Massacre de Daraya

Massacre de Daraya
Date 25 -
Lieu Daraya, Rif Dimashq, Syrie
Victimes Civils
Morts 600 à 700 [1],[2],[3]
Auteurs Drapeau de la Syrie Forces armées syriennes
Guerre Guerre civile syrienne
Coordonnées 33° 27′ nord, 36° 15′ est
Géolocalisation sur la carte : Asie
(Voir situation sur carte : Asie)
Massacre de Daraya
Géolocalisation sur la carte : Moyen-Orient
(Voir situation sur carte : Moyen-Orient)
Massacre de Daraya
Géolocalisation sur la carte : Syrie
(Voir situation sur carte : Syrie)
Massacre de Daraya

Le massacre de Daraya a lieu lors de la guerre civile syrienne, plusieurs centaines d'habitants sont massacrées par les forces loyalistes dans la ville de Daraya en Syrie, à la fin du mois d'août 2012.

ContexteModifier

Ce massacre intervient dans le cadre de la guerre civile syrienne, alors que l'armée régulière syrienne tente de reprendre des zones prises par les insurgés, et de réduire toute insurrection aux alentours de la capitale, Damas.

Le , l'Armée syrienne libre prétend avoir abattu un hélicoptère militaire de l'armée syrienne au-dessus de Damas. Elle indique que l'aéronef a été visé par des personnes au sol, au nord-est du district de Jobar (en), et qu'il s'est écrasé dans les environs de Qaboun (en). La télévision d'État confirme qu'un hélicoptère s'est écrasé dans cette ville, mais pour des raisons techniques[4].

C'est en représailles de cette destruction qu'aurait été mené le massacre de Daraya, tandis que les rebelles affirment au contraire avoir abattu cet hélicoptère pour venger les morts de l'offensive militaire régulière contre Daraya.

Le massacre a lieu du 20 au 25 août 2012 alors que, cinq jours plus tôt, une offensive loyaliste a commencé par des bombardements, avant que l'armée n'entre dans la ville[5].

DescriptionModifier

Du au À Daraya, des centaines de corps sont réunis dans la mosquée Abou Souleimane, après l'entrée de l'armée dans la ville. Ce sont plus de 300 corps de civils, dont ceux de femmes et d'enfants, qui auraient été retrouvés dans les seuls sous-sols qui servaient de refuges. Une partie des victimes auraient été tuées à bout portant[5].

Le dimanche , des activistes de l'opposition affirment que 300 personnes ont été massacrées par les forces gouvernementales durant leur assaut sur la banlieue sud-ouest de Daraya[4]. Des vidéos et des photographies ont été publiées, et montrent les corps des victimes, comprenant également ceux de femmes et d'enfants[4],[6].

D'après l'Observatoire syrien des droits de l'homme, 440 personnes auraient été massacrées le samedi , et 149 le lendemain[1].

Selon Le Monde, plus de 500 cadavres ont été finalement retrouvés et enterrés dans la semaine du [5].

Le Centre de documentation des violations en Syrie parvient quant à lui à identifier 537 victimes[7].

De son côté, la télévision officielle affirme au contraire que ce massacre est le fait des groupes terroristes combattus et délogés ensuite par l'armée syrienne.

Le massacre provoque l'exode de la majeure partie de la population civile[3]. Des milliers de réfugiés prennent alors la route et s'entassent le long de la frontière entre la Syrie et la Turquie[1].

Notes et référencesModifier

  1. a b et c (fr) Claire Talon, « Le massacre de Daraya témoigne de l'escalade sans fin de la violence », sur https://www.lemonde.fr/, Le Monde,
  2. (en) Mona Mahmood, Luke Harding, « Syria's worst massacre : Daraya death toll reaches 400 », sur http://www.guardian.co.uk/, The Guardian,
  3. a et b Marie Kostrz, Daraya, témoignages d’une ville syrienne assiégée, Orient XXI, 13 mai 2016.
  4. a b et c (en) « Syrie : Helicopter crashes in Damascus », BBC News,
  5. a b et c « Le massacre de Daraya témoigne de l'escalade sans fin de la violence », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  6. (ar) [vidéo] Arabi Souri, « Reportage montrant le massacre de Darayya », sur https://www.youtube.com/, YouTube,
  7. Moataz Mourad, Histoire(s) de Daraya : 2001-2016 (Hors-série), Un œil sur la Syrie, 23 mars 2016.

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier