Plantation

exploitation agricole en monoculture

Une plantation est une exploitation agricole où l'on cultive des plantes à forte valeur économique destinées principalement à la vente sur les marchés internationaux. Ces cultures sont, par exemple, les agrumes, l'avocatier, le coton, la canne à sucre, le café, la banane, l'ananas, l'Aloe vera, le teck, le cacao, la coca, le chanvre, le pavot, l'hévéa, le sisal, l'indigotier, le giroflier, le cocotier, le palmier à huile, le poivre, le thé, le tabac, les fleurs ou la vanille. Historiquement on employait le terme plantation pour désigner « toute exploitation agricole dans les colonies »[1].

Une plantation d'hévéa en Malaisie.
Affiche de propagande coloniale belge faisant allusion aux plantations, années 1920.

L'agriculture de plantation privilégie la monoculture de plantes tropicales pluriannuelles destinées aux grands marchés et fait appel à une main-d'œuvre à bas-salaire (à l'esclavage autrefois) mais ce n'est pas une règle. Elle s'oppose ainsi à l'agriculture vivrière tournée vers l'autoconsommation ou la vente sur les marchés locaux ; néanmoins, l'agriculture vivrière emploie tout autant des techniques de plantation (bouturage et repiquage) pour l'implantation des cultures comme le riz, le manioc, la patate douce, l'ignameetc. ; c'est donc l'aspect économique et social qui est privilégié ici.

Les premières plantations ont été les latifundia de l'Antiquité, qui ont produit de grandes quantités de vin, olives et d'huile d'olive pour l'exportation. Les plantations ont vu leur nombre augmenter rapidement avec l'augmentation du commerce international et le développement d'une économie mondiale concomitant de l'expansion des empires coloniaux.

Les plantations coloniales ont employé d'abord des populations africaines et asiatiques déportées et mises en esclavage, puis au XIXe siècle, des serviteurs engagés ont été employés dans toutes les régions tropicales, indépendantes ou non, comme main-d'œuvre bon marché. Les grandes plantations et l'économie de plantation ont ainsi été et restent souvent associées à la production de masse, à de grandes disparités de richesse et de revenu, à la propriété étrangère, à l'influence politique et à l'acculturation.

TerminologieModifier

« Plantation » réfère donc[2], soit à :

  • un type d'exploitation agricole colonial, latifundiaire ou industriel souvent conduit en monoculture,
  • l'action de planter en agriculture, ce qui représente l'opération de base dans une plantation,
  • une parcelle de culture issue de plantation plutôt que de semis, par exemple une plantation d'ail au sens d'une plate-bande d'ail.

Le terme « plantation » peut aussi être employé pour parler de la sylviculture (même pour des essences issues de semis)

Chaque type de plantation peut en général être nommé selon l'espèce cultivée : bambouseraie ou plantation de bambous.

En France métropolitaine, les exploitations arboricoles comportant des plantations fruitières ne sont pas nécessairement appelées « plantations » mais plutôt vergers : verger de fruits à noyaux, verger de cerisiers ou cerisaie (vieilli). En trufficulture, on parle de plantation truffière ou truffière mais aussi de verger truffier.

On appelle planteur, l'exploitant d'une plantation. En France, les cultivateurs de betteraves, pommes de terre, riz, tabac, etc. sont souvent qualifiés de planteurs bien que ces exploitations soient rarement considérées comme des plantations car elles sont loin d'être conduites en monoculture et que ces cultures soient souvent issues de semis.

L'organisation des plantations agricoles et leur environnementModifier

Antiquité et Moyen-ÂgeModifier

 
Mosaïque du maître Julius montrant les récoltes d'un grand domaine antique notamment olives, agrumes et raisins, découverte près de Carthage. Musée national du Bardo.
 
Extension de la culture de la canne à sucre dans le monde musulman au Moyen-Âge (en vert).

Les latifundia du monde gréco-romain ont produit de grandes quantités de vin, olives et d'huile d'olive. Les Romains connaissaient le citronnier et ont introduit le pistachier dont les plantations sont très intéressantes en zone aride[3] même quand les seules eaux d'irrigation disponibles sont (légèrement) saumâtres.

Au Moyen Âge, l'agriculture arabe comptait de grandes plantations irriguées d'agrumes et de canne à sucre[4]. Ils ont aussi diffusé la culture du manguier, du coton, du riz et du palmier-dattier[5] .

L'organisation de ces plantations reposait le plus souvent sur le travail d'esclaves[6].

Esclavage et plantations à l'Époque moderneModifier

 
Préparation du tabac par des esclaves, colonie de Virginie, vers 1670
 
Séchage de clous de girofle à Pemba près de Zanzibar. Le clou de girofle cultivé dans des plantations esclavagistes contribua à la fortune de l'ancien sultanat de Mascate et Oman et avec le gingembre à la réputation de Zanzibar.
 
Statue d'Edmond Albius, esclave dans une plantation à La Réunion, il inventa en 1841, à l'âge de 12 ans, une méthode révolutionnaire de fécondation de la vanille. Il n'en tirera aucun profit.

Bien qu'il ait existé et existe encore des plantations familiales ou communautaires, l'esclavage ou l'exploitation à outrance des travailleurs ont longtemps été à la base de la rentabilité des plantations. Ainsi des plantations comme celles produisant du sucre et du rhum dans les Caraïbes et au Brésil, le tabac dans les Treize colonies puis le coton dans le Sud des États-Unis ont utilisé l'esclavage comme mode dominant de gestion des populations ouvrières.

De nombreux Amérindiens ont été forcés de travailler dans les plantations et haciendas en Amérique centrale et du Sud selon le principe de l'encomienda ou mita mais aussi en Amérique du Nord (Westo (en) de Virginie, Natchez de Louisiane). En Amérique du Sud, dans la région des Misiones (province de Misiones en Argentine et département de Misiones au Paraguay aujourd'hui), Franciscains et Jésuites s'opposèrent avec succès à l'encomedia. Ils recueillirent les esclaves en fuite, organisèrent les cultures vivrières et les plantations de yerba mate ou thé des Jésuites et de coton qui était traité sur place, favorisèrent l'éducation et armèrent les Indiens contre les bandeirantes trafiquants d'esclaves (Bataille de Mbororé) ; toutefois, le grief d'acculturation de ces populations est discuté[7].

La déportation des esclaves africains par des Européens commence dès 1444 dans les comptoirs portugais (Empire colonial portugais#La fondation du Premier empire portugais (1415-1580) ; de très nombreux africains ont été déportés comme esclaves pour travailler à grande échelle dans les plantations du Sud des États-Unis, en Amérique latine du Mexique au Pérou (mais principalement aux Caraïbes et au Brésil[9]) et dans les régions d'Afrique occupées par les puissances colonisatrices[10] d'Europe mais aussi du Proche-Orient (Empire ottoman, sultanat de Mascate et Oman influent de 1749 à 1861). Le nom même de Zanzibar, la perle de l'Empire Omanais, est lié à « gingembre », l'épice, et à Zanguebar ou zanji-bar signifiant « côte des noirs » en persan[11].

Les plantations européennes du pourtour de l'Océan Indien emploient aussi des esclaves.

Les esclaves occupaient parfois des emplois qualifiés dans les plantations et sont à l'origine d'avancées techniques. Ainsi Jo Anderson participa à la mise au point de la faucheuse de Cyrus McCormick en Virginie et Edmond Albius améliora significativement la fécondation artificielle de la vanille à La Réunion, deux inventions majeures en agriculture.

Le servage, que l'on peut considérer comme proche de l'esclavage, persista longtemps dans de grandes régions de plantation, notamment en Asie centrale russe où il remplaçait systématiquement l'esclavage au fur et à mesure de la conquête russe (Servage en Russie), en Inde où il existe encore[12] et dans l'Empire ottoman à coté de l'esclavage bien que sa nature exacte soit discutée[13]. Le dernier pays à abolir l'esclavage fut le Pakistan en 1992[14].

Les plantations d'AcehModifier

 
Marché aux esclaves à Aceh, avant 1873.

En Extrème-Orient, le sultanat d'Aceh (Nord-Ouest de Sumatra, 1520-1904) met en place un système de commerce triangulaire : poivre, textiles-épices-esclaves, or. Le poivre est produit dans les Îles de la Sonde, y compris à Aceh dans des plantations esclavagistes[15] ; le textile et les esclaves proviennent surtout de la côte de Malabar en Inde mais aussi de toute l'Insulinde, en particulier par l'intermédiaire des pirates Moros (Piracy in the Sulu and Celebes Seas (en)) ; Malabar, pays de Male en malayalam fait référence à Male, un emporium du poivre[16] ; les marchandises sont revendues dans l'Empire Ottoman qui peut les réexpédier en Europe[17] et paie les Acehnais en or et en armes[18]. Ainsi jusqu'en 1900, le commerce du poivre (sensu stricto) à échappé en grande partie à l'Occident. Au XVIe siècle, Aceh s'empara de Barus, centre de production du camphre et du benjoin et de Deli en 1612 (bois de santal, camphre, gambier, riz, poivre, coton). À Deli les planteurs indigènes emploient des esclaves, des coolies chinois ou javanais et des montagnards de l'arrière-pays sous contrat et les logent dans des habitations collectives, formule économique qui sera reprise par les occidentaux[19]. Dans les années 1820, les « rajas du poivre » contrôlaient plus de la moitié de la production mondiale de poivre[20].

Les « plantages » des Provinces-UniesModifier

La colonisation néerlandaise s'est effectuée d'abord sous la direction de grandes compagnies commerciales, la VOC (Vereenigde Oostindische Compagnie soit compagnie réunie des Indes orientales, en français : Compagnie néerlandaise des Indes orientales) et la WIC OU GWC (Geoctroyeerde Westindische Compagnie, compagnie enregistrée des Indes occidentales, en français : Compagnie néerlandaise des Indes occidentales). Cette colonisation s'est faite dans un contexte d'opposition au Portugal et à la Grande-Bretagne avec de nombreuses guerres. Les Provinces-Unies protestantes furent au départ opposées à l'esclavage et on employa beaucoup d'engagés blancs mais à partir de 1630, l'esclavage fut utilisé dans les plantations d'épices des îles Banda puis il fut largement toléré dans les autres colonies après 1650 sans qu'il atteigne le niveau d'exploitation qu'il connut dans les colonies anglaises, françaises ou portugaises [21]. Curaçao devint cependant un grand entrepôt néerlandais et une plaque tournante pour l'Amérique du commerce des esclaves qui étaient aussi redistribués aux plantations des autres pays européens[22]. Dans les îles de la Sonde ce rôle d'entrepôt était dévolu à Batavia.

Exemple de la Guyane (Suriname), d'après l'article Plantages in Suriname (nl) :

 
Sur la rive du Suriname, la colonie juive Jodensavanne produisait essentiellement de la canne à sucre avec des esclaves noirs.

Jusqu'en 1667, la région du fleuve Suriname avait été colonisée par les Anglais, ceux-ci avaient favorisé l'installation de Quakers et de nombreux Juifs, qui trouvaient là un statut de liberté inconnu pour eux en Europe, sur de petites plantations d'environ 5 ha. Ce statut fut prorogé par les conquérants hollandais. Comme en Afrique du Sud, ils installèrent aussi de nombreuses familles huguenotes, notamment de la secte des Labadistes, avec des noms de plantation tels que « L'Espérance » ou « À la Bonne Heure ». Les plantations ont produit d'abord sucre, café, cacao et bois et plus tard coton et jus de citron vert.

La plupart des plantations du Suriname appartenaient à la Société du Suriname, une société publique-privée de la Compagnie des Indes occidentales (WIC) et de la ville d'Amsterdam. En outre, le gouvernement du Suriname possédait également des plantations, principalement des plantations de bois. La plantation était dirigée par le propriétaire (planteur) ou un directeur. Il était assisté d'un contremaître blanc (le blank officier, un chef d'origine européenne et d'un contremaître noir, le zwart officier également appelé bastiaan (le Bastien, un esclave noir qui dirigeait les esclaves de la plantation). En général, on comptait différents types d'esclaves sur une plantation : les esclaves des champs qui travaillaient aux champs, les esclaves artisans qui effectuaient de petits travaux sur la plantation ou dans la maison comme charpentiers par exemple, les esclaves bûcherons qui allaient couper du bois sauvage ou planté au-delà des parcelles cultivées pour les besoins domestiques, de la marine ou de l'exportation et les esclaves de maison, généralement des femmes qui travaillaient à la cuisine ou comme femmes de ménage ou nourrices, au domicile du propriétaire ou du directeur de la plantation. En plus des esclaves qui travaillaient, il y en avait qui ne travaillaient pas ; il s'agissait d'esclaves malades, de jeunes enfants ou de personnes âgées qui ne pouvaient plus être mises au travail.

Les esclaves étaient nourris principalement de légumes-racines, bananes et riz mais recevaient cependant, poisson fumé, tabac et rhum ou mélasse ; certains devaient cultiver leur propre petit jardin pour se nourrir. Les journées de travail étaient dures et longues réglées par le tintement de la cloche des esclaves. Tout retard ou manquement était sanctionné et pouvait donner lieu à des châtiments cruels voire mortels.

Les « habitations agricoles » des colonies françaisesModifier

Dans les anciennes colonies françaises (Antilles, Guyane, Mascareignes), les plantations portent le nom d'« habitation ». Ces exploitations agricoles regroupent, autour de la maison du maître, les cases à esclaves, les bâtiments agricoles et les plantations.

Saint-Domingue (Haïti, alors qualifié de perle des Antilles) était dans les années 1780 la colonie la plus riche du monde rapportant autant à la Couronne de France que toutes les colonies espagnoles, beaucoup plus étendues, à celle d'Espagne. Saint-Domingue approvisionnait l'Europe pour une grande partie de son indigo, la moitié de son sucre (un autre quart provenant de la Jamaïque) et encore en café et en coton. Cette situation était due à un niveau technique élevé et surtout au travail d'environ 500 000 esclaves africains (on ne comptait que 50 000 libres, noirs, mulâtres, français, irlandais) dans des conditions très dures et qui devaient être régulièrement remplacés par les apports de la traite[23]. Après les révoltes des esclaves et l'Indépendance de Haïti, les colons se réinstallent avec une partie de leurs esclaves à Cuba puis en Louisiane, avec le soutien des pirates trafiquants d'esclaves de Jean Laffite, et ils y modernisent considérablement l'économie de plantation (Réfugiés français de Saint-Domingue en Amérique). Selon Michel d'Auberteuil, les Britanniques, qui exigeaient moins de leurs esclaves, avaient laissé Saint-Domingue à la France après la Guerre de Sept Ans pour être certains de conserver une source d'approvisionnement fiable pour leur industrie du coton en pleine expansion[24].

Jusqu'à la seconde abolition de l'esclavage en 1848, le travail était donc effectué par des esclaves africains et quelques ouvriers blancs. Ensuite, pour pallier le manque de main-d’œuvre, les planteurs importèrent des travailleurs immigrés en provenance des comptoirs français aux Indes.

 
Buste de Pierre Poivre à qui on doit le développement des plantations d'épices aux Mascareignes et aux Seychelles, jardin de Pamplemousses, Maurice.
 
L'habitation Clément à la Martinique, devenue un musée.
 
Vue idéalisée d'une habitation sucrière en 1762 à Sainte-Croix alors rachetée par les Danois aux Français. 1 : maison du maître, 2 : « rues cases-nègres », 3 : « savane » (prairie), 5 : champs de canne, 6 à 12 : installations sucrières.

Les « plantations » du Sud des États-UnisModifier

Aux États-Unis, l'esclavage était pratiqué essentiellement dans les plantations de tabac puis de coton. Ainsi la Virginie est connue pour avoir, avant la révolution, une part importante de son élite issue des planteurs de tabac possesseurs d'esclaves.

En 1860, une famille sur quatre était propriétaire d'esclaves en Virginie. Les chiffres cités ici sont tirés du recensement de 1860.

  • Nombre d'esclaves dans le Sud profond : 2 312 352 (47 % de la population totale).
  • Nombre d'esclaves dans le Sud supérieur : 1 208 758 (29 % de la population totale).
  • Nombre d'esclaves dans les États frontaliers : 432 586 (13 % de la population totale).

Moins d'un tiers des familles du Sud possédait des esclaves à l'apogée de l'esclavage avant la guerre de Sécession. Dans le Mississippi et la Caroline du Sud, la proportion était proche de la moitié.

Dans une plantation typique, de 200 à 450 ha et de plus de 20 esclaves, la valeur en capital des esclaves était supérieure à la valeur en capital des terres et des outils. À côté de cette aristocratie, il y avait donc beaucoup de petits fermiers (farmers) sans esclaves que, justement on n'appelait pas planteurs (planters).

 
Allée de Quercus virginiana (chêne de Virginie) qui a donné son nom à la plantation d'Oak Alley. Ces allées étaient emblématiques du Vieux Sud. Vacherie, (Louisiane).
 
Une plantation de coton près du Mississipi, Les esclaves en train de cueillir sont surveillés par un homme à cheval. Lithographie de 1884 représentant la situation (idéalisée) antebellum.
 
Quartiers des esclaves, Plantation Smith, Port-Royal (Caroline du Sud), vers 1862.

En contraste avec la réalité de l'esclavage, le style de vie des planteurs du Vieux Sud est un art de vivre prisé bien que certains propriétaires vivent en ville et qu'ils ne construisent pas de maison de maître dans ce cas ; l'architecture, l'ameublement et l'environnement sont soignés, caractérisés par le style greek revival à partir de 1830 marqué par la référence à la Grèce aussi bien antique que révolutionnaire. Dans l'état de Louisiane, le français reste la langue principale jusqu'à la Guerre de Sécession. À côté des cultures principales (tabac, coton, canne à sucre, indigo, riz) les esclaves cultivaient arachide, okra, igname, patate douce, maïs, pastèques et fleurs et élevaient bovins, porcs, moutons et animaux de basse-cour pour la vente locale ou pour les besoins domestiques. Souvent la plantation possédait des commodités variées : écuries, laiterie-crémerie, fumoir à viandes, resserre de stockage, une grande buanderie bien équipée gérée par une esclave spécialisée, moulin, briquetterie, scierie, voire chapelle et école pour les enfants des dirigeants[25]. Les garçons recevaient une éducation leur permettant de s'initier aux affaires, les filles devaient apprendre l'art, la musique, le français et l'art de mener une maison[26]. Les esclaves vivaient dans leurs quartiers réservés mais les esclaves de maison, serviteurs de la famille étaient généralement mieux logés que les esclaves des champs, parfois dans le manoir même[25].

Engagisme et travail contraintModifier

 
Coolie tamoul en train de planter du thé, vers 1907.

Lorsque l'esclavage fut interdit, les planteurs engagèrent systématiquement des serviteurs souvent mal payés : les anciens esclaves eux-mêmes, des travailleurs attirés par la promotion souvent mensongère de contrats d'indenture ou parfois déportés, les coolies. Ils pouvaient même être déportés à la suite de véritables rafles. C'est ainsi qu'étaient approvisionnées en coolies mélanésiens les plantations de canne à sucre d'Australie (blackbirding soit chasse aux merles noirs) après l'interdiction de la traite.

 
Gandhi en 1918 au temps de la lutte contre l'engagisme et les plantations forcées.

Des systèmes de spoliation des terres ou de taxation ciblée obligèrent les paysans locaux à travailler dans les plantations ou à produire sur leurs terres pour les compagnies. Aux Indes orientales néerlandaises, un premier système de travail contraint, le blandong, fut mis en place vers 1700 à Java. Il fut généralisé à partir de 1830 sous le nom de cultuurstelsel (soit système de culture en néerlandais mais aujourd'hui rendu en indonésien par sistem tanam paksa, c'est-à-dire système de plantation forcée) et était réputé particulièrement efficace. Il a orienté la plus grande partie de l'agriculture de ces îles vers l'économie de plantation et l'exportation[27]. Les paysans devaient soit consacrer 20% de leurs terres aux plantations soit fournir au moins 60 jours de corvées. De plus une partie des corvées ou des paiements des récoltes était détournée par les régents[28]. Le roman Max Havelaar (1860) de Multatuli (Eduard Douwes Dekker) constitue une description détaillée de ce système.

Gandhi lança sa première campagne contre l'engagisme en Afrique du Sud en 1894[29]. En Inde à partir de 1917, il soutient les serfs et petits paysans opprimés des domaines britanniques et indous qui cultivaient l'indigo malgré la baisse des prix au détriment des cultures vivrières. Les propriétaires obligeaient les paysans grâce à un système de taxes injustes et disposaient de milices. Les actions de Gandhi précipitent l'abolition de l'engagisme des coolies[30].

Des systèmes similaires fortement incitatifs ont existé pour fournir les plantations du Congo belge, de Formose japonaise, des Philippines américaines, de l'Indochine française et dans les républiques bananières d'Amérique latine au profit des compagnies anglo-saxonnes.

Mécanisation aujourd'huiModifier

 
Travail dans une oseraie au bord de la Tamise, 1875.
 
Ripper utilisable pour la décompaction du sol avant plantation forestière ou fruitière, Bavière, 2020.
 
Récolte mécanisée du café, Brésil, 2011.
 
Bec de coupe d'une récolteuse de canne avec son écimeuse abaissée au premier plan, Soudan 2009.

La mécanisation a fait évoluer considérablement l'économie de plantation autrefois très grande employeuse de main d'œuvre.

Plantations tropicales actuelles : industrielles, villageoises ou familiales ?Modifier

 
Séchage de la badiane (anis étoilé), Chine, 2005

Si le mot « plantation » fait généralement référence à un type d'exploitation industrielle, il n'en reste pas moins que nombre de cultures de plantation ont connu plus de succès dans de petites exploitations ainsi les « brûlis familiaux » du Gabon plantés en bananes plantains et manioc font souvent moins de 1 ha[2]. La badiane de Chine, aujourd'hui une des principales épices de plantation (boissons anisées, cinq-épices, production du tamiflu), est produite par des paysans des montagnes du Sud de la Chine et du Nord du Viet-Nam[31].

 
Jardin de cacaoyers sous teck (pour l'ombre), Java-Est, 1910

En cacaoculture, les grandes plantations se sont souvent heurtées à des problèmes d'économies d'échelle inexistantes et ont connu des échecs. Aussi, les exploitations familiales ou villageoises de Côte d'Ivoire et du Ghana se maintiennent avec succès[32]. Les plantations de café[33], thé, hévea, palmier à huile peuvent aussi être conduites au niveau familial et se révéler compétitives[34] non sans difficultés[35].

Enfin le développement du commerce équitable peut contribuer à aider les petites plantations[36]. L'association Max Havelaar (dont le nom fait référence au roman) fut un des pionniers du commerce équitable et en reste un des principaux acteurs[37].

Premières grandes cultures de plantations dans les colonies européennesModifier

Objectifs et moyensModifier

L'expansion coloniale européenne, de même d'ailleurs que l'expansion commerciale chinoise des Song, est motivée au départ par le commerce de produits de luxe comme le sucre, le rhum, les épices et aromates (poivre, cannelle, clou de girofle, muscade, santal, gingembre) les stimulants (café, thé, cacao, quinquina, noix d'arec, noix de kola) et les teintures (indigo, roucou, bois-brésil puis bois de Campêche, carthame), le bois (teck de Java). Ces commerces engendrent d'immenses profits. Certains produits sont considérés à la fois comme épices et stimulants (muscade, badiane, gingembre) et appréciés notamment dans l'Empire Song[38].

Les pays colonisateurs essayent d'imposer des monopoles d'état dans les territoires conquis, notamment le Portugal et l'Espagne (Casa de Contratación de Séville). Des compagnies coloniales sont créées par des intérêts privés et par les états. Elles détiennent généralement le monopole du commerce extérieur de la colonie Elles prélèvent parfois un pourcentage des récoltes, par exemple dans les colonies néerlantaises où ce système sera généralisé à travers le cultuurstetsel. Pour éviter de dépendre de ces compagnies, les colons se réinstallent parfois en dehors des zones qu'elles contrôlent (expansion boer en Afrique du Sud) ou ont recours à la contrebande (par exemple dans les Treize Colonies). Dans ces deux cas les tentatives des colons aboutiront plus tard à des luttes pour l'indépendance.

 
Paysans pelant l'écorce de brindilles de cannelle, Sri Lanka, 2017.

Au début en Orient, les marchands et les compagnies coloniales (portugaise, anglaise, néerlandaise) se fournissent en épices auprès des négociants locaux ou des autorités locales y compris en imposant la collecte sous forme de tribut. En Afrique occidentale, les Portugais s'intéressent à la noix de cola, un stimulant prisé dans le monde musulman[39] et à la maniguette (graine de paradis), épice et stimulant susceptible de remplacer le poivre. Ils en favorisent la culture et les exportent. Plus tard les compagnies coloniales achètent les productions des planteurs et les approvisionnent en moyens de production et en esclaves.

 
Achat d'esclaves aux Arakanais par des Hollandais de la VOC à Baliapal (aujourd'hui dans l'état d'Odisha) ; Inde, 1663

Épices, teckModifier

Tout change en effet dans les années 1630 lorsque les Hollandais de la Compagnie néerlandaise des Indes orientales (VOC)[40] pour s'approprier le commerce exclusif de la noix de muscade, sous le commandement de Jan Pieterszoon Coen, massacrent la presque totalité des habitants des îles Banda ainsi que quelques garnisons anglaises. La VOC installe alors ses propres plantations et les fait cultiver par des esclaves déportés de l'océan Indien ou d'Extrème-Orient[41]. Elle impose aussi la culture de la cannelle à Ceylan.

Un premier système de travail forcé, le blandong, est mis en place à Java vers 1700 pour la culture du teck indispensable à la marine néerlandaise[42]. La VOC favorise également les plantations de poivre à Java.

Concurrencées par d'autres plantes comme le piment facile à cultiver un peu partout, les épices perdent cependant de leur valeur. Les Européens se tournent alors, en particulier en Amérique, vers la culture de plantes à grand rendement dont la demande augmente : canne à sucre, tabac, coton, café, indigo.

Canne à sucreModifier

 
Sucrerie au Pernambouc, XVIIe siècle, Nord-Est brésilien.

La culture de la canne à sucre se développe au Brésil dans la capitainerie de Pernambouc à partir de 1542 (Brésil colonial) puis se répand dans les Caraïbes aux XVIIIe siècle, XIXe siècle et XXe siècle. La consommation de sucre en Europe a sensiblement augmenté pendant cette période. Les plantations de canne à sucre se concentrent alors dans les Antilles, en raison de la proximité des marchés européens (relativement au Brésil), de la fertilité du sol et des faibles coûts de la main d'œuvre, seulement possible grâce à l'arrivée d'esclaves africains ainsi que du fait de l'installation de Hollandais expulsés du Brésil par les Portugais (1654, Histoire du Pernambouc). Ces plantations produisaient 80 à 90 % du sucre consommé en Europe occidentale, de plus les produits connexes comme le rhum et la mélasse avaient aussi une forte valeur commerciale.

 
La récolte mécanisée de la canne à sucre près de Khon Kaen en Thaïlande.

Au XVIIe siècle, dans les Antilles notamment la Barbade, la production est rapidement passée de la culture du coton et du tabac à celle de la canne à sucre, à cause de la baisse des prix du coton et du tabac qui subissaient la concurrence des colonies nord-américaines. Pendant environ un siècle, la Barbade est ainsi restée la plus riche de toutes les colonies européennes dans la région des Caraïbes. La prospérité de la colonie de la Barbade au niveau régional est resté inégalée jusque dans les années 1740, où la production de canne à sucre a augmenté dans des pays plus grands comme Hispaniola (Saint-Domingue ou Haïti) et la Jamaïque. Durant le XIXe siècle, la canne à sucre était très présente en Martinique, à Grenade, à Sainte-Croix, en Jamaïque, à la Barbade, dans les îles Sous-le-Vent, à Saint-Domingue, à Cuba et dans les Guyanes néerlandaise et britannique.

Avec l'abolition de l'esclavage au XIXe siècle, les productions de canne à sucre ont continué de croître, mais les betteraves sucrières cultivées sous les climats tempérés, ont augmenté leur part de marché.

TabacModifier

Les Irlandais engagés ou plus tard déportés par Cromwell commencent la culture du tabac à la Barbade dans les années 1630.

CaféModifier

La VOC fait planter du café à Ceylan à partir de 1658 et à Java vers 1700[43].

IndigoModifier

L'indigotier était une culture importante pendant la période coloniale tant dans les Treize Colonies, qu'à Saint-Domingue, au Guatemala, et en Inde. L'indigo était cultivé pour la fabrication de teinture indigo à l'époque pré-industrielle. Au début du XXe siècle, l'indigo est synthétisé par BASF ce qui sonne le déclin des cultures d'indigotier.

CotonModifier

 
Jamsetji N. Tata, le « père de l'industrie indienne », doit une grande partie de son ascension au quadruplement du prix du coton lors de la Guerre de Sécession et au commerce des épices, du thé et de l'opium.

Les plantations depuis la révolution industrielleModifier

Si la révolution industrielle met pratiquement fin à la culture des plantes tinctoriales comme l'indigo, elle stimule au contraire la création de nouvelles plantations dans des domaines variés et favorise le commerce grâce aux transports à vapeur puis aux transports frigorifiques, ce qui bénéficie aux plantations fruitières et oléagineuses. L'industrialisation de la production du savon, l'invention de la margarine, offrent des débouchés accrus aux huiles tropicales bon marché. De grandes sociétés s'édifient grâce aux profits réalisés dans le traitement et le commerce des produits de plantation, par exemple Tata en Inde (coton, opium et épices), Lesieur (arachide du Sénégal) et Michelin (hévéas d'Indochine) en France, Firestone (hévéas du Libéria) aux États-Unis, Lever Brothers (savon d'huile de palme, elle deviendra avec la partie néerlandaise Unilever) au Royaume-Uni… Ces compagnies achètent ou louent souvent d'immenses plantations. Firestone Liberia exploite toujours l'une des plus grandes plantations au monde, créée en 1926 avec environ 500 000 ha : près de 68000 ha aujourd'hui[44].

Dans le même temps des systèmes permettant l'éviction des paysans locaux ou des communautés agricoles de leurs terres autorisent les planteurs à s'emparer de terres ou à les racheter à bas prix, ainsi aux États-Unis, au Brésil, en Malaisie, en Afrique du Sud, en Australie et au Kenya britanniques, en Algérie française, etc.

HévéaModifier

La mise au point de la vulcanisation industrielle (Thomas Hancock, 1844) permet de fournir les nouvelles industries des chaussures en caoutchouc, des pneumatiques, des joints et membranes indispensables aux nouvelles machines. Les premières grandes plantations sont installées par les Britanniques en Malaisie (image d'en-tête). Auparavant le latex provenait d'arbres sauvages et était vulcanisé selon des méthodes empiriques.

En Asie du Sud-Est les plantations d'hévéa se sont doublées de plantations de manioc permettant de nourrir les coolies employés sur les plantations à moindre coût[45].

CacaoModifier

Le cacao était autrefois un produit de luxe et sa production en quantités importantes ne s'est développée que tardivement. Le cacaoyer est en effet une plante délicate, il doit être cultivé sur des parcelles irriguées et drainées sous ombrage et était réputé difficile à faire cultiver par des esclaves. Jusque vers 1820, la culture avait surtout prospéré sur de petites plantations amérindiennes notamment dans l'Équateur, sur les rives du Rio Yaracuy (Venezuela) où il était commercialisé par les marchands hollandais des entrepôts portuaires de Tucacas et Curaçao[46] et dans la Colonie française du Darién[47] (Panama) qui produisait selon les Espagnols le meilleur cacao du monde et où il était commercialisé par des marchands anglais. Une grande partie de ces marchands étaient des Juifs de Livourne, Bayonne, Amsterdam ou Londres[48]. Le cacao avait alors énormément rapporté aux Provinces-Unies.

À partir des années 1820, la culture du cacao se développa grâce aux améliorations dans l'élaboration du chocolat réalisées par le chimiste hollandais Coenraad Johannes van Houten, à l'industrialisation de la fabrication, aux interdictions de l'esclavage rendant les autres cultures de plantation moins rentables et grâce à de nouvelles variétés moins sensibles. Cependant à partir de 1850, il subit la concurrence de l'hévéa cultivé sous les mêmes climats. Une grande partie de la production se déplaça alors vers l'Asie et l'Afrique[49]. Aujourd'hui 95 % de la production de cacao provient de petites plantations de 1 à 3 ha, notamment de Côte d'Ivoire et du Ghana[50].

ThéModifier

 
Plantation de thé en Chine vers 1840

Le thé est cultivé en Chine, dans de véritables plantations depuis l'époque des Tang, fournissant des produits savamment élaborés et contrôlés. Les grandes plantations britanniques en Inde et à Ceylan n'apparurent qu'à partir des années 1840. De plus les Britanniques favorisèrent la contrebande de l'opium, produit dans des plantations du Bengale, en Chine en échange avantageux de thé chinois. Ces pratiques aboutirent aux Guerres de l'opium, à la Révolte des Boxers et à la mise sous tutelle de l'économie chinoise (Protocole de paix Boxer). Le thé est aujourd'hui la première boisson consommée au monde si l'on excepte l'eau pure[51].

Plantes à fibresModifier

La révolution industrielle entraîne aussi une croissance importante de la culture de certaines plantes à fibres avant l'utilisation généralisée des polymères synthétiques à partir des années 1950. La demande est stimulée par :

  • le développement de l'industrie du coton, également utilisé pour la production d'ouate et d'isolant électrique,
  • la naissance d'une véritable industrie de l'emballage ; le procédé kraft permet l'obtention de papiers et cartons solides ; il permet d'obtenir simultanément à partir des conifères la pâte à papier et les dérivés de la résine comme la térébenthine (sans passer par le gemmage) utilisée massivement aussi pour la fabrication du caoutchouc : l'invention du noueur automatique (John Appleby (inventor) (en) 1878) facilite l'utilisation de la ficelle, les sacs et filets en toile de jute ou de sisal, les cordages sont indispensables aux transports ; l'augmentation du commerce de vins et boissons en bouteille entraîne un débouché accru pour le liège produit dans des plantations de chêne-liège ;
  • l'architecture moderne et l'ameublement utilisent les fibres, le rotin, l'osier et le liège ; ainsi l'invention du linoleum (Frederick Walton, 1863), produit principalement avec de l'huile de lin et de la poudre de liège, et celle du staff (plâtre et fibres). Comme certaines plantations vivrières (banane plantain, igname, patate douce) utilisées dans l'alimentation de tout le personnel (les esclaves ont souvent de petits jardins), le bambou, l'acajou[52], le rotin souvent sauvage et qui résiste aux termites, font partie des récoltes annexes des plantations tropicales pour leur ameublement ordinaire avant d'être prisés par le style colonial, avec le fameux fauteuil de planteur, et l'Art Nouveau.
  • La naissance de l'industrie de la cellulose qui permet d'obtenir les premières fibres synthétiques (rayonne ou viscose) et d'autres produits dont la cellophane et la nitrocellulose. La première matière plastique, le celluloïd, est fabriqué à partir de nitrocellulose et de camphre.

Outre le coton, le bois, le chanvre et le lin, l'industrie fait appel à des plantations tropicales : la ramie (ortie de Chine), le jute (chanvre du Bengale), le kapok, les agaves (sisal, henequen), certains bananiers (abaca ou chanvre de Manille) et palmiers (raphia, cocotier, palmier de l'Équateur)[53]. Voir Liste de fibres naturelles#Fibres végétales

En France, les plantations de pins (en fait obtenues par semis) dans les Landes ont parfois été qualifiées de colonisation de l'intérieur, tant les changements économiques et sociétaux entraînés ont été radicaux (voir Forêt des Landes).

Plantations d'oléagineuxModifier

 
Destruction irréversible de l'habitat forestier due aux plantations de palmier à huile à Borneo.

Les principales productions d'huiles végétales sont dans l'ordre d'importance en 2012 : les huiles de palme, de soja, de colza, de tournesol, de palmiste, de coton, d'arachide, de coprah, d'olive[54].

Les cultures de tournesol et de colza ne sont pas considérées comme des plantations. Ce peut être le cas pour les cultures d'arachides et de soja menées souvent à la manière des plantations. L'huile de palme et l'huile de palmiste sont produites sur la même plante, Elaeis guineensis, le palmier à huile. L'huile de coton est un coproduit de la culture du coton, principal textile de plantation. l'huile de coprah est l'huile de noix de coco. Le pressage des graines d'oléagineux s'accompagne de la production d'un tourteau généralement riche en protéines complétant leur valorisation.

Le développement récent des plantations de palmier à huile, devenue la première huile consommée dans le monde, a entraîné une controverse portant sur les déforestations que cette culture entraîne[55]. Une culture intensive de palmier à huile peut fournir jusqu'à 8 tonnes d'huile/ha (en moyenne en Malaisie : 4,5 tonnes/ha[56]) contre 1,4 tonne/ha pour le colza ou le soja, ce qui explique certains termes de la controverse comme celui de la souveraineté alimentaire. Il y a cependant bien des façons de conduire des plantations tropicales mais le problème de la déforestation reste réel et se pose à peu près dans les mêmes termes que pour la culture du soja au Brésil[57] ou pour les forêts de plantation en zone équatoriale[55].

Voir chapitres ci-dessous : Perte de forêt naturelle et suivant.

Plantations fruitièresModifier

 
Plantation de châtaigners servant aussi de camping à Lozzi (Corse).
 
Publicité pour l'ananas de Hawaï montrant une plantation et ses travailleurs, 1914.


Selon Statista en 2017[58],

 
Plantation industrielle de fraisiers sous plastique. Ce système est aussi très utilisé pour le melon de plein champ.

les principales plantations fruitières sont dans l'ordre d'importance en millions de tonnes (Mt) :

  • la pastèque, 118 Mt
  • la banane, 114 Mt
     
    Plantation de bananes à Sainte-Lucie en 2006.
  • la pomme, 83 Mt
  • le raisin, 74Mt
  • l'orange, 73 Mt
  • les mangues, 51 Mt
  • la banane plantain, 39 Mt
  • les tangerines, 33 Mt
  • le melon, 28 Mt[59]
  • l'ananas, 27 Mt
  • les pêches et nectarines, 25 Mt
  • les poires, 24 Mt
  • les citrons, 17 Mt
  • la papaye, 13 Mt
  • les prunes, 12 Mt
  • les fraises, 9 Mt
  • le pamplemousse, 9Mt
  • les dattes, 8 Mt
  • l'avocat, 6 Mt.

Historiquement, les plantations fruitières tropicales ont été dominées par de très grandes sociétés comme la United Fruit Company (aujourd'hui Chiquita Brands International) qui sont devenues plus puissantes que certains états sur le territoire desquels elles opéraient (République bananière). La Dole Food Company et ses planteurs réussiront ainsi à faire annexer le royaume d'Hawaï par les États-Unis en 1898[60]. Cette position dominante permettait bien des abus, en particulier la pratique de contrats léonins d'engagisme. Ces compagnies ont de fait popularisé la consommation de fruits comme la banane ou l'ananas sur toute la planète.

Beaucoup de plantations fruitières et légumières de plein champ (tomates, melons, piments, melons, fraises…) sont aujourd'hui sous la dépendance de la disponibilité de l'eau et doivent utiliser des systèmes d'irrigation sophistiqués ainsi que des paillages, tunnels ou mini-tunnels plastiques permettant de réguler la température et la consommation de l'eau, elles peuvent être réparties, pour la même entreprise, sur des régions voire des pays de latitude différente pour échelonner l'offre commerciale et répartir les risques (voir Culture intensive du melon de plein champ). Ces cultures sont relativement économiques et souvent qualifiées par les producteurs d'extensives (par rapport aux cultures en serres) ou de raisonnées mais peuvent néanmoins attirer les critiques concernant la gestion de la main d'œuvre, de l'eau, des plastiques et des phytosanitaires[61].

Plantes à racines et tubercules amylacésModifier

Ces plantes sont cultivées par plantation au sens technique du terme mais étaient généralement considérées comme des cultures vivrières. Cependant le développement de leurs débouchés industriels (industrie de l'amidon, alcools, féculerie, alimentation animale)[62] tendent à en faire des cultures industrielles surtout dans le cas de la pomme de terre et du manioc. Elles sont alors menées dans certains pays selon les méthodes de l'économie de plantation[63]. La patate douce fait aussi aujourd'hui l'objet d'un commerce mondial de consommation en frais comme la banane. Production en millions de tonnes selon la FAO[64] :

Production mondiale des différents types de racines et tubercules à féculent (année 2019)[65].

Plantes à parfum, aromatiques, stimulantes et médicinalesModifier

 
Récolte du poivre pour un négociant européen en Inde. Livre des merveilles de Marco Polo.
 
Houblonnière à l'approche de la récolte dans le Hallertau, référence mondiale de la production houblonnière, Bavière, 2004.

En France, les cultures de plantes à parfum, aromatiques et médicinales (PPAM), concernent surtout les plantes à parfum et médicinales et sont en développement[66]. Il s'agit de cultures très variées dont beaucoup sont des ligneuses menées en plantations pluriannuelles : lavandes, sauge sclarée, fleur d'oranger ou annuelles : marjolaine. La principale production est le lavandin (hybride de lavandes) pour 16000 ha en Provence[67]. Ces cultures peuvent aujourd'hui être mécanisées notamment avec l'emploi de planteuses et de récolteuses (petites moissonneuses-lieuses adaptées par exemple).

 
Plantation de guarana devant des bananiers, Brésil, 2019. Le guarana est utilisé pour la production industrielle de caféine et d'autres alcaloïdes destinés aux sodas, boissons stimulantes et compléments énergisants.

Dans le monde, les principales épices de plantation sont le poivre, la cannelle, la girofle, la badiane chinoise[31], la vanille, le gingembre et le muscadier [68]duquel on tire la noix de muscade et le macis[69].

 
Récolte des feuilles dans une plantation de coca, Bolivie, 1867.
 
Caravane Haoussa transportant des noix de cola, région du lac Tchad vers 1895.

Les plantations de kola et de quinquina, plante médicinale ou drogue végétale, furent historiquement importantes (Histoire de l'écorce de quinquina). Dans Les Misiones, les Jésuites mirent au point la culture de yerba mate, plante caféinée, avec les Guaranis et à leur profit. L'ylang-ylang, plante à parfum, fut l'objet d'importantes plantations françaises à la Réunion puis aux Comores et à Nosy-Be (Madagascar).

 
Plantation de lotus sacré au Pendjab. Comme le riz et le taro, le lotus est souvent planté en parcelles inondables. Pakistan, 2008.

L'agriculture chinoise produit de nombreuses espèces de plantation appréciées entre autres pour leur qualité médicinale : badiane étoilée[31], taro, lotus sacré[70], gingembre[71] … ou plus simplement pour leur effet bienfaisant sur la santé (Thé en Chine). Il en est de même en Inde pour ces quatre dernières cultures.

En français, les « épices » cultivées en Europe (échalote, moutarde, ail, piment, laurier sauce) ne sont généralement pas considérées comme telles mais plutôt désignées sous le nom d'aromates[68]. Il en est de même pour les épices utilisées en pharmacie (benjoin, camphre, quinquina) [69] ou dans les rites religieux (encensetc.).

Plantations de psychotropes, réglementées et illicitesModifier

 
Culture de pavot à opium, Autriche, 2006

Les plantations de plantes psychotropes dont le tabac ainsi que les vignes à vin peuvent être, suivant les pays, interdites ou fortement réglementées pour des usages récréatifs, festifs ou médicaux. Leur culture est alors précisément codifiée. La noix de muscade est parfois considérée comme psychotrope[72].

Le développement des plantations illicites de cannabis indica, coca, khat, pavot à opium pour les plus importantes, a entraîné l'émergence d'une législation internationale concernant leur culture et la répression de leur trafic[73].

Plantations forestièresModifier

 
Evolution des forêts plantées sur trente ans
 
Plantation de peupliers destinés à la production de biomasse (Espagne)
 
Pépinière d'épicéa commun (Norvège)
 
Planteuse forestière (France)

Définitions et statistiquesModifier

Dans le MondeModifier

La FAO distingue depuis 2020 (FRA 2020 - Forest Resources Assessment - Évaluation des ressources forestières) au sein de la catégorie des « forêts plantées » (« planted forest »), deux sous-catégories : les « forêts de plantation » (« plantation forest ») gérées de manière intensive et les « autres forêts plantées » (« other planted forest ») qui ne sont pas gérées de manière intensive[74]. Les forêts plantées sont des forêts principalement composées d'arbres installés par plantation et/ou semis délibéré.

Les forêts de plantation sont des forêts plantées gérées de manière très intensive et répondant à tous les critères suivants : une (monoculture) ou deux essences de même classe d'âge (équienne) et espacées à intervalles réguliers. Les forêts de plantation sont établies pour la production exclusive de bois, de fibres, d'énergie (biomasse) et de produits forestiers non ou peu ligneux (résine, sirop d'érable, tan, liège, truffes). Les forêts de plantation sont principalement composées d'espèces introduites[75].

Ces plantations occupent en 2020 une surface de 131 millions d’hectares soit 3,2 % de la superficie forestière mondiale[76]. En 2000, alors qu’elles occupaient 5% du couvert forestier mondial, la FAO estimait que les plantations ont alors fourni 35% du bois rond mondial[77].

Les autres forêts plantées sont des forêts plantées qui ne répondent pas aux critères d'une forêt de plantation et peuvent même ressembler à des forêts naturelles à la maturité du peuplement. Les autres forêts plantées peuvent être établies à des fins telles que la restauration des écosystèmes et la protection du sol et de l'eau[75].

Les autres forêts plantées occupent en 2020 une surface de 163 millions d’hectares soit 4,0% de la superficie forestière mondiale[78].

Ainsi la « forêt plantée » mondiale occupe une surface estimée par la FAO en 2020 de 293 millions d'hectares (Mha). En trente ans, de 1990 à 2020, elle a augmenté en moyenne de 4,1 Mha/an, avec un bond entre 2000 et 2010 de 5,1 Mha/an, localisé en Asie et plus particulièrement en Chine (voir graphique ci-dessus)[78].

En FranceModifier

En France, les forêts plantées couvrent en 2016 au minimum 2,1 millions d’hectares soit 13 % de la superficie des forêts de production. Elles comprennent les peupleraies correspondant à 8 % des forêts plantées. L'inventaire forestier français distingue deux types de forêt plantée : les « plantations régulières » et les « autres plantations », pour les autres situations ; considérant que le principe de multifonctionnalité de la forêt s'applique en France, la totalité des deux types est affectée à la seule sous-catégorie « autres forêts plantées » de la FAO, soit d'après cette statistique aucune « forêt de plantation » en France[79]. La quasi-totalité des pays du continent européen appliquent le principe de multifonctionnalité et adoptent la même affectation que la France. Une plantation ratée, c'est-à-dire dont la densité est inférieure à 500 plants forestiers à l'hectare, n’est pas considérée comme une plantation[80].

Sur les 2,1 millions d'hectares de forêts plantées en France, 84% sont mono spécifiques, 80% sont résineuses, les 5 essences majeures (> 100 000 ha) sont dans l'ordre décroissant, le pin maritime, le douglas, l'épicéa commun, les peupliers et le pin laricio[80].

Comparativement aux forêts semi-naturelles, les forêts plantées française ont une production nette deux fois supérieure, et le prélèvement est proche des 2/3 au lieu d'être de moitié (voir tableau suivant)

Comparaison (source : EFESE, 2016)[81]
Caractéristiques Forêt plantée Forêt semi-naturelle
Superficie (million ha) 2,1 10,3
Production nette (m3/ha/an) 10,6 5,3
récolte (m3/ha/an) 6,9 2,7
Taux de prélèvement 65% 51%

Les forêts de plantation sensu strictoModifier

 
Plantation de pins (Pinus tæda) aux États-Unis

Des plantations forestières industrielles sont établies pour produire le plus de volume de bois, le plus rapidement possible. Les plantations sont installées par des organismes forestiers de l'État (par exemple, la Commission des forêts du Royaume-Uni en Grande-Bretagne, l’Office national des forêts en France) et les propriétaires fonciers privés. Ces derniers sont parfois des industries du papier et du bois (tels que Weyerhaeuser aux États-Unis, Asia Pulp & Paper en Indonésie). Les sapins de Noël sont également des plantations dédiées. En Asie du Sud-Est, les plantations de teck ont récemment remplacé la forêt naturelle. Elles occupent généralement de vastes territoires décomposées en grandes parcelles unitaires. Les espèces forestières peuvent être exotiques ou indigènes. Les plantes utilisées pour la plantation sont souvent génétiquement améliorées, voire modifiées, pour les caractéristiques souhaitées. Celles-ci sont la croissance en volume, la qualité telle que la rectitude de la tige, et la résistance aux ravageurs et aux maladies en général. Les ressources génétiques forestières sont à la base de l'amélioration génétique. Celle-ci passe par la sélection d'individus performants, leurs croisements puis les arbres améliorés sont installés dans des vergers à graines, afin d’obtenir le matériel végétal adéquat. La production de bois sur une plantation d'arbres est généralement supérieure à celle des forêts naturelles.

Cycle de croissanceModifier

  • Au cours de la première année, le sol est généralement préparé par la combinaison de brûlage, de pulvérisation d'herbicides et de travail du sol. La préparation du sol peut être plus profonde qu'en agriculture générale. Lorsque la situation l'exige, pour sortir les restes de dessouchage ou si le sol est compacté, on procède à un passage profond de ripper. Ensuite les jeunes arbres sont plantés manuellement ou à la machine. Les jeunes plants proviennent généralement de pépinières industrielles, qui produisent des variétés à croissance rapide éventuellement résistantes aux maladies. Ces plants sont parfois mycorhizés. Cette pratique est vue comme prometteuse (Mycorhize#Prise en compte dans la gestion des forêts et des cultures).
  • Au cours des premières années jusqu'à la fermeture de la canopée, les jeunes arbres sont entretenus par débroussaillement mécanique parfois accompagné d’apport d’herbicides et d’engrais.
  • Après la fermeture de la canopée, les cimes des arbres se touchant, la plantation devient trop serrée et la croissance des arbres est ralentie en raison de la concurrence. Lorsque la concurrence devient trop intense le peuplement subit une éclaircie. Il existe plusieurs types d'éclaircie, la plus fréquente est l'éclaircie systématique généralement avec une abatteuse. De nombreux arbres sont supprimés, laissant des espaces vides réguliers à travers la parcelle afin que les arbres restants aient de la place pour se développer à nouveau. Les arbres supprimés sont ébranchés, acheminés vers une route forestière, chargés sur des camions et envoyés à une usine. Un arbre typique de plantation au stade de l’éclaircie mesure 7 à 30 cm de diamètre à hauteur de poitrine (dhp). Ces arbres ne conviennent parfois pas au bois d’œuvre, mais sont utilisés comme « bois d’industrie » pour fabriquer la pâte à papier, les panneaux de particules (« aggloméré »), et comme copeaux pour les panneaux de grandes particules orientées (OSB).
  • Au fur et à mesure que les arbres grandissent et redeviennent trop serrés, le processus d'éclaircie se répète. Selon le taux de croissance et les espèces, les arbres à cet âge peuvent être assez gros pour la scierie ; sinon, ils sont à nouveau utilisés comme pâte, particules et copeaux.
  • Vers 10 à 60 ans, la plantation est maintenant « mature » et atteint sur sa courbe de croissance un maximum de valeur économique. Elle est donc prête pour la récolte finale. Tous les arbres sont abattus, ébranchés et transportés à l’usine pour être transformés, généralement par sciage.
    Abatteuse Komatsu 941 au travail (éclaircissage).
    Après cette coupe rase, le sol est nettoyé et le cycle peut recommencer.

Comme dans les autres cas d'exploitation forestière et d'arbres fruitiers, les déchets ultimes peuvent servir comme bois énergie (plaquettes, granulés), ou être conditionnés en bois raméal fragmenté.

Certaines espèces de plantation, tels que les pins et les eucalyptus, peuvent être à haut risque de dommages causés par le feu parce que leurs huiles et résines de leur feuillage sont inflammables.

Perte de forêt naturelleModifier

De nombreux experts forestiers affirment que l'établissement de plantations réduira ou éliminera la nécessité d'exploiter la forêt naturelle pour la production de bois. En principe, cela est vrai parce qu'en raison de la productivité élevée des plantations, moins de terres sont nécessaires. Beaucoup citent l'exemple de la Nouvelle-Zélande, où 19% de la superficie forestière fournit 99% de l'approvisionnement en bois rond industriel. On a estimé que la demande mondiale de bois pourrait être satisfaite par seulement 5% de plantations intensives de la forêt mondiale[82].

Cependant, dans la pratique, les plantations remplacent la forêt naturelle, par exemple en Indonésie. Selon la FAO, environ 7% de la forêt naturelle tropicale fermée perdue sont des terres converties en plantations. Les 93% restants de la perte sont des terres converties à l'agriculture et à d'autres utilisations. Dans le monde, environ 15% des plantations des pays tropicaux sont établies dans des forêts naturelles à couvert fermé.

Dans le protocole de Kyoto, il y a des propositions encourageant l'utilisation des plantations pour réduire les niveaux de dioxyde de carbone (bien que cette idée soit remise en question par certains groupes au motif que le CO2 séquestré est finalement libéré après la récolte).

Critiques des plantations forestièresModifier

Contrairement à une forêt naturellement régénérée, les plantations sont généralement cultivées comme des monocultures équiennes, principalement pour la production de bois.

  • Les plantations sont généralement des monocultures totales ou quasi-totales. Autrement dit, la même espèce d'arbre est plantée dans une zone donnée, alors qu'une forêt naturelle contiendrait une gamme beaucoup plus diversifiée d'espèces d'arbres et d’arbustes.
  • Les plantations peuvent inclure des espèces d'arbres qui n'existeraient pas naturellement dans la zone. Ils peuvent inclure des types non conventionnels tels que les hybrides, et des arbres génétiquement modifiés qui pourront être utilisés dans le futur. Comme l'intérêt principal des plantations est de produire du bois ou de la pâte, les types d'arbres que l'on trouve dans les plantations sont ceux qui conviennent le mieux aux applications industrielles. Par exemple, les pins, les épicéas et les eucalyptus sont largement plantés bien au-delà de leur aire de répartition naturelle en raison de leur taux de croissance rapide, de leur tolérance aux terres agricoles, riches ou dégradées et de leur potentiel à produire de grands volumes de matières premières à usage industriel.

Les plantations sont toujours de jeunes forêts en termes écologiques. En règle générale, les arbres cultivés dans les plantations sont récoltés après 10 à 60 ans, rarement jusqu'à 120 ans. Cela signifie que les forêts produites par les plantations ne contiennent pas le type de croissance, de sol ou de faune typique des forêts primaires. Le plus remarquable est l'absence de bois mort en décomposition, une composante cruciale des écosystèmes forestiers naturels.

Dans les années 70, le Brésil a commencé à établir des plantations à rendement élevé, à gestion intensive et à courte rotation. Ces types de plantations sont parfois appelés plantations à bois rapide (fast-wood plantations) ou fermes à fibre et sont souvent gérés sur une base de rotation courte, d’à peu près de 5 à 15 ans. Ils sont de plus en plus répandus en Amérique du Sud, en Asie et dans d'autres régions. Les impacts environnementaux et sociaux de ce type de plantation les ont rendus controversés. En Indonésie, par exemple, de grandes entreprises multinationales de pâte à papier ont récolté de vastes zones de forêt naturelle sans se soucier de la régénération. De 1980 à 2000, environ 50% des 1,4 million d'hectares de plantations de bois à pâte en Indonésie ont été établis sur ce qui était autrefois des terres forestières naturelles.

Le remplacement de la forêt naturelle par des plantations d'arbres a également causé des problèmes sociaux. Dans certains pays, notamment et de nouveau en Indonésie, les conversions de forêts naturelles se font sans grand souci des droits des populations locales. Les plantations établies uniquement pour la production de fibres fournissent pour les populations locales une gamme de services beaucoup plus restreinte que la forêt naturelle d'origine. L'Inde a cherché à limiter ces dommages en limitant la superficie des terres appartenant à une seule entité et, par conséquent, les petites plantations appartiennent à des agriculteurs locaux qui vendent ensuite le bois à de plus grandes entreprises. Certaines grandes organisations environnementales critiquent ces plantations à haut rendement et mènent des campagnes anti-plantation, notamment le Rainforest Action Network (en) et Greenpeace.

À l'été 2020, le botaniste Francis Hallé dénonce la confusion entretenue par certains entre « plantation » et « forêt » en déclarant « Ne prenons plus les plantations d'arbres pour des forêts »[83]. Le chercheur Hervé Jactel lui rétorque que les plantations possèdent un niveau de biodiversité à peu près équivalent aux forêts semi-naturelles[84].

Liste des noms français donnés aux plantations selon l'espèce cultivéeModifier

 
Subéraie : plantation de chêne-liège, Portugal, 1994

Voir : Noms des plantations

Les plantations dans la fictionModifier

Quelques œuvres remarquables abordant les problèmes des plantations ou suscités par l'économie de plantation :

Notes et référencesModifier

  1. Dictionnaire encyclopédique Quillet, 1946, article "Plantation"
  2. a et b Jean Delvert, « La "plantation" dans le monde tropical, un point de vue asiatique », Bulletin de l'Association géographique française,‎ (lire en ligne)
  3. Pline l'Ancien, Bibliothèque de la Pléiade, nrf, Gallimard, 2013, 2 131 p.
  4. Ibn-Al-Awam, Le livre de l'agriculture d'Ibn-al-Awam. Tome 1 / traduit de l'arabe par J.-J. Clément-Mullet,..., Paris, 1864 (traduction en français) (lire en ligne)
  5. Andrew M. Watson, Agricultural innovation in the early Islamic world : the diffusion of crops and farming techniques 700-1100, Cambridge University Press, (ISBN 978-0-521-06883-3 et 0-521-06883-5, OCLC 274793706, lire en ligne)
  6. Pline l'Ancien, L'Histoire naturelle, 18, 7, 35
  7. R. B. Cunninghame Graham, A vanished arcadia : being some account of the Jesuits in Paraguay 1607-1767, Century, (ISBN 0-7126-1887-2 et 978-0-7126-1887-8, OCLC 17264885, lire en ligne)
  8. d'après Olivier Pétré-Grenouilleau, Les Traites négrières, essai d'histoire globale, Gallimard
  9. Le plus grand port négrier du monde fut Rio de Janeiro devant Liverpool et Nantes[8]
  10. Les puissances européennes ayant organisé des systèmes de commerce triangulaire sont : le Portugal, l'Espagne, les Provinces-Unies, l'Angleterre (puis le Royaume-Uni), la France, la Suède, le Danemark, le Brandebourg (réuni à la Prusse) et le Duché de Courlande.
  11. F. R. C. Bagley 'et al.', , Brill, 1997, The last great muslims empires, p. 174.
  12. « Inde: Un rapport américain dénonce les conditions de vie des «intouchables» », sur Cath. Ch, (consulté le )
  13. Ö. Lütfi Barkan, « Le servage existait-il en Turquie ? », sur Persée, (consulté le )
  14. Mémorial de l'abolition de l'esclavage, Nantes
  15. Nicholas Tarling, The Cambridge history of Southeast Asia, Cambridge University Press, (ISBN 0-521-77864-6, 978-0-521-77864-0 et 0-521-66369-5, OCLC 43674066, lire en ligne), p. 260
  16. M. T. Narayanan, Agrarian Relations in Late Medieval Malabar (New Delhi: Northern Book Centre, 2003)
  17. Marie-Sybille de Vienne, « Premiers jalons pour une histoire économique du sultanat d’Aceh à « l’âge du commerce » (XVIe-XVIIIe siècles) », Archipel, sur Persée, (consulté le )
  18. « Note », Journal of Southeast Asian History, vol. 2, no 1,‎ , p. 119–119 (ISSN 0217-7811, DOI 10.1017/s021778110010050x, lire en ligne, consulté le )
  19. Daniel Perret, « De la forêt primaire aux plantations coloniales », Dunia Melayu se-dunia,‎ (lire en ligne)
  20. M.C. Ricklefs. A History of Modern Indonesia Since c. 1300, 2nd ed. Stanford: Stanford University Press, 1994.
  21. Rik van Welie, « Slave trading and slavery in the Dutch colonial empire: A global comparison », New West Indian Guide / Nieuwe West-Indische Gids, vol. 82, nos 1-2,‎ , p. 47–96 (ISSN 1382-2373 et 2213-4360, DOI 10.1163/13822373-90002465, lire en ligne, consulté le )
  22. (en) « Curaçao Papers », sur New Netherland Research Center (consulté le )
  23. Christophe Wargny, « Les Spartacus de Saint-Domingue », Le Monde diplomatique,‎ (lire en ligne)
  24. Michel René Hilliard d'Auberteuil, Considérations Sur L'État Présent De La Colonie Francaise De Saint-Domingue, Éditions Grangé, (lire en ligne), p. 45
  25. a et b Marc R. Matrana, Lost plantations of the South, University Press of Mississippi, (ISBN 978-1-60473-469-0, 1-60473-469-8 et 1-282-48553-9, OCLC 642205561, lire en ligne)
  26. Elizabeth Kedash, Plantation homes of the James River, University of North Carolina Press, (ISBN 0-8078-1879-8, 978-0-8078-1879-4 et 0-8078-4278-8, OCLC 20296372, lire en ligne)
  27. (en) Willem van Schendel, Embedding Agricultural Commodities: Using historical evidence, 1840s–1940s, (ISBN 9781472461865), p. 31
  28. (en) Hans Rooseboom, « The History of Coffee in Indonesia », Indonesia expat,‎ (lire en ligne)
  29. M.K. Gandhi, Autobiographie ou mes expériences de vérité
  30. (en) David Hardiman, « Champaran and Gandhi: Planters, Peasants and Gandhian Politics. By Jacques Pouchepadass. pp. xxii, 277. Oxford, New Delhi, Oxford University Press, 1999. », Journal of the Royal Asiatic Society of Great Britain & Ireland, vol. 11, no 1,‎ , p. 99–101 (ISSN 0035-869X et 2051-2066, DOI 10.1017/S1356186301450152, lire en ligne, consulté le )
  31. a b et c CYRIL HOFSTEIN, « ITINÉRAIRE D'UN REMÈDE À USAGE PLANÉTAIRE », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  32. Philippe Petithuguenin, Jacques, ... géographe Richard et Impr. Laballery), Les champs du cacao : un défi de compétitivité Afrique-Asie, Karthala, (ISBN 2-84586-022-6, 978-2-84586-022-3 et 2-87614-378-X, OCLC 468146131, lire en ligne), p. 137
  33. Denise Douzant-Rosenfeld et Pernette Grandjean, « Planteurs et plantations: Le système de l'exploitation caféière en Amérique latine », Études rurales, no 180,‎ , p. 69–84 (ISSN 0014-2182 et 1777-537X, DOI 10.4000/etudesrurales.8516, lire en ligne, consulté le )
  34. Stéphanie Barral et François Ruf, « Plantations industrielles ou familiales ? Regards croisés sur la production d'huile de palme et de cacao en Indonésie et au Ghana: », Autrepart, vol. N° 62, no 3,‎ , p. 75–93 (ISSN 1278-3986, DOI 10.3917/autr.062.0075, lire en ligne, consulté le )
  35. « Côte d'Ivoire : le prix du cacao payé aux planteurs revu en forte baisse », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  36. Geneviève Chatelain, « Les impacts du commerce équitable sur les communautés productrices du Sud », sur Équiterre, (consulté le )
  37. Nyagoy Nyong'o, « 2020-2021 Annual Report », sur Fairtrade International, (consulté le )
  38. Ghillean T. Prance et Mark Nesbitt, The cultural history of plants, Routledge, (ISBN 0-203-02090-1, 978-0-203-02090-6 et 978-0-415-92746-8, OCLC 57480711, lire en ligne)
  39. Paul Lovejoy, chap.5 Kola nuts , dans Jordan Goodman, Andrew Sherratt, Paul E. Lovejoy, Consuming habits: drugs in History and Anthropology, Routledge, 2014
  40. La Vereenigde Oost-Indische Compagnie (Voc) est aujourd'hui réputée avoir été la première des multinationales capitalistes.
  41. A S Shngreiyo, « The Beginning of Dutch and English Conflict in Banda and Moluccas in the Early Seventeenth Century », IRA-International Journal of Management & Social Sciences (ISSN 2455-2267), vol. 8, no 2,‎ , p. 162 (ISSN 2455-2267, DOI 10.21013/jmss.v8.n2.p4, lire en ligne, consulté le )
  42. Frédéric Durand, « Trois siècles dans l'île du teck. Les politiques forestières aux Indes néerlandaises (1602-1942) », Publications de la Société française d'histoire des outre-mers,‎ , p. 13/251-305 (lire en ligne)
  43. Étienne Ledoux, L'Amérique Septentrionale et Méridionale: ou Description de cette grande partie du monde
  44. « About Firestone Natural Rubber Company », sur Firestone Natural Rubber Company (consulté le )
  45. Xavier de, ... Castro, Le voyage des plantes & les Grandes Découvertes (XVe-XVIIe siècles, Chandeigne, dl 2015 (ISBN 978-2-36732-116-5 et 2-36732-116-7, OCLC 922814657, lire en ligne)
  46. « Tucacas », sur Jewish virtual library, (consulté le )
  47. Colonie de boucaniers non reconnue par la Couronne de France.
  48. Louis Grivetti et Howard-Yana Shapiro, Chocolate : history, culture, and heritage, Wiley, (ISBN 978-0-470-12165-8, 0-470-12165-3 et 978-0-470-41131-5, OCLC 230180369, lire en ligne)
  49. Booms et crises du cacao : les vertiges de l'or brun, par François Ruf
  50. (en) M. K. V. Carr, Advances in irrigation Agronomy : Plantation Crops , Cambridge University Press, 2012, p. 53
  51. « L’histoire du thé, boisson millénaire », sur Fauchon Paris (consulté le )
  52. Jacqueline Viaux-Locquin, Les bois d'ebenisterie dans le mobilier francais, Paris (1997), pp. 2-10.
  53. Brigitte Vian et Catherine Bajon, Le monde des fibres, Belin, dl 2006 (ISBN 2-7011-3156-1 et 978-2-7011-3156-6, OCLC 421640276, lire en ligne)
  54. « Oléagineux : production d’huiles », universalis.fr,‎ (lire en ligne)
  55. a et b Alain Rival, « Huile de palme : sortir de la controverse », sur Cirad, (consulté le )
  56. (en) « Malaysian Palm Oil Industry », sur MPOB (site gouvernemental) (consulté le )
  57. Clothilde Tronquet, « Comprendre les processus de déforestation au Brésil pour éviter le point de non-retour », sur I4CE, (consulté le )
  58. « Volume de la production de fruits dans le monde en 2017 », sur Statista, (consulté le )
  59. « Production mondiale de melons », sur Planetoscope (consulté le )
  60. Russ, William Adam, 1903-, The Hawaiian Revolution (1893-94), Susquehanna University Press, (ISBN 0-945636-43-1, 978-0-945636-43-4 et 0-945636-53-9, OCLC 24846595, lire en ligne)
  61. « Almeria : la face cachée du potager de l’Europe », sur We Demain, (consulté le )
  62. Jérôme Bindelle, « Utilisation des plantes à tubercules ou à racines tubéreuses en alimentation animale », Troupeaux et Cultures des Tropiques (Université de Liège),‎ (lire en ligne)
  63. « PLANTES-RACINES TROPICALES: CULTURE ET EMPLOIS EN AFRIQUE », sur Centre de recherches pour le développement international, (consulté le )
  64. Graphe tiré de l'article Taro
  65. « FAOSTAT - Cultures et produits animaux », sur FAOSTAT, Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (consulté le ).
  66. « La filière PPAM », sur Itepmai (consulté le )
  67. « Les plantes médicinales et l'herboristerie : à la croisée de savoirs ancestraux et d'enjeux d'avenir », sur Sénat (consulté le )
  68. a et b Nadine Garcia-Bastida, « La production mondiale d’épices », Jardins de France,‎ (lire en ligne)
  69. a et b François Gallouin, Epices, aromates et condiments, Belin, (ISBN 2-7011-3063-8 et 978-2-7011-3063-7, OCLC 402195207, lire en ligne)
  70. (en) Pulok K Mukherjee, Debajyoti Mukherjee, Amal K Maji et S Rai, « The sacred lotus (Nelumbo nucifera) – phytochemical and therapeutic profile », Journal of Pharmacy and Pharmacology, vol. 61, no 4,‎ , p. 407–422 (ISSN 0022-3573 et 2042-7158, DOI 10.1211/jpp.61.04.0001, lire en ligne, consulté le )
  71. Ghillean T. Prance et Mark Nesbitt, The cultural history of plants, Routledge, (ISBN 0-203-02090-1, 978-0-203-02090-6 et 978-0-415-92746-8, OCLC 57480711, lire en ligne)
  72. (en) Jamie E. Ehrenpreis, Carol DesLauriers, Patrick Lank et P. Keelan Armstrong, « Nutmeg Poisonings: A Retrospective Review of 10 Years Experience from the Illinois Poison Center, 2001–2011 », Journal of Medical Toxicology, vol. 10, no 2,‎ , p. 148–151 (ISSN 1556-9039 et 1937-6995, PMID 24452991, PMCID PMC4057546, DOI 10.1007/s13181-013-0379-7, lire en ligne, consulté le )
  73. « Programme des Nations Unies pour le Contrôle International des Drogues », sur Nations-Unies, (consulté le )
  74. « Termes et définitions (p. 6/27) », sur fao.org, (consulté le )
  75. a et b (en) « Global Forest Resources Assessment 2020 (p. 27/184) », sur fao.org, (consulté le )
  76. « Évaluation des ressources forestières mondiales 2020 - Principaux résultats », (plantations - p. 5/14), sur fao.org, (consulté le )
  77. « Chapitre 3 - Plantations forestières - (p. 23-38) », sur fao.org, (consulté le )
  78. a et b (en) « Global Forest Resources Assessment 2020 (184 p.) », sur fao.org, (consulté le )
  79. « Evaluation des ressources forestière mondiales 2020, rapport France (p. 13/86) », sur fao.org, (consulté le )
  80. a et b « La forêt plantée en France : état des lieux (16 p.) », sur inventaire-forestier.ign.fr, (consulté le )
  81. « Rapport sur les écosystèmes forestiers », sur vie-publique.fr, (consulté le )
  82. (en) Roger A. Sedjo & Daniel Botkin, « Using forest plantations to spare natural forests », Environment : Science and Policy for Sustainable Development, vol. 39, no 10,‎ , p. 14-30 (lire en ligne)
  83. « Ne prenons plus les plantations d’arbres pour des forêts », sur lemonde.fr, (consulté le )
  84. Hervé Jactel, « Les forêts de plantations possèdent la plupart des attributs des forêts dites naturelles », sur lemonde.fr, (consulté le )

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier