Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Raphia (homonymie).
Raphia taedigera - Muséum de Toulouse

Raphia (les raphias, mot d'origine malgache attesté en 1652[1]) est un genre de palmiers de la famille des Arecaceae que l'on rencontre dans les milieux marécageux et le long des fleuves. Plante monocarpique ou hapaxanthe (la tige meurt après la fructification mais les racines restent vivantes, émettant de nouveaux rejets), l'espèce Raphia farinifera originaire de Madagascar donne une fibre provenant de ses feuilles qui, par extension, porte le nom de raphia. Les feuilles de Raphia regalis peuvent atteindre 25 m sur 4 m, ce qui en fait les feuilles les plus longues du règne végétal[2].

Liste des espècesModifier

Selon Catalogue of Life (7 mai 2017)[3] :

Selon Kew Garden World Checklist (7 mai 2017)[4] :

Propriétés et utilisations de la fibreModifier

 
Extraction de vin de raphia dans la forêt de Lokoli, au sud du Bénin.

Le raphia est une fibre textile très solide, utilisée pour fabriquer des cordages, des liens et du tissu d'ameublement. À Madagascar, les fibres de ses feuilles et folioles servent par exemple à confectionner le jabo-landy ou la rabane. La ficelle de raphia est utilisable pour tenir le greffon sur un arbre.

L'art du tissage des étoffes en raphia (étoffes Kongo) était emblématique de la royauté et de la noblesse au Kongo et au Loango. On distingue les couvre-chefs Mpu, le Kinzemba, tunique cérémonielle, ou des paniers présentoirs [5].

Au Togo, il sert pour la fabrication des échasses : la nervure de la feuille sert à faire le montant de l'échasse elle-même (entre deux et cinq mètres), les fibres tressées servant à faire la corde qui sert à entourer la jambe contre l'échasse.

En Afrique, son suc fournit une liqueur semblable au vin de palme mais plus colorée et plus forte, le vin de Bourdon[6].

Historiquement, le raphia a été utilisé lors de la Première Guerre mondiale pour des opérations de camouflage[7].

Galerie pour la fibreModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et référencesModifier

  1. raphia.
  2. Francis Hallé, The longest leaf in palms ?, Principes 21: 18.
  3. Catalogue of Life, consulté le 7 mai 2017
  4. Kew Garden « World Checklist », consulté le 7 mai 2017
  5. (en) Vanessa Drake Moraga, Weaving abstraction : Kuba textiles and the woven art of Central Africa, Washington, D.C.:, Textile Museum, (ISBN 9780874050363)
  6. Joseph Roques, Nouveau traité des plantes usuelles : spécialement appliqué à la médecine domestique, et au régime alimentaire de l'homme sain ou malade, P. Dufart, (lire en ligne), p. 167.
  7. Marie-Aude Bonniel, « L'art au service de la Guerre : souvenirs d'un camoufleur (1915-1918) », Le Figaro.fr,‎ (lire en ligne)

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :