Ouvrir le menu principal

Bataille de Raqqa (2014)

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir bataille de Raqqa.
Bataille de Raqqa

Informations générales
Date 6 -
Lieu Raqqa
Issue Victoire de l'EIIL
Belligérants
Flag of Ahrar ash-Sham.svg Ahrar al-Cham
Flag of Jabhat al-Nusra.jpg Front al-Nosra
Flag of Syria 2011, observed.svg Armée syrienne libre
Drapeau de l'État islamique État islamique en Irak et au Levant
Forces en présence
inconnuesinconnues
Pertes
inconnuesinconnues

Guerre civile syrienne

Coordonnées 35° 57′ 00″ nord, 39° 01′ 00″ est

Géolocalisation sur la carte : Syrie

(Voir situation sur carte : Syrie)
Bataille de Raqqa

La deuxième bataille de Raqqa a lieu lors de la guerre civile syrienne et oppose les rebelles à l'État islamique en Irak et au Levant pour le contrôle de la ville de Raqqa.

Sommaire

PréludeModifier

Article détaillé : Bataille de Raqqa (2013).

En mars 2013, la ville de Raqqa tombe aux mains des rebelles d'Ahrar al-Cham, du Front de libération de Raqqa et du Front al-Nosra[1]. Mais en avril de la même année, l'État islamique en Irak et au Levant (EIIL) est créé en Syrie ; et en mai, il fait son apparition dans la ville de Raqqa[2],[3]. La plupart des combattants du Front al-Nosra à Raqqa rejoignent cette nouvelle formation et prêtent allégeance à leur chef, Abou Bakr al-Baghdadi ; les autres se retirent sur Tabqa[1]. Rapidement le groupe djihadiste se signale par ses exactions : le 13 mai, ses hommes exécutent publiquement trois habitants alaouites sur la place de l'Horloge[2]. Le 28 juillet, le père jésuite Paolo Dall'Oglio, venu à Raqqa effectuer une médiation avec l'EIIL, est enlevé par les djihadistes[2],[4]. Des combats ponctuels éclatent egalement et l'EIIL s'impose grâce au manque de coordination des autres groupes rebelles[1]. Il s'oppose d'abord au Front al-Nosra, puis aux groupes de l'Armée syrienne libre, comme la Brigade al-Farouq et la Brigade Ahfad al-Rassoul qui sont chassés de la ville, sans qu'Ahrar al-Cham n'intervienne[1]. À l'automne 2013, l'EIIL tient les sorties de Raqqa, tandis qu'Ahrar al-Cham demeure la faction la plus puissante dans le centre de la ville[1].

La radicalité, les exactions et les ambitions de l'EIIL lui attirent cependant l'hostilité des groupes de l'opposition syrienne ; plusieurs rebelles sont exécutés ou torturés par des hommes de l'EIIL et plusieurs centaines d'opposants sont emprisonnés[5]. Le , l'assassinat d'un commandant d'Ahrar al-Cham par des djihadistes de l'État islamique en Irak et au Levant déclenche un conflit général en Syrie[6]. Le , le Front islamique, le Front révolutionnaire syrien et l'Armée des Moudjahidines lancent l'offensive dans les gouvernorats d'Alep et Idleb ; le 4 janvier, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) les pertes de l'EIIL dans ces deux gouvernorats sont alors d'au moins 36 morts et environ 100 prisonniers, contre 17 tués pour les rebelles[7].

DéroulementModifier

Le 6 janvier, les rebelles attaquent l'EIIL à Raqqa, ils assiègent le quartier-général des djihadistes et délivrent une cinquantaine de prisonniers[5],[8].

Le 7 janvier, le chef du Front al-Nosra, Abou Mohammed al-Joulani, appelle à un cessez-le-feu[9]. Mais à Raqqa, contrairement aux autres régions, le Front al-Nosra entre en guerre contre l'EIIL et combat dès le 6 janvier aux côtés des rebelles[10],[11]. Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), le Front al-Nosra est même le principal groupe à participer au siège du quartier-général de l'EIIL[5]. La Brigade des révolutionnaires de Raqqa, un groupe de l'Armée syrienne libre, rompt aussi l'allégeance qu'il avait prêté fin 2013 au Front al-Nosra pour obtenir sa protection contre l'EIIL et participe à l'offensive[12].

Le 8 janvier, les rebelles parviennent à prendre le contrôle de la ville, mais l'EIIL reçoit des renforts depuis l'Irak et lance une contre-attaque[1].

Au nord de Raqqa, près de la frontière turque, la ville de Tall Abyad est reprise par l'EIIL la nuit du 11 au 12 janvier, après avoir été conquise une semaine plus tôt par le Front islamique et l'Armée syrienne[13],[14]. Les djihadistes exécutent ensuite 70 à 100 combattants du Front al-Nosra et d'Ahrar al-Cham faits prisonniers[13],[14] .

Le 12 janvier, les combats se poursuivent à Raqqa mais l'EIIL contrôle presque alors la totalité de la ville[15],[16]. Le 13 janvier, Raqqa est entièrement entre les mains de l'État islamique en Irak et au Levant[13],[11].

Les rebelles prennent la fuite ; la Brigade des révolutionnaires de Raqqa se réfugie notamment à Kobané où elle s'allie avec les Kurdes des YPG[12],[17].

Les pertesModifier

Pour l'ensemble de la Syrie, l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) affirme le 7 janvier que les combats ont fait au moins 129 morts chez les rebelles et 99 tués chez djihadistes de l'EIIL, ainsi que 46 civils[18]. Le 10 janvier, le bilan passe à au moins 240 rebelles, 157 djihadistes et 85 civils civils tués[19]. Le 12 janvier, l'OSDH déclare que 351 rebelles, 246 jihadistes et 100 civils ont été tués, dont 21 ont été exécutés[15]. Le 16 janvier, selon l'OSDH, le bilan est de 608 rebelles tués (dont 99 prisonniers exécutés), 312 combattants de l'EIIL tués (dont 56 prisonniers exécutés) et 130 civils (dont 21 exécutés par l'EIIL)[20].

RéférencesModifier

  1. a b c d e et f Baczko, Dorronsoro et Quesnay 2016, p. 240-241.
  2. a b et c Benjamin Barthe, Madjid Zerrouky et Allan Kaval, Rakka libérée des djihadistes de l’EI, récit de quatre années de terreur, Le Monde, 18 octobre 2017.
  3. De la désaffiliation de l'État islamique à al-Qaïda - Romain Caillet, Huffington Post, 8 octobre 2013
  4. Anne-Bénédicte Hoffner, Le Père Paolo Dall’Oglio était enlevé il y a quatre ans à Rakka, La Croix avec La Repubblica, 28 juillet 2017.
  5. a b et c En Syrie, les islamistes assiégés par les rebelles à Rakka, Le Monde avec AFP, 6 janvier 2014.
  6. Catherine Gouëset, Djihadistes, islamistes, rebelles... La guerre dans la guerre en Syrie, L'Express, 9 janvier 2014.
  7. Syrie: la «deuxième révolution» contre Al-Qaeda, AFP, 4 janvier 2014.
  8. Le bastion de l’EIIL assiégé par les rebelles en Syrie, France 24 avec AFP, 7 janvier 2014
  9. Syrie: le chef du Front al-Nosra appelle à un cessez-le-feu, AFP, 7 janvier 2014.
  10. Céline Lussato, Syrie : La guerre des djihadistes a-t-elle éclaté ?, Le Nouvel Observateur, 7 janvier 2014
  11. a et b ISIL recaptures Raqqa from Syria’s rebels, Al Jazeera, 14 janvier 2014.
  12. a et b Stéphane Mantoux, Jabhat Thuwar al-Raqqa, ces anciens proches d'al-Nosra passés sous bannière FDS pour combattre l'EI, France Soir, 6 septembre 2017.
  13. a b et c Syrie : l'EIIL accusé de massacres, Le Monde avec Reuters, 13 janvier 2014.
  14. a et b Jérôme Bastion, Sécurité renforcée à la frontière turco-syrienne après la prise de Tel-Abyad par les jihadistes, RFI, 12 janvier 2014.
  15. a et b SYRIE. Les combats entre rebelles et jihadistes s'intensifient, Le Nouvel Observateur avec AFP, 12 janvier 2014.
  16. Khaled Yacoub Oweis, Group linked to al Qaeda regains ground in northeast Syria, Reuters, 12 janvier 2014.
  17. Aymenn Jawad Al-Tamimi, Liwa Thuwar al-Raqqa: History, Analysis & Interview, Syria Comment, 14 septembre 2015.
  18. Syrie: un groupe lié à Al-Qaïda appelle à « anéantir » les rebelles, AFP, 7 janvier 2014
  19. Syrie : 500 morts dans des affrontements entre rebelles et islamistes - Le Point avec AFP, 10 janvier 2014
  20. Syrie : plus de 1 000 morts en 2 semaines de combats entre djihadistes et rebelles - L'Express avec AFP, 16 janvier 2014.

BibliographieModifier