Ouvrir le menu principal

Dalida

chanteuse et actrice italo-française
Wikipédia:Bons articles Vous lisez un « bon article ».
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gigliotti.
Dalida
Description de cette image, également commentée ci-après
Dalida en 1967.
Informations générales
Surnom Dali
Nom de naissance Iolanda Cristina Gigliotti
Naissance
Le Caire (Égypte)
Décès (à 54 ans)
Paris (France)
Activité principale Chanteuse
Activités annexes Actrice
Genre musical Chanson française, disco, twist, raï, musique folk, yéyé, reggae
Instruments Voix
Années actives 1954 - 1987
Labels Barclay, Orlando Productions, Universal Music
Site officiel dalida.com
Description de cette image, également commentée ci-après
Logo de.

Iolanda Gigliotti, dite Dalida, est une chanteuse et actrice française[a], née le au Caire (Égypte) et morte le à Paris.

Issue d'une famille italienne installée en Égypte, elle est élue Miss Égypte 1954 et tourne plusieurs films au Caire. Résidant en France à partir de 1954, elle connaît son premier succès de chanteuse avec le titre Bambino. Se façonnant un répertoire regroupant plus de 700 chansons interprétées en plusieurs langues, elle devient une grande figure de la chanson française et bénéficie d'une popularité dépassant la scène francophone.

Parmi ses chansons les plus connues, figurent Come prima, Les Gitans, Gondolier, Les Enfants du Pirée, Itsi bitsi petit bikini, La Danse de Zorba, Le Temps des fleurs, Darla dirladada, Paroles... Paroles..., Gigi l'amoroso, Il venait d'avoir 18 ans, Salma Ya Salama, Laissez-moi danser et Mourir sur scène. Embrassant plusieurs styles musicaux, tels que le twist, la pop et le raï, elle est également une des premières artistes françaises à interpréter des chansons disco avec les titres J'attendrai et Bésame mucho.

Souffrant d’une dépression — en raison notamment d'une succession de drames personnels —, elle se suicide quelques mois après avoir été l'actrice principale du film dramatique égyptien Le Sixième Jour. Sa vie privée et sa mort font d'elle une icône au destin tragique.

Sommaire

BiographieModifier

EnfanceModifier

Iolanda Cristina Gigliotti naît le à Choubra, un faubourg du Caire, de parents italiens originaires de Serrastretta, en Calabre. Son père, Pietro Gigliotti (1904-1945), est premier violon à l'Opéra du Caire ; elle le suit en coulisse lors de ses répétitions[1]. Sa mère, Filomena d'Alba (1910-1971), est couturière[2].

Elle est la seule fille d'une famille de trois enfants : Orlando (1928-1992) est l'aîné et Bruno (né en 1936) le cadet. Ce dernier prendra par la suite pour nom de scène Orlando, le prénom de son frère aîné, et deviendra l'agent artistique de Dalida[3].

 
Dalida au Caire, en 1937.

À la fin de l'année 1933, alors qu'elle est âgée de 10 mois, elle est plongée dans le noir en raison d'une infection des yeux : elle porte un bandage sur les yeux pendant 40 jours, sur recommandation de son médecin[4]. Cet épisode provoque chez elle de violents maux de tête et un strabisme divergent que plusieurs interventions chirurgicales — y compris à l'âge adulte — atténueront, mais qui l'oblige à porter des lunettes jusqu'à 16 ans[5].

Elle étudie dans une école religieuse de Choubra et fait ses premiers pas sur la scène du club de théâtre de l’école. Lorsque la Seconde Guerre mondiale éclate, son père, comme tous les immigrés italiens, est interné dans le camp de Fayed, près du Caire, l'Égypte étant devenue une alliée du Royaume-Uni avec le traité anglo-égyptien de 1936. Tous les deux mois, elle lui rend visite, mais le voit progressivement dépérir[6].

Son père revient du camp en 1944 avec des migraines et l'amertume de sa carrière gâchée. La famille doit alors subir son instabilité psychologique et sa violence[7]. Cette période traumatise la jeune Iolanda Gigliotti[8]. Son père meurt d'une congestion cérébrale un an plus tard[9].

Carrière professionnelleModifier

1951-1956 : élection de Miss Égypte et arrivée en FranceModifier

Fascinée par l'actrice américaine Rita Hayworth, Iolanda Gigliotti rêve d'exercer le métier d'actrice elle aussi. Elle prend alors des cours de théâtre à l'école. Après la réussite d'une opération visant à réduire son strabisme divergent, elle se présente à un concours de beauté. Le jury, séduit par la jeune femme, lui décerne le titre de Miss Ondine du Caire. En 1954, elle réitère l’expérience avec le concours national et obtient le titre de Miss Égypte[3]. L'année suivante, elle ne peut pas représenter l'Égypte au concours Miss Monde 1955 ; le pays n’est pas présent pour cette édition en raison de la crise du canal de Suez et des hostilités présentes entre le Royaume-Uni, la France et l'Égypte[10],[11].

 
Dalida en , alors Miss Égypte.

Sa victoire au concours de Miss Égypte lui ouvre les portes du cinéma égyptien. En effet, l'élection est suivie par Niazi Mostafa, un réalisateur égyptien, et par Marco de Gastyne, un réalisateur français. Le premier l'engage pour tourner dans son film Un verre, une cigarette[12]. Le deuxième lui propose de jouer le rôle d'une espionne dans le film Le Masque de Toutankhamon[6].

Sur les conseils de Marco de Gastyne, qui croit en son talent, elle décide de partir en France pour continuer sa carrière[13]. Elle arrive à Paris le . Quelques mois après s'être installée dans un appartement proche des Champs Élysées, elle fait la rencontre d'Alain Delon, qui est son voisin de palier. Au fil des mois, le manque de ressources financières pèse sur elle, mais elle continue d'écrire à sa famille en lui disant que tout va bien[6].

Elle espère faire carrière dans le cinéma, mais prend rapidement conscience que son maigre bagage ne pèse guère aux yeux des producteurs français et s'oriente alors vers la chanson[3]. Après avoir chanté plusieurs soirées dans le cabaret Le Drap d'Or à Paris, elle est repérée par le directeur de la Villa d'Este où elle va chanter dans un répertoire à l'exotisme latin[14].

Au début de sa carrière, elle a pour nom de scène « Dalila ». Sur les conseils de l'écrivain et scénariste Marcel Achard, qui pense que ce pseudonyme fait trop penser aux mythiques Samson et Dalila, elle le change très vite en « Dalida »[15]. Elle obtient la nationalité française en 1961[16],[17].

1956-1959 : premiers succès en France et en EuropeModifier

Premier contrat et premier albumModifier

À la recherche de nouveaux talents pour son music-hall, Bruno Coquatrix lui suggère de participer à un concours pour amateurs, « Les Numéros 1 de demain », organisé à l'Olympia le . Sont présents Eddie Barclay, jeune producteur de disques (qui vient d'importer le disque microsillon des États-Unis en France) et Lucien Morisse, directeur des programmes d'Europe 1[18],[b]. Ce dernier, subjugué par le charme oriental de Dalida, la convoque dans ses bureaux de la rue François-Ier et prend sa carrière en main.

Le , sort le premier EP de Dalida, Madona, adaptation française d'un titre portugais d'Amália Rodrigues, Barco Negro, mais celui-ci connaît un succès mitigé. Le titre est suivi, un mois plus tard, par Le Torrent, qui reçoit un accueil similaire[19],[20].

Premier grand succèsModifier
 
Dalida en 1961.

En , Lucien Morisse pense avoir déniché le titre phare de Dalida, Bambino, version française de la chanson Guaglione. Morisse bloque la chanson, la fait enregistrer en une nuit et la fait passer toutes les heures à l'antenne d'Europe 1. Bambino rencontre un grand succès en France et parvient à se classer en tête des ventes pendant plusieurs semaines[21]. Sur cette lancée, Dalida partage quelques semaines plus tard la même scène de l'Olympia en première partie du spectacle de Charles Aznavour, puis en vedette américaine de Gilbert Bécaud[6].

La chanteuse fait éditer son premier album dans de nombreux pays, dont les États-Unis[22]. Le , Norman Granz, l'imprésario d'Ella Fitzgerald, profite de la venue de Dalida, aux États-Unis, pour lui proposer un contrat de 15 ans à Hollywood. Toutefois, la chanteuse décline la proposition. Un même contrat lui sera proposé, en , qu'elle refusera à nouveau[23].

Enchaînement de succès au sein de la francophonieModifier

En , elle enregistre Gondolier qui maintient la chanteuse en tête des hit-parades en France, mais aussi en Wallonie et au Québec. Quelques mois plus tard, elle enregistre Dans le bleu du ciel bleu qui connait également une grande popularité et se classe numéro un du hit-parade en France[24]. Cette sortie est suivie par la réception de l'oscar de la Radio RMC. En juin, elle entreprend la tournée « TDF avec Dalida 58 » (Tour de France avec Dalida). Durant l'été, elle se produit à Alger, soutenant le moral des soldats français qui combattent durant la guerre d'Algérie[20]. En juillet, elle connaît un succès qui dépasse les frontières francophones avec la chanson Les Gitans, se classant à la troisième position du hit-parade italien et espagnol[25],[26]. Le même mois, elle présente cinq chansons simultanément dans le Top 10 du hit-parade français[24].

En septembre, elle joue des rôles dans deux films : Rapt au deuxième bureau[27] et Brigade des mœurs[28]. Le , elle se produit à nouveau à Bobino, cette fois pendant trois semaines en tant qu'interprète principale, où elle fait la promotion de son dernier album Come prima qui devient un grand succès en France et en Belgique[26].

Début de carrière en EuropeModifier

En 1959, elle fait de nombreuses tournées en France, en Égypte, en Italie et en Allemagne. Sa renommée s'étendant hors de France, elle commence à enregistrer des chansons dans d'autres langues pour répondre à ces nouveaux publics. En mai, elle enregistre en allemand le titre Le Jour où la pluie viendra qui devient Am tag als der regen kam : cette version atteint la 1re place des ventes en Allemagne et la deuxième en Autriche[26]. Elle enregistre une version espagnole et une version italienne qui connaissent également une certaine popularité en Espagne et en Italie[25], tout comme le titre suivant, La chanson d'Orphée[29].

1960-1969 : percée et tournées internationalesModifier

Elle épouse Lucien Morisse le [18]. Avec celui-ci, il s'agit non pas d'un mariage d'amour, mais plutôt d'un acte de reconnaissance envers celui qui a fait d'elle une vedette. Aussi vit-elle, dès le début de son mariage, une liaison de 1961 à 1963 avec l'artiste-peintre Jean Sobieski[9]. Lucien Morisse tente de stopper la carrière de Dalida, qui fait alors l'objet de critiques et intimidations[9]. Elle persévère néanmoins et ce dernier reconnaît son triomphe personnel à l'Olympia en . Leur divorce est prononcé en 1962[14].

Concurrence de la génération « Yéyé »Modifier

Dalida commence les années 1960 avec des chansons de style vocal exotiques à basse vitesse. Elle enregistre tout d'abord Les Enfants du Pirée qui connaît un grand succès en Europe et notamment dans des pays où elle reste discrète depuis le début de sa carrière comme aux Pays-Bas[26]. Cependant, une nouvelle vague de musique apparaît, la vague dite « yé-yé» représentée par de jeunes chanteurs alors peu connus du public mais considérés comme de véritables rivaux pour Dalida. En voyant que si rien ne change dans ses choix musicaux, elle se ringardisera, elle décide de s'adapter à cette mode[30]. L’enregistrement de la chanson Itsi bitsi, petit bikini en lui assure une grande popularité et marque un changement de style musical de la chanteuse[7]. Surnommée « mademoiselle Juke-Box », elle devient la première artiste féminine à ouvrir son fan-club[31].

Tournées et succès internationauxModifier
 
Dalida en 1967 au Festival de Sanremo.

Dans les années 1960, elle effectue un mois de spectacles à l'Olympia à trois reprises, en 1961, 1964 et 1967. Les trois semaines de concerts en 1961 à l'Olympia sont diffusées en direct à la radio. Peu de temps après, Dalida entreprend une tournée à Hong Kong et au Vietnam. D'autres dates internationales deviennent plus fréquentes et elle devient une chanteuse populaire en Italie. L'année 1962 est marquée par la sortie de Le jour le plus long[32]. En 1964, elle fait un tournée en Europe de l'Est dont en Bulgarie et en Roumanie. La même année, elle se teint les cheveux en blond vénitien[33] puis elle parcourt la France avec succès, chantant notamment durant le Tour de France et à l'Olympia[34].

En 1965, elle enregistre La Danse de Zorba, qui connaît un succès international, se classant dans une grande partie de l'Europe, en Amérique du Sud et au Moyen-Orient. La même année, elle se classe 5e des ventes en France, 13e en Wallonie, 1re en Italie, 3e au Québec, 10e en Argentine et en Turquie, 16e en Espagne et 5e au Brésil avec le titre Bonsoir mon amour. En 1966, elle se classe également (hors francophonie) en Turquie avec le titre Petit homme[26].

Entre autres, Dalida reçoit en 1968 la médaille de la présidence de la République des mains de Charles de Gaulle et la Croix de Commandeur Arts-Sciences-Lettres des mains de Roger Pinoteau[35].

Alors qu'en France seul le titre Le Temps des fleurs parvient à connaître un large succès (1er des ventes en 1968), la chanteuse continue une carrière à succès en Italie : en 1967, elle y classe le titre Mama 1er des ventes, puis La Dernière Valse à la 2e place. Après sa tentative de suicide la même année à Sanremo[36], elle interprète un nouveau type de textes, plus graves, tels que Les Grilles de ma maison ou encore Les Anges noirs. Cette nouvelle Dalida, qui désormais ne danse plus sur scène, plaît au public italien : Ciao amore, ciao atteint la 5e place des ventes en 1967 et Dan dan dan la 6e en 1968. D'autres titres se classent en Italie à cette époque, comme Le Temps des fleurs, Un po d'amore, Le promesse d'amore et Oh lady Mary.

1970-1975 : doutes et changement de répertoireModifier

Reprises de chansons dramatiquesModifier

En 1970, Arnaud Desjardins, avec qui elle vit une idylle, lui fait découvrir la philosophie orientale. Passant un mois par an dans un ashram du Bengale[37], elle envisage d'arrêter sa carrière mais décide finalement de continuer à chanter[38].

Elle change de répertoire, interprétant des chansons plus dramatiques, telles qu'Avec le temps de Léo Ferré, Mamina de Pascal Danel et Je suis malade de Serge Lama, ainsi que des titres originaux, comme Il venait d'avoir 18 ans et Ta Femme. Ce choix de changement — vis-à-vis duquel l'entourage de la chanteuse était sceptique — lui façonne une image de diva tragique de la chanson française[39],[40],[41].

Duo avec Alain Delon et succès internationauxModifier
 
Dalida entourée de fans.

Malgré un récent répertoire dramatique, elle ne renonce pas pour autant aux grands succès populaires, avec notamment en début de décennie le titre Darla dirladada, une reprise d'un folklore grec. Plus tard, en 1972, elle vend plus de 300 000 exemplaires en France du titre Parle plus bas[42]. En 1973, elle fait appel à une vieille connaissance pour interpréter un duo dans lequel apparaît Alain Delon : Paroles… Paroles… devient le premier single de Dalida à être classé dans les hit-parades japonais, mexicain et portugais[26].

L'année suivante, elle enregistre Gigi l'amoroso, qui deviendra la chanson la plus emblématique de son répertoire : no 1 dans douze pays, elle bat un record de vente au Benelux (détenu jusqu'alors par Frank Sinatra avec Strangers in the night)[43]. La décennie 1970 est également la décennie des Olympia à succès pour la chanteuse qui retrouve son public dans la salle mythique parisienne à trois reprises en 1971, 1974 et 1977[6],[14].

1976-1981 : disco, raï et Palais des sportsModifier

Virage discoModifier

En 1975, Dalida est une des premières artistes françaises à s'initier au disco, avec son album Coup de chapeau au passé, regroupant des chansons telles que J'attendrai ou encore Bésame mucho. Le titre J'attendrai connaît un grand succès en France (1er des ventes en ), en Flandre (4e), au Québec (2e) et aux Pays-Bas (9e)[26]. Elle enregistre ensuite Femme est la nuit, Génération 78, Ça me fait rêver et Lambeth Walk, qui entreront toutes dans le Top 20 des ventes en France[26].

Le titre le plus emblématique de la période disco de Dalida est certainement Monday, Tuesday… Laissez-moi danser, reprise d'une chanson italienne de Toto Cutugno[44] qui connaît un grand succès en 1979 notamment en France (2e des ventes en ), au Québec (3e), en Flandre (22e) et en Israël où Dalida se classe pour la deuxième fois (à la 26e place[45]). Le dernier grand succès disco de la chanteuse reste Il faut danser reggae sorti en fin d'année 1979, qui se vend à plus de 200 000 exemplaires en France[46] et atteint la 11e place des ventes françaises en [26].

Premier titre raïModifier

Dalida crée un succès raï en 1977. Inspiré par un folklore égyptien, Jeff Barnel réarrange ce qui deviendra un véritable hymne au Moyen-Orient : Salma ya salama. En effet, cette chanson est diffusée à la radio d'Israël lors de la venue d'Anouar el-Sadate (alors président de l'Égypte qui est en conflit avec Israël), ce qui donne davantage au titre un message de paix[47]. Elle enregistre la chanson en français, en arabe égyptien, en italien et en allemand[48]. En 1979, elle réitère l'expérience avec Helwa Ya Baladi.

Malgré son refus, à deux reprises, d'un contrat exclusif avec les États-Unis, elle obtient toutefois une ovation mémorable au Carnegie Hall de New York en et au Shrine Auditorium de Los Angeles en [23].

 
Dalida en compagnie de Michel Drucker lui remettant un disque de diamant à l'Olympia, en , pour célébrer ses 25 ans de carrière.
Palais des sports et OlympiaModifier

En 1979, Dalida rencontre Lester Wilson, qui devient son chorégraphe pour le spectacle au Palais des sports réservé pour [49],[50]. Au total, Dalida se produit alors chaque soir pendant trois semaines devant 5 000 personnes. L’événement regroupe 18 shows géants, 30 musiciens, 12 danseurs et 12 tenues de scène différentes[51]. En 1981, elle fait un passage à l'Olympia[49],[50]. Le soir de la dernière, Michel Drucker lui remet un disque de diamant (non reconnu par le SNEP) afin de célébrer le 25e anniversaire de sa carrière de chanteuse[50].

1981-1984 : polémiques et retour à des chansons à texteModifier

Baisse de popularité en FranceModifier

Lors de la campagne présidentielle de 1981, elle apporte son soutien au candidat du Parti socialiste, François Mitterrand. Cette prise de position la dessert professionnellement : plusieurs médias se montrent critiques à son égard et une partie de ses fans — qui sont réputés soutenir en majorité le président sortant, Valéry Giscard d'Estaing — se détournent d’elle[41],[52],[53],[54]. Dans les mois qui suivent la victoire du candidat socialiste, ses ventes de disques chutent et Dalida se met en retrait de la vie publique, se disant attristée par les critiques qui lui sont adressées. Elle part alors en tournée à l'étranger[52].

Retour à des chansons à texteModifier
 
Dalida sur un plateau de télévision en .

En 1982, elle sort les titres Confidences sur la fréquence et Jouez bouzouki, mais seule La Chanson du Mundial connaît le succès.

L’année suivante, en 1983, Dalida aborde de près le début d'une longue dépression[55]. Elle enregistre un album, Les P'tits Mots, qui comporte trois chansons autobiographiques[41] : dans Bravo, elle s'imagine en l'an 2000, oubliée du public qui l'a jadis idolâtrée et affrontant le miroir d'une Dalida vieillissante[56] ; dans Téléphonez-moi, elle décrit combien la solitude la ronge et envisage le suicide ; dans Mourir sur scène, un de ses titres les plus emblématiques[39], elle s'adresse directement à la mort, fait allusion à sa tentative de suicide en 1967[47] et affirme : « Moi qui ai tout choisi dans ma vie/ Je veux choisir ma mort aussi ».

1984-1987 : dernières annéesModifier

Adaptations de chansons étrangèresModifier

Au milieu des années 1980, Dalida adapte plusieurs chansons d'origine étrangère. Elle commence en 1984 par Kalimba de Luna, qui est d'origine italienne. Elle continue la même année avec Pour te dire je t'aime, reprise d'origine anglaise de Stevie Wonder, puis Toutes ces heures loin de toi, reprise de Phil Collins, et C'était mon ami de Patti Austin. En 1985, elle reprend la chanson Last Christmas, du groupe britannique Wham!, pour en faire Reviens-moi, et adapte en italien Tout doucement de Bibie, qui devient Semplicemente cosi[57].

En 1984, elle enregistre le show Dalida idéale, où elle reprend ses plus grands succès en changeant plus de quarante fois de tenue[58]. Elle enregistre le titre Soleil et l'adapte en deux autres langues (en espagnol et en italien) et revient vers des chansons originales à la fin de l'année 1985. Dans Le Temps d'aimer, elle paraît nostalgique des moments passés où elle était libre d'aimer un homme[59].

Tournage du Sixième Jour et mise en retraitModifier

À partir de 1986, Dalida est moins présente dans les radios et dans les programmes télévisés. En effet, elle participe au tournage du Sixième Jour, dans lequel elle interprète la vieille lavandière Saddika, à laquelle elle s'identifie, ce qui l’affaiblit moralement[60]. Elle est alors coupée de son public jusqu'à la rentrée 1987 pour cause de préparation d'une comédie musicale (dans laquelle elle envisage de jouer le rôle de Cléopâtre) et d'une pièce de théâtre[6].

MortModifier

SuicideModifier

 
Maison de Dalida, située rue d'Orchampt (Montmartre, Paris), dans laquelle elle se suicide.

Dans les dernières années de sa vie, Dalida est atteinte d'une dépression chronique. Elle se produit pour la dernière fois en concert en Turquie du 26 au , à Antalya, au théâtre antique d'Aspendos. Il s’agit de sa dernière apparition publique[61]. De retour de ces concerts, elle semble éteinte : elle ne sort plus, fume de façon compulsive et multiplie les insomnies[62].

Le , elle fait croire à son entourage qu'elle va voir dans la soirée la comédie Cabaret de Jérôme Savary, jouée au théâtre Mogador, et dîner en ville avec François Naudy. Mais, en réalité, François Naudy ne confirme pas le rendez-vous, ce qui la bouleverse[38],[63]. Dans la nuit du 2 au , restée seule dans sa maison du 11 bis rue d'Orchampt, elle se suicide par surdose de barbituriques, qu’elle avale avec un verre de whisky (alcool qui multiplie l’effet des médicaments)[1],[3],[60]. Son habilleuse découvre son corps inerte le en fin d'après-midi[64].

Elle laisse deux lettres, l'une à son frère Orlando, l'autre à son compagnon, ainsi qu'un mot sans doute à l'attention de son public : « La vie m'est insupportable. Pardonnez-moi »[60].

Funérailles et inhumationModifier

Le , des magazines font des jeux de mots sur sa mort. Ainsi, sur la une du Républicain lorrain, il est écrit « Ciao ciao Dalida » (en référence à sa chanson Ciao, ciao bambina)[65]. Plusieurs personnalités françaises, comme Sheila, Charles Aznavour, Brigitte Bardot, François Mitterrand, Jacques Chirac et Alain Delon, font part publiquement de leur tristesse[66],[c],[d].

Une dérogation permet que ses funérailles se tiennent en l'église de la Madeleine, l’église Saint-Jean de Montmartre étant trop petite pour la cérémonie[67]. Quelque 40 000 personnes assistent à ses funérailles, le [68]. Elle est ensuite inhumée au cimetière de Montmartre (division 18)[69].

Vie privéeModifier

En dépit de sa réussite professionnelle, Dalida connaît une vie personnelle marquée par une série de drames et de déceptions sentimentales. Plusieurs de ses partenaires se sont notamment suicidés.

Tensions avec son pèreModifier

À l'âge de 12 ans, elle est marquée par la mort de son père, peu après la Seconde Guerre mondiale. Pendant le conflit, celui-ci a été interné dans un camp de prisonniers, étant italien dans un pays sous domination britannique (l'Italie fasciste était alors ennemie du Royaume-Uni)[6]. Marqué par cet épisode, son père devient violent et ses relations avec Iolanda et le reste de sa famille deviennent difficiles. La biographe Catherine Rihoit explique les déboires sentimentaux de Dalida par le fait qu'elle ait cherché son père dans les différents hommes de sa vie[70].

Mariage avec Lucien MorisseModifier

 
Dalida et Lucien Morisse.

Le , Lucien Morisse, après avoir divorcé de sa première femme, épouse Dalida, avec qui il est en couple depuis cinq ans. Mais Dalida, qui l'a plus épousé par reconnaissance professionnelle que par amour, le quitte rapidement pour Jean Sobieski[71].

Le , Lucien Morisse, avec lequel elle a gardé de bons rapports, se suicide d'une balle dans la tempe dans leur ancien appartement du 7 rue d'Ankara, à Paris[72],[50].

Liaison avec Jean SobieskiModifier

Dalida entretient une liaison avec l'acteur et peintre Jean Sobieski de 1961 à 1963. Il est un des rares hommes de sa vie à ne pas avoir trouvé la mort dans des circonstances tragiques. À la suite de leur séparation, Dalida connaît une histoire d'amour avec le journaliste Christian de La Mazière, dont elle se sépare en 1966[e]. À Rome, elle vit une courte idylle avec Alain Delon[73].

Mort de Luigi Tenco et tentative de suicideModifier

 
Dalida avec Luigi Tenco.
 
Dalida quelques heures après le suicide de Luigi Tenco.

Le , Dalida participe au festival de Sanremo avec Luigi Tenco, le nouvel homme de sa vie qu’elle a convaincu de prendre part à la compétition. Ce soir-là, les amants ont l'intention d'annoncer leur projet de mariage à leurs proches[18].

Angoissé par l'idée d'un échec au festival, Luigi Tenco consomme de l'alcool et prend des calmants. À la suite d'une prestation jugée médiocre et malgré la prestation de Dalida, le titre Ciao amore, ciao n'est pas retenu par le jury. Déçu, le chanteur regagne sa chambre d'hôtel, où il se suicide en se tirant une balle dans la tête[f]. Inquiète par la comportement de Tenco, Dalida quitte le festival pour se rendre à son hôtel, où elle le découvre sans vie[38]. Sous le choc, elle caresse le visage de Tenco et se couvre de son sang[38]. Dans les semaines qui suivent, elle enchaîne émissions de télévision et enregistrements[38].

Le , elle fait croire à son entourage qu’elle embarque à l’aéroport de Paris-Orly pour rejoindre la famille de Luigi[38]. Elle regagne ensuite l'hôtel Prince de Galles et tente de se suicider en absorbant une importante dose de barbituriques[38]. Elle déclarera par la suite : « On m’a dit plus tard que, quand on prend une dose exorbitante de cachets, ça ne marche pas »[38]. Trouvée inanimée, elle reste plusieurs jours dans le coma et en convalescence plusieurs mois[36]. Souffrant d'escarres, elle doit subir une greffe de peau à une cheville[74].

Elle remonte sur scène en octobre 1967 pour un concert à l'Olympia, mais reste marquée par le suicide de celui qu'elle considère comme l'amour de sa vie[71].

Aventure avec Lucio, avortement et stérilitéModifier

Un autre drame marque la chanteuse. En 1967, tout juste remise de sa tentative de suicide, elle rencontre un étudiant originaire de Rome, Lucio, âgé de 18 ans. Si leur histoire ne dure pas, Dalida se retrouve enceinte et Lucio lui demande d'avorter, ce qu'elle accepte de faire sans en parler à personne d'autre qu'à son frère et à sa cousine[75]. L'opération, réalisée en Italie (l'avortement n'est alors pas autorisé en France), la rend stérile[76]. Cette relation avec Lucio lui inspire la chanson Il venait d'avoir 18 ans[76].

Thérapie et nouvelles déceptions sentimentalesModifier

À partir de 1967, Dalida entame une thérapie[54]. Elle lit Teilhard de Chardin et Freud et se lie, entre 1969 et 1971, au philosophe et écrivain Arnaud Desjardins. Mais celui-ci étant marié, ils préfèrent mettre fin à cette liaison. Vers 1972, elle a une courte relation avec le chanteur Richard Stivell, qui lui avoue être déjà marié[77].

Amitié avec Mike BrantModifier

Un de ses meilleurs amis, le chanteur Mike Brant, se donne la mort le [78]. Dalida lui avait permis de chanter en première partie de son Olympia à l'automne 1971, et avait contribué à son succès en France[79]. Elle avait été la première à se rendre au chevet du chanteur israélien lors de sa première tentative de suicide, le [réf. souhaitée].

Relation tumultueuse avec Richard ChanfrayModifier

 
Dalida avec Richard Chanfray.

En 1972, par l'entremise de Pascal Sevran, elle fait la connaissance de Richard Chanfray[80]. Ce dernier se définit « comte de Saint-Germain », aventurier alchimiste et immortel fréquentant la cour de Louis XV[79]. Elle vit avec lui une idylle tumultueuse de neuf années. Lassée par ses frasques, elle met un terme à leur aventure en 1981.

Deux ans plus tard, en 1983, Richard Chanfray se suicide par asphyxie, avec sa nouvelle compagne[38],[81]. Constatant que ses trois principaux compagnons (Luigi Tenco, Lucien Morisse et Richard Chanfray) se sont suicidés, Dalida déclare « porte[r] malheur aux hommes qu’[elle] aime »[38].

Dernières relations et aggravation de sa dépressionModifier

Après sa rupture avec Richard Chanfray, Dalida a encore quelques compagnons. À partir de 1985, elle est en couple avec le médecin François Naudy[61]. Encore une fois, elle subit une déception, ce dernier ne souhaitant pas quitter sa femme et se montrant de plus en plus fuyant au fil du temps[38].

EngagementsModifier

Défense de la cause homosexuelleModifier

Alors que l'homosexualité est un sujet encore relativement tabou, elle se montre partisane de la cause LGBT[82]. Elle interprète notamment des chansons qui la rendent populaire auprès de la communauté gay, comme Pour ne pas vivre seule et Depuis qu'il vient chez nous[83]. Cette thématique est d'autant plus sensible pour la chanteuse que de nombreuses personnalités gay l'entourent, comme Pascal Sevran et Bertrand Delanoë. Au cours de sa carrière et après sa mort, Dalida compte dans son public de nombreux fans homosexuels[84],[85].

Lutte contre le sidaModifier

En 1984, Line Renaud et Dalida organisent un gala en faveur de la recherche contre le sida, qui touche plusieurs personnes de leur entourage[86]. Plusieurs artistes populaires viennent s'ajouter aux deux femmes, comme Thierry Le Luron et Nana Mouskouri[87].

Opinions politiquesModifier

 
Le soutien de Dalida à François Mitterrand lors de l'élection présidentielle de 1981 a un impact négatif sur la carrière de la chanteuse.

Durant sa carrière, Dalida s'exprime peu sur son opinion politique. Elle indique avoir soutenu dans sa jeunesse l’action du général de Gaulle[9].

Invitée par Gaston Defferre à un rassemblement du Parti socialiste (PS) organisé à Marseille au début des années 1970, elle fait la connaissance de François Mitterrand[88]. Elle devient ensuite une proche amie du Premier secrétaire du PS, voire sa maîtresse selon plusieurs sources[88],[89],[90]. En vue de l'élection présidentielle de 1981, elle chante dans plusieurs meetings de François Mitterrand, tout en indiquant soutenir « un homme et non un parti »[91]. Le 21 mai 1981, lors de l'investiture présidentielle de celui-ci, elle est en première ligne des personnalités remontant la rue Soufflot à ses côtés[92].

Mais son amitié avec le président Mitterrand — qui ne s'enquiert plus d'elle après son élection — divise son public[41]. En , lors d'un événement organisé par Line Renaud, elle fait une bise chaleureuse au principal dirigeant de l'opposition, Jacques Chirac[88],[53]. Alors que Dalida affirme être apolitique et ne se consacrer qu'à ses fans, les médias s'interrogent sur la possible signification politique de ce geste et y voient a minima la fin de l'engagement de Dalida auprès de Mitterrand et de son entourage[41].

Soutien aux radios libresModifier

En , les radios libres sont autorisées à émettre sur la bande FM, mais à certaines conditions (limitation de la puissance des émetteurs pour ne pas brouiller les ondes d'autres radios ; stations devant être de type associatif, c'est-à-dire non commerciales)[93].

En 1984, la Haute Autorité de la communication audiovisuelle annonce la cessation provisoire d'émettre pour RFM, NRJ et d'autres radios libres. Ces dernières appellent alors à manifester et sont soutenues par des personnalités comme Dalida, Guy Lux, Jean-Luc Lahaye, Johnny Hallyday ou encore François Valéry[94],[93],[95]. Sous la pression, l’Assemblée nationale vote une loi permettant aux radios qui le souhaitent de passer du statut associatif à celui de société commerciale[réf. nécessaire]. Après ces manifestations, Dalida est nommée marraine de la radio NRJ, dirigée alors par son ami Max Guazzini[96],[97],[98].

Influence et postéritéModifier

En FranceModifier

 
Dalida en 1962.

En 1981, on[Qui ?] lui propose le titre de « Marianne de la France », son visage devant figurer sur le buste de Marianne[31]. Bien qu'elle disposât d'un large choix linguistique, c'est principalement en français qu'elle chantait. Plusieurs succès musicaux en français dépassent les frontières francophones lors de sa carrière comme J'attendrai, Gigi l'amoroso ou encore Monday, Tuesday... Laissez-moi danser[26].

Un classement des événements et personnalités qui ont le plus marqué les Français de 1968 à 1988 est publié par l'institut de sondages Sofres en 1988 : la mort de Dalida (avec 10 %) arrive en deuxième position juste après la mort de Charles de Gaulle (16 %), devant Jean-Paul II (7 %) et Mère Teresa (3 %)[31]. Selon un sondage réalisé par l’Ifop en France en 2001, Dalida est, avec Édith Piaf, la chanteuse populaire qui a le plus marqué le XXe siècle[99].

Dans le domaine musical, Charles Aznavour lui a consacré De la scène à la Seine en 2000. En 2017, Ibrahim Maalouf recompose un album avec tous les grands succès de la chanteuse chantés par d'autres artistes comme Mika qui reprend Salma ya salama, Monica Bellucci qui reprend Paroles... Paroles... ou encore Alain Souchon qui reprend Bambino[100]. En 2018, la rappeur Soolking enregistre l’album Dalida, en hommage à la chanteuse[101], avec le titre Dalida qui reprend l'air de Paroles... Paroles... en guise de premier extrait[102].

Au théâtre, la pièce Dalida, à quoi bon vivre au mois de mai ? de Joseph Agostini et Caroline Sourrisseau, a été jouée aux ateliers théâtre de Montmartre en 2005.

 
Pancartes avec une photographie à l’effigie de la chanteuse qui vient chanter dans un gala, en Italie, en 1962.

Plusieurs expositions lui sont consacrées. En 2007, la mairie de Paris consacre dans ses murs une exposition d'images et de sons présentant ses tenues et des photographies inédites[103],[104]. En 2017, 110 de ses 150 robes et tenues sont présentées pendant quatre mois au palais Galliera[105]. La même année, a lieu au Palais des congrès de Paris la première de Hit Parade, comédie musicale rendant hommage aux titres de Dalida, Claude François, Mike Brant et Sacha Distel[106].

Un téléfilm portant le nom de la chanteuse est réalisé par Joyce Buñuel et diffusé sur la chaîne France 2 en [107]. La première partie du téléfilm se place en deuxième position d'audience de la télévision française, avec 6,1 millions de téléspectateurs, tandis que la seconde partie atteint la plus grande part d'audience des chaînes françaises avec plus de 6,5 millions de téléspectateurs[108],[109].

En 2017, un film biographique français réalisé par Lisa Azuelos retrace la vie de la chanteuse pour les trente ans de sa mort. Sorti dans une quarantaine de pays, le film cumule près d’un million d’entrées en France[110],[111].

À l’étrangerModifier

Dalida est une des chanteuses françaises qui se sont le plus exportées en dehors des frontières de la France[6],[41],[112]. En Europe, en créant plusieurs scènes sur le continent, elle classe 70 singles en Wallonie, 28 en Italie, 11 en Espagne, 10 en Flandre, 4 en Allemagne, aux Pays-Bas, et en Autriche et un en Suisse romande ainsi qu'au Portugal.

Au Québec, Dalida bénéficie d'une importante popularité : elle est notamment la troisième artiste ayant classé le plus de singles en français dans le hit-parade québécois (62 titres), derrière Ginette Reno et Gilbert Bécaud[113].

Elle a également su s'imposer sur le marché musical de plusieurs pays en Amérique latine. Ainsi, elle classe treize singles dans le hit-parade en Argentine, deux au Brésil et un au Mexique[26],[114].

Dalida réussit à classer deux singles dans le hit-parade japonais (en 1973 et en 1976)[115]. Au Moyen-Orient, elle se positionne deux fois dans le hit-parade d'Israël[116],[117] et 12 fois dans celui de la Turquie[26].

Style et apparenceModifier

 
Dalida en 1966.

Tout au long de sa carrière, Dalida est reconnue pour son code vestimentaire, presque entièrement composé de robes.

Au début des années 1960, elle adopte la ligne New Look de l’époque inspirée de Christian Dior : taille fine et jupe ample. Brune à cette époque, elle mise sur les corsages ajustés et les jupes corolles[118]. Entre 1967 et 1974, elle adopte un style plus discret avec des robes longues et fines de couleur unie[118]. L'image la plus répandue de la chanteuse est très certainement celle de la période disco, entre 1975 et 1987, où elle arbore alors des tenues pailletées ou brodées de perles et des couleurs vives ou des motifs floraux[119].

Dotée d'une longue chevelure ondulée, elle décide en 1964 de se teindre les cheveux en blond vénitien[120],[121]. Elle déclare à ce propos : « Je chante avec tout, même avec mes cheveux »[54].

Dalida se maquille de façon à avoir des yeux de biche et utilise régulièrement un rouge à lèvres[122]. En effet, à partir des années 1950, elle se maquille en traçant au-dessus de ses yeux un trait noir d'eye-liner, en apposant du fard à paupière et en rendant ses sourcils plus foncés[123].

Places et monumentsModifier

Une place — qui comporte un buste la représentant — porte son nom à Paris, à proximité de la rue d'Orchampt, où elle résidait[124]. Sa tombe, sur laquelle est érigée une statue à son effigie, fait partie des lieux les plus visités de la capitale française[125].

DiscographieModifier

Article détaillé : Discographie de Dalida.

Au cours de sa carrière, elle interprète 704 chansons chantées en 11 langues (français, italien, allemand, espagnol, anglais, japonais, arabe égyptien, arabe libanais, hébreu, néerlandais et grec)[126].

Principaux singlesModifier

 
Disque du single Les P'tits Mots (en face B) avec la chanson Mourir sur scène sorti en 1983.

Ces singles se sont classés dans le Top 10 du hit-parade en France à partir de 1961[26]:

Ventes de disquesModifier

D’après sa maison de disques, Universal Music, Dalida a vendu 120 millions de disques de son vivant et 20 millions entre sa mort et 2017[6],[31],[127],[g]. D'autres chiffres apparaissent parfois dans les médias à ce sujet, allant de quelques dizaines de millions[128],[129] à 170 millions de disques vendus[130],[131].

En France, principal marché de la chanteuse, ses ventes sont estimées à 15 millions[132],[133]. Le SNEP a certifié 11 albums de Dalida à plus de 100 000 ventes[134], ainsi qu'un single, Salma ya salama[135]. Elle a également reçu trois disques d'or au Canada[136].

FilmographieModifier

CinémaModifier

TélévisionModifier

Autres apparitionsModifier

Spots publicitairesModifier

Dalida apparaît dans plusieurs spots publicitaires durant sa carrière[h],[i],[139].

Chansons dans des filmsModifier

Les chansons de Dalida ont été utilisées dans 36 films (dont les deux films biographiques). Parmi les apparitions les plus emblématiques, figurent celles de Il venait d'avoir 18 ans dans Mina Tannenbaum (1994), Salma ya salama dans Pédale douce (1996), Bambino dans OSS 117 : Le Caire, nid d'espions (2006), et Itsi bitsi petit bikini dans Les Femmes du 6e étage (2011).

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. D'origine italienne, elle est naturalisée en 1961. Cf. « Dalida : Découvrez le dressing de la chanteuse et ses secrets », gala.fr, 26 avril 2017.
  2. Ils ont joué au 421 pour savoir s'ils assisteraient ou non au concours diffusé sur Europe 1, Eddie Barclay désirant assister au concours et Lucien Morisse voulant aller au cinéma.
  3. Sheila interrompt ses vacances pour rendre hommage à son amie. Quelques jours après, en direct sur la chaîne de télévision RTL TV, elle déclare en larme : « Tout le monde va la trouver merveilleuse, maintenant, mais c'est avant qu'il fallait lui dire ! » Cf. « Site officiel de Sheila », sur sheila-lefildenotrehistoire.eu (consulté le 8 septembre 2018).
  4. Alain Delon, qui la connaissait depuis les années 1950 déclare à son tour : « C'était une femme exceptionnelle avec un grand F. Je l'aimais beaucoup nous avons partagé tant de moment de notre vie et une belle histoire d'amour. Elle me manque c'était une star, une véritable star, certainement la dernière de sa profession. » Cf. « Alain Delon », sur dalida.com (consulté le 8 septembre 2018).
  5. Il restera un ami fidèle de la chanteuse. Cette information est cependant sujette à controverse. Elle est parue dans une biographie non officielle de la chanteuse, La Véritable Dalida d'Emmanuel Bonini (éditions Pygmalion, 2004, (ISBN 2-85704-902-1)), mais elle est démentie par Orlando.
  6. C'est la version retenue par l'enquête en 1967, et confirmée par une nouvelle autopsie en 2006. Cependant la théorie d'un assassinat est toujours soutenue par quelques-uns. Cf. (it) « Tenco: confermata l'ipotesi del suicidio », Corriere della Sera, 16 février 2006. Consulté le 22 septembre 2018.
  7. Lors du 10e anniversaire de sa mort, les ventes de disques de la chanteuse augmentent particulièrement. Le single La-bas dans le noir parvient à accéder au classement du Top50 en France dès 1996. L'année suivante, Salma ya salama, dans une version remixée parvient à atteindre la 14e position des ventes françaises, alors que l'album Les Années Orlando est rapidement certifié double disque d'or puis double disque de platine.
  8. En 1960, elle apparaît dans une publicité pour les matelas Permaflex en Italie. Six ans après, elle pose pour les vins Margnat en France puis, en 1968, pour les montres de poignet. En 1970, elle accepte de faire la promotion des couturiers Armand Thiery et Sigrand et en 1976 pour les apéritifs Saint-Raphaël. Elle apparaît également une dans une publicité imprimée en 1986, lorsqu'elle fait l'éloge des désodorisants Wizard Sec.
  9. Dalida tourne deux spots publicitaires à la télévision au cour de la carrière. Le premier est celui pour les matelas Permaflex où elle est couchée sur un matelas en chantant la chanson Mes frères. Le deuxième est celui de Wizard sec. Dans ce dernier, elle danse dans plusieurs pièces d'une maison en pulvérisant autour d'elle du désodorisant Wizard Sec sur le rythme d'une reprise de Gigi l'amoroso.

RéférencesModifier

  1. a et b (en) AP, « Dalida », The New York Times,‎ (lire en ligne).
  2. Louise Wessbecher, « Dalida racontée par Orlando à travers des photos d’archives : “Mon dieu, c'est cette vie que ma sœur a vécue” », Mashable avec France 24,‎ (lire en ligne).
  3. a b c et d « Dalida, la diva venue d'Orient », linternaute (consulté le 23 septembre 2018).
  4. Thierry Ardisson, interview d'Orlando dans l'émission Tout le monde en parle, 10 novembre 2001.
  5. Bonini 2004, p. 22-23.
  6. a b c d e f g h et i « Biographie de Dalida », sur Universal Music France (consulté le 18 avril 2018).
  7. a et b Isaline, Dalida : Entre violon et amour, Editions Publibook, , p. 24.
  8. « “Dalida a cherché l'amour toute sa vie”, selon Orlando », France Soir,‎ (lire en ligne).
  9. a b c et d Laurent Delahousse, « Dalida, les secrets d'une femme », Un jour, un destin, 24 octobre 2012.
  10. (en-US) « Puerto Rico Out of Miss World », Global Beauties,‎ (lire en ligne).
  11. (en-US) « Carmen Susana Dujim won Miss World 1955 », sur awardgoesto.com (consulté le 7 septembre 2018).
  12. (en) « A Cigarette and a Glass (1955) », IMDb, (consulté le 31 mai 2018).
  13. « Dalida, une enfance égyptienne », Paris Match,‎ (lire en ligne).
  14. a b et c « Du Caire à Paris », sur dalida.com (consulté le 18 avril 2018).
  15. Céline Fontana, La Chanson française, Hachette pratique, , p. 86.
  16. Dalida Forever, « La carte d'identité de Dalida faite en 1961 », Dalida, Eternelle...,‎ (lire en ligne).
  17. « Dalida », sur theatreonline.com (consulté le 18 avril 2018).
  18. a b et c Dominique Frémy et Michèle Frémy, « Dalida », dans Quid, .
  19. Kiko, « 1956 - 1961 », sur dalida.com (consulté le 7 septembre 2018).
  20. a et b Catherine Rihoit et Orlando, Dalida : “Mon frère, tu écriras mes mémoires”, Plon, (ISBN 9782259251501, lire en ligne).
  21. « Classement officiel des dix plus grands succès du mois », Le Figaro,‎ deuxième semaine de juillet 1957 (lire en ligne).
  22. (en) Billboard, Nielsen Business Media, (lire en ligne).
  23. a et b D. Lesueur, L'Argus Dalida, p. 35 ; A. Gallimard et Orlando, Dalida mon amour, p. 111 ; C. Daccache et I. Salmon, Dalida, p. 106-107, ainsi que la plupart des biographies concernant l'artiste mentionnées dans la bibliographie de cet article.
  24. a et b « Dalida n°1 du hit-parade français en 1958 », sur Dalida n°1 du hit-parade français en 1958 (consulté le 7 septembre 2018).
  25. a et b « 1959 », sur hitparadeitalia.it (consulté le 7 septembre 2018).
  26. a b c d e f g h i j k l et m Chartsventes, « World singles charts and sales Top 50 in 58 countries: Dalida », sur World singles charts and sales Top 50 in 58 countries, (consulté le 6 juin 2018).
  27. « Rapt au deuxième bureau », sur dalida.com (consulté le 7 septembre 2018).
  28. « Brigade de moeurs », sur dalida.com (consulté le 7 septembre 2018).
  29. Le titre est classé 19e des ventes en Italie et 13e en Espagne. Voir l'article Discographie de Dalida.
  30. « Dalida La diva venue d'Orient », sur linternaute.com (consulté le 5 juin 2017).
  31. a b c et d « Les récompenses : Records, disques d'rr... », sur dalida.com (consulté le 5 juin 2017).
  32. « Le Jour le plus long », sur dalida.com (consulté le 7 septembre 2018).
  33. « Le mythe Dalida », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  34. Institut National de l’Audiovisuel – Ina.fr, « Dalida - Archives vidéo et radio », ina.fr,‎ 1957-1997 (lire en ligne).
  35. « Dalida », sur gettyimages.fr.
  36. a et b « Dans les archives : Dalida, ses confidences après sa tentative de suicide », Paris Match,‎ 25 mars 1967. (lire en ligne).
  37. David Lelait, Dalida : d'une rive à l'autre, Payot, , p. 157.
  38. a b c d e f g h i j et k « Dalida, l'amour à mort », Paris Match,‎ (lire en ligne).
  39. a et b « Les 8 titres forts de la carrière de Dalida (vidéo) », rtl.fr,‎ (lire en ligne).
  40. « Cette chanson de Dalida cache un lourd secret », sur 7sur7.be (consulté le 7 septembre 2018).
  41. a b c d e et f « Dalida, le crépuscule d’une diva », Vanity Fair,‎ (lire en ligne).
  42. « TOP - 1972 », sur top-france.fr (consulté le 7 septembre 2018).
  43. « Dalida, une vie », sur Paris.fr (lien archivé) (consulté le 5 juin 2017).
  44. « Monday, Tuesday… Laissez-moi danser », sur encyclopedisque.fr (consulté le 7 septembre 2018).
  45. « Dalida #26 en Israël en 1979 avec Monday, Tuesday… Laissez-moi danser », sur iloalesrivesdethiers.blogspot.com (consulté le 7 septembre 2018).
  46. « Top 45 tours - 1979 », sur top-france.fr. (consulté le 7 septembre 2018).
  47. a et b Fabien Lecoeuvre, 1001 histoires secrètes de chansons, éditions du Rocher, (ISBN 9782268098487, lire en ligne).
  48. « Salma ya salama », sur encyclopedisque.fr (consulté le 7 septembre 2018).
  49. a et b « Dalida au Palais des sports de Paris le 9 janvier 1980 », Non,‎ (lire en ligne).
  50. a b c et d « 4 anecdotes que vous ignoriez (peut-être) sur la chanteuse Dalida », rtl.fr,‎ (lire en ligne).
  51. « Récompenses / Événements », sur dalida.com (consulté le 7 septembre 2018).
  52. a et b J.-P. Rouvi, Secrets d'actualité : Dalida, secrets et tourments, M6, 29 avril 2007 (voir en ligne)
  53. a et b Ivan Valerio, « Bertrand Delanoe raconte la Dalida politique », Le Lab (Europe 1), 24 octobre 2012. Consulté le 22 septembre 2018.
  54. a b et c [vidéo] Le Jeu de la vérité, 11 octobre 1985 sur YouTube.
  55. « Dalida », Encyclopédie sur la mort,‎ (lire en ligne).
  56. « Regards sur les chansons autobiographiques de Dalida », Encyclopédie sur la mort,‎ (lire en ligne).
  57. « Semplicemente cosi », sur dalida.com (consulté le 8 septembre 2018).
  58. Champs-Élysées, TF1, 10 novembre 1984 (voir en ligne).
  59. « Le Temps d'aimer », sur dalida.com (consulté le 9 septembre 2018).
  60. a b et c « JT de 20 heures », sur ina.fr, (consulté le 8 mai 2009).
  61. a et b Pascal Gavillet, « Dalida, une solitude fatale derrière les paillettes », Tribune de Genève, 22 juillet 2016. Consulté le 22 septembre 2018.
  62. Valentine Puaux, « Dalida : Antoine Angelelli, son assistant, revient sur son suicide », Gala, 4 janvier 2017. Consulté le 22 septembre 2018.
  63. Jacques Pessis, Dalida : une vie, Chronique, , p. 198.
  64. « Dalida : Le dernier à l'avoir vue vivante », La DH, 2 mai 2007. Consulté le 22 septembre 2018.
  65. « Dalida, la cicatrice mortelle », Le Républicain lorrain,‎ (lire en ligne).
  66. « Les hommages », sur dalida.com (consulté le 8 septembre 2018).
  67. Un jour, un destin : Dalida, les secrets d'une femme, France 2, 2012.
  68. Géraldine Doutriaux, « 3 mai 1987 : Montmartre perd Dalida », Le Parisien, 3 mai 2007. Consulté le 22 septembre 2018.
  69. « Hommage à Johnny Hallyday : toutes les stars ou presque rassemblées à la Madeleine », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  70. Catherine Rihoit et Orlando, Dalida, Plon, (ISBN 9782259000833, lire en ligne).
  71. a et b Jean-Christian Hay, « Dalida: qui est Luigi Tenco l'homme pour lequel elle a voulu se suicider en 1967 ? », Gala, 11 janvier 2017. Consulté le 22 septembre 2018.
  72. « Dalida : La fille de Lucien Morisse, l'ex-époux de la chanteuse, attaque le film », purepeople.com,‎ (lire en ligne).
  73. « Alain Delon met en lumière son histoire d'amour avec... Dalida ! », sur purepeople.com, (consulté le 5 juin 2017).
  74. « Dali et Gigi », jukeboxmag,‎ , p. 268 (lire en ligne).
  75. « Orlando : « Voici la vérité sur l’avortement clandestin de Dalida ! » », sur francedimanche.fr/, (consulté le 2 décembre 2015).
  76. a et b « Orlando se confie : le terrible secret de Dalida », Paris Match, 30 novembre 2015. Consulté le 22 septembre 2018.
  77. Emmanuel Bonini, La Véritable Dalida, éditions Pygmalion (ISBN 2-85704-902-1), p. 189.
  78. « Mike Brant : Ses grandes amours connues... et inconnues ! », sur francedimanche.fr, .
  79. a et b « Dalida : qui furent les hommes de sa vie ? [Photos] », Telestar.fr,‎ (lire en ligne).
  80. « Dalida : la douleur secrète », Paris Match,‎ (lire en ligne).
  81. « Dalida : ils jouent les hommes de sa vie », Le Parisien, 2 mai 2005. Consulté le 22 septembre 2018.
  82. Louis-George Tin (dir.), « Dalida », Dictionnaire de l'homosexualité, Larousse, Paris, 2003.
  83. « Dalida, icône gay », sur Play RTS (consulté le 19 février 2018).
  84. Dalida : Une vie en 5 chansons sur tetu.com.
  85. « Ces chanteuses vénérées par les gays », sur Le Monde (consulté le 19 février 2018).
  86. « “Le sida devient mon combat”, par Line Renaud », Paris Match,‎ (lire en ligne).
  87. « Line Renaud : “Ce combat contre le SIDA fait partie de moi” », grazia.fr,‎ (lire en ligne).
  88. a b et c Marc Fourny, « Dalida et François Mitterrand : une passion secrète », Le Point,‎ (lire en ligne).
  89. « François Mitterrand, le chagrin secret de Dalida », Paris Match,‎ (lire en ligne).
  90. J. Pitchal, Dalida, tu m'appelais petite sœur…, (ISBN 978-2-84167-504-3).
  91. « Dalida et Miterrand », sur Dailymotion, (consulté le 5 juin 2018).
  92. Pierre Favier, Dix jours en mai, Le Seuil, (ISBN 9782021049862, lire en ligne).
  93. a et b « L'Aventure des radios libres (partie 1) : La libération des ondes ! », Eighties,‎ (lire en ligne).
  94. Fabien Lecoeuvre et Philippe Lorin, Chez Dalida : Le Temps d'aimer, éditions du Rocher, (ISBN 9782268091518, lire en ligne).
  95. « HR-NRJ », sur radios.peuleux.eu (consulté le 5 juin 2018).
  96. « Histoire des radios : NRJ (75) », sur schoop.fr (consulté le 5 juin 2018).
  97. « Les secrets d'alcôve sur Dalida », RMC,‎ (lire en ligne).
  98. Annick Cojean, FM : La Folle Histoire des radios libres, Grasset, (ISBN 9782246802525, lire en ligne).
  99. « Dalida, le retour d'une icône », 20minutes.fr,‎ (lire en ligne).
  100. « Dalida par Ibrahim Maalouf », sur Universal Music France (consulté le 12 septembre 2018).
  101. Quentin, « Soolking dévoile Dalida, 1er extrait de son nouvel album », Rap R&B,‎ (lire en ligne).
  102. (en) Booska-p, « Soolking : Dalida, le premier extrait de son album », booska-p,‎ (lire en ligne).
  103. « Dalida joue les prolongations », leparisien.fr,‎ (lire en ligne).
  104. « Une exposition Dalida à l'Hôtel de Ville de Paris », Le Monde, 11 mai 2007. Consulté le 22 septembre 2018.
  105. Pierre Vavasseur, « Exposition : 110 robes de Dalida au palais Galliera », Le Parisien, 27 avril 2017. Consulté le 22 septembre 2018.
  106. « Hit Parade ressuscite Dalida et Claude François », lejdd.fr,‎ (lire en ligne).
  107. Agnès Dalbard, « Paris va rendre hommage à Dalida », Le Parisien, 16 mai 2005. Consulté le 22 septembre 2018.
  108. « Dalida en tête », sur toutelatele.com (consulté le 22 avril 2018).
  109. « Dalida : laissez-moi faire de l'audience, laissez-moi... », Libération.fr,‎ (lire en ligne).
  110. « Dalida (2016) », sur unifrance.org (consulté le 11 septembre 2018).
  111. JP, « Dalida (2017) », sur jpbox-office.com (consulté le 11 septembre 2018).
  112. Voir l'article Discographie de Dalida qui propose tous les classements internationaux connus de la chanteuse.
  113. [PDF] Ventes en français dans le hit-parade québécois, Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2010.
  114. (en) Inc, Billboard, Nielsen Business Media, (lire en ligne).
  115. « La Chanson française au Japon : les ventes de disques », sur sylvissima.com (consulté le 6 juin 2018).
  116. « Dalida #23 en Israël en 1977 avec Salma ya salama », sur iloalesrivesdethiers.blogspot.com (consulté le 6 juin 2018).
  117. « Dalida #26 en Israël en 1979 avec Monday, Tuesday… Laissez-moi danser », sur iloalesrivesdethiers.blogspot.com (consulté le 6 juin 2018).
  118. a et b « Dalida : une sélection inspirée des ses looks phares », gala.fr,‎ (lire en ligne).
  119. « Dalida : les plus belles robes de la reine du disco », Telestar.fr,‎ (lire en ligne).
  120. « Le mythe Dalida », FIGARO,‎ (lire en ligne).
  121. « Dalida, c'est (aussi) une histoire capillaire », grazia.fr,‎ (lire en ligne).
  122. « Dalida : la ressemblance avec l'actrice Sveva Alviti qui trouble son frère Orlando et les fans », Le Huffington Post,‎ (lire en ligne).
  123. « Bambino », sur encyclopedisque.fr (consulté le 17 juin 2018).
  124. « Sur les pas de Dalida à Montmartre », Montmartre-Guide.com,‎ (lire en ligne).
  125. « Dalida, sa tombe toujours fleurie », sur francebleu.fr, .
  126. « Dalida song discography » (consulté le 14 septembre 2018).
  127. Marc Fourny, « Dalida : les dix chiffres clés de sa vie », sur lepoint.fr, .
  128. Patrick Marlière, « Dalida », France Bleu Nord, 16-27 janvier 2017. Consulté le 22 septembre 2018.
  129. Jacques Pessis, Chronique de la chanson française, (ISBN 2205055216).
  130. « Dalida, une vie entre strass et stress », sur ladepeche.fr, .
  131. Ghislain Loustalot, « Dalida: la résurrection », Paris Match, 15 juin 2016. Consulté le 22 septembre 2018.
  132. « Il y a 27 ans, Dalida mettait fin à ses jours », Sud Ouest, 3 mai 2014. Consulté le 22 septembre 2018.
  133. [1]
  134. [2]
  135. [3]
  136. « Gold/Platinum », sur musiccanada.com.
  137. a et b (en) « Dalida: Filmography », sur elCinema.com (consulté le 9 mai 2018).
  138. (en) « A Glass and a Cigarette », sur elCinema.com (consulté le 9 mai 2018).
  139. « Stars de pub : Dalida » (consulté le 6 juin 2018).

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Mario Luzzatto Fegiz, Morte di un cantautore. Biografia di Luigi Tenco, Gammalibri, 1977
  • L. Rioux, 50 ans de chanson française, de Trenet à Bruel, Éditions L'Archipel, 1992
  • C. Daccache - I. Salmon, Dalida, Éditions Vade Retro, 1998
  • Catherine Rihoit, Dalida, préface d'Orlando, Plon, 1998, 2005
  • p. Saka - Y. Plougastel, La Chanson française et francophone, Éditions Larousse, 1999
  • G. Borgna, L'Italia di Sanremo, A. Mondadori, 1999
  • M. Gilbert Carpentier, Merci les artistes, Éditions Anne Carrère, 2001
  • Jacques Brachet, Du Nil à la scène, Édition la Nerthe, 2002
  • Isaline, Dalida, entre violon et amour, Éditions Publibook, 2002
  • Henry-Jean Servat, Dalida, Albin Michel, 2003, 2007
  • David Lelait, Dalida, d'une rive à l'autre, Payot, 2004
  • Daniel Lesueur, L'argus Dalida : Discographie mondiale et cotations, Éditions Alternatives, 2004
  • E. Bonini, La Véritable Dalida, Éditions Pygmalion,
  • J. Barnel, Dalida, la femme de cœur, Éditions du Rocher, 2005
  • A. Ravier, Dalida passionnément, Éditions Favre, 2006
  • Bernard Pascuito, Dalida, une vie brûlée, L'Archipel, 2007
  • Jacques Pessis, Dalida : une vie…, Dargaud, 2007
  • J. Pitchal, Dalida, tu m'appelais petite sœur…, Éditions Carpentier, 2007
  • Claire Séverac - Cédric Naïmi, Dalida. Ses fans, ses amis ont la parole, Éditions du Rocher, 2008
  • Stéphane Julienne - Luigi Gigliotti, Mia zia, ma tante Dalida, Éditions Ramsay, 2009
  • Frédéric Quinonero, Les années 60. Rêves et Révolutions, Éditions D. Carpentier, 2009
  • Joseph Agostini, Dalida sur le divan, Envolume, 2017
  • Olivier Saillard, Dalida, une garde robe de la ville à la scène, Paris-Musées, 2017

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 2 octobre 2018 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.
La version du 2 octobre 2018 de cet article a été reconnue comme « bon article », c'est-à-dire qu'elle répond à des critères de qualité concernant le style, la clarté, la pertinence, la citation des sources et l'illustration.