Ouvrir le menu principal

Cléder

commune française du département du Finistère

Cléder
Cléder
Le château de Kermenguy.
Blason de Cléder
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Finistère
Arrondissement Morlaix
Canton Saint-Pol-de-Léon
Intercommunalité Communauté de communes Haut-Léon Communauté
Maire
Mandat
Gérard Danielou
2014-2020
Code postal 29233
Code commune 29030
Démographie
Gentilé Clédérois, Clédéroises
Population
municipale
3 782 hab. (2016 en diminution de 1,61 % par rapport à 2011)
Densité 101 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 39′ 51″ nord, 4° 06′ 03″ ouest
Altitude Min. 0 m
Max. 79 m
Superficie 37,44 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Finistère

Voir sur la carte administrative du Finistère
City locator 14.svg
Cléder

Géolocalisation sur la carte : Finistère

Voir sur la carte topographique du Finistère
City locator 14.svg
Cléder

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Cléder

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Cléder
Liens
Site web Site de la mairie de Cléder

Cléder [kledεʁ] est une commune française située dans le département du Finistère, en région Bretagne.

Sommaire

GéographieModifier

LocalisationModifier

Située en bordure de la Manche, et proche de Saint-Pol-de-Léon, Cléder se situe entre les communes de Plouescat, Sibiril, Tréflaouénan et Saint-Vougay. Sa superficie est de 3 744 hectares (soit 103,6 hab/km²). La distance entre Cléder et Morlaix est 22 km (Morlaix se trouve au sud-est de Cléder).

Cléder fit partie de la Communauté de communes de la Baie du Kernic jusqu'à sa fusion avec la communauté de communes du Pays Léonard, et désormais, depuis le , de Haut-Léon Communauté.

DescriptionModifier

 
La plage des Amiets, vue panoramique

Le littoral, orienté est-ouest et à dominante sableuse (d'où l'appellation touristique de "Côte des Sables"[1]), bordé d'un cordon dunaire de faible hauteur (13 mètres maximum) et peu large, va de l'estuaire du Pont-Neuf (où se jette un minuscule fleuve côtier, qui sert de limite avec Sibiril) à l'est, à la plage de Kerfissien à l'ouest, en passant par Tévenn Braz, les plages de Groac'h Zu et de Kervaliou et la plage des Amiets; quelques pointes rocheuses très modestes an Holed, an Amied) les séparant.

Ce littoral, anciennement marécageux (un hameau de Cléder porte le toponyme révélateur de "Palud") et tourbeux (une grande tourbière existait devant Kerrien et Roguennic avant les aménagements survenus pendant la seconde moitié du XXe siècle[2]) est très fragile et menacé par l'érosion; le cordon dunaire est régulièrement aminci par les tempêtes et sa rupture éventuelle menacerait les maisons, des résidences secondaires pour la plupart, situées juste en arrière. Chaque année, il faut réensabler (« On a remonté 2 000 tonnes l'hiver dernier » [hiver 2016-2017] dit le maire, Gérard Daniélou, qui voudrait prolonger les enrochements déjà existants, mais cela est désormais interdit, car la commune est classée "Site remarquable" depuis 1986[3].

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Le bourg de Cléder s'est développé sur le plateau, vers 45 mètres d'altitude, à l'écart de la côte, comme c'est le cas pour la plupart des communes voisines, probablement en raison des menaces que représentait le littoral en raison des dangers d'incursions d'envahisseurs venus de la mer et de son caractère inhospitalier, le dit littoral n'étant pas propice à un développement portuaire, même si un modeste port de plaisance a été aménagé au Poulennou dans le cours du XXe siècle[4] et était traditionnellement peu habité. Ce plateau est troué de quelques vallons creusés par de minuscules fleuves côtiers coulant sud-nord, à l'exception du Kérallé, qui coule est-ouest car il se jette dans l'anse de Kernic. Les altitudes les plus élevées (66 mètres au maximum) se rencontrent dans la partie sud du finage communal.

Paradoxalement, malgré la proximité de la mer, Cléder était avant tout une paroisse, et est encore une commune rurale, faisant partie de la Ceinture dorée, cultivant choux-fleurs, artichauts, oignons de Roscoff (AOC), échalotes, etc.

L'habitat rural traditionnel est dispersé en un grand nombre de hameaux et fermes isolées, répartis dans l'ensemble du territoire communal. Ce n'est que dans la seconde moitié du XXe siècle que des lotissements touristiques se sont créés le long du littoral, juste en arrière du cordon de dunes.

Cadre géologiqueModifier

Cléder est au nord-est du domaine structural de la zone de Léon qui constitue un vaste antiforme métamorphique de 70 km sur 30 km orienté NE-SW. Postérieurement au métamorphisme hercynien, se développe un important plutonisme : le chapelet nord de granites rouges tardifs (ceinture batholitique de granites individualisé pour la première fois par le géologue Charles Barrois en 1909[5], formant de Ouessant à Barfleur (Aber-Ildut, Carantec, Ploumanac'h, puis Flamanville et Barfleur) un alignement de plutons de direction cadomienne, contrôlé par les grands accidents directionnels WSW-ENE), datés aux alentours de 300 Ma, correspond à un magmatisme permien[6]. L'orogenèse hercynienne se termine par la formation de deux accidents crustaux majeurs qui décalent les granites carbonifères : le décrochement dextre nord-armoricain (faille de Molène – Moncontour) et le cisaillement senestre de Porspoder-Guissény (CPG)[7]. Le plutonisme sur le territoire de Cléder se traduit par la mise en place du massif de monzogranite de Brignogan-Plouescat qui forme un pluton unique, coupé par le décrochement de Porspoder (baie de Goulven). Le monzogranite de Cléder est constitué par un faciès à mégacristaux d'orthose (3 cm) et avec un peu de muscovite. Cette venue granitique est associée au fonctionnement du la faille de Porspoder[8].

Le granite de Cléder est gris clair, un peu bleuté en profondeur, à grains moyens, très résistant, c'est ce granit qui fut extrait du littoral clédérois afin de mener des réalisations architecturales : par exemple, depuis des carrières exploitées à ciel ouvert situées près du littoral aux lieux-dits "La Grève Blanche" et "Port-Neuf", le granite de Cléder fut utilisé pour construire l'église de Plouénan, pour daller les églises de Tréflez et de Roscoff et pour construite des ouvrages d'art sur la ligne ferroviaire allant de Morlaix à Roscoff[9]. Le géologue Louis Chauris qualifie Cléder de « véritable petite capitale du granite à la fin du XIXe siècle ».

En 1875, Émile Cartailhac écrit : « Entre le bourg de Cléder et celui de Plouescat est une étendue de terrain très considérable, couverte d'une grande quantité d'énormes pierres brutes, usées et arrondies avec le temps. La plus grosse de ces pierres, qui obstruait le chemin de Plouescat ayant été brisée, on trouva dessous plusieurs haches en bronze et beaucoup d'instruments du même métal d'une forme et d'un usage inconnu »[10],[11].

ClimatModifier

La ville, située sur le littoral de la Manche, dispose d'un climat tempéré océanique et est soumise, toute l'année, aux influences maritimes. Le Gulf Stream, courant chaud venant de l'Atlantique, protège la côte et permet d'éviter les amplitudes thermiques importantes.

ToponymieModifier

Parrochia de Cleder en 1282[12]; Cleder en 1516, 1709[13] .

La toponymie retenue couramment est de faire découler Cléder du nom d'un saint gallois[14] ou irlandais, saint Ké-Collédoc (Ke ou Keenan, surnommé Colodoc), né en Hybernie vers le milieu du Ve siècle, puis ermite en Grande-Bretagne.

Cependant, la présence d'un toponyme St Clether (en) en Cornouailles britanniques (Sanctus Clederus, Seyncleder en 1249, ecclesia Sancti Clederi en 1261) remet en cause cette hypothèse; le nom de la commune tirerait plutôt son origine de ce Saint Cleder[15],[16]. C'est à ce saint gallois que fait sans doute référence Ernest Nègre.

Le nom breton de la commune est Kleder.

HistoireModifier

 
La fontaine Saint-Ké

Étymologie et originesModifier

La paroisse de Cléder faisait partie de l'archidiaconé de Léon relevant de l'évêché de Léon et était sous les vocables de saint Pierre et saint Ké-Collédoc (saint Quai ou encore Ké, Collodoc), qui mourut à Cléder en 495 suivant Albert le Grand ainsi que son compagnon Saint Kérien quelques années auparavant en 490[17].

Saint Ké serait venu en Armorique, dans le Léonnais, pour échapper aux Scots qui avaient envahi son pays, avec un vieux serviteur et quelques compagnons. « Ses dernières années furent consacrées à évangéliser les habitants de ces lieux [où] se forma, dans la suite, la paroisse de Cléder. À sa mort, arrivée à la fin du Ve siècle, son corps fut inhumé dans son oratoire, qui fut transformé par la suite en église paroissiale »[18].

Article détaillé : Saint Ké-Collédoc.

Préhistoire et AntiquitéModifier

Le menhir (en breton "pierre dressée") de Kergallec, qui se trouve au milieu d'un champ, a une hauteur de 3,60 mètres et une longueur de 1,40 mètre[19],[20]. Une légende veut que tous les 99 ans, les korrigans, lors d'une nuit de pleine lune, sortent de dessous le menhir et laissent leur trésor à portée de main[21].

Un "autel druidique" (en fait, un menhir), situé entre Brelevenez et Cléder, a apparemment disparu ; il était ainsi décrit en 1857 : « C'est une grosse pierre, de plus de 8 mètres cubes, placée de main d'homme. Sur le sommet est placé un bassin carré de 0,33 m de longueur sur 0,135 m de profondeur (...). De ce bassin partait un déversoir qui se terminait en s'inclinant sur un des côtés du bloc. Vers l'extrémité de ce bassin sont gravés deux caractères de forme inconnue. À côté de cette pierre s'élève une de ces croix grossières érigée par les premiers chrétiens pour sanctifier les monuments de l'idolâtrie, et faire oublier le culte sanglant de leurs aïeux » [22]. Mais selon Émile Cartailhac, le creux sommital n'était probablement que le soubassement d'une croix qui aurait disparu, il s'agirait donc d'un menhir christianisé[23].

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Le Chevalier de Fréminville signale en 1832 une "vaste étendue de terrain très considérable et dans la direction du nord au sud une grande quantité d'énormes blocs de pierres brutes, usées et comme arrondies par le temps. Ces blocs ne sont point adhérents au sol, ce ne sont pas des sommmités de rocs qui le percent çà et là; ils sont simplement posés sur la surface du terrain et y ont été mis exprès et de main d'homme. En les voyant je me doutai que ces pierres étaient des monuments celtiques, mais lorsque mon compagnon de route m'eut appris que tout le canton que couvraient ces masses brutes portait le nom de Carneilloui, il ne me resta plus le moindre doute à cet égard"[24]. R.-F. Le Men reprend cette information en préciant que "la plus grosse de ces pierres qui obstruait le chemin de Plouescat ayant été brisée, on a trouvé dessous plusieurs haches de bronze et beaucoup d'instruments du même métal, d'une forme et d'un usage inconnu"[25]. Jules Gailhabaud[22], Rusunan[26], Émile Cartailhac[23], Isidore Taylor[27], Paul du Châtellier ne font que reprendre cette description, sans y apporter de nouveaux éléments. Louis Le Guennec[28], parlant de Plouescat mais sans doute de cette zone entre les deux communes, juge sévèrement le Chevalier de Fréminville: "Dans les blocs erratiques dont est jonché le sol de Plouescat, le Chevalier de Fréminville croyait reconnaître un immensense carneillou, ou cimetière celtique, et il cite comme preuve la trouvaille de coins en bronze et d'autres objets faite sous l'un de ces rochers près du bourg. Mais le vénérable antiquaire qui voyait des mégalithes partout, a dû se tromper ici comme à Plabennec." il ajoute néanmoins: "La commune (de Plouescat) est d'ailleurs riche en restes préhistoriques".

De tous ces monuments, il n'est resté à l'époque moderne que cinq tumulus et peu ont été fouillés scientifiquement. "La zone légumière a été destructrice pour les mégalithes"[29]. Ces divers tumulus et autres sont, comme le disait le Chevalier de Fréminville orientés sur un axe nord-sud (de Kergournadeach au Vern et pouvant se prolonger au sud sur Saint-Vougay et autres communes) et dans la zone limitrophe de Cléder et Plouescat. Aucun monument n'a été signalé dans l'Est de la commune, sinon un dolmen et un menhir "entre les bourgs de Cléder et Sibiril sans autre précision et détails[30].

Un tumulus, contenant une chambre dolménique en pierre sèche (2, 66m x 1,15m x 1,66m), a été "fouillé" à Kergournadec'h en 1638 par le propriétaire des lieux, souhaitant aplanir le terrain afin d'y faire une "rabine"; il contenait deux lames (poignards) en bronze et deux pointes de flèche en silex[31] ainsi que des graines carbonisées de froment, seigle orge et avoine[32],[33].

À Lezommy-Huella, a été découvert et fouillé en 1962 un ensemble de 6 caveaux sous grosses tables de couvertures, sans tumulus a priori. Elles comportaient une couche de sable dans le fond ayant permis la conservation de squelettes et fragments osseux. L'un de ces squelettes était ventre contre terre. L'une de ces tombes a livré un petit poignard en bronze et un vase biconique avec anse en ruban. L'ensemble appartient à la civilisation des tumulus des débuts de l'Age du bronze moyen (1500-1100 environ av. J-C)[34].

Au Hellen, lors de travaux agricoles en 1965, a été mis au jour un tumulus recouvrant un cairn en pierres et une tombe. Le seul mobilier découvert est un vase à une anse en "ruban", fréquent dans les monuments de ce type de l'Age du bronze moyen (1500-1100 environ av. J-C). Le tumulus d'origine devait mesurer une trentaine de mètres de diamètre et une hauteur de deux mètres; la sépulture elle-même étant constituée de deux dalles verticales de 1,2 à 1,4 mètres de large pour 1,8 à 2 mètres de hauteur, soutenant une dalle de couverture de 3,5 mètres sur 2,5, épaisse de 0,5[33],[35].

Proche du Hellen, au Reuniou, il y aurait eu un autre tumulus du même type, de dimensions plus modestes, détruit au début du XXe siècle[35].

Autre tumulus au Vern, de 30 mètres de diamètre environ et de 5 à 6 mètres de hauteur, dans lequel aucun mobilier et aucune sépulture n'ont été trouvés. Il s'agissait sans doute aussi d'un tumulus de l'Age du bronze[36]. Il a été détruit en 1947 afin de prélever la terre pour la construction du vélodrome[37].

Les deux tumulus signalés par Sparfel et Pailler[38] à Kerguédal et Kerséalou ne sont pas sur la commune (celui de Kerguédal étant en Plouvorn).

Un éperon barré, occupé dès l'Age du bronze, existait sur la presqu'île de Kerfiat[39], exploitée aussi les siècles passés comme carrière de granite ; la copie d'un cairn y a été reconstituée en 2014[40]. Un autre éperon pourrait avoir barré le promontoire du Vrenn au-dessus de la rivière Kerallé (découvertes de clayonnages)[11].

Près de l'éperon de Kerfiat, un dépôt d'une trentaine de haches en bronze a été découvert vers 1915 [11]. Un autre dépôt de l'Age du bronze, contenant des haches et divers objets, aurait été mis au jour avant 1832, entre Cléder et Plouescat, dans un lieu dénommé Ar-Carneillou[11]. Toujours de la même époque, ont été recueillis des tessons d'urnes à cordon, à Coat-ar-Craign[11].

Une stèle gauloise (et non une borne milliaire romaine[41]), datant de l'Âge du fer, située à Kérider, est classée monument historique par arrêté du [42]. Elle est octogonale, de 2,75m de haut[39],[11] .

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

On en trouve une autre au bourg (9, rue Baly Plufern), de section octogonale et de 1,50m[11]. Non loin de l'éperon barré de Kerfiat, une troisième, octogonale à sommet plat, de 1,2m de haut[11]. Et, enfin, une quatrième à Lanneusfeld et une cinquième à La Tourelle (à seize pans, 1m70 de haut; aujourd'hui dans un jardin privé à Keryaouen)[11].

Un cimetière gaulois aurait été signalé à Crea'h Morvan[11].

Quatre souterrains de l'Age du fer[11] ont été découverts sur la commune: à Roguennic (quatre chambres, clayonnage et céramiques)[39], à Kersaudy. A La Tourelle, un souterrain à deux chambres était associé à une stèle. On retrouve la même association souterrain-stèle à Kerlissien; le souterrain comportait trois salles, les stèles étaient au nombre de deux, petites et hémisphériques. Ce site a aussi livré des tessons de la Tène, des fragments d'amphores Dressel 1A des années 100-50 av. J-C[39],[43]. Un fossé pourrait avoir constitué la limite d'un cimetière[39]. Et des trous de poteaux marquent l'emplacement d'un bâtiment à foyer central[11], qui pourrait appartenir à un habitat isolé ouvert[39].

Plusieurs découvertes témoignent de l'occupation de Cléder à l'époque gallo-romaine: fragments de tegulae à Cleyermeur, dans un endroit inconnu ("à 6 km du bourg"); une amphore dans un lieu aussi inconnu; des fragments d'amphores Dressel 1b et d'autres tessons de céramique à Poulennou[11]. Abgrall et Peyron signalent également une suite de 4 caveaux découverte à Roguennic en 1872 contenant uniquement des tuiles à rebord[30].

A Pempradou, les vestiges découverts vont du Néolithique au Moyen-Age[11].

Pour terminer, un enclos ovalaire a été repéré par photographie aérienne à Leslaou[11].

Le Moyen ÂgeModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Le château de Kergournadec'hModifier

Selon Albert Le Grand, un jeune guerrier de Cléder, nommé Nuz, aurait aidé saint Pol à délivrer l'Île-de-Batz du dragon qui dévastait cette île ; il aurait reçu du comte de Guyture qui administrait la contrée une terre appelée, en mémoire de son courage, Ker-gour-na-dec'h en breton ("la maison de l'homme qui ne fuit pas"), avec privilège pour les possesseurs successifs de cette terre de se présenter à l'offrande, armés de pied en cap, le jour de la dédicace en l'église de Léon, et d'occuper dans le chœur la stalle de l'évêque. Un tableau en bois représentant ce combat mémorable contre le dragon était, selon Félix Benoist, conservé au château de Kermenguy[44]. Pour cette raison, sous l'Ancien Régime, le seigneur de Kergournadec'h avait le privilège, le dimanche après les octaves de saint Pierre et de saint Pol, de se présenter à l'offrande, « l'épée au côté, en bottes et éperons dorés »[45].

Un proverbe disait qu'« avant qu'il y eût monsieur ou seigneur en aucune maison, il y avait un chevalier à Kergournadec'h ». Le premier membre connu de cette famille est Olivier de Kergournadec'h, qui vivait en 1288. Son fils Guyomar participa à la guerre de Succession de Bretagne opposant Jean de Montfort à Charles de Blois, pendant laquelle il fut fait prisonnier ; il déclara alors « qu'il aimait mieux mourir que vendre un petit coin de sa terre pour payer sa rançon » tant il aimait son château[46].

Vers 1504, le domaine tombe en quenouille en raison du mariage de Jeanne de Kergournadec'h avec Alain de Kerhoënt (Kerc'hoent). Leur fils Olivier de Kerhoënt[47], marié en 1559 avec Marie de Plœuc (décédée en 1573), est connu pour avoir possédé un livre rare "Coutumes de Bretagne", conservé à la British Library[48]. Leur fils François de Kerhoënt épousa Jeanne de Botigneau[49] dont il n'eut que deux filles et l'une d'elles, Renée de Kerhoënt[50], se maria le avec Sébastien II de Rosmadec, gouverneur de Quimper.

 
Le château de Kergourdanec'h (dessin de 1632)
 
Le château de Kergourdanec'h (vers 1900)

Construit vers 1630 par Sébastien II de Rosmadec, l'actuel château de Kergournadec'h fut construit sur le plan des anciens châteaux forts, mais sans remparts ni douves (on y entrait par une simple poterne) : un bâtiment carré flanqué aux angles de quatre grosses tours rondes, avec galerie de mâchicoulis. La base de la tour de droite, celle du sud, est armée d'un éperon massif. C'était une résidence splendide dont les tours étaient terminées en coupoles surmontées d'une lanterne à colonnes ; les girouettes figuraient des chevaliers, la lance au poing. Dans l'enceinte du château se trouvait un vaste corps de logis avec ses portes et ses fenêtres gothiques. Le style Renaissance n'est rappelé que par l'ornementation des cheminées. Derrière le château un étang entouré de quelques bois et plus loin, sur une éminence, se trouvait la chapelle Saint-Jean-de-Kéran (en Tréflaouénan), disparue de nos jours[44]. Marc de Vulson de La Colombière, qui y séjourna a écrit que c'est « l'une des plus belles et régulières maisons qui se puisse voir en France en raison de son architecture »[51]. Mais « il fallait être un gentilhomme breton perdu dans ses landes pour avoir l'idée de se construire ainsi une demeure fortifiée aux dernières années du règne de Louis XIII »[52].

Cependant, ce "goût archaïsant pour les tours"[53] ne doit pas cacher que Kergournadec'h est une "étonnante réalisation" marquant une "recherche architecturale" qui est d'ordre renaissant: "La ruine de Kergournadec'h -depuis sa destruction volontaire au XVIIIe siècle- a beaucoup trompé ceux qui l'ont décrite. Ils étaient frappés de l'apparence archaïque des grosses tours et de leurs "mâchicoulis", mais le plan que montre bien l'intérieur de la ruine est un plan de la Renaissance basé sur deux escaliers d'apparat qui occupent le milieu de l'espace intérieur: disposition très proche du château de Challuau dans l'Indre, connu par le second livre (1579) des Plus excellents bâtiments de France[54] de Jacques Ier Androuet du Cerceau"[53]. Le château de Chambord, dans son premier état, est lui aussi basé sur un plan carré flanqué de quatre tours et articulé autour d'un escalier central.

Son frère, François de Rosmadec, comte des Chapelles, fut décapité le en place de Grève, à l'âge de 29 ans, pour avoir servi de second à son cousin François de Montmorency, seigneur de Bouteville, lors d'un duel.

En raison du décès sans héritiers de Sébastien III de Rosmadec en 1700, le château de Kergournadec'h fut vendu en 1726 à Mathieu Pinsonneau[55], maréchal héréditaire du Laonnois. C'est à son épouse Pétronille Tribouleau de Bondi, et à sa fille, Pétronille-Françoise de Pinsonneau, qui épousa en 1714 Julien-Louis Bidé de la Grandville, intendant des Flandres, que l'on attribue la ruine du château. Un grand pavillon datant du XVIIIe siècle est construit à proximité des ruines[56].

En 1878, le château alors ruiné est possédé par la famille Budes de Guébriant et servit de carrière, une partie des pierres fut utilisée pour la construction des églises de Plounévez-Lochrist et Plouider.

Époque moderneModifier

En 1594, pendant les guerres de la Ligue, François de Coëtnempren, seigneur de Kerdélégan[57], était capitaine des arquebusiers des paroisses de Cléder, Plouescat, Treffaouënan [Tréflaouénan], Guitevedé [Plouzévédé] et Plounéour [Plounévez-Lochrist][58].

Famines et épidémies accroissent le nombre de morts à enterrer dans l'église, comme c'était alors la coutume : 221 morts à Cléder en septembre-octobre 1627. Les multiples interdictions concernant les inhumations dans les églises, décidées par les Évêques dès la fin du XVIe siècle et par le Parlement de Bretagne en 1719 et 1721 suscitèrent parfois des réactions très violentes à l'encontre du clergé de la part des paroissiens : par exemple en 1759, Marie Guérer[59] fut enterrée de force par sa famille dans l'église alors qu'une fosse avait été préparée dans le cimetière[60].

Le prédicateur Julien Maunoir prêcha une mission à Cléder en 1653[61]. Charles Le Bris (1660-1737), qui fut recteur de Cléder, a écrit notamment "Heuriou Brezounec ha Latin", livre publié en 1712, traduit en français sous le titre "Heures bretonnes et latines"[62] et fut le principal auteur des ouvrages religieux qui circulèrent en Bretagne à la fin de l'Ancien Régime et au XIXe siècle[63].

Une descente des Anglais sur la grève de Penmarch [Penn Marc'h, c'est-à-dire à Kerfissien] en Cléder se produisit le  : « l'ennemi, vertement reçu par les gentilshommes et les milices du pays, fut contraint de rembarquer immédiatement, après avoir perdu un petit nombre des siens »[64]. Le corps de garde des Amiets fut construit cette année-là[65].

En 1759, une ordonnance de Louis XV ordonne à la paroisse de Cléder de fournir 60 hommes et de payer 393 livres pour « la dépense annuelle de la garde-côte de Bretagne »[66].

La pauvreté en 1774Modifier

Sébastien Kermarrec, recteur de la paroisse de Cléder, dans une lettre écrite en 1774 adressée à l'évêque de Léon Jean-François de La Marche en réponse à son enquête sur la mendicité écrit que le nombre des mendiants était de 500, « plus 200 ménages ayant assez de peine à vivre » et « pour ce qui est de l'article du gouesmon [l'orthographe de l'époque a été respectée], la défense de les vendre hors de la paroisse est plus ruineuse et plus préjudiciable qu'utile »[67].

Cléder en 1778Modifier

Au XVIIIe siècle, l'épiscopat fit détruire le prétendu tombeau de saint Ké à Cléder car il était un lieu où survivaient des pratiques religieuses pré-chrétiennes[68].

Jean-Baptiste Ogée décrit ainsi Cléder en 1778 :

« Cléder, à deux lieues à l'ouest de Saint-Pol-de-Léon, son évêché et sa subdélégation ; et à 41 lieues de Rennes. Cette paroisse relève du Roi, et ressortit à Lesneven. On y compte 4 000 communiants[69] ; la cure est présentée par l'Évêque. Ce territoire, borné au nord par la mer, et coupé de ruisseaux qui coulent dans les vallons, que la mer remplit à toutes les marées, est fertile en grains de toutes espèces, et bien cultivé. On y voit néanmoins beaucoup de landes, et les maisons nobles suivantes : le château de Ker-gournadech [Kergournadec'h], haute justice, maison seigneuriale de la paroisse (...) ; Tronc-Joly [Tronjoly](...) ; le Châtel, haute justice, à M. le Duc de Choiseul et M. le Comte de Gontault-Biron ; le château de Ker-ouferé [ Kérouzéré, en fait en Sibiril ], autrefois place très forte (...) ; le château de Leslaou, à M. de Ker-sauzon-Coët-Bizien[70] ; les maisons de Cornangazel, Ker-abret, Ker-goet, Troniolis, Ker-liviry, Ker-mengui [Kermenguy], Plivern, Ker-maluégan, Ker-oval, la Morlaye, le Ros et la chapelle de Breteune, qui est très unique, située, avec le moulin à vent de Ker-larméal, sur la côte, d'où l'on découvre fort au loin sur mer et sur terre[71]. »

Cléder est en 1786 l'une des cinq cures léonardes ayant un revenu supérieur à 1 700 livres[72].

À la fin du XVIIIe siècle, l'église paroissiale, détériorée faute d'entretien, est si délabrée que la messe se dit en 1791 dans une grange, puis à partir de 1817, dans la chapelle du cimetière[73].

Révolution françaiseModifier

La loi du maintient la paroisse de Cléder, mais fait de Plouescat et Sibiril des succursales de celle-ci[74].

Ambroise de Parcevaux (1747-1826), seigneur de Tronjoly, émigra pendant la Révolution française[75].

En 1793, les paysans révoltés du Léon, dont ceux de Cléder, après leur défaite lors de la bataille de Kerguidu, se soumirent à Canclaux, remirent leurs armes, des otages, et payèrent les frais de l'expédition[45].

Les communes de Plougoulm, Sibiril et Cléder acceptent les conditions suivantes : « tous les particuliers (...) seront désarmés dans tiers [trois] jours à la diligence de leurs conseils généraux (...) et tous les fusils seront remis et toutes autres armes offensives, aux administrateurs de leurs districts respectifs (...) ; le contingent des dites communes sera fourni dans tout délai de demain (...) ; les frais de l'emploi de la force armée et autres dépenses nécessitées par la révolte des paroisses seront réglées par une contribution dont la masse sera répartie entre les dites paroisses de Plougoulm, Sibiril et Cléder, et payée dans tiers jours après qu'elle sera connue ; (...) les principaux coupables et les chefs de l'insurrection dans chacune des trois communes seront désignés par elles aux commissaires ; (...) les cloches des dites paroisses seront descendues[76] (...) ; les ponts abattus par les rebelles seront rétablis aux fais des paroisses insurgées (...) ; les communes de Plougoulm, Sibiril et Cléder fourniront chacune quatre otages de choix et parmi leurs notables habitants pour sûreté de l'accomplissement des conditions ci-dessus (...) ». Le , le conseil municipal de Cléder accepta ces conditions et désigna comme otages François Guillou (de Pereu), Jérôme Guillou (de Kersaint), Paul Penors (de Runion) et René Bastard (de Pereu). Cléder dût payer 13 450 livres[77].

La commune de Cléder refusa d'envoyer un député pour porter à Paris le procès-verbal d'acceptation de la Constitution de 1793 et représenter la commune lors de la Fête de la Constitution du , aucun citoyen n'acceptant cette charge « parce que c'était le temps de la moisson »[78].

« Il existe dans le ci-devant district de Lesneven 70 prêtres réfractaires dont 6 à Plouzévédé, autant à Cléder, Plounévez-Lochrist et Plouguerneau » écrit le le commandant de la colonne mobile de Lesneven[72].

Le XIXe siècleModifier

La récolte du goémonModifier

La collecte du goémon a suscité pendant des siècles de nombreuses querelles entre les habitants des paroisses littorales, comme l'écrit Antoine Favé :

« Du Corréjou à l'anse de Kernic, nous sommes sur les lignes d'un littoral aussi fertile en discussions héroïques, en batteries classiques, en procès interminables, qu'en gros temps et mauvais temps. Les administrateurs, les juges, les agents vigilants de la douane et de la maréchaussée, furent bien souvent mis sur les dents par les disputes, maintes fois meurtrières, de Plounéour-Trez, Goulven, Tréflez, Plounévez-Lochrist, Cléder, au sujet des délimitations de territoires et de questions de propriété touchant cette question vitale de la récolte du goémon[79]. »

En 1819, le maire de Cléder, Charles de Parcevaux, et son conseil municipal évoquent la difficulté pour la population de se procurer du bois à brûler et font observer que ce manque de ressources est subi particulièrement par les pauvres et les gens malheureux, dénués de charrettes et de chevaux (l'orthographe de l'époque a été respectée) : « ils n'ont que la dessication du goëmon pour suppléer au bois ». Leur interdire de vendre du goémon hors de leur commune « ce serait une deffence des plus nuisibles, non seulement pour les pauvres auxquels cela procure toujours par l'argent qu'ils en retirent pour acheter leurs bois pour chauffage, et cuisson de leurs aliments journalliers, et souvent pour les aider au payement, soit en tout ou en partie du prix de location de leur modique et humble chaumière (…), mais en plus elle nuirait à l'amélioration des terres des autres communes de l'intérieur» et « la misère s'accroîtrait ». Ils ajoutent ensuite : « Mais ces pauvres gens sont si étroitement logés que la localité de leur chaumière ne leur laisse point d'emplacement suffisant pour en pouvoir loger à l'abri des pluies une assez grande quantité pour les besoins de plusieurs mois, et si vous les priviez de la faculté de pouvoir en couper à différentes époques de l'année, ils ne pourraient subsister »[67].

En réponse à une question sur l'utilisation éventuelle de radeaux de goémon, dénommés dromes[80], le maire répond : « Il ne s'en effectue pas de ce genre dans notre commune ; mais s'il s'en faisait, (…) jamais nous n'eussions permis aux individus de faire naviguer sans secours de bateaux leurs radeaux. Les jours des individus assez téméraires pour tenter de pareil gain sont des plus exposés »[81].

À la suite d'une enquête organisée par une circulaire du du préfet du Finistère, le conseil municipal de Cléder répond (l'orthographe de l'époque a été respectée) :

« De temps immémorial, on a permis aux habitants dépourvus de chevaux et de voitures de commencer la coupe du goëmon deux jours avant ceux qui ont ces moyens à leur disposition[82]. »

Cléder vers le milieu du XIXe siècleModifier

Un arrêté préfectoral en date du autorise les communes de Cléder et de Plouescat à poursuivre devant les tribunaux le sieur de Kersaintgilly[83] « pour le faire condamner à délaisser aux dites communes la possession et la propriété du marais de Kerfissien »[84].

L'église paroissiale Saint-Pierre-Saint-Paul est reconstruite en 1830 ; déjà en 1820 une pétition des habitants de Cléder, « dans l'impuissance de subvenir à la dépense totale qu'exigera la reconstruction de leur église, demandent un secours au gouvernement »[85]. Dans la nuit du , une partie de la toiture de la nouvelle église fut emportée par le vent lors d'une tempête[86].

A. Marteville et P. Varin, continuateurs d'Ogée, décrivent ainsi Cléder en 1843 :

« Cléder, commune formée par l'ancienne paroisse du même nom, aujourd'hui succursale. (...) Principaux villages : Kerficiel [Kerfissien], Kerhellen, Kerrien, Mezalen, Kerfit, Locmaria, Kersaint, Kertanguy. Maisons remarquables : manoirs de Kerliviry, de Kergornadec'h, de Kerouzeré. Superficie totale : 3 726 hectares, dont (...) terres labourables 2 490 ha, prés et pâtures 195 ha, bois 90 ha, canaux et étangs 2 ha, landes et incultes 709 ha (...). Moulins : 11 (du Roz, de Kersaint, de Kergornadec'h, de Kerliviry, de Kersuloret, à eau). Outre l'église, qui a un pardon d'un jour, il y a plusieurs chapelles, entre autres celles de Saint-Maudez, Saint-André, Brélevenez et Locmaria. Cette commune compte près de 300 familles qui sont dans la misère. Cependant on y fait des élèves de chevaux qui sont renommés, et la culture du lin, ainsi que celle du chanvre, réussit bien. La pomme de terre est aussi très cultivée et l'on en exporte de grandes quantités. Il en est de même de l'oignon. Mais les paysans font un abus effrayant de liqueurs fortes. (...) Il y a foires le 28 janvier et le 18 novembre. Géologie : constitution granitique. On parle le breton[45]. »

Cléder dans la seconde moitié du XIXe siècleModifier

La noyade de deux Clédérois et le sauvetage difficile de deux autres, après que leur canot se soit retourné, le est raconté dans le journal Le Constitutionnel[87].

Certains Clédérois étaient marins : par exemple Jean Marie Cadiou, né le à Cléder, mourut le lors du naufrage de la corvette Le Monge provoqué par un cyclone dans les mers de Chine.

Le pourcentage de conscrits illettrés à Cléder entre 1858 et 1867 est de 60 %[88].

Un atelier de salaison de sardines fut construit à Cléder peu avant 1870[89].

Des Clédérois participèrent à la guerre de Crimée : par exemple Yves Léa[90] fut amputé d'un bras à la suite de ses blessures et Vincent Coz[91] fut blessé à la main en raison d'un coup de feu reçu[92]. La guerre de 1870 fit au moins une victime originaire de Cléder : Charles de Saisy de Kerampuil[93], blessé le à Brou (Eure-et-Loir) et mort le à Châteaudun des suites de ses blessures[94] ; deux autres Clédérois au moins furent blessés pendant cette même guerre, Didier Cantina et Allain Marchalland[95]. Un autre clédérois, Henry-Joseph Stéphany[96], participa à la prise du Pé-Tang lors de la bataille de Pékin (1900).

En 1878, les élections municipales de Cléder furent annulées à deux reprises par le préfet du Finistère en raison des irrégularités commises par la municipalité conservatrice, de tendance "Ordre moral", dirigée par Louis de Parcevaux, lequel fut révoqué par le président de la République, le maréchal de Mac Mahon ; malgré cela, lors d'un troisième scrutin organisé le , les 23 membres de la liste furent à nouveau élus, obtenant entre 850 et 840 voix sur un total de 856 suffrages exprimés, l'opposition préférant s'abstenir[97]. Mais un arrêt du Conseil d'État en date du annula les décisions d'invalidation prises par le préfet du Finistère[98].

En 1886, l'institutrice laïque de Cléder, qui avait accompagné à l'église paroissiale ses élèves vouant faire leur première communion, fut insultée et chassée de l'église par le curé[99].

Le niveau de vie des Clédérois semble avoir nettement progressé à cette époque : un rapport du Conseil général du Finistère en date d'octobre 1874 écrit : « la fortune publique s'est beaucoup accrue (...) ; la commune de Cléder a largement participé à ce progrès, puisque le nombre des indigents, qui était environ de 1 000, est progressivement descendu à 200 »[100]. Toutefois, un rapport publié en 1894 indique, parlant des terres sablonneuses proches du littoral, que leur fertilité est très médiocre et que « même avec une abondante fumure de goëmon, on ne peut en obtenir que d'assez maigres récoltes de seigle et de pommes de terre »[101]. Beaucoup de Clédérois étaient alors à la fois paysans et pêcheurs[102].

Le XXe siècleModifier

La Belle ÉpoqueModifier

Le , le trois-mâts goélette Sainte-Marthe, de Bordeaux, victime d'un ouragan, fit naufrage dans les récifs du Roc'h Haro, face à Cléder (cinq marins, dont le capitaine, furent sauvés, mais le naufrage fit sept noyés ; le canot de sauvetage de Roscoff, parti à son secours, faillit disparaître lui aussi, mais parvint avec difficulté à gagner l'île de Sieck[103].

L'école tenue à Cléder par la congrégation des Filles du Saint-Esprit aurait dû, en vertu de la loi sur les congrégations, fermer en 1902 (un meeting de protestation rassembla une foule très nombreuse criant : « Vive les Sœurs ! Vive la liberté ! » sur la place du bourg, et l'école obtint un sursis)[104], et à nouveau en 1904[105], mais resta ouverte en fait (les Sœurs du Saint-Esprit furent pour cette raison condamnées chacune à une peine d'amende par le tribunal correctionnel de Morlaix en août 1908[106]). En 1911 encore, les religieuses de Cléder sont poursuivies devant le même tribunal pour infraction à la loi de 1901[107].

Article détaillé : SS Hilda.

Des vendeurs d'oignons, que l'abbé Creignou nommera à partir de 1927 Johnnies[réf. souhaitée], originaires de Cléder trouvèrent la mort lors du naufrage du Hilda dans la nuit du 18 au 19[108] au [109] ; au moins 30[108] marchands d'oignons et non 24 marchands d'oignons comme le disent dans un premier temps les journaux[110], originaires de la commune, ont péri dans la catastrophe, écrit alors le journal L'Ouest-Éclair du [111]. En fait ce sont au moins 90 et non 70 vendeurs d'oignons comme dit dans les journaux de l'époque, membres des cinq compagnies Pichon[112], Quiviger[113], Jaouen[114], Calarnou[115] et Tanguy[116] (la liste imprécise des victimes est indiquée dans le journal L'Univers du [117]) qui périrent en tout dans cette catastrophe[118] ; parmi les rares survivants, deux étaient originaires de Cleder, Tanguy L'aot et Paul-Marie Pen[119] ; ce dernier reçut une médaille d'or pour sa conduite héroïque lors du naufrage[120]. De nombreuses erreurs ayant été faites dans les journaux de 1905[réf. nécessaire].

Le , avec un grand déploiement de forces, l'inventaire des biens d'église de Cleder pût être fait sans incidents graves, le clergé ayant prêché énergiquement le calme ; une grille du cimetière dût être abattue par les forces de l'ordre ; les portes de l'église paroissiale étant fermées, elles furent forcées par des crocheteurs aidés de quelques sapeurs du génie ; l'abbé Léon, recteur de Cléder s'écria : « Plutôt mourir que de faire ouvrir »[121].

Un canonnier originaire de Cléder fut victime de l'explosion survenue à bord du cuirassé Iéna dans le port de Toulon le [122].

 
Article de journal évoquant l'expédition de brocolis depuis la gare de Cléder vers celle de Saint-Pol-de-Léon en 1910

L'inauguration de la ligne de chemin de fer des Chemins de fer départementaux du Finistère allant de Plouescat à Saint-Pol-de-Léon, via Cléder, eût lieu le [123] (les travaux avaient été entrepris en 1905[124]). Le , un train allant de Plouescat à Saint-Pol-de-Léon dérailla près de la halte de Kerider ; l'accident fit quelques blessés légers[125]. Cette ligne, surnommé "train-patate", servit à transporter légumes et passagers jusqu'à Saint-Pol-de-Léon ; mais la nécessité d'un transbordement coûteux en gare de Saint-Pol-de-Léon ou de Roscoff (la ligne de Plouescat à Saint-Pol-de-Léon étant à voie métrique à la différence de celle de l'Ouest-État au départ de Saint-Pol-de-Léon ou de Roscoff) fit que beaucoup de paysans préférèrent continuer à transporter leurs productions maraîchères en charrette jusqu'à l'une ou l'autre de ces deux gares[126] ; elle ferma en 1946[127].

En 1910, les rochers de Savillau sur la grève de Kerfichen [Kerfissien] sont classés au titre des sites et monuments naturels de caractère artistique"[128].

Le journal L'Ouest-Éclair du rapporte que 4 pilleurs d'épaves de Cléder, qui s'étaient appropriés des madriers et diverses pièces de bois échoués sur une grève de la commune, mais qui furent surpris par un douanier, furent condamnés à 15 jours de prison par le tribunal correctionnel de Morlaix[129].

Le conseil municipal de Cléder, en mars 1912, accepta la dévolution des biens de l'ancienne fabrique de l'église paroissiale et donna « un avis défavorable à l'interdiction d'extraction de matériaux dans les grèves de Plouescat »[130].

La Première Guerre mondialeModifier

Le monument aux morts de Cléder[131] porte les noms de 241 soldats morts pour la France pendant la Première Guerre mondiale ; sept d'entre eux au moins sont des marins disparus en mer ; douze au moins sont décédés en Belgique et un aux Pays-Bas ; trois au moins dans les Balkans (Jean Milin en Serbie, François Roignant en Macédoine, Jean Rosec en Grèce), car ils participaient à l'expédition de Salonique, et un (Jean Guénégan[132]) en Turquie lors de la Bataille de Sedd-Ul-Bahr ; un (Jean Abhamon) est décédé dans l'Union indochinoise ; six (Jean Abgrall, Vincent Bellec, Jean Louis Bozec, Jean Castel, François Le Bihan[133], François Soyé) sont morts alors qu'ils étaient prisonniers en Allemagne ; la plupart des autres sont morts sur le sol français[134]; parmi eux, par exemple, Jean-Claude Bozec[135], qui fut missionnaire en Cochinchine à partir de 1900 avant d'être tué devant Verdun le [136].

Jean-Marie Conseil, né le à Cléder, ordonné prêtre en 1912, vicaire à Saint-Mathieu de Morlaix, caporal brancardier au 219e régiment d'infanterie, a dessiné des aquarelles et des dessins représentant la vie quotidienne au front. Il mourut, atteint de deux balles, le à Estrées-Deniécourt (Aisne)[137].

L'Entre-deux-guerresModifier

Lors des élections du pour élire un conseiller général du canton de Plouzévédé (le maire de Cléder, Jean Hervé du Penhoat, était candidat face à Yves-Marie Caill, maire de Plouzévédé, candidat républicain de gauche, lequel fut élu), un incident se produisit lors du dépouillement à Cléder : un paquet de 100 voix disparût mystérieusement[138].

Le , Jean Hervé de Penhoat, maire de Cléder, fut suspendu pour trois mois par le ministre de l'intérieur[139].

Une colonie de garçons russes, enfants de Russes immigrés en France à la suite de la Révolution bolchévique, séjourna à Cléder en 1924[140].

En 1931 des squelettes furent trouvés, dégagés par l'érosion marine, dans les dunes bordant une grève de Cléder, rendant probable l'existence à cet endroit d'un ancien cimetière[141].

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

La Seconde Guerre mondialeModifier

Le monument aux morts de Cléder porte les noms de 43 personnes mortes pour la France pendant la Seconde Guerre mondiale ; huit d'entre elles au moins sont des marins disparus en mer[142]. D'autres marins ont été victimes de la guerre : Laurent Patinoc, second maître électricien sur le Strasbourg, a été tué lors de l'attaque sur Mers el-Kébir le et René Ollivier, matelot canonnier à bord du Pluton lors de l'explosion accidentelle de ce bateau le dans le port de Casablanca (Maroc) ; Henri Corre, ingénieur mécanicien à bord du contre-torpilleur Albatros, tué le à Casablanca, fut victime du débarquement américain en Afrique du Nord. Parmi les soldats, Jean Balcon est mort le en captivité en Allemagne et Y. Caramour a été tué à Tlemcen (Algérie) le .

Deux enfants, Jeanne et Yves Béchu, âgés de 13 et 9 ans, ont été assassinés le à Créac'h Oalec[143].

Parmi les massacres et exactions commis par l'armée allemande en France pendant la Seconde guerre mondiale ainsi que par des supplétifs russes, ceux commis à Cléder firent 13 morts : le , une colonne allemande venant de Saint-Pol-de-Léon et se repliant sur Brest traverse la commune dans la nuit vers 3 heures du matin ; alors qu'elle traverse le bourg de Cléder, des habitants les acclament, croyant qu'il s'agit d'une colonne américaine ; les Allemands tirent alors dans toutes les directions sur les maisons et les habitants, faisant un blessé. Une autre colonne allemande, venant de Tréflaouénan, sous prétexte d'avoir été attaquée par des résistants, à Toulbrout, brûle les récoltes et incendie et fait sauter des maisons, et prend cinq personnes en otage qui sont fusillées à bout portant (les victimes sont Louis Le Duc, François Thépaut, René et Jean-François Roué, Hervé Hélard) ; ces mêmes troupes, dans le village de Pen-al-Land Kerizur, entre Tréflaouénan et Cléder, brûlent aussi les récoltes ainsi qu'une maison, et tuent Claude Roué. Puis, dans le bourg de Cléder, sept autres personnes, dont le directeur et trois professeurs, ainsi que deux servantes et le fils de l'une d'elles, un adolescent de 15 ans, sont prises en otage à l'école des Frères et l'un d'entre eux, le frère Pascal Le Borgne, est tué d'une balle dans la nuque ; les six autres otages sont conduits, à pied, mains levées pendant tout le trajet, frappés à coup de pied et de crosse dès qu'ils baissent les bras, jusqu'à Plouescat où ils auraient du être exécutés, mais sont finalement libérés sur ordre d'un officier allemand. Pendant le trajet, à Coas ar Bandu, des Allemands violent puis tuent Mme Quiviger, puis son fils aîné accouru en l'entendant crier ; les Allemands tirent au canon sur le village de Creachavel, tuant l'un des habitants, Falhun. Vers 11h30, une nouvelle colonne allemande traverse le bourg de Cléder, s'empare de deux blessés en train d'être soignés chez le docteur Le Méhauté et les fusille sur la route de Plouescat. Des soldats russes basés à Plougoulm ont participé aux exactions. Ces massacres firent en tout 13 victimes, 11 natives de Cléder, une de Plougoulm, une de Sibiril[144].

Trois Clédérois membres des Forces françaises libres sont morts pour la France pendant les combats de la Libération : Gustave Lespagnol[145] et deux frères François Hervé Du Penhoat[146] , Jean Hervé Du Penhoat[147].

L'après Seconde Guerre mondialeModifier

Le monument aux morts de Cléder porte les noms de trois soldats (Albert Abgrall, Jean Jaouen, F. Péron) morts pour la France pendant la Guerre d'Indochine et d'un marin (Vincent Cuiec, assassiné le à Oran par un commando OAS) pendant la Guerre d'Algérie[142].

Politique et administrationModifier

Tendances politiques et résultatsModifier

Liste des mairesModifier

 
La mairie de Cléder
 
Émile de Kermenguy, maire et député
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1790 1791 François-Marie Grall[148]    
1792 1792 Jean Riou[149]   Cultivateur
1792 1792 Yves Roudaut[150]   Cultivateur
1793 ou 1794 1807 Joseph de Kerguvelen[151]    
1794 1795 François-Marie Grall   Déjà maire en 1790-1791.
1798 1798 Jean-Marie Cahel[152]   Notaire
1800 1801 Paul Tanne[153]   Laboureur
1801 1807 René Moal[154]    
1808 1818 Ambroise de Parcevaux[155]   Seigneur de Tronjoly. Lieutenant des vaisseaux du Roi. Chevalier de Saint-Louis.
1818 1826 Charles de Parcevaux de Tronjoly[156]   Fils du précédent.
1831 1837 Vincent Le Traon[157]   Cultivateur propriétaire
1837 1843 Louis Lacaze[158]   Juge de paix
1844 1846 Jean-Marie Cadiou[159]   Cultivateur
1846 1848 Paul Pennors[160]   Cultivateur
1848 1852 Vicomte Émile de Kermenguy[161]   Maire de Saint-Pol-de-Léon avant 1848. Propriétaire. Habitait le château de Kermenguy.
1854 1862 Vincent Milin[162]   Cultivateur
1862 1873 Jean-Marie Rozec[163]   Cultivateur
1874 1878 Louis de Parcevaux[164]   Zouave pontifical. Habitait le manoir de Tronjoly.
1878 1893 Vicomte Émile de Kermenguy   Déjà maire entre 1848 et 1852. Conseiller général et député du Finistère.
1893 1908 Comte Gaston-Marie-Guy de Kermenguy[165]   Propriétaire. Habitait le château de Kermenguy. Fils d'Émile de Kermeguy, maire précédent.
1908 1908 Paul Marc[166]   Cultivateur.
1908 1920 Comte Gaston-Marie-Guy de Kermenguy   Déjà maire entre 1893 et 1908.
1920 1925 Jean Hervé de Penhoat[167]   Petit-fils de Louis de Parcevaux, maire entre 1874 et 1878.
1929 1945 Pierre Abjean[168]   Commerçant et cultivateur
1945 1947 Jean-Marie Postec    
1947 1977 Yves Berthevas   Son nom a été donné au stade-vélodrome de Cléder
1977 1995 Yves Guillou[169] SE Professeur. Premier Président de la Communauté de Communes de la Baie du Kernic
1995 2008 Jean-Luc Uguen[170] DVG  
2008 En cours Gérard Daniélou DVD puis UMP Retraité Fonction publique
Vice-président de la Communauté de Communes Haut-Léon
Les données manquantes sont à compléter.

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

Évolution démographiqueModifier

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
3 3823 3823 6073 7344 5154 8855 0025 2164 908
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
4 6624 6934 6894 7724 6824 8424 7534 6904 716
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
4 6794 9675 2045 0475 0795 0175 0125 0384 633
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
4 5444 2753 9233 9283 8013 6413 7863 8243 770
2016 - - - - - - - -
3 782--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[171] puis Insee à partir de 2006[172].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

Évolution du rang démographiqueModifier

Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[173] 1975[173] 1982[173] 1990[173] 1999[173] 2006[174] 2009[175] 2013[176]
Rang de la commune dans le département 30 40 39 41 46 45 46 48
Nombre de communes du département 286 283 283 283 283 283 283 283

Événements culturels et sportifsModifier

  • Festival Les Artist'Chauds (depuis 2002).
  • Les "100 km de Cléder entre terre et mer" (course organisée de 1992 à 2001 et reprise en 2012[177] jusqu'en 2017 ; non organisée en 2018[178].).

Langue bretonneModifier

À la rentrée 2017, 93 élèves étaient scolarisés dans les classes bilingues (soit 22,3 % des enfants de la commune inscrits dans le primaire)[179].

Lieux et monumentsModifier

La Côte des SablesModifier

L'ensemble de la côte Clédéroise se découvre à pied (GR 34, communément appelé "sentier des Douaniers"), à vélo (véloroute La Littorale), à moto ou véhicule motorisé (une petite route côtière borde le littoral).

  • La plage Les Amiets
Nelly Alard décrit ainsi la plage des Amiets dans son roman Le crieur de nuit[180]: « Puis nous avons laissé Maman se reposer et nous sommes tous allés avec les enfants à Cléder. Nous avons garé les voitures et sommes montés à pied vers le vieux corps de garde, ce simple abri de pierre que nous avons toujours appellé la maison de guet. La lumière rasante, aussi tranchante que le vent, découpait un paysage aux contours d'une netteté aveuglante. Le soleil d'hiver frappait la dune d'un vert cru, le jaune des lichens, les pignons blancs des maisons. Les longues herbes couchées par le vent frissonnaient comme le pelage d'un animal. Nous avons montré aux enfants les énormes rochers aux formes fantastiques, entassés dans un équilibre improbable. Le dromadaire avec sa cargaison, la tortue, la tête de chien, certains comme feuilletés, d'autres comme des coulées de lave brusquement refroidies. La plage de Cléder est la plus belle du monde. (...) (Mes yeux s'embuèrent) en regardant mes enfants courir comme des lapins qu'on y voit tôt le matin, sur des dunes que nous dévalions sur des cartons d'emballage. Rien n'a changé depuis, ni la plage d'un blanc polynésien aux reflets roses et mauves, ni les vagues qui semblent courir se jeter dans les bras des rochers, ni les nappes d'eau qui sont comme des miroirs sur le sable mouillé. Cléder est d'une telle beauté que dans n'importe quelle circonstance on ne peut s'empêcher d'y songer à l'éternité.»
  • La plage de Groac'h Zu
  • La plage de Theven Braz
  • La plage de Pors Misclic
  • La plage de Porz Striz
  • Port-Neuf
  • La Grenouillère aux Amiets
  • L'Espace Nature des Palujous (observatoire ornithologique et nombreuses variétés d'orchidées sauvages). En 1830, Jean-François Brousmiche[181] signale ces paluds: "Un immense terrain vient encore ici d'être conquis sur les flots. Ce sont les grands paluds de Cléder qui viennent d'être enclos. Cent hectares de terre sont rendus à l'agriculture; il a suffi pour obtenir ce résultat d'une chaussée de trois cents mètres".
  • Maisons des douaniers : édifiés au temps de la défense littorale par l'ingénieur du Roi Siméon Garangeau à des endroits indiqués par Vauban, le corps de garde du Lavillo[182] et celui des Amiets[65] surveillaient les bateaux de passage. En cas de mouvement suspect, des miliciens de garde alertaient les autorités par signaux codés (jeux de pavillon, coups de canon à blanc, feux de nuit). La situation de ces maisons de douaniers, dissimulées derrière les rochers, permettaient de ne pas être vu du large.
  • Les fours à goémon, au port de Kerfissien : construits dans des tranchées de 60 cm de profondeur, 5 à 10 m de longueur, 50 cm de largeur et recouverts sur les côtés et le fond de pierres plates, ils permettaient de brûler les algues, plus particulièrement le goémon, qui avait au préalable séché sur la côte, après avoir été pêché, afin d’extraire des blocs d'iode, utilisé notamment dans la pharmaceutique.Il en existe un autre à Poulennou[183].
  • Les sites d'extractions de granit témoignent du travail des tailleurs de pierre Clédérois (en 1960, on en comptait 200) : extraction du granit, fendage de rochers, taille et déplacement de pierre.

Les châteaux et manoirsModifier

Article détaillé : Manoir de Tronjoly.
Article détaillé : Château de Kermenguy.
  • Le manoir de Kerliviry
 
Le manoir de Kerliviry (dessin d'Auguste Mayer datant de 1845 ou 1846)

Le manoir de Kerliviry date du XIVe siècle ; la famille de Kerliviry est connue dès 1481, date où Hervé de Kerliviry épouse Marie de Kéraméar ; en 1566, le manoir appartient à Tanguy de Kerliviry, époux de Jehanne de Kerroignant. Par la suite, le manoir tombe en quenouille et passe aux mains de la famille de Tromelin (par exemple le René de Tromelin, seigneur de Kerliviry, épouse Marie Le Moyne, dame de Kermerrien). Le domaine passe ensuite successivement aux mains des familles Boiséon (le , René de Boiséon, seigneur de Coëtlez, épouse Claude de Tromelin, dame de Kerliviry[186]), Poulpiquet (par exemple Charles-René de Poulpiquet, né le est baron de Locmélar et Kerliviry) et Budes de Guébriant[187]. Le chevalier de Fréminville le décrit dans son livre "Antiquités du Finistère" publié en 1832. Charles Nodier et Justin Taylor écrivent : « Au-dessus de l'entrée est placé l'écusson armorié des seigneurs de Kerliviri [Kerliviry], surmonté d'un casque, avec leur devise "Y oull doue" ("La volonté de Dieu soit faite") »[188]. Auguste Mayer en fait un dessin en 1845 ou 1846, montrant un logis encore intact, ainsi qu'un portique et une vasque monolithe en granite (laquelle a été par la suite donnée par le comte Alain Casimir Budes de Guébriant, alors maire de Saint-Pol-de-Léon, à sa ville où elle se trouve désormais), mais la chapelle est alors ruinée.

  • Le château de Kergonadeac'h ou Kergournadeac'h ou Kergournadech (1620), inscrit monument historique[189] présente des ruines imposantes. Il fut volontairement détruit, après seulement 150 ans d'habitation. Il est considéré comme l'un des derniers châteaux forts construits en France.


Monuments religieuxModifier

Église Saint-Pierre-Saint-Ké-ColledocModifier

On ignore la date de la construction de la première église, sans doute à l'initiative des seigneurs de Kergournadec'h. En remploi dans l'église actuelle, on trouve une pierre gravée d'une sentence morale, datée paléographiquement du XIVe siècle: "OUIR MESSE NE TARDIT HOME / DONER AUMONE NE POVRIT HOME / BIEN AUTRUI NE RICHIT HOME", que l'on peut transcrire par : "Ecouter la messe de retarde pas; donner l'aumône n'appauvrit pas; le bien d'autrui n'enrichit pas" [190]. Cette inscription pourrait fournir une date ante quem à la construction de l'ancienne église.

 
Inscription église de Cléder


L'église avait dans un état antérieur une maîtresse vitre connue grâce à un document des Archives départementales du Finistère [191] (copie de 1716 d'un original de 1656). Ce vitrail et l'histoire de la famille de Kergournadec'h ont fait l'objet d'une étude de Marc Faujour[192].
L'architecture de la baie permet une datation vers 1400. Le pignon du grand autel menaçant de s'écrouler, il est fait appel à un peintre afin d'en garder trace. "Le pignon du grand autel, ou est la maitresse vitre avec des armes et escussons des dits-seigneurs avec un crucifix, et autres misteres dessous les dites armes et escudos menasse ruine et prompte cheute, auroit été advisé de le refaire, pour obvier a l'inconveniant qui en pourroit arriver; ensemble de faire une sacristie aboutissante sur le cimittiere en meme endroit pour l'utilite de la dite paroisse; ce qui ne se pourrait bonnement faire sans rehausser et agrandir ladite vitre, afin d'esclairer ledit grand autel, et doubtant quil y arrivoit quelques difficulté et differant , tous lesdits escussons et armes auroint requis ledit Bouricquen de faire estat de ladite vitre escussons et armes y estants, afin de les remettre par cy après la construction desdits pignon et sacristie en leur prestin estat, ou de telle facon que lesdits seigneurs aviseront chacun suivant leur droit et propriété". Le peintre, Jacques Bouriquen, est de Saint-Pol-de-Léon. Y assistent Vincent du Kergoat, seigneur de Tronjoly, Jacques de Kermenguy, seigneur du dit lieu, Hervé de Kermenguy, seigneur de Saint-Laurens, escuyer Guillaume Aupoix représentant le seigneur, marquis de Rosmadec et de Kergournadec'h.
Cette vitre comportait dans trois lancettes une crucifixion, un Saint-Pierre et un Saint-Jacques, et dans sa partie supérieure une rose et deux trilobes. Dans la rose figuraient les armoiries des Kergournadec'h, leurs prééminences et alliances. A ce groupe en supériorité étaient joints, de part et d'autre, ceux des Kermenguy et des Tronjoly. Le vitrail a été l'objet par la suite de diverses modifications, connus par divers documents jusqu'en 1720, notamment pour assoir la prééminence des Rosmadec.

Aujourd'hui, la partie la plus ancienne de l'église est le clocher de type léonard, avec ses deux galeries et sa flèche; elle est datée de la fin de la toute fin du XVIIè siècle par deux inscriptions, l'une de 1697 sur le portail ouest et l'autre de 1700, cette dernière précisant: "Prigent, recteur de Cléder, Yves Moisan et Guillerm curés". L'église menaçait ruines à la fin du XVIIIe siècle, mais les fonds manquaient pour sa reconstruction; il fallut attendre la fin de la période révolutionnaire pour que le chantier soit enfin achevé, en 1830. Jean-François Brousmiche[193] la visite alors et porte un jugement sévère sur cette reconstruction: "On a conservé de l'ancien édifice le clocher peu élevé mais élégant, qui jure étrangement par sa construction avec le style du monument qui s'appuie sur lui. L'église de Cléder ne ressemble pas mal à une vaste halle dont le toit serait soutenu par deux rangs de colonnes. Cet édifice fait mal à voir. Des autels sans ornements, sans décorations, des murailles nues, décrépies à blanc, voilà le temple". Selon lui, les offices, en attendant ce nouveau bâtiment, avaient lieu "dans le cimetière dans un hangar couvert en chaume".

Une statue en kersantite de Saint Ké-Collédoc se trouve sur sa façade ouest.

L'église de Cléder se caractérisait autrefois par une curieuse tradition[réf. souhaitée] : le chœur était tapissé de boîtes noires de deuil ajourées par un cœur, dites boîtes à chef, sur lesquelles on pouvait lire : ci-gît le chef de M.ou Mme X ou Y…, ces boites contenant le crâne des fidèles qui avaient ainsi manifesté leur dernière volonté de se rapprocher de Dieu. Cette tradition funèbre est disparue de nos jours, de la même façon que les chaises et les emplacements privilégiés réservés au nom des notables locaux, ainsi que les indulgences plénières à titre onéreux.

Chapelles[194]Modifier

  • Chapelle du manoir de Tronjoly, reconstruite vers 1880[195].
  • Chapelle Sainte-Anne de Kerfissien, bénie , par les architectes Le Jane et Lafforêt. Ses pierres proviendraient du manoir de Mesormel en Saint-Vougay[196].
  • Chapelle Notre-Dame de l'Espérance, construite vers 1855 dans le nouveau cimetière.

D'autres chapelles, souvent dépendantes d'un manoir, sont aujourd'hui détruites:

  • Chapelle Saint-Quay, détruite en 1787.
  • Chapelle de Brélévénez, en ruines en 1838.
  • Chapelle Saint-André.
  • Chapelle de Locmaria.
  • Chapelle Saint-Cosme et Saint Damien.
  • Chapelle de Kerliviry.
  • Chapelle de Kergournadec'h.

Croix et calvairesModifier

36 croix et calvaires, certains ruinés, ont été recensés à Cléder par Yves-Pascal Castel dans son Atlas des croix et calvaires du Finistère[197], travail mis en ligne depuis par la Société archéologique du Finistère[198], dont :

  • La Croix monumentale de Kerzuoc'h, datée de 1625, œuvre de Roland Doré. Représente un Christ en croix avec les inscriptions : M.Y.Priser prêtre 1625, S Yves[199],[200].
  • La Croix de Poulscavennou, Croaz-Iliz-Coz[201], ou de Langoziliz[202], inscrite Monument historique par arrêté du .

Espaces vertsModifier

  • Plan d'eau du Val Jégu : en centre ville, aménagé autour d'un lac artificiel.
  • Espace Nature des Palujous, le long de la rivière du Lavillo.

Équipements sportifsModifier

  • Le stade-vélodrome Yves Berthevas[203].

LittératureModifier

Personnalités liées à la communeModifier

JumelagesModifier

Notes et référencesModifier

  1. http://www.tourismebretagne.com/decouvrir-les-destinations/cote-de-granit-rose-baie-de-morlaix/les-incontournables/plouescat-et-la-cote-des-sables
  2. Charles Barrois, Note sur un livre de paléobotanique, "Comptes rendus hebdomadaires des séances de l'Académie des sciences", juillet 1933, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k3149q/f1148.image.r=Cl%C3%A9der?rk=7811197;2
  3. https://www.ouest-france.fr/bretagne/morlaix-29600/cleder-contre-l-erosion-dunaire-le-maire-veut-enrocher-5492258, https://france3-regions.francetvinfo.fr/bretagne/finistere/cleder-tempetes-ont-reduit-cordon-dunaire-1396595.html et https://www.francetvinfo.fr/meteo/tempete/tempete-eleanor/finistere-les-dunes-mises-a-mal_2547007.html
  4. https://www.gralon.net/mairies-france/finistere/equipement-sportif-port-de-poulennou-port-de-poulennou-cleder-128131.htm
  5. C. Barrois, Carte géologique à 1/80000, feuille Lannion (1re édit.), 1909.
  6. Louis Chauris, « Le granite porphyroïde de Porzpaul dans l'île d'Ouessant: un nouvel élément dans la ceinture des « granites rouges » du Massif armoricain (France) », Comptes Rendus de l'Académie des Sciences, Paris, série II, t. 313,‎ , p. 245-250.
  7. Eric Marcoux, Alain Cocherie, Gilles Ruffet, Jean-René Darboux, Catherine Guerrot, « Géochronologie revisitée du dôme du Léon (Massif armoricain, France) », Géologie de la France, no 1,‎ , p. 19-20 (lire en ligne).
  8. Marcoux, op. cit., p. 27-29
  9. "Répertoire des carrières de pierre de taille exploitées en 1889 : recherches statistiques et expériences sur les matériaux de construction", 1890, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9780517q/f115.image.r=Cl%C3%A9der
  10. Émile Cartailhac, "Dictionnaire archéologique de la Gaule : époque celtique", tome 1, 1875, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k97696550/f305.image.r=Cl%C3%A9der
  11. a b c d e f g h i j k l m n et o P. Galliou, Carte Archéologique de la Gaule: Finistère, Académie des inscriptions et belles-lettres, 2010, avec références bibliographiques
  12. Pierre-Hyacinthe Morice de Beaubois (Dom Morice), Mémoires pour servir de preuves à l'histoire écclésiastique et civile de Bretagne, vol. 1, col. 1064, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1041641k?rk=21459;2. A propos d'un échange de terres entre Hervé du Chastel et Hervé de Penhoet sur les paroisses de Cléder et Plouescat (Ploeresgat).
  13. Office public de la langue bretonne http://www.fr.brezhoneg.bzh/40-kerofis.htm
  14. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France - Volume 2 - Page 1049
  15. Paul Quentel, "Cléder et Saint Ké", Bulletin communal n°54, mairie de Cléder.
  16. Bernard Tanguy, Dictionnaire des noms de communes, trêves et paroisses du Finistère, Chasse Marée-Ar Men, 1990, p.52
  17. Guy Alexis Lobineau, "Les vies des saints de Bretagne et des personnes d'une éminente piété qui ont vécu dans la même province , avec une addition à l'Histoire de Bretagne", 1725, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5494000p/f65.image.r=Cl%C3%A9der?rk=5472130. Lobineau émet lui-même des réserves sur sa source: "Nous ne sommes point assez persuadez que ce Maurice Vicaire de la paroisse de Cleder, qui au rapport du P. Albert Le Grand, a composé en latin la vie de Saint Colledoc, qu'il confond avec Saint Ke, ait eu d'autres mémoires que le Roman de Lancelot du Lac, avec une imagination hardie et féconde", etc.
  18. Abbé Le Guen, Antiquités du Léon, chapitre Origine de quelques paroisses du Léonnais, "Bulletin de la Société archéologique du Finistère", 1888, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2081934/f214.image.r=Cl%C3%A9der?rk=64378;0
  19. http://megalithes-breton.fr/29/accueil_29.php?nom=me/cleder.html et http://www.t4t35.fr/Megalithes/AfficheSite.aspx?NumSite=7959
  20. P.-R. Giot, La Bretagne des mégalithes, Ouest-France, 2014, p. 40. Ce menhir pourrait sans doute être dit plus justement de Menfaoutet.
  21. >http://www.roscoff-tourisme.com/fr/pays-art-et-histoire/patrimoine-de-pays/cleder.php
  22. a et b Jules Gailhabaud, " Monuments anciens et modernes : collection formant une histoire de l'architecture des différents peuples à toutes les époques", tome 1, 1857, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k96762920/f20.image.r=Cl%C3%A9der?rk=4742512;4
  23. a et b ">Émile Cartailhac, "Dictionnaire archéologique de la Gaule : époque celtique", tome 1, 1875, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k97696550/f305.image.r=Cl%C3%A9der?rk=6695312;0
  24. Chevalier de Fréminville, Antiquités de la Bretagne, Finistère, Lefournier et Deperiers éd., Brest, 1832
  25. R.-F. Le Men, Statique monumentale du Finistère, époque celtique, Bulletin de la Société Archéologique du Finistère, t. 4, 1876-1877 https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k207555g/f89.item
  26. J. de Rusunan, Les monuments mégalithiques et romains de l'arrondissement de Morlaix, Bulletin de la Société des études scientifiques du Finistère, 10è année, 1er fascicule, 1890
  27. Taylor, Voyages pittoresques et romantiques dans l'ancienne France, Bretagne, Paris, 1847
  28. Louis Le Guennec, Le Finistère monumental, tome 1, Morlaix et sa région, Les Amis de Louis Le Guennec, Quimper, 1979
  29. P.-R. Giot, La Bretagne des mégalithes, Ouest-France, 2014
  30. a et b Jean-Marie Abgrall et Paul Peyron, Notices sur les paroisses: Cléder, Bulletin de la commission diocésaine d'histoire et d'archéologie, Quimper, 1905, http://diocese-quimper.fr/images/stories/bibliotheque/pdf/pdf_notices/cleder.pdf
  31. A. Martin, Les sépultures armoricaines, revue "L"Anthropologie", 1900, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5433860r/f175.image.r=Cl%C3%A9der?rk=7875575;2
  32. P. du Chatellier, Fouille d'un tumulus à Kergournadech en 1638, Bulletin de la Société Archéologique du Finistère, t. 25, 1898
  33. a et b Yohann Sparfel et Yvan Pailler, Inventaire des monuments du Néolithique et de l'Age du bronze dans le Finistère, SRA Bretagne, 2011, http://bibliotheque.numerique.sra-bretagne.fr/files/original/ded5983be0bfa4928b2e8e5203cb202e.pdf
  34. J. Briard et P.-R. Giot, Les tombes de l'Age du bronze de Lezommy-Huella en Cléder, Bulletin de la Société Archéologique du Finistère, T. 71, 1964
  35. a et b R. F. Le Roux, Le tumulus de l'Age du bronze du Hellen en Cléder, Annales de Bretagne, t. 73, 1966
  36. P.-R. Giot, Le tumulus mégalithique de Torguenn-ar-Vern en Cléder, Bulletin de la Société Archéologique du Finistère, T. 75, 1948
  37. F. Moal, Cléder et le Léon, Nature et Bretagne,1987. L'auteur dit avoir assisté à cette destruction: "Deux mille mètres cubes de terre et de cailloux furent ainsi transportés par des charrettes tirés par des chevaux: tous les paysans de la commune y participèrent. (...) Il fut également fait usage de camions..."
  38. Sparfel Pailler
  39. a b c d e et f P. Galliou, Les Osismes, peuple de l'Occident gaulois,Coop breizh, 2014
  40. http://www.letelegramme.fr/finistere/cleder/insolite-un-cairn-au-site-marin-de-kerfiat-01-11-2014-10408355.php
  41. François Moal, Cléder: une terre en Léon, La Plomée, 1999
  42. http://www.monumentum.fr/stele-gauloise-pa00089878.html
  43. https://www.abc.se/~pa/mar/dressel.htm
  44. a et b Félix Benoist, "La Bretagne contemporaine", tome "Finistère", Henri Charpentier imprimeur-éditeur, Nantes, 1865
  45. a b et c A. Marteville et P. Varin, "Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne", tome 1, 1843, consultable https://books.google.fr/books?id=DI8DAAAAYAAJ&printsec=frontcover&dq=bibliogroup:%22Dictionnaire+historique+et+g%C3%A9ographique+de+la+province+de+Bretagne%22&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwj-_Yzm8PnYAhVEWhQKHQRmANoQ6AEIODAD#v=onepage&q=Cl%C3%A9der&f=false
  46. Miorcec de Kerdanet, Le château de Kergourdanec'h, "Le lycée armoricain : revue de l'ouest", volume 6, Nantes, 1825, consultable https://books.google.fr/books?id=TVE2AAAAMAAJ&pg=PA369&lpg=PA369&dq=Kergournadec%27h&source=bl&ots=tiVRLAzPto&sig=tx5uy2V3XPNiLPVXakd53FdygJg&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwis_rWnxdjWAhUGBcAKHYnkABI4ChDoAQhYMAw#v=onepage&q=Kergournadec'h&f=false
  47. Olivier de Kerhoënt mourut en 1594, et « fut inhumé en l'église de Cléder, au chœur d'icelle, sous un tombeau long et élevé », voir Comtesse du Laz, "Généalogie de la maison Jegou du Laz, avec des pièces justificatives et complémentaires", 1897, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5612573z/f180.image.r=Cl%C3%A9der?rk=4721053;2
  48. http://blog.pecia.fr/post/2010/07/28/Fran%C3%A7ois-de-Kerhoent-de-Kergournadec-h-%281629%29%2C-livre-et-objet-d-art
  49. Le château de Botigneau ou Bodigneau se trouve à Clohars-Fouesnant
  50. Sa sœur cadette Claude de Kerhoënt épousa François de Kergoadès
  51. Marc de Vulson de La Colombière, "La Science héroïque, traitant de la noblesse et de l'origine des armes", 1644
  52. Alexandre Masseron, Kergournadec'h, Journal des débats politiques et littéraires, n° du 30 mars 1910, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4837526/f2.image.r=Kergournadec'h?rk=21459;2
  53. a et b <André Mussat, Arts et cultures de Bretagne: un millénaire, Berger-Leuvrault, 1979
  54. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1041137z/f180.item
  55. Mathieu Pinsonneau (1656-1747), secrétaire de Louvois, surintendant des Finances du régent duc d'Orléans, secrétaire du conseil de Guerre en 1715, voir https://books.google.fr/books?id=cXuQAQAAQBAJ&pg=PT457&lpg=PT457&dq=Mathieu+Pinsonneau&source=bl&ots=t5wYCUcYOt&sig=Yxm1lR7dv4F8CLpF67qxrN04Ua4&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwiMzLew_drWAhXhAcAKHT3WACcQ6AEIQDAE#v=onepage&q=Mathieu%20Pinsonneau&f=false
  56. http://www.infobretagne.com/cleder.htm
  57. François de Coëtnempren était seigneur de Kerdournant en Tréflaouénan
  58. Anatole de Barthélémy, "Choix de documents inédits sur l'histoire de la Ligue en Bretagne", 1880, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k110009t/f85.image.r=Cl%C3%A9der?rk=4978565;2
  59. Marie Guérer, née le au manoir de Menfaouet en Cléder, décédée le au manoir de Kersaint en Cléder
  60. Jean Rohou, Fils de ploucs, tome 1, 2005, éditions Ouest-France, [ (ISBN 2-7373-3452-7)]
  61. Edm.-M. P. Du V., "Le R. P. Julien Maunoir, de la Compagnie de Jésus, apôtre de la Bretagne au XVIIe siècle", 1869, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k63707557/f187.image.r=Cl%C3%A9der?rk=3969976;4
  62. Joël Cornette, "Histoire de la Bretagne et des bretons", tome 2, "Des lumières au XXIe siècle", éditions du Seuil, 2005, (ISBN 978-2-02-116481-7)
  63. Fanch Roudaut, "Les contenus religieux en breton au XVIIIe siècle : vocabulaire et doctrine", Presses universitaires de Rennes, consultable http://books.openedition.org/pur/15956?lang=fr
  64. Arthur Le Moyne de La Borderie, Descente des Anglais en Bretagne au XVIIIe siècle, "La Bretagne aux temps modernes, 1491-1789 : résumé du cours d'histoire professé à la Faculté des lettres de Rennes, en 1893-1894", 1894, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5784070s/f254.image.r=Cl%C3%A9der
  65. a et b http://www.petit-patrimoine.com/fiche-petit-patrimoine.php?id_pp=29030_4
  66. >"Ordonnance... portant imposition pour la dépense annuelle de la garde-côte de Bretagne", 1759, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k97412315/f8.image.r=Plovan
  67. a et b Antoine Favé, Les faucheurs de la mer en Léon (récolte du goémon aux XVIIe et XVIIIe siècles), "Bulletin de la Société archéologique du Finistère", 1906, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2076777/f187.image
  68. Jean Rohou, "Catholiques et Bretons toujours ? (essai sur l'histoire du christianisme en Bretagne)", éditions Dialogues, Brest, 2012, (ISBN 978-2-918135-37-1)
  69. Personnes en âge de communier
  70. Probablement Honorat de Kersauson du Vieux Chastel, né en 1726 à Morlaix, décédé le à Saint-Frégant
  71. Jean-Baptiste Ogée, "Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne", tome 1, 1778, consultable https://archive.org/details/dictionnairehist01og
  72. a et b Jean Rohou, "Catholiques et Bretons toujours ? (essai sur l'histoire du christianisme en Bretagne)", éditions Dialogues, Brest, 2012, [ (ISBN 978-2-918135-37-1)]
  73. http://www.gwadarmor.com/eglise-cleder
  74. "Collection complète des lois promulguées sur les décrets de l'assemblée nationale, imprimée par ordre de l'assemblée nationale", tome 12, 1791, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5685361x/f432.image.r=Cl%C3%A9der?rk=21459;2
  75. Jacques Cambry, "Catalogue des objets échappés au vandalisme dans le Finistère : dressé en l'an III", 189, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k110459s/f185.image.r=Cl%C3%A9der?rk=4806890;4
  76. Le juge de paix de Saint-Pol, le , « considérant (...) que les soulèvements et attroupements continuels (...) ne se font dans les campagnes qu'au son du tocsin qui se fait entendre d'une paroisse à l'autre (...), prions (...) les citoyens commandant les volontaires nationaux, (...) faire descendre toutes les cloches des paroisses de Plougoulm, Sibiril, Cléder, Tréflaouénan, Plouzévédé, Berven et Plouénan, afin d'éviter les rassemblements qui se forment journellement et qui occasionnent une insurrection dans ces paroisses ». Décidée avant même la bataille de Kerguidu, cette mesure fut appliquée seulement après celle-ci.
  77. Paul Peyron, "Documents touchant l'insurrection du Léon en mars 1793", 1902, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5656046p/f89.image.r=Cl%C3%A9der
  78. René Baticle, Le plébiscite sur la constitution de 1793, "La Révolution française : revue historique", janvier 1910, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1162661/f23.image.r=Cl%C3%A9der
  79. Antoine Favé, Les faucheurs de la mer en Léon (récolte du goémon aux XVIIe et XVIIIe siècles), "Bulletin de la Société archéologique du Finistère", 1906, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2076777/f174.image
  80. radeaux de goémon flottant, utilisée pour le transport des goémons en mer, voir http://sallevirtuelle.cotesdarmor.fr/asp/inventaire/pleubian/Geoviewer/Data/HTML/IM22005992.html
  81. Antoine Favé, Les faucheurs de la mer en Léon (récolte du goémon aux XVIIe et XVIIIe siècles), "Bulletin de la Société archéologique du Finistère", 1906, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2076777/f186.image
  82. Antoine Favé, Les faucheurs de la mer en Léon (récolte du goémon aux XVIIe et XVIIIe siècles), "Bulletin de la Société archéologique du Finistère", 1906, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2076777/f196.image
  83. Urbain de Kersaintgilly (né le à Morlaix, décédé le au château de Tronjulien en Plounévez-Lochrist
  84. Émile Reverchon, "Des Autorisations de plaider, nécessaires aux communes et établissemens publics", 1853, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6464822d/f276.image.r=Cl%C3%A9der?rk=5665264;0
  85. "Procès-verbal des séances de la Chambre des pairs", 1820, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9694769d/f550.image.r=Cl%C3%A9der?rk=6115910;0
  86. "L'Ami de la religion et du Roi : journal ecclésiastique, politique et littéraire", janvier 1836, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k317582/f303.image.r=Cl%C3%A9der?rk=8176006;0
  87. Journal Le Constitutionnel, n° du 23 août 1866, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k674365w/f3.image.r=Cl%C3%A9der?rk=21459;2
  88. Jean Rohou, "Fils de ploucs", tome 2, 2007, éditions Ouest-France, [ (ISBN 978-27373-3908-0)]
  89. "Revue maritime et coloniale", janvier-décembre 1871, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k104241n/f962.image.r=Cl%C3%A9der?rk=8412058;4
  90. Yves Léa, né le à Cléder, soldat au 3e régiment de zouaves
  91. Vincent Coz, né le à Cléder, soldat au 2e régiment de zouaves
  92. Jean-Charles Chenu, "Rapport au Conseil de santé des armées sur les résultats du service médico-chirurgical aux ambulances de Crimée et aux hôpitaux militaires français en Turquie, pendant la campagne d'Orient en 1854-1855-1856", 1865, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k61150980/f274.image.r=Cl%C3%A9der?rk=6630934;0
  93. Charles de Saisy de Kerampuil, né au manoir de Tronjoly le , fils duc comte François-Marie Louis de Saisy de Kerampuil et d'Ambroisine-Marie de Parcevaux, fut sergent dans un régiment de zouaves pontificaux
  94. École libre saint François Xavier, "Inauguration d'un monument élevé à la mémoire des anciens élèves morts devant l'ennemi : 19 juin 1878", 1878, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5468972p/f32.image.r=Cl%C3%A9der?rk=1480694;0
  95. Jean-Charles Chenu, "Rapport au conseil de la Société française de secours aux blessés des armées de terre et de mer, sur le service médico-chirurgical des ambulances et des hôpitaux, pendant la guerre de 1870-1871", tome 2, 1870-1871, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6115174x/f307.image.r=Cl%C3%A9der?rk=7660982;0 et https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6115174x/f732.image.r=Cl%C3%A9der?rk=7660982;0
  96. Henry-Joseph Stéphany, né le à Cléder
  97. Journal L'Univers, n° du 6 mai 1878, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k701131d/f2.image.r=Cl%C3%A9der?rk=42918;4
  98. Journal L'Univers, n° du 13 décembre 1878, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7013481/f3.image.r=Cl%C3%A9der?rk=64378;0
  99. "Le Rigolo : journal hebdomadaire, satirique, humouristique [sic] et littéraire", n° du 11 juillet 1886, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k54848821/f3.image.r=Cl%C3%A9der?rk=21459;2
  100. "Rapports et délibérations du Conseil général du Finistère", 1874, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k55647045/f352.image.r=Cl%C3%A9der?rk=64378;0
  101. Jacques Flach, "Enquête sur les conditions de l'habitation en France : les maisons-type", tome 2, 1894, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k75321d/f327.image.r=Cl%C3%A9der?rk=5708182;4
  102. Charles Le Goffic, Le bien du pêcheur, "La Revue de Paris", septembre 1908, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k175038/f631.image.r=Cl%C3%A9der?rk=7961412;4
  103. Journal L'Ouest-Éclair, n° du 13 mars 1901, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6391874/f2.image.r=Cl%C3%A9der?rk=4420622;4 et journal La Croix, n° du 21 novembre 1902, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k219875w/f3.image.r=Cl%C3%A9der?rk=772536;0 et C. Français, La Sainte-Marthe en perdition, "La morale vécue : famille, patrie, humanité", 1910, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5488389f/f204.image.r=Cl%C3%A9der?rk=4485000;4 et Alphonse Le Taro, Le naufrage de la Sainte Marthe à Plouescat-Cléder, Cahiers de l'Iroise n°2-1978
  104. Journal La Croix, n° du 23 juillet 1902, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k219776z/f2.image.r=Cl%C3%A9der?rk=686698;4
  105. Journal L'Ouest-Éclair, n° du 8 mars 1904, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k640271k/f5.image.r=Cl%C3%A9der?rk=9098758;2
  106. Journal L'Ouest-Éclair, n° du 10 août 1908, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k641887b/f4.image.r=Cl%C3%A9der?rk=10236102;0
  107. Journal L'Ouest-Éclair, n° du 11 décembre 1911, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6431056/f4.image.r=Cl%C3%A9der?rk=10150264;4
  108. a et b « S.S. HILDA », sur www.histomar.net (consulté le 12 mars 2018)
  109. Louis Fabulet, Braves gens de Roscoff, Cléder et Sibiril, journal L'Ouest-Éclair, n° du 26 novembre 1905, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6408995/f1.image.r=Cl%C3%A9der?rk=21459;2
  110. Journal L'Ouest-Éclair, n° du 22 novembre 1905, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k640895n/f3.image.r=Cl%C3%A9der?rk=107296;4
  111. Journal L'Ouest-Éclair, n° du 24 novembre 1905, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k640897d/f3.image.r=Cl%C3%A9der?rk=42918;4
  112. La Compagnie dirigée par Jean-François Pichon (né le au Raz en Roscoff) eût au moins 14 victimes, la plupart originaires de Sibiril
  113. La Compagnie dirigée par Louis Quiviger (né le à Lesleaou Bras en Cleder) eût plus 15 victimes, originaires de toute la région, et quatre survivants
  114. La Compagnie dirigée par Paul-Marie Jaouen (né le à Kerscao en Plouescat) eût au moins 14 victimes, la plupart originaires de Plouescat et Cleder
  115. La Compagnie dirigée par Jean-Marie Calarnou (né le à Kerfissien en Cleder) eût au moins 12 victimes, la plupart originaires de Cléder
  116. La Compagnie dirigée par Louis Tanguy (né le à Plougoulm, mais domiciliée à Sibiril) et comprenant notamment ses trois fils Guillaume, Claude et Jean, eût en tout 7 victimes
  117. Journal L'Univers, n° du 26 novembre 1905. L'association Franco-Britannique Hilda-Hilda's voices des descendants du Hilda a trouvé plusieurs personnes ne figurant sur aucune liste par d'autres archives nombreuses
  118. « Passengers of the Hilda », Histomar (consulté le 13 décembre 2009)
  119. Paul-Marie Pen, né le à Tréflaouénan, mais il habitait à Cleder
  120. Journal La Lanterne, n° du 9 mars 1906, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7505066x/f3.image.r=Cl%C3%A9der?rk=64378;0
  121. Journal La Croix, n° du 23 novembre 1906, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2566126/f2.image.r=Cl%C3%A9der?rk=193134;0 et journal L'Univers, n° du 25 novembre 1906, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k712883k/f2.image.r=Cl%C3%A9der?rk=343349;2
  122. Journal L'Ouest-Éclair, n° du 26 mars 1907, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k641384n/f5.image.r=Cl%C3%A9der?rk=10386318;2
  123. Journal L'Ouest-Éclair, n° du 24 juin 1907, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k641474m/f4.image.r=Cl%C3%A9der?rk=7274714;0
  124. Journal L'Ouest-Éclair, n° du 24 février 1905, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6406247/f4.image.r=Cl%C3%A9der?rk=9871294;2
  125. Journal L'Ouest-Éclair, n° du 2 août 1907, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k641513g/f4.image.r=Cl%C3%A9der
  126. Journal L'Ouest-Éclair, n° du 22 mars 1908, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6417468/f6.image.r=Cl%C3%A9der?rk=12489332;0 et n° du 9 mai 1909, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6421595/f6.image.r=Cl%C3%A9der?rk=12167442;0
  127. http://www.letelegramme.fr/local/finistere-nord/morlaix/plouzevede/cleder/conference-a-l-epoque-ou-le-train-patate-s-arretait-a-cleder-19-06-2011-1341609.php
  128. Journal La Croix, n° du 28 mai 1910, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2576940/f5.image.r=Cl%C3%A9der?rk=944210;4
  129. Journal L'Ouest-Éclair, n° du 20 décembre 1910, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k642749p/f4.image.r=Cl%C3%A9der?rk=3369115;2
  130. Journal L'Ouest-Éclair, n° du 5 avril 1912, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k643221p/f4.image.r=Cl%C3%A9der?rk=12017226;4
  131. Le monument aux morts de Cléder porte aussi six noms de personnes mortes pour la France pour lesquelles aucune date n'est précisée
  132. Jean Guénégan, né le à Cléder, sergent fourrier au 54e régiment d'infanterie coloniale, tué à l'ennemi le  ; à ne pas confondre avec un autre Jean Guénégan, né le à Cléder, soldat au 66e régiment d'infanterie, tué à l'ennemi le à Fère-Champenoise (Marne)
  133. François Le Bihan, né le à Cléder, décédé en captivité en Allemagne le  ; à ne as confondre avec un autre François Le Bihan, né le à Cléder, sapeur au 7e régiment du génie, disparu le à Juvigny (Aisne)
  134. http://www.memorialgenweb.org/memorial3/html/fr/resultcommune.php?act=view&insee=29030&pays=France&dpt=29&idsource=23061&table=bp&lettre=&fusxx=&debut=0
  135. Jean-Claude Bozec, né le à Saint-Pol-de-Léon, mais qui passa toute son enfance à Cléder où sa famille avait déménagé
  136. " Compte-rendu des travaux / Société des missions étrangères", 1916, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9736662c/f252.image.r=Cl%C3%A9der
  137. Jean-Pierre Montier, James Éveillard et Gilles Baud-Berthier, "Voyage en Bretagne 1900-2000", éditions Ouest-France, 2007, [ (ISBN 978-2-7373-3808-3)]
  138. Journal L'Ouest-Éclair, n° du 5 avril 1921, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6465058/f3.image.r=Cl%C3%A9der?rk=5729642;0
  139. Journal L'Ouest-Éclair, n° du 17 décembre 1924, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k647857z/f6.image.r=Cl%C3%A9der?rk=901292;0
  140. Journal La Croix, n° du 20 août 1924; consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2619290/f4.image.r=Cl%C3%A9der?rk=107296;4
  141. Journal L'Ouest-Éclair, n° du 25 octobre 1931, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k658711h/f4.image.r=Cl%C3%A9der?rk=13025816;2 et n° du 27 octobre 1931, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6587138/f4.image.r=Cl%C3%A9der?rk=3154522;0
  142. a et b http://www.memorialgenweb.org/memorial3/html/fr/resultcommune.php?insee=29030&dpt=29&idsource=23061&table=bp04
  143. http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/1/86/48/73/ARCHIVES-CLEDER-INFOS/17-CLEDER-INFOS-07.2004.pdf
  144. Éric Rondel, "Crimes nazis en Bretagne (septembre 1941 - août 1944)", Astoure éditions, 2012, [ (ISBN 978-2-36428-032-8)], pages 227-231 et http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/1/86/48/73/ARCHIVES-CLEDER-INFOS/17-CLEDER-INFOS-07.2004.pdf
  145. Gustave Lespagnol est né le à Cléder ; il rejoint les Forces françaises libres dès juin 1940, combat en Tunisie dans la 1re division française libre, puis dans la 2e division blindée de la Normandie aux environs de Strasbourg où il est tué le à Holtzheim ; il fut décoré à titre posthume de la Légion d'honneur ; il reçut aussi la Croix de guerre 1939-1945 et la Médaille de la Résistance, voir http://www.smlh29n.fr/memorial/legionnaires/15807_lespagnol_gustave
  146. François Hervé Du Penhoat, sergent pilote d'aviation, décédé le à Kasba Tadla (Maroc) dans un accident d'avion
  147. Né le au manoir de Tronjoly ; il quitte la France pour le Maroc en 1942 et il finit ses études au lycée Lyautey de Casablanca, puis au lycée Gouraud, est incorporé comme aspirant dans le 63e goum, tué lors d'un combat le au col de Mirandol près de Saint-Pol-sur-Ubaye(Basses-Alpes) voir http://www.lyceefr.org/aaegd/gouraud/livredor/herve_du_penhoat_jean.htm
  148. Peut-être François Grall, né le à Kéranquédoc en Cléder, décédé le 15 vendémiaire an IX () à Cléder
  149. Jean Riou, né le à Sibiril, décédé le à Creach Morvan en Cléder
  150. Yves Roudaut, baptisé le à Kerzéan en Cléder, décédé le 16 germinal an II () à Cléder
  151. Joseph Marie Augustin de Kerguvelen, né le à Cléder, décédé le à Cléder
  152. Jean-Marie Cahel, baptisé le à Briec, marié le à Lesneven, décédé le à Lesneven
  153. Paul Tanne, né le à Cléder, décédé le à Cléder
  154. René Noël Moal, né le à Quéran en Tréflaouénan, décédé le à Couvent Lesradenec en Cléder
  155. Ambroise Toussaint Marie de Parcevaux, né le à Saint-Pol-de-Léon, décédé le au manoir de Tronjoly en Cléder
  156. Charles Hortense Marie de Parcevaux de Tronjoly, né le à Brest, décédé le , Grande-Rue à Saint-Pol-de-Léon
  157. Vincent Le Traon, né le 22 nivôse an II () à Pont Jégu en Cléder, décédé le à Vourn en Cléder
  158. Louis Raymond Lacaze, né le à Landivisiau, décédé le à Cléder
  159. Jean Marie Cadiou, né le 9 frimaire an VI () à Plouescat, décédé le à Guil ar Brouan en Cléder
  160. Paul Pennors, né le à Cléder, décédé le à Cléder
  161. Émile Louis Marie de Kermenguy, né le , rue du Lin, à Saint-Pol-de-Léon, décédé le à Paris. Le récit de ses obsèques, et en particulier le panégyrique de sa vie sont à consulter dans le journal L'Univers, n° du 3 décembre 1893, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k708259c/f1.image.r=Cl%C3%A9der?rk=107296;4
  162. Vincent Milin, né le à Cléder, décédé le à Cléder
  163. Jean-Marie Rozec, né le à Kerleunoc en Cléder, décédé le à Cléder
  164. Louis François Marie de Parcevaux, né le à Cléder, décédé le au manoir de Tronjoly en Cléder
  165. Comte Gaston-Marie-Guy de Kermenguy, né le à Cléder, décédé le au château de Kermenguy en Cléder
  166. Paul Marie Marc, né le à Vern Inizan en Cléder, décédé le à Vern Inizan en Cléder
  167. Jean Hervé de Penhoat, né le à Saint-Pol-de-Léon, décédé le à Cléder
  168. Pierre Marie Abjean, né le au bourg de Cléder, décédé le à Cléder
  169. Yves Guillou, né en 1941 à Cléder, décédé en juillet 2005, voir http://www.letelegramme.fr/ar/viewarticle1024.php?aaaammjj=20050708&article=10308006&type=ar
  170. Jean-Luc Uguen a raconté son expérience dans un livre intitulé Le bonheur d'être maire
  171. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  172. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  173. a b c d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le 10 janvier 2016)
  174. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  175. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  176. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  177. http://www.vo2.fr/actualite/divers-100-km-de-cleder-le-retour-de-cette-epreuve-est-prevu-pour-2012-07042011-2836.html
  178. http://www.100kmdecleder.fr/p_publier/p_index.php
  179. http://www.opab-oplb.org/98-kelenn.htm
  180. Nelly Alard, Le Crieur de nuit, Gallimard, 2010, Prix Roger-Nimier 2010, pages 107 et 108
  181. J.-F. Brousmiche, Voyage dans le Finistère en 1829, 1830 et 1831, S.A. Morgan, 1077, 1990, pp.91-94
  182. http://www.petit-patrimoine.com/fiche-petit-patrimoine.php?id_pp=29030_6
  183. http://www.roscoff-tourisme.com/fr/pays-art-et-histoire/patrimoine-de-pays/cleder.php
  184. Notice no PA00089876, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  185. Notice no PA00089875, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  186. Comtesse du Laz, "Généalogie de la maison Jegou du Laz, avec des pièces justificatives et complémentaires", 1897, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5612573z/f219.image.r=Kerliviry?rk=21459;2
  187. Pol Potier de Courcy, "Nobiliaire et armorial de Bretagne.", tome 2, 1862, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5406239c/f43.image.r=Kerliviry?rk=128756;0
  188. Charles Nodier, Justin Taylor et Auguste Mayer, "Voyages pittoresques et romantiques dans l'ancienne France. Bretagne", 1845-1846, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k97223066/f457.image.r=Kerliviry
  189. Notice no PA00089873, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  190. Debiais Vincent. Côtes-d’Armor, Finistère, Ille-et-Vilaine, Morbihan, Loire-Atlantique et Vendée. Paris : CNRS Editions, 2008.pp. 21-22. (Corpus des inscriptions de la France médiévale, 23); https://www.persee.fr/doc/cifm_0000-0000_2008_cat_23_1
  191. http://mnesys-portail.archives-finistere.fr/?id=recherche_inventaire&doc=&page=2&page_ref=
  192. M. Faujour, L'héraldique des seigneurs de Kergournadec'h et des familles alliées dans le haut Léon, 1275-1721, Ed. M. Faujour, 2016
  193. J.-F. Brousmiche, Voyage dans le Finistère en 1829, 1830 et 1831, S.A. Morgan, 1077, 1990, pp.91-94
  194. R. Couffon et A. Le Bars, Répertoire des églises et chapelles du diocèse de Quimper et de Léon, Presses bretonnes,1959 (pour toute cette partie)
  195. http://www.petit-patrimoine.com/fiche-petit-patrimoine.php?id_pp=29030_2
  196. http://www.petit-patrimoine.com/fiche-petit-patrimoine.php?id_pp=29030_3
  197. Yves-Pascal Castel, Atlas des croix et calvaires du Finistère, Société Archéologique du Finistère, 1980, pp. 48-51, enquête de J. Jézéquel
  198. http://croix.du-finistere.org/commune/cleder.html
  199. Yves-Pascal Castel, Atlas des croix et calvaires du Finistère, Société Archéologique du Finistère, 1980, p. 51, n°276, avec une interrogation sur Roland Doré
  200. Cléder, www.infobretagne.com, consulté le 3 février 2018.
  201. Yves-Pascal Castel, Atlas des croix et calvaires du Finistère, Société Archéologique du Finistère, 1980, p. 51, n°284
  202. http://www.monumentum.fr/croix-langoziliz-pa00089874.html
  203. http://www.mairie.biz/eq+stade-yves-berthevas+cleder+22575.html
  204. https://www.fayard.fr/correspondance-9782213619477
  205. https://www.ouest-france.fr/bretagne/cleder-29233/la-petite-plage-celebre-lenchantement-de-kerfissien-3728916 et http://www.letelegramme.fr/finistere/cleder/la-petite-plage-un-ouvrage-sur-kerfissien-12-09-2015-10771080.php
  206. https://www.ouest-france.fr/bretagne/cleder-29233/cleder-la-premiere-fete-du-livre-des-mouettes-curieuses-4605051 et https://www.livrelecturebretagne.fr/wp-content/uploads/BUR/BIBLIO.doc.pdf
  207. Henri Pérennès, Une gerbe de cantiques bretons composés par l'abbé Jean Guillou, recteur de Penmarc'h, revue "Annales de Bretagne", 1930, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k115333w/f313.image.r=Plouguerneau.langFR
  208. Marie-Thérèse Camus, Armand Prunier (1875 - 1952): peintre de Kerfissien ; catalogue de l'exposition Armand Prunier, Cléder, 27 juillet - 7 août 2005, imprimerie de Bretagne, 2005 et http://www.letelegramme.fr/ar/viewarticle1024.php?aaaammjj=20050726&article=10405535&type=ar
  209. https://france3-regions.francetvinfo.fr/bretagne/emissions/littoral-le-magazine-des-gens-de-mer/littoral-rend-hommage-francois-mic-le-pecheur-d-hommes.html, https://www.ouest-france.fr/bretagne/cleder-29233/la-disparition-de-francois-mic-pecheur-dhommes-4363436 et http://www.letelegramme.fr/finistere/cleder/necrologie-francois-mic-marin-et-sauveteur-11-07-2016-11143422.php

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

BibliographieModifier

  • Chanoines Jean-Marie Abgrall et Paul Peyron, Notices sur les paroisses: Cléder, Bulletin de la commission diocésaine d'histoire et d'archéologie, Quimper, 5e année p. 232-240, p. 254-265. http://diocese-quimper.fr/images/stories/bibliotheque/pdf/pdf_notices/cleder.pdf,
  • René Cardaliaguet, Cléder : prêtres et paysans sous la Révolution, Du Courrier, , 137 p.
  • Yann Brekilien, Prestiges du Finistère, France-Empire, 360 p. (ISBN 2-7048-0356-0)
    Le comte de Kersaint
  • Annick Fleitour, Le petit train Rosporden-Plouescat, Editions Ressac,
    Historique de la petite ligne de chemin de fer à voie étroite qui desservait Cléder de 1912 à 1935
  • René Monfort, Cléder, gens de mer et de terre
    le quotidien des paysans des pêcheurs et des commerçants
  • François Moal, Cléder: un terroir en Léon, Le Biniou, , 164 p.
  • François Moal, Cléder & le Léon, Première partie: Des origines à 1789, Nature et Bretagne, , 158 p.
  • François Moal, Cléder: une terre en Léon., Plomée, , 381 p.
  • Henri de La Messelière, Les filiations bretonnes, Saint-Brieuc, Prud'homme, 1914, 5 tomes.
  • Mona Ozouf, Composition française, Gallimard,
    Dans cet essai, Mona Ozouf décrit son enfance en mentionnant notamment Cléder et en décrivant la plage de Kerfissien.
  • Marie-Hélène Prouteau, La Petite Plage, La Part commune, , 126 p.
  • Erreur Lua : not enough memory
  • Erreur Lua : not enough memory
  • Erreur Lua : not enough memory
  • Erreur Lua : not enough memory
  • Erreur Lua : not enough memory

Liens externesModifier

Erreur Lua : not enough memory

Erreur Lua : not enough memoryErreur Lua : not enough memory