Clergé séculier

Le clergé séculier est le clergé qui vit dans le « siècle » (du latin : sæcularis) dans la vie en société, pour distinguer avec le clergé régulier qui vit selon une « règle de vie » (du latin : regularis) d’un ordre et partage un lieu de vie collectif (une abbaye, un couvent, un prieuré). Ce terme désigne surtout les prêtres, les chanoines, et les évêques et concerne particulièrement l'Église catholique.

PrésentationModifier

 
Rôle du clergé séculier : accompagnement de l'âme des malades.

Les prêtres et les chanoinesModifier

Dans l'Église catholique, le mot séculier désigne le sacerdoce d'un prêtre, qui le distingue du prêtre régulier, soumis à une règle de vie religieuse. Séculier renvoie au statut d'un religieux qui vit dans le monde autrement dit : dans le siècle. Le prêtre séculier dépend de l'autorité épiscopale[1].

Les membres du clergé séculier ont pris des engagements religieux, mais leur principale caractéristique est d'être engagés dans la vie séculière et non en communauté. Le terme clergé séculier regroupe généralement les prêtres, les chanoines.

Alors que le clergé régulier s'engage dans les trois vœux de chasteté, de pauvreté et d'obéissance, le clergé séculier ne prononce aucun vœu, seulement les engagements de célibat (de ne pas vivre en couple) pour les membres de l'église catholique latine (dans les églises catholiques d'Orient, un homme marié peut être ordonné prêtre) et d'obéissance (de manière générale à l'Église, par l'intermédiaire de chaque supérieur hiérarchique). Les membres du clergé séculier sont soumis à la règle canonique et sont tenus de réciter les différentes prières de l'Office divin[2].

Cependant il se peut qu'un clerc séculier, comme un prêtre, décide d'entrer dans une congrégation religieuse, et donc, en plus de ses engagements s'ajoutent et se mêlent les vœux religieux.

Nombre de prêtres faisant partie d'une congrégation religieuse, comme la Société de Marie (les maristes), et d'autres, exercent, souvent à vie, ou jusqu'à leur retraite, un ministère diocésain, conformément à la spiritualité de ces congrégations, qui exercent une quantité de missions ecclésiales (associations de services, accompagnement des malades, etc.). Ils vivent donc dans des diocèses, et dépendent donc d'un évêque, tout ayant une liberté de mobilité un peu plus grande, n'ayant pas de diocèse d'incardination véritable, tout en étant prêtre de tel diocèse.

Hiérarchie ecclésiale : diacres à évêquesModifier

Ce clergé séculier est composé des diacres, des prêtres et des évêques diocésains. Les diacres et les prêtres étant rattachés à un diocèse particulier, appelé diocèse d'incardination, sous la responsabilité de l'évêque titulaire. Cependant, bien qu'ayant leur diocèse d'incardination, ils peuvent voyager, exercer des ministères qui ne sont pas dans leur diocèse, ayant néanmoins des comptes à rendre à l'évêque de leur diocèse d'incardination, ainsi qu'à l'évêque du diocèse où ils exercent leur ministère. Les diacres et les prêtres peuvent demander à être excardinés, c'est-à-dire changer de diocèse d'incardination, selon accord de l'évêque du premier diocèse d'incardination.

Les évêques ne sont pas rattachés à des diocèses d'incardination, mais au Pape, qui décide du diocèse où l'évêque doit exercer son ministère. L'évêque, cependant, peut avoir un certain avis de réserve, demander sa démission pour raisons de santé, familiales, personnelles, « sociales » (conflit avec ses diocésains, comme monseigneur Jacques Gaillot avec le diocèse d'Évreux), et bien entendu pour raison d'âge (c'est sa « retraite », qu'il peut prendre, ou plutôt, doit prendre à 75 ans).

Situation contemporaineModifier

FranceModifier

Dans l’Église catholique, le travail spirituel repose sur les prêtres, mais le nombre de prêtres diminue notamment à la campagne[3].

Plusieurs raisons peuvent expliquer la diminution du nombre de prêtres. D'une part, le nombre de candidats à la prêtrise diminue et d'autre part, parmi ceux qui deviennent prêtres, le nombre de défections augmente. La situation qualifiée de « crise des vocations » est un problème qui inquiète l'épiscopat français depuis le XIXe siècle. Dans son travail, Martine Sevegrand rappelle qu'environ 1 500 prêtres quittent leur ministère entre la fin des années 1960 et le début des années 1980[4].

Le rapport à la temporalité de l'engagement sacerdotal a également évolué. Il est devenu plus légitime aujourd'hui de quitter son engagement, le droit à la réversibilité de l'engagement est davantage accepté socialement. Cependant, la logique contractuelle et d'action individuelle, entre ainsi en tension avec le sacrement de l'ordre qui, canoniquement, est indélébile[5].

Notes et référencesModifier

  1. Édouard Flory Kabongo Kapenda 2021.
  2. Théodore Combalot, Les méditations du prêtre séculier, Delhomme et Briguet, (lire en ligne)
  3. Christian Delahaye 2021.
  4. Martine Sevegrand 2004.
  5. Céline Béraud, « Martine Sévegrand, Vers une Église sans prêtres. La crise du clergé séculier en France (1945-1978) », Archives de sciences sociales des religions, no 130,‎ , p. 113–202 (ISSN 0335-5985, lire en ligne, consulté le )

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Christian Delahaye, Adieu curé, Empreinte-Temps présent, (BNF 46787144, présentation en ligne).
  • Édouard Flory Kabongo Kapenda, L'identité du prêtre séculier africain à l'aune d'une Église synodale : cas du clergé de Kinshasa, RDC, Paris, l'Harmattan, coll. « Églises d'Afrique », (BNF 46945430).
  • Martine Sevegrand, Vers une église sans prêtres : la crise du clergé séculier en France, 1945-1978, Presses universitaires de Rennes, coll. « Histoire », (BNF 39237026, présentation en ligne).

Articles connexesModifier

Liens externesModifier