Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

La philosophie orientale est un champ de la philosophie qui désigne les traditions philosophiques élaborée dans les pays de tradition asiatique, perse et islamique. La philosophie orientale se distingue de la philosophie occidentale par les concepts utilisés et les méthodes d'argumentation. La philosophie orientale comprend de nombreuses traditions disciplinaires et la classification utilisée dans la philosophie occidentale est largement utilisée également dans la philosophie orientale (philosophie analytique, politique, épistémologie etc.).

Sommaire

La philosophie orientale : un champ d'étude et une discipline académiqueModifier

Différentes philosophies orientalesModifier

La philosophie orientale comprend la philosophie chinoise, la philosophie iranienne, la philosophie japonaise, la philosophie indienne, la philosophie pakistanaise, la philosophie vietnamienne et la philosophie coréenne. Le terme peut éventuellement désigner la philosophie babylonienne et la philosophie islamique.

Un champ d'étude au cœur des recherches en philosophie comparéeModifier

Les traditions de la philosophie orientale sont généralement étudiées au sein de corpus de philosophie comparée et donne lieu à des études permettant de mettre au jour des points communs entre différents auteurs clefs de traditions occidentales et orientales (par exemple des études sur la taoïsme et la pensée lévinassienne effectuées à l'Université de Pékin).

Une discipline académique qui ne doit pas être confondue avec des pratiques sectairesModifier

Peu étudiée en Europe, les philosophies orientales sont souvent confondues avec des questionnements purement spirituels et ou des enjeux liées à la santé et au bien être, si les traditions de philosophie orientale (comme les grands courants de la philosophie occidentale) abordent entre autres ces sujets, les philosophies orientales correspondent avant tout une discipline académique enseignée dans des établissements spécialisés souvent prestigieux pour cette spécificité (Oxford, Cambridge, EPHE, EHESS, Louvain, Oslo etc.)[1].

Plusieurs institutions gouvernementales ont mis en garde contre les pseudos spécialistes de la philosophie orientale, qui ne possèdent aucun diplôme reconnu dans ce domaine (proliférations de faux diplômes) et développent des pratiques souvent liées au soin que l'on retrouve dans les pratiques sectaires.[2]

Une discipline philosophique liée à l'histoire et la philologieModifier

Une discipline encadrée par des règlesModifier

Les formations portant sur les grandes traditions de philosophie orientale sont effectuées par des enseignants chercheurs d'universités ayant étant eux-mêmes formés non seulement à la discipline, c'est-à-dire aux méthodes de la philosophie, mais également aux spécificités de traditions philosophiques particulières (philosophie chinoise, philosophie indienne, philosophie perse etc.). Se désigner comme spécialiste d'un ou de plusieurs courant de la philosophie orientale passe donc par une légitimité liée à des compétences acquises au cours d'un cursus de plusieurs années d'enseignements débouchant sur des diplômes et sous la direction de personnes agréées dans des établissements reconnus[3].

Les grands courants de la philosophie orientale reposent sur les enseignements d'auteurs mondialement connusModifier

La philosophie islamique compte par exemple des auteurs extrêmement importants comme: Muhammad ibn Zakariya al-Razi, Al-Farabi, Ibn Sina,  Averroes etc. La philosophie chinoise compte des philosophes connus comme : Zhu Xi, Wang Yangming etc.

Notes et référencesModifier

BibliographieModifier