Mélanésiens

Mélanésie de habitants prédominant

Les Mélanésiens et les Mélanésiennes sont les habitants autochtones de la Mélanésie. Ils sont majoritaires en Mélanésie et sont situés dans une vaste zone allant de la Nouvelle-Guinée jusqu'aux îles de Vanuatu et Fidji.

« Peuples d’Océanie » dans l’encyclopédie allemande Meyers Konversations-Lexikon (1885-1890).
Répartition des mélanésiens selon Meyers Konversations-Lexikon.

LangueModifier

La plupart des Mélanésiens parlent une des nombreuses langues de la famille des langues austronésiennes, en particulier celles de la branche des langues océaniennes, soit l'une des nombreuses familles non apparentées des langues papoues. D'autres langues sont également parlés, dont plusieurs créoles de la région, tels que le Tok pisin, le Hiri motu, le Pijin, le Bichelamar et le Malais papou[1].

ReligionModifier

Une enquête de 2011 a révélé qu'environ 92,1% des Mélanésiens sont chrétiens[2].

Origine et génétiqueModifier

Les habitants originels du groupe d'îles appelé aujourd'hui la Mélanésie étaient probablement les ancêtres du peuple papou d'aujourd'hui. Ils seraient arrivés d'Asie du Sud-Est et ils semblent avoir occupé ces îles aussi loin à l'est que les îles principales des Îles Salomon, y compris Makira et peut-être les plus petites îles plus à l'est[1].

Le long de la côte nord de la Nouvelle-Guinée et dans les îles au nord et à l'est de la Nouvelle-Guinée, le peuple austronésien, qui est arrivé dans la région il y a plus de 3 000 ans[3], est entré en contact avec des populations préexistantes parlant les langues papoues. À la fin du XXe siècle, certains chercheurs ont théorisé une longue période d'interaction entre ces peuples, qui aurait entraîné de nombreux changements complexes dans la génétique, les langues et la culture parmi ceux-ci[4]. Les populations mélanésiennes indigènes sont souvent classées en deux groupes principaux en fonction des différences de langue, de culture ou d'ascendance génétique : les groupes de langue papoue et de langue austronésienne[5],[6].

 
Un guerrier montagnard fidjien, photographie de Francis Herbert Dufty, 1870.

Il a été proposé que, de cette région, un très petit groupe de personnes (parlant une langue austronésienne) aurait migré vers l'est pour devenir les ancêtres du peuple polynésien[7]. Cette théorie polynésienne a été invalidée par une étude de 2008, basée sur l'analyse du génome et l'évaluation de plus de 800 marqueurs génétiques parmi une grande variété d'individus des peuples du Pacifique. L'étude a révélé que ni les Polynésiens ni les Micronésiens n'avaient beaucoup de relations génétiques avec les Mélanésiens. Les deux groupes sont fortement liés génétiquement aux Asiatiques de l'Est, en particulier aux aborigènes taïwanais[3]. Il est apparu que, après avoir développé leurs pirogues à voile, les ancêtres des Polynésiens ont migré d'Asie de l'Est, se sont rapidement déplacés dans la région mélanésienne et se sont dirigés vers les régions orientales, où ils se sont installés. Ils ont laissé peu de preuves génétiques en Mélanésie et ne se sont mélangés que très modestement avec les populations indigènes[5]. L'étude a révélé une faible signature génétique austronésienne (inférieure à 20%) dans moins de la moitié des groupes mélanésiens parlant des langues austronésiennes, et une absence complète de traces dans les groupes de langue papoue[5].

L'étude a révélé un taux élevé de différenciation génétique et de diversité parmi les groupes vivant dans les îles mélanésiennes, les peuples se distinguant non seulement entre les îles, mais aussi par les langues, la topographie et la taille des îles. Cette diversité s'est développée au cours des dizaines de milliers d'années après la colonisation initiale, ainsi qu'après l'arrivée plus récente des ancêtres polynésiens sur les îles. Les groupes de langue papoue en particulier se sont révélés être les plus différenciés, tandis que les groupes de langue austronésienne le long des côtes étaient plus mélangés[3],[5].

Des analyses ultérieures plus approfondies de l'ADN ont donné de nouvelles informations, notamment en raison de la découverte de nouvelles espèces humaines depuis la fin du XXe siècle. Sur la base d'études génétiques de l'homme de Denisova, une espèce humaine ancienne découverte en 2010, Svante Pääbo a pu montrer que les mélanésiens présentaient des traces d'hybridations avec ces humains archaïques. Il a notamment découvert que les Néo-Guinéens partageaient 4 à 6% de leur génome avec les Denisoviens[8].

 
Lamaholots de l'île de Florès, en Indonésie. Bon nombre des populations mongoloïdes australes actuelles d'Indonésie, des Philippines et de Malaisie (y compris Singapour) possèdent également un haut niveau de patrimoine génétique australo-mélanésien[9].

Cheveux blonds en MélanésieModifier

Les cheveux blonds sont rares dans les populations indigènes en dehors de l'Europe, de l'Asie centrale et de l'Afrique du Nord. Les cheveux blonds sont apparus indépendamment en Mélanésie[10] où les Mélanésiens de certaines îles (ainsi que certains Australiens indigènes) sont l'un des rares groupes de personnes non caucasiennes qui ont les cheveux blonds. Ce trait a été attribué à un allèle de TYRP1 unique à ces personnes, qui n'est pas le même gène qui cause les cheveux blonds chez les Caucasiens[11]. Comme pour les cheveux blonds apparus en Europe et dans certaines régions d'Asie, l'incidence de la blondeur est plus fréquente chez les enfants que chez les adultes, les cheveux ayant tendance à s'assombrir à mesure que l'individu grandit.

Voir aussiModifier

RéférencesModifier

  1. a et b Dunn, Michael, Angela Terrill, Ger Reesink, Robert A. Foley, Stephen C. Levinson, « Structural Phylogenetics and the Reconstruction of Ancient Language History », Science, vol. 309, no 5743,‎ , p. 2072–2075 (PMID 16179483, DOI 10.1126/science.1114615, Bibcode 2005Sci...309.2072D)
  2. Christianity in its Global Context, 1970–2020 Society, Religion, and Mission, Center for the Study of Global Christianity
  3. a b et c "Genome Scans Show Polynesians Have Little Genetic Relationship to Melanesians", Press Release, Temple University, 17 January 2008, accessed 19 July 2015
  4. Spriggs, Matthew, The Island Melanesians, Blackwell, , 320 p. (ISBN 978-0-631-16727-3)
  5. a b c et d Friedlaender, Friedlaender FR, Reed FA et Kidd KK, « The Genetic Structure of Pacific Islanders », PLoS Genetics, vol. 4, no 3,‎ , e19 (PMID 18208337, PMCID 2211537, DOI 10.1371/journal.pgen.0040019)
  6. Jinam, Phipps, Aghakhanian et Majumder, « Discerning the Origins of the Negritos, First Sundaland People: Deep Divergence and Archaic Admixture », Genome Biology and Evolution, vol. 9, no 8,‎ , p. 2013–2022 (PMID 28854687, PMCID 5597900, DOI 10.1093/gbe/evx118)
  7. Kayser, Manfred, Silke Brauer, Gunter Weiss, Peter A. Underhill, Lutz Rower, Wulf Schiefenhövel and Mark Stoneking, « The Melanesian Origin of Polynesian Y chromosomes », Current Biology, vol. 10, no 20,‎ , p. 1237–1246 (PMID 11069104, DOI 10.1016/S0960-9822(00)00734-X)
  8. Carl Zimmer, « Denisovans Were Neanderthals' Cousins, DNA Analysis Reveals », NYTimes.com,‎
  9. Peter Bellwood, Prehistory of the Indo-Malaysian Archipelago, Australian National University, , 92 p. (ISBN 978-1-921313-11-0, lire en ligne)
  10. Sindya N. Bhanoo, « Another Genetic Quirk of the Solomon Islands: Blond Hair », The New York Times,‎
  11. Kenny, Eimear E. et Timpson, Nicholas J., « Melanesian Blond Hair Is Caused by an Amino Acid Change in TYRP1 », Science, vol. 336, no 6081,‎ , p. 554 (PMID 22556244, PMCID 3481182, DOI 10.1126/science.1217849, Bibcode 2012Sci...336..554K)