

Le maquis FFI de Penfrat, en Porspoder, encercla et attaqua début août 1944 le radar de la pointe de Garchine, puis libéra toute la zone de Porspoder - Argenton - Landunvez[72].

André Jouet, résistant membre des Francs-Tireurs et Partisans, qui passe sa retraite à Porspoder, a été fait chevalier de la Légion d'honneur en 2018[73].

L'après Deuxième Guerre mondialeModifier

Sept soldats (Mathieu Guéguen, Pierre Gueneuguès, Paul Le Vaillant, Alain Magueur, Jean Menguy, Michel Menguy et Joseph Provost) originaires de Porspoder ont été tués pendant la Guerre d'Indochine et quatre (Yvon Hurdebourcq, Joseph Kerleroux, Lucien Le Deun et Joseph Provost [un homonyme du précédent cité]) pendant la Guerre d'Algérie[70].

En 1967, Hervé et Anne-Louise Blaize transforment l'ancien "Hôtel des Dunes" en discothèque "Le Zodiac". De nombreux artistes comme Nicoletta , Joe Dassin, Sylvie Vartan , Sacha Distel, etc., et de nombreux groupes de rock, s'y sont produits[74].

La commune de Larret est annexée par celle de Porspoder le (arrêté préfectoral du ).

Politique et administrationModifier

 
Mairie de Porspoder

Liste des mairesModifier

1790 1790 M. Brinterch
1803 1804 Budoc Mathieu Corric[Note 24] Maître de barque.
1808 1815 François Provostic[Note 25] Notaire.
1815 1816 Jean Colin[Note 26] Capitaine de commerce.
1817 1821 Michel Le Gall
1821 1822 Jean-Marie Provostic[Note 27] Notaire. Marchand de draps. Expert arpenteur. Frère de François Provostic, maire entre 1808 et 1815.
1822 1825 Jean-Jacques Hyppolite Guerin[Note 28] Chirurgien.
1825 1828 Pierre Pons Rabon[Note 29]
1831 1832 Jean Salaün[Note 30] Cultivateur.
1833 1836 Guillaume Kerhuel[Note 31] Marchand.
1844 1872 Yves-Marie Le Gall[Note 32] Notaire.
1872 1878 Jacques-Marie Quentel[Note 33] Notaire.
1879 1886 Jean-François Colin[Note 34] Maître de barque. Petit-fils de Jean Colin, maire entre 1815 et 1816.
1887 1888 Amédée Le Meur[Note 35] Capitaine au long cours.
1888 1894 Jean-François Jacob[Note 36] Cultivateur.
1895 1901 Yves Le Vaillant[Note 37] Maître au cabotage.
1901 1903 Jean Le Vaillant[Note 38] Capitaine au long cours. Fils d'Yves Le Vaillant, maire précédent.
1903 1922 Emmanuel Colin[Note 39] Fils de Jean-François Colin, maire entre 1879 et 1886.
1922 1937 Jacques Marie Quentel[Note 40] Notaire. Fils de Jacques-Marie Quentel, maire entre 1872 et 1878.
1937 1943 Joseph Le Borgne[Note 41] Marin.
1943 1943 Joseph Cadiou[Note 42] Notaire.
1945 1977 Yves Pelle[Note 43]
1977 1995 Charles Pavot
1995 2001 Marie-Aimée Gouzien
2001 2008 Louis Graziana Liste Gérer Porspoder autrement
2008 2014 Yannick Marzin (DVD) Ancien conseiller général
Liste Porspoder en avant (sans étiquette)
2014 2018 Jean-Daniel Simon (DVD)[75] Liste Rassemblons Porspoder (sans étiquette)
Chef d'entreprise, démissionnaire le 24 septembre 2018[76]
2018 Yves Robin (DVD)[77] maire actuel
Les données manquantes sont à compléter.

JumelageModifier

La commune de Porspoder est jumelée à Cawsand-Kingsand (en), au Royaume-Uni.

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[78]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[79].

En 2016, la commune comptait 1 817 habitants[Note 44], en augmentation de 3 % par rapport à 2011 (Finistère : +0,93 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 1662 1752 2732 1061 8881 9841 9951 9841 981
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 9981 9981 9601 5941 6661 7061 8301 8621 775
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 9051 8211 7001 6291 6261 5961 4961 7791 759
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
1 5031 3771 3241 3091 3731 5671 6091 7381 819
2016 - - - - - - - -
1 817--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[80] puis Insee à partir de 2006[81].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

Patrimoine maritimeModifier

 
Port traditionnel de Mazou
  • Presqu’ile Saint-Laurent : majestueux site naturel, rattachée à la terre ferme que par un mince isthme aux côtés duquel se situent les plages de La Grève Blanche ou plage des dames et La Grève des Bateaux.ou plage des curés À la pointe de la presqu’île, il est possible d’admirer au loin le phare du Four. Au centre se situe un four à Goémon.
  • Île de Melon est une petite île inhabitée, qui renferme des vestiges mégalithiques tels que de nombreux menhirs et un dolmen. Elle servit longtemps comme carrière d’extraction de granit.
  • Petit port traditionnel "Porz Mazou" dont la particularité est d'avoir conservé, au fil des ans, le mode ancestral de mouillage sur pieux de bois dont l’histoire remonte au Moyen Âge.
  • Autres petits ports : Melon, Mesdoun et Porsmeur
  • Près de 8 kilomètres de littoral et des plages - du Nord au Sud : Plages des Colons, plages des Dames, plage des curés, Plage du Bourg, Plage de Mazou, Plage de Melon, Plage du Porsmeur.
  • Pointe de Gard'Sign et sa table d'orientation (1991) : point de vue à 180 degrés, 14 phares, feux et balises y sont visibles à l'horizon.
  • Le GR 34 dit "sentier des douaniers", l'emblématique sentier de grande randonnée du tour de Bretagne.

Patrimoine historiqueModifier

  • L'église Saint-Budoc (XVIe siècle), dédiée à saint Budoc, est l'unique église de la commune depuis la fusion de la paroisse avec celle de Larret en 1810[82]. Elle domine la grève et date de 1645, mais a été rehaussée en 1857. Son clocher-mur est une tour massive à demi incluse dans la façade et est troué à sa base d'une porte en plein cintre portant les armes de la famille du Chastel. Le porche latéral, dont l'entrée est surmontée d'une arcade ogivale, abrite dans une niche une statue de saint Pierre[83].

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

  • La chapelle Saint-Anne, située au pied du clocher de l'église, du côté occidental.
  • L'église Saint-Léonor de Larret (XVIe siècle- 1729), sous le patronage de saint Léonor (lequel pourrait être saint Lunaire)[25], date du XVIe siècle, mais a été profondément remaniée en 1729 ; de plan rectangulaire, c'est l'ancienne église paroissiale d'avant la fusion de la paroisse avec celle de Porspoder en 1810 ; son site correspond à un lieu de culte très ancien qui aurait été christianisé au Moyen-Âge, comme en témoigne la stèle de l'Âge du fer, surmontée d'une coix pattée et nimbée visible dans son enclos paroissial ; elle possède un système ancien de vases acoustiques inclus dans les murs, leur col ouvert permettant d'amplifier la voix du prédicateur ; son clocher-mur est percé à sa base d'une porte gothique surmontée des armes de la famille Autret de Kerguiabo[84].

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

  • La chapelle Saint-Ourzal (XVIe siècle- 1715). Cette chapelle, construite en 1639 par René de Kermenou, est dédiée à saint Ourzal, un saint inconnu par ailleurs, qui est peut-être saint Tourzal ou Gourzal, qui pourrait être à l'origine un saint gallois connu sous le nom de saint Wrthwl, mais cela reste très incertain[85] ; selon une autre hypothèse plus vraisemblable, saint Ourzal serait tout simplement saint Arzel (saint Armel), patron de la paroisse voisine de Plouarzel. C'est un lieu de culte très ancien comme en témoignent la stèle d'âge du fer christianisée et les débris d'urnes funéraires exhumés lors des travaux de restauration menés à partir de 1979 (dès 1910, la chapelle n'avait plus de toit et était envahie par la végétation)[86]. Sa fontaine faisait l'objet de rites de dévotion comme en témoigne cet extrait d'un article de journal datant de 1928 : « Dans les ruines de l'ex-chapelle Saint-Ourzal est une fontaine perdu dans les herbes, les cailloux et les roseaux. J'y ai vu venir une paysanne et son petit dont elle venait laver les pieds nus dans l'eau miraculeuse afin qu'il marchât plus tôt.Trois vendredis de suite, il faut venir ainsi procéder à cette immersion et le miracle s'accomplit »[87]. Saint Ourzal avait aussi la réputation de marier dans l'année les jeunes gens des deux sexes qui l'imploraient avec une fervente dévotion[88]. Selon une autre tradition, les femmes de marins recueillaient la poussière de la chapelle et la lançaient au vent pour que la mer leur rende leurs hommes[89].

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

  • L'ancienne chapelle Notre-Dame-des-Flots à Melon, ancien bâtiment d'usine (brûlerie d'algue construit en 1879)[90] et aménagé en chapelle et béni le 3 juin 1951.
  • Plusieurs mégalithes jalonnent le territoire communal témoignant de l'ancienneté du peuplement de la région. Qu'il s'agisse de dolmens, qui servirent de sépulture, ou de menhirs, dont la fonction demeure énigmatique, ces constructions sont la signature des hommes du néolithique. Le dolmen de l'Île Melon dans le petit port du même nom est très significatif. Quinze mégalithes de la commune sont ainsi classés aux monuments historiques[91].
  • Sur le Port de Melon, on trouve également une ancienne poudrière et un ancien four à goémon.
  • Les hameaux construits à l'époque des maîtres de barques (XVIIe et XVIIIe siècles) : le Creach, Kermerrien, Prat Paul, le Spernoc, Keroustad.
  • Les lavoirs traditionnels, encore utilisés aujourd'hui : lavoir du Chemin de Meslan, lavoir de Porspodiriou, lavoir de la Rue du Spernoc, lavoir du Cosquer.
  • La croix de Larret (XIVe siècle). On y trouve l'écu de la famille des du Chastel.
  • La croix du Dreff ou Le Croazoc ou Créac'h-ar-Groaz (XVe siècle).
  • La croix de mission du cimetière du Dreff (1883) provenant de l'ancien cimetière : elle est transférée en 1901.
  • La croix de Mentiby (XVIe siècle), trouvée dans la grève et insérée dans un mur de clôture.
     
    Maison de maître de barques 9 rue du Spernoc
  • L'ancien manoir de Kerazant (XVIe siècle), propriété des familles Tanguy, Autret et Keranguen.
  • Le manoir de Kermenou (XVe – XVIe siècles) et son colombier de Kermenou (XVIe siècle) ; en ruines en 1994, il est en cours de restauration[92].
  • La fontaine de l’enclos de la chapelle Saint-Ourzal. Les parents y plongeaient trois fois les petits enfants pour qu'ils apprennent à marcher.
  • Le monument aux morts de la Première Guerre mondiale.

Personnalités liées à la communeModifier

LoisirsModifier

  • Restaurants : le bourg compte près de 7 restaurants offrant un large choix culinaire : 2 crêperies, 1 restaurant gastronomique, 1 restaurant-pizzeria et 3 restaurants.
  • Bars : 1 Pub, 3 Bars et 1 Bar-PMU.
  • Vie nocturne : "le Zodiac", est une boîte de nuit multi-ambiances incontournable dans le paysage de la nuit bretonne. Touristes et locaux s'y rencontrent pour danser au rythme de tubes d'hier et d'aujourd'hui, croisant parfois le chemin de célébrités en vacances dans la région.
  • Tourisme : 1 éco-hôtel , 1 camping et village-vacances, et des nombreuses chambres d'hôtes et gites.
  • Commerces (biscuiterie, supérette, coiffeurs, pharmacie) et marché estival.*
  • Activités : Les Frères Complices, location de vélos, vélos électriques, tandems et streetsteppers font découvrir les plus beaux coins de la région de Porspoder aux locaux et aux touristes.

SportsModifier

  • Activités : Tennis, Handball, Football, Gymnastique, Cyclotourisme, Yoga, Marche / Randonnée.
  • Événements sportifs : les 10 et 11 avril 2010 ont eu lieu les championnats de Bretagne de TREC en attelage.

LittératureModifier

  • Eugène Parès : La grotte du corbeau (1883)[93].

Cinéma (tournages)Modifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Cette chapelle est devenue par la suite l'église paroissiale de Porspoder.
  2. Hervé de Keroulas (1385-1416), seigneur de Boiséon et de Boisriou, époux de Béatrix de Penhoët de Guerand-en-Plouégat (1391 - 1428), voir http://genealogie.quebec/info/index.php?no=173608.
  3. Personnes en âge de communier.
  4. Joseph Marie Le Gall, né le à Porspoder
  5. Budoc Prat, né le à Porspoder.
  6. Michel Leysour, né le à Kermerien en Porspoder.
  7. Probablement Claude Le Melloch, né le à Brélès.
  8. Brévalaire Adren, d'origine noble (son père était seigneur de Keryvoas), né le à Kerlouan, décédé en 1778.
  9. René Jaffrédou, né le à Plouarzel, décédé le 2 pluviôse an VI () à Larret.
  10. Augustin Le Hir, né le au manoir de Troménec en Landunvez ; il fut nommé en 1807 recteur de Lanildut, puis de Tréouergat ; décédé en 1823 à Tréouergat.
  11. Léonard Thépaut, né le au manoir de Larret en Larret, décédé le au manoir de Larret en Larret.
  12. Yves Poullaouec, né le à Leven en Plourin, décédé le à Plabennec.
  13. Pierre Marie Colin, né le à Larret, décédé le à Kerdelvas en Larret.
  14. François Salaun, né le à Landunvez, décédé le à Leurgueur en Larret.
  15. Goulven Maingant, né le à Prat Bian en Larret, décédé le au bourg de Larret.
  16. Jean Calvez, né le à Plouguerneau, décédé le à Porspoder.
  17. Yves Maingant, né le à Larret, décédé le à Larret.
  18. Auguste Léaustic, né le à Plourin, décédé le à Keroustat en Porspoder.
  19. Yves Le Gall, né le à Brélès, décédé le à Porspoder.
  20. Jean Mingant, né le à Larret, décédé le à Larret.
  21. Alexis Vaillant, né le à Larret, décédé le à Larret.
  22. Probablement Yves Vaillant, né le à Kerigant en Larret.
  23. L'Aber-Ildut en Lanildut.
  24. Budoc Mathieu Corric, né le à Vourch en Porspoder, décédé le à Kerdrevor en Porspoder.
  25. François Provostic, né le à Porspoder, décédé le à Porspoder.
  26. Jean Colin, né le à Porspoder, décédé le à Pospoder.
  27. Jean-Marie Provostic, né le à Porspoder, décédé le à Lesneven.
  28. Jean-Jacques Hyppolite Guérin, baptisé le à Lambézellec, décédé le à Saint-Renan.
  29. Pierre Pons Rabon, né vers 1786, décédé le à Saint-Marc. Ses enfants sont nés à Porspoder.
  30. Probablement Jean Marie Salaün, né le au Moulin Kerbonoré en Guilers, décédé le à Saint-Pierre-Quilbignon, marié à Porspoder où ses enfants sont nés.
  31. Guillaume Kerhuel, né le à Porspoder, décédé le à Porspoder.
  32. Yves-Marie Le Gall, né le à Porspoder, décédé le à Porspoder.
  33. Jacques Marie Quentel, né le à Kervao Bian en Lambézellec, décédé le à Lannilis.
  34. Jean François Colin, né le à Porspoder, décédé le à Porspoder.
  35. Amédée Le Meur, né le à Porspoder, décédé le à Porspoder.
  36. Jean François Jacob, né le à Porspoder, décédé le à Porspoder.
  37. Yves Le Vaillant, né le à Porspoder, décédé le à Prat Paul en Porspoder.
  38. Jean Le Vaillant, né le à Porspoder, décédé le à Prat Paul en Porspoder.
  39. Emmanuel Colin, né le à Porspoder, décédé le au bourg de Porspoder.
  40. Jacques Marie Quentel, né le à Porspoder. Sa liste est dite "anticartelliste", donc opposée au Cartel des gauches
  41. Joseph Mathieu Le Borgne, né le à Porspoder, décédé le à Kermerrien en Porspoder.
  42. Joseph Cadiou, né le à Landivisiau, décédé le à Porspoder.
  43. Yves Pelle, né le à Poul ar Scanv en Porspoder, décédé le à Brest.
  44. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. Pierre Bigot de Morogues, "Journal des mines" no 152, 1809.
  2. Louis Chauris, "La saga des granites de l'Aber-Ildut", http://www.lanildut.fr/histoire/LanSource018.html et http://www.wiki-brest.net/index.php/Granite_de_l%27Aber_Ildut
  3. André Guilcher, Évolution morphologique de vallées bretonnes, "Bulletin de la Section de géographie", 1961, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6246312w/f62.image.r=Porspoder?rk=42918;4
  4. Bernard Grall, La côte bretonne en danger, "Sites et monuments", octobre 1972, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9780954c/f45.image.r=Porspoder
  5. a et b infobretagne.com, « Étymologie et Histoire de Porspoder » (consulté le 30 janvier 2017)
  6. Hervé Abalain, Noms de lieux bretons, Editions Jean-paul Gisserot, coll. « Universels Gisserot / 22 », , 126 p. (ISBN 978-2-877-47482-5, OCLC 2877474828, lire en ligne), p. 99
  7. Joseph Loth,Un phénomène linguistique : saint Budoc devenu saint André, "Revue celtique", 1929, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6473497q/f132.image.r=Porspoder?rk=2017177;2
  8. Joseph Loth,Un phénomène linguistique : saint Budoc devenu saint André,"Revue celtique", 1929, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6473497q/f132.image.r=Porspoder?rk=2017177;2
  9. Émile Cartailhac, "Dictionnaire archéologique de la Gaule", 1875, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9763804h/f467.image.r=Lanildut?rk=3218900;0
  10. Louis L'Hostis, Les mégalithes de Saint-Dénec, en Porspoder (Finistère), "Bulletin de la Société préhistorique de France", n° du 23 février 1933, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5691780p/f31.image.r=Lanildut
  11. https://monumentum.fr/menhir-kerouezel-pa00090306.html
  12. Alexandre Marie Thomas, "Saint Pol-Aurélien et ses premiers successeurs", 1889, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9739054p/f70.image.r=Porspoder?rk=3390574;4
  13. Onésime Pradère, "Brest, son château, son port, sa rade et ses environs : guide du touriste", 1889, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k56854381/f17.image.r=Porspoder?rk=3497871;2.
  14. Albert Le Grand, "Les vies des saints de la Bretagne Armorique", 5e édition, 1901, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5038760/f674.image.r=Porspoder?rk=3969976;4
  15. a et b Jean-Baptiste Ogée, Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne, t. 3, (lire en ligne).
  16. Paul Peyron, "Le culte de la très Sainte Vierge dans le diocèse de Quimper", 1914, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5814658q/f60.image.r=Porspoder?rk=2317608;0
  17. Joseph-Marie de Kersauson de Penandreff, "Histoire généalogique de la maison de Kersauson", 1886, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k55649073/f93.image.r=Porspoder?rk=3755383;2.
  18. Alexandre Masseron (citant des travaux de l'historien Henri Bourde de la Rogerie), Henriette de France en Bretagne, "Journal des débats politiques et littéraires", n° du 31 juillet 1911, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4842497/f2.image.r=Porspoder?rk=193134;0
  19. Archives départementales du Finistère, BMS de Porspoder
  20. Arthur de la Borderie, La vicomté ou principauté de Léon,"Revue de Bretagne et de Vendée", 1889, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k207871k/f110.image.r=Porspoder?rk=3712464;4
  21. J. Ogée, A. Marteville et P. Varin, Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne, t. 1, (lire en ligne).
  22. Antoine Favé, Les faucheurs de la mer en Léon (récolte du goémon aux XVIIe et XVIIIe siècles), "Bulletin de la Société archéologique du Finistère", 1906, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2076777/f167.image
  23. >"Ordonnance... portant imposition pour la dépense annuelle de la garde-côte de Bretagne", 1759, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k97412315/f8.image.r=Plovan
  24. Henri Mérou, " Les combattants français de la guerre américaine, 1778-1783", 1903, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5525402h/f82.image.r=Porspoder?rk=2939928;4, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5525402h/f245.image.r=Porspoder?rk=2939928;4 et https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5525402h/f215.image.r=Porspoder?rk=2939928;4
  25. a b et c « Larret: Histoire, Patrimoine, Noblesse », sur infobretagne.com (consulté le 18 avril 2019).
  26. Jean-Baptiste Ogée, Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne, t. 2, (lire en ligne).
  27. A. Marteville et P. Varin, Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne, t. 1, (lire en ligne).
  28. Benjamin Girard, "La Bretagne maritime", 1889, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5744832r/f249.image.r=Larret
  29. http://cassini.ehess.fr/cassini/fr/html/fiche.php?select_resultat=18791
  30. Henri Sée, Les classes rurales en Bretagne du XVIe siècle à la Révolution, "Annales de Bretagne", 1907, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k115319g/f384.image.r=Porspoder?rk=85837;2
  31. Henri Sée, Les cahiers de paroisses de la Bretagne en 1789, "La Révolution française : revue historique", janvier 1904, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1163246/f510.image.r=Porspoder?rk=5858398;0
  32. Manuscrit de M. Boissière, Liste de prêtres finistériens réfugiés ou déportés en Espagne, "Bulletin diocésain d'histoire et d'archéologie", 1924, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5729760q/f256.image.r=Porspoder?rk=1480694;0
  33. Prêtres expilliens, "Bulletin diocésain d'histoire et d'archéologie", 1924, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5729760q/f263.image.r=Porspoder
  34. Jacques Cambry, "Voyage dans le Finistère ou État de ce département en 1794 et 1795", Imprimerie-Librairie du Cercle Social, An VII 1799 (réédition "Société archéologique du Finistère", Quimper, 1999 [ (ISBN 2-906790-04-4)])
  35. Journal "Le drapeau blanc" du 4 novembre 1820, consultable https://gallica.bnf.fr/services/engine/search/sru?operation=searchRetrieve&version=1.2&collapsing=disabled&query=%28gallica%20all%20%22Porspoder%22%29%20and%20arkPress%20all%20%22cb327588450_date%22&rk=6201747;2#resultat-id-1
  36. A. Marteville et P. Varin, Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne, t. 2, (lire en ligne).
  37. J.M.P.A. Limon, "Usages et règlements locaux en vigueur dans le département du Finistère", 1852, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5688569v/f98.image.r=Plouvien.langFR
  38. "Rapports et délibérations / Conseil général du Finistère", 1868, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5565213q/f423.image.r=Lanildut?rk=21459;21869 et 1869, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5564642h/f19.image.r=Lanildut?rk=42918;4
  39. "Rapports et délibérations / Conseil général du Finistère", 1868, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5565213q/f423.image.r=Porspoder?rk=1201722;4
  40. M. Constantin, De la peste bovine ou typhus contagieux des bêtes à cornes, "Congrès scientifique de France", 1872, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k445274p/f227.image.r=Porspoder
  41. Rapport général sur les épidémies de 1882, "Mémoires de l'Académie de médecine", 1887, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6361334q/f171.image.r=Porspoder
  42. Marie-Paule et Bernard Kernéis, Les écoles de hameaux : deux programmes d' envergure à la fin du XIXe siècle dans le Finistère, revue "Le Lien", Centre généalogique du Finistère, n° 151, septembre 2019. Site des auteurs http://www.roch-gad.eu
  43. L.-F. Sauvé, Superstitions relatives au mariage, "Mélusine : revue de mythologie, littérature populaire, traditions et usages", 1886, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k57906482/f197.image.r=Porspoder?rk=4442082;0
  44. Benjamin Girard, "La Bretagne maritime", 1889, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5744832r/f250.image.r=Porspoder.
  45. La France charitable et prévoyante : tableaux des œuvres et institutions des départements, numéro 1, 1896, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5802221d/f627.image.r=Bourg-Blanc.langFR
  46. "Répertoire des carrières de pierre de taille exploitées en 1889", 1890, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9780517q/f114.image.r=Porspoder?rk=3605168;0
  47. Gustave Geffroy, La Bretagne, "Le Tour du monde", 1902, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k344448/f311.image.r=Porspoder
  48. Journal Le XIXe siècle, n° du 30 janvier 1903, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7572363q/f2.image.r=Porspoder?rk=171674;4
  49. Journal Le XIXe siècle, n° du 24 novembre 1882, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7566699b/f3.image.r=Porspoder?rk=21459;2
  50. Journal L'Ouest-Éclair, n° du 9 mars 1903, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k639906g/f2.image.r=Porspoder?rk=1244641;2
  51. Journal L'Ouest-Éclair, n° du 11 avril 1908, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k641766z/f4.image.r=Porspoder?rk=3605168;0
  52. Journal L'Ouest-Éclair, n° du 8 mars 1911, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k642827j/f5.image.r=Porspoder?rk=4034354;4
  53. "La Vie au grand air : revue illustrée de tous les sports", 5 octobre 1912, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9605297t/f5.image.r=Porspoder?rk=429186;4
  54. Jeanne Callarec et Henri Pichot, Les colonies de vacances de la ville de Brest, "La France mutilée : bulletin", n° du 26 août 1923, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5604678q/f2.image.r=Porspoder?rk=150215;2
  55. "Journal officiel de la République française. Lois et décrets", n° du 24 mai 1913, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6274666p/f8.image.r=Porspoder?rk=128756;0
  56. "Journal officiel de la République française. Lois et décrets", n° du 24 février 1940, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9611294m/f6.image.r=Porspoder?rk=493564;4
  57. « Monument aux Morts - Porspoder », sur memorialgenweb.org (consulté le 18 avril 2019).
  58. « Monument aux Morts - Larret », sur memorialgenweb.org (consulté le 18 avril 2019).
  59. "Annales du sauvetage maritime", 1917, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5802260h/f34.image.r=Porspoder?rk=42918;4
  60. Journal L'Ouest-Éclair, n° du 7 mai 1923, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k647267f/f6.image.r=Porspoder?rk=4570838;0
  61. Paul Gruyer, revue "L'Art et les artistes", mars 1924, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k61119805/f174.image.r=Porspoder?rk=1888421;2
  62. Journal La Croix, n° du 7 septembre 1924, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2619455/f3.image.r=Porspoder?rk=42918;4
  63. Journal Comœdia, n° du 26 août 1924, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7654531r/f1.image.r=Porspoder?rk=21459;2
  64. Journal L'Ouest-Éclair, n° du 23 novembre 1925, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k648198t/f4.image.r=Porspoder?rk=2639498;0
  65. Revue L'Illustration n° 4468 du 28 octobre 1928 et journal L'Ouest-Éclair, n° du 24 octobre 1928, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k657615f/f3.image.r=Porspoder?rk=4270407;2
  66. Journal des débats politiques et littéraires, n° du 26 décembre 1929, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k506093w/f6.image.r=Porspoder?rk=214593;2
  67. Georges Bernard, La récolte et l'emploi du goémon sur les côtes bretonnes, "Bulletin de la Société de géographie de Lille", avril 1934, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5721605p/f19.image.r=Porspoder?rk=300430;4
  68. La grande misère de nos marins, Journal L'Ouest-Éclair, n° du 31 mars 1937, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k660848j/f6.image.r=Porspoder?rk=2124474;0
  69. Journal L'Ouest-Éclair, n° du 13 juin 1939, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k661650h/f8.image.r=Porspoder?rk=3154522;0
  70. a et b « Plaques commémoratives - Porspoder », sur memorialgenweb.org (consulté le 18 avril 2019).
  71. http://www.brest3945.com/chronologie/1944-2/
  72. Georges-Michel Thomas et Alain Legrand, "Le Finistère dans la guerre (1939-1945)", tome 2, "La Libération", 1981, consultable https://books.google.fr/books?id=LHRYDwAAQBAJ&pg=PT128&lpg=PT128&dq=maquis+de+penfrat+porspoder&source=bl&ots=1fzJs9eI3M&sig=ACfU3U2JuI7Gvw35DP9SIajjN6Qd6uZO7g&hl=fr&sa=X&ved=2ahUKEwjU2qnPt4jiAhVpA2MBHeALAUMQ6AEwAXoECAgQAQ#v=onepage&q=maquis%20de%20penfrat%20porspoder&f=false
  73. https://www.letelegramme.fr/finistere/porspoder/porspoder-andre-jouet-resistant-est-fait-chevalier-de-la-legion-d-honneur-18-06-2018-11998547.php
  74. Journal Le Télégramme de Brest et de l'Ouest, numéro du 6 mai 2019.
  75. https://www.lemonde.fr/bretagne/finistere,29/porspoder,29221/
  76. « Porspoder. Démission du maire Jean-Daniel Simon », sur Le Télégramme
  77. « Porspoder. Yves Robin est élu maire », sur Ouest France
  78. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  79. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  80. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  81. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  82. Couffon, répertoire des églises et des chapelles du diocèse de Quimper et Léon, 1988
  83. http://www.patrimoine-iroise.fr/culturel/religieux/Saint-Budoc.php et http://diocese-quimper.fr/images/stories/bibliotheque/pdf/pdf-Couffon/porspoder.pdf
  84. http://diocese-quimper.fr/images/stories/bibliotheque/pdf/pdf-Couffon/porspoder.pdf
  85. Joseph Loth, Questions de grammaire et linguistique brittonique, "Revue celtique", 1909, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6473212x/f166.image.r=Porspoder?rk=42918;4
  86. http://www.patrimoine-iroise.fr/culturel/religieux/Ourzal.php
  87. Armory, Le calme rêveur de notre Bretagne, journal Comœdia, n° du 25 août 1928, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k76491307/f1.image.r=Ourzal?rk=64378;0
  88. De La Villegille, "Revue des sociétés savantes de la France et de l'étranger", janvier 1862, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k358736/f490.image.r=Ourzal?rk=236052;4
  89. Bruno Fourn, "Brest, Ouessant, Océanopolis", Guides bleus, 1992
  90. « LES USINES », sur lesresidencesdocumentaires.wordpress (consulté le 2 juillet 2018)
  91. classement du Néolithique, Ministère de la Culture.
  92. https://www.letelegramme.fr/local/finistere-nord/brest/ploudalmezeau/porspoder/tourisme-en-iroise-tout-sur-le-manoir-de-kermenou-10-07-2011-1365909.php.
  93. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5829010n/f37.image.r=Porspoder?rk=407727;2

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier

Voir aussiModifier