Massacre de Houla

Massacre de Houla
Image illustrative de l’article Massacre de Houla
Manifestation de l'opposition à Homs le 2 février 2012.

Date
Lieu Houla
Victimes Civils
Morts 108[1]
(dont 25 hommes, 34 femmes et 49 enfants)
Blessés 300[2]
Auteurs Drapeau de la Syrie Shabiha et Forces armées syriennes
Guerre Guerre civile syrienne
Coordonnées 34° 53′ 07″ nord, 36° 30′ 42″ est
Géolocalisation sur la carte : Asie
(Voir situation sur carte : Asie)
Massacre de Houla
Géolocalisation sur la carte : Moyen-Orient
(Voir situation sur carte : Moyen-Orient)
Massacre de Houla
Géolocalisation sur la carte : Syrie
(Voir situation sur carte : Syrie)
Massacre de Houla

Le massacre de Houla désigne une tuerie de masse perpétrée le vendredi pendant la guerre civile syrienne à Houla, une localité située à quelques kilomètres au nord de Homs, en Syrie et tenue par l'opposition syrienne. Il a été constaté le lendemain par des observateurs de l'ONU, qui ont dénombré 108 morts dont 34 femmes et 49 enfants[1]. Les enquêteurs de l'ONU ont rapporté que le massacre avait été effectué par des troupes et des milices du gouvernement syrien, la plupart des victimes ayant été exécutées sommairement[3],[4]. Plusieurs réactions nationales et internationales ont été entendues et ont fermement condamné ce massacre[5],[6].

ÉvénementsModifier

DérouléModifier

D'après l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), localisé au Royaume-Uni, le massacre a été perpétré par l'armée syrienne à cause de diverses protestations antigouvernementales. Des activistes expliquent que l'armée syrienne a fait usage d'armes lourdes, la ville bombardée avant l'arrivée des chabihas[7]. D'après le Conseil national syrien, environ 110 civils ont été tués par l'armée, dont la moitié étaient des enfants. Certaines des victimes ont été touchées de plein fouet par les armes et des familles entières massacrées[8]. Les observateurs de l'Organisation des Nations unies (ONU), arrivés sur place le lendemain, ont recensé 92 morts dont 32 enfants[9]. Dans un nouveau bilan du lendemain, ils dressent un bilan de 108 morts, dont 49 enfants et près de 300 blessés[10]. Les observateurs indiquent que quelques-uns ont été tués par des obus, d'autres exécutés et torturés.

Jihad Raslan, officier supérieur de l’armée de l’air syrienne, en permission pour le week-end, se trouve sur place et assiste au massacre, qui commence dans son quartier. Il reconnaît les miliciens du régime syrien, entre autres à leur mot d'ordre « Chabbiha toujours à tes ordres, el-Assad ». Étant officier, il affirme qu'il savait que le régime mentait, mais n'imaginait pas à quel point, et décide de faire défection de l'armée et de témoigner de ce qu'il a vu. Selon lui, les gens qui ont été massacrés l'ont été car ils soutenaient la révolution. Jihad Raslan affirme que les défections se sont multipliées après le massacre et que cinq militaires qu'ils connaissaient sont tués le lendemain alors qu'ils essaient de fuir[11],[7].

Trois habitants ayant survécu au massacre ont affirmé à l'ONG Human Rights Watch que les tueurs appartenaient aux forces progouvernementales, probablement des membres d'une milice pro-régime[12].

Cinq mois après les faits, le général Ziyad Madani, qui était directeur de la police du district de Houla au moment du drame et qui a fait défection au milieu du mois de , témoigne dans une interview sur le massacre. Il affirme que les 57 enfants ont été tués à l'arme blanche par les chabiha (les milices pro-régime) et que l’appartenance des victimes à la communauté chiite a été inventée de toutes pièces, en sa présence, par le chef d'un service local de renseignements. Il n'a cependant pas été autorisé à accéder lui-même aux lieux pour contribuer à l'enquête[13].

Dans une adresse donnée en septembre 2012, le haut-commissaire aux droits de l'homme de l'ONU, Navi Pillay, affirme que les forces du gouvernement syrien sont impliquées dans le massacre[14].

Publication de vidéosModifier

Le , une vidéo est diffusée, filmée par des activistes, montrant des corps inanimés et ensanglantés d'enfants gisant sur le sol[15]. Les os de certains enfants apparaissaient même hors des corps[16]. D'autres ont été tués par balle ou ont eu leur gorge tranchée[17],[18]. Les habitants de Houla auraient appelé à l'aide les observateurs internationaux de l’ONU qui étaient alors regroupés en partie à Homs[19].

Contre-récits dans les médiasModifier

Les médias officiels syriens ont, quant à eux, relevé 17 morts, imputés par eux à Al-Qaïda. Selon l'OSDH, plus de 12 600 individus ont péri depuis le début de la révolte anti-régime, en majorité des civils tués par les forces gouvernementales[20].

Selon le correspondant à Damas du Frankfurter Allgemeine Zeitung, un des plus grands quotidiens allemands, ce serait au contraire l'Armée syrienne libre qui serait responsable du massacre[21],[22]. Cette version est contestée par la plupart des médias[22] et le rapport de l'ONU du 15 [4]. Le rapport d'enquête des Nations Unies note spécifiquement le fait que l'article du Frankfurter Allgemeine Zeitung comprend l'interview de deux témoins cités dans le rapport du régime syrien[23],[24], engageant la neutralité de leur témoignage.

Le colonel Mohammed Tayyib Baqur, l'un des témoins interviewés par le Spiegel, affirme avoir été appelé le 28 mai par Jamil Hassan, chef du renseignement des forces aériennes syriennes pour trouver quelques personnes pauvres de Houla ou des environs, qui seraient payées pour soutenir la version du régime : « Il m'a dit de venir le 2 juin. Il a souligné que j'étais originaire de Houla, et qu'un complot international contre la Syrie était en cours. Pour cette raison, il voulait que je trouve quelques personnes, aussi pauvres que possible, de Houla ou des environs. Je devais les amener à Damas afin qu'elles puissent faire circuler la version du régime du massacre. Il a dit que les gens de Houla seraient payés, et moi aussi. »[22].

Frédéric Pichon, chercheur indépendant en géopolitique, avance que le massacre, contrairement aux témoignages des victimes et d'officiels syriens, est une « opération meurtrière de vendetta » dans un contexte de « guerre civile généralisée entre communautés »[25].

Thomas Pierret, également chercheur, spécialiste de la Syrie, pense que cette version du régime, accusant des groupuscules est totalement invraisemblable[26].

L'Express reprend les interrogations de Wladimir Glasman, qui trouve difficile d'expliquer pourquoi les soldats postés à proximité du village de Houla, qui ont vu entrer « entre 600 et 800 hommes », ne sont pas intervenus, n'ont pas « prévenu leur hiérarchie de ce qui se déroulait sous leurs yeux », ou « s'ils l'ont fait, (...) pourquoi leurs chefs n'ont pas aussitôt acheminé des renforts par voie terrestre ou aérienne. Ils auraient eu tout le temps de le faire, puisque l'opération a duré, de l'aveu du porte-parole, près de 10 heures »[26].

Réactions internationalesModifier

Le massacre a été condamné par la Ligue arabe, plusieurs pays occidentaux et l'opposition syrienne, qui accusent tous l'armée syrienne d'en être responsable. Le gouvernement syrien quant à lui condamne la tuerie en l'attribuant à l'Armée syrienne libre. L'ASL annonce par la suite qu'elle ne pourrait plus respecter le cessez-le-feu du 12 avril si l'ONU ne prenait pas des actions rapides[20].

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon et l'émissaire Kofi Annan ont condamné « dans les termes les plus forts la mort, confirmée par les observateurs de l'ONU, de dizaines d'hommes, de femmes et d'enfants » à Houla, dans le centre de la Syrie, a indiqué Martin Nesirky, porte-parole de M. Ban[5]. La secrétaire d'État américaine Hillary Clinton condamne quelques jours plus tard « l'atrocité » du massacre et déclare que Washington travaillerait avec ses alliés pour accroître la pression sur le président Bachar el-Assad et ses « affidés », affirmant que leur « gouvernement par le meurtre et la peur devait se terminer »[6].

Samedi , selon une communication de Laurent Fabius, la France a condamné les « massacres » perpétrés à Houla dans le centre de la Syrie. Le ministre des Affaires étrangères a appelé la communauté internationale à se mobiliser davantage[27]. Le dimanche 27 mai, pour la première fois depuis le début de la révolte syrienne, le conseil de sécurité condamne, lors d'une réunion d'urgence tenue à New York (États-Unis)[19], à l'unanimité le gouvernement syrien pour les violences[10]. Le Royaume-Uni et la France ont déposé une mention condamnant le massacre de Houla. La Russie bloque l'adoption de ce texte en attendant que le chef des observateurs de l'ONU en Syrie, le général Robert Mood « s'exprime sur ce sujet » devant le Conseil. Des membres de l'opposition syrienne ont dénoncé « la passivité des OBRS de l'ONU » qu'il considèrent être « l'une des causes de ce massacre » accusant la délégation d'observateurs d’être « demeurée impuissante » et de « ne pas avoir pris d'initiative pour intervenir, sauf pour compter les victimes le lendemain du massacre, comme l'ONU l'a fait à Sarajevo et Srebrenica, en Bosnie »[28].

Le , Jay Carney, porte-parole de la Maison-Blanche fait part de son « indignation » du fait que « le régime de Damas nie les massacres auxquels il a participé » affirmant que Bachar el-Assad « a menti au sujet de l'implication de son régime dans le massacre de Houla ». Le Département d'État des États-Unis a dénoncé une « falsification des faits »[29].

Notes et référencesModifier

  1. a et b (en) « U.N. observers in Syria count more than 92 bodies in Houla carnage », sur Al Arabiya, (consulté le 27 mai 2012)
  2. (en) Louis Charbonneau, « U.N. says estimates at least 108 dead in Syria massacre », sur Reuters, (consulté le 27 mai 2012)
  3. (en) Stephanie Nebehay (Reuters), « Most Houla victims killed in summary executions: U.N. », Reuters, (consulté le 29 mai 2012)
  4. a et b « UN Report 15 Aug 2012 » (consulté le 31 août 2013)
  5. a et b « Massacre d'Houla en Syrie: condamnations internationales, le Koweit veut une réunion arabe d'urgence », sur France-monde, (consulté le 27 mai 2012)
  6. a et b « Syrie : Kofi Annan condamne le «crime aveugle» de Houla. », sur Le Figaro, (consulté le 27 mai 2012)
  7. a et b (en-GB) Martin Chulov, « I saw massacre of children, says defecting Syrian air force officer », The Observer,‎ (ISSN 0029-7712, lire en ligne, consulté le 13 mars 2020)
  8. (en) Jordan, Rosiland, « Syrian activists decry 'massacre' in Houla », sur Al Jazeera, (consulté le 26 mai 2012)
  9. « Syrie : La communauté internationale condamne le massacre d'Houla », sur lexpress.fr (consulté le 27 mai 2012)
  10. a et b « Massacre de Houla : l’ONU recense 108 morts et rend Damas responsable », sur Le Bien Public, (consulté le 28 mai 2012)
  11. syrie, « Le massacre de Houla en Syrie, étape délibérée d’une stratégie assumée (2/4) », sur Un oeil sur la Syrie, (consulté le 13 mars 2020)
  12. (en) Human Rights Watch | 350 Fifth Avenue et 34th Floor | New York, « Syria: Stop Grave Abuses of Children », sur Human Rights Watch, (consulté le 13 mars 2020)
  13. « Nouveau témoignage sur le massacre de Houla en Syrie », Ignace Leverrier, blog Le Monde, 16 novembre 2012.
  14. Colum Lynch, « Human rights chief on Syria: 'mass killings, summary executions, and torture are the norm' », Foreign Policy,‎ (lire en ligne, consulté le 10 septembre 2012)
  15. (en) Muir, Jim ; Hosea, Leana, « Syria crisis: Houla 'massacre leaves 88 dead' », sur BBC News, (consulté le 26 mai 2012)
  16. (en) « U.N. observers in Syria visit scene of Houla 'massacre:' state media », sur Al Arabiya, (consulté le 26 mai 2012)
  17. (en) Cockburn, Patrick, « Exclusive dispatch: Assad blamed for massacre of the innocents », sur The Independent, (consulté le 27 mai 2012)
  18. (en) « Amateur video shows mass burial after reported Houla massacre », sur The Telegraph, (consulté le 6 mai 2012)
  19. a et b « Le massacre de Houla défie le plan de paix en Syrie », sur La Croix, (consulté le 29 mai 2012)
  20. a et b « La communauté internationale condamne le massacre de Houla », sur France 24, (consulté le 27 mai 2012)
  21. « Neue Erkenntnisse zu Getöteten von Hula. Abermals Massaker in Syrien », faz.net, 7 juin 2012.
  22. a b et c Christoph Reuter, « A Look Back at the Houla Massacre in Syria - SPIEGEL ONLINE », Spiegel.de, (consulté le 31 août 2013)
  23. « UN Report 15 Aug 2012 » (consulté le 31 août 2013)
  24. « Houla massacre: UN blames Syria troops and militia », BBC,‎ (lire en ligne, consulté le 15 août 2012)
  25. Frédéric Pichon, Syrie : Pourquoi l'Occident s'est trompé, Editions du Rocher, 2014, p.58
  26. a et b « Ce que l'on sait des massacres en Syrie », sur LExpress.fr, (consulté le 16 juillet 2020)
  27. « Syrie : la France condamne les "massacres" perpétrés à Houla. », sur Le Figaro, (consulté le 27 mai 2012)
  28. « Syrie : après le massacre de Houla, la passivité de l'Onu montrée du doigt », sur TF1 News, (consulté le 29 mai 2012)
  29. Massacre de Houla en Syrie: Al-Assad ment, selon la Maison Blanche, lexpress.fr, 4 juin 2012

Articles connexesModifier