Michael Woods (cyclisme)

coureur cycliste canadien

Michael Woods, né le à Ottawa, est un athlète et coureur cycliste canadien, membre de l'équipe Israel Start-Up Nation. Il a notamment remporté deux étapes du Tour d'Espagne, ainsi que terminé deuxième de Liège-Bastogne-Liège et troisième des mondiaux en 2018.

Michael Woods
Image dans Infobox.
Michael Woods lors du Tour d'Alberta 2015
Informations
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (35 ans)
OttawaVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Équipe actuelle
Équipes amateurs
2012Stevens Racing-The Cyclery
Équipes professionnelles
Principales victoires
2 étapes de grand tour
Tour d'Espagne (2 étapes)
Podium des mondiaux 2018

BiographieModifier

Woods fréquente l'Université du Michigan avec une bourse d'athlétisme, d'où il sort diplômé en 2008[1]. À l'Université, il est entraîné par Ron Warhurst[2].

Avant d'entamer une carrière cycliste, Michael Woods est un athlète de demi-fond. Il a notamment établi des records nationaux sur le mile et le 3 000 mètres et a remporté la médaille d'or sur le 1 500 mètres lors des championnats panaméricains juniors d'athlétisme 2005. Il abandonne l'athlétisme à la suite d'une fracture de fatigue du pied gauche et dispute sa dernière course en 2007[1],[3].

Il subit une opération à deux reprises afin de corriger le problème sans succès. Il pratique le vélo d'abord comme cross training avant que ses amis le persuadent de participer à des courses[1]. Il pratique à plein temps le cyclisme depuis 2013.

En 2014, il participe à la course en ligne des championnats du monde au sein de la sélection canadienne, mais ne termine pas la course.

Après une bonne saison en 2015 au sein de l'équipe continentale Optum-Kelly Benefit Strategies, qui le voit terminer troisième de l'UCI America Tour, il signe avec l'équipe World Tour américaine Cannondale en 2016. Il fait ses débuts avec cette équipe en World Tour, au Tour Down Under. Pour ses débuts à ce niveau, il s'illustre en terminant cinquième du classement général et deux fois troisième d'étapes, notamment lors de la sixième arrivant à Willunga Hill où il est, avec Sergio Henao, l'un des deux coureurs parvenant à suivre Richie Porte[4].

En 2017, il dévoile ses talents de puncheur-grimpeur en réalisant une neuvième place sur Liège-Bastogne-Liège et en prenant la septième place du Tour d'Espagne, remporté par Christopher Froome.

En 2018, il prend la deuxième place sur Liège-Bastogne-Liège derrière Bob Jungels puis la dix-neuvième du Tour d'Italie. En septembre, il s'impose à Oiz lors de la dix-septième étape du Tour d'Espagne puis obtient la médaille de bronze du championnat du monde sur route, derrière Romain Bardet et le vainqueur espagnol, Alejandro Valverde.

Au deuxième semestre 2019, il se classe neuvième de la Classique de Saint-Sébastien[5].

Il commence sa saison 2020 sur Paris-Nice. Lors de la cinquième étape, il se fracture le fémur droit après une chute[6]. À cause de sa blessure et de la pandémie de Covid-19, il retrouve la compétition le 1er août lors des Strade Bianche (36e). En septembre, il remporte une étape sur Tirreno-Adriatico où il termine 8e du classement général. Le 27 septembre, accompagné de Guillaume Boivin, Alexander Cataford et Hugo Houle, il prend part au championnat du monde sur route (12e). Il enchaîne par les classiques ardennaises où il se distingue, 3e de la Flèche wallonne derrière Marc Hirschi et Benoît Cosnefroy, puis 7e de Liège-Bastogne-Liège. Aligné sur le Tour d'Espagne, il est échappé sur la sixième étape, dont il prend la 2e place, Ion Izagirre s'y imposant en solitaire. Le lendemain, sorti en contre, il est membre d'un groupe d'échappée qui compte jusqu'à 33 éléments. Il passe une première fois à l'attaque à une vingtaine de kilomètres de l'arrivée puis au niveau de la flamme rouge pour notamment devancer Omar Fraile et Alejandro Valverde. Il prend de nouveau la poudre d'escampette lors de la quatorzième étape où Tim Wellens le devance au sprint pour la victoire du jour. Au classement général, son coéquipier Hugh Carthy monte sur la troisième marche du podium.

En 2021, il rejoint l'équipe Israel Start-Up Nation.

Palmarès et classements mondiauxModifier

PalmarèsModifier

Résultats sur les grands toursModifier

Tour de FranceModifier

2 participations

Tour d'ItalieModifier

2 participations

Tour d'EspagneModifier

3 participations

Résultats sur les classiquesModifier

Ce tableau présente les résultats de Michael Woods sur courses d'un jour de l'UCI World Tour auxquelles il a participé, ainsi qu'aux différentes compétitions internationales.

Légende
AB Abandon HD Hors-délais - Pas de participation × Pas d'épreuve
Année Cadel Evans Great Ocean Road Race Strade Bianche Milan-San Remo Amstel Gold Race Flèche wallonne Liège-
Bastogne-Liège
Classique de Saint-Sébastien Grand Prix de Québec Grand Prix de Montréal Tour de Lombardie Championnat du monde Jeux olympiques
2014 - - - - - - - 75e 26e - Ab. ×
2015 - - - - - - - Ab. 23e - 94e ×
2016 - - - - 12e Ab. 61e 27e 30e 31e - 55e
2017 15e - - - 11e 9e - - - - - ×
2018 - - - 20e 33e 2e - - - 13e 3e ×
2019 31e - - 68e 55e 5e 9e 17e 8e 3e Ab. ×
2020 - 36e 65e × 3e 7e × × × 29e 12e ×
2021 × - - 32e 4e 5e - - - 9e - -

Classements mondiauxModifier

  Année2014201520162017201820192020
UCI World Tour nc nc 82e71e57e
Classement mondial121e91e38e23e42e
UCI Europe Tour nc 333e250e495e220e nc nc
UCI America Tour118e3e445e nc 134e3e4e
Légende : nc = non classéSource : UCI

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Du 1er janvier 2014 au 18 juin 2014
  2. Du 19 juin 2014 au 31 décembre 2014
  3. Du 1er janvier 2016 au 30 juin 2016
  4. Du 1er juillet 2016

RéférencesModifier

  1. a b et c (en) Gord Holder, « Profile: Ottawa’s Mike Woods’ journey from runner to racing in the Tour of Alberta », sur Ottawa Citizen, (consulté le )
  2. (en) Michael Woods, « Michael Woods: Alone on a mountain top », sur cyclingnews.com, (consulté le )
  3. (en) Pat Malach, « Michael Woods: Turning running heartbreak into cycling success », sur cyclingnews.com, (consulté le )
  4. (en) « Five conclusions from the 2016 Tour Down Under », sur cyclingnews.com, (consulté le )
  5. Nathan Malo, « Clasica San Sebastian : Remco, au talent », sur velo101.com, (consulté le )
  6. Paris-Nice : fracture du fémur pour Michael Woods

Liens externesModifier