Ouvrir le menu principal

Landunvez

commune française du département du Finistère

Landunvez
Landunvez
La chapelle Notre-Dame-de-Kersaint.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Finistère
Arrondissement Brest
Canton Plabennec
Intercommunalité Pays d'Iroise
Maire
Mandat
Jean Hélies
2014-2020
Code postal 29840
Code commune 29109
Démographie
Gentilé Landunvéziens
Population
municipale
1 479 hab. (2016 en augmentation de 2,78 % par rapport à 2011)
Densité 109 hab./km2
Population
aire urbaine
43 267 hab.
Géographie
Coordonnées 48° 32′ 00″ nord, 4° 43′ 32″ ouest
Altitude Min. 0 m
Max. 52 m
Superficie 13,53 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Finistère

Voir sur la carte administrative du Finistère
City locator 14.svg
Landunvez

Géolocalisation sur la carte : Finistère

Voir sur la carte topographique du Finistère
City locator 14.svg
Landunvez

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Landunvez

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Landunvez
Liens
Site web Site de la commune

Landunvez [lɑ̃dynvɛs] est une commune du département du Finistère, dans la région Bretagne, en France.

Sommaire

GéographieModifier

SituationModifier

Articles détaillés : Île d'Iock, Phare du Four et Kersaint (Landunvez).
 
Relief de Landunvez.

Landunvez est situé à 27 km au nord-ouest de Brest, 17 km au nord-ouest de Saint-Renan et 7 km à l'ouest de Ploudalmézeau. Riveraine de la mer d'Iroise, la commune littorale est à la limite de l'Océan atlantique et de la Manche. Elle est située juste à l'ouest de la Côte des Légendes et fait partie de la Communauté de communes du Pays d'Iroise.

Les roches d'Argenton, qui comprennent notamment l'île d'Iock (ou île d'Yock) et le rocher portant le phare du Four font partie de la commune de Landunvez, de même que le port d'Argenton et le village de Kersaint.

 
Argenton : vue d'ensemble de la plage et du hameau.

Communes limitrophesModifier

Communes limitrophes de Landunvez
Ploudalmézeau Ploudalmézeau
Mer d'Iroise   Plourin
Porspoder Porspoder

ReliefModifier

Les altitudes s'échelonnent entre 45 mètres (altitude atteinte près de Kervéléoc, au sud-est du finage communal) et le niveau de la mer ; le bourg de Landunvez est à une trentaine de mètres d'altitude. La commune n'est parcourue que par de minuscules fleuves côtiers, de simples ruisseaux en fait, notamment au sud celui de Larret, qui se jette dans l'anse d'Argenton et sert de limite communale avec Porspoder, au centre de la commune celui qui se jette dans l'anse de Penfoul après être passé par le bourg de Landunvez, et à l'est celui qui se jette dans l'anse de Kersaint et qui sert de limite avec Ploudalmézeau.

Le littoral est très découpé, alternant caps (Beg ar Caro et Beg an Tour dans la presqu'île de Saint-Gonvel ; « Pointe de Landunvez » à l'ouest et Beg ar Manac'h et Beg ar Galeti à l'est de la Côte sauvage de Landunvez), avec de nombreux rochers aux formes pittoresques, et baies (anse d'Argenton, anse de Saint-Gonvel, anse de Penfoul, anse de Trémazan et anse de Kersaint) dont le fond est occupé par des plages. La plate-forme continentale est parsemée de nombreux écueils et îlots (notamment les Roches d'Argenton dont l'un des îlots porte le Phare du Four) ainsi que par l'île d'Yoc'h qui est une zone naturelle protégée.

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

GéologieModifier

La migmatite affleure dans la majeure partie du territoire communal, et notamment tour le long de son littoral ; la partie sud-est de la commune voit affleurer du granite dit de Ploudalmézeau[1].

TransportsModifier

La commune est desservie principalement par la route départementale no 27, parallèle au littoral entre Portsall et Lanildut et par la D 68 qui depuis Brest et Saint-Renan va jusqu'à Argenton ; le bourg de Landunvez n'est desservi que par des routes secondaires. La route la plus connue est la route touristique qui longe la Côte Sauvage depuis l'anse de Penfoul jusqu'à Portsall (D 127)[2].

Le littoral est longé par le GR 34 et un autre chemin de randonnée pédestre (dit de « petite randonnée ») utilise le tracé de l'ancienne voie ferrée allant de Portsall à Porspoder, passant notamment par Kersaint et le bourg de Landunvez.

HabitatModifier

Le bourg est situé à une certaine distance de la côte, sur un plateau : c'est là une caractéristique commune à de nombreuses communes littorales bretonnes (par exemple à Plouguerneau, Ploudalmézeau, Plouarzel, Ploumoguer, etc.), les premiers immigrants bretons fixèrent le centre de leurs plous à l'intérieur des terres, probablement par crainte des pirates saxons[3].

Problèmes écologiquesModifier

À partir de 2016, des riverains et des associations écologiques (notamment Eau et rivières de Bretagne) s'opposent à l'extension de l'élevage industriel de porcs Avel-Vor (qui produit plus de 26 000 porcs charcutiers par an), au motif de la protection du littoral et notamment du problème des marées vertes, la commune étant déjà classée en zone d'excédent structurel (pour le lisier)[4],[5] ; malgré une pétition ayant rassemblé plus de 2 500 signatures, cette extension avait été autorisée par le préfet du Finistère le en dépit de l'avis défavorable du commissaire enquêteur[6]. Le tribunal administratif de Rennes a annulé cette autorisation en mai 2019[7].

ToponymieModifier

Le nom de la localité est attesté sous les formes Tunmez en 1543 et Tunmete en 1546, Landunvez en 1685.

Landunvez vient de lann (ermitage en breton) et de sainte Tunvez[8] ou Dunvez[9], connue aussi sous le nom de sainte Thumette[8].

HistoireModifier

OriginesModifier

L’ermitage dédié à sainte Tunvez (alias Tumette ou Thumette, sœur de saint Enéour, l'une des onze mille vierges, compagnes de sainte Ursule, martyrisées à Cologne en 383).

Préhistoire et AntiquitéModifier

 
Le dolmen d'Argenton (dessin de A. Karl publié en 1893-1894).

L'inventaire des monuments mégalithiques de la commune, effectué par Paul du Chatellier au XIXe siècle, est dense : il cite un dolmen dénommé en breton Men-Milliguet (« Pierre maudite »), qui se trouve près de la chapelle Saint-Gonvel[10]; une allée couverte, dite Guiliny, en partie détruite, à 800 mètres au nord-est de la chapelle de Kersaint (sur le sommet d'un promontoire rocheux bordant l'anse de Portsall) ; un menhir de 5,60 mètres de haut dans un champ dénommé Méjou-ar-Menhir ; un menhir renversé au village de Kergastel ; deux menhirs, dont un de 2,20 mètres de hauteur, à Kerlaguen ; deux menhirs à Kereléoch ; sept menhirs alignés à Trémazan ; un menhir à Foshuel, un autre à 200 mètres du village de Penquer et un autre au nord de l'île de Penfoul. Il signale aussi des pierres renversées susceptibles d'avoir été des menhirs sur l'île d'Yock[11].

Deux tombes datant de l'Âge du bronze, fermées par d'énormes dalles mesurant 2,40 mètres de long et renfermant des cendres, des silex et des poteries furent fouillées en 1908 sur la côte de Landunvez[12].

Des fouilles archéologiques depuis 1987 ont démontré la présence humaine à l'Âge du fer et des structures funéraires datant du néolithique (4500 à 2000 av. J.-C.) sur l'île d'Iock, datant du temps où l'île était reliée à la côte.

Moyen-ÂgeModifier

Articles détaillés : Château de Trémazan et Famille du Chastel.

Landunvez fut d'abord une trève de la paroisse de l'Armorique primitive de Plourin.

Le château de Trémazan est une importante forteresse médiévale, fief de la famille du Chastel.

Selon Jean-Baptiste Ogée on connaissait en 1430 à Landunvez le manoir de Beaudrez [en fait Beaudiez] (à Bernard le Beaudrez [en fait Bernard Le Baudiez[Note 1]]) ; Kerriou (à Guillaume de Kermeur) ; Kermorn (à Hervé de Kerlech) ; Tuoubuzen (à Hamon de Kermenou) ; la maison de Kerpaul (à Nicolas de Saint-Renan) ; Kerpaul (à Thomas du Châtel) ; le château de Kersulan, ..[13].

La famille du Beaudiez figure entre 1443 et 1534 aux réformations et montres de la noblesse des paroisses de Landunvez, Plabennec et Plouvien. Le , Renan du Beaudiez fut maintenu dans la noblesse « sur preuve de huit générations » par la Chambre de réformation d ela noblesse de Bretagne[14].

L'époque moderneModifier

Landunvez au XVIIe siècleModifier

« Les paysans de la paroisse, enrichis par la culture du lin et du blé, faisaient construire de tous côtés, pour leur usage personnel, de jolis manoirs en pierre de taille, sur le modèle de ceux des gentilshommes, avec cour d'honneur close de hauts murs, escaliers monumentaux en granit de l'Aber-Ildut, lits en chêne sculptés avec baldaquin, etc.. ». La paroisse était alors divisée en trois cordelées : dans celle de la Montagne (Kordelat ar Menez) se trouvent encore plusieurs de ces gentilshommières (Kurullou, Landourzan, Kerc'houézel, Poullouarn); dans la cordelée d'Argenton celles du Berguet, Kerriou, Le Beaudiez, Creach-Gourio, Kerléo, Kervéon et La Tour, ainsi que le manoir noble de Tromenec (habité en 1685 par Marie de Quermenou, veuve de Guillaume Audren, sieur de Kerdrel[Note 2] et mère de Jean-Maur Audren de Kerdrel) ; dans la cordelée de Kersaint, outre le puissant château féodal de Trémazan, celles de Kerbriec, Kerguen, Kerazal, ar C'hastel-Bihan (elles appartenaient à des chanoines de la collégiale de Kersaint), Ty-ar-Belek-guen, etc..[15].

Le port d'Argenton était alors en grande prospérité ; « les maîtres de barques, armant au long cours, faisaient commerce avec l'Angleterre, la Hollande, l'Espagne, d'où ils rapportaient vins, laines, épices et autres marchandises productrices de richesse et de bien-être »[16].

En 1668, le prédicateur Julien Maunoir, à la demande de la duchesse de Cossé-Brissac, alors propriétaire du château de Trémazan, prêcha une mission à Landunvez.

L'instruction demeurait toutefois peu répandue : pour les 40 baptêmes du registre paroissial de Landunvez en 1669, trois pères seulement savent signer et pour les 20 enterrements de cette même année on compte deux signatures seulement. Entre 1685 et 1717, date de sa mort, la paroisse subit l'autorité despotique de Guillaume Rannou, alors recteur de Landunvez ; ses prônes ont été conservés. L'existence d'une confrérie du Rosaire, érigée en 1653, y est mentionnée en 1687 : la chapelle de la confrérie se trouvait dans le transept gauche de l'église paroissiale et diverses tombes armoriées s'y trouvaient, dont celles des Audren de Kerdrel[17].

Landunvez et Argenton aux XVIIe siècle et XVIIIe siècleModifier

 
Carte de Landunvez et de son littoral à la fin du XVIIIe siècle

En 1686 le port de Bordeaux enregistre l'arrivée de 69 barques en provenance du port d'Argenton et 40 en provenance de l'Aber Ildut[18].

En 1759, une ordonnance de Louis XV ordonne à la paroisse de Landunvez de fournir 13 hommes et de payer 85 livres pour « la dépense annuelle de la garde-côte de Bretagne »[19].

« Le port d'Argenton, bassin naturel au milieu de rochers d'un aspect pittoresque, comme Portsall, L'Aber-Wrac'h, Pontusval, appartient à la paroisse de Landunvez, pays dénudé où on ne se chauffe qu'avec la bouse de vache, des mottes de landes et du varech ; pays où les pilotes sont expérimentés et seuls peuvent guider dans ces passes difficiles ».

La coupe et le ramassage du goémonModifier

Selon l'ordonnance de 1681, le ramassage du goémon est réservé aux habitants des communes littorales, mais cette règle était contournée, comme l'explique Antoine Favé : « Un étranger [à la paroisse], louant un lopin de terre à six livres l'an, devenant par là même riverain [de la mer] à Landunvez, y venant, pour la coupe, avec force chevaux et domestiques, et commettant l'injustice envers les habitants. »[20]

Branellec, recteur de la paroisse de Landunvez, dans une lettre du adressée à l'évêque de Léon Jean-François de la Marche en réponse à son enquête sur la mendicité, écrit (l'orthographe de l'époque a été respectée)[20] :

« Plusieurs particuliers des paroisses voisines manœuvres quelque pièce de terre dans la nôtre, et sous cette raison viennent à la couppe et emmènent le plus de personnes qu'ils peuvent pour les aider. Par là il arrive qu'un étranger qui n'a que 6 livres, 12 livres ou 24 livres de ferme en Landunvez, aura autant ou plus qu'un habitant une ferme de 300 livres ou 400 livres. Il est clair qu'il y a en cela une injustice parce que les terres de la côte sont beaucoup plus chères à cause du droit prohibitif que les cultivateurs y ont sur la couppe de goëmon. »

Le même curé Branellec écrit aussi, toujours à propos de la récolte du goémon[20] :

« C'est à travers des groupes de rochers que l'on tire le goémon de notre côte, et on va presque au galop, ou pour gagner sur la marée, ou pour augmenter sa récolte. (...) La déclaration du [21] qui en fixe la couppe au mois de janvier, février ou mars, rend ce grand don de la Providence presque inutile à nos Armoriquains et en voici les raisons : 1° parce qu'on ne peut en ce temps sécher le goémon qui se perd en deux ou trois jours si on ne le sèche. 2° parce que c'est le temps ou les Armoriquains disposent leurs terres à être ensemencées. (…) Ils ne peuvent donc être alors à la grève. 3° parce que le mois de mars qui est le seul où l'on puisse sécher est aussi le mois ou les juments poulinent. Or il n'y a dans toutes les Armoriques presque que des juments. Il faudrait donc atteler des juments qui ont nouvellement pouliné ou sur le point de le faire au risque de perdre et les mères et les fruits par un charroi aussi difficile que précipité. (...) Un autre inconvénient est que pendant ces trois mois la saison est si dure que les plus robustes ne peuvent qu'à peine en supporter la rigueur et par conséquent les médiocres ne la supporteraient qu'en s'exposant à des inconvénients aussi tristes qu'ils seroient communs par la nécessité qu'il y auroit pour eux de les encourir ou de manquer de goëmon et en conséquence de pain même, parce que le goëmon seul en donne aux trois-quarts des Armoriquains. »

Landunvez vers la fin du XVIIIe siècleModifier

Jean-Baptiste Ogée décrit ainsi Landunvez en 1778 :

« Landunevez ; sur la côte; à 12 lieues un quart à l'ouest-sud-ouest de Saint-Pol-de-Léon, son évêché ; à 49 lieues un quart de Rennes et à 6 lieues un quart de Lesneven, sa subdélégation. Cette paroisse, où l'on compte 1 200 communiants[Note 3] ressortit au siège royal de Brest. La cure est présentée par l'Évêque. Son territoire, borné par la mer, est très excellent et exactement cultivé.[22] »

Révolution françaiseModifier

Selon Jacques Cambry, vers 1795, « les terres de Landunvez sont travaillées par les femmes. On ne s'y chauffe qu'avec de la bouse de vache et du goesmon » ; il ajoute que « le port d'Argenton peut recevoir des barques de 100 tonneaux, mais les seuls pilotes du pays peuvent guider dans ses passes si difficiles »[23].

Le 23 fructidor an II () « trente-six vaisseaux ou frégates [anglais] ont paru à la hauteur d'Argenton. Sur le champ une compagnie de canonniers a été expédiée pour renforcer le poste, où il y avait déjà  un bataillon et deux compagnies de canonniers » écrivent les représentants à Brest et Lorient du Comité de salut public[24].

Le XIXe siècleModifier

Le droit de vaine pâtureModifier

Le droit de vaine pâture s'exerçait encore couramment au milieu du XIXe siècle :

« Les terrains communaux (...) sont livrés toute l'année au pâturage au profit des habitants des communes possédant ces communs, composés la plupart de dunes et de marais peu susceptibles d'être cultivés ; c'est ce qu'on voit à Lampaul-Plouarzel, à Ploudalmézeau, à Porspoder, à Landunvez, à Rumengol, à Plabennec, à Plouvien, etc. Chacun y envoie son bétail quand et comme bon lui semble ; c'est là encore qu'on dépose et qu'on met à sécher les plantes marines. Seulement de temps en temps, les communes vendent tout ou partie des communs, qui disparaîtront insensiblement et accroîtront la masse des terrains cultivés. (...) Les landes, marais,et généralement tous terrains déclos et non cultivés sont encre soumis à la servitude de vaine pâture. (...) La cessation de l'indivision ne suffit point pour mettre fin à la vaine pâture, il faut encore qu'il y ait clôture des terres[25]. »

Landunvez au XIXe siècleModifier

 
Le récit du naufrage du navire anglais Liffey le (journal La Presse du ).

Le le navire anglais Liffey, de 87 tonneaux, allant de Dublin à La Barbade, fut « jeté sur les rochers qui hérissent la côte de Landunvez » ; quatre hommes furent sauvés par les habitants et le journal La Presse précise qu'il n'y eut pas de pillage[26].

A. Marteville et P. Varin, continuateurs d'Ogée, décrivent ainsi Landunvez en 1843 :

« Landunvez (sous l'invocation de saint Gonvel[Note 4], Gonwall et peut-être Gwennaël) ; commune formée de l'ancienne paroisse de ce nom ; aujourd'hui succursale. On dit que sainte Haude, sœur de saint Tanguy, est enterrée à Landunvez, et que son tombeau y est en grande vénération. Cette commune est enrichie par les engrais de mer : chaque année on y récolte plus de 2 000 mètres cubes de warech [varech]. Les plantes sarclées y sont cultivées avec succès, et surtout la pomme de terre. Malheureusement ses habitants manquent de propreté, et les maladies psoriques [maladies de peau] y sont fréquentes. Le bois est fort rare, et l'orme est pour ainsi dire le seul arbre qui vienne bien ; aussi presque tous les fermiers se chauffent-ils avec quelques tourbes que fournit le pays, avec des mottes de landes, ou bien encore avec du warech desséché. La pêche est la seule industrie. Vis-à-vis de Landunvez est un rocher nommé le Four ; ce rocher, que les eaux ne couvrent jamais, s'élève de 60 à 70 mètres au-dessus des plus hautes marées ; on le regarde comme le oint de séparation entre la Manche et l'Océan. (...). Il y a foire à Landunvez le 22 décembre. Géologie : constitution granitique. On parle le breton.[27] »

Yves Cleach, cultivateur à Plourin, mais qui possédait des terres en Landunvez, fut poursuivi pour « avoir coupé et enlevé sans droit, du goëmon ou varech dans le territoire de la commune de Landunvez dans laquelle il ne réside pas » le mais finalement acquitté par le tribunal de Brest, jugement ensuite confirmé par la Cour de cassation[28].

Une loi datée du remania de manière importante les limites des communes de Plourin, Landunvez, Lanrivoaré, Lanildut et Brélès afin de mettre fin à un découpage très complexe issu des paroisses d'Ancien Régime[29].

En 1850, Marie Brigitte Gourvennec[Note 5], domiciliée à Landunvez, reçut le prix Monthyon « pour actes de vertu », décerné par l'Académie française[30].

François Quéré, cultivateur à Tour-an-Arvor en Landunvez, reçut en 1859 le premier prix (« une grande médaille d'honneur en argent à l'effigie de Sa Majesté l'Empereur ») au concours agricole de l'arrondissement de Brest[31].

Le une goélette sombra corps et biens à deux milles de la côte de Landunvez ; en raison d'une planche trouvée à la pointe de Kerhoazoc [pointe de Landunvez] et qui portait ce nom, on supposa qu'il s'agissait de l'Éléonore-Augustin, de Cherbourg[32].

En 1873, un rapport sur la situation sanitaire du département du Finistère indique que cette année-là les affections typhiques ont été plus rares et qu'« elles ne se sont guère montrées qu'à Ploudalmézeau, Landunvez et l'Aber-Ildut »[33].

L'église paroissiale de Landunvez est reconstruite en 1873. En septembre 1879, le conseil municipal de Landunvez proteste contre la nomination d'une institutrice laïque « malgré le vœu de la population et les votes formels de la municipalité »[34].

Benjamin Girard décrit ainsi Landunvez en 1889 :

« Située sur le littoral, entre Ploudalmézeau et Porspoder, la commune de Landunvez est traversée par la route départementale n°6. L'église paroissiale date du siècle dernier. On remarque dans cette commune la chapelle de Kersaint, qui est une ancienne collégiale du XVe siècle. Près de cette chapelle, et sur les bords de l'anse de Portsal [Portsall], on voit les ruines considérables du château de Trémazan. Cette demeure féodale, qui consistait principalement en un donjon carré à quatre étages, haut de 30 mètres, avec escalier pratiqué dans l'intérieur des murs, avait été élevé, au XIIIe siècle, sur l'emplacement d'un château beaucoup plus ancien, que les traditions et les légendes font remonter aux premiers temps du christianisme.[35] »

En 1897, une polémique éclata à Landunvez à propos de l'attitude du recteur de Landunvez à qui des opposants reprochèrent d'avoir tenu en chaire des propos en faveur de l'abbé Gayraud, alors candidat aux élections législatives dans la troisième circonscription de Brest (il fut d'ailleurs élu député) et hostiles au comte de Blois[36], candidat royaliste, un de ses concurrents[37].

Argenton au XIXe siècleModifier

 
Plan des environs d'Argenton publié en 1818.
 
Le port d'Argenton en 1873 (photo J. Duclos)

Benjamin Girard décrit ainsi Argenton en 1889 :

« À l'autre extrémité de la commune [de Landunvez] se trouve le port d'Argenton, formé par une anse bien close, comprise entre l'île Dolvez et le village d'Argenton. Au nord-ouest du port, entre l'île d'Yock et le continent, se trouve une autre anse, dite rade d'Argenton. La rade et le port communiquent par une passe unique entre l'extrémité nord de la presqu'île Dolvez et la pointe d'Argenton. Le port assèche à chaque marée ; il est bien fermé et abrité de tous les vents ; le fond, formé de vase et de sable, permet un bon échouage ; la tenue y est bonne. C'est un excellent port de relâche, mais la sortie n'en est facile que par des vents de sud ou de sud-est, et le ressac y est assez fort. Une digue à pierres sèches, de 75 mètres de longueur sur 4 mètres de largeur, orientée du sud au nord, défend l'entrée de ce port, qui ne possède qu'une cale de 45 mètres de longueur, accessible seulement pour les embarcations. Un poste électro-sémaphorique est établi à peu de distance, au nord du port, sur la pointe de Landunvez. Le port d'Argenton n'est fréquenté que par un petit nombre de navires, de tonnage restreint, qui y apportent divers approvisionnements pour les localités voisines. La fabrication de la soude et la pêche sont les seules industries du pays.[38] »

En août 1895, une nouvelle station de sauvetage maritime est inaugurée à Argenton dans la presqu'île Dolvez où est édifiée la maison-abri, grâce à la générosité d'une dame russe restée anonyme, raison pour laquelle le canot de sauvetage fut appelé Marie-Russe[39]. Ce bateau de sauvetage effectua notamment une sortie le pour se porter au secours de l'Édouard, de Redon (mais son équipage avait déjà été recueilli par un autre bateau se trouvant à proximité) et une autre le pour le sauvetage de deux bateaux de pêche en détresse, le Félicité et le Trois-Frères, sauvant leurs quatre hommes à bord[40]. En février 1900, un navire de commerce, la Jeanne-Fernande se brisa sur les rochers de Saint-Samson lors d'une tempête ; deux de ses hommes d'équipage disparurent dans les flots[41].

En juillet 1896 le corps d'un naufragé du Drummond Castle, retrouvé sur la côte de Landunvez, fut inhumé dans le cimetière de la commune[42].

Le XXe siècleModifier

 
Une rixe entre pêcheurs de Landunvez et de Tréglonou en 1911.

La Belle ÉpoqueModifier

En 1902 Gustave Geffroy décrit Argenton : « Le petit port, défendu par de formidables rochers, est bien arrondi, entouré de maisons »[43].

 
Pilleurs d'épaves condamnés en 1910 (journal L'Univers).

Le journal Le XIXe siècle évoque en janvier 1903 « la grande misère des pêcheurs d'Argenton, de Porspoder et de Laber[Note 6] » et l'envoi d'une délégation à Paris pour demander des secours[44].

Les biens qui appartenaient à la fabrique de la paroisse de Landunvez, qui étaient placés sous séquestre depuis la querelle des inventaires, furent vendus par l'État en octobre 1911[45].

En décembre 1911, le guetteur du sémaphore de Landunvez signale le naufrage du vapeur belge Flandre, qui allait de Newcastle à Bayonne, à trois milles au large. Un autre vapeur qui se trouvait à proximité, ainsi que le bateau de sauvetage d'Argenton, portèrent secours à l'équipage, débarqué sain et sauf à Argenton[46].

Un service de téléphone et de télégramme ouvre dans la commune de Landunvez le [47].

Le , un ballon dirigeable, le Belgica II, monté par deux aéronautes belges, atterrit sur les dunes de Landunvez[48].

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

La Première Guerre mondialeModifier

 
Le monument aux morts de Landunvez.

Le monument aux morts de Landunvez porte les noms de 71 soldats et marins morts pour la France pendant la Première Guerre mondiale[49].

Le un hydravion en avarie dans l'anse de Porspoder fut secouru par l' Henri-Munier, canot de sauvetage d'Argenton : les deux aviateurs à bord furent secourus et l'hydravion pris en remorque jusqu'au port d'Argenton[50]. Le un autre hydravion en panne de moteur amerrit à proximité du sémaphore de Landunvez, les deux aviateurs parvenant à atteindre le rivage. Le canot de sauvetage Henri-Munier tenta en vain de prendre en remorque l'hydravion[51].

L'Entre-deux-guerresModifier

En 1924, M. de Trinchis de Lays, directeur de la Société maritime de Produits chimiques, obtint l'autorisation d'ouvrir à Argenton « une usine d'incinération de plantes marines, en vue d'obtenir des sels potassiques destinés à l'agriculture »[52].

Landunvez est ainsi décrit en 1930 :

« C'est une [église] pauvre, petite et trapue, coiffée d'un curieux bonnet médiéval haut et pointu (...). Un mur épais ceinture l'humble cimetière qui s'abrite à sa base, lui donnant un aspect de forteresse (...). L'église landunvezienne s'élève heureusement loin de la grand'route goudronnée (...) ; elle ignore les fidèles "habillés comme les Parisiens", elle est bretonne cent pour cent. (...) Les dimanche d'été, elle brûle à plein feux. (...) À partir de six heures, des cars vieillots font la récolte des fidèles dans les fermes et jettent devant l'église une multitude enrubannée qui s'interpelle dans la langue gutturale des ancêtres. (...) Passé l'escalier aux marches usées qui conduit à l'autel, la foule pieuse, fidèle à son Dieu et à ses morts, farouchement traditionaliste, s'agenouille devant les tombes avant d'être aspirée par le porche étroit de l'église. Ah ! Qu'elles sont magnifiquement discrètes ces sépultures (...). Sur le sable gris, les croix de bois noir s'alignent avec des noms inscrits en blanc au-dessus d'une larme grossièrement peinte. Sur chaque tumulus, un brin de buis trempe dans l'eau bénite contenue dans un bol domestique. Tombes d'enfants naïvement parées de coquillages ; tombes de marins, tombes de soldats sublimes par leur simplicité. Les deux tiers de la population masculine du minuscule village ont été fauchés par la guerre [statistique exagérée]. Les noms de ces pauvres victimes (...) sont gravés sur le granite d'un monument sobre, heureusement privé d'allégories. (...).[53] »

Le , alerté par le guetteur du sémaphore de Landunvez du naufrage d'un bateau goémonier revenant des îles avec deux hommes et un cheval à bord, le canot de sauvetage Lieutenant-Pierre-Géruzes sortit en vain à leur recherche, mais ne parvint pas à retrouver les victimes[54].

La Seconde Guerre mondialeModifier

Article détaillé : Bataillon de Ploudalmézeau.

Lors de la Seconde Guerre mondiale, le , des membres du kommando de Landerneau arrêtent à Argenton en Landunvez le colonel Paul Fonferrier[55], un des chefs de la résistance dans le nord du Finistère.

L'après Seconde Guerre mondialeModifier

Le patronage "Étoile Saint-Tanguy" est créé à Landunvez en 1919[56].

Politique et administrationModifier

Landunvez fait partie de la communauté de communes du pays d'Iroise.

Liste des mairesModifier

 
La mairie de Landunvez.
Liste des maires successifs[57]
Période Identité Étiquette Qualité
1803 1807 Maguer    
1807 1809 Sébastien Salaün[Note 7]    
1809 1815 Yves Lamour[Note 8]   Cultivateur.
1815 1821 Goulven Poullaouec[Note 9]   Menuisier
         
1826 1851 Goulven Poullaouec   Déjà maire entre 1815 et 1821.
1853 1857 Morel    
1858 1870 Hervé Lenvec[Note 10]   Cultivateur et meunier.
1871   Hamon Lannuzel[Note 11]    
  1873 René Corolleur[Note 12]   Cultivateur.
1873 1874 Pellen    
1874 1876 Joseph Morel[Note 13]    
1876 1877 Yves Hélies[Note 14]   Cultivateur.
1877 1881 François Per[Note 15]    
1881 1911 François Marie Godebert[Note 16]   Cultivateur.
1911 1919 Jean Morel[Note 17]   Commerçant.
Mai 1919   Yves Keranvran    
Décembre 1919   Jean Marie Menguy[Note 18]   Cultivateur.
         
1935 1942 Jean-François Lenvec[Note 19]    
Avril 1943 Mai 1943 Gabriel Trébaol[Note 20]   Cultivateur.
1945 1952 Jean Le Guellec[Note 21]    
1965 1969 Charles Pavot    
1971 1989 Yves Bertrand[Note 22]   Ingénieur des mines. Chevalier de la Légion d'honneur.
1989 1995 Hélène Munck    
1995 2014 Jean-Michel Bizien    
2014 En cours Jean Héliès DVD Retraité de la Marine nationale Ancien Adjoint aux Travaux

Charles Pavot, né à Argenton (1920-2009), a été élu maire de Landunvez à plusieurs reprises dans les années 1960. Il a été un maire du changement et a donné, entre autres choses, une nouvelle orientation touristique à la commune : création de la célèbre route touristique, création sur le port d'Argenton du club de voile CMO (Club Manche Océan), etc.

JumelageModifier

 
Amer de chenal de navigation à Landunvez.

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[58]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[59].

En 2016, la commune comptait 1 479 habitants[Note 23], en augmentation de 2,78 % par rapport à 2011 (Finistère : +0,93 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 4191 5951 6301 5151 5551 6201 5801 6511 821
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 8101 7401 7561 6411 6491 6961 5891 6331 678
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 6711 7481 8941 7101 9031 9441 8792 0131 778
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
1 5351 3911 2481 3151 3591 3451 3341 3321 462
2016 - - - - - - - -
1 479--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[60] puis Insee à partir de 2006[61].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

Patrimoine et monumentsModifier

Classés monuments historiquesModifier

Article détaillé : Château de Trémazan.
  • Maison des chanoines à Kersaint (XVIe siècle), édifiée par les Du Chastel.
  • Menhirs de saint Gonvel et Argenton, dolmen d'Argenton.

AutresModifier

 
L'église paroissiale Saint-Gonval
Article détaillé : Kersaint (Landunvez).
  • La chapelle Saint-Samson (1785) et sa fontaine. Son pardon se déroulait le troisième dimanche de juillet. Elle était jadis l'objet d'une grande dévotion pour les maladies des yeux et les rhumatismes. « On fréquente cette chapelle et on se lave les mains dans cette fontaine pour demander de la force, et à côté de cette chapelle se trouve une pierre carrée avec la date de 1749 »[64]. Une autre tradition était d'y plonger les bébés vers l'âge de 9 mois afin de le fortifier[65].
  • La chapelle de Saint-Gonvel-les-Dunes (Saint-Gonvel-an-Teven) ou saint Guénaël (XVIe siècle), située à Argenton, à l'emplacement supposé où saint Gonvel[Note 24] aurait bâti son ermitage. Son pardon se déroulait le dernier dimanche de septembre.
Les chapelles Saint-Gonvel et Saint-Samson

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

  • La chapelle Sainte-Anne, bénie le 14 juillet 1957.
  • 22 croix et calvaires sont récensés à Landunvez[66], dont :
    • Croix de Trémazan (XVIIe siècle)
    • Calvaire de l'église de Landunvez (XXe siècle)
  • Croix de Bédiez (XVIe siècle), près de la fontaine Saint-Gonvel
  • Fontaine Sainte-Haude à Kersaint
  • Poste de garde de Trémazan (XVIIe-XVIIIe siècles)
  • Manoir de Troménec (XVIIe siècle)
  • Moulin de Kersaint (XVIIIe siècle), restauré au XIXe siècle.
  • Les maisons des maîtres de barques des XVIIe siècle et XVIIIe siècle, en particulier à Argenton.
  • Monument aux morts de 1914/1918.

ÉvénementsModifier

  • Juillet : festival de la Mer au port d'Argenton[67]
  • Entre le 15 juillet et le 15 août : Cycle musical de la chapelle de Kersaint-Landunvez[68], concerts de musique classique dans la chapelle de Kersaint.

LittératureModifier

  • Jules Lermina évoque à maintes reprises Landunvez dans son roman Monsieur le Juge publié en 1899 en feuilleton dans le journal Le Radical[69].
  • Bernard Doumens publia un conte Le diable en Landunvez dans le journal Excelsior en 1929[70].

Personnalités liées à la communeModifier

Nés à LandunvezModifier

Voir aussiModifier

Liens internesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Bernard Le Beaudiez fut secrétaire du vicomte de Rohan et chargé en 1449 de la garde du château de Rohan, voir Gustave Chaix-d'Est-Ange, Dictionnaire des familles françaises anciennes ou notables à la fin du XIXe siècle, tome 3, 1904.
  2. Leur mariage fut célébré le en l'église paroissiale de Landunvez.
  3. Personnes en âge de communier.
  4. Saint Gonvel, dit aussi saint Conval, serait un abbé par ailleurs inconnu qui par la suite aurait été assimilé à saint Gwenaël.
  5. Marie Brigitte Gourvennec, née le à Kersaint en Landunvez, célibataire, décédée le au bourg de Ploudalmézeau le.
  6. L'Aber-Ildut en Lanildut.
  7. Sébastien Salaün, né le à Kerriou en Landunvez, décédé le à Kervéon en Landunvez.
  8. Yves Lamour, né le à Argenton en Landunvez, décédé le à Kérulou en Landunvez.
  9. Goulven Poullaouec, né le à Landunvez, décédé le à Landunvez.
  10. Hervé Lenvec, né le à Plourin, décédé le à Landunvez.
  11. Hamon Lannuzel, né le à Landunvez, décédé le à Landunvez.
  12. René Corolleur, né le à Plourin, décédé le à Curullou en Landunvez.
  13. Joseph Morel, né le à Landunvez, décédé le à Landunvez.
  14. Yves Marie Héliès, né le à Landunvez, décédé le au bourg de Landunvez.
  15. François Marie Per, né le à Lampaul-Ploudalmézeau, décédé le à Landunvez.
  16. François Marie Godebert, né le à Landunvez, décédé le à Landunvez.
  17. Jean Morel, né le à Landunvez, décédé le au bourg de Landunvez.
  18. Probablement Jean Marie Menguy, né le à Landunvez, décédé le à Landunvez.
  19. Jean François Lenvec, né le à Traon Duval en Landunvez, décédé le à Landunvez.
  20. Gabriel Trébaol, né le à Kerguérioc en Landunvez, décédé le à Landunvez.
  21. Jean Le Guellec, né le à Mahalon, décédé en 1976 à Brest.
  22. Yves Bertand, né le à Troyes (Aube), décédé le à Landunvez.
  23. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.
  24. Saint Gonvel pourrait aussi être saint Convel, nom déformé de Conomaglus, qui était le gouverneur de Fragan, lequel a donné son nom à Ploufragan et à Saint-Frégant, voir Joseph Loth, Les noms de saints bretons, "Revue celtique" 1908, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6573818q/f283.image.r=landunvez?rk=42918;4.

RéférencesModifier

  1. Société géologique et minéralogique de Bretagne, "Bulletin de la Société géologique et minéralogique de Bretagne", 1977, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9687094q/f36.image.r=landunvez?rk=1309019;2
  2. La route touristique de la côte sauvage (site perso).
  3. René Largillière, Les saints et l'organisation chrétienne primitive dans l'Armorique bretonne, (lire en ligne)
  4. « Landunvez. L’extension de « l’usine à cochons » annulée par le tribunal », Le Télégramme, (consulté le 12 août 2019).
  5. « A Landunvez, 26 000 porcs et des eaux polluées », Greenpeace France, (consulté le 12 août 2019).
  6. https://france3-regions.francetvinfo.fr/bretagne/finistere/brest/landunvez-tribunal-administratif-annule-extension-porcherie-avel-vor-victoire-associations-1672585.html
  7. « Landunvez. Le tribunal administratif annule l’extension de la porcherie Avel-Vor », Ouest-France, (consulté le 13 août 2019).
  8. a et b http://nominis.cef.fr/contenus/saint/12586/Sainte-Thumette.html
  9. Hervé Abalain, « Noms de lieux bretons - Page 77, Editions Jean-paul Gisserot, ([[International Standard Book Number|ISBN]] [[Spécial:Ouvrages de référence/2877474828|2877474828]]) » (consulté le 21 janvier 2017)
  10. Masson, Commune de Landunvez, "Bulletin de la Société archéologique du Finistère", 1876, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k207555g/f24.image.r=landunvez.
  11. http://megalithes-breton.fr/29/chatellier/chat6.html
  12. Sépultures préhistoriques dans le Finistère, [ https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k61019604/f31.image.r=landunvez?rk=600861;2 L'Homme préhistorique], revue mensuelle illustrée d'archéologie et d'anthropologie préhistoriques, octobre 1908.
  13. Jean-Baptiste Ogée, Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne, tome 2, 1778.
  14. Gustave Chaix-d'Est-Ange, Dictionnaire des familles françaises anciennes ou notables à la fin du XIXe siècle, tome 3, 1904.
  15. Abbé J.-M. Guéguen, Les prônes d'un recteur de Landunvez au temps de Louis XIV, "Bulletin diocésain d'histoire et d'archéologie", 1924, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5729760q/f354.image.r=Landunvez?rk=128756;0
  16. Abbé J.-M. Guéguen, Les prônes d'un recteur de Landunvez au temps de Louis XIV, "Bulletin diocésain d'histoire et d'archéologie", 1924, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5729760q/f354.image.r=Landunvez?rk=128756;0
  17. Abbé J.-M. Guéguen, Les prônes d'un recteur de Landunvez au temps de Louis XIV, "Bulletin diocésain d'histoire et d'archéologie", 1924, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5729760q/f354.image.r=Landunvez?rk=128756;0
  18. Panneau d'information touristique situé à Beg ar Groaz en Lampaul-Plouarzel.
  19. "Ordonnance... portant imposition pour la dépense annuelle de la garde-côte de Bretagne", 1759, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k97412315/f8.image.r=Plovan
  20. a b et c Antoine Favé, Les faucheurs de la mer en Léon - Bulletin de la Société archéologique du Finistère, (lire en ligne), p112 et 113
  21. De nombreuses autres plaintes s'expriment à propos de la déclaration royale du , par exemple celles des curés de Ploudalmézeau, de Guissény, de Plouescat, de Brouennou, du minihy de Léonetc. voir la même source
  22. Jean-Baptiste Ogée, "Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne", tome 2, 1778, consultable https://archive.org/details/dictionnairehist02og/page/328
  23. Jacques Cambry, "Voyage dans le Finistère ou État de ce département en 1794 et 1795", Imprimerie-Librairie du Cercle Social, An VII 1799 (réédition "Société archéologique du Finistère", Quimper, 1999 [ (ISBN 2-906790-04-4)])
  24. Convention nationale, "Recueil des actes du Comité de salut public, avec la correspondance officielle des représentants en mission et le registre du conseil exécutif provisoire", tome 16, 1889, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6216569j/f622.image.r=landunvez?rk=3261818;4
  25. J.M.P.A. Limon, "Usages et règlements locaux en vigueur dans le département du Finistère", 1852, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5688569v/f98.image.r=Plouvien.langFR
  26. Journal La Presse, n° du 13 février 1840, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k428027t/f3.image.r=landunvez?rk=42918;4
  27. A. Marteville et P. Varin, "Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne", tome 1, 1843, consultable https://books.google.fr/books?id=Ekk-AAAAYAAJ&printsec=frontcover&dq=bibliogroup:%22Dictionnaire+historique+et+g%C3%A9ographique+de+la+province+de+Bretagne%22&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwj4x9GSxJfiAhWLFxQKHYX4DK0Q6wEILzAB#v=onepage&q=Landunvez&f=false
  28. "Bulletin des arrêts de la Cour de cassation rendus en matière criminelle", 1845, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k58599874/f6.image.r=Landunvez
  29. "Bulletin des lois de la République française", 1850, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k486124w/f400.image.r=landunvez
  30. "Le Journal des sçavans", 1850, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k572576/f506.image.r=landunvez
  31. "Associations, concours et fêtes agricoles de l'arrondissement de Brest en 1859", 1860, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k96055402/f80.image.r=Landunvez?rk=171674;4
  32. Journal des débats politiques et littéraires, n° du 17 novembre 1863, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4536012/f1.image.r=landunvez?rk=85837;2
  33. "Rapports et délibérations / Conseil général du Finistère", octobre 1874, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5564423g/f17.image.r=landunvez?rk=42918;4
  34. Journal L'Océan cité par le Journal des villes et des campagnes, n° du 6 septembre 1879, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1815298b/f1.image.r=landunvez?rk=4334785;2
  35. Benjamin Girard, "La Bretagne maritime", 1889, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5744832r/f249.image.r=Landunvez?rk=2553660;4
  36. Louis Charles Marie Aymar Blois de la Calande, né le à Saint-Pol-de-Léon, conseiller général du Finistère, décédé le à Coat-Méal.
  37. Journal L'Univers, n° du 28 février 1897, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k709415c/f2.image.r=Landunvez?rk=42918;4 et n° du 6 mars 1897, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7094216/f2.image.r=Landunvez
  38. Benjamin Girard, "La Bretagne maritime", 1889, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5744832r/f250.image.r=Argenton
  39. Journal L'Univers, n° du 6 août 1895, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k708858v/f3.image.r=Porspoder?rk=150215;2 et "Annales du sauvetage maritime", 1895, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5830784v/f53.image.r=Porspoder
  40. "Annales du sauvetage maritime", 1900, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5801915s/f22.image.r=Landunvez et https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5801913z/f25.image.r=Porspoder
  41. Journal Le Petit Journal, n° du 15 février 1900, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6152552/f2.image.r=landunvez?rk=85837;2
  42. Journal Le Figaro, n° du 18 juillet 1896, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2837111/f4.image.r=landunvez?rk=21459;2
  43. Gustave Geffroy, La Bretagne, "Le Tour du monde", 1902, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k344448/f311.image.r=Porspoder
  44. Journal Le XIXe siècle, n° du 30 janvier 1903, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7572363q/f2.image.r=Porspoder?rk=171674;4
  45. Journal La Croix, n° du 19 octobre 1911, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2581249/f1.image.r=Landunvez?rk=128756;0
  46. Journal La Lanterne, n° du 16 décembre 1911, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k75141274/f2.image.r=Landunvez?rk=128756;0
  47. Journal L'Ouest-Éclair, n° du 26 août 1912, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k643364h/f5.image.r=Landunvez?rk=879832;4
  48. Journal L'Ouest-Éclair, n° du 24 septembre 1912, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6433935/f2.image.r=Landunvez?rk=901292;0
  49. http://www.memorialgenweb.org/memorial3/html/fr/resultcommune.php?idsource=12388
  50. "Annales du sauvetage maritime", 1917, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5802260h/f34.image.r=Porspoder?rk=42918;4
  51. "Annales du sauvetage maritime", 1918, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5802265k/f60.image.r=Landunvez?rk=214593;2
  52. "Procès-verbaux et rapports du Conseil départemental d'hygiène et des commissions sanitaires du Finistère", 1924, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6497564g/f91.image.r=Landunvez?rk=107296;4
  53. Lucien d'Autremont, À l'écart de la route nationale. Sur un village breton et l'héroïsme anonyme, journal Comœdia, n° du 18 octobre 1930, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7648552w/f1.image.r=landunvez?rk=1459234;4
  54. "Annales du sauvetage maritime", 1939, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5828339v/f24.image.r=Landunvez?rk=64378;0
  55. Paul Fonferrier, né le à Brest, arrêté à Argenton en Landunvez, déporté à Neuengamme le , décédé le à Bergen-Belsen, voir http://memoiredeguerre.pagesperso-orange.fr/convoi44/fiches/fonferrier.htm
  56. Fédération sportive et culturelle de France, "Les Jeunes. Courrier de quinzaine du Journal le Patronage", n° du 15 octobre 1949, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k96695451/f4.image.r=landunvez?rk=751076;4
  57. « Liste des maires de Landunvez », sur Archives du Finistère
  58. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  59. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  60. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  61. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  62. Masson, Commune de Landunvez, "Bulletin de la Société archéologique du Finistère", 1876, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k207555g/f24.image.r=landunvez.
  63. Allain Ferrand, "Le château de Trémazan", Bulletin de la Société académique de Brest, 1903, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2076688/f123
  64. Masson, Commune de Landunvez, "Bulletin de la Société archéologique du Finistère", 1876, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k207555g/f24.image.r=landunvez.
  65. Société des traditions populaires, "Revue des traditions populaires", octobre 1905, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k58363724/f9.image.r=landunvez?rk=944210;4
  66. http://croix.du-finistere.org/commune/landunvez.html
  67. « Festival de la mer »
  68. « Kersaint cycle musical »
  69. Journal Le Radical, n° du 24 février 1899, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k76215592/f3.image.r=Landunvez?rk=21459;25, n° du 3 mars 1899, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k76215681/f3.image.r=Landunvez?rk=171674;4 et numéros des dates proches.
  70. Journal Excelsior, n° du 30 août 1929, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k46081929/f3.image.r=landunvez?rk=965670;0
  71. Jean Roche, Éliane Le Breton, "Comptes rendus des séances de la Société de biologie et de ses filiales", 1977, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k97582781/f17.image.r=landunvez?rk=2317608;0