Ouvrir le menu principal

Citronnier

arbre du citron

Noms communsModifier

Citronnier, limonier. En allemand : Zitronenbaum, en anglais : lemon (qui est également le nom du fruit), ou lemon tree, en espagnol : limonero, en italien : limone (nom de l'arbre ou du fruit).

HistoriqueModifier

L'origine du citronnier est longtemps restée inconnue, notamment en raison de son polymorphisme et de sa diversité inter-variétale. Les chercheurs situaient son ancêtre sauvage dans la région d'Assam, la région indo-birmane ou en Chine[1]. Des études phylogénétiques en 2000 montrent qu'il est né en Méditerranée et est issu d'un hybride entre le bigaradier (l'oranger amer) et le cédratier vers le Ve millénaire av. J.-C.[2].

Le citronnier servait à l'origine de plante ornementale dans les jardins de plaisance au Moyen Âge, notamment les jardins islamiques[3]. Le citron est progressivement introduit dans l'alimentation médiévale où il est utilisé comme fonds acides destinés essentiellement aux aménagements de légumes crus ou d'assaisonnement de toute nourriture au même titre que le verjus, le vinaigre ou le jus d'orange. Il est cependant probable qu'il ait servi de technique de conservation de la viande par l'acide depuis l'Antiquité[4].

DescriptionModifier

C'est un arbre à feuilles persistantes, oblongues et lancéolées, à limbe nettement articulé avec le pétiole habituellement non ailé. Il peut vivre entre 50 et 80 ans. Ses fleurs ont des pétales blanc violacé, ses axillaires sont réunies en petits groupes.

Adulte, il atteint une hauteur de 3 à 5 mètres[5].

Les fruits sont oblongs, pointus de 8 à 12 cm de long, de couleur d'abord verte virant au jaune citron à maturité, à pulpe acide et à écorce épaisse contenant une essence à odeur forte. Ils contiennent quelques graines à cotylédons blancs.

CultureModifier

Sol et expositionModifier

Originaire de régions tropicales (contreforts de l'Himalaya) où la pluviométrie atteint 1 000 à 2 000 mm/an, les citronniers aiment un sol toujours frais mais bien drainé. Leurs racines sont pour la plupart superficielles, et ils n'apprécient pas la présence d'herbes ou d'autres plantes qui leur font concurrence. Ils affectionnent les sols légèrement acides, ou neutres. Certains porte-greffes tolèrent les sols calcaires. Leur gourmandise en eau peut accélérer le lessivage des sols : il faut alors fertiliser.

Les citronniers affectionnent particulièrement le plein soleil. Ils ne craignent pas d'être exposés plein sud même par forte canicule. En revanche ils redoutent alors le vent qui pourrait les dessécher.

RusticitéModifier

On présente généralement le citronnier comme résistant à des températures d'environ −5 °C. Plus précisément, les effets du froid sur les citronniers sont les suivants (les températures sont données à titre indicatif, et peuvent varier de quelques degrés suivant la nature du sol, le vent, l'humidité, le porte greffe...).

  • Jusqu'à −3 °C, la plante arrête simplement sa croissance et entre en repos végétatif ; ce repos est généralement favorable et permet une meilleure coloration des fruits, une plus grande concentration en sucres, ainsi qu'une meilleure reprise de la végétation au printemps. En revanche, le froid est néfaste s'il dure trop, c'est la raison pour laquelle il est difficile d'acclimater les citronniers sur les côtes bretonnes où les températures hivernales restent pourtant clémentes.
  • Entre −4 °C et −6 °C, les jeunes pousses se flétrissent. Elles reprennent leur vigueur quand la température remonte, en quelques heures ou quelques jours, suivant la sévérité des gelées (plus la température est basse, et plus le flétrissement est durable).
  • En dessous de −7 °C, les jeunes pousses se flétrissent puis après quelques semaines prennent un aspect desséché, puis meurent.
  • Entre −8 °C et −10 °C : quelques semaines après le gel, les feuilles adultes se recroquevillent et se dessèchent en même temps que les jeunes pousses. La reprise se fait sur du bois d'autant plus vieux que le gel a été sévère. Elle a lieu généralement à partir du printemps suivant mais il peut s'écouler plus d'un an avant qu'elle n'ait lieu.
  • En dessous de −11 °C : toutes les parties aériennes de la plante sont atteintes et la plante meurt généralement ; la reprise peut éventuellement se faire au niveau du sol, sur le tronc.


Technique de Semis

Pour effectuer un semis de citronnier ou la majorité des agrumes, il faut premièrement vous procurer des graines provenant d’un fruit biologique de préférence, car les pesticides affaiblissent la capacité de germination. Ensuite, vous pouvez facultativement éplucher la graine en enlevant son enveloppe protectrice pour faciliter l'absorption d’eau de la graine, car il faut savoir que ce qu’une semence a besoin pour germer, c’est l’eau. Ensuite, tapissez un contenant d’une matière capable d’imbiber l’eau, comme du coton, des mouchoirs, etc. Finalement, déposer vos graines sur la matière humide (la matière ne doit jamais être sèche et rester propre). Enfin, en moins d’un mois, des racines apparaîtrons et vous pourrez les planter.

Le citronnier en FranceModifier

En France, la culture du citronnier est localisée dans la région de Menton et en Corse.

 
Citronnier d'Ota (Corse).

UtilisationModifier

  • Le fruit du citronnier est le citron qui a divers usages alimentaires, essentiellement en tant qu'agrément, en jus ou pour son arôme très prononcé. La plupart des variétés produisent des fruits toute l'année.
  • Le bois de citronnier est utilisé en ébénisterie.

EntretienModifier

TailleModifier

  • Plant d'allure fragile : cinq tailles après chaque récolte de mai à septembre : les tiges sont coupées pour n’avoir que 20 cm de longueur.
  • Plant vigoureux : une taille annuelle en fin d'hiver sur les branches qui ne sont pas orientées correctement et aération des zones se trouvant dans la partie interne de l’arbre[6].

Observation de l'état du citronnierModifier

Les feuilles du citronnier donnent les renseignements[7] :

  1. Feuilles pointant vers le haut en été : insuffisance en eau.
  2. Feuilles orientées vers le bas en été : excès en eau.
  3. Feuilles noircies en hiver : coup de froid.
  4. Feuilles qui pâlissent : manque d’engrais. Prévoir un apport d'engrais riche en potassium.

FertilisationModifier

On trouve dans le commerce des engrais pour les agrumes ; mais n'importe lequel riche en azote et potassium (ratios NPK de type 2-1-2) ainsi qu'en magnésium fera l'affaire[8]. Une eau d'arrosage trop chlorée ou salée suscitera des désordres[9]. On veillera à apporter de l'engrais régulièrement soit au moins une fois par trimestre, voire une fois par mois pendant les mois de forte croissance. Un citronnier bien engraissé supportera mieux une légère exposition au froid qu'un autre en carence.

Ennemis du citronnierModifier

En culture, le citronnier est très sensible à une maladie cryptogamique, le mal secco, particulièrement dans les régions à hiver froid. La seule parade efficace consiste à choisir une variété résistante.

Le citronnier apprécie la mycorhization. Il faut donc préférer l'achat pour culture en pot de plants mycorhizés ou le faire au rempotage.

Les cochenilles et araignées rouges apprécient les atmosphères chaudes et sèches que l'on rencontre en hiver dans les appartements chauffés. On peut préventivement humecter le feuillage en y vaporisant plusieurs fois par semaine de l'eau non calcaire et non javellisée.

Une attaque d'acariens des bourgeons (invisibles à l’œil nu) Aceria sheldoni Ewing déformera les fruits.

Maladies et ravageursModifier

 
Cochenille sur un citronnier, et son ovisac crénelé

RavageursModifier

Article détaillé : Ravageurs des agrumes.

MaladiesModifier

Article détaillé : Maladies des agrumes.

Notes et référencesModifier

  1. (en) Julia F. Morton, Lemon in Fruits of Warm Climates, Purdue University, , p. 160–168
  2. (en) Franck Curk, Frédérique Ollitrault, Andres Garcia-Lor, François Luro, Luis Navarro, Patrick Ollitraul, « Phylogenetic origin of limes and lemons revealed by cytoplasmic and nuclear markers », Annals of Botany, vol. 117, no 4,‎ , p. 565-583 (DOI 10.1093/aob/mcw005).
  3. Marie-Françoise Valéry, Alain Le Toquin, Jardins du Moyen Age, Dexia, , p. 15
  4. Joëlle Bahloul, Le culte de la table dressée, A.-M. Métailié, , p. 131
  5. « Citronnier : plantation, taille et conseils d’entretien », sur Jardiner-Malin (consulté le 28 août 2019)
  6. Citronnier : un fruitier de toute beauté - Jardiner Malin
  7. Informations utiles pour la plantation et l’entretien du citronnier - Bricoleurs.tv
  8. Response of Young Citrus Trees to NPK Fertilization Under Greenhouse and Field Conditions - Agricultural Journal Year: 2011 | Volume: 6 | Issue: 3 | Page No.: 66-73 DOI: 10.3923/aj.2011.66.73
  9. Citrus nutrition - NSW Government
  10. a b c d et e Bigaradier, Citronnier, Mandarinier, Oranger, Pamplemoussier, Clémentinier - AuJardin.info
  11. Citronnier des 4 saisons : tout savoir - Jardiner Malin

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Références taxinomiquesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :