Camphrier

Plante de la famille des Lauraceae

Cinnamomum camphora

Camphrier, arbre à camphre, Bois de Shiu ou Laurier de Chine sont les divers noms du Cinnamomum camphora (L.) J. Presl, 1825), une espèce d'arbres de la famille du laurier (Lauraceae) dont on extrait le camphre par distillation de son bois, le Bois de Hô et le Ravintsara selon le chémotype de l'arbre[1].

DescriptionModifier

 
Fruit.

C'est un arbre de taille moyenne, de 15 à 25 m de haut, à feuilles alternes, entières, coriaces et persistantes, pouvant présenter des domaties. De forme générale ovale, elles sont longues de 10 cm environ et dégagent une forte odeur de camphre au froissement. Portées par un pédoncule vert épais, les fruits sont des drupes charnues sphériques, bleues sombre à noires à maturité.

Aire de répartitionModifier

Son aire d'origine se situe en Chine, à Taïwan et au Japon. Il s'est naturalisé dans les autres continents et se comporte parfois comme une espèce envahissante.

UtilisationModifier

 
Un camphrier au Tampon (île de La Réunion), sur un terrain classé par la commune pour le protéger ; il est couvert de roses des bois (Merremia tuberosa).

Décoratif par son feuillage toujours vert, il est souvent planté dans les rues comme arbre d'alignement dans les pays chauds.

Le bois du camphrier, dont l'odeur particulière persiste pendant plusieurs années, bénéficie de vertus insectifuges qui éloignent les mites. Pour cette raison, il fut longtemps utilisé par les malletiers pour la fabrication de malles destinées à transporter les fourrures[2].

Usage thérapeutiqueModifier

Selon le chémotype des camphriers, des substances actives différentes sont tirées de cet arbre.

RavintsaraModifier

L'huile essentielle extraite des feuilles des camphriers acclimatés à Madagascar, à chémotype à 1,8-cinéole, est le Ravintsara. Elle est considérée en aromathérapie comme un antiviral majeur et comme un excellent immunostimulant et antidépresseur[3], à ne pas confondre avec l'huile de Ravensara aromatica[4].

Ses oxydes terpéniques, par leurs propriétés décongestionnantes et mucolytiques, permettent également de soigner les infections respiratoires en stimulant les glandes à mucine[5]. Son 1-8 cinéole, inhibant les médiateurs de l’inflammation, soigne les problèmes cutanés (herpès, zonas)[6].

Elle est utilisée pour l’élaboration du célèbre « Baume du tigre ».

Selon sa teneur en camphre, cette huile essentielle peut être neurotoxique en ingestion à forte dose[7]. Certains de ses composés comme le limonène et le linalol présentent un risque allergique.

Bois de HôModifier

L'huile essentielle de Bois de Hô vient de la distillation du bois de Laurier de Chine, le camphrier originaire de Chine avec un chémotype à linalol. Sa composition très proche de celle du Bois de Rose, avec des propriétés similaires, cosmétiques et anti-infectieuses pour la peau. Son succès vient de ce que le Bois de Rose est menacé d'extinction[8].

CamphreModifier

Le camphrier qui pousse vers le Viêt Nam présente un chémotype à camphre.

Dans la culture japonaiseModifier

 
Le plus grand camphrier du Japon, dans la préfecture de Kagoshima.

Très populaire au Japon, le camphrier est l'arbre emblématique de la ville de Hiroshima, le premier avec le Ginkgo biloba, à avoir repris après le bombardement atomique.

Le campus principal de l'Université de Kyoto, surplombé par la tour de l'horloge, arbore un large camphrier qui est aussi l'emblème de cette institution[9].

Le camphrier joue un rôle central dans le dessin animé d'Hayao Miyazaki Mon voisin Totoro (1988).

La gare de Kayashima a été construite autour d'un camphrier pour éviter de l’abattre[10].

Notes et référencesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :