Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir New Look (entreprise) et Newlook.

Le « New Look » est le nom donné en 1947 par la rédactrice en chef du Harper's Bazaar, Carmel Snow, à la silhouette créée par le couturier Christian Dior pour la collection « Corolle ». Cette silhouette révolutionne les codes de la féminité et de la mode. Le New look est symbolisé par des vestes cintrées aux épaules arrondies, sur des jupes amples sous les genoux. Ce défilé de 1947 reste sans doute l'un des plus importants de l'histoire de la mode par le chamboulement qu'il entraîne dans la mode féminine. Il marque également le renouveau de Paris capitale de la mode et sa suprématie mondiale symbolisée par la haute couture.

PrésentationModifier

PréambuleModifier

Juste avant la Guerre, le Vogue américain met en avant la silhouette seins-taille-hanches dite « sablier ». Pendant la Guerre, alors que les épaules carrées sont la normes dans les créations, Marcel Rochas dessine la « robe-bustier » aux épaules plus arrondies. Lucien Lelong, président de la Chambre syndicale, lutte pour maintenir Paris au premier plan mondial de la mode. À la fin de la Guerre, c'est « l'âge d'or » de la haute couture qui arrive : Pierre Balmain, Carven, ouvrent leurs Maisons, Jacques Fath lance les prémices de la guêpière. Christian Dior, qui a fait ses armes chez Robert Piguet et Lucien Lelong, vient d'ouvrir la maison de couture qui porte son nom.

Le défiléModifier

 
Un modèle de 1947, exposé de nos jours à Moscou

En 1947, Christian Dior, récusant la mode « pratique » d'avant guerre de Coco Chanel caractérisé par la Petite robe noire ainsi que la mode zazou qui prévalait parfois à cette époque, invente un style corseté[n 1], féminin[1], glamour, opulent[2]. Il souhaite créer « des femmes-fleurs, aux épaules douces, aux bustes épanouis, aux tailles fines comme des lianes et aux jupes larges comme des corolles ».

Le 12 février, c'est la fin des défilés parisiens et beaucoup d'acheteurs américains[n 2] sont repartis dans leur pays[3]. Ces défilés ont été assez ternes cette année là[4]. Dans le salon de la toute jeune maison avenue Montaigne financée par Marcel Boussac, le couturier assisté alors de Pierre Cardin, présente son premier défilé printemps-été, les lignes « Corolle » et « 8 », composées de quatre-vingt-dix modèles[5], dont l'iconique tailleur « Bar »[6],[7],[n 3] composé une longue jupe et d'une veste à basque[n 4] et présenté par Tania, le mannequin fétiche du couturier[3]. « Bar » car ces créations sont destinées à être portée en fin de journée pour boire le traditionnel cocktail de début de soirée[8],[9], les femmes changeant, à cette époque, plusieurs fois de tenue dans la journée.

Ce 12 février au matin, alors qu'il fait -13° dehors[3], sont présents Carmel Snow et Marie-Louise Bousquet avec Ernestine Carter du bureau français de Bazaar, Michel de Brunhoff pour le Vogue français, ainsi que sa sœur Cosette et son mari Lucien Vogel du Jardin des Modes, Alice Chavanne et Geneviève Perreau du Figaro[10]. Avant la présentation, Carmel Snow dubitative dit « j'espère que ça vaut le déplacement »[3] ; à la fin, elle s'écrie : « Dear Christian, your dresses have such a new look[9]! », « Nioulouque » écrira Colette[11]. En parallèle Clifford Coffin de Vogue photographie des modèles de la collection : c'est grâce à lui que les lectrices américaines vont découvrir le New Look[12].

Le New Look est caractérisé par une taille fine très marquée, poitrine ronde et haute, des épaules douces et étroites d'un arrondi parfait, ainsi que des accessoires complétant la tenue. Le dossier de presse de la maison précise à l'époque « la gorge soulignée, la taille creusée et les hanches accentuées »[13]. Il tranche avec les préceptes hérités de l'après guerre[3]: le style s'est construit en réaction à la mode des années 1940, marquées par le rationnement et l'austérité et à la silhouette presque masculine, où les jupes sont étroites et les épaules carrées. Pourtant, cette silhouette, bien que surprenante, avaient connu des prémices juste avant la guerre[14], Balmain, Fath ou Balenciaga ayant esquissés l'idée de jupes plus amples ; mais Dior profite de la fin du conflit pour développer cette tendance opulente[4]. Le couturier rallonge les jupes jusqu'à arriver à trente centimètres du sol, et se concentre sur le trio taille/fesses/poitrine[1] pour former un « sablier » comme les silhouettes du XIXe siècle[4]. Dans ses mémoires[15], Dior écrit : « Nous sortions d’une époque démunie, parcimonieuse, obsédée par les tickets de rationnement ». Il justifiait ce nouveau look de la manière suivante : « Je voulais que mes robes fussent « construites », moulées sur les courbes du corps féminin dont elles styliseraient le galbe. J'accusais la taille, le volume des hanches, je mis en valeur la poitrine. Pour donner plus de tenue à mes modèles, je fis doubler presque tous les tissus de percale ou de taffetas, renouant ainsi avec une tradition depuis longtemps abandonnée »[16]. La silhouette Dior promeut des robes bustier, les longues jupes larges, plissées, fluides, juponnantes, sous un buste souligné, dans une profusion de tissus (jusqu'à 40 mètres de circonférence pour le modèle phare Diorama, et 80 mètres de faille pour la robe Chérie[9],[n 5]). Cette nouvelle silhouette fait également évoluer la lingerie, celle-ci devant être adaptée : des jupons raides en Nylon, des soutiens-gorge aux bonnets écartés, la gaine moulante et rigide remplace le porte-jarretelles ; en corrélation avec cette silhouette, Marcel Rochas « invente » la Guêpière vers la même année[14]. Christian Dior précise d'ailleurs à l'époque : « Pas de mode sans sous-vêtements. » En décembre, la maison lance son premier parfum, Miss Dior ; le flacon de celui-ci reprend les codes de la nouvelle silhouette inventée par Dior[17] mais l'air du défilé est rempli des premières effluves de la fragrance largement vaporisée dans les salons[3].

RéactionsModifier

Le New Look connait un succès fulgurant dans le monde[5] et tout d'abord aux États-Unis : « les Américaines adoptent plus naturellement et plus rapidement le New Look que les Françaises » selon Hélène Lazareff du Elle[13]. C'est à la fois « un choc esthétique et un scandale[3] ». Le Herald Tribune le décrit comme la « sensation de la saison »[3]. Vogue indique que « Dior est le nouveau nom de la mode à Paris »[4]. En France, la presse reste plus partagée ; celle haut de gamme relaie immédiatement cette collection, les titres plus populaires restant parfois timides[13]. Le Jardin des modes fait tout son possible pour promouvoir cette révolution. Mais dans une optique de contribuer au « prestige de l'élégance française » et de « relance du secteur de l'industrie textile », tous finissent par suivre l'enthousiasme[13].

Le couturier, dépassé par l'ampleur de cette gloire soudaine, s'écrira : « Qu'est-ce que j'ai fait ? Mais qu'est-ce que j'ai fait[11] ? » Malgré ce succès, de nombreux détracteurs choqués[1],[9], notamment aux États-Unis, reprochent au couturier de cacher les jambes des femmes[18]. Les mouvements féministes voient d'un mauvais œil le fait que les jupes rallongent[3]. Des manifestations sont organisées devant ses locaux[4]. Le coût de ses créations est également reproché. En cette époque d'après-guerre où le rationnement est encore de mise (les tickets de rationnement seront d'actualité jusqu'en 1949), est critiqué également l'utilisation de trop grandes quantités de tissu, assimilée à du gaspillage[4]. Quinze mètres pour une robe d'après midi, vingt-cinq pour une du soir[4]. Mais Dior est financé par Marcel Boussac, industriel du textile… le tissu à profusion utilisé pour la première collection venait d’un stock de toiles de parachutes en soie fabriqué par la société Boussac durant la guerre[19]. Le bruit fait par cette collection est loin de nuire au couturier : au contraire, elle le fait connaitre lui et sa ligne « Corolle »[4]. Largement imité dès sa diffusion par la presse, le style va exalter les courbes féminines et imposer en peu de temps une nouvelle esthétique[3].

Article détaillé : Mode des années 1950 en France.

Christian Dior annonce la fin du New Look en 1953[5], lance à la suite la ligne H décrite par Carmel Snow comme « look plat », puis meurt quatre ans plus tard[n 6]. Mais au cours des décennies qui suivent, jusqu'à nos jours, le New Look est perpétuellement repris et interprété par tous les couturiers de la marque Dior, que ce soit Marc Bohan en 1987 qui précise que « C'est surtout l'esprit qu'il fallait conserver, c'est-à-dire une certaine classe, la nouveauté, la féminité », John Galliano[6] en 2009[n 7] pour une collection[20] très remarquée, Bill Gaytten en 2011 après le départ de Galliano[n 8], ou Raf Simons qui retourne aux fondamentaux en 2012[21] avec des robes bustier pour la haute couture et des volumes « Bar » pour le prêt-à-porter[22].

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. La ligne est corsetée dans le style, mais sans utiliser le corset qui tombe depuis le début du siècle en désuétude.
  2. À l'époque, comme avant la guerre, les acheteurs américains représentaient la principale clientèle des maisons de couture. Plusieurs défilés étaient organisés, d'abord pour ces acheteurs et après pour les clientes.
  3. En 1996, Mattel édite une poupée Barbie en édition limitée habillée la veste Bar et sa jupe noire.
  4. Le descriptif de l'époque, annoncé à voix haute durant le défilé, dit : « Tailleur d'après-midi, jupe corolle, lainage noir, jaquette shantung naturel »[3].
  5. Le modèle Chérie « faisait une gorge de nymphe, une taille de sylphide, et déployait dans l’immense éventail de sa jupe aux mille plis, 80 mètres de faille blanche… »
  6. Plusieurs sources situent d'ailleurs la mode des années 1950 entre 1947 (le New look) et 1957 (la mort de Dior).
  7. En 2009, la Maison Dior commercialise également un nouveau sac à main intitulé le « New Lock » en hommage au New Look.
  8. En 2011, alors que Galliano n'est pas encore remplacé par Raf Simons, la collection est présentée sans couturier attitré, mais sous la responsabilité de Bill Gaytten ancien bras droit de John Galliano, et de Sidney Toledano, président de Christian Dior Couture.

RéférencesModifier

  1. a b et c Sean James Rose, « Dior ou l'hyperféminisation », Next, sur liberation.fr, Libération, (consulté le 23 octobre 2012)
  2. Sabrina Champenois, « Dior, as de la modialisation », Next, sur liberation.fr, Libération, (consulté le 23 octobre 2012)
  3. a b c d e f g h i j et k Anne-Sophie Hojlo, « Et Dior inventa le new-look », L'Obs, no 2641,‎ , p. 116 (ISSN 0029-4713)
  4. a b c d e f g et h Harriet Worsley, 100 idées qui ont transformé la mode [« 100 ideas that changed fashion »], Paris, Seuil, , 215 p. (ISBN 9782021044133), « Le New Look », p. 110 à 111
  5. a b et c Virginie Mouzat, « Christian Dior, 60 ans de rêve », Style, sur madame.lefigaro.fr, Madame Figaro, (consulté le 23 octobre 2012)
  6. a et b « Tailleur Bar », sur ykone.com,
  7. Céline Savary, Fan de Dior : tous ses plus beaux modèles, Femme Actuelle [image]
  8. Isabelle Girard, « Au commencement était l’image », Style, sur madame.lefigaro.fr, Madame Figaro, (consulté le 23 octobre 2012)
  9. a b c et d « Et Dior créa la femme », Challenges, no 284,‎ , p. 98 à 100 (ISSN 0751-4417)
  10. (en) June Marsh, History of Fashion : New Look to Now, Vivays Publishing, , 304 p. (ISBN 978-1908126214), p. 10
  11. a et b Jean Watin-Augouard (préf. Maurice Lévy), Marques de toujours, Éditions Larousse/VUEF, (ISBN 2-7441-7580-3), « Christian Dior »
  12. Nathalie Herschdorfer (préf. Todd Brandow), Papier glacé : un siècle de photographie de mode chez Condé Nast [« Coming into fashion »], Paris, Thames & Hudson, , 296 p. (ISBN 978-2-87811-393-8), « La fabrique de la beauté », p. 130
  13. a b c et d Palais Galliera, Alexandra Bosc, Olivier Saillard et al. (préf. Anne Hidalgo), Les années 50 : la mode en France 1947 - 1957, Paris Musées, , 259 p. (ISBN 978-2-7596-0254-4), « Le regard de la presse de mode sur le phénomène du New Look et la naissance du prêt-à-porter », p. 174 à 177
  14. a et b Denis Bruna (dir.), Chloé Demey (dir.), Astrid Castres, Pierre-Jean Desemerie, Sophie Lemahieu, Anne-Cécile Moheng et Bastien Salva, Histoire des modes et du vêtement : du Moyen Âge au XXIe siècle, Éditions Textuel, , 503 p. (ISBN 978-2845976993), « 1947-1965 : du New Look aux blue-jeans », p. 388
  15. Christian Dior, Christian Dior et moi, Bibliothèque Amiot - Dumont (réimpr. La Librairie Vuibert, octobre 2011) (1re éd. 1956), 260 p. (ISBN 978-2311004410, présentation en ligne)
  16. http://www.dior.com/couture/fr_fr/la-maison-dior/dior-en-histoires/la-revolution-du-new-look Site officiel de Dior
  17. Caroline Rousseau, « 1950, Miss Dior de Christian Dior », Beauté, sur madame.lefigaro.fr, Madame Figaro, (consulté le 23 octobre 2012)
  18. (en) Flashback Friday: The Fabulous Princess Margaret, The Royal Order of Sartorial Splendor, 10 février 2012
  19. « Dior (Marque de mode) », sur tendances-de-mode.com, TdM, (consulté le 23 octobre 2012)
  20. [image] (en) « Christian Dior Couture - Fall 2009 », Fashion, sur nymag.com, New York Magazine (consulté le 23 octobre 2012)
  21. Isabelle Girard, « Du new-look au renouveau créatif », Style, sur madame.lefigaro.fr, Madame Figaro, (consulté le 23 octobre 2012)
  22. Paquita Paquin, « Défilé Christian Dior Printemps-Eté 2013 - Prêt-à-porter Femme - Paris », Fashion Week, sur puretrend.com, (consulté le 25 octobre 2012)

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier