Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

Bataille de Raqqa (2017)

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Offensive de Raqqa et bataille de Raqqa.
Bataille de Raqqa
Description de cette image, également commentée ci-après
Des combattants des Forces démocratiques syriennes à Raqqa, le 6 septembre 2017.
Informations générales
Date
(4 mois et 11 jours)
Lieu Raqqa
Issue Victoire des FDS et de la coalition
Belligérants
Flag of Syrian Democratic Forces.svg Forces démocratiques syriennes

Flag of Syria 2011, observed.svg Forces d'élite syriennes

Seal of Combined Joint Task Force – Operation Inherent Resolve.svg Coalition

Drapeau de l'État islamique État islamique
Commandants
Flag of Syrian Democratic Forces.svg Rojda Felat
Flag of Syrian Democratic Forces.svg Adnane Abou Amjad
Forces en présence
Flag of Syrian Democratic Forces.svg
10 000 à 15 000 hommes[1],[2]
Drapeau de l'État islamique
2 500 à 5 000 hommes[3],[2],[4]
Pertes
Flag of Syrian Democratic Forces.svg
655 morts[5],[8]

Drapeau de la France
1 mort[9]
Drapeau de l'État islamique
1 371 morts au moins[5]
400 prisonniers au moins[10]
Civils :
1 333 morts au moins (selon l'OSDH)[5]
1 854 morts au moins (selon le SNHR)[6]
1 873 morts au moins (selon Raqqa Is Being Slaughtered Silently)[6]
270 000 déplacés (selon l'UNHCR)[7]

Guerre civile syrienne

Coordonnées 35° 57′ 00″ nord, 39° 01′ 00″ est

Géolocalisation sur la carte : Syrie

(Voir situation sur carte : Syrie)
Bataille de Raqqa

La bataille de Raqqa a lieu lors de la guerre civile syrienne durant l'opération Colère de l'Euphrate, dont elle marque la phase finale. Elle est lancée le par les Forces démocratiques syriennes (FDS) afin de prendre la ville de Raqqa à l'État islamique. Elle s'achève le par la victoire des FDS qui prennent le contrôle de la ville.

Sommaire

PréludeModifier

 
Des combattantes des YPJ, au nord de Raqqa, le 7 février 2017.

La ville de Raqqa a souvent été considérée comme la « capitale » officieuse de l'État islamique en Syrie[11],[12]. Cependant, quelques mois avant le début de la bataille, l'état-major et l'administration de l'organisation djihadiste auraient quitté la ville pour s'installer à Mayadine, dans le gouvernorat de Deir ez-Zor[13],[14],[15]. Selon l'ONU, Raqqa comptait 300 000 habitants — dont 80 000 déplacés ayant fui d'autres régions de Syrie — au moment de sa prise de contrôle par l'État islamique en 2014[16],[17]. Des habitants commencent à fuir dans les semaines précédant l'attaque de la ville[18]. Environ 170 000 habitants de Raqqa et de sa région fuient les combats rien qu'en avril et mai 2017[16]. Médecins sans frontières établit un camp de réfugiés à Aïn Issa, à une trentaine de kilomètres au nord de Raqqa, et affirme le 6 juin recevoir 800 déplacés par jour[18]. Lorsque la bataille de Raqqa débute, le nombre des civils à l'intérieur de la ville est alors estimé à 160 000 par l'ONU[4],[19].

Après sept mois d'offensive baptisée « opération Colère de l'Euphrate », la prise de la ville de Raqqa entre dans sa « cinquième et dernière phase »[20],[21],[22]. Ainsi, les Forces démocratiques syriennes (FDS) encerclent presque complètement la ville[23],[18]. Elles sont déployées au nord, à l'ouest et à l'est de la cité[24]. Les djihadistes ne peuvent se replier que par le sud en traversant l'Euphrate, mais la zone est surveillée par les forces aériennes de la coalition[18],[25], qui ont de plus détruit les ponts au mois de février 2017[26],[27]. Fin mai, les États-Unis livrent des véhicules et pour la première fois des armes légères aux FDS[28],[3],[29].

Le 2 juin, les FDS s'emparent de la ville d'al-Mansoura, à environ 20 km au sud-ouest de Raqqa[25]. Le 4 juin, l'artillerie des FDS bombarde pour la première fois des quartiers en périphérie de la ville : al-Machlab et Souk al-Hadid[23].

Forces en présenceModifier

 
Tirs d'artillerie effectuées par le corps des marines américains en soutien aux Forces démocratiques syriennes, le 21 juin 2017.

Les forces de l'État islamique assiégées à Raqqa sont estimées par la coalition entre 3 000 et 4 000 hommes[3]. La Direction du Renseignement militaire française estime que 2 500 à 3 000 hommes de l'EI sont présents à Raqqa, plus 2 000 autres dans les localités plus à l'est[4]. L'envoyé spécial des États-Unis auprès de la coalition, Brett McGurk (en), déclare pour sa part le , alors que la bataille est engagée depuis deux mois, que 2 000 djihadistes sont toujours présents à l'intérieur de Raqqa[30]. RFI indique, quant à elle, que selon des sources indépendantes syriennes, 3 000 à 5 000 djihadistes font face à 15 000 combattants des FDS[2]. Depuis 2015, les djihadistes ont préparé la défense de la ville en construisant des fortifications et en creusant des tranchées et des tunnels[18],[15]. Ils utilisent leur tactique habituelle : drones armés, véhicule piégés kamikazes (VBIED) et engins explosifs improvisés (IED)[31].

Les Forces démocratiques syriennes sont dominées par les Kurdes des YPG et les YPJ[32], mais d'autres groupes sont également présents, comme les unités yézidies des YBŞ et des YJÊ[33], ainsi que des groupes arabes, comme le Liwa al-Tahrir[33],[34] ou les Forces d'élite syriennes[18]. Ces forces sont dirigées par Rojda Felat[1]. Elles sont appuyées par la coalition qui engage son aviation — plus de 3 000 frappes aériennes sont menées lors de la bataille[35] — et ses forces spéciales[18],[23]. Les États-Unis déploient notamment des forces spéciales du 75e régiment de rangers, chargées de guider l'appui aérien, ainsi que des batteries d'obusiers M777 et des hélicoptères AH-64 Apache[23],[36]. Des conseillers militaires américains sont également présents à l'intérieur de la ville et selon le colonel Ryan Dillon, un porte-parole de l'armée américaine, s'ils ne combattent pas directement, ils sont cependant « bien plus exposés au contact avec l'ennemi qu'en Irak »[37]. Des forces spéciales françaises et britanniques sont également engagées dans les opérations[36]. Le , l'agence de presse turque Anadolu dévoile la localisation de forces spéciales américaines et françaises dans dix bases — deux aérodromes et huit avant-postes — au nord de la Syrie et affirme que 200 soldats américains et 75 soldats français sont basés dans un avant-postes à une trentaine de kilomètres au nord de Raqqa[38]. Des avions belges appuient aussi l'offensive[39]. Les FDS bénéficient également de jumelles thermiques et d'armes équipées de lunettes de tirs nocturnes qui leur donnent un avantage dans les combats de nuit[15].

Le 2 juillet 2017, un millier de nouvelles recrues sont déployées en renfort à Raqqa par les FDS[40].

DéroulementModifier

Progression des Forces démocratiques syriennes dans les quartiers de RaqqaModifier

 
Carte de la progression des Forces démocratiques syriennes (dates au format américain)
.

Le , les Forces démocratiques syriennes entrent dans Raqqa par le quartier de Mechleb, à l'est[41],[18],[42]. C'est un groupe arabe, les Forces d'élite syriennes, qui pénètre le premier dans la ville[18]. L'assaut est également lancé sur la base militaire de la Division 17, au nord[24],[18]. Talal Sello, porte-parole des FDS, annonce alors le « début de la grande bataille pour libérer la ville de Raqqa »[43],[41],[24].

Le 7 juin, les FDS prennent le quartier de Mechleb, situé à l'est de Raqqa ainsi que la citadelle de Harqal, située à l'ouest de la ville[44],[45]. Le 9 juin, selon l'OSDH, les FDS entrent dans le quartier de Jazra, situé en périphérie, à l'ouest de Raqqa[46]. Le 10 juin, elles s'emparent de la partie ouest du quartier d'al-Sabahiya, puis avancent vers le quartier adjacent d'al-Roumaniya, plus au nord[47]. Le 11 juin, elles annoncent avoir entièrement conquis le quartier d'al-Roumaniya[45]. En revanche, les djihadistes contiennent les assauts des FDS sur la base de la Division 17[45],[48]. Le 12 juin, les FDS progressent à l'est depuis le quartier de Mechleb et se rapprochent de la vieille ville en prenant le contrôle selon l'OSDH de 70 % du quartier d'al-Senaa[49]. Au nord, les FDS ont pris une partie de la base de la Division 17 et d'une usine de sucre adjacente, mais ils se heurtent toujours à une forte résistance des djihadistes[49],[50].

Selon le photojournaliste Guillaume Briquet : « Les Américains ont mis en place une tactique très lente de progression : reconnaissances des lieux avec les drones, bombardements et avancée de 200 mètres, 500 mètres ou 1 kilomètre. Ils restent deux-trois jours, ils stabilisent, ils déminent le terrain. Ensuite, ils renvoient les drones, ils bombardent à nouveau. Ils avancent comme ça, à chaque fois en fortifiant leurs arrières »[51]. Les deux camps engagent un grand nombre de snipers dans la bataille, tandis que les mines et engins explosifs sont massivement utilisés par les djihadistes, aussi bien dans les rues qu'à l'intérieur des maisons[51],[52].

Au début de la bataille, la coalition utilise du phosphore blanc dans des zones d'habitat de civils, ce qui est interdit par les conventions internationales[53],[54],[55],[56],[57].

 
Combattants des Forces démocratiques syriennes à Raqqa, le 12 juillet 2017.

Le 20 juin, les FDS poursuivent l'encerclement de la ville par le sud en prenant les localités situées sur la rive méridionale de l'Euphrate comme Kasrat al-Farj. Les troupes arabo-kurdes poursuivent leur progression sur la rive sud du fleuve en aval de la ville[58].

Selon l'OSDH, à la date du 26 juin les FDS contrôlent quatre quartiers — al-Roumaniya et Sabahiya à l'ouest, al-Senaa et Mechleb à l'est — soit 25 % des quartiers résidentiels[59]. Les forces kurdes concentrent alors leurs efforts sur le centre de la ville[59]. Le 27 juin, au moins 19 djihadistes sont tués dans le quartier d'al-Nahda selon les FDS[60].

Le 29 juin, les Kurdes coupent la dernière voie de retraite au sud de l'Euphrate, la ville de Raqqa est alors totalement encerclée[61]. Cependant le même jour, une quarantaine de djihadistes vêtus d'uniformes des FDS mènent une contre-attaque sur al-Senaa et Mechleb : avec l'aide de trois véhicules kamikazes et de drones armés de charges explosives, ils reprennent six positions dans ces quartiers et tuent plusieurs combattants kurdes[61],[62]. Le lendemain, les djihadistes parviennent à reprendre entièrement le quartier d'al-Senaa[63],[64]. Le 1er juillet, les FDS contre-attaquent et reprennent 30 % du quartier[65]. Le 2 juillet, 70 % d'al-Senaa est repassé aux mains des Kurdes et des Forces d'élite syriennes[66]. Selon l'OSDH, au moins 23 membres des Forces démocratiques syriennes et 17 djihadistes de l'État islamique sont tués à Raqqa entre le 1er et le [67].

 
Combattants des Forces démocratiques syriennes à Raqqa, le 12 juillet 2017.

Le 2 juillet, les FDS traversent l'Euphrate et attaquent pour la première fois Raqqa par le sud[66]. Elles s'emparent du marché d'al-Hal, au sud-est de la vieille ville[66].

Le 3 juillet, les avions de la coalition mènent des frappes qui ouvrent deux brèches dans le mur de Rafiqah, les fortifications datant du VIIIe siècle qui entourent la vieille ville[68]. Les FDS pénètrent alors dans la vieille ville par l'est : ils prennent la route de Saif al-Dawlah et arrivent à quelques centaines de mètres de la Grande Mosquée[69],[1]. Les djihadistes opposent une résistance farouche : au moins 21 d'entre eux sont tués en 48 heures selon l'OSDH, ainsi que cinq membres des FDS[69],[70]. La ville est alors contrôlée par les groupes arabo-kurdes à 25 % selon un porte-parole des FDS et à 30 % selon l'OSDH[71],[15]. Cependant, les hommes de l'État islamique mènent ensuite une contre-attaque dans la ville avec des véhicules piégés, des tirs de mortiers et des snipers, ce qui leur permet de freiner la progression des FDS[71].

 
Combattantes yézidies des YJÊ à Raqqa, le 12 juillet 2017.

Le 11 juillet, les FDS s'emparent du village d'al-Akerychi, à l'est de Raqqa, utilisé par les djihadistes comme base militaire et de camp d'entraînement[72]. Selon l'OSDH, au moins 16 hommes de l'EI sont tués dans cet affrontement[73].

Le 14 juillet, les FDS reprennent entièrement le contrôle du quartier de Batani, au nord de la vieille ville, puis lancent une offensive sur le quartier voisin de Rmeila[74].

Le 16 juillet, le quartier de Yarmouk, au sud-ouest de la ville, est totalement contrôlé par les FDS selon une de leur porte-parole, Jihane Cheikh Ahmed[75]. Cependant pour l'OSDH, les FDS ne contrôlent que sa partie ouest et les combats se poursuivent dans la partie est[75]. L'OSDH affirme alors que 35 % de la ville est aux mains de l'alliance arabo-kurde[75].

Le 26 juillet, les FDS font une importante avancée et contrôlent 50 % de Raqqa selon l'OSDH[76], contre 40 % deux jours plus tôt[77]. Le 27 juillet, les FDS affirment également tenir la ville à 50 %, tandis que la coalition affirme qu'elles la contrôlent à 45 %[78]. Selon l'ONU, 20 000 à 50 000 civils sont encore présents à l'intérieur de la ville[76]. Le 31 juillet, REACH, un réseau d'ONG humanitaires, rapporte que les habitants commencent à souffrir du manque de nourriture[79].

Le 31 juillet, les Forces démocratiques syriennes achèvent dans la soirée la conquête du quartier de Nazlet Chehada, au sud de la ville[80]. Elles concentrent également leur offensive sur le quartier adjacent de Hicham ben Abdel Malek, où les combats ont lieu à quelques centaines de mètres du principal quartier-général de l'État islamique à Raqqa, place de l'Horloge, lieu où les djihadistes menaient leurs exécutions capitales[80]. Les combattants des groupes arabo-kurdes arrivent également aux portes du quartier d'al-Thakana, le plus densément peuplé de Raqqa, situé dans le centre-ville[80]. Le 6 août, l'OSDH estime que 55% de Raqqa est aux mains des FDS[81]. Le 8 août, les FDS parachèvent la conquête du quartier de Hicham ben Abdel Malek au sud de la ville, imposent un contrôle total sur le quartier de Karim au nord-ouest et contrôlent la plus grande partie sur celui de Rameleh au nord-est[82]. Elles contrôlent alors environ la moitié de la vieille ville[83],[84].

 
Combattants des Forces démocratiques syriennes à Raqqa, le 12 juillet 2017.

Cependant les combats dans la vieille ville sont très durs[85] ; la coalition intensifie alors ses raids aériens et mène 250 frappes entre le 14 et le 22 août, mais elles causent dans le même temps la mort d'au moins 170 civils selon l'OSDH[86]. Les djihadistes utilisent les habitants comme boucliers humains et tirent sur ceux qui tentent de s'enfuir[87]. Le 24 août, Amnesty International publie un rapport dénonçant le caractère « disproportionné », voir « inconsidéré » des frappes de la coalition[87], tandis que l'ONU réclame « une pause humanitaire »[88] ; Jan Egeland, le chef du groupe de travail humanitaire de l'ONU pour la Syrie, déclare pour sa part à propos des cinq quartiers contrôlés par les djihadistes : « Je ne peux pas imaginer un pire endroit sur terre »[89],[90].

Le 1er septembre, la vieille ville de Raqqa finit par tomber entièrement aux mains des Forces démocratiques syriennes ; celles-ci se rapprochent alors des « principaux QG » de l'État islamique[91], et contrôleraient désormais plus de 60 % de la ville[92]. Du 12 au 14 septembre, elles achèvent la conquête du quartier d'al-Thakana et contrôlent alors 70 % de la ville selon l'OSDH[93],[94]. Le lendemain, la grande mosquée Omar Abdel-aziz est détruite par les bombardements de la coalition[94].

Le 15 septembre, les Forces démocratiques relancent l'offensive sur le front nord de Raqqa[94]. Les 18 et 19 septembre, après une « attaque surprise » des Kurdes et plus de 70 raids aériens de la coalition, les hommes de l'État islamique se retirent de leurs dernières positions dans la base de la division 17 et de cinq quartiers au nord de Raqqa ; ils tiennent encore le centre-ville et le grand quartier d'al-Amine, ainsi que d'anciens immeubles gouvernementaux dotés d'abris et de tunnels, le principal hôpital de Raqqa et la partie souterraine du stade de football[95],[96],[94]. Appelés le « Point 11 », les sous-sols du stade étaient utilisés comme siège des services secrets de l'État islamique, là où étaient retenus ses otages et ses prisonniers importants[97],[96].

Le 20 septembre, la coalition affirme que les FDS tiennent 65 à 70 % de Raqqa, les FDS déclarent la contrôler à 80 % et pour l'OSDH, elles l'occupent à 90 %[95],[98],[96],[99]. Le même jour, une trentaine de djihadistes commandées par un chef marocain se rendent[94]. Le 22 septembre, l'État islamique ne contrôle plus que 5 % de la ville selon l'OSDH, limité au quartier d'Al-Amine et quelques ruelles adjacentes, notamment Haret el Badou et Haret el Malaab[100]. Le 24 septembre, un groupe de djihadistes déguisés en combattants des FDS parvient à s'infiltrer dans le quartier de Machlab en passant par des tunnels ; l'agence Amaq affirme alors qu'une centaine d'hommes des FDS ont été tués lors de ce raid, ainsi que trois militaires américains des forces spéciales et deux Français blessés[94]. Le 28 septembre, le « calife » Abou Bakr al-Baghdadi appelle ses partisans à résister dans un enregistrement audio ; le même jour, les forces de l'État islamique tentent un assaut, mais les FDS les repoussent[94].

Le 2 octobre, les Forces démocratiques syriennes achèvent la conquête des structures de commandement de l'État islamique ; une zone comprenant le quartier-général et les bâtiments administratifs, situés dans le quartier d'al-Nahda, alors contrôlé pour moitié par les groupes arabo-kurdes[101]. Les djihadistes ne tiennent alors plus qu'une poche comprenant le stade municipal de football et l'hôpital national, transformé en base militaire[102],[94].

Accord d'évacuation des djihadistesModifier

Le 10 octobre, la coalition annonce que des négociations sont menées par des responsables locaux et des figures tribales du Conseil civil de Raqqa — une administration locale mise en place par les FDS — pour obtenir l'évacuation des derniers civils de Raqqa — estimés alors au nombre de 8 000 selon le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) — retenus dans la poche aux mains des djihadistes[103]. La coalition estime pour sa part que 300 à 400 hommes de l'État islamique sont encore présents à Raqqa[104]. Pour les FDS, ils seraient entre 400 et 600 ; 800 à 900 autres combattants seraient blessés[94]. Selon la coalition internationale, environ 100 djihadistes se rendent aux FDS les 13 et 14 octobre[105].

 
Combattantes des YPJ à Raqqa, le 20 octobre 2017.

Les négociations aboutissent à un accord, signé entre le 11 et le 13 octobre, et annoncé le 14 octobre[106],[107]. En échange de la libération de civils retenus comme boucliers humains, les djihadistes de l'État islamique et leurs familles sont autorisés à se retirer hors de Raqqa[108]. Selon la coalition, à la date du 14 octobre, 1 500 civils ont pu être évacués en une semaine[109]. Puis le soir du 14 octobre, 3 000 autres civils peuvent à leur tour quitter la ville selon le porte-parole des FDS, Talal Sello, qui affirme également qu'il s'agissait des derniers civils retenus à Raqqa comme boucliers humains et que seuls quelques habitants proches des combattants djihadistes sont alors encore présents dans l'ultime poche occupée par l'EI[110].

L'évacuation des djihadistes — syriens et étrangers — ainsi que des membres de leurs familles, débute dans la nuit du 14 au 15 octobre[9],[107],[111],[112],[113],[114]. Le 15 octobre, le conseil civil indique que 275 djihadistes syriens se sont rendus avec des membres de leurs familles et ont été évacués de la ville mais qu'en revanche les djihadistes étrangers ont été exclus de tout accord d'évacuation[115],[110],[116]. En réalité, les étrangers de l'EI sont également concernés par l'accord ; selon le journaliste Wassim Nasr : « Les étrangers étaient en minorité, mais majoritaires parmi les postes de commandement. C'est pour cela qu'il était impensable que les négociations excluent les combattants étrangers. Les Américains ont tenté d'opérer une scission entre les djihadistes locaux et étrangers, mais sans succès »[108].

Selon la BBC, 250 à 300 djihadistes — dont des dizaines de commandants étrangers — et 3 500 membres de leurs familles sont évacués dans un convoi comprenant 47 camions, 13 bus et plusieurs dizaines de voitures. Ce convoi prend la route le 14 octobre et entre le 15 dans les derniers territoires contrôlés par l'État islamique dans le gouvernorat de Deir ez-Zor. Quelques dizaines d'autres partisans de l'EI se réfugient dans la région d'Idleb ou gagnent clandestinement la Turquie, via des passeurs[117],[118],[119].

La coalition internationale déclare ne pas avoir été impliquée dans les négociations et affirme avoir exigé que les combattants de l'EI se rendent sans condition[120],[121],[9]. Selon le journaliste Wassim Nasr : « La coalition internationale était au départ hostile à cet accord. De nombreuses rencontres se sont tenues entre des intermédiaires sunnites et des officiers américains. Nous avons obtenu la copie d'une lettre des chefs tribaux locaux, qui implore le commandement américain de laisser sortir les derniers civils utilisés comme boucliers humains »[108]. Il indique qu'avec cet accord, contrairement à bataille de Mossoul, qui s'est achevée par un « carnage » de civils, « à Raqqa, la coalition s'épargne un coût humain et financier énorme. Les Américains, qui soutiennent les forces kurdes, ont tout intérêt à ce que celles-ci gagnent la sympathie des populations locales, et à ne pas bloquer les accords conclus sur le terrain. Ils ont en effet échoué là où, au sud du pays, Bachar al-Assad est en train de réussir : rallier des milices sunnites antidjihadistes »[108].

Selon l'OSDH, l'évacuation a aussi été retardée à cause des pressions de la France qui refusait que le chef djihadiste Abdelilah Himich, soupçonné d'être impliqué dans l'organisation des attentats du 13 novembre 2015, puisse être exfiltré de la ville[9],[122]. Pour Wassim Nasr cependant, malgré son opposition à l'accord, « la France n'a pas pesé bien lourd dans ces discussions »[108].

Prise totale de Raqqa par les Forces démocratiques syriennesModifier

 
Membres des YPG et des YPJ posant avec le portrait d'Abdullah Öcalan sur le rond-point d'al-Naïm, le 19 octobre 2017.

Selon l'OSDH, seuls 150 combattants étrangers tiennent encore les dernière positions de l'État islamique à Raqqa au soir du 14 octobre[105]. Le porte-parole des FDS affirme pour sa part que 250 à 300 djihadistes ont refusé de se rendre et sont décidés à se battre jusqu'au bout[110]

Le soir du 16 octobre, les FDS prennent le rond-point d'al-Naïm, où l'État islamique procédait aux exécutions lorsqu'il était maître de la ville ; il avait été abandonné deux semaines plus tôt par les djihadistes mais les groupes arabo-kurdes n'avaient pu en prendre le contrôle à cause des mines[116]. Le 17 octobre, les FDS s'emparent du stade municipal et de l'hôpital[116] ; au moins 22 djihadistes étrangers sont tués et 25 autres se rendent selon les FDS[123],[124]. La bataille s'achève alors avec la prise de cette dernière poche de résistance et la ville de Raqqa est entièrement conquise par les Forces démocratiques syriennes[116],[125],[10].

Après quatre mois de combats, la ville est détruite ou inhabitable à 80 %[126],[127],[128]. Le 18 octobre, la commandante Rojda Felat plante symboliquement le drapeau des Forces démocratiques syriennes sur le rond-point de la place al-Naïm[129]. Le lendemain, les YPG affichent au même endroit un portrait géant d'Abdullah Öcalan[130]. Le 20 octobre, une grande cérémonie est organisée par les FDS dans le stade de Raqqa[127]. Pendant ce temps, les combattants arabo-kurdes poursuivent le déminage et ratissent les ruines à la recherche de cellules dormantes ou de djihadistes isolés, éventuellement cachés dans les immeubles et les tunnels[131]. Mais dès le 19 octobre, une grande partie des troupes des Forces démocratiques syriennes se retirent de Raqqa pour être redéployées dans le gouvernorat de Deir ez-Zor afin de poursuivre une autre offensive contre les djihadistes[130]. Les FDS annoncent également que la ville sera remise à une autorité civile après les opérations de déminage[132].

Les pertesModifier

 
Batiments de Raqqa détruits par les combats.

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), les frappes de la coalition tuent au moins 21 civils le 5 juin[133], puis 17 autres sont encore tués dans la nuit du 8 au 9 juin[17]. Au total selon l'OSDH, les combats à Raqqa ont fait au moins 224 morts parmi les civils — dont 28 femmes et 38 enfants106 morts chez les combattants des FDS et 311 morts dans les rangs de l'État islamique entre le 6 juin et le [134],[135]. Le 8 juillet, le bilan des FDS passe à au moins 117 morts[136]. Le 20 juillet, l'OSDH hausse son bilan à au moins 256 morts pour les civils — dont 34 femmes et 41 enfants166 morts pour les FDS et 384 morts pour l'État islamique[137]. Le 24 juillet, le bilan est d'au moins 198 membres des FDS, 434 hommes de l'EI et 302 civils tués[138] ; le 29 juillet, d'au moins 241 membres des FDS, 536 hommes de l'EI et 413 civils tués[139] ; le 6 août, d'au moins 278 membres des FDS, 654 hommes de l'EI et 523 civils tués[81] ; le 11 août, d'au moins 313 membres des FDS, 702 hommes de l'EI et 595 civils tués[140] ; le 14 août, d'au moins 324 membres des FDS, 735 hommes de l'EI et 611 civils tués[141] ; le 23 août, d'au moins 386 membres des FDS, 871 hommes de l'EI et 789 civils tués[142] ; le 6 septembre, d'au moins 495 membres des FDS, 1 124 hommes de l'EI et 978 civils tués[143] ; le 17 septembre, d'au moins 551 membres des FDS, 1 192 hommes de l'EI et 1 059 civils tués[144] ; le 20 septembre, d'au moins 563 membres des FDS, 1 206 hommes de l'EI et 1 064 civils tués[145] ; le 22 septembre, d'au moins 574 membres des FDS, 1 291 hommes de l'EI et 1 210 civils tués[146] ; le 7 octobre, d'au moins 608 membres des FDS, 1 331 hommes de l'EI et 1 311 civils tués[147]. Le 20 octobre, l'OSDH donne un bilan final et affirme que les combats ont fait au moins 652 morts pour les FDS — dont deux membres des Forces d'élite syriennes et cinq volontaires étrangers de nationalité américaine, britannique, turque et géorgienne — au moins 1 371 morts dans les rangs de l'État islamique et 1 333 morts parmi les civils, dont 213 femmes et 313 enfants[5].

Dans un communiqué publié le 20 octobre, les Forces démocratiques syriennes annoncent pour leur part déplorer 655 morts dans leurs rangs[8]. Parmi les morts du côté des FDS figure Adnane Abou Amjad, chef du Conseil militaire de Manbij, tué le 26 août 2017[148].

Par ailleurs, 400 djihadistes se sont rendus lors du dernier mois de la bataille selon le colonel Ryan Dillon, porte-parole de coalition internationale[10]. Il déclare aussi le 18 octobre qu'environ 350 jihadistes se sont rendus lors « des dernières 96 heures », dont quatre étrangers[131].

Le 23 septembre, la France annonce la mort au combat d'un militaire du 13e régiment de dragons parachutistes qui « conseillait des forces locales » en « zone syro-irakienne »[149],[150]. Selon Le Monde et Libération, il aurait été tué dans la zone de Raqqa[9],[151],[35],[94].

Du côté des civils, le Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l'homme affirme à la date du 28 juin qu'au moins 173 civils ont été tués à Raqqa depuis le 1er juin, mais précise qu'« il s'agit ici d’une estimation prudente, et [que] le nombre réel pourrait être bien plus élevé »[60]. L'Observatoire syrien des droits de l'homme recense au moins 1 333 morts entre le 5 juin et le 20 octobre 2017 : soit 1 172 civils, dont 203 femmes et 276 enfants, tués par les frappes aériennes de la coalition dans la ville de Raqqa et le village voisin de Zor Shammar, ainsi que 161 civils, dont 10 femmes et 37 enfants, tués par des mines en essayant de fuir la ville[5]. Le Réseau syrien des droits de l'homme (SNHR) fait quant à lui état de la mort d'au moins 1 854 civils à Raqqa, dont au moins 1 058 causés par les frappes aériennes de la coalition, 311 causés par l'État islamique et 191 causés par les Forces démocratiques syriennes[6]. Raqqa Is Being Slaughtered Silently, le collectif de journalistes citoyens syriens, donne un bilan assez proche, avec 1 873 morts au moins du 9 juin au 15 octobre 2017[6]. Enfin Airwars, un collectif de journalistes d’investigation, estime qu'au moins 1 300 civils ont été tués à Raqqa par les frappes de la coalition[6].

Après les combats, les mines continuent de faire des victimes à Raqqa : selon les FDS, 14 personnes — neuf civils, trois combattants des FDS et deux techniciens — sont tuées par des engins explosifs entre le 17 et 24 octobre[152] ; un sniper britannique, volontaire au sein des YPG, trouve notamment la mort le 23 octobre, lors d'une opération de déminage[153].

DéplacésModifier

Le , Hakim Khaldi, coordinateur de Médecins sans frontières (MSF), déplore que le dispositif pour prendre en charge les civils soit « minimal » ; seulement 8 000 personnes sur les 190 000 déplacés de la province de Raqqa sont regroupées dans le principal camp de réfugiés de la région ; « la grande majorité est livrée à elle-même, et doit trouver refuge chez l’habitant, dans des camps rudimentaires, ou camper dans la rue »[154]. Hormis une structure de soin tenue par les FDS à l'ouest de Raqqa mais réservée prioritairement aux combattants, les civils blessés ne peuvent être soignés que dans les hôpitaux de Kobané et Tall Abyad, à deux heures et demie de route de la ligne de front[154]. Ces hôpitaux sont soutenus par MSF, mais peu de blessés de Raqqa y parviennent[154]. L'hôpital général de Raqqa, bombardé au commencement de la bataille, puis repris par les FDS début juillet, n'est pour sa part plus en mesure de fonctionner[155],[154]. Certains civils se réfugient dans la ville de Tabqa, pourtant dévastée par les combats en mars et mai[156].

Le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) compte, quant à lui, 270 000 déplacés en octobre 2017[7].

Voir aussiModifier

CartographieModifier

Liens externesModifier

Reportages photographiquesModifier

VidéographieModifier

RéférencesModifier

  1. a, b et c Guillaume Perrier, « Syrie : à Raqqa, les hommes de Daech cernés de toutes parts », Le Figaro, 10 juillet 2017.
  2. a, b et c Paul Khalifeh, « Syrie : début de la bataille pour reprendre Raqqa des mains du groupe EI », RFI, 6 juin 2017.
  3. a, b et c « Washington a commencé à livrer des armes aux combattants kurdes en Syrie », France 24 avec AFP, 31 mai 2017.
  4. a, b et c Georges Malbrunot, « Syrie : Daech résiste en minant la ville de Raqqa », Le Figaro, 8 juin 2017.
  5. a, b, c, d et e Al-Raqqah…between the declaration of starting the “liberation battle” and the official declaration of the “liberation”… shocking figures, OSDH, 20 octobre 2017.
  6. a, b, c, d et e Samuel Oakford, More than 1,800 civilians killed overall in defeat of ISIS at Raqqa, say monitors, Airwars, 19 octobre 2017.
  7. a et b Benjamin Barthe, Madjid Zerrouky et Allan Kaval, Rakka libérée des djihadistes de l’EI, récit de quatre années de terreur, Le Monde, 19 octobre 2017.
  8. a et b SDF statement on the Raqqa victory and the future of the city, 20 octobre 2017.
  9. a, b, c, d et e Madjid Zerrouky et Allan Kaval, Rakka : la question stratégique du sort des étrangers de l’EI, Le Monde, 16 octobre 2017.
  10. a, b et c Syrie : lourd revers pour l'EI avec la perte de Raqa, AFP, 18 octobre 2017.
  11. « Syrie : les enjeux de la reprise de Raqqa, la "capitale" de Daech », lejdd.fr, 30 mars 2017.
  12. « Raqa, la “capitale” de l'EI en Syrie », AFP, 6 juin 2017.
  13. Laurent Lagneau, « Raqqa ne serait plus la “capitale” de l’État islamique en Syrie », Opex360, 25 avril 2017.
  14. Maxime Macé, « Bataille de Raqqa : le soutien de la coalition sera crucial pour les forces arabo-kurdes, estime Stéphane Mantoux », France Soir, 9 juin 2017.
  15. a, b, c et d Georges Malbrunot, « Syrie : les forcenés de Daech encerclés à Raqqa », Le Figaro, 4 juillet 2017.
  16. a et b « Ouverture d'un couloir humanitaire à Raqqa », Le Figaro avec AFP, 15 juin 2017.
  17. a et b « Syrie : violents combats à Raqqa entre forces arabo-kurdes et jihadistes », France 24 avec AFP, 8 juin 2017.
  18. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j Luc Mathieu et Hala Kodmani, « A Raqqa, “les gens sont épuisés par Daech et par la guerre contre Daech” », Libération, 6 juin 2017.
  19. Georges Malbrunot, « Dans le camp d'Aïn Issa, avec les rescapés de la terreur djihadiste qui ont fui Raqqa », Le Figaro, 3 juillet 2017.
  20. Maya Gebeilly, « Syrie : l'alliance anti-EI gagne du terrain à Raqa », sur lest-eclair.fr, (consulté le 10 juin 2017).
  21. « Les Kurdes en position de force à Raqqa », La Libre Belgique, 10 juin 2017.
  22. (en) « U.S.-backed anti-IS forces to announce Raqqa assault start date on Tuesday », sur Reuters, (consulté le 10 juin 2017).
  23. a, b, c et d Samia Medawar, « La bataille de Raqqa semble bel et bien lancée », L'Orient-Le Jour, 5 juin 2017.
  24. a, b et c « Syrie : les FDS passent à l'attaque dans la banlieue de Raqqa », AFP, 6 juin 2017.
  25. a et b « En Syrie, l'alliance anti-EI avance à l'ouest de Raqqa », Le Point avec AFP, 3 juin 2017.
  26. Fabrice Balanche, « Syrie : six mois pour libérer Raqqa de l'État islamique », Le Figaro, 10 février 2017.
  27. Catherine Gouëset, « Syrie : tout comprendre aux enjeux de la bataille de Raqqa », L'Express, 21 juin 2017.
  28. « En dépit de la Turquie, les Etats-Unis ont livré des armes aux combattants kurdes en Syrie », Le Monde avec AFP, 31 mai 2017.
  29. « Syrie : les FDS se délectent d'armes américaines dans la bataille de Raqa », AFP, 8 juin 2017.
  30. « 2000 combattants de l'EI retranchés à Raqqa », Le Figaro avec Reuters, 5 août 2017.
  31. Lucile Wassermann, « À Raqqa, l’EI tire les leçons de la bataille de Mossoul », OLJ, 21 juin 2017.
  32. « Syrie : les Forces démocratiques syriennes, fer de lance de la lutte anti-EI », AFP, 16 mai 2017.
  33. a et b Matthieu Delmas, « En Syrie, la mosaïque des libérateurs de Rakka », La Croix, 30 juillet 2017.
  34. Matthieu Delmas, « À la reconquête de Raqqa, avec la Brigade de la liberté », Le Figaro, 28 juillet 2017.
  35. a et b Chute de Rakka : « L’EI n’est plus en mesure d’exercer une gouvernance », Le Monde, 17 octobre 2017.
  36. a et b Allan Kaval, « Syrie : avec les combattants, à l’assaut de Rakka », Le Monde, 7 juin 2017.
  37. « Syrie : des soldats américains opèrent dans Raqqa », Le Figaro avec AFP, 12 juillet 2017.
  38. « Une agence de presse turque dévoile l’emplacement de forces spéciales américaines et françaises en Syrie », Le Monde avec AFP, 20 juillet 2017.
  39. « Coalition anti-EI : la Belgique prolonge la mission de ses F16 », AFP, 16 juin 2017.
  40. Tom Perry et Jean-Stéphane Brosse, « Un millier de renforts déployés par les FDS à Rakka », Reuters, 2 juillet 2017.
  41. a et b « Syrie : la bataille pour la prise de Raqqa a débuté », Le Point avec AFP, 6 juin 2017.
  42. Allan Kaval, « Bataille de Rakka : “Nous nous attendons à une forte résistance de l’EI” », Le Monde, 8 juin 2017.
  43. Camille Bouscasse, « Syrie : l'assaut contre Raqqa est lancé », Le Figaro, 6 juin 2017.
  44. « L’alliance anti-EI gagne du terrain à Raqqa », OLJ avec AFP, 8 juin 2017.
  45. a, b et c « Syrie : un premier quartier repris à l'EI dans l'ouest de Raqqa », Le Point avec AFP, 11 juin 2017.
  46. « Les forces anti-EI progressent à l'ouest de Raqqa, abondamment bombardée », OLJ avec AFP, 9 juin 2017.
  47. « Syrie : les Forces démocratiques syriennes ouvrent un second front à Raqqa », France 24 avec AFP et Reuters, 10 juin 2017.
  48. « Syrie : le groupe Etat islamique sur le recul à Raqqa », RFI, 11 juin 2017.
  49. a et b « Syrie : la force anti-EI s'approche de la vieille ville de Raqa », AFP, 12 juin 2017.
  50. « Syrie : intenses affrontements entre les FDS et le groupe EI à Raqqa », RFI, 15 juin 2017.
  51. a et b Louis San, "Les balles sifflaient au-dessus de ma tête" : la bataille de Raqqa racontée par des photojournalistes, Franceinfo, octobre 2017.
  52. Gwendoline Debono, Syrie : à Raqqa, chaque recoin de la ville est truffé de mines, Europe 1, 24 octobre 2017.
  53. Thomas Gibbons-Neff, « U.S.-led forces appear to be using white phosphorus in populated areas in Iraq and Syria », The Washington Post, 9 juin 2017.
  54. Luc Mathieu, « A Raqqa, des obus au phosphore blanc », Libération, 11 juin 2017.
  55. « La coalition internationale bombarde Raqqa au phosphore blanc », France 24, 13 juin 2017.
  56. Catherine Gouëset, « Qu'est le phosphore blanc, que la coalition anti-Daech est accusée d'utiliser ? », L'Express, 13 juin 2017.
  57. « HRW prévient la coalition internationale anti-EI sur le phosphore blanc », AFP, 14 juin 2017.
  58. « Syrie : les FDS poursuivent l'encerclement de Raqqa par le Sud », Reuters, 21 juin 2017.
  59. a et b « Syrie : des forces antijihadistes s'emparent du quart de Raqa », AFP, 26 juin 2017.
  60. a et b Hala Kodmani, « Raqqa : avancée de la coalition contre l'Etat islamique », Libération, 28 juin 2017.
  61. a et b « L'EI pris au piège dans son fief de Raqqa », OLJ avec AFP, 29 juin 2017.
  62. Paul Khalifeh, « Syrie : les jihadistes contre-attaquent pour briser l’encerclement de Raqqa », RFI, 30 juin 2017.
  63. Paul Khalifeh, « Syrie : l’EI quitte Alep mais reprend un quartier à Raqqa », RFI, 1er juillet 2017.
  64. « L'EI reprend un quartier de Raqqa », Le Figaro avec AFP, 30 juin 2017.
  65. « Syrie : contre-attaque de l'alliance anti-EI après un revers à Raqqa », AFP, 1er juillet 2017.
  66. a, b et c « Syrie : l'alliance anti-EI pénètre à Raqa par le sud pour la première fois », AFP, 3 juillet 2017.
  67. « Tens of fighters were killed during the violent clashes in Al-Raqqah city and the “Euphrates Wrath” Operation Forces advance west of the city », OSDH, 3 juillet 2017.
  68. « Syrie : des brèches ouvertes dans le mur qui entoure la vieille ville de Rakka », Le Monde, avec AFP et Reuters, 4 juillet 2017.
  69. a et b « Des forces antidjihadistes avancent dans la vieille ville de Raqqa en Syrie », Europe 1 avec AFP, 5 juillet 2017.
  70. « The “Euphrates Wrath” Operation Forces move 200 meters deeper into the Old City and 30 rebels killed within hours of attacks and clashes », OSDH, 5 juillet 2017.
  71. a et b « Les forces antijihadistes peinent à avancer dans Raqqa », OLJ avec AFP, 7 juillet 2017.
  72. « Syrie : les forces anti-EI reprennent un village près de Raqqa », AFP, 11 juillet 2017.
  73. « Syrie : offensive de l’armée dans la province de Soueida malgré le cessez-le-feu », RFI, 11 juillet 2017.
  74. « Syrie : les forces antidjihadistes avancent lentement à Raqqa », Europe 1 avec AFP, 14 juillet 2017.
  75. a, b et c « Syrie : Raqa secouée par des frappes aériennes, avancée des forces anti-EI », AFP, 17 juillet 2017.
  76. a et b « Syrie : l'EI chassé de la moitié de Raqa (OSDH) », AFP, 26 juillet 2017.
  77. « Syrie : les FDS contrôlent 41 % des bastions de l'EI à Raqqa », Xinhua, 24 juillet 2017.
  78. « ISIS loses more ground in Raqqa, Kurdish-led forces announce liberation of 50% of the city », ARA News, 28 juillet 2017.
  79. « Syrie : l'accès à la nourriture à Raqa devient critique », AFP, 31 juillet 2017.
  80. a, b et c « Syrie : l'EI chassé d'un nouveau quartier à Raqa selon l'OSDH », AFP, 1er août 2017.
  81. a et b « About 55% of the city of al-Raqqa is under the control of the Syria Democratic Forces as the Grand Battle of al-Raqqa completes its second month », OSDH, 6 août 2017.
  82. (en) « Three suburbs captured in Raqqa city after Kurdish forces resume offensive - Map update », AMN - Al-Masdar News | المصدر نيوز,‎ (lire en ligne).
  83. « La reconquête de Raqqa pourrait prendre encore quatre mois », OLJ avec Reuters, 10 août 2017.
  84. « Syrie : violents combats à Raqqa », Le Figaro avec AFP, 13 août 2017.
  85. Syrie : de violents combats se poursuivent dans la vieille ville de Raqqa, Le Parisien avec AFP, 14 août 2017.
  86. Maya Gebeily, Syrie: plusieurs civils tués dans des raids de la coalition à Raqqa, AFP, 22 août 2017.
  87. a et b Alla Kaval, Syrie : à Rakka, les civils victimes de bombardements intensifs de la coalition contre l’EI, Le Monde, 25 août 2017.
  88. L'ONU réclame une "pause humanitaire" à Raqqa pour permettre le départ de civils, France 24 avec AFP et Reuters, 24 août 2017.
  89. Les gens de Raqqa "sont pris au piège" des combats, l'ONU veut des "pauses", Le Figaro avec AFP, 25 août 2017.
  90. Guillaume Descours, Syrie : Raqqa est le «pire endroit sur terre» selon l'ONU, Le Figaro avec AFP, 25 août 2017.
  91. Les Forces démocratiques syriennes s'emparent de la vieille ville de Raqqa, capitale autoproclamée de l'Etat islamique en Syrie, Franceinfo, 1er septembre 2017.
  92. Syrie : une alliance anti-EI s’empare de la vieille ville de Rakka, Le Monde avec AFP, 1er septembre 2017.
  93. Syrie: l'alliance anti-EI contrôle plus des deux-tiers de Raqa, AFP, 14 septembre 2017.
  94. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j Hala Kodmani, Raqqa, un mois de «bataille finale», Libération, 17 octobre 2017.
  95. a et b Maya Gebeily, Syrie: la «fin» de l'EI à Raqa est proche, AFP, 20 septembre 2017.
  96. a, b et c Syrie: à Raqa, la bataille "historique" contre l'EI touche à sa fin, AFP, 22 septembre 2017.
  97. Hedi Aouidj et Ahmed Deeb, Abou Sakr : "Nous étions à Raqqa pour construire le Califat", Paris Match, 23 octobre 2017.
  98. Sarah Dadouch et Henri-Pierre André, En Syrie, les FDS disent contrôler 80 % de la ville de Rakka, Reuters, 20 septembre 2017.
  99. Blandine Le Cain et Julien Boudisseau, Syrie : les images de Raqqa montrent une ville meurtrie et dévastée, Le Figaro, 22 octobre 2017.
  100. Bachir El Khoury, Les derniers civils sous le joug de Daech à Raqqa «n’ont le choix que de mourir», Slate, 22 septembre 2017.
  101. Les FDS s'emparent du QG de sécurité de l'EI à Raqqa, OLJ avec AFP, 2 octobre 2017.
  102. L'étau se resserre autour d'un hôpital tenu par Daech à Raqqa, OLJ avec AFP, 1er octobre 2017.
  103. Syrie: "discussions" en cours à Raqa pour évacuer les civils retenus par l'EI, AFP, 10 octobre 2017.
  104. Les forces du régime prennent des quartiers de Mayadine, OLJ, 12 octobre 2017.
  105. a et b Syrie: 100 jihadistes de l'EI qui étaient à Raqqa se sont rendus, selon la coalition, AFP, 14 octobre 2017.
  106. Bastion de l’Etat islamique en Syrie, Rakka est sur le point de tomber, Le Monde avec AFP, 14 octobre 2017.
  107. a et b Syrie : à Raqqa, la fuite organisée des djihadistes, Europe 1, 30 octobre 2017.
  108. a, b, c, d et e Timothée Vilars, Exfiltration de djihadistes à Raqqa : l'accord arrangeait tout le monde... sauf la France, L'Obs, 16 novembre 2017.
  109. Syrie: accord sur des évacuations à Raqa, en passe de tomber, AFP, 14 octobre 2017.
  110. a, b et c La bataille de Raqa dans sa "phase finale", la plupart des civils évacués, L'Express, 15 octobre 2015.
  111. Rozenn Morgat, Syrie : l'assaut final pour libérer Raqqa a été lancé dimanche, Le Figaro, 15 octobre 2017.
  112. Rozenn Morgat, Syrie : l'assaut final pour libérer Raqqa a été lancé dimanche, Le Figaro, 15 octobre 2017.
  113. [vidéo] Syrie : les dernières heures des jihadistes à Raqqa, France 24, 17 octobre 2017.
  114. [vidéo], Libération de Raqqa : les jihadistes ont pu quitter la ville, RFI, 20 octobre 2017.
  115. Syrie: les jihadistes étrangers pas autorisés à quitter Raqa (conseil local), AFP, 15 octobre 2017.
  116. a, b, c et d Syrie : à Raqqa, l'État islamique chassé de sa dernière position, Le Point avec AFP, 17 octobre 2017.
  117. Raqqa’s dirty secret, BBC, 14 novembre 2017.
  118. Hala Kodmani, Des centaines de membres de l'Etat islamique «évacués» de Raqqa, Libération, 14 novembre 2017.
  119. Des jihadistes étrangers ont pu s'échapper de Raqa (coalition), AFP, 14 novembre 2017.
  120. La bataille de Rakka, bastion de l’Etat islamique en Syrie, « entre dans sa phase finale », Le Monde avec AFP et Reuters, 15 octobre 2017.
  121. Georges Malbrunot, Daech s'apprête à perdre Raqqa, Le Figaro, 15 octobre 2017.
  122. Paul Khalifeh, Raqqa: le sort d'un cerveau présumé du 13-Novembre en question, RFI, 15 octobre 2017.
  123. Syrie : l'alliance anti-djihadiste annonce «la reprise totale» de Raqqa, Le Parisien avec AFP, 17 octobre 2017.
  124. Raqqa: "libération" d'un point symbolique, Le Figaro avec AFP, 16 octobre 2017.
  125. Georges Malbrunot, Syrie : Daech a totalement perdu Raqqa, Le Figaro, 17 octobre 2017.
  126. Paul Khalifeh, Syrie: quel avenir pour Raqqa, ville libérée de l'EI mais détruite à 80%, RFI, 18 octobre 2017.
  127. a et b Benjamin Barthe, A Deir ez-Zor, le face-à-face ambigu entre forces kurdes et prorégime syrien, Le Monde, 21 octobre 2017.
  128. Syrie: le temps d'une journée, voir Raqa et pleurer, AFP, 21 octobre 2017.
  129. Rojda Felat, commandante kurde et visage de la victoire contre l'EI à Raqa, AFP, 18 octobre 2017.
  130. a et b Syrie: Raqa en passe d'être remise à une autorité civile, AFP, 19 octobre 2017.
  131. a et b Ratissage et célébrations à Raqa après l’éviction de l’EI, AFP, 18 octobre 2017.
  132. Pièges, explosifs : le long travail de déminage a commencé à Raqqa, Le Figaro avec AFP, 20 octobre 2017.
  133. « En Syrie, l’assaut est lancé sur Rakka, le fief de l’Etat islamique », Le Monde avec AFP, 6 juin 2017.
  134. « Raids/coalition : 224 civils tués à Raqqa en 1 mois », Le Figaro avec AFP, 6 juillet 2017.
  135. « Hundreds of meters separate the “Euphrates Wrath” Forces from Ekirshi area, which had a camp and witnessed the largest mass execution of ISIS members », OSDH, 7 juillet 2017.
  136. « After 35 days of the Grand Battle of Al-Raqqah …. A rebel faction withdraws from its positions in the Old City and east of Al-Raqqah following a dispute with Syria Democratic Forces », OSDH, 8 juillet 2017.
  137. « Coalition warplanes commit a massacre in a village east of Al-Raqqah and more than 800 civilians and fighters are killed in about 45 days of the grand battle of Al-Raqqah », OSDH, 20 juillet 2017.
  138. « The Syria Democratic Forces control about 41% of ISIS stronghold after 7 weeks of the grand battle of Al-Raqqah », OSDH, 24 juillet 2017.
  139. « About 1200 persons were killed in al-Raqqa city during about 8 weeks of shelling of the international coalition within the ongoing Grand Battle of al-Raqqa », OSDH, 29 juillet 2017.
  140. « About 600 civilians among more than 1600 people killed in Al-Raqqah city since the start of the grand battle of Al-Raqqah », OSDH, 11 août 2017.
  141. After 70 days of the start of the grand battle of Al-Raqqah… SDF supported by the International Coalition’s Special Forces control 57% of Al-Raqqah city, OSDH, 14 août 2017.
  142. The Syria Democratic Forces control more than 60% of the former main stronghold of the “Islamic State” organization in Syria, OSDH, 23 juin 2017.
  143. After 3 months of battles… SDF control 65% of the size of ISIS capital, OSDH, 6 septembre 2017.
  144. After the death of about 3000 civilians and fighters… the grand battle of Al-Raqqah approaches its end, OSDH, 17 septembre 2017.
  145. ((The Grand Battle of Al-Raqqah reaches the end)) after withdrawing of ISIS to the city center … the SDF impose their control over more than 90% of the areas of the city, OSDH, 20 septembre 2017.
  146. Al-Raqqah city is free of ISIS and declaration of control bound to the sweep’s end, OSDH, 22 septembre 2017.
  147. More than 3200 civilians and fighters were killed in 4 months of the grand battle of Al-Raqqah city and declaration of control continue to be delayed due to the undergoing sweep, OSDH, 7 octobre 2017.
  148. Syria SDF: Manbij commander Adnan killed in Raqqa offensive, Rudaw, 30 août 2017.
  149. Hommages à l’adjudant-chef Stéphane Grenier, sous-officier du 13e RDP mort pour la France, Ministère de la Défense, 30 septembre 2017.
  150. Syrie/Irak : un parachutiste français des forces spéciales tué en opération, AFP, 25 septembre 2017.
  151. Rakka : posez vos questions sur la chute de l’ancienne place forte de l’EI en Syrie, Le Monde, 17 octobre 2017.
  152. Syrie: 14 morts dans l'explosion de mines laissées par l'EI à Raqa, AFP, 24 octobre 2017.
  153. Syrie: un Britannique combattant l'EI tué, Le Figaro avec AFP, 24 octobre 2017.
  154. a, b, c et d Hakim Khaldi, « À Rakka, plus encore qu’à Mossoul, les civils sont laissés pour compte », Le Monde, 1er août 2017.
  155. Edith Bouvier, A Raqqa, «on était déjà un peu morts de toute façon», Libération, 30 août 2017.
  156. Des civils syriens fuyant Raqa trouvent refuge dans une ville en ruines, AFP, 9 septembre 2017.
  157. Antoine Hasday, « À quoi servent les drones de Daech ? », Slatre.fr (consulté le 18 octobre 2017).
  158. auteur du blog Historicoblog et analyste pour France-Soir[157].