Ouvrir le menu principal

Plouarzel

commune française du département du Finistère

Plouarzel
Plouarzel
Vue sur le bourg.
Blason de Plouarzel
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Finistère
Arrondissement Brest
Canton Saint-Renan
Intercommunalité Pays d'Iroise
Maire
Mandat
André Talarmin
2014-2020
Code postal 29810
Code commune 29177
Démographie
Gentilé Plouarzélistes
Population
municipale
3 706 hab. (2016 en augmentation de 1,17 % par rapport à 2011)
Densité 87 hab./km2
Population
aire urbaine
43 267 hab.
Géographie
Coordonnées 48° 26′ nord, 4° 44′ ouest
Altitude Min. 0 m
Max. 133 m
Superficie 42,83 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Finistère

Voir sur la carte administrative du Finistère
City locator 14.svg
Plouarzel

Géolocalisation sur la carte : Finistère

Voir sur la carte topographique du Finistère
City locator 14.svg
Plouarzel

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Plouarzel

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Plouarzel
Liens
Site web Site de la commune

Plouarzel [pluaʁzɛl] est une commune du département du Finistère, dans la région Bretagne, en France.

Géographie et géologieModifier

SituationModifier

La pointe de Corsen située sur le territoire de la commune est le point le plus occidental de la France continentale (4°47'47" de longitude ouest, voir également la liste de points extrêmes de la France), situé à la limite entre la Manche et l'Océan Atlantique, en bordure de la Mer d'Iroise.

Communes limitrophesModifier

Les deux façades littoralesModifier

Plouarzel possède deux façades littorales, séparées l'une de l'autre par le territoire de la commune de Lampaul-Plouarzel. Celle du nord est limitée par la rive gauche de l'Aber-Ildut et de l'Anse de Milin an Aod ; celle du sud, qui donne directement sur l'Océan Atlantique et la Manche, va de l'Anse de Porspaul à l'Anse de Porsmoguer : pointes (du Rumeur, de Ruscumunoc, de Corsen (la principale) et de Porsmoguer alternent avec des anses peu prononcées mais abritant quand même des havres précaires (Porz Kaolenn, Porz Tévigné) à l'exception des deux anses situées l'une à la limite nord (Anse de Porspaul), l'autre à la limite sud (Anse de Porsmoguer) de la commune, qui sont beaucoup plus prononcées et abritent des plages. La côte est pour l'essentiel rocheuse, limitée par des falaises d'une trentaine de mètres d'altitude, voire par endroits un peu plus ; le plateau continental est parsemé de quelques écueils (Gwaltag, Mouzou et quelques autres) et l'Île Ségal est accessible à pied à marée basse.

Le phare de Trézien[1], construit à un bon kilomètre du rivage, se trouve à la Pointe de Corsen et a 182 marches ; son feu est aligné sur le feu de Kermorvan et permet ainsi aux marins de franchir le chenal du Four sans encombre. Le CROSS Corsen, chargé principalement de surveiller le trafic maritime dans le rail d'Ouessant et de coordonner le sauvetage en mer entre le Mont-Saint-Michel et la pointe de Penmarch, y est installé.

La Pointe de Corsen et le phare de Trézien

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

ReliefModifier

 
L'Aber Ildut (partie fluviale) à Saint-Éloi en Plouarzel.

Les altitudes vont de 133 mètres (altitude du menhir de Kerloas situé au point le plus élevé de la commune dans la partie sud-est du finage communal au niveau de la mer ; le bourg est vers 75 mètres d'altitude.

L'Aber-Ildut limite au nord la commune : la partie fluviale de ce fleuve côtier sépare Plouarzel de Saint-Renan pour sa partie amont (deux lacs, ceux de Poulinoc et de Lannéon, sont à cheval sur ces deux communes et correspondent à des vestiges de l'exploitation des sables alluvionnaires contenant de la cassitérite par la COMIREN entre 1960 et 1975), de Brélès pour sa partie médiane ; la partie maritime, qui forme un aber, sépare Plouarzel de Lanildut. Deux autres minuscules fleuves côtiers, de simples ruisseaux en fait, naissent sur le territoire communal et se jettent l'un dans l'anse de Porspaul (séparant un temps Plouarzel de Lamapul-Plouarzel), l'autre dans l'anse de Porsmoguer, séparant Plouarzel de Ploumoguer.

Article détaillé : Compagnie minière de Saint-Renan.

GéologieModifier

 
Le granite de l'Aber Ildut (vue rapprochée).

Le granite porphyroïde rose (un granite à gros feldspaths roses) de l'Aber-Ildut, dit "granite de Laber" provient d'un pluton et affleure de l'Île Ségal au sud jusqu'à Porspoder au nord et jusqu'à Plouguin au nord-est ; ces gros feldspaths roses sont très résistants à l'altération et apparaissent souvent en relief, ce qui a contribué à leur intérêt monumental ; ce massif de granite rose est parcouru par tout un réseau de diaclases, ce qui a facilité l'exploitation de la roche (des monolithes en ont été extraits dès la Préhistoire pour obtenir des menhirs ; dès 1809, Pierre Bigot de Morogues écrit : « Ce superbe granite est d'une grande dureté et susceptible du plus beau poli ; on le trouve sur le bord de la mer en très gros blocs détachés, ce qui permet de l'exploiter plus facilement »[2].) C'est ce granite qui a été exploité aussi à Plouarzel, notamment sur la rive gauche de l'Aber Ildut[3],[4].

Des gisements de sables alluvionnaires contenant de la cassitérite (minerai d'étain) ont été décrits à Saint-Renan, Plouarzel et Bourg-Blanc[5]. Ils furent exploités par la COMIREN à partir de 1960.

HabitatModifier

Le bourg est situé à une certaine distance de la côte, sur un plateau : c'est là une caractéristique commune à de nombreuses communes littorales bretonnes (par exemple à Plouguerneau, Ploudalmézeau, Landunvez, Ploumoguer,etc.), les premiers émigrants bretons fixèrent le centre de leurs plous à l'intérieur des terres, probablement par crainte des pirates saxons[6].

Plouarzel est traditionnellement un pays de bocage avec un habitat rural dispersé en de nombreux hameaux (les principaux étant ceux de Trézien à l'ouest et de Lokournan Vihan à l'extrême est de la commune) et fermes isolées. Toutefois le bourg, qui était peu important, a beaucoup grossi ces dernières décennies avec la création de plusieurs lotissements à l'ouest et surtout à l'est du bourg ancien.

Un habitat de type périurbain avec prolifération de villas, souvent des résidences secondaires, s'est développé pendant les dernières décennies du XXe siècle juste en arrière du littoral, de Rumeur au nord jusqu'à Ruscumunoc au sud et principalement aux alentours du phare de Trézien. Seule la partie sud du littoral de la commune (aux alentours des pointes de Corsen et Porsmoguer) a évité cette rurbanisation.

ToponymieModifier

Le nom de la localité est attesté sous les formes Ploeazmel vers 1330, en 1450 et en 1467, Guicarzmel en 1446, Ploearzvel et Ploearzel en 1447, Ploearzel en 1481[7].

Plouarzel provient du latin Plebs Arthmael, ce qui signifie la paroisse (plou en breton signifie paroisse) d'Arthmael, qui se dit aujourd'hui Arzhel ou Armel. Plouarzel fait partie des nombreuses communes de Bretagne nommées en l'honneur de saint Armel, avec Ploërmel, Saint-Armel, Ergué-Armel, Plouharnel et Lampaul-Plouarzel.

Le nom en breton de la commune est Plouarzhel.

HistoireModifier

PréhistoireModifier

Le menhir de Kerloas, dit aussi menhir de Kervéatoux, haut de 9,50 mètres, est le plus haut menhir actuellement debout. Paul Buessard a décrit les pratiques superstitueuses concernant ce menhir, qui avaient encore coirs dans le courant du XIXe siècle[8].

Article détaillé : Menhir de Kerloas.

Moyen ÂgeModifier

Selon Charles Nodier, Justin Taylor et Alphonse de Cailleux, le roi semi-légendaire Conan Mériadec aurait abordé en Bretagne sur les rives de l'Aber Ildut où il aurait fait construire une demeure connue sous le nom de "Castel Mériadec", située entre Plouarzel et Brélès (dans les parages de Bel-Air selon le Chevalier de Fréminville, mais aucune trace archéologique ne vérifie cette assertion), dont des ruines étaient encore visibles au début du XIXe siècle ; les débris des murailles auraient servi à la construction d'un moulin[9].

Saint Armel « résolut de quitter l'Angleterre, sa patrie, d'abandonner sa famille, sa fortune (...) et de passer sur le continent, à l'exemple d'un grand nombre de ses compatriotes, pour y mener la vie des solitaires et des anachorètes. Le zèle dont il était embrasé se communiqua à quelques-uns de ses anciens compagnons d'étude, qui ne voulurent pas se séparer de lui. Ils embarquèrent ensemble pour les côtes de la Bretagne Armorique et ils débarquèrent à un endroit qu'on croit être le pays d'Ack (...). S'étant un peu avancés dans l'intérieur des terres, jusqu'au lieu appelé maintenant Plouarzel, ils y construisirent un oratoire et de petites cellules, et, sous la conduite d'Armel, qu'ils vénéraient comme leur maître et chérissaient comme leur père, ils commencèrent à pratiquer tous les exercices d'une vie d'austérité, de contemplation et de prière »[10].

Selon Jean-Baptiste Ogée, en 1360 Laugola appartenait à Bertand du Châtel[11], le château de Kerveatoux en 1400 à Guillaume Touronce et Ker-locouenan en 1440 à Alain de Kerjean[12].

Trézien était une trève de la paroisse de Plouarzel.

Sur la rive gauche du ruisseau de Pont-ar-Chastel, qui forme limite avec la commune de Saint-Renan, se trouvent les ruines du château de Pont-ar-Chastel (Pont-du-Château), antique forteresse bâtie sur un îlot au milieu d'un étang[13]. Selon un aveu du , ce domaine, qui appartenait au seigneur du Chastel, comprenait en la paroisse de Plouarzel « un vieux château nommé Coëthars ; un moulin nommé Pont-ar-Chastel, couvert d'ardoises, avec sa chaussée, son estang, droit de submergie d'eau ». En 1832 le Chevalier de Fréminville écrit : « C'est une très antique forteresse, isolée au milieu d'un étang. Ses ruines, toutes couvertes de broussailles, laissent encore apercevoir une enceinte carrée avec quatre tours dans les angles, deux carrées et deux rondes »[14].

Époque moderneModifier

Au XVIe siècle, Plouarzel faisait partie de la sénéchaussée de Brest et Saint-Renan[15].

En 1759, une ordonnance de Louis XV ordonne à la paroisse de Plouarzel de fournir 22 hommes et de payer 144 livres pour « la dépense annuelle de la garde-côte de Bretagne »[16].

Jean-Baptiste Ogée décrit ainsi Plouarzel en 1778 :

« Plouarzel ; sur la côte ; à 13 lieues à l'ouest-sud-ouest de Saint-Pol-de-Léon; son évêché ; à 50 lieues de Rennes et à 4 lieues de Brest, sa subdélégation et son ressort. Cette paroisse relève du Roi et compte 2 100 communiants[17] ; la Cure est présentée par l'Évêque. Albert de Morlaix prétend que ce fut saint Armel qui donna son nom à cette paroisse, vers l'an 540. (...) Ce territoire est arrosé par plusieurs bras de mer, fertile en grains de toutes espèces, et très exactement cultivé.[12] »

Au XVIIIe siècle la famille de Lesguern était seigneur de Kervéatoux (François Claude de Lesguern[Note 1], puis son fils Joseph René de Lesguern[Note 2] et enfin le fils de ce dernier François Jean de Lesguern[Note 3], conseiller au Parlement de Bretagne.

Révolution FrançaiseModifier

Jean Le Drévez, prêtre insermenté originaire de Ploumoguer, se réfugia entre septembre 1791 et septembre 1792 à Plouarzel car dans cette paroisse « le clergé et les fidèles étaient demeurés fermement fidèles à l'orthodoxie » [c'est-à-dire hostiles à la Constitution civile du clergé][18].

Le XIXe siècleModifier

Le passage de Begadenn C'haro et les naufragesModifier

La traversée à gué de l'Aber Ildut à hauteur de Begadenn C'haro pour rejoindre le port de Laber (actuel port de Lanildut) était possible à marée basse, mais difficile pour les charrettes tirées par des chevaux ; il fallait éviter rochers et trous d'eau ; des noyades se produisaient de temps à autre. Un service de bac fut mis en place en 1821 pour compléter la voie charretière. Le service fut assuré à partir de 1922 par un canot partant de Porscav faisant escale à la cale de Begadenn C'haro avant de rejoindre le port de Lanildut. Ce service fut assuré jusqu'en 1980[19].

Dans la nuit du 10 au , l'Intrépide-Régulus, de Morlaix, parti de Penzé à destination de Brest charge de 1 250 sacs de farine, fit naufrage dans la baie de Porzgoret [Porsmoguer en fait] et fut abandonné par son équipage ; les sacs de farine furent ramenés à terre mais, la farine étant déclarée avariée, firent l'objet d'une vente publique à bas prix organisée par l'administration de la marine, ce qui fut contesté par la suite devant les tribunaux par la compagnie d'assurance[20].

Plouarzel en 1853Modifier

A. Marteville et P. Varin, continuateurs d'Ogée, décrivent ainsi Plouarzel en 1853 :

« Plouarzel (sous l'invocation de saint Paul Aurélien) : commune formée par l'ancienne paroisse de ce nom, aujourd'hui succursale. Il y a dans cette commune, outre l'église paroissiale, les chapelles de Trézien et de Saint-Éloy, dont les pardons sont assez fréquentés par les paysans des paroisses voisines. L'agriculture est assez prospère dans cette commune, grâce surtout aux engrais de mer, qui n'y valent que 8 à 10 francs la charretée ; les prairies artificielles commencent à y pénétrer, et l'on cultive des plantes potagères qui sont vendues sur le marché de Brest. (...) La côte de Plouarzel présente plusieurs variétés de granite, qui sont toutes exploitées sur divers points. Le bagne et presque tous les édifices du port de Brest, antérieurs à la fin du siècle dernier, ont été construits avec le granite à gros grains que Plouarzel fournit. Le piédestal de La Consulaire, que l'on voit à l'entrée du port, vis-à-vis des bureaux de l'administration, est également sorti de ces riches carrières, voisines de celles de l'Aber-Ildut, où l'on est venu tailler les énormes blocs destinés à fournir le piédestal de l'Obélisque de Louqsor. (...). Géologie : constitution granitique. On parle le breton[21]. »

Le pardon de la Saint-ÉloiModifier

 
Les pèlerinages de Plouarzel en 1904 (Revue des traditions populaires, octobre 1904).
 
La table de granite où étaient déposées les offrandes des cavaliers les jours de pardon.

Le pardon de saint Éloi (en fait saint Alar) qui se déroule le dernier dimanche de juin se déroule selon un rite immuable avec notamment la bénédiction des chevaux. Les cavaliers mettent pied à terre, déposent une offrande (crin de cheval, beurre, avoine, ..) sur la table de pierre et tournent trois fois autour de la chapelle en tenant leurs chevaux par la bride[22].

« À Plouarzel et à Ploudalmézeau, le jour du pardon de Saint-Éloi, on fait faire aux juments un saut par-dessus l’eau qui s’écoule ainsi de la fontaine. C’est le Lamm Sant-Alar, le "saut de Saint-Éloi". La symbolique du saut pardessus l’eau traduit encore des espoirs de fertilité et de fécondité. Le jour du pardon était tellement propice que certains cultivateurs procédaient à des saillies comme l’observa Soaig Joncour à Plouyé en 1913 : Dans le champ précédant l’oratoire, derrière un talus, un paysan faisait saillir sa jument, coutume assez fréquente, paraît-il, surtout pour les juments réputées stériles, par confiance en l’action bénéfique du saint[23]. »

Les dernières décennies du XIXe siècleModifier

 
Dessin d'un menhir christianisé (lec'h) dans le cimetière de Plouarzel en 1886.

Le décéda à Plouarzel le baron Angelito de Taisne, âgé de 54 ans, qui habitait le château de Kervéatoux. « Tout le pays vient prier auprès de celui qui fut l'inépuisable bienfaiteur de cette région, et dont la grande modestie seule dépassait la charité » ; son épouse la baronne Amicie Russel de Bedford, décéda en décembre 1913[24].

En septembre 1878, profitant de la vacance du poste d'instituteur public, le conseil municipal de Plouarzel décida qu'il y avait lieu de le remplacer par des congréganistes, mais un nouvel instituteur public fut toutefois nommé.

Le décéda le pilote Jean Péron, âgé de 76 ans « qui a sauvé au péril de sa vie un grand nombre de navires et une foule d'hommes. Le gouvernement français, le trouvant trop clérical, ne l'avait jamais décoré, mais l'empereur d'Autriche lui avait décerné la croix »[25].

Lors des élections législatives du , les vicaires de Plouarzel distribuaient eux-mêmes les bulletins à la porte de la mairie, et ils faisaient chercher en voiture les impotents afin qu'ils puissent voter pour l'abbé Gayraud, qui fut réélu député[26]. La campagne électorale fut très animée : selon l'abbé Gayraud, un partisan de son concurrent, le comte de Blois[27], candidat monarchiste, distribua à Plouarzel de l'eau-de-vie à discrétion ; « la barrique y est passée bien vite »[28].

L'incendie de l'église en 1898Modifier

 
L'incendie de l'église paroissiale de Plouarzel dans la nuit du 11 au (journal La Croix du 13 août 1898)

L'église paroissiale de Plouarzel fut détruite par un incendie dans la nuit du 11 au . Quatre vagabonds furent dans un premier temps arrêtés, mais « l'enquête ouverte sur l'incendie de l'église de Plouarzel vient d'aboutir à la mise en cause du bedeau de la paroisse, qui serait, d'après ses déclarations, l'auteur involontaire du sinistre. (...) Le bedeau, qui a déclaré avoir mis le feu à l'église par inadvertance, a été conduit à Brest à la disposition du parquet »[29]. La nouvelle église fut consacrée en 1902[30].

Les carrières de graniteModifier

 
La carrière de Kerglonou (Chanter Braz) au début du XXe siècle (carte postale).

Plusieurs carrières de granite furent exploitées sur la rive gauche de l'Aber Ildut (9 ont été identifiées sur le territoire de la commune de Plouarzel, les principales étant celle de Chanter Braz ("Grand chantier") à Kerglonou et le chantier Martin près de Kerveatouz Vihan. Vers 1900, les différentes carrières de Plouarzel employaient environ 300 tailleurs de pierre originaires des communes riveraines de l'Aber Ildut pour la plupart, mais aussi du reste de la Bretagne et même de Normandie. Ces travailleurs, certains sans attaches familiales, logeaient chez l'habitant, dans une chambre, un grenier ou une grange. Ils avaient la réputation d'être des hommes rudes car ils travaillaient dans des conditions difficiles ; ils se déplaçaient fréquemment d'un chantier à un autre.

Des accidents se produisaient souvent en raison du recours à des explosifs : par exemple le l'exploitant de la carrière de Kerveatouz Vihan eût les deux mains déchiquetées. Les années 1900-1914 sont marquées par des mouvements sociaux et des grèves, entraînant l'intervention de la force publique. Un "syndicat des ouvriers tailleurs de pierre de l'Aber Ildut" est créé en 1905 ; les revendications des ouvriers portent sur l'abaissement de la durée de la journée de travail (elle était de 12 heures et passa à 10 heures en 1911) et sur l'augmentation des salaires[31].

Chanter Braz ferma en 1930 et les dernières carrières dans la décennie 1950 en raison de la concurrence de matériaux plus rentables comme la brique ou le béton.

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Le XXe siècleModifier

La Belle ÉpoqueModifier

 
La mésaventure de l'instituteur public de Plouarzel en juillet 1902 (journal La Croix du 30 juillet 1902).

Le , le brick Théodore, échoué depuis plusieurs jours sur un rocher de l'île de Quéménès dans l'archipel de Molène, finit par couler[32]. Avant qu'il ne coule, « huit pêcheurs des communes de Plouarzel et Lampaul ont été surpris au moment où ils procédaient au pillage du bateau. Les pilleurs d'épave ont été arrêtés »[33].

En novembre 1906, l'inventaire des biens d'église à Plouarzel se fit sans incidents, la population ne s'y attendant pas ; la porte de l'église dût néanmoins être enfoncée[34].

La récolte du goémon n'allait pas sans incidents : ainsi en septembre 1910, deux goémoniers de Plouarzel furent condamnés à une amende pour avoir récolté du goémon de rive à l'Île-Molène, son ramassage étant réservé aux habitants de la commune[35].

Un bureau téléphonique fut mis en service à Plouarzel le [36].

La Première Guerre mondialeModifier

Une plaque commémorative située dans l'église paroissiale de Plouarzel porte les noms de 109 soldats et marins morts pour la France pendant la Première Guerre mondiale ; parmi eux plusieurs marins disparus en mer (par exemple Édouard Jourdren, second maître mécanicien à bord du cuirassé Danton coulé par le sous-marin allemand U64 le en mer Tyrrhénienne) ; plusieurs soldats sont morts sur le front belge (par exemple Gabriel Le Goff dès le à Arsimont et Yves Languenou le lendemain à Maissin, tous deux membres du 71e régiment d'infanterie et Jean Léostic le à Adinkerke, ce dernier étant inhumé dans la Nécropole nationale de Notre-Dame-de-Lorette) ; Jean Marie Le Dot, soldat au 371e régiment d'infanterie, est mort de maladie le à Salonique (Grèce) et Louis Cloître, matelot à bord du cuirassé Jauréguiberry, est mort le à Port-Saïd (Égypte) ; la plupart des autres sont morts sur le sol français (parmi eux, Jean François Le Dot, soldat au 77e régiment d'infanterie, tué à l'ennemi le à Craonne (Aisne), Joseph Pellen, canonnier au 28e régiment d'artillerie de campagne, tué à l'ennemi le dans le bois des Hospices à Eix (Meuse) et Jean Louis Jézéquel[37], soldat au 355e régiment d'infanterie, tué à l'ennemi le à Grivesnes (Somme), tous trois décorés à titre posthume de la Médaille militaire et de la Croix de guerre[38].

L'Entre-deux-guerresModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Des croyances superstitieuses persistaient : ainsi le journal L'Homme libre raconte en 1927 que des habitants crurent au retour de l'esprit d'un vieux pêcheur défunt, Jean-Louis L'Hôpital[Note 4], dans sa demeure de Kerbrima, après sa mort ; des messes, des prières, des chapelets furent organisés pour faire taire ces bruits[39].

Le matin du le sloop Talisman, de Plouarzel, fut retrouvé la quille en l'air à faible distance de l'entrée de l'Aber Ildut ; il revenait de Morlaix où il était allé cherché des fûts de vin qui vinrent s'échouer sur la grève ; l'équipage de trois hommes fut porté disparu[40].

La Seconde Guerre mondialeModifier

Trois témoignages sur "La vie à Plouarzel de 1939 à 1945" sont disponibles sur un site Internet[41], notamment celui d'Yves Morvan qui fut agent de renseignement pendant la Seconde Guerre mondiale[42].

 
La noyade de 12 personnes entre Lampaul, Plouarzel et Lanildut le (journal L'Humanité).

Le "bataillon de Ploudalmézeau" regroupa, pendant l'été 1944, 1 070 hommes et femmes originaires de Ploudalmézeau, Portsall, Lampaul-Ploudalmézeau, Saint-Pabu, Plouguin, Brélès, Lanildut, Porspoder, Landunvez, Tréouergat, Molène, Lampaul-Plouarzel, Saint-Pierre-Quilbignon, y compris 140 russes ralliés à la Résistance à l'initiative de Maître Henri Provostic et du gendarme Joseph Grannec[43]. Ils étaient abrités principalement à la ferme Kergoff en Tréouergat. Après avoir libéré le canton de Ploudalmézeau, ce bataillon FFI participa aux côtés de l'armée américaine à de nombreux combats le long de la côte nord-ouest du Finistère, notamment à la pointe du Corsen en [Plouarzel, à Kervélédan et à la pointe d'Illien en Ploumoguer et près du Conquet dans la presqu'île de Kermorvan et à l'est de Lochrist pour la prise de la redoutable batterie allemande Graf Spee de Keringar[44]. Un livre leur rend hommage[45].

Une plaque commémorative située dans l'église paroissiale de Plouarzel porte les noms de 30 personnes mortes pour la France pendant la Deuxième Guerre mondiale ; parmi elles Claude Cloâtre, quartier-maître à bord du sous-marin Doris, disparu en mer dans le naufrage de ce bâtiment coulé par un sous-marin allemand au large des Pays-Bas le [38].

Le baron Stanislas de Taisne de Raymonval[Note 5], officier de cavalerie, conseiller municipal de Plouarzel, qui habitait le château de Kervéatoux, fut aussi nommé par le régime de Vichy conseiller départemental du canton de Saint-Renan et président du conseil départemental du Finistère entre 1943 et 1945[46] ; il avait déjà été élu conseiller général de ce même canton entre 1931 et 1940. Le son épouse, la baronne de Taisne (qui fut était présidente de la Croix-Rouge locale) et sa fille se rendirent au Conquet à vélo et parvinrent à sauver du peloton d'exécution les otages de Trézien en faisant passer une lettre de protestation au commandement allemand[47].

Après la Seconde Guerre mondialeModifier

Un patronage catholique, l'Étoile de Saint-Arzel , pratiquant notamment le football et le théâtre, fonctionna à Plouarzel dans les décennies d'après-guerre[48].

En 1955, le village[49] de Pont-du-Château dépendant de la commune de Plouarzel est rattaché à la commune de Saint-Renan[50].

Jean Louis Foricher, quartier-maître de la Ière demi-brigade de fusiliers marins, a été tué à l'ennemi le dans l'oued Saftar (Algérie) pendant la Guerre d'Algérie ; il a été décoré de la Croix de la valeur militaire[38].

Depuis les années 1980, la plage de Plouarzel est régulièrement polluée par des éléments de plastique représentant le chat Garfield[51]

Le XXIe siècleModifier

Le parc éolien de PlouarzelModifier

Le parc éolien de Plouarzel a été mis en service en octobre 2000[52]; situé au lieu-dit Kérigaret, il est constitué de neuf éoliennes (cinq initialement, quatre supplémentaires en 2006)[53]. Chacune est constituée d'un aérogénérateur de 660 kW et d'un rotor de 47 mètres de diamètre monté sur un mât de 40 mètres[54]. Leur construction a soulevé des protestations de la part de certains riverains[55] et leur impact a fait l'objet d'une étude très détaillée[56].

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[57]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[58].

En 2016, la commune comptait 3 706 habitants[Note 6], en augmentation de 1,17 % par rapport à 2011 (Finistère : +0,93 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 0832 0832 0002 3432 2072 3192 2142 3062 305
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 3202 2782 2732 3402 3722 4032 4272 5102 474
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 5822 6822 6452 4272 4422 4172 3422 3192 200
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
2 0571 9151 8862 0032 0422 4583 1503 6183 690
2016 - - - - - - - -
3 706--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[59] puis Insee à partir de 2006[60].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

Politique et administrationModifier

En 2010, la commune de Plouarzel a été récompensée par le label « Ville Internet @@@ »[61].

Les habitants de la commune élaborent leur carte communale de manière collaborative[62],[63].

Tendances politiques et résultatsModifier

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1803 1804 Jean Marie Joncqueur[Note 7]    
    François-Marie Perrot    
1808 1860 Pierre Le Bras[Note 8]   Cultivateur. Il fut maire de sa commune pendant 52 ans[64].
1861 1870 Richard   On lui reprocha d'avoir favorisé sa fille et son fils en leur octroyant des emplois municipaux bien payés[65].
1871 1878 Jacques Kermaïdic[Note 9]   Cultivateur au manoir de Lahalla.
1878 1879 Jean Bilcot[Note 10]   Il fut suspendu le pour refus d'affichage de l'ordre du jour du 16 mai 1877[66].
1879 1881 Michel Le Coz[Note 11]   Cultivateur.
1881 1897 François Marie Le Bras[Note 12]   Cultivateur. Fils de Pierre Le Bras, maire entre 1808 et 1860.
1897 1912 Jean Pierre Le Bras[Note 13]   Fils de François Marie Le Bras, maire entre 1881 et 1897.
1912 1921 Yves Léaustic[Note 14]   Cultivateur.
1921 1935 Hervé Marie Lamour[Note 15]   Cultivateur.
1935 1942 Yves Léaustic   Déjà maire entre 1912 et 1921. Conseiller général.
         
1945 1965 Hervé Quinquis[Note 16]   Cordonnier.
1965 1970 Jean Louis Pelleau[Note 17]   Agriculteur et commerçant.
1970 1989 Louis Quinquis[Note 18]    
1989 En cours André Talarmin DVD Chef d'entreprise
Président de la Communauté de Communes

Langue bretonneModifier

L’adhésion à la charte Ya d’ar brezhoneg a été votée par le Conseil municipal le 4 juillet 2005.

À la rentrée 2017, 88 élèves étaient scolarisés dans la filière bilingue catholique (soit 20,4% des enfants de la commune inscrits dans le primaire) [67].

Lieux et monumentsModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

  • L'église Notre-Dame de Trézien : l'église actuelle, de style néogothique, a remplacé en 1876 une église tréviale plus ancienne, qui datait probablement du XVIe siècle ; l'église (la paroisse de Trézien, distincte de celle de Plouarzel, fut créée en 1945) contient notamment une statue de Notre-Dame de Trézien (c'était un lieu de pèlerinage et de dévotion à Notre Dame de Bon Secours, dita aussi Notre Dame de Trézien, dont la statue polychrome située à l'intérieur de l'édifice attirait de nombreux fidèles) et plusieurs ex-votos, notamment de bateaux[70].

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

  • La chapelle Saint-Éloi, dédiée en fait originellement à saint Alar, confondu avec saint Éloi ; elle date de la première moitié du XVIe siècle, mais a été reconstruite au XIXe siècle ; un calvaire et une fontaine de dévotion se trouvent à proximité[71].

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

  • 62 croix et calvaires sont recensés dans la commune de Plouarzel (c'est, après Plouguerneau qui en compte 131, la commune du Finistère qui en compte le plus)[72].

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Monuments historiquesModifier

La commune de Plouarzel compte trois monuments historiques :

  • Le menhir de Kerloas (ou de Kerveatoux) est le plus haut de France, avec 9,50 mètres. Il mesurait même 12 mètres avant d'être décapité par la foudre[73]. Érigé à 132 m d'altitude, visible à 30 km, il a longtemps servi de repère aux marins. Classé MH le 25 septembre 1883[74]. 48° 25′ 36″ N, 4° 40′ 45″ O
  • Le château de Kervéatoux, inscrit MH le 17 août 2007[75]. Le jardin d'agrément du château a fait l'objet d'un pré-inventaire[76]. 48° 26′ 01″ N, 4° 39′ 39″ O
  • Une chapelle-ossuaire du XVIIe siècle, inscrite le 19 octobre 1928[77], située dans l'enclos paroissial, qui a été conservé, et porte la date de 1696. Le cimetière de Plouarzel contient aussi le monument aux morts, édifié en 1920[78].
  • Le phare de Trézien est inventorié aux monuments historiques[79] ; il a été mis en service en 1894 et est construit en granite de l'Aber-Ildut et de Lampaul-Plouarzel[1].

LittératureModifier

  • Madame de Puysan, Le presbytère de Plouarzel, poème, 1869[80].

Personnalités liées à la communeModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. François Claude de Lesguern, né le à Guicquelleau, époux de Jeanne Renée de Penfeuntenyo.
  2. Joseph René de Lesguern, né le à Lesneven, décédé le 2 ventôse an XIII () au château de Kervéatoux, époux de Marie Jeanne de Kersulguen.
  3. François Jean de Lesguern, né le à Plouarzel, décédé le au château de Chef-du-Bois en Pencran.
  4. Jean L'Hôpital, né le à Locmaria-Plouzané, décédé le à Brest, cultivateur et pêcheur.
  5. Stanislas de Taisne de Raymonval, né le à Paris (VIIe arrondissement), décédé le à Paris (VIIe arrondissement), mais inhumé à Plouarzel.
  6. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.
  7. Jean Marie Joncqueur, né le à Keranscot en Pluarzel, décédé le au bourg de Plouarzel.
  8. Pierre Le Bras, né le à Plouarzel, décédé le à Plouarzel.
  9. Jacques Kermaïdic, né le à Plouarzel, décédé le à Plouarzel.
  10. Probablement Jean Louis Bilcot, né le à Langoulouman en Plouarzel, décédé le au bourg de Plouarzel.
  11. Michel Le Coz, né le à Kergounian en Plouarzel, décédé le à Kerléarch Vras en Plouarzel.
  12. François Marie Le Bras, né le à Plouarzel, décédé le à Plouarzel.
  13. Jean Pierre Le Bras, né le à Porsmoguer en Plouarzel, décédé après 1927.
  14. Yves Léaustic, né le à Pont du Châtel en Plouarzel, décédé le à Kervados en Plouarzel.
  15. Hervé Marie Lamour, né le à Gorséhan en Plouarzel, décédé le à Kermaria en Plourzel.
  16. Hervé Quinquis, né le au bourg de Plouarzel, décédé le à Plouarzel.
  17. Jean Louis Pelleau, né le à Plouarzel, décédé le à Plouarzel.
  18. Louis Quinquis, né le à Plouarzel, décédé le à Saint-Renan.

RéférencesModifier

  1. a et b « Le phare de Trézien », sur wiki-Brest.
  2. Pierre Bigot de Morogues, "Journal des mines" no 152, 1809.
  3. Louis Chauris, "La saga des granites de l'Aber-Ildut", http://www.lanildut.fr/histoire/LanSource018.html
  4. « Granite de l'Aber Ildut », sur wiki-Brest.
  5. R. Moussu, Le gisement d'étain de Saint-Renan, géologie et prospection, "Annales des mines", janvier 1963, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9764319j/f647.image.r=Plouarzel
  6. René Largillière, Les saints et l'organisation chrétienne primitive dans l'Armorique bretonne, (lire en ligne)
  7. infobretagne.com, « Étymologie et Histoire de Plouarzel » (consulté le 26 janvier 2017)
  8. Paul Buessard, Le menhir de Plouarzel, "Le Voleur", n° du 15 octobre 1833, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6393910t/f3.image.r=Plouarzel
  9. Charles Nodier, Justin Taylor et Alphonse de Cailleux, "Voyages pittoresques et romantiques dans l'ancienne France. Bretagne", 1845-1846, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k97223066/f462.image.r=Plouarzel?rk=2682416;4
  10. Pierre Janvier, "Vie de Saint Armel confesseur patron de la Bretagne et de la paroisse de Beaumont la Ronce", 1868, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k63558708/f13.image.r=Plouarzel
  11. Bertrand du Châtel (du Chastel), né vers 1330, serait un fils de Tanguy Ier du Chastel et de Typhaine de Plusquellec.
  12. a et b Jean-Baptiste Ogée, Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne, t. 3, (lire en ligne).
  13. Benjamin Girard, "La Bretagne maritime", 1889, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5744832r/f259.image.r=Plouarzel
  14. G. Vallée, "Mémoires de Charles Gouyon, baron de La Moussaye (1553-1587), publiés, d'après le manuscrit original", 1901, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5550317w/f307.image.r=Plouarzel?rk=3583708;4
  15. Jean Kerhervé, Anne-Françoise Pérès, Bernard Tanguy, Les biens de la Couronne dans la sénéchaussée de Brest et Saint-Renan, d'après le rentier de 1544, Institut culturel de Bretagne, 1984.
  16. >"Ordonnance... portant imposition pour la dépense annuelle de la garde-côte de Bretagne", 1759, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k97412315/f8.image.r=Plovan
  17. Personnes en âge de communier.
  18. Auguste Lemasson, "Les Victimes religieuses de la Révolution dans la province ecclésiastique de Bretagne, 1793-1800", 1929, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k30415155/f168.image.r=Plouarzel
  19. Panneau d'information touristique situé sur place.
  20. "Journal de jurisprudence commerciale et maritime", 1846, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5574595k/f6.image.r=Plouarzel
  21. A. Marteville et P. Varin, Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne, t. 2, (lire en ligne).
  22. http://fr.topic-topos.com/chapelle-saint-eloi-plouarzel
  23. Daniel Giraudon Pardon des chevaux en Bretagne et saints guérisseurs, Compte-rendu d'un séminaire tenu à Gaillac (Tarn) du 9 au 11 décembre 2005, consultable http://www.culture.gouv.fr/mpe/recherche/pdf/R_478.pdf
  24. Journal Le Gaulois, n° du 10 avril 1898, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k530229f/f2.image.r=Plouarzel?rk=85837;2
  25. Journal La Croix, n° du 12 mars 1889, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k212016s/f3.image.r=Plouarzel?rk=64378;0
  26. Jean Rohou, "Catholiques et Bretons toujours ? (essai sur l'histoire du christianisme en Bretagne)", éditions Dialogues, Brest, 2012, (ISBN 978-2-918135-37-1)
  27. Louis Charles Marie Aymar Blois de la Calande, né le à Saint-Pol-de-Léon, conseiller général du Finistère, décédé le à Coat-Méal.
  28. Journal L'Univers, n° du 6 mars 1897, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7094216/f2.image.r=Plouarzel?rk=21459;2
  29. Journal Le Rappel, n° du 25 août 1898, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7546957g/f2.image.r=Plouarzel?rk=85837;2
  30. Journal L'Univers, n° du 9 septembre 1902, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k711196m/f2.image.r=Plouarzel?rk=107296;4
  31. Panneau d'information touristique situé sur place.
  32. Journal L'Humanité no 881 du 15 septembre 1906, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k251062p/f3.image.r=Ouessant.langFR
  33. Journal Le Figaro no 251 du 8 septembre 1906, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k287470w/f4.image.r=Molene.langFR
  34. Journal L'Ouest-Éclair, n° du 22 novembre 1906, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6412604/f5.image.r=Plouarzel?rk=2403445;2
  35. Journal L'Ouest-Éclair, n° du 25 septembre 1910, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k642663s/f4.image.r=Plouarzel?rk=2897010;0
  36. Journal L'Ouest-Éclair, n° du 29 décembre 1913, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k643854q/f5.image.r=Plouarzel?rk=2618038;4
  37. Ce Jean Louis Jézéquel est né le à Plouarzel ; un homonyme, Jean Louis Jézéquel également, aussi originaire de Plouarzel, serait mort pour la France le , mais aucune trace n'en existe dans le fichier https://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/fr/arkotheque/client/mdh/base_morts_pour_la_france_premiere_guerre/resus_rech.php.
  38. a b et c « Plouarzel », sur MemorialGenWeb (consulté le 18 avril 2019).
  39. Journal L'Homme libre, n° du 26 mars 1927, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7594287z/f2.image.r=Plouarzel?rk=1609450;0
  40. Journal L'Ouest-Éclair, n° du 11 novembre 1929, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6579988/f4.image.r=Plouarzel?rk=708158;0 et n° du 12 novembre 1929, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k657999n/f4.image.r=Plouarzel?rk=1115885;2
  41. « Plouarzel de 1939 à 1945 », sur wiki-Brest.
  42. « Récit de Yves Morvan », sur wiki-Brest.
  43. https://www.letelegramme.fr/ar/viewarticle1024.php?aaaammjj=20030831&article=6690452&type=ar
  44. https://www.letelegramme.fr/ar/viewarticle1024.php?aaaammjj=20031019&article=6941833&type=ar
  45. Jacques André, "Le Bataillon FFI de Ploudalmézeau", 2003
  46. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9614075h/f5.item.r=Landerneau.zoom
  47. https://www.letelegramme.fr/finistere/plouarzel/necrologie-mademoiselle-de-taisne-14-10-2016-11254367.php
  48. "Annuaire de la Fédération gymnastique et sportive des patronages de France", 1955, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9663424n/f335.image.r=Plouarzel?rk=3175981;2
  49. Le terme village en Finistère est utilisé en lieu et place de celui de hameau. La commune (ou paroisse) comprend son bourg et ses villages.
  50. Décret du 25 mai 1955, Journal officiel du 2 juin 1955, page 5603
  51. « « A la pointe du Finistère, le chat Garfield est devenu un symbole de la pollution marine au plastique » », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 11 mars 2019)
  52. http://www.planete-eolienne.fr/parcs_finistere_plouarzel.htm
  53. https://www.sortir-en-bretagne.fr/visiter-1499/plouarzel/parc-eolien.html
  54. Parc éolien de Plouarzel, fiche de l'Ademe
  55. http://www.economiematin.fr/news-eolien-destruction-patrimoine-france-paysage-risque-energie-engie-butre
  56. http://cpdp.debatpublic.fr/cpdp-eolien-en-mer/DOCS/DOCS/EOLIENNES_ET_TERRITOIRES_LE_CAS.PDF
  57. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  58. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  59. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  60. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  61. Palmarès 2010 des Villes Internet sur le site officiel de l'association. Consulté le 18/12/2009.
  62. Carte collaborative et libre de la commune
  63. Louis-Julien de la Bouëre, Une cartographie en ligne éditée et réalisée par la municipalité et les habitants, Revue Réseau-Tic
  64. "Associations, concours et fêtes agricoles de l'arrondissement de Brest en 1859", 1860, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k96055402/f73.image.r=Plouarzel?rk=171674;4
  65. Journal des débats politiques et littéraires, n° du 2 août 1869, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4573153/f2.image.r=Plouarzel?rk=150215;2
  66. Journal L'Univers, n° du 14 mai 1879, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7030321/f3.image.r=Plouarzel?rk=364808;4
  67. http://www.opab-oplb.org/98-kelenn.htm
  68. Nouveau répertoire des églises et chapelles du Finistère, de René Couffon, édition 1988.
  69. « Eglise de Plouarzel », sur wiki-Brest.
  70. http://www.infobretagne.com/plouarzel-chapelle-trezien.htm et http://www.patrimoine-iroise.fr/culturel/religieux/ND-Trezien.php
  71. http://www.infobretagne.com/plouarzel-chapelle-eloi-alar.htm
  72. http://croix.du-finistere.org/
  73. « Menhir de Kerloas », sur wiki-Brest.
  74. Notice no PA00090206, base Mérimée, ministère français de la Culture
  75. Notice no PA29000057, base Mérimée, ministère français de la Culture
  76. Notice no IA29000265, base Mérimée, ministère français de la Culture
  77. Notice no PA00090205, base Mérimée, ministère français de la Culture
  78. « Cimetière de Plouarzel », sur wiki-Brest.
  79. Notice no IA29000456, base Mérimée, ministère français de la Culture
  80. "Le presbytère de Plouarzel : histoire bretonne", tome 1, 1877, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k54211554.r=Plouarzel?rk=21459;2 et tome 2, 1877, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5424896d.r=Plouarzel?rk=42918;4

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier