Bataille de Maarat al-Nouman (2016)

Bataille de Maarat al-Nouman

Informations générales
Date
Lieu Maarat al-Nouman
Issue Victoire des djihadistes
Belligérants
Flag of Jabhat al-Nusra.jpg Front al-Nosra
Flag of Jund al-Aqsa.svg Jound al-Aqsa
Flag of Syria 2011, observed.svg Armée syrienne libre
Commandants
• Ahmed al-Soud
Forces en présence
inconnuesinconnues
Pertes
4 morts[1]7 morts[1]
40 à 50 prisonniers (relâchés) [2],[3]

Guerre civile syrienne

Coordonnées 35° 38′ nord, 36° 40′ est
Géolocalisation sur la carte : Syrie
(Voir situation sur carte : Syrie)
Bataille de Maarat al-Nouman

La bataille de Maarat al-Nouman a lieu le lors de la guerre civile syrienne.

PréludeModifier

Le , un cessez-le-feu est conclu en Syrie entre les rebelles, soutenus par les États-Unis, et les loyalistes, soutenus par la Russie[4],[5]. L'accord exclut cependant les djihadistes, et notamment le Front al-Nosra qui s'oppose farouchement à toute interruption des combats[6]. À partir du 4 mars, dans les gouvernorats de Alep, Idleb, Rif Dimachq, Deraa et Homs, des habitants profitent de l'accalmie pour reprendre des manifestations anti-régime, comme il n'en avait plus été vu depuis 2011[7],[8]

À Maarat al-Nouman également, des habitants commencent à manifester pacifiquement début mars[3]. La ville est en partie contrôlée par les djihadistes du Front al-Nosra[6], mais la 13e division, un groupe de l'Armée syrienne libre y tient également son quartier-général[9]. Selon Madjid Zerrouky, journaliste du Monde, contrairement à d'autres groupes de l'ASL s'étant discrédités par des exactions ou de la corruption, la 13e division « a toujours joui d'une grande popularité auprès de la population »[6].

DéroulementModifier

Cependant les rassemblements à Maarat al-Nouman sont rapidement troublés par des contre-manifestations du Front al-Nosra[3],[6],[10]. Les djihadistes brûlent le drapeau tricolore vert, blanc et noir de l'opposition syrienne, considéré comme un symbole « laïc »[3],[6]. Le 13 mars, la situation dégénère en affrontements entre la 13e division de l'Armée syrienne libre et les djihadistes du Front al-Nosra et de Jound al-Aqsa[3],[6]. Les combats tournent à l'avantage de ces derniers : la 13e division perd toutes ses bases à Maarat al-Nouman[11],[2],[6].

Des habitants continuent cependant de manifester, cette fois-ci contre le Front al-Nosra : le 14 mars ils incendient l'immeuble utilisé comme quartier-général par le groupe djihadiste et hissent le drapeau de la 13e division sur son fronton[6],[3]. Le Front al-Nosra cherche cependant à éviter une escalade et retire ses troupes de Maarat al-Nouman par volonté d'« apaisement »[6]. La 13e division et le Front al-Nosra acceptent officiellement de se ranger à la médiation d'un « tribunal » indépendant, composé de religieux proposés par chacun des deux camps[6].

Les pertesModifier

La 13e division reconnaît sa défaite et affirme que ses bases ont été perdues et des munitions et des équipements pillés[2]. Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), les djihadistes s'emparent également de missiles BGM-71 TOW, que les Américains avaient livré à la 13e division[2].

Environ 40 à 50 rebelles ont été faits prisonniers par les djihadistes[2],[3],[6]. Le Front al-Nosra annonce leur libération le 15 mars[6].

Selon l'OSDH, les combats à Maarat al-Nouman, Khan Cheikhoun et des localités environnantes ont fait onze morts, dont sept de la 13e division et quatre pour le Front al-Nosra[1]. Un habitant cité par Le Monde affirme pour sa part que les combats ont fait 13 morts[6].

Notes et référencesModifier

  1. a b et c (en) « 11 Fighters killed in clash between the Division 13 and Al-Nusra in the countryside of Idlib and al-Nusra storm Maarrat al-Nu’man and Khan Shaykhun », The Syrian Observatory for Human Rights,
  2. a b c d et e AFP, « Syrie: combats entre el-Qaëda et des groupes rebelles dans le nord-ouest », L'Orient-Le Jour, (consulté le 9 février 2020)
  3. a b c d e f et g Delphine Minoui, « En Syrie, le Front al-Nosra se rêve en émirat », Le Figaro, (consulté le 9 février 2020)
  4. Clémentine Maligorne et AFP, AP, Reuters Agences, « Syrie : Moscou et Washington annoncent un cessez-le-feu pour samedi », sur Le Figaro.fr, (consulté le 9 février 2020)
  5. Sarah Diffalah, « Trêve en Syrie : "C'est comme si on invitait les Syriens à s'entretuer" », L'Obs,
  6. a b c d e f g h i j k l et m Madjid Zerrouky, « En Syrie, le Front Al-Nosra est confronté à la colère de la population », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 9 février 2020)
  7. Le Figaro avec AFP, « Syrie: les manifestations anti-régime ont repris », (consulté le 9 février 2020)
  8. « En Syrie, le répit dans les combats relance les manifestations anti-Assad », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 9 février 2020)
  9. « Historicoblog (3): Soldats rebelles 1/13ème division (Firqa 13) », sur archive.fo, (consulté le 9 février 2020)
  10. (en) Jamie Dettmer, « Syria's Pro-Democracy Protesters Show Renewed Defiance in Face of Jihadist Intimidation », Voice of America, 1 avril 2016. (consulté le 9 février 2020)
  11. (en) « Division 13 evacuate most of its headquarters in the southern countryside of Idlib and clashes between them against Jabhat Al-Nusra and Jund al-Aqsa in Maarrat al-Nu’man area and tension prevails in the area », The Syrian Observatory for Human Rights,