Ouvrir le menu principal
Une décapeuse (ou scrapper). Voir la taille d'un homme par rapport à l'engin.
Dans des conditions difficiles, un bulldozer poussant une décapeuse en train de charger sa benne.

La décapeuse est un engin de travaux publics. La décapeuse appelée aussi scraper ou motor-scraper et de catégorie CACES 8, est généralement utilisée pour l'arasement des sols. Cet engin possède une benne avec tiroir éjecteur pouvant se surbaisser et qui, par l'effet du déplacement de la machine, permet d'extraire les matériaux. Ceux-ci seront ensuite transportés sur le lieu de déchargement pour finalement y être répandus en couches.

DescriptionModifier

Il existe différents types de scrapers : les scrapers à poussée hydraulique, les scrapers à culbute, les scrapers pour vignes et vergers, etc.

Ces engins ne sont généralement pas autonomes pour décaper, et sont poussés (un tampon se trouve à l'arrière) par un bulldozer équipé d'une lame spéciale dite « pousse ». Ce type de scraper dit « poussé » est le plus répandu. Ils permettent des cadences élevées, supérieures à celles permises par des pelles mécaniques chargeant des tombereaux, mais ne peuvent servir qu'aux décaissements en grande masse, et pas à des terrassements de faible importance. L'emploi d'un échelon de scrapers (plusieurs machines faisant des rotations) se justifie ainsi sur les grands chantiers, à condition que la distance à parcourir entre l'emprunt et le dépôt de matériau soit faible, car la vitesse de pointe de ces machines est modeste ; il est nécessaire en outre que les opérations n'imposent pas de quitter l'enceinte du chantier car une décapeuse ne peut pas circuler sur la voie publique en raison de son gabarit.

L'engin peut aussi être autonome, du type « automoteur ». Par le biais d'une chaîne élévatrice, il se charge et se décharge par ses propres moyens.

Il existe enfin un type assez peu courant appelé « bimoteur », car équipé de deux moteurs, un à l'avant et l'autre à l'arrière, qui peut ainsi se passer d'un bulldozer pour travailler. Une variante de ces scrapers bimoteurs est dite « push-pull » : munis d'un étrier amovible à l'avant et d'un crochet à l'arrière, ils peuvent être couplés durant la prise de matériaux qui se fait successivement par l'un puis par l'autre. C'est parce que la puissance d'un seul ne suffirait pas toujours pour cela. Après le chargement, les deux véhicules se dirigent séparément vers le lieu de déchargement puis se réunissent pour la prochaine prise de terre.

Les premiers engins de cette famille, comme la plupart des autres engins, étaient équipés de systèmes de manœuvre à câbles. De nombreux accidents graves ont eu lieu par rupture de câbles. De nos jours, l'hydraulique a réduit considérablement les risques.

Ces engins étant originaires des États-Unis, le nom américain de scraper ou motor-scraper a été repris universellement. Le Québec (Office québécois de la langue française) a retenu l'appellation de « décapeuse » ; la commission française de terminologie n'a pas tranché, certains préférant la francisation de scraper en « scrapeur ». Sur les chantiers en France, ces engins sont fréquemment désignés par l'abréviation scrap.

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier