Ouvrir le menu principal

Darla dirladada

chanson de Dalida, sortie en 1970
Darla dirladada

Single de Dalida
Face B Diable de temps
Sortie 1970
Enregistré 1970
Genre variété française
Format 45 tours
Auteur Boris Bergman (paroles de la version en français)
Compositeur Jean Musy (adaptation, d'après une mélodie du folklore grec)
Producteur IS Orlando
Label Sonopresse

Singles de Dalida

Darla dirladada (Ντιρλαντά, Dirlanda), est une ancienne mélodie du folklore grec, plus précisément kalymniote ; cet air, dont il semble exister de multiples versions et variantes aurait été chanté par les pêcheurs d'éponges en remontant de leur plongée, pour vérifier qu'ils n'étaient pas victimes d'accident de décompression[1]. En 1965, la mélodie est enregistrée sur disque par Pantelis Ginis[2], où cette lancinante mélopée conserve encore ses caractéristiques fondamentales de chant de travail, puis une autre adaptation de la mélodie, toujours interprétée en grec, par Dionysis Savvopoulos (el), dans un style plus moderne, mais qui reste traditionnel et folklorique[3] paraît chez Polydor/Lyra fin 1969 sous le titre Dirlanda. Ce 45 tours connaît un succès modéré en France avant d'être repris quelques mois plus tard par Dalida, avec un texte en français du parolier Boris Bergman[4], tandis que le compositeur Jean Musy travaille sur la mélodie. Devenu succès populaire en France, le simple y atteint la septième place des ventes en septembre[5] et est la 48e meilleure vente de l'année 1970[6]. La chanson devient un des tubes incontournables de la chanteuse en ce début de décennie.

Dans la version française, en écoutant l'air gai de la chanson, on peut ne pas prendre garde à la tristesse des paroles, contant l'histoire d'une femme abandonnée et forte, qui est pourtant tentée par la mort (« Je n'ai qu'une enfant c'est ma terre, je n'ai qu'une amie la rivière, elle fait darla dirladada, court le furet file la vague, je vivrai dans un monde d'algues, et j'aurai l'océan pour toit. »). En 2016, dans une interview accordée à Patrick Simonin sur TV5 Monde, le parolier de la version en français de la chanson, Boris Bergman, révèle qu'il s'agit d'un texte sur le suicide[7].

Dalida enregistre également des versions en italien et en allemand de la chanson, qui est commercialisée en italien couplée avec Arlecchino.

ReprisesModifier

Il existe également une version chantée par Peter Lelasseux, directeur artistique de Polydor à l'époque, et sortie également en 1970[8]. Cette chanson connaît un regain de popularité auprès du grand public et dans les club Med au cours de l'année 1993, quand elle est reprise avec des paroles différentes par le groupe GO Culture[9], tirée du film de Patrice Leconte Les Bronzés de 1978, où une version de la chanson apparaît.

En 2001, la chanson est également reprise en bande sonore du film C'est la vie de Jean-Pierre Améris avec Jacques Dutronc et Sandrine Bonnaire (source : générique).

Classement hebdomadaireModifier

Pays ou Région Meilleure

position

  France (SNEP) 7
  France (CIDD) 11[10]
  Québec 16[11]
  Italie 47[12]
  Région wallonne (Ultratop) 13

Liste des pistesModifier

7" single :

  1. Darla dirladada — 3:15
  2. Diable de temps — 2:30

7" maxi - 1993 release :

  1. Darla dirladada (disco 93 mix) — 6:55
  2. Darla dirladada (sirtaki mix) — 4:04

Notes et référencesModifier