Nana Mouskouri

chanteuse grecque
Nana Mouskouri
Nάνα Μούσχουρη
Description de cette image, également commentée ci-après
Nana Mouskouri en 1966.
Informations générales
Nom de naissance Ioánna Moúschouri
Ιωάννα Μούσχουρη
Naissance (89 ans)
La Canée (Crète),
Drapeau de la Grèce Grèce
Activité principale Chanteuse
Genre musical Jazz, pop, folk, classique, world, ballade, variété
Années actives 1958 - 2008
Depuis 2013
Labels Fontana
Polydor
Mercury
Verve
Philips
PolyGram
Universal
Site officiel Universal Music France

Nana Mouskouri
Nάνα Μούσχουρη
Fonctions
Députée européenne

(5 ans)
Élection
Président Klaus Hänsch
Biographie
Parti politique Nouvelle Démocratie

Nana Mouskouri (en grec moderne : Nάνα Μούσχουρη, Nána Moúschouri), née Ioánna Moúschouri (Ιωάννα Μούσχουρη) le à La Canée (Crète), est une chanteuse et femme politique grecque[1].

Elle commence sa carrière en 1958 et enregistre plus de 1 550 chansons réparties dans plus de 200 albums et dans au moins douze langues, dont le grec, le français, l'anglais, l'allemand, le néerlandais, le portugais, l'italien, le japonais, l'espagnol, l' hébreu, le gallois, le mandarin et le corse[2].

En 1963, elle représente le Luxembourg à l'Eurovision avec la chanson À force de prier[3].

De 1994 à 1999, elle est eurodéputée du parti la Nouvelle Démocratie.

Biographie modifier

Jeunesse et formation modifier

La famille Mouskouri vit à La Canée, en Crète, où le père de Nana, Konstantínos, travaille comme projectionniste dans un cinéma local[2]. Sa mère, Alíki, y est ouvreuse.

Ioánna a trois ans quand toute la famille déménage à Athènes[2].

Son enfance est marquée par l'occupation de la Grèce par les troupes de l'Allemagne nazie de 1941 à 1944[2] d'autant plus que son père s'engage dans un mouvement de résistance à Athènes.

Bien que Ioánna Mouskouri ait fait preuve d'un talent musical exceptionnel dès l'âge de six ans, au début de leur scolarité, sa sœur aînée Eugenía, "Jenny", semblait être la plus douée des deux. Ainsi à 12 ans, Nana commence à prendre des leçons de chant, de piano et d'harmonie[1] ; Enfant, elle écoutait des émissions de radio de chanteurs dont Frank Sinatra, Ella Fitzgerald, Judy Garland, Charles Trenet, Billie Holiday et Édith Piaf. Elle a très tôt plus de succès que sa sœur du fait de sa voix unique en son genre.

Les parents travaillent dur afin d'envoyer Jenny et Nana au prestigieux conservatoire hellénique à Athènes. Lorsqu'il s’avéra que les parents ne pouvaient pas financer les études musicales des deux enfants à la fois, ils demandèrent conseil au tuteur des enfants. Force fut de reconnaitre que Jenny avait la meilleure voix, mais que Nana était celle qui avait le véritable besoin intérieur de chanter. Ainsi, Nana entre au conservatoire à 16 ans pour une formation en musique classique et chant d'opéra.

A cette époque, elle commence à chanter le soir avec le groupe de jazz de ses amis. Cependant, le directeur du Conservatoire de Mouskouri découvre qu'elle se lance dans un genre musical qui ne correspond pas à ses études classiques. Pour la forcer à continuer ses études classiques, il la menace de l'empêcher de passer ses examens de fin d'année. Lors d'un épisode de l'Odyssée grecque de Joanna Lumley, diffusé sur la chaîne britannique ITV à l'automne 2011, Nana Mouskouri a raconté à l'actrice Joanna Lumley qu'elle devait chanter à l'amphithéâtre d'Epidaure avec d'autres étudiants du Conservatoire, mais à son arrivée, elle se vit interdire de participer au spectacle en raison de son implication dans la musique Jazz. Mouskouri quitte le Conservatoire et commence à se produire au club Zaki d'Athènes.

Elle chante du jazz dans les boîtes de nuit en privilégiant le répertoire d'Ella Fitzgerald. En 1957, elle enregistre sa première chanson, "Fascination", en grec et en anglais pour Odeon/EMI Grèce.

Plus tard, un examen médical révéla que l'une de ses cordes vocales présentait un épaississement congénital[2] et qu'elle n'avait une seule corde vocale fonctionnelle, ce qui pourrait bien expliquer son chant remarquable dans ses jeunes années, allant d'un alto rauque et sombre, qu'elle abandonna plus tard, à une colorature mezzo sonore, par opposition à sa voix rauque et rauque.

Carrière modifier

En 1958, alors qu'elle se produisait au Zaki, elle rencontra le compositeur grec Mános Hadjidákis[4]. Hadjidakis est impressionné par la voix de Nana et lui a propose d'écrire des chansons pour elle. En 1959, Mouskouri interpréta « Κάπου υπάρχει η αγάπη μου » de Hadjidakis (Kápou ipárchi i agápi mou, « Quelque part mon amour existe » co-écrit avec le poète Nikos Gatsos) lors du premier Festival de la chanson grecque. La chanson remporte le premier prix et Mouskouri commence à se faire remarquer.

Au Festival de la chanson grecque de 1960, elle interprète deux autres compositions de Hadjidakis, « Τιμωρία » ( Timōría, « Punition ») et « Κυπαρισσάκι » ( Kyparissáki, « Petit cyprès »). Ces deux chansons ont remporté le premier prix à égalité. Mouskouri a interprété la composition de Kostas Yannidis, "Ξύπνα αγάπη μου" ( Xýpna agápi mou, "Réveille-toi, mon amour"), au Festival de la chanson méditerranéenne, organisé à Barcelone cette année-là. La chanson a remporté le premier prix et elle a ensuite signé un contrat d'enregistrement avec Philips-Fontana, basé à Paris, où elle s'installe en 1960[5].

En 1961, Mouskouri réalise la bande originale d'un documentaire allemand sur la Grèce. Cela a abouti au single en allemand Weiße Rosen aus Athen ("Roses blanches d'Athènes"). La chanson a été initialement adaptée par Hadjidakis à partir d'une mélodie folklorique. C'est devenu un succès, se vendant à plus d'un million d'exemplaires en Allemagne. La chanson a ensuite été traduite en plusieurs langues et est devenue l'une des chansons emblématiques de Mouskouri.

 
Nana Mouskouri en 1969.

Sa carrière la conduit à enregistrer plus de 1 550 chansons différentes[2], principalement en allemand, en anglais, en espagnol, en français, en grec et en italien, mais aussi en hébreu, en japonais, en néerlandais, en portugais et en gallois.

En 1963, elle est choisie pour représenter le Luxembourg au Concours Eurovision de la chanson avec la chanson À force de prier. Le , à Londres, elle interprète cette ballade en seizième et dernière position sur la scène sous la direction du chef d'orchestre britannique Eric Robinson. Au terme du vote final, composé uniquement des jurys nationaux, elle se classe à la huitième place.

De 1968 à 1976, elle anime sa propre émission de télévision produite par la BBC[6]. Rendez-vous de nombreuses stars incontournables de la chanson mondiale, cette émission en fait une personnalité de la télévision mondiale très populaire et se distinguant dans le paysage télévisuel en raison des lunettes à monture noire, signature alors inhabituelle. Cette émission propulse la carrière internationale de Nana Mouskouri sur les cinq continents, lui ouvrant les portes de l'Asie, de l'Australie, de la Nouvelle Zélande mais aussi de l'Amérique du sud, etc.

En 1984, elle interprète la version française du tube du groupe ABBA Chiquitita devenant (avec Mireille Mathieu, Karen Cheryl et Michèle Torr) la quatrième personne à chanter en français les titres du groupe suédois. Elle chante la même année le générique de la série télévisée américaine L'Amour en héritage.

Elle aborde divers genres musicaux tout au long de sa carrière, successivement ou simultanément : folklore, jazz, pop, classique (Verdi, Mozart) et Carl Orff dont elle reprend un extrait de son œuvre maîtresse, la cantate Carmina Burana, sous le titre Ave Verum.

En 1991, elle apparaît dans la comédie musicale Le Cadeau de Noël et interprète la chanson L'Enfant au tambour en duo avec Dorothée.

 
Nana Mouskouri en 2012.

En 2004, un coffret intégral de son travail en français est édité par Universal Music Group, incluant un livret de plus de cent vingt pages, écrit et illustré par Nana elle-même. En 2005, Nana Mouskouri entreprend une tournée d'adieux internationale, allant de l'Europe à l'Australie.

Le , elle donne un concert d'adieu à l'opéra Garnier à Paris. Elle annonce mettre un terme à sa carrière lors d'un double concert à l'Odéon d'Hérode Atticus en Grèce en . Un public international l'ovationne au cours de ces deux soirées. Toutefois elle vit mal cette retraite, qui provoque chez elle un sentiment d'inutilité et de désespoir, se traduisant par des maladies et une dépression. Elle décide donc de revenir sur scène en [5].

Le , elle publie l'opus Happy Birthday Tour accompagné d'une grande tournée internationale (2013 à 2015) qui la conduit, une fois de plus, aux quatre coins du monde[7],[5].

Le , elle sort un nouvel opus : Forever Young, constitué de reprises de morceaux comme Sa jeunesse de Charles Aznavour, Hallelujah de Leonard Cohen, Dis, quand reviendras-tu ? de Barbara, Salma Ya Salama de Dalida, ou même Hey Jude des Beatles.

Engagements modifier

En 1982, Nana Mouskouri interprète au pied du mur de Berlin la chanson Je chante avec toi liberté, à l'invitation du commandant des troupes françaises à Berlin[8].

En 1993, sa notoriété conduit l'Unicef à lui confier une mission d'ambassadrice[9].

En 1994, Nouvelle Démocratie, un des partis politiques grecs de centre droit l'ayant suffisamment bien placée en position éligible sur sa liste pour les élections européennes de 1994, elle siège au Parlement européen de 1994 à 1999, date à laquelle elle démissionne en avançant plusieurs raisons, l'une étant son pacifisme, et l'autre étant qu'elle se sentait mal préparée pour le travail quotidien d'un personnage politique.

En 2018, à la suite de la démission de Nicolas Hulot, elle signe avec Juliette Binoche la tribune contre le réchauffement climatique intitulée « Le plus grand défi de l'histoire de l'humanité », qui parait à la une du journal Le Monde, avec pour titre L'appel de 200 personnalités pour sauver la planète[10].

Vie privée modifier

 
Nana Mouskouri et George Petsilas en 1969.

Nana Mouskouri est mariée de 1961 à 1975[11] avec le musicien et producteur Geórgios Petsilás[12], qui est aussi le père de leurs deux enfants[2], Nicolas et Hélène Petsilas (dite « Lénou », qui a chanté avec elle à Montréal à la Place des Arts).

A partir du mileu des années 1970, elle est la compagne du producteur André Chapelle, qui produit nombre de ses disques depuis les années 1960[13], et avec lequel elle se marie en 2003. Le couple réside en Suisse[2].

En 2007, elle figure sur la liste des trois cents personnes les plus riches domiciliées en Suisse, sa fortune étant estimée entre cent et deux cents millions de francs suisses[14].

Discographie modifier

 
Nana Mouskouri recevant deux disque d'or aux Pays-Bas (1971).

Il est parfois affirmé que Nana Mouskouri aurait vendu plus de 400 millions de disques à travers le monde[15]. Cette information est toutefois contredite par le Livre Guinness des records[16] qui affirme qu'aucune chanteuse n'a vendu plus que les 335 millions de disques de Madonna. En France, qui fut son marché le plus important, le total de ses ventes est estimé à 17 millions[17].

La chanteuse affirme avoir reçu plus de 300 disques d'or. Selon les organismes officiels, elle en a reçu 17 en France[18], 13 au Canada[19], 6 en Allemagne[20], 4 au Royaume-Uni[21] et 2 aux Pays-Bas[22].

Publications modifier

Publicité modifier

Distinctions modifier

Récompenses modifier

  • Prix World of Children de l'US Fund for UNICEF (1997), remis par Harry Belafonte
  • Prix pour l'ensemble de son œuvre (Athènes, 2003)
  • Prix d'honneur de l'UNICEF pour ses 10 années au service des enfants (2003)
  • Prix UNICEF de bonne volonté (2003)
  • Médaille de la Ville de Paris, échelon Vermeil (2005)
  • Grand prix SACEM de la chanson française à l'étranger pour l'ensemble de sa carrière (2006)
  • Médaille d'or de la Ville d'Athènes (2008)
  • Médaille d'argent du parlement hellénique, pour son rôle dans le rayonnement de la Grèce à l'étranger (2010)[24]

Honneurs modifier

Décorations modifier

Dans la culture populaire modifier

Dans le roman Quand je serai grand, je serai Nana Mouskouri (2016), l'auteur David Lelait-Helo traite de l'identification croissante d'un adolescent à la chanteuse[34].

Notes et références modifier

  1. a b et c « RFI Musique - Nana Mouskouri », RFI Musique, (consulté le ).
  2. a b c d e f g et h [vidéo] Pardonnez-moi – Nana Mouskouri : tsr.ch – interview télévisée de Nana Mouskouri, par Darius Rochebin. Émission « Pardonnez-moi » du 5 juin 2011. TSR, 5 juin 2011. Durée : 25:56 min.
  3. (en) « À force de prier - paroles - Diggiloo Thrush », sur diggiloo.net, The Diggiloo Thrush, (consulté le ).
  4. (en) Steve Huey, « Biography - Nana Mouskouri », AllMusic (consulté le )
    (en) « In 1958, she met the emerging songwriter Manos Hadjidakis, who would become her mentor in the field of popular music, and recorded an EP featuring four of his compositions for a small record label that year. »
    (fr) « En 1958, elle rencontre l'auteur-compositeur débutant Manos Hadjidakis, qui deviendra son mentor dans le domaine de la musique populaire, et enregistre la même année quatre de ses compositions dans un EP publié par un petit label. »
    .
  5. a b et c « Nana Mouskouri sur la scène de l'Acropole à 80 ans », Le Figaro.fr, 15 juillet 2014.
  6. https://www.bbc.co.uk/programmes/b00gkpzw Presenting Nana Mouskouri
  7. Nana Mouskouri Happy Birthday sur nanamouskouri.com.
  8. « Mouskouri, the Legend | La légende », Nana-mouskouri.net (consulté le 7 mai 2017).
  9. (en) « Nana Mouskouri | UNICEF », sur www.unicef.org (consulté le )
  10. « Le plus grand défi de l’histoire de l’humanité : l’appel de 200 personnalités pour sauver la planète », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  11. Nana Mouskouri to Be Married in Greece.
  12. « Nana Mouskouri, la belle et la dette », portrait d'Olivier Nuc, Le Figaro, p. 16, du vendredi 4 novembre 2011.
  13. Le site Discogs cite André Chappelle en tant que producteur de l'album Le jour où la colombe..., sorti en 1967.
  14. « Les plus riches encore plus riches », Swissinfo.ch, 23 novembre 2007 (consulté le 8 avril 2016).
  15. « Nana Mouskouri à Montréal l'an prochain », La Presse,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  16. « Best-selling female recording artist », sur Guinness World Records (consulté le ).
  17. « Une année marquante avant le retour de Nana Mouskouri », sur Le Devoir (consulté le ).
  18. « InfoDisc : Les Certifications Officielles des Formats Longs ((33 T. / CD / Albums / Téléchargements depuis 1973 », sur infodisc.fr (consulté le ).
  19. (en) « Gold/Platinum - Music Canada », sur Music Canada (consulté le ).
  20. (de) « Datenbank : BVMI »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur musikindustrie.de (consulté le ).
  21. https://www.bpi.co.uk/bpi-awards/.
  22. « Goud/Platina », sur nvpi.nl (consulté le ).
  23. Publicité, sur culturepub.fr
  24. (en) « In Brief », Ekathimerini.com, 15 octobre 2010 (consulté le 8 avril 2016).
  25. Nana Mouskouri, docteur honoris causa de l'université McGill.
  26. France Grants its Highest Honor to Greek Singer Nana Mouskouri.
  27. France Grants its Highest Honor to Greek Singer Nana Mouskouri.
  28. Décret du 13 juillet 2006 portant promotion et nomination dans l'ordre national de la Légion d'honneur.
  29. Biographie de Nana Mouskouri, université montréalaise McGill.
  30. Nana Mouskouri décorée par le président de la République dominicaine Leonel Fernández.
  31. Nana Mouskouri commandeur de l'ordre de Mérite du grand-duché de Luxembourg, rapport d'activité 2008 du ministère de la Culture.
  32. « Nana Mouskouri nommée chevalier de l'Ordre national du Québec », sur radio-canada.ca, Société Radio-Canada, .
  33. Ordre National du Québec
  34. David Lelait-Helo, Quand je serai grand, je serai Nana Mouskouri, Paris, Anne Carrière, , 222 p., 21 cm (ISBN 978-2-84337-791-4, BNF 45165414, présentation en ligne).

Liens externes modifier

 
Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Nana Mouskouri.

Sur les autres projets Wikimedia :

  • « Nana Mouskouri » sur Universal Music France (sa maison de disques)
  • (fr + en + es + de) Site québécois de Nana Mouskouri Biographie, discographie par langue, liste des 1 800 enregistrements, couvertures de magazines, passages télé au Québec, dessins, souvenirs et actualités