Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Offensive de Deir ez-Zor.
Ne doit pas être confondu avec Offensive d'al-Jazira.
Offensive de Deir ez-Zor
Description de cette image, également commentée ci-après
Informations générales
Date
(1 an, 6 mois et 14 jours)
Lieu Nord-est du gouvernorat de Deir ez-Zor et sud du gouvernorat d'Hassaké
Issue Victoire des FDS et de la coalition
Belligérants
Flag of Syrian Democratic Forces.svg Forces démocratiques syriennes

Flag of Syria 2011, observed.svg Forces d'élite syriennes
Seal of Combined Joint Task Force – Operation Inherent Resolve.svg Coalition

Drapeau de la Russie Russie
Drapeau de l'Irak Irak
Drapeau de l'État islamique État islamique
Commandants
Flag of Syrian Democratic Forces.svg Hachim Mohammad
Flag of Syrian Democratic Forces.svg Ahmad Abou Khawla
Flag of Syrian Democratic Forces.svg Rojda Kobanê[1]
Flag of Syrian Democratic Forces.svg Roni Qamichlo
Drapeau de l'État islamique Abou Bakr al-Baghdadi
Forces en présence
Flag of Syrian Democratic Forces.svg
6 000 à 17 000 hommes[2],[3]

Drapeau des États-Unis
2 000 hommes[4]

Drapeau de la France
120 à 200 hommes[5],[6]
3 Caesar[7]
4 avions Rafale[8]
Drapeau de l'État islamique
2 000 à 10 000 hommes[9],[10]
Pertes
Flag of Syrian Democratic Forces.svg
244 morts
477 blessés
(selon les FDS, du 9 septembre 2017 au 3 janvier 2018 et du 10 janvier 2019 au 17 mars 2019)[13],[14],[15]

753 morts au moins
(selon l'OSDH, du 10 septembre 2018 au 23 mars 2019)[12]
Drapeau de l'État islamique
2 651 morts
5 000 prisonniers
(selon les FDS, du 9 septembre 2017 au 3 janvier 2018 et du 10 janvier 2019 au 17 mars 2019)[13],[14],[15]

1 600 morts au moins
8 550 prisonniers
(selon l'OSDH, du 10 septembre 2018 au 23 mars 2019)[12]
Civils : 831 morts au moins
(selon l'OSDH, du 10 septembre au 26 novembre 2017 et du 10 septembre 2018 au 23 mars 2019)[11],[12]

Guerre civile syrienne

Coordonnées 34° 27′ 31″ nord, 40° 57′ 02″ est

Géolocalisation sur la carte : Syrie

(Voir situation sur carte : Syrie)
Offensive de Deir ez-Zor

L'offensive de Deir ez-Zor a lieu du au pendant la guerre civile syrienne. Elle est lancée par les Forces démocratiques syriennes (FDS) et la Coalition internationale, avec pour objectif la prise des territoires contrôlés par l'État islamique dans le gouvernorat de Deir ez-Zor et dans le sud-est du gouvernorat d'Hassaké. L'offensive est baptisée l'opération Tempête d'al-Jazira, de septembre 2017 à mai 2018, puis l'opération Roundup à partir de mai 2018[2].

De fait, les opérations sont menées sur la rive est de l'Euphrate alors que parallèlement une autre offensive se déroule sur la rive ouest, menée cette fois par l'armée syrienne et les milices chiites pro-iraniennes. La progression des Forces démocratiques syriennes est initialement rapide et en quelques jours ces dernières atteignent les abords de la ville de Deir ez-Zor, que l'armée syrienne commence alors à reprendre à l'État islamique. Les FDS se détournent alors de la capitale du gouvernorat et poursuivent vers le sud mais en décembre 2017, elles se heurtent à une poche comprenant principalement les petites villes d'Hajine, d'al-Chafah (en), d'al-Soussa (en) et d'al-Baghouz Fouqani. Les djihadistes parviennent à résister dans cette zone pendant une année. Leurs défenses commencent à céder en décembre 2018 et des dizaines de milliers de personnes, combattants de l'EI et membres de leurs familles, se rendent aux FDS pendant plusieurs semaines. Entre janvier et mars 2019, les djihadistes sont assiégés dans un dernier réduit aux abords du village de Baghouz Fouqani. Cette ultime poche tombe en totalité aux mains des FDS le . Sa prise marque la fin du « califat » de l'État islamique qui ne contrôle alors plus aucun territoire en Syrie et en Irak.

Sommaire

PréludeModifier

L'opération s'effectue simultanément avec l'offensive de la Badiya et la bataille de Deir ez-Zor, menées par les forces loyalistes syriennes soutenues par la Russie et l'Iran, dont l'objectif demeure la reprise de la ville de Deir ez-Zor et de l'essentiel du gouvernorat[16]. L'offensive est lancée alors que les Forces démocratiques syriennes sont toujours engagées dans la bataille de Raqqa et quelques jours après la rupture par les loyalistes du siège de la ville de Deir ez-Zor, imposé par l'État islamique[16].

Forces en présenceModifier

 
Conférence de presse des Forces démocratiques syriennes, tenue par Ahmad Abou Khawla, chef du Conseil militaire de Deir ez-Zor, annonçant le début de l'offensive, le 9 septembre 2017.

Le , Ahmad Abou Khawla, chef du Conseil militaire de Deir ez-Zor, rattaché aux Forces démocratiques syriennes annonce lors d'une conférence de presse le début d'une offensive contre l'État islamique au nord du gouvernorat de Deir ez-Zor[16],[17]. L'opération est lancée avec le soutien de la coalition mais sans « coordination avec le régime ou les Russes » selon Ahmad Abou Khawla[16]. Les forces aériennes américaines, britanniques[18] et françaises[19] participent à l'offensive. Le porte-parole de la coalition internationale, le colonel américain Ryan Dillon, rappelle dans un communiqué l'existence d'une « ligne de déconfliction avec les Russes » pour éviter tout incident aérien[16].

Cependant, les forces du régime syrien et les Forces démocratiques syriennes se livrent à une course de vitesse pour s'emparer du gouvernorat de Deir ez-Zor, qui est la région de Syrie comprenant le plus grand nombre de gisements gaziers et pétroliers[20],[21].

Le 11 septembre, des responsables tribaux liés aux FDS, annoncent dans un communiqué leur intention de créer à Deir ez-Zor un « comité civil chargé d'administrer la ville immédiatement après sa libération »[22]. La coalition affirme cependant le 14 septembre que l'offensive ne prévoit pas une entrée des FDS dans la ville, le colonel Ryan Dillon déclare alors : « Je vous dirai simplement que le plan n'est pas d'entrer dans la ville de Deir ez-Zor, mais il reste de nombreux combattants, ressources et dirigeants de l'EI qui ont toujours des positions dans ce secteur de la vallée de l'Euphrate »[23].

Les effectifs de l'État islamique ne sont pas connus avec exactitude. En septembre 2017, les services de renseignement russes estiment que 10 000 hommes de l'EI sont toujours actifs en Syrie[10]. Début décembre 2017, la Coalition juge que l'État islamique ne compte plus que 3 000 combattants en Irak et en Syrie[24]. Fin décembre 2017, elle estime qu'il n'en compte plus que 1 000[25]. L'armée française déclare pour sa part en mai 2018 que l'EI compterait encore 2 000 hommes près de la frontière irakienne[9]. Hachim Mohammad, le commandant en chef de l'opération « tempête al-Jazira » affirme quant à lui en juin 2018 que les FDS estiment les forces de l'État islamique à environ 7 000 à 10 000 hommes sur les bords de l'Euphrate[26]. En septembre 2018, les FDS déclarent estimer les forces de l'EI à 3 000 hommes[27].

DéroulementModifier

Première offensive des Forces démocratiques syriennes, de septembre 2017 à février 2018Modifier

 
Carte de la progression des Forces démocratiques syriennes et de l'armée syrienne le long de l'Euphrate, de septembre à décembre 2017 :

Les premiers jours de l'offensive, les Forces démocratiques syriennes progressent rapidement en attaquant par le désert, au nord de Deir ez-Zor : le 10 septembre, elles arrivent à 7 kilomètres des rives de l'Euphrate, face à la ville qui s'étend de l'autre côté du fleuve[28].

Le 13 septembre, trois véhicules suicides de l'EI explosent au village d'Abou Khashab, faisant au moins cinq morts parmi les FDS et 20 blessés selon l'OSDH[29].

Le 15 septembre, les Forces démocratiques syriennes avertissent le régime syrien et le somment de ne pas faire traverser l'Euphrate à ses troupes ; le commandant Ahmad Abou Khawla déclare alors : « Nous avons informé le régime et la Russie que nous arrivions sur la rive de l'Euphrate. [...] Nous ne laisserons par le régime et ses milices traverser vers la rive orientale du fleuve. [...] Chaque village situé sur la rive orientale de l'Euphrate jusqu'à la frontière irako-syrienne est un objectif pour nos forces »[30]. Le lendemain, pour la première fois à Deir ez-Zor, les FDS sont bombardées par les forces aériennes de la Russie ou du régime syrien, au nord-est de la ville, dans la zone industrielle ; les FDS affirment déplorer six blessés[31]. Les États-Unis et les FDS accusent la Russie, qui dément[32].

Le 18 septembre, malgré les avertissements des FDS, les troupes du régime syrien franchissent l'Euphrate près de Deir ez-Zor ; les djihadistes se retrouvent alors à leur tour presque encerclés et acculés contre le fleuve[33].

Le 21 septembre, la Russie accuse à son tour les FDS d'avoir tiré à l'artillerie et au mortier contre les troupes gouvernementales et d'avoir ouvert des barrages en amont de l'Euphrate pour gêner la traversée du fleuve : Moscou avertit alors Washington qu'une riposte sera menée en cas de nouvel incident[34].

Le 23 septembre, les FDS s'emparent de l'usine de gaz de Conoco — le plus important gisement gazier de Syrie — à l'est de Deir ez-Zor, après deux jours de combats[35],[21]. Mais le 25 septembre, les FDS accusent la Russie de les avoir bombardé dans cette même usine, causant la mort d'un combattant et faisant six blessés[36].

Les FDS attaquent ensuite les positions djihadistes à l'est de Deir ez-Zor et se rapprochent de la rivière Khabour : le 26 septembre, elles atteignent la localité d'Al-Suwar et s'en emparent le 29[37],[38]. Elles tentent ensuite de reprendre les villages occupés par l'État islamique de long de cette rivière, d'al-Busayrah à al-Chaddadeh[39].

Le 30 septembre, les FDS s'emparent des puits pétroliers d'al-Jufra, situés à l'est de Deir ez-Zor et au sud-est de l'usine Conoco[40],[21].

Situés à une dizaine de kilomètres au nord de Mayadine, les champs d'al-Amr, le plus important gisement pétrolier de Syrie, sont abandonnés entre le 20 et le 22 octobre par les djihadistes afin de renforcer leurs positions contre les forces gouvernementales près de Mayadine[41],[42]. Le 22 octobre, alors que les loyalistes n'étaient qu'à trois kilomètres d'al-Amr, les Forces démocratiques syriennes s'emparent de la totalité du gisement, presque sans rencontrer de résistance[41],[42].

Article détaillé : Attentat de la route d'al-Tojjar.

Le 4 novembre, près de l'usine de gaz de Conoco, à l'est de Deir ez-Zor, un véhicule piégé explose au milieu de civils fuyant les combats ; au moins 75 personnes sont tuées et 140 blessées[43],[44].

Le 8 novembre, les FDS entrent dans de la petite ville de Markada, au sud du gouvernorat d'Hassaké, et s'en emparent entièrement au terme d'un court combat[45],[46]. Le 10 novembre, après deux mois de combats, tous les villages de long de la rivière Khabour sont aux mains des FDS[39].

Les FDS concentrent ensuite leurs efforts sur la ville d'al-Busayrah ; le 11 novembre elles s'emparent de la localité d'Abriha, située à proximité[47] et le 12 novembre, al-Busayrah est conquise[48].

Le 15 novembre, les FDS avancent d'une quinzaine de kilomètres près de la frontière irakenne et arrivent à moins de 20 kilomètres au nord de Boukamal[49]. Le 25 novembre, elles progressent à travers le désert depuis le champ pétrolier de Kashmeh et atteignent la frontière irakienne au nord-est de Boukamal[50].

Le 3 décembre, les YPG annoncent la fin de leur opération et assurent avoir « libéré la partie est de Deir ez-Zor des mercenaires de l'EI »[51],[52]. Cependant l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) affirme que l'État islamique contrôle toujours plusieurs villages sur la rive est de l'Euphrate[51]. Quelques localités sont également encore aux mains des djihadistes dans le sud-est du gouvernorat d'Hassaké[51]. Le communiqué est lu dans la ville de Deir ez-Zor en présence d'un général russe ; les YPG remercient la coalition internationale menée par les États-Unis, mais aussi la Russie en affirmant que cette dernière avait fourni « un soutien aérien et logistique » et en signalant une « coordination sur le terrain », alors qu'auparavant les Forces démocratiques syriennes avaient pourtant démenti toute coordination avec le régime de Damas et Moscou[51]. Le lendemain, le ministère russe de la Défense affirme à son tour que 672 sorties ont été effectuées et 1 450 cibles bombardées par l'aviation russe « en soutien à l'offensive des milices des tribus de l'est de l'Euphrate, et des milices kurdes »[53]. L'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) indique effectivement le 6 décembre que les forces aériennes russes ont commencé à soutenir les Forces démocratiques syriennes à l'est de l'Euphrate, après la prise totale de la rive ouest par les forces loyalistes[54] ; mais il indique également que les combats entre les forces arabo-kurdes et les djihadistes se poursuivent : des affrontements ont alors lieu dans les villages d'Abou Hamam et al-Kashkiya[55].

Fin décembre, les Forces démocratiques syriennes continuent leurs offensives et tentent d'emporter les petites villes d'Abou Hamam (en), d'al-Kashkiya (en), de Gharanij (en) et d'Hajine[56]. Les trois premières villes sont prises le 30 décembre[57]. Cependant, pendant le mois de janvier 2018, les Forces démocratiques piétinent et ne parviennent plus à progresser contre les djihadistes qui tiennent encore dans la région les petites ville d'Abou al-Hassan, al-Chafah (en) et al-Baghouz Fouqani, tandis que le contrôle des villes d'al-Bahra, Gharanij et Hajine demeure contesté[58],[59],[60].

Le 29 janvier 2018, après plusieurs semaines de combats, les FDS parviennent finalement à s'emparer entièrement de la ville de Gharanij (en)[61].

Le 8 février 2018, l'État islamique diffuse une vidéo sur les affrontements contre les FDS dans la région de Deir ez-Zor : pour la première fois des femmes djihadistes, toujours vêtues de leurs niqab, apparaissent en prenant part au combat[62].

Le 12 février, les FDS s'emparent du village d'Al-Bahra[63].

Le 13 février, le Liwa al-Tafuf, une milice chiite irakienne des Hachd al-Chaabi affirme avoir secouru onze combattants des Forces démocratiques syriennes alors qu'ils étaient encerclés par des djihadistes de l'État islamique à 500 mètres de la frontière irakienne[64],[65].

Le 26 février, au moins 25 civils, dont sept enfants, sont tués par une frappe aérienne de la coalition sur le village d'al-Chaafah[66].

Diminution des combats, de février à mai 2018Modifier

Le 5 mars, le Pentagone reconnait qu'une « pause opérationnelle » a été instaurée à cause de l'offensive turque contre Afrine[67]. Le 6 mars, Abou Omar al-Idlebi, un responsable des FDS, annonce que 1 700 combattants ont été retirés de l'Est de la Syrie pour aller défendre Afrine[68],[69].

Des contingents arabes des Forces démocratiques syriennes restent sur place mais ils ne parviennent pas à venir à bout de la dernière poche tenue par l'État islamique[70]. Les localités d'Hajine, al-Chafah (en) et les villages environnants restent aux mains des djihadistes[70].

Le 17 avril, selon l'OSDH, un raid aérien de la coalition à Hajine tue au moins 28 hommes de l'État islamique, dont sept commandants[71].

Le 18 avril, un échange de prisonniers est opéré selon l'OSDH entre les FDS et l'État islamique qui libèrent 20 prisonniers chacun[72],[73].

Selon l'universitaire Fabrice Balanche : « Cette poche aurait pu être éliminée rapidement, parce que ce ne sont que quelques villages. Il y a évidemment les plus durs de Daesh qui sont concentrés dans cette zone. Il n’est pas question de les transférer, car il n’y a plus de territoire aujourd'hui tenu par Daesh dans la région. Mais les Kurdes n’ont pas intérêt à éliminer trop vite cette poche, parce que ça permet de justifier la présence américaine, et donc d’être protégés d’une éventuelle attaque turque »[74].

Raids de l'aviation irakienne, à partir d'avril 2018Modifier

Le 19 avril, l'aviation irakienne mène des frappes contre cette même localité, avec l'accord du gouvernement syrien et de la coalition[75],[76]. L'armée irakienne revendique la mort de 36 djihadistes[77].

Le 6 mai, un deuxième raid aérien est mené par l'armée irakienne, cette fois sur la localité d'al-Douchaicha, dans le gouvernorat d'Hassaké[78]. Un général des services de renseignement irakiens déclare alors à l'AFP que les deux frappes aériennes ont fait 39 morts parmi les djihadistes[79]. Il affirme également qu'Abou Bakr al-Baghdadi est en Syrie, près de la frontière irakienne, et qu'il « se déplace accompagné de quatre ou cinq personnes, dont son fils et son gendre. [...] Ses mouvements sont discrets et il ne circule jamais en convoi »[79].

Une autre frappe irakienne a lieu le 14 mai contre un poste de commandement de l'EI[80].

Le 22 juin, des F-16 de l'aviation irakienne mènent un nouveau raid contre trois habitations reliées par un tunnel à Hajine ; l'armée irakienne revendique la mort de 45 djihadistes, dont un haut responsable du « ministère de la guerre » de l'EI, et son adjoint, le « responsable militaire d'al-Jazira »[81].

Opération Roundup I dans la poche d'Hajine, de mai à août 2018Modifier

 
Des soldats français de la Task Force Wagram ouvrant le feu avec un CAESAR en soutien aux Forces démocratiques syriennes depuis la région d'al-Qaïm, le .
 
Conférence des Forces démocratiques syriennes annonçant la reprise des opérations contre l'État islamique près de la frontière irakienne, le .

Le 1er mai, les Forces démocratiques syriennes annoncent qu'elles relancent l'offensive contre l'État islamique[82],[83]. Celle-ci est désignée comme la phase I de l'Opération Roundup[84]. Des forces spéciales et des unités d'artillerie américaines et françaises sont déployées en renfort[85],[86],[87],[88]. Les pièces d'artillerie de la Task Force américaine Thunder et la Task Force française Wagram — constituée pour les Français de trois CAESAR du 68e régiment d'artillerie d'Afrique commandés par le colonel François-Régis Legrier[89] — sont déployées en Irak près de la frontière syrienne et ouvrent le feu en appui aux FDS[90],[5]. Trois petites villes sont alors toujours aux mains des djihadistes sur les bords de l'Euphrate : au nord Hajine, au centre al-Chafah (en) et au sud al-Soussa (en), ainsi que quelques localités environnantes[91]. Dans la nuit du 13 au 14 mai, les FDS s'emparent d'al-Baghouz-Tahtani, au sud d'al-Soussa, près de la frontière avec l'Irak[91].

Selon l'OSDH, le 13 juillet des frappes aériennes effectuées probablement par la coalition ou l'armée irakienne font au moins 54 morts dans le village de Soussa, dont 28 civils et 26 djihadistes[92].

Le 4 août, les FDS coupent totalement les dernières poches tenues par l'EI de la frontière irakienne[93].

Le 6 août, au moins 28 djihadistes sont tués selon l'OSDH par des tirs d’artillerie et des frappes aériennes de la coalition internationale dans la région de Bir al-Meleh[94]. Le 16 août, au moins 18 autres djihadistes, dont un haut commandant irakien, sont tués dans des frappes contre la localité de Soussa qui auraient été effectuées par l'aviation irakienne[95].

Le 17 août, une attaque de l'EI est menée contre le champ pétrolier d'al-Amr, avec pour cible des bâtiments abritant des soldats américains et français de la coalition[96]. L'attaque est repoussée par les FDS qui abattent sept djihadistes[96].

Opération Roundup II dans le sud-est du gouvernorat d'Hassaké, de juin à juillet 2018Modifier

 
Combattants des Forces démocratiques syriennes à Dachicha, le .

Les combats ont également lieu plus au nord, dans le sud-est du gouvernorat d'Hassaké. Le 16 juin, les FDS prennent le village de Tal al-Chayer[97]. Puis le matin du 17 juin, ils s'emparent du village de Dachicha, au terme de combats ayant causé la mort d'au moins 30 djihadistes au cours de la nuit selon l'OSDH[97],[98]. Le 23 juin, après avoir nettoyé une série de postes avancés, les FDS repoussent entièrement les forces de l'État islamique hors du gouvernorat d'Hassaké[99]. Ces combats ont lieu pendant la phase II de l'Opération Roundup, qui se déroule dans le secteur de Dachida en juin et juillet[84],[100]. Les djihadistes sont définitivement expulsés de Dachicha le 20 juillet[84].

Lancement de l'Opération Roundup III dans la poche d'Hajine en septembre 2018Modifier

 
Des Marines américains effectuant des tirs de mortier en soutien aux Forces démocratiques syriennes, le .
 
Progression des Forces démocratiques syriennes dans la poche de Hajine, fin septembre 2018 :
 
Contre-attaque de l'État islamique dans la poche de Hajine, fin octobre 2018 :

Le 10 septembre, la phase III de l'Opération Roundup débute[84],[27]. Au moins 6 000 combattants des FDS sont mobilisés contre les forces de l'État islamique, alors estimées entre 2 000 et 3 000 hommes[2],[101]. Le premier assaut est lancé à Hajine, ville de 30 000 habitants[101],[102]. Les FDS réalisent une percée et s'emparent de certains secteurs de la ville[102]. Au moins 15 djihadistes sont tués selon un haut commandant des FDS, tandis que l'OSDH fait état de la mort d'au moins 17 combattants de l'EI[102]. Cependant les djihadistes continuent ensuite d'opposer une forte résistance : Hajine dispose d'importantes fortifications avec de nombreuses mines et plusieurs tunnels[2],[103],[104]. L'État islamique utilise des tactiques de guérilla et emploie particulièrement des véhicules kamikazes, des missiles antichars, des mortiers, des commandos inghimasi et des snipers[2],[101],[105]. Il conserve encore de nombreux véhicules blindés et fait un large usage de motos[2],[105]. Des cellules clandestines actives dans l'ensemble du gouvernorat de Deir ez-Zor effectuent également des assassinats ciblés, des embuscades, des assauts de checkpoints, des attaques de véhicules kamikazes et posent des engins explosifs improvisés dans les zones contrôlées par les FDS[106].

Le 14 septembre, au moins 20 combattants des FDS sont tués dans une embuscade tendue par les djihadistes pendant une tempête de sable[103]. Le 20 septembre, les FDS s'emparent d'al-Baghouz Fouqani et du pont détruit menant à Boukamal[2]. Le 25 septembre, elles prennent ensuite al-Shajalah, au nord d'al-Baghouz Fouqani[2]. Le 1er octobre, l'EI lance une contre-attaque au village de Mozan, au Nord d'al-Shajalah[2].

Le 4 octobre, en raison des difficultés rencontrées par les FDS, les États-Unis envoient des Marines en renfort près d'Hajine, selon l'OSDH[107],[108].

Contre-offensives de l'État islamique en octobre et novembre 2018Modifier

Mais du 10 au 13 octobre, une tempête de sable s'abat dans la région de Deir ez-Zor, empêchant les FDS de bénéficier d'une couverture aérienne de la coalition[2],[109],[105]. Les djihadistes lancent alors une contre-attaque près d'Hajine, au nord-est d'al-Bahra et à l'est d'al-Chafah, et regagnent du terrain[2],[109],[105]. Des escouades et des positions défensives des FDS sont encerclées et submergées[105]. La périphérie d'Hajine est reprise par les djihadistes[2]. Selon l'OSDH, au mois dix combattants des FDS sont tués et 35 faits prisonniers le 10 octobre[109]. L'EI revendique le même jour la mort de 18 combattants des FDS[2]. Les FDS démentent quant à eux qu'aucun de leurs hommes aient été capturés par l'État islamique[109]. Cependant au moins huit prisonniers sont filmés par l'agence Amaq[2],[105]. Le 11 octobre, les FDS reculent à l'est d'al-Chafah et des hommes de l'EI parviennent même à atteindre la frontière irakienne[2]. Le 12 octobre, les djihadistes exécutent dix de leurs prisonniers à Hajine, à al-Bokhatir et à al-Safa, puis ils paradent avec leurs cadavres selon l'OSDH[110]. Le même jour, les djihadistes enlèvent des centaines de civils dans un camp de déplacés à al-Bahra, près d'Hajine[111],[112],[105]. La tempête de sable et la contre-offensive de l'État islamique se poursuivent pendant plusieurs jours[111]. Selon l'OSDH, au moins 67 combattants des FDS et 83 djihadistes de l'EI, dont 11 kamikazes, sont tués entre le 10 et le 15 octobre[113].

Le 18 et le 19 octobre, au moins onze djihadistes et au moins 41 civils, dont 10 enfants, en majorité des Irakiens membres de familles de combattants de l'EI, sont tués par des frappes aériennes de la coalition à al-Soussa et ses environs selon l'OSDH[114],[115]. Ces affirmations sont contestées par le porte-parole de la coalition qui affirme que le 18 octobre une mosquée utilisée par l'État islamique comme centre de commandement a été visée, que douze djihadistes ont été tués et qu'aucun raid n'a été mené le 19 octobre[114],[115]. Le ministère syrien des Affaires étrangères accuse quant à lui la coalition d'avoir commis un « crime » en tuant 62 civils à al-Soussa[114].

Le 20 octobre, au moins 35 djihadistes sont tués selon l'OSDH, dont 28 par les frappes de la coalition et sept lors des combats au sol[116]. Le 22 octobre, une deuxième mosquée à al-Soussa, utilisée comme position défensive, est bombardée par la coalition, ainsi que plusieurs autres bâtiments[117]. Le 23 octobre, les FDS affirment avoir capturé al-Soussa[118].

Le 25 octobre, alors qu'une nouvelle tempête de sable commence à balayer la région, l'État islamique mène un raid contre le champ pétrolifère d'al-Tanak, au nord de Hajine, et revendique la mort de quinze combattants des FDS[118]. Quatre ou cinq autres, appartenant aux Forces d'élite syriennes, sont faits prisonniers[118],[119]. D'autres attaques ont lieu au nord-est d'al-Chafah et d'al-Kashma[118].

Dans la nuit du 26 au 27 octobre, l'État islamique profite de la tempête de sable pour repasser à l'attaque dans la zone d'al-Soussa[120],[121],[122]. En quelques heures, les combattants des YPG et du Conseil militaire de Deir ez-Zor sont mis en déroute[118]. L'État islamique revendique au moins 40 morts chez les FDS, dont 25 à al-Soussa, et deux prisonniers pour la seule journée du 26 octobre[118]. Selon l'OSDH, au moins 72 membres des FDS sont tués et une centaine sont blessés, contre 24 morts au moins du côté des djihadistes les 26 et 27 octobre[120],[121],[122]. Les combattants du Conseil militaire de Deir ez-Zor déploreraient la plupart des pertes[118]. Soussa et Baghouz Fouqani sont entièrement repris par l'État islamique le 27 octobre[121],[122],[118]. Les djihadistes parviennent même à atteindre de nouveau la frontière irakienne au village de Baghouz-Tahtani et dans les montagnes du Jabal al-Baghouz, provoquant des accrochages avec les miliciens des Hachd al-Chaabi[123],[118]. Les FDS ont alors perdu la totalité de leurs gains depuis le début de l'offensive du 10 septembre[120],[123],[118].

Le 28 octobre, l'artillerie turque bombarde des positions des YPG à l'ouest de Kobané[124]. Le 31 octobre, quatre combattants kurdes sont tués dans la même région par des roquettes tirées par l'armée turque selon TRT[125]. Le président turc Recep Tayyip Erdoğan menace alors de lancer une offensive contre les YPG à l'est de l'Euphrate[126]. Le 31 octobre, les Forces démocratiques syriennes annoncent qu'elles suspendent leur offensive contre l'État islamique en raison des frappes turques : « Cette coordination directe entre les attaques de l'armée turque et celles de l'EI contre nos forces nous a amenés à un arrêt temporaire de la bataille. [...] La poursuite de ces attaques entraînera un arrêt prolongé de notre opération militaire »[127]. Le 30 octobre, environ 600 combattants sont cependant envoyés en renfort près de la poche d'Hajine, dont 500 membres des forces spéciales des YPG et des YPJ, ainsi qu'une centaine d'hommes venus de Manbij[128].

Après la défaite des FDS, l'État islamique a de nouveau accès à la frontière irakienne[129]. L'armée irakienne et les milices des Hachd al-Chaabi déploient alors des renforts[129]. Les FDS abandonnent plusieurs positions à l'est de la poche de Hajine et se replient vers le Nord[130].

 
Batterie d'artillerie de la coalition internationale constituée d'obusiers américains et de CAESAR français, à al-Qaïm le .

La coalition poursuit quant à elle ses bombardements et mène 380 frappes aériennes ou missions de tirs d'artillerie entre le 1er et le 21 novembre[130]. Le 3 novembre, au moins neuf djihadistes et 14 civils, dont cinq enfants, sont tués par des frappes de la coalition à Hajine, al-Chafaf et al-Soussa selon l'OSDH[131],[132]. Le 4 novembre, les djihadistes mènent une attaque vers le Nord, entre Hajine et al-Bahra, avec au moins un véhicule kamikaze ; 12 combattants des FDS sont tués et 20 sont blessés selon l'OSDH[132]. Du 5 au 7 novembre, au moins 65 hommes de l'État islamique sont tués selon l'OSDH, dont 17 par les FDS et 48 par les frappes de la coalition[133]. Le soir du 7 novembre, un assaut djihadiste sur al-Tanak, au nord de Hajine, est repoussé[133],[134].

Les contacts entre les États-Unis et la Turquie aboutissent cependant à une désescalade[135],[136]. Le 11 novembre, les Forces démocratiques syriennes annoncent qu'elles reprennent l'offensive contre l'État islamique[135],[137],[136]. Selon l'OSDH, au moins 30 djihadistes sont tués par les frappes de la coalition du 11 au 13 novembre 2018[138], mais 82 civils, dont 28 femmes et 35 enfants, sont également tués dans des bombardements entre le 8 et le 13 novembre[139],[140]. Le 17 novembre, au moins 43 personnes, dont au moins 36 civils membres de familles de djihadistes, parmi lesquels figurent 17 enfants, sont encore tués dans des frappes de la coalition dans le village d'Abou el-Hosn[141]. La coalition internationale nie à nouveau avoir tué des civils et laisse entendre que certaines frappes auraient été effectuées par l'armée syrienne[142]. Elle confirme par son porte-parole que 19 frappes ont été effectuées dans la zone d'Abou el-Hosn les 16 et 17 novembre dans des zones « libres de toute présence civile », mais elle indique sur son site que « dix frappes supplémentaires » ont été « détectées » dans « la même région » et « ne provenaient pas de la coalition ou des forces partenaires »[142]. Le 18 novembre, l'émissaire américain Brett McGurk impute la responsabilité des victimes civils aux forces « de l'autre côté de la rivière », en référence aux forces du régime et ajoute : « Toutes les autres forces devraient immédiatement cesser les bombardements non coordonnés de l'autre côté de la rivière »[142]. L'OSDH affirme pour sa part que des tirs ont opposé les loyalistes et les djihadistes le 17 novembre mais que les forces du régime n'ont pas fait usage de leur artillerie[142].

Le 22 novembre, un chef de l'État islamique, Oussama Oueid al-Saleh ou Oussama Awaid al-Ibrahim, dit Abou Zeïd, un responsable de la sécurité dans la région de Deir ez-Zor, est capturé par les FDS dans la localité de Tayyana, dans le gouvernorat de Deir ez-Zor, alors qu'il se cachait dans un tunnel et s'apprêtait à actionner une charge explosive[143],[144].

Le 22 novembre, l'État islamique profite du mauvais temps et du brouillard pour lancer une nouvelle offensive au nord de Hajine[130],[145]. Le 23 novembre, environ 500 djihadistes mènent plusieurs assauts sur al-Bahra, Gharanij (en) et al-Tanak, ainsi qu'au nord-est d'al-Chafah et d'al-Soussa[145],[146],[147],[145]. Plusieurs postes isolés dans le désert ou aux abords des localités sont submergés, n'étant généralement tenus que par une dizaine de combattants[130]. Malgré le mauvais temps, les avions de la coalition interviennent avec notamment des raids de B-1 Lancer et de A-10 Thunderbolt II[130]. Le 24 novembre, les djihadistes s'emparent d'al-Bahra, abandonné par sa population[130],[147]. En revanche, ils sont repoussés à Gharanij et dans les autres secteurs[130],[146],[147],[145]. Le 25 novembre, la situation se stabilise[130]. Selon l'OSDH, au moins 91 combattants des FDS et 61 djihadistes ont été tués du 23 au 26 novembre, ainsi que 51 civils, dont 19 enfants, dans des frappes de la coalition[148],[145]. L'État islamique revendique pour sa part 61 morts et 30 prisonniers dans les rangs des FDS pour la journée du 24 novembre[130]. Ses différentes vidéos de propagande montrent 31 morts et 40 à 41 prisonniers pour la période du 23 au 25 novembre[130]. La plupart des victimes appartiennent à des milices arabes[130].

Prise d'Hajine par les Forces démocratiques syriennes en décembre 2018Modifier

 
Offensive des Forces démocratiques syriennes dans la poche de Hajine entre décembre 2018 et mars 2019 :

Fin novembre, les Forces démocratiques syriennes rassemblent 17 000 hommes près de la poche d'Hajine selon l'OSDH, dont des combattants des YPG, des YPJ, des HXP, de Jaych al-Thuwar, des Bataillons Chams al-Chamal et de Jabhat al-Akrad[3],[149]. Des combattants arabes de la tribu des Chaïtat voulant venger les victimes des massacres de Ghraneidj et d'al-Keshkeyyi en août 2014[150],[151],[152] et des combattants assyriens des Gardes de Khabour sont également présents[130]. L'État islamique compte quant à lui encore 2 000 combattants selon la coalition[153] et 5 000 selon les FDS[154]. Les djihadistes comptent cependant de moins en moins de combattants aguerris et enrôlent notamment de nombreux adolescents[155].

Le 3 décembre, les trois CAESAR français ouvrent le feu sur une colonne djihadiste et détruisent huit véhicules blindés[156]. Le 4 décembre, soutenues par les frappes de la coalition, les FDS parviennent à enfoncer les lignes de l'État islamique et à pénétrer à nouveau dans la ville d'Hajine[157],[158]. L'hôpital et plusieurs quartiers sont pris, mais moins de 24 heures plus tard, les djihadistes lancent une contre-attaque et reprennent une partie du terrain perdu[157]. Des combats acharnés se poursuivent à l'intérieur de la ville[158]. Les FDS ouvrent également des couloirs humanitaires qui permettent d'évacuer en quelques jours des centaines de civils[158]. À partir du 6 décembre, les FDS progressent rapidement[159]. Les 11 et 12 décembre, elles s'emparent du centre-ville, de la grande mosquée et de l'hôpital[159],[160]. Les forces de l'État islamique sont repoussées vers l'est de la ville[159]. Le 14 décembre, à l'aube, Hajine est entièrement conquise par les FDS, mais les combats se poursuivent dans la périphérie Est[161],[162],[163],[164],[3],[155]. Le 15 décembre, la coalition bombarde une mosquée dans le village Abou Khatir, su sud-est d'Hajine ; Sana, l'agence de presse du régime syrien affirme que 17 civils ont été tués dans cette frappe, mais la coalition affirme quant à elle que la mosquée était utilisée comme quartier général par l'État islamique et revendique la mort de 16 djihadistes[165],[166].

Le 21 décembre, les djihadistes lancent un assaut contre le village d'Abou Khasser, près d'Hajine[167]. Le même jour, des frappes de la coalition font au moins 27 morts à al-Chaafa selon l'OSDH, dont 14 civils membres des familles de combattants de l'EI[168]. Le 22 décembre, les FDS reprennent leurs avancées et le 24 elles arrivent aux abords d'al-Chaafa et d'al-Soussa[169]. Dans les deux dernières semaines de décembre, plus de 11 000 civils, dont des membres de familles de djihadistes, parviennent à fuir la poche contrôlée par l'EI selon l'OSDH qui affirme aussi que 700 combattants infiltrés ont été arrêtés par les FDS.[170]. Au 11 janvier, le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés estime que 2 000 civils sont encore présents dans la poche tenue par l'EI[171].

Prise d'al-Chaafa et d'al-Soussa par les Forces démocratiques syriennes en janvier 2019Modifier

Les FDS s'emparent d'al-Kashma le 2 janvier 2019, puis d'al-Chaafa le 5 janvier[172],[173]. L'État islamique ne contrôle alors plus qu'al-Soussa, Baghouz et des zones agricoles environnantes[173]. Le soir du 5 janvier, deux soldats britanniques sont blessés et un combattant des FDS est tué près d'al-Chaafa par un tir de missile de l'EI[174],[175]. Le soir du 6 janvier, profitant d'une nouvelle tempête de sable, les djihadistes mènent une contre-attaque à al-Soussa et al-Chaafa[173]. Selon l'OSDH, au moins 23 combattants des FDS et neuf hommes de l'EI sont tués du 6 au 8 janvier dans ces combats[173].

Des milliers de civils commencent alors à sortir de l'enclave contrôlée par l'État islamique, mais certains djihadistes tentent aussi de s'exfiltrer[176],[177]. Selon l'OSDH, du 12 au 19 janvier, 500 djihadistes se rendent ou sont capturés et 4 800 civils sont évacués par les FDS de la poche d'al-Soussa et de Baghouz[178],[179],[180]. Les 21 et 22 janvier, 4 900 personnes, dont 470 djihadistes, sont encore évacués[181]. Au total, 10 000 personnes sortent de la poche entre le 21 et le 27 janvier[4]. Une grande partie des civils évacués sont d'origine irakienne ou d'autres nationalités et beaucoup sont des membres des familles des combattants de l'État islamique[182]. Début février, sept femmes et filles yézidies, enlevées lors des massacres de Sinjar, parviennent à fuir la poche de l'EI[183].

Le 15 janvier, les FDS s'emparent d'al-Soussa[184]. Le 17 janvier, la coalition frappe une nouvelle mosquée à Safafiyah, utilisée comme centre de commandement par l'EI[185]. Le 18 janvier, des raids de l'aviation irakienne tuent au moins 20 djihadistes selon l'OSDH[178]. Le même jour dans la soirée, au moins six civils, dont quatre enfants, et dix djihadistes sont tués par des bombardements de la coalition à Baghouz[186].

Siège de l'ultime réduit de l'État islamique à Baghouz, de janvier à mars 2019Modifier

Le 22 janvier, les FDS progressent à l'intérieur de Baghouz sans rencontrer de résistance et contrôlent la moitié de la localité[181]. Le 23 janvier, Baghouz est prise par les FDS selon l'OSDH[187], mais une petite partie de la bourgade demeure en réalité encore aux mains des djihadistes[188],[152]. Les derniers combattants de l'État islamique ne contrôlent alors plus qu'une zone de quatre kilomètres carrés comprenant une partie de Baghouz[188],[152] et quelques petites localités proches : al-Marachida, Safafna et Sajla[187],[189]. Ils continuent cependant d'opposer un résistance acharnée : des attaques kamikazes sont commises par des femmes et des petits groupes de combattants mènent des raids en surgissant des tunnels[188]. Le 24 janvier, l'EI tente une contre-attaque sur Baghouz qui échoue : selon l'OSDH au moins 16 combattants des FDS sont tués et les djihadistes laissent au moins 34 morts, dont trois kamikazes, et 21 prisonniers[190]. Le soir du 25 janvier, la coalition tire des missiles sur un groupe de maisons dans des terres agricoles près de Baghouz : au moins 29 djihadistes et 13 civils sont tués selon l'OSDH[191]. La progression des FDS s'interrompt ensuite et l'offensive est suspendue pendant plusieurs jours à cause de l'utilisation par les djihadistes de civils comme boucliers humains[192],[152],[193]. Des négociations sont également menées pour obtenir la capitulation ou l'évacuation des derniers djihadistes, mais elles échouent[152],[194],[195].

 
Civils évacués de Baghouz, fin février 2019.

Le 9 février, les Forces démocratiques syriennes annoncent le début de la « bataille finale » contre l'ultime réduit de l'État islamique[196],[194]. Les FDS et l'OSDH estiment alors que 500 à 1 000 combattants djihadistes y sont encore retranchés avec quelques centaines de civils[196],[195],[197],[198]. Le lendemain matin, l'État islamique diffuse des vidéos montrant l'exécution de prisonniers membres des FDS[195]. Les FDS progressent lentement, ralentis par les snipers, les mines, les tunnels et de nombreuses attaques-suicides[199],[200],[198]. Le 11 février, 16 civils dont huit femmes et sept enfants sont tués par un raid de la coalition aux abords de Baghouz[200]. Dans la nuit du 11 au 12 février, environ 600 personnes parviennent encore à fuir l'enclave de l'EI selon les FDS, bientôt suivies par 350 autres au cours de la journée du 12 février selon l'OSDH[201],[202]. Au moins 200 combattants se rendent également les 11 et 12 février[203]. Le 14 février, les FDS affirment que les djihadistes ne contrôlent plus qu'un kilomètre carré de territoire, incluant une partie du village de Baghouz[198],[203]. Cette zone, acculée sur les rives de l'Euphrate, au sud-est de Baghouz, comprend quelques maisons, des terrains agricoles, une sorte de camp fait de tentes de fortune, mais aussi beaucoup de tunnels[204],[205],[206]. Les assiégés vivent entassés et souffrent du manque d'eau et de nourriture[207],[208],[206]. Le 16 février, les FDS continuent de progresser lentement à Baghouz et affirment que la zone contrôlée par l'État islamique n'est plus que de 700 mètres carrés[209],[210],[211],[212],[213],[214]. Selon l'OSDH, 440 combattants de l'État islamique se rendent en deux jours[211],[215],[216]. Mais l'offensive s'arrête ensuite et une trêve est instaurée[217],[218],[204],[219]. Des négociations se poursuivent alors pour obtenir l'évacuation des civils[220]. L'État islamique demande également le transfert de ses combattants avec armes et bagages pour une autre zone, mais les FDS refusent et déclarent que les djihadistes n'ont « d'autre choix que la capitulation »[204],[219],[205],[217]. Vers la mi-février, l'État islamique autorise les civils et les blessés à quitter le réduit[221],[208],[207]. Un corridor est ouvert par les FDS[222]. Le 19 février, après quatre jours sans aucune sortie de la poche de Baghouz, plusieurs dizaines de civils et quelques combattants de l'EI se rendent aux FDS[223]. Le 20 février, 3 000 hommes, femmes et enfants selon les FDS sont évacués de la poche de Baghouz à bord de camions[224],[225],[226],[227],[228],[220],[229]. Le 22 février, des centaines de civils quittent encore la poche de Baghouz à bord de d'une quarantaine de camions[225],[230]. Aucune évacuation n'a lieu les 23 et 24 février, mais les vagues de sorties reprennent à partir du 25 février et se poursuivent chaque jour jusqu'au 1er mars[231],[232],[233],[221],[234]. Un porte-parole des FDS, Adnane Afrine, déclare : « Chaque jour nous sommes surpris par le nombre de personnes quittant (le réduit), on ne s'y attendait pas »[221]. Au total selon les FDS, 15 000 personnes sortent de la poche de Baghouz entre le 9 et le 27 février[235]. Ces dernières sont chargées dans des camions et conduites vers le camp de déplacés de al-Hol[221],[236]. Aucune ONG n'est alors présente à Baghouz, à l'exception des Free Burma Rangers (en)[236],[237]. Le FDS annoncent également la libération à la mi-février d'une dizaine de leurs combattants retenus prisonniers par l'EI, suivis par 24 autres le 28 février[217],[221],[238]. Un groupe de onze jeunes garçons yézidis, âgés de 9 à 15 ans, a pu également sortir[239],[240],[241].

 
Bombardements sur le réduit de Baghouz, dans la nuit du au .

Le 1er mars, après l'évacuation dans la journée de quelques dizaines de personnes, les Forces démocratiques annoncent dans la soirée le début de l'assaut final contre le réduit de l'État islamique[234],[238]. Les porte-paroles des FDS et de la coalition affirment alors qu'il n'y a plus de civils dans le réduit[234],[238] — ce qui est démenti par des témoignages[242] — avant d'ensuite affirmer que les derniers civils encore présents ont refusé de sortir[243]. L'ultime poche, grande d'un demi-kilomètre carré, est encore défendue par environ 1 000 à 1 500 combattants irréductibles, pour la plupart des Irakiens et des étrangers, selon les estimations des FDS[234],[238],[244],[245],. Les FDS ont quant à eux 9 000 hommes qui encerclent la poche de Baghouz[242]. L'offensive reprend le 1er mars à 18H00 par des tirs d'artillerie[234],[246],[247]. Le 2 mars, les fantassins des FDS commencent à pénétrer dans le périmètre tenu par les djihadistes[243]. La nuit du 2 au 3 mars, un déluge de feu particulièrement intense s'abat sur la poche de Baghouz : un dépôt de munitions souterrain explose et une partie du campement informel est détruit[248],[245]. Les combattants des FDS se heurtent toujours à des mines, à des voitures piégées, à des attaques suicides et à des embuscades tendues à partir des souterrains[249] et privilégient les combats de nuit, avec des unités équipées de lunettes à vision nocturne[245]. Ils parviennent à s'emparer de la colline du djebel Baghouz, position stratégique surplombant la zone, où ils installent leurs armes lourdes[250],[245]. Une nouvelle trêve intervient cependant le 3 mars en milieu de matinée[245]. Le 4 mars, les FDS annoncent de nouveau freiner leur offensive à cause des civils et des otages[249],[245],[217]. Les djihadistes détiennent alors toujours des prisonniers FDS et les négociateurs de l'EI auraient aussi affirmé retenir encore en vie trois otages occidentaux : John Cantlie, le père Paolo Dall'Oglio et une infirmière néo-zélandaise[245],[217]. Du 3 au 7 mars, les combats sont suspendus à l'exception de quelques escarmouches et 7 000 personnes sortent encore du réduit[251],[252],[253],[254]. Selon les FDS, 400 combattants sont également arrêtés le soir du 5 mars alors qu'ils essayaient de fuir le réduit à pied[255],[256]. Le 6 mars, sept enfants yézidis peuvent être évacués[256]. Le rythme des évacuations se ralentit ensuite grandement : aucun civil ne sort le 8 mars et moins d'une centaine quitte le réduit le 9 mars[257]. Le 10 mars, aucune sortie de civils n'est observée, les Forces démocratiques syriennes annoncent alors que le délai accordé aux djihadistes pour se rendre a expiré et que les opérations militaires reprennent[257].

 
Le siège du réduit de Baghouz entre le 19 février et le 23 mars 2019 :

De violents combats s'engagent alors dans la nuit du 10 au 11 mars : les chars des FDS ouvrent le feu sur des positions djihadistes, les avions de la coalition frappent des dépôts de munitions et les djihadistes mènent des attaques-suicides avec des véhicules piégés[258]. Les FDS enregistrent une progression modeste et donnent un bilan de cinq morts dans leurs rangs contre 37 du côté de l'État islamique après 24 heures de combats[258],[259]. L'offensive est de nouveau ralentie dans la journée du 11 mars avec de nouvelles sorties et redditions de 400 combattants et civils[258],[260]. Les forces de la coalition mènent alors essentiellement leurs frappes de nuit, tandis que les combats baissent en intensité le jour afin de permettre la sortie des civils[261]. Le 12 mars, 3 000 personnes, dont une majorité de djihadistes, se rendent encore aux FDS[260]. Trois femmes et quatre enfants yézidis sont également secourus[260]. Le 13 mars, profitant d'une tempête de sable, l'État islamique mène deux contre-attaques, une le matin, l'autre l'après-midi, que les FDS affirment avoir repoussées, ne déplorant que quatre morts dans leurs rangs contre plusieurs dizaines de tués du côté des djihadistes[262],[263],[14]. Le 14 mars, 1 300 combattants et civils se rendent, tandis que les FDS revendiquent la mort d'une quinzaine de djihadistes dans la journée[261],[264],[265],[14]. Le 15 mars, de nouvelles redditions ont lieu mais pour la première fois, trois kamikazes en profitent pour s'infiltrer et actionner leurs ceintures explosives au milieu des déplacés, tuant six d'entre-eux et blessant trois hommes des FDS[266],[267],[268],[14]. Le 16 mars, quelques dizaines de djihadistes, dont des étrangers, se rendent[14],[269]. Le 17 mars, les FDS revendiquent la prise de plusieurs positions à l'intérieur du camp[269]. Les FDS s'emparent de presque toute la poche les 18 et 19 mars[270]. Le matin du 18 mars, elles commencent par prendre la zone des bâtiments, situés à l'Ouest[271],[270]. Entre 1 000 et 1 500 personnes, combattants et civils, dont des dizaines de blessés, se rendent ensuite entre le soir du 18 mars et le matin du 19 mars[272]. Le 19 mars, les FDS s'emparent du campement et acculent les forces de l'EI sur les bords de l'Euphrate[272]. Les combattants arabo-kurdes ratissent ensuite le campement à la recherche de cachettes[273]. Les derniers djihadistes sont alors retranchés dans deux secteurs : dans les grottes d'un escarpement rocheux dominant Baghouz et dans des tranchées creusées au bord de l'Euphrate[274]. Le matin du 23 mars, les Forces démocratiques syriennes annoncent la prise complète de la poche de Baghouz[275],[276],[277],[278]. Symboliquement, les FDS hissent leur drapeau sur les hauteurs du village[279]. Le porte-parole Mustafa Bali déclare : « Le soi-disant califat a été totalement éliminé »[275].

Des djihadistes continuent cependant de se cacher dans des tunnels[280],[281]. Le 24 mars, plusieurs dizaines d'entre-eux en sortent pour se rendre[280]. Quelques frappes aériennes sont encore menées par la coalition dans les jours qui suivent[282],[281],[283].

Crimes de guerreModifier

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), l'État islamique exécute 700 des 1 350 prisonniers, combattants et civils, dans la poche de Hajine, au cours des mois de novembre et décembre 2018[154].

Le , les Forces démocratiques syriennes affirment avoir découvert dix jours plus tôt, dans la région de Baghouz, un charnier contenant « des dépouilles d'hommes ainsi que des têtes coupées de femmes »[284]. Un porte-parole des FDS, Adnane Afrine, déclare alors : « Le nombre de dépouilles n'est pas encore clair (...) et nous ne savons pas si elles appartiennent à des civils, des membres de l'EI ou des femmes yézidies »[284],[285].

Environ 200 à 300 femmes et enfants yézidis, enlevés en 2014 par l'État islamique lors des massacres de Sinjar, sont secourus dans les derniers mois de l'offensive de Deir ez-Zor[286],[287]. Les femmes étaient utilisées comme esclaves sexuelles et certains garçons étaient enrôlés comme enfants soldats[287],[288],[289].

PertesModifier

 
Trois combattants des Forces démocratiques syriennes le , libérés après avoir été faits prisonniers par l'État islamique.

Le 10 octobre 2017, les Forces démocratiques syriennes donnent un bilan pour le premier mois de l'offensive[290] :

  • 45 morts pour les Forces démocratiques syriennes[290] ;
  • 156 morts, dont 27 corps ont été récupérés, et 70 prisonniers pour l'État islamique[290].

Le 3 janvier 2018, un noveau bilan est donné par les Forces démocratiques syriennes[13] :

  • 162 morts et 416 blessés pour les Forces démocratiques syriennes[13] ;
  • 1 345 morts, 4 000 blessés et 64 prisonniers pour l'État islamique[13].

L'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) donne quelques bilans :

  • Au moins 197 civils, dont 27 femmes et 51 enfants, tués dans le gouvernorat de Deir ez-Zor par les frappes aériennes de la coalition entre le et le [11] ;
  • Au moins 29 combattants de l'État islamique et 8 combattants des FDS tués les 28 et 29 janvier 2018[61],[291] ;
  • Au moins 10 membres des FDS tués mi-février 2018[292] ;
  • Au moins 82 combattants de l'État islamique tués par les frappes de la coalition au cours du mois de février 2018[66] ;
  • Au moins 753 combattants des FDS, 1 600 combattants de l'EI et 634 civils, dont 157 femmes et 209 enfants, tués entre le et le [12],[273].

Les Forces démocratiques syriennes donnent également le bilan suivant pour la période du 9 janvier au 16 mars 2019[15] :

  • 82 morts et 61 blessés pour les Forces démocratiques syriennes[14],[15] ;
  • 1 306 morts et 520 prisonniers pour l'État islamique[14],[15] ;
  • 34 000 civils « secourus » et 29 600 « terroristes et membres de leurs familles » (dont 5 000 « terroristes ») s'étant rendus[14],[15].

En mars 2019, les FDS estiment que l'État islamique retient plus de 300 prisonniers dans la poche de Baghouz, dont plusieurs de ses combattants et des civils[14]. Bien qu'officiellement les FDS démentent mener des négociations, certains prisonniers sont relâchés au compte-gouttes, notamment en échange de vivres pour les assiégés[293]. D'autres auraient en revanche été exécutés[293].

Déplacés et prisonniersModifier

 
Évacuation de civils près d'Hajine, le .

Selon le Programme alimentaire mondial (PAM) les combats et les frappes aériennes ont également provoqué la fuite de 16 500 personnes entre juillet et décembre 2018[294]. Selon le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés, 25 000 civils ont fui les combats au cours des six derniers mois de l'année 2018[171].

Selon l'OSDH, 63 250 personnes au total sont évacuées du dernier réduit de l'État islamique entre le 1er décembre 2018 et le 23 mars 2019, dont 8 550 djihadistes présumés qui sont arrêtés par les FDS[12]. Les hommes sont fouillés, interrogés et séparés des femmes et des enfants[295],[296],[297]. Les combattants sont interrogés par des militaires des forces spéciales américaines, françaises et britanniques, avant d'être envoyés dans les prisons tenues par les FDS à Kobané, Dayrick, Rmeilane et Hassaké[298],[299]. Les femmes et les enfants sont transportés par camions au camp de réfugiés d'al-Hol, dont la population passe de 10 000 en décembre 2018[300] à 72 000 (dont 41 000 enfants) vers la fin mars 2019[273],[277]. Les déplacés s'entassent dans des conditions misérables, sans aide de la communauté internationale selon le Comité international de la Croix-Rouge (CICR)[301]. Un autre camp de réfugiés doit alors être établi à al-Suwar[237]. De nombreuses femmes continuent cependant d'afficher ouvertement aux Forces démocratiques syriennes et aux journalistes leur soutien à l'État islamique[302],[296],[295],[237].

Les autorités kurdes appellent à de nombreuses reprises les États étrangers à rapatrier leurs ressortissants djihadistes, mais ceux-ci réagissent diversement[277]. Les États-Unis rapatrient les djihadistes américains et la Russie fait de même avec les enfants de djihadistes russes, mais les États européens refusent ou hésitent[303],[304],[305],[306],[307]. Le 24 mars 2019, Abdel Karim Omar, chargé des Affaires étrangères au sein de l'administration kurde, déclare : « Nous avons des milliers de combattants, d'enfants et de femmes originaires de 54 pays, sans compter les Syriens et les Irakiens. [...] Il faut qu'il y ait une coordination entre nous et la communauté internationale pour faire face à ce danger. [...] Toute menace ou toute nouvelle guerre sera une opportunité donnée à ces criminels pour s'enfuir des prisons. [...] Il y a des milliers d'enfants éduqués selon l'idéologie de l'EI. Si ces enfants ne sont pas rééduqués et réintégrés dans leur société d'origine, ils représentent des futurs terroristes »[308]. Selon les FDS, 2 500 femmes et 6 500 enfants étrangers se trouvent dans le camp d'al-Hol vers la mi-mars 2019[309].

Le 24 février 2019, Bagdad déclare que les FDS leur ont livré 280 djihadistes irakiens[310]. L'agence Reuters affirme également qu'une dizaine de Français ont été remis au gouvernement irakien[310]. L'administration semi-autonome kurde annonce aussi avoir libéré le 2 mars, dans les différentes régions sous son contrôle, 283 Syriens accusés d'appartenance à l'EI, mais n'ayant pas de « sang sur les mains »[311].

Le 11 avril 2019, les autorités du Rojava annoncent avoir conclu un accord avec le gouvernement de Bagdad pour rapatrier 31 000 réfugiés irakiens, principalement des femmes et des enfants[312].

Réactions après la défaite de l'État islamiqueModifier

 
Militaires américains et français à al-Qaïm, le 19 mars 2019.

Le 23 mars 2019, une cérémonie est organisée par les FDS dans le champ pétrolier d'Al-Omar, utilisé comme quartier-général, en présence de William Roebuck, l'envoyé américain de la coalition internationale menée par les États-Unis[313]. Mazloum Kobane, le commandant en chef de FDS, déclare : « Nous annonçons à l'opinion publique mondiale le début d'une nouvelle phase dans le combat contre les terroristes »[313]. Il affirme alors que les futures opérations militaires auront pour principal objectif d'éliminer les cellules dormantes des djihadistes[313]. William Roebuck déclare pour sa part : « Cette étape cruciale de la lutte contre l'EI constitue un coup stratégique [...] Nous avons fini de défaire l'EI sur le plan territorial en Syrie et en Irak, mais nous avons encore du travail pour obtenir une défaite durable de l'EI »[313].

Le 23 mars, le président américain Donald Trump salue la fin du « califat » et promet de rester « vigilant afin d'éradiquer l'Etat islamique partout où il est actif »[314]. Le même jour, le président français Emmanuel Macron déclare sur Twitter : « Nous n’oublions pas les victimes de Daech. L’étape franchie aujourd’hui est immense : un danger majeur pour notre pays est éliminé »[315].

Le gouvernement syrien ne réagit pas à la victoire des FDS sur l'État islamique[316]. Les médias officiels du régime ne font aucune mention de la chute de Baghouz et de la fin du « califat »[316].

Voir aussiModifier

Liens externesModifier

VidéographieModifier

PhotographiesModifier

Notes et référencesModifier

  1. (en) « YPJ Commander: We will reach the Euphrates River soon », ANF News, (consulté le 12 septembre 2017)
  2. a b c d e f g h i j k l m n et o Matteo Puxton, Puissante contre-offensive de l'État islamique dans le désert syrien, France Soir, 16 octobre 2018.
  3. a b et c Syrie: ruines et voitures calcinées à Hajine après les combats avec l'EI, AFP, 17 décembre 2018.
  4. a et b Rodi Said, Ellen Francis et Guy Kerivel, Les hommes de l'EI et leurs familles encerclés dans l'Est syrien, Reuters, 29 janvier 2019.
  5. a et b Franck Cognard, "On est sur un ennemi qui tape partout" : en Irak, les canons Caesar de l'artillerie française ciblent l'État islamique en Syrie, France info, 1er octobre 2018.
  6. Olivier Fourt, Pourquoi la France renforce sa présence en Syrie?, RFI, 28 avril 2018.
  7. Alain Barluet, Paris appuie l'offensive contre les dernières poches de Daech, Le Figaro, 26 octobre 2018.
  8. Le dernier réduit de l'Organisation État Islamique en Syrie, France Inter, 17 décembre 2018.
  9. a et b Point de situation des opérations du 27 avril au 3 mai, Ministère de la Défense, 7 mai 2018.
  10. a et b Paul Khalifeh, La stratégie du groupe EI: se replier vers le désert, RFI, 6 octobre 2017.
  11. a et b http://www.syriahr.com/en/?p=79428 Al-Shafa massacre kills 34 citizens including 22 children and citizen women and raises the number of the casualties of Deir Ezzor to 1000 persons during about 80 days of shelling], OSDH, 26 novembre 2017.
  12. a b c d et e With the declaration of victory over it east of Euphrates, hundreds of families of abducted people call on the Coalition and SDF to reveal their fate at ISIS, OSDH, 23 mars 2019.
  13. a b c d et e 2017 Balance Sheet of War – Syrian Democratic Forces, 3 janvier 2018.
  14. a b c d e f g h i et j Hélène Sallon, Syrie : l’interminable chute de Baghouz et de ce qu’il reste du « califat » de l’EI, Le Monde, 18 mars 2019.
  15. a b c d e et f SDF’s two-month balance sheet of battle against ISIS, ANF News, 17 mars 2019.
  16. a b c d et e Nouvelle offensive de combattants syriens aidés par Washington contre l'EI, AFP, 9 septembre 2017.
  17. With the US Forces and Coalition support… Deir Ezzor Military Council starts its military operation by controlling hills and villages east of the Euphrates River, OSDH, 9 septembre 2017.
  18. RAF air strikes in Iraq and Syria: September 2017, Ministry of Defence, 7 novembre 2017.
  19. Point de situation des opérations du 22 février 2018, Ministère de la Défense, 6 mars 2018.
  20. Catherine Gouëset, Dans l'est de la Syrie, menaces et accrochages américano-russes se multiplient, L'Express avec AFP, 22 septembre 2017.
  21. a b et c Benjamin Barthe, A Deir ez-Zor, le face-à-face ambigu entre forces kurdes et prorégime syrien, Le Monde, 21 octobre 2017.
  22. Syrie: un conseil civil pour gérer Deir ez-Zor ?, Le Figaro avec AFP, 11 septembre 2017.
  23. Les FDS ne prévoient pas d'entrer dans Deir ez-Zor, AFP, 14 septembre 2017.
  24. Moins de 3.000 combattants de Daech en Irak et en Syrie, Reuters, 5 décembre 2017.
  25. Il reste moins de 1000 combattants de l'EI, Le Figaro avec Reuters, 27 décembre 2017.
  26. Constantin Gouvy, Sur la ligne de front, avec les FDS déterminées à en finir avec le califat, OLJ, 15 juin 2018.
  27. a et b Delil Souleiman, Dans l'est syrien, l'assaut décisif des FDS contre l'EI, OLJ avec AFP, 14 septembre 2018.
  28. Syrie: des forces soutenues par Washington proches de Deir Ezzor, AFP, 10 septembre 2017.
  29. After carrying out the first massacre by the International Coalition since the start of “Jazeera Storm” Operation, Deir Ezzor Military Council continues its operation to control al-Shehabat area, OSDH, 13 septembre 2017.
  30. Tom Perry, Sarah Dadouch et Christian Lowe, Les FDS fixent une "ligne rouge" aux forces pro-Assad, Reuters, 15 septembre 2017.
  31. Syrie: une force alliée à Washington accuse Moscou de l’avoir bombardée, AFP, 16 septembre 2017.
  32. Des soldats des FDS blessés : Washington accuse l'armée russe, Le Point avec AFP, 16 septembre 2017.
  33. Syrie: l'armée franchit l'Euphrate, l'EI quasi-assiégé à Deir Ezzor, AFP, 18 septembre 2017.
  34. Syrie: Moscou avertit Washington après des tirs rebelles contre le régime, Le Figaro avec AFP, 21 septembre 2017.
  35. Syrie: l'EI chassé d'une importante usine de gaz dans l'est, AFP, 23 septembre 2017.
  36. Syrie: une force soutenue par Washington accuse Moscou de l'avoir bombardée, AFP, 25 septembre 2017.
  37. Al-Jazeera Tempest: fighters reach al-Sor town’s entrance, AHNA, 26 septembre 2017.
  38. SDF makes new gains against ISIS in Deir Ezzor, Zaman al-Wasl, 9 septembre 2017.
  39. a et b Two months after the start of “Jazeera Storm” Operation, the Syria Democratic Forces control the entire banks of Khabur River in Deir Ezzor Province, OSDH, 10 novembre 2017.
  40. (en) Syrian Democratic Forces recapture Jafra oil field after clashes with IS, Iraqi News, 30 septembre 2017.
  41. a et b Paul Khalifeh, Syrie: les FDS s’emparent du plus grand gisement pétrolier du pays, RFI, 22 octobre 2017.
  42. a et b Les FDS s'emparent d'un gisement pétrolier majeur dans l'Est syrien, Reuters, 22 octobre 2017.
  43. A booby trapped vehicle on Al-Tojjar Road in the east of Deir Ezzor kills and injures more than 220 persons near the biggest gas field in Syria and raises the food prices in the controlled areas of the organization, OSDH, 5 novembre 2017.
  44. Au moins 75 personnes tuées en Syrie, dans un attentat commis par Daesh, L'Express avec AFP, 5 novembre 2017.
  45. Leith Fadel, US-backed forces capture strategic town in east Deir Ezzor, Al-Masdars News, 8 novembre 2017.
  46. “Al-Jazeera Storm” Operation Forces continue their battles against the “Islamic State” organization near a strategic center of the organization, OSDH, 9 novembre 2017.
  47. After imposing their control over the entire of Khabur banks within Deir Ezzor province…the forces of “Al-Jazeera Storm” Operation advance in the vicinity of the important township of Al-Busayrah, OSDH, 11 novembre 2017.
  48. The SDF impose their control over Al-Busayrah which is the most important remaining area of ISIS in Syria, OSDH, 12 novembre 2017.
  49. Syria Democratic Forces reach to an area of 15 km away from Deir Ezzor borders with Iraq and become less than 20 km away from Al-Bukamal, OSDH, 15 novembre 2017.
  50. After being surrounded by the regime forces in the west bank, the Syria Democratic Forces besiege the “Islamic State” organization in the east bank of Euphrates River, OSDH, 25 novembre 2017.
  51. a b c et d Syrie : les Kurdes annoncent la fin de leurs opérations anti-EI dans l'est, AFP, 3 décembre 2017.
  52. Syrie : les Kurdes annoncent avoir repris la province de Deir ezzor et la fin de leur bataille contre l’EI, France 24 avec AFP, 3 décembre 2017.
  53. Syrie: la Russie a effectué des frappes en soutien aux milices kurdes, Le Figaro avec AFP, 4 décembre 2017.
  54. After the end of backing the regime’s operation in the west of the Euphrates River…Russia kills and injures about 25 citizens in its east supporting the SDF operations, OSDH, 6 décembre 2017.
  55. Ongoing battles in the east of the Euphrates in an attempt by “Al-Jazeera Storm” Operation Forces to control two towns and a village on the banks of the river, OSDH, 7 décembre 2017.
  56. “Jazeera Storm” Operation Forces advance in the east bank of Euphrates River within their operation to end the presence of ISIS in the area, OSDH, 29 décembre 2017.
  57. The SDF take the control of 3 important towns and minimize ISIS scope of control to 7 towns and villages on the eastern bank of the Euphrates River, OSDH, 30 décembre 2017.
  58. Ongoing battles in the east of the Euphrates as “Al-Jazeera Storm” Operation Forces seek to end ISIS presence in the area, OSDH, 2 janvier 2018.
  59. Continues violent clashes between SDF and ISIS east of the Euphrates River, OSDH, 15 janvier 2018.
  60. ISIS expand its control during the first month of 2018 to about 110 towns, villages and areas inside the Syrian territories, OSDH, 18 janvier 2018.
  61. a et b SDF impose their control over the entire town of Gharanij after clashes lasted for days, OSDH, 29 janvier 2018.
  62. Maxime Macé, Pour la première fois, la propagande de l'État islamique montre des femmes au combat, France Soir, 9 février 2018.
  63. ISIS carries out a counteroffensive on a village it lost about one week ago east of Euphrates River, OSDH, 20 février 2018.
  64. Une milice irakienne appuyée par l'Iran sauve des combattants syriens soutenus par les États-Unis, AFP, 13 février 2018.
  65. Matteo Puxton, Milices chiites irakiennes: le choix de l'Iran pour Liwa al-Tafuf, France Soir, 3 janvier 2019.
  66. a et b Syrie: 25 civils tués dans des raids aériens, Le Figaro avec AFP, 26 février 2018.
  67. Des opérations suspendues dans l'Est syrien à cause d'Afrin, dit le Pentagone, Reuters, 5 mars 2018.
  68. Syrie: 1.700 combattants transférés du front anti-EI vers celui d'Afrine (forces arabo-kurdes), AFP, 6 mars 2018.
  69. Les FDS envoient des renforts à Afrin face à l'armée turque, Reuters, 6 mars 2018.
  70. a et b Non, l'État islamique n'est pas vaincu en Syrie, ni en Irak, France Soir, 4 avril 2018.
  71. Coalition warplanes target a meeting of ISIS commanders and members east of Euphrates, kill about 28, OSDH, 19 avril 2018.
  72. Exchange of captives between SDF and ISIS in the countryside of Deir Ezzor, OSDH, 18 avril 2018.
  73. After the release of about 40 captives in an exchange that took place between SDF and ISIS… negotiations are underway to release more captives within new deals, OSDH, 19 avril 2018.
  74. Wahoub Fayoumi, Syrie: " C'est la présence américaine qui est le problème pour Damas", Rtbf.be, 9 octobre 2018.
  75. Ahmed Aboulenein, UPDATE 2-Iraqi warplanes attack Islamic State positions in Syria, Reuters, 19 avril 2018.
  76. Syrie: l'Irak a mené un raid contre l'EI, Le Figaro avec AFP, 19 avril 2018.
  77. L'Irak affirme avoir tué 36 "terroristes de l'EI" dans son raid en Syrie, Europe 1 avec AFP, 22 avril 2018.
  78. Irak: l'aviation irakienne frappe une nouvelle fois l'EI en Syrie, AFP, 6 juin 2018.
  79. a et b Baghdadi est en Syrie et se déplace avec un petit groupe, selon un responsable irakien, AFP, 9 mai 2018.
  80. L'aviation irakienne bombarde une position de l'EI en Syrie, Reuters, 14 mai 2018.
  81. L'Irak dit avoir tué 45 djihadistes dont des chefs dans un raid en Syrie, Europe 1 avec AFP, 23 juin 2018.
  82. Syrie: les FDS lancent l'offensive «finale» contre l'EI dans l'est, AFP, 1er mai 2018.
  83. Rodi Saïd, Dans l'est de la Syrie, l'offensive des FDS contre l'EI a repris, Reuters, 1er mai 2018.
  84. a b c et d Syrie : la coalition confirme avoir lancé la phase finale de son opération, Europe 1 avec AFP, 11 septembre 2018.
  85. Des soldats français envoyés en renfort en Syrie depuis deux semaines, affirme Mattis, AFP, 26 avril 2018.
  86. Syrie: les FDS avancent contre l’EI, appuyés par Paris et Washington, RFI, 20 mai 2018.
  87. With the participation of French forces alongside the American, the SDF continue their operation on the east bank of Euphrates River advancing at the expense of ISIS, OSDH, 20 mai 2018.
  88. Syrie : les FDS avancent face à l'EI à Deir ez-Zor, AFP, 20 mai 2018.
  89. Les jihadistes de l'EI en Syrie à portée de canon des artilleurs français, AFP, 10 février 2019.
  90. Chammal : les canons de la Task Force Wagram engagés pour éliminer les dernières emprises de Daesh, Ministère des armées, 7 juin 2018.
  91. a et b Syrie: des combattants soutenus par Washington progressent face à l'EI, AFP, 14 mai 2018.
  92. Une frappe aérienne dans l'est de la Syrie fait au moins 54 morts, Le Figaro avec AFP, 13 juillet 2018.
  93. ISIS loses its largest remaining enclave in Syria with an area of about 1 700 km2 for the Coalition and SDF loses its direct contact with the Iraqi territory, OSDH, 5 août 2018.
  94. Syrie: 28 djihadistes tués dans des frappes de la coalition anti-EI, AFP, 7 août 2018.
  95. Syrie: 18 djihadistes de l'EI tués par un raid, Le Figaro avec AFP, 17 août 2018.
  96. a et b Syrie : les FDS repoussent une attaque de l'EI, AFP, 17 août 2018.
  97. a et b Syrie : nouveau revers de l'EI face aux FDS, AFP, 17 juin 2018.
  98. Rikar Hussein et Zana Omar, SDF, Iraqis Defend Syrian Border Town from IS, VOA, 29 juin 2018.
  99. En Syrie, la province de Hassaké libre des derniers jihadistes de l'EI, OLJ avec AFP, 24 juin 2018.
  100. Tom Squitieri, Final phase of anti-ISIS Operation Roundup underway, TMN, 31 juillet 2018.
  101. a b et c Patrick Saint-Paul, Notre reportage en Syrie, avec la coalition partie à l'assaut du dernier réduit de Daech, Le Figaro, 17 octobre 2018.
  102. a b et c Syrie: une coalition kurdo-arabe à l'assaut contre l'EI dans l'Est, AFP, 10 septembre 2018.
  103. a et b Syrie: 20 combattants d'une alliance kurdo-arabe tués, Le Figaro avec AFP, 14 septembre 2018.
  104. Syrie : le combat contre l'EI sera plus long que prévu, selon les FDS, AFP, 16 octobre 2018.
  105. a b c d e f et g Matteo Puxton, Syrie: l'EI inflige un revers aux FDS dans l'est, mais reste acculé, France Soir, 25 octobre 2018.
  106. Matteo Puxton, L'Etat islamique n'est pas vaincu: il a rebasculé dans l'insurrection, France Soir, 7 février 2019.
  107. Paul Khalifeh, Syrie: des Marines en renfort à Deir Ezzor, RFI, 5 octobre 2018.
  108. Les États-Unis envoient des Marines dans la bataille anti-EI en Syrie (OSDH), Xinhua, 4 octobre 2018.
  109. a b c et d Contre-attaque de l'EI dans sa dernière poche dans la province de Deir ez-Zor, AFP, 10 octobre 2018.
  110. The most violent clashes of the Euphrates’ east continue between ISIS against SDF for more than 65 hours and a series of executions carried out by the organization in its last enclave, OSDH, 12 octobre 2018.
  111. a et b L'EI poursuit ses contre-attaques dans son dernier fief de l'est syrien (OSDH), AFP, 13 octobre 2018.
  112. L'EI enlève 130 familles dans l'est de la Syrie, selon l'OSDH, Xinhua, 13 octobre 2018.
  113. In conjunction with air and ground strikes by the Coalition, clashes between SDF and ISIS continue to control the scene east of Euphrates River, OSDH, 15 octobre 2018.
  114. a b et c La coalition US dit avoir frappé une mosquée servant de QG à l'EI en Syrie, Reuters, 21 octobre 2018.
  115. a et b Syrie: la coalition anti-EI dément avoir ciblé des civils lors d'un récent raid, AFP, 21 octobre 2018.
  116. Syrie: 35 jihadistes tués dans une offensive anti-EI soutenue par Washington dans l'Est, AFP, 20 octobre 2018.
  117. Syrie : la coalition annonce avoir bombardé deux mosquées, OLJ, 24 octobre 2018.
  118. a b c d e f g h i et j Matteo Puxton, Syrie: l'État islamique inflige une lourde défaite aux FDS, France Soir, 29 octobre 2018.
  119. Fears over the lives of 4 members of the Arab Elite Forces who were kidnapped by the organization days ago east of the Euphrates River, OSDH, 29 octobre 2018.
  120. a b et c Syrie: l'EI repousse les forces soutenues par Washington de son dernier réduit dans l'Est, AFP, 28 octobre 2018.
  121. a b et c L'EI tue 68 combattants soutenus par les USA, AFP, 27 octobre 2018.
  122. a b et c 24 hours of fierce battles leave 68 casualties and 100 wounded in the ranks of the SDF in the highest death toll ever and the organization uses women as snipers and children as attackers and recovers 2 towns, OSDH, 27 octobre 2018.
  123. a et b Paul Khalifeh, Syrie: l'EI chasse les FDS de Deir Ezzor et rétablit la jonction avec l'Irak, RFI, 28 octobre 2018.
  124. Syrie: les Turcs bombardent des Kurdes, Le Figaro avec AFP, 28 octobre 2018.
  125. Syrie: 4 miliciens kurdes tués par l'artillerie turque, Le Figaro avec Reuters, 31 octobre 2018.
  126. Syrie : la Turquie prête pour une nouvelle offensive contre une milice kurde, AFP, 30 octobre 2018.
  127. Syrie: les forces soutenues par Washington annoncent l'arrêt "temporaire" des opérations anti-EI, AFP, 31 octobre 2018.
  128. Syrie : des unités spéciales kurdes anti-EI en renfort dans l'est, AFP, 30 octobre 2018.
  129. a et b Après un revers des anti-EI en Syrie, l'Irak redéploie des forces à la frontière, AFP, 2 novembre 2018.
  130. a b c d e f g h i j k et l Matteo Puxtton, Syrie: l'État islamique remporte une nouvelle victoire à Hajin, France Soir, 26 novembre 2018.
  131. Syrie: 14 civils tués dans des frappes de la coalition anti-EI, AFP, 3 novembre 2018.
  132. a et b Syrie : 12 membres d'une force antijihadistes tués par l'EI, AFP, 4 novembre 2018.
  133. a et b Des dizaines de jihadistes de l'EI tués par des raids aériens dans l'est de la Syrie, AFP, 7 novembre 2018.
  134. Des frappes aériennes américaines déjouent une attaque surprise de l'EI en Syrie, tuant 20 combattants, Xinhua, 8 novembre 2018.
  135. a et b Syrie: une force arabo-kurde annonce la reprise de son offensive contre l'EI, AFP, 11 novembre 2018.
  136. a et b Paul Khalifeh, Syrie: les FDS annoncent reprendre leur offensive contre l'État islamique, RFI, 12 novembre 2018.
  137. 2 days after the meeting with the Coalition and the failure of the 2-month Battle…the Coalition and SDF launch a new round of military operations against ISIS last enclave in the east of the Euphrates, OSDH, 11 novembre 2018.
  138. The International Coalition warplanes escalate their bombardment on ISIS enclave east of the Euphrates raising the number of ISIS casualties to 30 in 3 days of aerial targeting, OSDH, 14 novembre 2018.
  139. The recovery of more casualties from under the rubble raises to 38 persons including 25 children and citizen women, the number of those who were killed by the International Coalition’s warplanes in the second massacre of Al-Sha’afah, OSDH, 14 novembre 2018.
  140. Syrie: 38 morts dans des raids de la coalition sur une poche de l'EI, AFP, 13 novembre 2018.
  141. Syrie: 43 morts en majorité des civils dans des raids de la coalition anti-EI, AFP, 17 novembre 2018.
  142. a b c et d La coalition anti-EI dément avoir tué des civils dans l'est syrien, AFP, 18 novembre 2018.
  143. Paul Khalifeh, Syrie: le numéro deux du groupe État islamique capturé par les FDS, RFI, 25 novembre 2018.
  144. L'alliance des FDS annonce l'arrestation d'un chef jihadiste en Syrie, AFP, 30 novembre 2018.
  145. a b c d et e Syrie : 92 combattants antidjihdistes tués en trois jours dans un assaut de l'EI, selon une ONG, Europe 1 avec AFP, 26 novembre 2018.
  146. a et b Syrie : 47 combattants antijihadistes morts dans des attaques de l'EI, AFP, 24 novembre 2018.
  147. a b et c Paul Khalifeh, Syrie: une quarantaine de FDS morts dans des combats avec le groupe EI, RFI, 24 novembre 2018.
  148. Syrie: 92 combattants, 51 civils tués en trois jours dans une bataille avec l'EI (ONG), AFP, 26 novembre 2018.
  149. (Video) more than 15000 fighters of SDF and the Special Forces wait for the signal to start the last ground operation and tens of trucks enter east of Euphrates loaded with weapons and equipment, OSDH, 30 novembre 2018.
  150. Hélène Sallon, La soif de vengeance de la tribu des Chaitat contre l’EI, Le Monde, 7 mars 2019.
  151. Syrie: pour venger ses morts, une tribu lutte contre l'EI aux côtés des Kurdes, AFP, 29 janvier 2019.
  152. a b c d et e Luc Mathieu, Aux portes d’Al-Baghouz, reliquat du «califat», Libération, 7 février 2019.
  153. Layal Abou Rahal, Pourquoi la bataille contre l'EI dans l'est de la Syrie s'éternise-t-elle?, AFP, 28 novembre 2018.
  154. a et b Ellen Francis, Sept cents prisonniers exécutés en deux mois par l'EI en Syrie, Reuters, 19 décembre 2018.
  155. a et b Matteo Puxton, Exclu- Syrie: comment l'État islamique envoie des adolescents au combat à Hajin, France Soir, 19 décembre 2018.
  156. Laurent Lagneau, Irak : Les artilleurs français ont détruit une colonne de véhicules de l’État islamique avec des obus « BONUS », Opex360.com, 7 décembre 2018.
  157. a et b Paul Khalifeh, Syrie: le groupe EI reprend une partie du terrain perdu à Hajin, RFI, 6 décembre 2018.
  158. a b et c Syrie : l'alliance arabo-kurde progresse dans l'ultime fief jihadiste de l'est, AFP, 6 décembre 2018.
  159. a b et c Syrie : percée importante des FDS dans un bastion de l'EI, AFP, 13 décembre 2018.
  160. Jérémy André, Les Kurdes syriens, sur le point de chasser l'EI et sous la menace d'Erdogan, Le Point, 13 décembre 2018.
  161. Syrie: une force soutenue par Washington chasse l'EI d'un de ses fiefs dans l'est, AFP, 14 décembre 2018.
  162. Nouveau revers pour l'EI chassé d'un de ses fiefs en Syrie, AFP, 14 décembre 2018.
  163. Syrie: les FDS, soutenues par Washington, chassent l'EI d'un de ses fiefs, RFI avec AFP, 14 décembre 2018.
  164. Madjid Zerrouky, Syrie : le dernier fief urbain de l’EI repris par les forces kurdes, Le Monde, 17 décembre 2018.
  165. Syrie: La coalition détruit une mosquée QG de l'État islamique, Reuters, 15 décembre 2018.
  166. US-Led International Coalition Kills 17, The Syrian Observer, 17 décembre 2018.
  167. Attaque de l'EI dans le sud-est de la Syrie, Reuters, 21 décembre 2018.
  168. Syrie : près de 30 morts dans des frappes de la coalition anti-EI, AFP, 21 décembre 2018.
  169. Syrie: une coalition kurdo-arabe progresse dans un réduit de l'EI, AFP, 24 décembre 2018.
  170. Plus de 11 000 personnes fuient le dernier réduit de l'EI à Deir ez-Zor, OLJ avec AFP, 27 décembre 2018.
  171. a et b Syrie : 25.000 personnes ont fui les combats dans l'Est, selon l'ONU, AFP, 11 janvier 2019.
  172. Malgré le flou américain, la coalition poursuit ses frappes en Syrie, AFP, 8 janvier 2019.
  173. a b c et d Syrie: 32 morts dans des contre-attaques de l'EI visant une force kurdo-arabe, AFP, 8 janvier 2019.
  174. Syrie : deux soldats britanniques blessés dans le tir d'un missile par l'EI, AFP, 6 janvier 2019.
  175. Syrie: un tir de missile de l'EI tue un milicien kurde et blesse 2 soldats britanniques, RFI, 6 janvier 2019.
  176. Constantin Gouvy, Civils et jihadistes de l’EI fuient (ensemble), par milliers, le dernier réduit de Daech, OLJ, 30 janvier 2019.
  177. Luc Mathieu, Syrie: «On a eu de la chance, d’autres se sont fait tirer dessus», Libération, 10 février 2019.
  178. a et b Raids de l'aviation irakienne contre l'EI dans l'est de la Syrie, AFP, 19 janvier 2019.
  179. Plus de 600 personnes évacuées du dernier bastion de l'EI dans la province de Deir ez-Zor, OLJ avec AFP, 13 janvier 2019.
  180. Syrie: plus de 2.000 personnes évacuées de l'ultime poche de l'EI en 24 heures, AFP, 16 janvier 2019.
  181. a et b Syrie: environ 5.000 personnes ont quitté l'ultime réduit de l'EI, davantage atrophié, AFP, 22 janvier 2019.
  182. En Syrie, civils et proches de jihadistes fuient l'ultime fief de l'EI, AFP, 26 janvier 2019.
  183. Dans l'est syrien, des Yazidies rescapées de l'enfer de l'EI, AFP, 4 février 2019.
  184. Syrie: une coalition arabo-kurde prend à l'EI une localité dans l'est, AFP, 15 janvier 2019.
  185. La coalition internationale frappe une mosquée en Syrie, AFP, 17 janvier 2019.
  186. Syrie: six civils tués dans des frappes de la coalition anti-EI dans l'est, AFP, 19 janvier 2019.
  187. a et b En Syrie, le dernier village de l'EI conquis par une coalition arabo-kurde, AFP, 23 janvier 2019.
  188. a b et c Rouba el-Husseini, Syrie: dans le réduit de l'EI, les forces arabo-kurdes face à une résistance acharnée, AFP, 27 janvier 2019.
  189. Madjid Zerrouky, En Syrie, le « califat » de l’EI perd son dernier territoire, Le Monde, 25 janvier 2019.
  190. Syrie: une contre-attaque ratée de l'EI fait 50 morts, Le Figaro avec AFP, 24 janvier 2019.
  191. Une trentaine de combattants de l’EI et des civils tués en Syrie, selon l’OSDH, Le Monde avec AFP, 26 janvier 2018.
  192. Syrie: dans l'ultime réduit de l'EI, le recours jihadiste aux "boucliers humains", AFP, 3 février 2018.
  193. Les FDS se préparent à frapper les derniers jihadistes en Syrie, OLJ avec AFP, 8 février 2019.
  194. a et b Hala Kodmani, Syrie : A Al-Baghouz, «bataille finale» contre l’EI, Libération, 10 février 2019.
  195. a b et c Paul Khalifeh, Syrie: violents combats dans le dernier réduit du groupe EI, RFI, 11 février 2019.
  196. a et b En Syrie, une alliance arabo-kurde a lancé sa « bataille finale » contre le groupe Etat islamique, Le Monde avec AFP, 9 février 2019.
  197. Syrie : violents combats entre l'alliance arabo-kurde et les jihadistes de l'EI, AFP, 10 février 2019.
  198. a b et c Dans l'est de la Syrie, l'EI acculé sur un kilomètre carré, AFP, 14 février 2019.
  199. Les FDS avancent dans la dernière poche de l'EI en Syrie, OLJ avec AFP, 10 février 2019.
  200. a et b En Syrie, l'EI résiste dans son dernier réduit, 16 civils tués dans des raids, AFP, 12 février 2019.
  201. Des centaines de personnes fuient les combats avec l'EI dans l'est syrien, AFP, 13 février 2019.
  202. Dans l'est syrien, les enfants du "califat" moribond de l'EI, AFP, 12 février 2019.
  203. a et b Luc Mathieu, Syrie-Irak: le «califat», paradis perdu de la terreur, Libération, 15 février 2019.
  204. a b et c Pourquoi l'offensive des FDS contre l'EI piétine en Syrie ?, OLJ avec AFP, 20 février 2019.
  205. a et b En Syrie, les jihadistes de l'EI sommés de se rendre par la force arabo-kurde, AFP, 18 février 2019.
  206. a et b Syrie: émergeant des ruines du "califat", ils témoignent de l'horreur, AFP, 7 mars 2019.
  207. a et b Hélène Sallon, A Baghouz, ultime fief de l’EI, « on vivait dans des tranchées pour se cacher des balles », Le Monde, 27 février 2019.
  208. a et b Fuir ou mourir: les jihadistes divisés dans le dernier réduit de l'EI en Syrie, AFP, 27 février 2019.
  209. À Baghouz, l'offensive des Forces démocratiques syriennes ralentie par la présence de civils, France 24 avec AFP et Reuters, 16 février 2019.
  210. Les jihadistes de l’Etat Islamique assiégés en Syrie, AFP, 16 février 2019.
  211. a et b Syrie: Baghouz, le dernier bastion du groupe EI est sous contrôle des FDS, RFI, 16 février 2019.
  212. Syrie: les derniers jihadistes résistent dans un réduit d’un demi km² à Baghouz, RFI avec AFP, 17 février 2019.
  213. Syrie: l'EI terré dans des tunnels, la fin du "califat" approche, AFP, 17 février 2019.
  214. Syrie: de nombreux civils encore présents dans le dernier réduit de l'EI, selon la force arabo-kurde, AFP, 16 février 2019.
  215. ISIS presence in the east of the Euphrates is ended after undeclared deal and the SDF continue to search for members of the organization hiding inside tunnels in the area, OSDH, 16 février 2019.
  216. After death of more than 3150 civilians and fighters in about 160 days east of Euphrates, continuous anticipation for an official announcement for the end of ISIS, and sweeping continues to push the remaining to surrender, OSDH, 16 février 2019.
  217. a b c d et e Jérémy André, Syrie : À Baghouz, l’ultime bataille contre le « califat », La Croix, 3 mars 2019.
  218. Les forces arabo-kurdes tentent d’obtenir l’évacuation des civils de Baghouz, OLJ avec AFP, 20 février 2019.
  219. a et b Lutte contre le groupe EI à Baghouz: «La capitulation ou la mort», RFI, 20 février 2019.
  220. a et b Syrie : les FDS "négocient" l'évacuation des civils du réduit de l'EI, annonce la coalition, AFP, 21 février 2019.
  221. a b c d et e En Syrie, les forces antijihadistes se préparent à l'assaut final, AFP, 28 février 2019.
  222. Les forces antijihadistes espèrent la sortie des derniers civils du réduit de l'EI en Syrie, OLJ avec AFP, 23 février 2019.
  223. Syrie: des civils et combattants de l'EI se rendent, d'autres résistent, AFP, 19 février 2019.
  224. Syrie : près de 40 camions évacuent les civils du dernier bastion de Daech, Le Parisien avec AFP, 22 février 2019.
  225. a et b Syrie: 40 camions évacuent hommes, femmes et enfants du réduit de l'EI, AFP, 22 février 2019.
  226. Syrie : 10 camions transportant hommes, femmes et enfants quittent la poche de l'EI, AFP, 20 février 2019.
  227. Syrie: des camions avec hommes, femmes et enfants quittent la poche de l'EI, AFP, 20 février 2019.
  228. Des camions avec hommes, femmes et enfants quittent Baghouz, OLJ avec AFP, 21 février 2019.
  229. Syrie: 20 morts dans un attentat de l'EI, tentatives d'évacuation des civils, AFP, 22 février 2019.
  230. Syrie: Reprise de l'évacuation des civils à Baghouz, Reuters, 22 février 2019.
  231. Syrie: reprise des évacuations en provenance du réduit de l'EI, AFP, 25 février 2019.
  232. Nouvelles évacuations des dernières ruines de l'EI en Syrie, AFP, 26 février 2019.
  233. En Syrie, nouvelles évacuations de l'ultime poche de l'EI, AFP, 27 février 2019.
  234. a b c d et e Syrie: l'assaut final contre l'État islamique a commencé, Le Figaro avec AFP, 1er mars 2019.
  235. Environ 40.000 civils évacués des derniers bastions de l'EI-FDS, Reuters, 27 février 2019.
  236. a et b Adrien Jaulmes, À Baghouz, les derniers jours de la sinistre aventure de l'État islamique, Le Figaro, 26 février 2019.
  237. a b et c Jérémy André, En Syrie, un flot intarissable de civils ralentit l’ultime assaut contre Daech, La Croix, 7 mars 2019.
  238. a b c et d Syrie: les FDS lancent l'offensive contre Baghouz, ultime bastion du groupe EI, RFI, 1er mars 2019.
  239. [vidéo] Pour les enfants yazidis rescapés de l'EI, la liberté, la peur et la méfiance, AFP, 1er mars 2019.
  240. Nicolas Delesalle et Philippe Cohen-Grillet, Daech : l'heure du jugement, Paris-Match, 1er mars 2019.
  241. Adrien Jaulmes, L'effroyable odyssée des enfants yazidis prisonniers de Daech, Le Figaro, 7 mars 2019.
  242. a et b Laurence Geai et Hélène Sallon, A Baghouz, en Syrie, l’assaut contre le dernier réduit de l’EI est lancé, Le Monde, 2 mars 2019.
  243. a et b Combats intenses pour chasser l'EI de sa dernière poche en Syrie, AFP, 2 mars 2019.
  244. Ellen Francis, Les combattants de l'EI de plus en plus acculés à Baghouz, Reuters, 2 mars 2019.
  245. a b c d e f et g Hélène Sallon, A Baghouz, les derniers soldats de l’EI « ne regrettent rien, Le Monde, 5 mars 2019.
  246. Syrie: Les FDS attaquent la localité de Baghouz, tenue par l'EI, Reuters, 1er mars 2019.
  247. Rouba el Husseini, Coup d'envoi de l'assaut final contre l'ultime bastion de l'EI en Syrie, AFP, 1er mars 2019.
  248. Déluge de feu sur la dernière poche de l'EI en Syrie, AFP, 3 mars 2019.
  249. a et b Syrie: Des boucliers humains freinent l'assaut des FDS contre Baghouz, Reuters, 4 mars 2019.
  250. Sami Boukhelifa, Syrie: la bataille de Baghouz pourrait durer encore plusieurs jours, RFI, 4 mars 2019.
  251. En attendant la bataille ultime, Washington met en garde contre une résurgence de l'EI, AFP, 7 mars 2019.
  252. En Syrie, les derniers jihadistes de l'EI repliés dans un camp de fortune, AFP, 8 mars 2019.
  253. Angus McDowall, Syrie: 150 djihadistes se rendent aux FDS à Baghouz, Reuters, 4 mars 2019.
  254. Effarement face au nombre de personnes dans le réduit de l'EI en Syrie, AFP, 9 mars 2019.
  255. Syrie: 400 djihadistes arrêtés par les FDS, Le Figaro avec AFP, 6 mars 2019.
  256. a et b Rouba el-Husseini, L'ultime réduit de l'EI en Syrie abandonné par ses derniers habitants, AFP, 6 mars 2019.
  257. a et b Syrie: les forces antijihadistes reprennent leur assaut décisif contre l'EI, AFP, 10 mars 2019.
  258. a b et c En Syrie, les forces antijihadistes ralentissent leur assaut contre l'EI, AFP, 11 mars 2019.
  259. Syrie: «modestes avancées» des FDS dans le dernier réduit de l'EI, Le Figaro avec Reuters, 11 mars 2019.
  260. a b et c Syrie: la dernière poche jihadiste bombardée, 3.000 redditions, 'AFP, 12 mars 2019.
  261. a et b Les forces antijihadistes tentent de briser les dernières défenses de l'EI en Syrie, AFP, 14 mars 2019.
  262. Syrie: l'EI lance de vaines contre-offensives, assurent les forces antijhadistes, AFP, 13 mars 2019.
  263. Dans leur "califat" qui brûle, les derniers jihadistes de l'EI s'accrochent, AFP, 13 mars 2019.
  264. Syrie : reddition de centaines de jihadistes à Baghouz, Reuters, 14 mars 2019.
  265. Les FDS consolident leur étau autour du réduit de l'EI en Syrie, AFP avec OLJ, 15 mars 2019.
  266. Rouba el-Husseini et Tony Gamal-Gabriel, Syrie: des kamikazes de l'EI attaquent les gens fuyant le dernier réduit, 6 morts, AFP, 15 mars 2019.
  267. Paul Khalifeh, Syrie: l'EI lance des attaques-suicide contre des personnes fuyant Baghouz, RFI, 15 mars 2019.
  268. Tirs sporadiques sur le front anti-EI en Syrie, AFP, 16 mars 2019.
  269. a et b Syrie: bombardements nourris du réduit de l'EI, où sont retranchées des milliers de personnes, AFP, 17 mars 2019.
  270. a et b Julien Peyron, Syrie : « Après avoir défait le “califat”, les Kurdes vont se retrouver bien seuls », Le Point, 21 mars 2019.
  271. Syrie: les forces antijihadistes resserrent l'étau sur l'ultime réduit de l'EI, AFP, 19 mars 2019.
  272. a et b En Syrie, les derniers jihadistes de l'EI acculés au bord du fleuve Euphrate, AFP, 19 mars 2019.
  273. a b et c En Syrie, les forces anti-EI ratissent Baghouz avant d'annoncer la victoire, AFP, 21 mars 2019.
  274. Rodi Said, Syrie-Toujours des combats contre les réduits de l'EI à Baghouz, Reuters, 22 mars 2019.
  275. a et b L’organisation Etat islamique a perdu le dernier territoire qu’elle tenait en Syrie, Le Monde avec AFP et Reuters, 23 mars 2019.
  276. Fin du "califat" du groupe Etat islamique en Syrie, pas de son influence, AFP, 24 mars 2019.
  277. a b et c Luc Mathieu, Le dernier bastion de l'Etat islamique est tombé, Libération, 23 mars 2019.
  278. Tony Gamal-Gabriel, Baghouz, le village syrien où le "califat" a rendu l'âme, AFP, 23 mars 2019.
  279. EN IMAGES - Syrie : un drapeau pour célébrer la victoire sur l'Etat islamique, Le Figaro avec AFP, 23 mars 2019.
  280. a et b Après la fin du « califat », des djihadistes de Daech se rendent, La Croix avec AFP, 24 mars 2019.
  281. a et b Syrie: opérations contre les repaires jihadistes après la chute du "califat", AFP, 2 avril 2019.
  282. Omar Ouahmane, VIDEO. "Ils se cachent dans les tunnels" : à Baghouz, les avions de la coalition traquent les irréductibles du "califat" moribond, Franceinfo, 27 mars 2019.
  283. Fabrice de Pierrebourg, La fausse fin de l’État islamique, L'Actualité, 5 juin 2019.
  284. a et b Syrie: découverte d'un charnier avec des têtes de femmes, Le Figaro avec AFP, 28 février 2019.
  285. Ellen Francis, Syrie-Une fosse commune découverte par les FDS près de Baghouz, Reuters, 28 février 2019.
  286. Libérés de l'EI en Syrie, 25 femmes et enfants Yazidis rentrent en Irak, Le Figaro avec AFP, 13 avril 2019.
  287. a et b Hélène Sallon, Endoctrinés, des adolescents yézidis kidnappés par l’EI quittent le « califat » à contrecœur, Le Monde, 18 mars 2019.
  288. Pour les enfants yazidis rescapés de l'EI, la liberté, la peur et la méfiance, AFP, 1er mars 2019.
  289. Inès Daif, « Certains enfants ne se rappellent même plus qu’ils sont yazidis », OLJ, 11 mars 2019.
  290. a b et c Al-Jazeera Tempest progress outcome in a month, ANHA, 10 octobre 2017.
  291. After about 7 months of expelling it by operations led by Suhail Al-Hassan, ISIS comes back to life in Aleppo province, OSDH, 24 janvier 2018.
  292. 10 SDF fighters were killed in shelling and clashes east of Euphrates against ISIS, OSDH, 16 février 2018.
  293. a et b Hélène Sallon, Des soldats détenus par l’EI relâchés au compte-gouttes, Le Monde, 18 mars 2019.
  294. Delil Souleiman, Tenaillés par la faim et les combats, les Syriens fuient par milliers un fief de l’EI, AFP, 13 décembre 2018.
  295. a et b En Syrie, le "califat" chancèle mais ses partisans rêvent d'un retour sanglant, AFP, 8 mars 2019.
  296. a et b Sami Boukhelifa, Syrie: Baghouz toujours aux mains du groupe EI, les combats des FDS suspendus, RFI, 7 mars 2019.
  297. Sami Boukhelifa, Syrie: Lilwa, membre des YPJ, s’occupe des femmes et enfants de l’EI, RFI, 8 mars 2019.
  298. Luc Mathieu, A Al-Baghouz, l’assaut de la coalition en suspens, Libération, 21 février 2019.
  299. Noémie Bonnin et Aurélien Colly, Syrie : que deviennent les jihadistes de Baghouz qui se rendent ?, France info, 14 mars 2019.
  300. Syrie: le froid hivernal a tué 29 enfants fuyant les combats contre l'EI, AFP, 31 janvier 2019.
  301. Laure Stephan, Syrie : dans le camp d’Al-Hol, une situation « intenable » pour les déplacés, Le Monde, 23 mars 2019.
  302. Des femmes évacuées de l'ultime réduit de l'EI en Syrie vantent le "califat", AFP, 23 février 2019.
  303. L’Europe divisée sur le sort de ses ressortissants partis rejoindre l’Etat islamique en Syrie, Le Monde avec AFP et Reuters, 18 février 2019.
  304. Anne Rovan, Retour des djihadistes: l'Europe cherche la solution, Le Figaro, 18 février 2019.
  305. Le retour des jihadistes vers leurs pays d’origine en débat, L'Union, 18 février 2019.
  306. Olivier Tallès, La Russie prône le retour des enfants du « califat », La Croix, 6 mars 2019.
  307. Anne-Françoise Hivert, Les pays nordiques opposés au retour des djihadistes, Le Monde, 5 mars 2019.
  308. Retenus en Syrie, les jihadistes de l'EI et leurs familles restent un "danger", AFP, 24 mars 2019.
  309. Syrie: plus de 9.000 étrangers proches de jihadistes dans un camp de déplacés, AFP, 25 mars 2019.
  310. a et b Syrie : près de 300 combattants de l’EI remis à l’Irak, Le Monde avec AFP, 25 février 2019.
  311. Près de 300 Syriens liés à l’EI libérés par les Kurdes, Le Monde avec AFP, 3 mars 2019.
  312. Paul Khalifeh, Syrie: près de 31 000 réfugiés irakiens vont être rapatriés dans leur pays, RFI, 12 avril 2019.
  313. a b c et d Syrie : début d'une "nouvelle phase" dans le combat contre l'EI, annonce un commandant kurde, AFP, 23 mars 2019.
  314. Trump salue la fin du «califat» de l'Etat islamique, Le Figaro avec AFP et Reuters, 23 mars 2019.
  315. Etat islamique: «Un danger majeur pour notre pays est éliminé» (Macron), Le Figaro avec AFP, 23 mars 2019.
  316. a et b Paul Khalifeh, Le silence de Damas sur la victoire des FDS sur le «califat» du groupe EI, RFI, 24 mars 2019.