Bataille de Jisr al-Choghour (2015)

bataille de la guerre civile syrienne (2015)
Bataille de Jisr al-Choghour
Description de cette image, également commentée ci-après
Djihadistes du Front al-Nosra pendant la bataille de Jisr al-Choghour.
Informations générales
Date 22 avril
(1 mois)
Lieu Jisr al-Choghour
Issue Victoire des rebelles
Belligérants
Drapeau de la Syrie République arabe syrienne InfoboxHez.PNG Hezbollah
Liwa Fatemiyoun infobox flag.png Brigade des Fatimides
Liwa Zulfikar
Drapeau de l'Iran Iran
Emblem of the Jaish al-Fatah.svg Armée de la conquête

Flag of Syria 2011, observed.svg Armée syrienne libre

Emblem of the Ansar al-Deen Front.svg Front Ansar Dine

Flag of the Turkistan Islamic Party in Syria.svg Parti islamique du Turkestan
Flag of Jihad.svg Jound al-Cham
Flag of Taliban.svg Jamaat Imam Bukhari
Flag of katibat al tawhid wal jihad.png Katiba al-Tawhid wal-Jihad
IslamicFrontFlag.PNG Ansar al-Cham
Jaysh Al Islam white flag.svg Jaych al-Islam
Alwiya al-Furqan
Commandants
• Mehi al-Din Manour †
Souheil al-Hassan
• Abou Ridha al-Turkestani †
Forces en présence
6 000 hommes[1]10 000 hommes[2]
Pertes
261 morts au moins[5]
300 prisonniers ou disparus[5]
124 morts au moins[6],[3],[7],[8],[9],[10],[11]
Civils : 7 morts au moins[3]
23 prisonniers exécutés par les loyalistes[4]

Guerre civile syrienne

Coordonnées 35° 48′ 00″ nord, 36° 19′ 00″ est
Géolocalisation sur la carte : Syrie
(Voir situation sur carte : Syrie)
Bataille de Jisr al-Choghour

La deuxième bataille de Jisr al-Choghour a lieu lors de la guerre civile syrienne. Elle débute le par une offensive de la coalition rebelle de l'Armée de la conquête contre la ville de Jisr al-Choghour, dans le gouvernorat d'Idleb. La ville est prise dès le 25 avril, cependant une poche de résistance subsiste dans l'hôpital jusqu'au 22 mai.

Prélude et forces en présenceModifier

Après leur victoire à la bataille d'Idleb, les rebelles de la coalition « Jaych al-Fatah » (« l'Armée de la conquête ») poursuivent leur progression dans le gouvernorat d'Idleb et avancent vers la ville de Jisr al-Choghour[12], dont la population était de 50 000 habitants en 2011[13]. Les Tchétchènes de Jound al-Cham participent également à l'offensive[14],[15], ainsi que des bataillons de l'Armée syrienne libre[16],[17]— notamment la 1re division côtière[18],[15], la 13e division[19] et la Brigade Sultan Mourad[18] — Alwiya al-Furqan[1], Ansar al-Cham[1],[15], le Parti islamique du Turkestan[1],[15],[20], Jaych al-Islam[15], le Front Ansar Dine[15] — qui regroupe Jaych al-Mouhajirine wal-Ansar[15], le Harakat Cham al-Islam[15] et le Harakat Fajr al-Cham al-Islamiyya[15] — et des combattants ouzbeks du Jamaat Imam Bukhari[15] et de la Katiba al-Tawhid wal-Jihad[15],[21]. Les forces loyalistes se replient vers le sud, elles ne tiennent alors plus dans ce gouvernorat que les villes de Jisr al-Choghour et Ariha, quelques villages, l'aéroport militaire d'Abou Douhour et cinq bases militaires[22].

L'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) estime à plus de 6 000 le nombre des combattants rassemblés par le régime[1] et à plus de 10 000 celui mobilisé par les djihadistes et les rebelles[2].

Le 9 avril, les rebelles lancent des attaques contre la base militaire d'al-Mastomah, à l'est de Jisr al-Choghour[23]. Le 21 avril, des obus tirés par les rebelles sur Jisr al-Choghour tuent sept civils, dont un couple et ses quatre enfants[24].

DéroulementModifier

Prise de la ville par les rebellesModifier

 
Combattants d'Ahrar al-Cham dans les rues de Jisr al-Choghour, pendant la bataille.

Les premiers combats débutent le 22 avril[25]. Le 23, les djihadistes et les rebelles atteignent Jisr al-Choghour[26],[27],[28],[29]. C'est la première fois depuis 2011 que des combats ont lieu dans cette ville[30], celle-ci est stratégique car elle se trouve à proximité de la frontière turque et sa prise pourrait menacer Lattaquié[29]. Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), plusieurs milliers de rebelles prennent part à l'offensive[31].

Le Front al-Nosra lance l'assaut en envoyant au moins 15 kamikazes avec des ceintures d'explosifs qui mènent des attaques-suicides sur plusieurs points autour de Jisr al-Choghour[12]. Les hommes du Front al-Nosra et d'Ahrar al-Cham attaquent ensuite sept postes de contrôle situés aux abords de la ville et en contrôlent quatre au matin du 24 avril, dont celui, stratégique, de Tal Hekmah[12],[32]. Ils coupent également la route reliant Jisr al-Choghour à Ariha, à l'est[32]. L'aviation syrienne intervient et mène 70 raids aériens[32].

Le matin du 25 avril, les djihadistes et les rebelles entrent dans la ville et rapidement ils en contrôlent la quasi-totalité[33],[14]. Les soldats du régime prennent la fuite[33]. Selon l'OSDH, au moins 60 combattants loyalistes sont tués[16],[34]. Les combats se poursuivent dans quelques quartiers au sud-ouest de la cité[35].

Sana, l'agence de presse du régime syrien, fait était « d'un horrible massacre de plus de 30 civils, dont des femmes et des enfants, commis par les groupes terroristes après être entrés à Jisr al-Choughour », mais sans donner davantage de précision[16]. L'OSDH affirme pour sa part qu'au sud-ouest de la ville, 23 prisonniers ont été exécutés près de l'hôpital par des soldats de l'armée syrienne avant que ces derniers ne battent en retraite[4],[16],[36]. Le Front al-Nosra diffuse également sur Internet les photos de 14 corps maculés de sang, en affirmant qu'il s'agit des victimes d'un massacre perpétré par le régime[16].

Jisr al-Choghour est entièrement prise le 25 avril en milieu de journée[37],[38]. Les combats se déplacent alors au sud et à l'est de la ville[38]. Dans l'après-midi, des raids aériens du régime font au moins 27 morts à l'intérieur de Jisr al-Choghour, dont 20 combattants[16],[3]. Cependant les rebelles continuent de progresser dans les villages au sud de la ville : Ishtabraq est prise, ainsi que les localités d'al-Sermania, Tal Waset, al-Qahera, et al-Mansura, situées dans la vallée d'al-Ghab, à l'extrême nord-ouest du gouvernorat de Hama[39],[7]. L'armée syrienne réagit en envoyant des hélicoptères larguer au moins 32 barils d'explosifs dans cette zone[40].

Le 27 avril, le ministère syrien des Affaires étrangères accuse les rebelles d'avoir massacré 200 civils à Ichtabraq, une localité à majorité alaouite, dont des femmes et des enfants[41]. L'OSDH indique pour sa part le 30 avril que 200 prisonniers sont faits par les rebelles à Jisr al-Choghour et dans la localité voisine d'Ichtabraq, dont des militaires, des miliciens et des membres de leurs familles, et que leur sort et lieu de détention sont inconnus[41].

La prise de la ville est saluée par le Coalition nationale des forces de l'opposition et de la révolution qui parle d'une « importante victoire sur le chemin de la libération totale du territoire syrien »[22].

Siège de l'hôpital de Jisr al-ChoughourModifier

 
Vue de l'hôpital de Jisr al-Choughour pendant les combats.

Une poche de résistance subsiste cependant à l'hôpital de Jisr al-Choughour, à la périphérie sud-ouest de la ville[41]. Le nombre de ses défenseurs varie selon les estimations. Pour l'OSDH, 150 soldats loyalistes sont assiégés avec une centaine de civils, dont des membres des familles des militaires et des fonctionnaires[42],[43]. Selon une source syrienne de sécurité de L'Orient-Le Jour, 120 soldats des forces spéciales défendent l'hôpital et aucun civil n'est présent[43]. Après la fin des combats, l'AFP évoque 450 soldats et civils[44].

Selon la source sécuritaire de L'Orient-Le Jour, les forces spéciales commandées par le colonel Sabha sont restés retranchés dans l'hôpital après avoir refusé d'obéir aux ordres de repli[43],[45], tandis que selon des rescapés interrogés l'AFP ils avaient reçu l'ordre de se regrouper dans l'hôpital pour lancer une contre-attaque sur la ville avant de rapidement se retrouver assiégés[44].

Le 1er mai, les rebelles lancent un assaut : plusieurs dizaines de soldats sont tués ou blessés par l'explosion d'un véhicule kamikaze et au moins 14 djihadistes du Front al-Nosra sont tués selon l'OSDH[46],[9].

Malgré tout les défenseurs résistent et le 6 mai, dans une apparition publique retransmise par la télévision de Damas, Bachar el-Assad promet d'envoyer des renforts à Jisr al-Choghour : « A présent, si Dieu le veut, l'armée arrivera bientôt auprès de ces héros qui ont assiégé dans l'hôpital de Djisr el Choughour pour poursuivre la bataille et défaire les terroristes »[47],[43]. Le même jour, l'armée syrienne lance une contre-offensive[48]. Plus de 6 000 soldats et miliciens[1], sous les ordres du colonel Souheil al-Hassan, dit « le Tigre »[43], sont mobilisés pour l'attaque. Parmi eux figurent plusieurs combattants chiites étrangers, dont des Libanais du Hezbollah, des Afghans de la Brigade des Fatimides, des Irakiens du Liwa Zulfikar et des officiers iraniens[49],[50].

 
Soldats de l'armée syrienne évacuant l'hôpital de Jisr al-Choughour sous les tirs des djihadistes du Front al-Nosra, le 22 mai 2015.

Le 7 mai, les loyalistes, soutenus par plus de 50 frappes aériennes, attaquent le checkpoint d'al-Alawin et les collines du village de Frikah[49],[51]. Selon l'OSDH, les loyalistes perdent au moins 14 hommes tués et deux chars détruits[52]. L'armée syrienne progresse et le 9 mai, elle n'est plus qu'à 2 kilomètres de l'hôpital de Jisr al-Choghour[48].

Le 10 mai, dans la matinée, les rebelles lancent un nouvel assaut contre l'hôpital[42]. Après l'attaque d'un véhicule piégé du Front al-Nosra, ils parviennent pour la première fois à pénétrer dans un bâtiment, où ils engagent de violents combats avec les militaires retranchés à l'intérieur[42],[53],[54],[55]. Selon l'OSDH, au moins 32 soldats loyalistes et 40 rebelles sont tués[8].

Le 14 mai, selon l'OSDH, le corps d'un brigadier-général tué dans les combats est retrouvé près de Jisr al-Choghour[10]. Mehi al-Din Mansour, chef des forces spéciales syriennes, succombe à ses blessures à Tartous, après avoir été grièvement touché à Jisr al-Choghour[56].

Le 22 mai, après près d'un mois de résistance, les loyalistes finissent par abandonner l'hôpital de Jisr al-Choghour, qui est ensuite pris en totalité par les rebelles islamistes[57],[44],[58],[59]. Les soldats du régime se divisent en quatre groupes pour organiser l'évacuation et protéger les blessés et les civils, mais les djihadistes et les rebelles se lancent à leur poursuite et plusieurs d'entre-eux sont tués, blessés ou faits prisonniers[44],[59]. Après 3 kilomètres et plusieurs heures de marche à travers des sentiers, les rescapés parviennent à rejoindre d'autres unités du régime[44]. Dans la soirée, Bachar el-Assad félicite le colonel Sabha et ses hommes : « Vous représentez par votre héroïsme les soldats de l'armée syrienne. Vous avez résisté car vous ne connaissez ni l'échec ni la capitulation »[45].

PertesModifier

Le 24 mai, l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) affirme qu'au moins 261 militaires et miliciens loyalistes ont été tués à Jisr al-Choghour et ses environs entre le 22 avril et le 23 mai[5],[60]. 90 officiers figurent parmi les morts, dont Mehi al-Din Manour — ou Muheiddeine Mansour — chef des forces spéciales en Syrie, 11 généraux, 11 colonels, 3 lieutenants-colonels, 10 majors, 25 capitaines et 29 lieutenants[5],[60]. 300 loyalistes ont également été faits prisonniers ou bien sont portés disparus[5].

Les pertes des djihadistes et des rebelles ne sont pas connues de manière exhaustives. L'OSDH recense la mort de 43 combattants, dont 13 Tchétchènes, les 23 et le 24 avril[6], de 20 rebelles tués dans des frappes aériennes et 5 autres dans des combats le 25 avril[3],[7], de 14 hommes du Front al-Nosra le 2 mai[9], de 40 rebelles le 10 mai[8], de 5 rebelles le 14 mai[10], et de 2 hommes du Front al-Nosra le 22 mai[11].

Al-Masdar News (en), un média pro-régime syrien, affirme pour sa part que les pertes de l'armée syrienne ont été de 92 morts et 112 blessés entre le 22 et le 30 avril, tandis qu'il estime entre 350 et 500 le nombre des islamistes tués[61].

Le Parti islamique du Turkestan laisse au moins 20 morts dans les combats, dont son chef, Abou Ridha al-Turkestani[20].

Autres combats dans le gouvernorat d'IdlebModifier

 
Situation dans le gouvernorat d'Idleb le après les offensives rebelles.

Après leur victoire, les rebelles visent le port de Lattaquié et continuent d'avancer dans le gouvernorat d'Idleb[17]. Le régime mène plusieurs raids aériens, notamment à Darkoush, une ville située à environ 25 kilomètres au nord-ouest de Jisr al-Choghour, où des bombardements font au moins 53 morts le 26 avril, dont au moins 17 femmes et enfants[62],[63],[64],[65]. Au total, selon l'OSDH, les bombardements du 26 avril dans le gouvernorat d'Idleb tuent au moins 73 civils, dont 11 femmes et 19 enfants[66],[62],[67].

Mais le matin du 27 avril, les rebelles s'emparent du camp militaire d'al-Qarlmid ou Maamal al-Karmid (la fabrique de brique) près de la ville d'Ariha[68]. Selon l'OSDH, les affrontements ont fait au moins 15 morts chez les loyalistes[68],[69] et huit tués du côté des rebelles[70], dont deux kamikazes[69]. Trois chars du régime ont également été détruits lors des affrontements[63], sept autres sont capturés par les rebelles, ainsi que six canons[69]. En réponse, des hélicoptères du régime larguent une dizaine de barils d'explosifs sur le camp[69].

Le 19 mai, après deux jours de combats, l'Armée de la conquête s'empare du camp militaire d'Al-Mastouma, la plus grande base du régime dans la région d'Idleb[71],[72],[73],[74]. Au moins 16 rebelles y sont tués selon l'OSDH[75]. Les loyalistes se replient sur la ville d'Ariha, à sept kilomètres au sud et à l'aéroport militaire d'Abou Douhour, à une cinquantaine de kilomètres à l'est[71].

Le 28 mai, l'Armée de la conquête attaque Ariha, mais les forces de l'armée syrienne et du Hezbollah battent rapidement en retraite et après seulement trois heures de combats, la ville est prise à son tour[76],[77],[78]. Selon l'OSDH, 18 soldats et miliciens loyalistes sont tués au combat et 13 autres sont capturés et exécutés[79]. Les rebelles tiennent alors la quasi-totalité du gouvernorat d'Idleb[76].

Le 6 juin, les rebelles prennent une dizaine de villages situés sur la route d'Ariha à Lattaquié, ainsi que le barrage de Maassara, le plus important encore tenu par le régime dans le gouvernorat d'Idleb[80],[1]. Selon l'OSDH, au moins 13 rebelles et 32 loyalistes sont tués dans ces combats[80],[1].

ConséquencesModifier

Le 13 mai, l'armée syrienne redéploie ses forces dans la province d'Idlib, ce qui a pour conséquence de dégarnir certaines de ses positions dans le reste du pays[81]. Profitant de ces mouvements de troupe, l'État islamique passe à l'offensive le lendemain au sud-est du pays et parvient à prendre l'oasis de Palmyre le 21 mai, ce qui constitue pour l'organisation une victoire symbolique et stratégique significative[82].

Liens externesModifier

Cartes des combatsModifier

VidéographieModifier

Articles de fondModifier

Notes et référencesModifier

  1. a b c d e f g et h « The regime forces defeated in Idlib, and the legend of Sohil al- Hasan, aka al- Nemer (the tiger)”, crashes on its walls », OSDH,
  2. a et b « هجوم مستمر لجبهة النصرة وفصائل إسلامية على جنوب مدينة إدلب ومحيط جسر الشغور », OSDH,‎
  3. a b c et d (en) « 27 people, including 20 fighters, killed in the center of Jeser al- Shagour City », The Syrian Observatory for Human Rights,
  4. a et b « Des soldats syriens battant en retraite exécutent 23 prisonniers », L'Orient-Le Jour, (consulté le 1er février 2020)
  5. a b c d et e (en) « 90 officers in regime forces and NDF out of 261, were killed during the taking over of Jesr al-Shughour and the national hospital », sur archive.fo, The Syrian Observatory for Human Rights, (consulté le 1er février 2020)
  6. a et b AFP, « Syrie: assaut d'Al-Qaïda et des rebelles sur une ville clé du régime dans le nord-ouest », sur www.romandie.com, (consulté le 1er février 2020)
  7. a b et c (en) « Rebel and Islamic battalions advance in Hama countryside and take control on 4 villages in al-Ghab Plain », The Syrian Observatory for Human Rights,
  8. a b et c AFP, « Syrie: 72 morts dans des combats autour d'un hôpital assiégé », L'Orient-Le Jour, (consulté le 1er février 2020)
  9. a b et c « 14 fighters of the Nusra Front killied around the national hospital in Jeser al- Shagour », sur archive.fo, The Syrian Observatory for Human Rights, (consulté le 1er février 2020)
  10. a b et c (en) « A brigadier- general killed in Jeser al- Shagour, and the clashes renew in the countryside of Idlib leaving more casualties », sur archive.fo, The Syrian Observatory for Human Rights, (consulté le 1er février 2020)
  11. a et b (en) « 156 killed yesterday 22/05/2015 », sur archive.fo, Syrian Observatory For Human Rights, (consulté le 1er février 2020)
  12. a b et c AFP, « Syrie: offensive d'el-Qaëda contre une ville clé du régime dans le nord-ouest », L'Orient-Le Jour, (consulté le 1er février 2020)
  13. Reuters, « Les rebelles syriens prennent une partie de Djisr el Choughour », sur Boursorama, (consulté le 1er février 2020)
  14. a et b (en) « Jabhat al- Nusra and the Islamist factions take control over wide areas in the city of Jeser al- Shagour », The Syrian Observatory for Human Rights,
  15. a b c d e f g h i j et k (en-US) Caleb Weiss, « Jihadists celebrate in key Idlib city after defeating Syrian regime | FDD's Long War Journal », The Long War Journal, (consulté le 1er février 2020)
  16. a b c d e et f AFP, « Le régime syrien bombarde une ville stratégique prise par les rebelles », L'Express, (consulté le 1er février 2020)
  17. a et b Benjamin Barthe, « En Syrie, les rebelles visent le port stratégique de Lattaquié »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Le Monde,
  18. a et b Hasan Mustafa, « The moderate rebels: a growing list of vetted groups fielding BGM-71 TOW anti-tank guided missiles »,
  19. « Soldats rebelles 1/13ème division (Firqa 13) », Historicoblog,
  20. a et b « Djihad au pays de Cham 8/Le Parti Islamique du Turkestan »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Historicoblog,
  21. « Djihad au pays de Cham 7/Katibat al Tawhid wal Jihad »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Historicoblog,
  22. a et b AFP, « Syrie: l'armée se repositionne après la prise d'Idleb par Al-Qaïda », sur ladepeche.fr, (consulté le 1er février 2020)
  23. « Clashes break out in the northern countryside of Aleppo and the outskirts of Idlib » », The Syrian Observatory for Human Rights,
  24. AFP, « Syrie: 42 morts dans des combats entre rebelles et EI près de la capitale », sur archive.fo, (consulté le 1er février 2020)
  25. (ar) « “بالصور” السيطرة على المركز الثاني لمحافظة إدلب وهروب محافظها وقوات النظام تحتمي بالمدنيين خلال فرارها », OSDH,‎
  26. (en) « The Nusra Front and Islamist factions seize 5 new checkpoint in Idlib », The Syrian Observatory for Human Rights,
  27. (en) « For the first time, clashes erupt inside the city of Jeser al- Shagour », The Syrian Observatory for Human Rights,
  28. (en) « The Islamist factions advance towards the city of Jeser al- Shagour, and the warplanes carry out 12 raids around the city », The Syrian Observatory for Human Rights,
  29. a et b OLJ avec AFP, « Offensive d’el-Qaëda pour « purifier Jisr al-Choughour » de l’armée d’Assad », L'Orient-Le Jour, (consulté le 1er février 2020)
  30. (ar) « اشتباكات عنيفة للمرة الأولى في مدينة جسر الشغور بعد 4 سنوات على إخراج قوات النظام منها لأول مرة », The Syrian Observatory for Human Rights,‎
  31. « Syrie : prise de Jisr al-Choughour, bastion du régime dans la province »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), RFI,
  32. a b et c (en) « The Syria warplanes carry out at least 40 raids on the countryside of Idlib », The Syrian Observatory for Human Rights,
  33. a et b AFP, « Syrie: el-Qaëda et ses alliés contrôlent la quasi-totalité de Jisr al-Choughour », L'Orient-Le Jour, (consulté le 1er février 2020)
  34. (en) « 60 bodies of the regime members seen in Jeser al- Shagour Streets », The Syrian Observatory for Human Rights,
  35. « Syrie : Al-Qaida et ses alliés contrôlent la quasi-totalité d'une ville stratégique », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 1er février 2020)
  36. (en) « The military intelligence in Jesr al-Shughour executes 23 detainees », The Syrian Observatory for Human Rights,
  37. (en) « Jabhat al-Nusra and Islamic battalions take full control on Jesr al-Shughour, and regime forces fled the battlefield », The Syrian Observatory for Human Rights,
  38. a et b L'Obs avec AFP, « Syrie : le régime subit un revers majeur en perdant une ville stratégique », ,
  39. (en) « 10 people killed in the city of Jeser al- Shagour, and the Nusra Front and Islamic factions seize a new village in Idlib », The Syrian Observatory for Human Rights,
  40. (en) « Heavy aerial bombardment and more than 30 explosive barrels on al-Ghab valley in Hama », The Syrian Observatory for Human Rights,
  41. a b et c AFP, « Syrie: près de 150 soldats assiégés à Jisr al-Choughour », sur www.romandie.com, (consulté le 1er février 2020)
  42. a b et c AFP, « Syrie: assaut rebelle contre des soldats assiégés dans un hôpital », Le Point, (consulté le 1er février 2020)
  43. a b c d et e Sammy Ketz, « Pourquoi le régime syrien veut-il à tout prix reprendre l’hôpital de Jisr el-Choughour ? », L'Orient-Le Jour, (consulté le 1er février 2020)
  44. a b c d et e AFP, « Syrie: des soldats racontent leur fuite du siège de Jisr al-Choughour », Le Point, (consulté le 1er février 2020)
  45. a et b AFP, « Assad rend hommage aux soldats syriens malgré les défaites », L'Orient-Le Jour, (consulté le 1er février 2020)
  46. (en) « Clashes break out around the national hospital in Jeser al- Shagour, and the helicopters strike more than 9 areas in the countryside of Idlib », sur archive.fo, The Syrian Observatory for Human Rights, (consulté le 1er février 2020)
  47. Reuters, « LEAD 1-Assad annonce des renforts imminents à Djisr el Choughour », sur Challenges, (consulté le 1er février 2020)
  48. a et b AFP, « Syrie: contre-offensive de l'armée dans le nord-ouest », sur www.romandie.com, (consulté le 1er février 2020)
  49. a et b (en) « More than 50 air raids carried out on Jeser al- Shagour, and the violent clashes continue around hills in Frikah village and al- Alawin checkpoint », sur archive.fo, The Syrian Observatory for Human Rights, (consulté le 1er février 2020)
  50. Matteo Puxton, « Liwa Zulfiqar: des miliciens chiites irakiens au service de Bachar al-Assad », France Soir, (consulté le 1er février 2020)
  51. (en) « 20 air strikes and clashes continue around Jesr al-Shughour », sur archive.fo, The Syrian Observatory for Human Rights, (consulté le 1er février 2020)
  52. (en) « 14 members of the regime forces killed in Jeser al- Shagour », sur archive.fo, The Syrian Observatory for Human Rights, (consulté le 1er février 2020)
  53. (en) « Violent clashes break out around the national hospital in Jeser al- Shagour after a booby- trapped vehicle explosion », sur archive.fo, The Syrian Observatory for Human Rights, (consulté le 1er février 2020)
  54. (en) « 22 air strikes and violent clashes around the national hospital west of Jesr al-Shughour »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), The Syrian Observatory for Human Rights,
  55. « The warplanes carry out more than 21 raids on Jeser al- Shagour, while the clashes continue in the countryside of Idlib », sur archive.fo, The Syrian Observatory for Human Rights, (consulté le 1er février 2020)
  56. (en) « The leader of special forces in regime forces was killed in Jesr al-Shughour », sur archive.fo, The Syrian Observatory for Human Rights, (consulté le 1er février 2020)
  57. AFP, « Syrie : les rebelles prennent un hôpital de Jisr al-Choughour (ONG) », L'Orient-Le Jour, (consulté le 1er février 2020)
  58. Reuters, « Syrie-Des insurgés s'emparent d'un hôpital de l'armée près d'Idlib », sur Boursorama, (consulté le 1er février 2020)
  59. a et b (en) « The Nusra Front and Islamic factions take control over the National Hospital in Jeser al- Shagour », sur archive.fo, The Syrian Observatory for Human Rights, (consulté le 1er février 2020)
  60. a et b (en) Mariam Karouny, « Syria says Islamic State kills hundreds, including children, in Palmyra », Reuters,‎ (lire en ligne, consulté le 1er février 2020)
  61. (en-US) Leith Aboufadel, « Complete Report from Jisr Al-Shughour », sur AMN - Al-Masdar News | المصدر نيوز,‎ (consulté le 1er février 2020)
  62. a et b Suleiman al Khalidi, « Les rebelles du nord de la Syrie prennent une base militaire », Reuters,‎ (lire en ligne, consulté le 1er février 2020)
  63. a et b (en) « 40 people killed in a massacre in the town of Darkoush », Syrian Observatory For Human Rights,
  64. OLJ avec AFP, « L'armée syrienne intensifie ses raids contre Jisr al-Choughour », L'Orient-Le Jour, (consulté le 1er février 2020)
  65. Paul Khalifeh, « Syrie : raids aériens meurtriers pour stopper l'avancée des rebelles »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), RFI,
  66. « في ظل صمت دولي مخيف، نظام بشار الأسد يرتكب 3 مجازر جديدة في إدلب راح ضحيتها 73 مواطناً بينهم 30 طفلاً ومواطنة. », OSDH,‎
  67. Armin Arefi, « Syrie : pourquoi Bachar el-Assad est menacé », Le Point, (consulté le 1er février 2020)
  68. a et b Le Figaro avec AFP, « Syrie: les rebelles prennent une base militaire », (consulté le 1er février 2020)
  69. a b c et d « The third collapse for the government troops in 30 days in the province of Idlib », OSDH,
  70. « 26 killed in Idlib and Dar’a », OSDH,
  71. a et b AFP, « Syrie: les rebelles prennent la dernière base du régime dans la province d'Idleb », Le Point, (consulté le 1er février 2020)
  72. « Syrie: le régime perd sa plus grande base dans la région d'Idleb », RFI,
  73. « al-Fateh Army takes control on al-Mastuma camp, al-Mastuma town, and its hill », sur archive.fo, The Syrian Observatory for Human Rights, (consulté le 1er février 2020)
  74. « After al- Mastomi town and its military camp, Al- Fateh Army expels the regime forces from Nihlaya », sur archive.fo, The Syrian Observatory for Human Rights, (consulté le 1er février 2020)
  75. « More than 20 rebels killed during clashes around al-Mastuma camp and Qalamoun », sur archive.fo, The Syrian Observatory for Human Rights, (consulté le 1er février 2020)
  76. a et b AFP, « Al-Qaïda contrôle quasi-totalement Idleb, nouveau revers au régime syrien », Le Point, (consulté le 1er février 2020)
  77. Le Point avec AFP, « Syrie : la dernière ville de la province d'Idleb aux mains des djihadistes », Le Point, (consulté le 1er février 2020)
  78. Wassim Nasr, « #Syrie il est à noter qu'#Ariha a été perdue par l'armée en moins de 3h de combats », Twitter,
  79. « 31 regime forces killed or executed in the city of Ariha », The Syrian Observatory for Human Rights,
  80. a et b OLJ avec AFP, « Syrie: les rebelles avancent vers des fiefs du régime », L'Orient-Le Jour, (consulté le 1er février 2020)
  81. AP, « Islamic State makes gains in Syria's central province », AP NEWS, (consulté le 1er février 2020)
  82. Antoine Izambard, « État islamique: le pire est-il à venir après la prise de Palmyre? », Challenges, (consulté le 1er février 2020)