Clergé régulier

hommes et femmes ayant prononcé des vœux et vivant selon une règle (religieux)

Le clergé régulier comprend ceux qui ont prononcé des vœux et vivent en communauté selon une règle (moines et religieux)[1]. C'est donc la partie du clergé qui vit selon une règle. Celles-ci sont multiples et variées. Les premières règles apparaissent au IIIe siècle, dans l'Égypte chrétienne. Les premiers réguliers sont ermites, puis à partir de saint Augustin, la règle définit la vie collective.

Les différentes règles monastiquesModifier

À partir IVe Concile de Latran, en 1215, les ordres religieux réguliers ne peuvent plus être inventés en inventant une nouvelle règle. Les seules règles admises sont celles antiques et monastiques de saint Pacôme, celle de saint Basile, les règles Monastiques de saint Benoît et saint Bruno, la Règle de saint François d'Assise et la Règle de vie communautaire de saint Augustin. Ainsi, les franciscains possèdent leur propre règle, les dominicains, les jésuites, par exemple, suivent la règle floue et malléable de Saint Augustin, personnalisée par des Constitutions précises. Les Pacômiens ayant disparu, et les basiliens se limitant presque tous à l'orthodoxie, ne demeurent que :

• les règles monastiques :

•• bénédictines, y compris la vie bénédictine réformée par Bernard de Clervaux à Cîteaux (Cisterciens),

•• cartusiennes, donc celle de Chartreux

• les règles canoniales des communautés de chanoines réguliers (dont les Prémontrés, à soutane blanche reprise par les papes depuis le XVIe s) : donc qui suivent la règle de saint Augustin

• La règle des frères franciscains du 1er Ordre franciscain, qui sont des religieux, et ni des chanoines, ni des moines. Elle est assortie de Constitutions qui adaptent la règle à l'époque et distinguent les subdivisions dans cet ordre : sans cesse animés d'une volonté de retrouver la pureté franciscaine originelle, ou de répondre à des adaptations jugées nécessaires, depuis le XIIIe siècles, les franciscains s'étaient divisées en multiples réformes ayant une hiérarchie autonome (Alcantarins, Récollets, Capucins, Observants, Conventuels etc.) Le Pape Léon XIII au XIXe s les ramena à trois branches, les frères mineurs capucins, qui étaient assez nombreux et identifiables, les frères mineurs conventuels et tous les autres furent réunis sous le vocable de frères mineurs (sans autre précision).

• la Règle de St Augustin assortie de Constitutions reconnues par Rome, qui gouverne toujours les Dominicains, les Jésuites, les Frères des Écoles chrétiennes, etc. Dans cet ensemble sont toutes les formes de vie religieuse et donc régulières autres que monastiques, canoniales ou franciscaines.

Au niveau juridique, les instituts réguliers dépendent de la Congrégation pour les instituts de vie consacrée et les sociétés de vie apostolique.

RéférencesModifier

Voir aussiModifier