Ouvrir le menu principal

Thierry Ardisson

producteur et présentateur de télévision français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ardisson.
Thierry Ardisson
Description de cette image, également commentée ci-après
Thierry Ardisson en 2014.
Alias
« L'homme en noir »
Naissance (70 ans)
Bourganeuf (Creuse)
Nationalité Drapeau : France Française
Profession
Autres activités
Conjoint
Christiane Bergognon (divorcée)
Béatrice Loustalan (divorcée)
Audrey Crespo-Mara (depuis 2009)

Thierry Ardisson, né le à Bourganeuf (Creuse)[1], est un animateur et producteur de cinéma et de télévision français.

Il débute dans le domaine de la publicité, en fondant dans un premier temps l'agence Business, avant de passer dans celui de la presse. Entre-temps, à la fin des années 1980, il investit le petit écran avec des émissions telles que Bains de minuit puis Lunettes noires pour nuits blanches. Même s'il connaît un passage à vide au début des années 1990, il rebondit et ses émissions de la fin de cette décennie sont un succès.

Après plus de trente ans de carrière, certaines de ses émissions de télévision sont des records de longévité : Paris Dernière, Tout le monde en parle, On a tout essayé qu'il produit[2] ou encore plus récemment, Salut les Terriens !, émission renommée par la suite Les Terriens du samedi !

Il est également l’auteur de plusieurs livres, dont deux succès d'édition (Louis XX – Contre-enquête sur la Monarchie[3] et Confessions d’un Babyboomer[4]). Par la suite, il devient également producteur pour le cinéma et la télévision.

BiographieModifier

Enfance, formation et débutsModifier

Les parents de Thierry Ardisson sont originaires de la région de Nice[5],[6]. Sa mère Juliette Renée Gastinel[7] est femme au foyer et son père Victor Ardisson est ingénieur dans le BTP, notamment pour l'entreprise fondée par André Borie (en)[8], d'où la naissance de Thierry Ardisson le 6 janvier 1949 à Bourganeuf, dans le département de la Creuse, où sa famille s'était installée le temps d'un chantier[6]. Il passe une partie de sa petite enfance en Algérie où son père travaille à la restauration de la base militaire de Mers el-Kébir[9].

Il est élève au collège Saint-Michel d'Annecy, puis étudie l'anglais à l'Université Paul-Valéry Montpellier 3, dont il sort diplômé[10][pas clair]. À 17 ans, DJ dans une discothèque de Juan-les-Pins, le Whisky à Gogo[11], il vit sa première expérience homosexuelle, comme il le raconte dans son autobiographie Confessions d'un baby boomer[12].

En juin 1970 il épouse Christiane[13]. Peu de temps après, il découvre que Christiane le trompe[14] et s'ouvre les veines dans une baignoire ; il est sauvé in-extremis[15]. En 1974, lors d'un voyage à Bali avec Christiane, ils rencontrent un milliardaire qui les initie aux paradis artificiels : héroïne, cocaïne, champignons hallucinogènes[14].

Carrière dans la publicité et la presseModifier

Thierry Ardisson commence sa carrière en tant que concepteur-rédacteur dans la publicité[16]. En 1969, il vient tenter sa chance à Paris[17] et est embauché au service promotion des ventes chez BBDO. Il travaille ensuite chez TBWA et Ted Bates[18] avant de fonder avec Éric Bousquet et Henri Baché l'agence Business en 1978[1]. Il invente alors le spot publicitaire de huit secondes pour permettre à des annonceurs à petit budget d'accéder au média télévision[19].

Thierry Ardisson est le concepteur-rédacteur de plusieurs slogans publicitaires qui ont marqué l'esprit des consommateurs français :

  • Ovomaltine, c'est de la dynamique ![20],[21]
  • Vas-y Wasa ![21]
  • Lapeyre, y'en a pas deux ![21]
  • Chaussée-aux-Moines : Aaamène ![22]
  • Quand c’est trop c’est Tropico ![23]

L'agence Business vend également des articles clés en main aux magazines et journaux français, proposant les séries L’Hebdo des Savanes et Descentes de Police[17].

Au milieu des années 1970, il participe aussi au magazine underground Façade aux côtés d’Alain Benoist, Jean-Luc Maître et Laurent Laclos[17],[24]. Il est alors un habitué du Palace.

Daniel Filipacchi le nomme directeur-adjoint des rédactions d’Hachette-Filipacchi[25]. Il choisit alors de prendre la direction de L'Écho des savanes, qu’il rebaptise temporairement L’Ebdo des Savanes. Ses sujets trop provocateurs le mènent à son renvoi[17]. Il lance en 1992, en association avec Daniel Filipacchi, le magazine écrit mensuel Interview qu'il doit rebaptiser un an plus tard Entrevue après un procès pour plagiat perdu intenté par le magazine américain Interview[26]. Il revend ses parts à Filipacchi en 1995[26].

Avec Francis Morel, Alexis Kebbas et les éditions Springer, il lance un nouveau magazine de presse écrite, J'économise, qui tire à 420 000 exemplaires en 1998[27].

Carrière à la télévisionModifier

Années 1980Modifier

Alors que son agence Business vend des articles de la série Descentes de Police au magazine Rock & Folk, après avoir interviewé Yannick Noah, en 1980, il révèle que ce dernier fume du haschich et que les tennismen prennent des amphétamines avant les matchs, un scandale qui lui vaut son premier passage à la télévision[28].

En 1985, sur proposition de Marie-France Brière[29], il adapte Descente de police pour TF1[30], une émission où les personnalités invitées subissent un interrogatoire policier sec et brutal. L’émission est arrêtée quelques mois plus tard sur demande de la Haute Autorité de l’audiovisuel[29]. Soutenu par Hervé Bourges qui lui a donné carte blanche[31], il reste cependant sur TF1 et présente Scoop à la une. De 1986 à 1987, il coproduit avec Catherine Barma À la folie pas du tout, présenté par Patrick Poivre d'Arvor[10]. En 1987, Thierry Ardisson revend ses parts de l’agence Business et crée sa société de production Ardisson & Lumières.

De à [32], il invente et assure la direction artistique avec Catherine Barma[33] pour La Cinq de Face à France animé par Guillaume Durand, Bains de minuit[34], émission dite « branchée » qu'il présente dans la discothèque Les Bains Douches[35],[36],[37] et Childéric un Hit parade présenté par Childéric Muller. Le , il présente avec Claude Challe coassocié aux Bains Douches, sur Antenne 2, le concert de Prince à Dortmund en Allemagne[38].

De 1988 à 1990, il présente, depuis le Palace, Lunettes noires pour nuits blanches sur Antenne 2, en troisième partie de soirée le samedi[21] — une émission rock pour remplacer Les Enfants du rock qui s'arrêtait. Le nom de l'émission vient d'un slogan publicitaire qu'il avait créé pour les lunettes Glamor dix ans auparavant. Pour cette émission, il crée le concept des « interviews formatées » tel que interview première fois, auto-interview ou questions cons. Bien plus tard, Guillaume Durand dira d'Ardisson que « C'est un des plus grands intervieweurs des trente dernières années : ses tournages très longs donnaient des interviews osées, dangereuses »[31]. En parallèle, toujours avec Catherine Barma, il coproduit Stars à la barre pour Antenne 2, d’abord présenté par Roger Zabel, puis par Daniel Bilalian[30].

Il reprend ensuite le créneau du samedi à 19 heures avec Télé Zèbre, avec la participation d'Yves Mourousi, Françoise Hardy, Philippe Manœuvre[19] et deux nouveaux venus : Yvan Le Bolloc'h et Bruno Solo[39].

Années 1990Modifier

En juin 1990, il présente un documentaire, Rolling Stones : les jumeaux impossibles sur Antenne 2[40].

De 1991 à 1992, il présente sur Antenne 2 en deuxième partie de soirée Double Jeu[34] avec, notamment, des caméras cachées de Laurent Baffie et le jeu « Info ou Intox » de Philippe Guérin[41]. Jugée trop provocatrice[42], l’émission est supprimée par la direction d’Antenne 2 début janvier 1993. Un mois plus tard, il revient sur Antenne 2 en présentant Ardimat, une émission où le présentateur menace de tuer son chien si l’audimat baisse[43]. L’émission dure dix épisodes avant d’être elle aussi arrêtée[44]. De 1992 à 1994, il produit l'émission Frou-Frou présentée par Christine Bravo[10]. Il tente sans succès le lancement du magazine de presse écrite du même nom[45].

En , il présente Cœur d'Ardishow sur France 2, une rétrospective de ses émissions[46]. En 1994, à la suite de l'échec de ses émissions Ardimat[43] puis Autant en emporte le temps[19], il renonce un temps à présenter des émissions mais reste producteur (Graines de Star et FlashBack pour M6 avec Laurent Boyer)[47],[48].

En 1995, il produit l'émission d'avant soirée pour la chaîne TF1, Les Niouzes, avec Laurent Ruquier[10]. Devant l'échec d'audience, il demande l’arrêt de l’émission dès sa première semaine[49]. La même année, il produit et présente Paris Dernière sur Paris Première[19]. De 1995 à 1998, il produit pour Paris Première Top Flop présenté par Alexandra Kazan[50]. À partir de 1997, il anime Rive droite / Rive gauche avec Frédéric Beigbeder, Élisabeth Quin, Philippe Tesson et retrouve ainsi le succès après quelques années de passage à vide et d'échecs[51].

En 1997, en association avec le groupe Lagardère et Sony télévision, il crée Free One, chaîne télévisée en direct 24/24, qui doit être distribuée via Canal satellite et le câble, mais qui ne verra jamais le jour[52],[53]. Pendant l’été 1997, Thierry Ardisson produit l'émission Vue sur la mer, présentée par Maïtena Biraben[54].

En 1998, il rejoint France 2 pour animer Tout le monde en parle avec Laurent Ruquier[55] puis Linda Hardy, Kad et Olivier et enfin Laurent Baffie[56] le samedi en deuxième partie de soirée[1].

Lors de l'été 1999, il coanime avec Laurent Ruquier, un numéro de l'émission Le Grand Tralala, un divertissement en deuxième partie de soirée dans lequel le ou les animateurs ne connait(ssent) pas le contenu de l'émission.

Années 2000Modifier

En 2003, il lance sur France 2 Tribu[57], une émission trimestrielle en première partie de soirée, qui est un échec d'audience et qu’il remplace en 2004 par Opinion publique[58] sans plus de succès. De 2003 à , il présente parallèlement 93, faubourg Saint-Honoré sur Paris Première, un dîner à son domicile personnel où il dialogue avec diverses personnalités[1].

En 2004, il anime en direct une soirée consacrée au 60e anniversaire du Débarquement, sur France 2, avec Michel Drucker[59]. En 2005, il présente, en duo et en direct avec Michel Drucker, Le Plus Grand Français de tous les temps, sur France 2[60] et coproduit en septembre 2005 Concerts sauvages sur France 4[61].

À la fin de saison 2005-2006, Thierry Ardisson quitte France 2. La nouvelle direction de France Télévisions met en application le principe d’exclusivité des animateurs du service public après la signature de Thierry Ardisson avec Paris Première pour une nouvelle saison de 93, faubourg Saint-Honoré. Thierry Ardisson refuse de dénoncer son contrat avec Paris Première et se voit obligé de quitter France Télévisions. Dans une lettre ouverte en à Patrick de Carolis, président-directeur général de France Télévisions, Thierry Ardisson déplore devoir partir : « C’est un miracle que tu fusilles »[62]. Il rappelle qu’il a signé un contrat d’exclusivité avec France 2 lui interdisant de se produire sur une autre chaîne généraliste hertzienne, or, Paris Première, chaîne du câble et du satellite, est diffusée dans l’offre TNT payante et cryptée. Mais France 2 considère que Paris Première fait partie des chaînes généralistes hertziennes et demande donc l’application du contrat d’exclusivité[63].

 
Thierry Ardisson en septembre 2009, sur le plateau de Salut les Terriens !, avec Claude Pinault.

Thierry Ardisson rejoint alors Canal+. Depuis le , il y produit avec Stéphane Simon et présente l'émission Salut les Terriens !, chaque samedi soir en avant soirée en clair. L’émission cumule un audimat de 750 000 téléspectateurs dès la première année[64].

Le , pour fêter les vingt ans de télévision de l'animateur, Jimmy diffuse un documentaire en deux parties, Ardisson : 20 ans d'antenne, réalisé par Patrick Kieffer et Marie-Ève Chamard[65],[10].

Années 2010Modifier

Durant l’été 2010, il présente Happy Hour[66], un programme en lieu et place de Salut les Terriens qui mélange talk-show et jeu. Il produit aussi pour France 2 sur cette période La télé est à vous, émission présentée par Stéphane Bern[67]. À partir de , il anime pendant trois saisons Tout le monde en a parlé sur Jimmy, qui revient sur le parcours d'individus ayant fait, un temps, l'actualité[68].

Il présente de nouveau Happy Hour en , en remplacement du Grand Journal[69] puis pendant l'été 2012[70]. En , alors qu’il présente toujours Salut les Terriens ! sur Canal+, l’audimat atteint 1,4 million de téléspectateurs, ce qui en fait l’émission la plus performante de la chaîne[64], l'émission disposant depuis longtemps d'« un public fidèle »[71].

En 2015, Thierry Ardisson propose à la chaîne M6, le scénario de Peplum, une mini-série humoristique et anachronique prenant place dans la Rome antique. L'animateur dit avoir eu l'idée du scénario grâce à la prestation de Peter Ustinov dans Quo vadis (1951)[72]. Les trois épisodes, d’une durée de 90 minutes chacun, sont diffusés en prime-time à partir du , à raison d’un épisode par semaine.

L'année suivante, il est à l'honneur d'un documentaire Génération Ardisson : 30 ans de télévision avant de lancer sa nouvelle émission Zéro limite[71]. Entre-temps, Vincent Bolloré, qu'il soutient clairement malgré la tempête déclenchée lors du remaniement de Canal+, lui demande de passer son émission phare Salut les Terriens ! sur l'ex-D8[51].

À partir de septembre 2017, il présente Les Terriens du dimanche de 19 h à 21 h sur C8, déclinaison dominicale de Salut les Terriens ![73].

À la rentrée 2018, Salut les Terriens est renommée Les Terriens du samedi ; le décor et la formule changent. Le , il annonce dans un communiqué qu'il ne travaillera plus sur la chaîne C8[74]. Il justifie son départ par le manque de moyens que lui aurait mis à disposition la chaîne, expliquant qu'il "ne veut pas faire de la télé low-cost"[75],[76].

Fin août 2019, on apprend que Thierry Ardisson attaque en justice Vincent Bolloré, son ancien patron chez Canal[77],[78]. L'animateur réagit à la déprogrammation de ses animations prévues pour la rentrée 2019 ː il estime que ces déprogrammations ont été annoncées beaucoup trop tardivement, causant un préjudice à sa société de production[79]. Thierry Ardisson a donc saisi le tribunal de commerce pour "rupture brutale de dépendance économique"[80].

Carrière littéraireModifier

Thierry Ardisson a écrit et publié trois romans : Cinemoi (1972) et La Bible (1975) au Seuil, et Rive Droite (1983) chez Albin Michel.

En 1986, il écrit le livre Louis XX — Contre-enquête sur la Monarchie (Orban) qui se vend à 100 000 exemplaires[3]. Le , il apparaît dans Apostrophes dans un débat face à Max Gallo où il défend l'héritage de la monarchie française, pourfend la révolution française comme origine des « totalitarismes » en comparant Jacques-René Hébert à Robert Faurisson, pour avoir déformé les conditions de la mort de Louis XVI[81].

En 1994, il sort le livre Pondichéry chez Albin Michel, l’histoire d’un ancien fonctionnaire colonial qui a vécu à Pondichéry, maintenant rapatrié dans une cité à Sartrouville. Accusé de « plagiat massif », ce livre fait grand bruit au moment de sa sortie[71].

En 2006, Thierry Ardisson publie Confessions d'un Babyboomer aux éditions Flammarion, une autobiographie écrite avec Philippe Kieffer qui se vend à 100 000 exemplaires[4]. Une dizaine d'années plus tard, il revient à l'écriture avec la publication de Les Fantômes des Tuileries chez Flammarion[71].

Carrière au cinémaModifier

En 2005, il crée la société Ardimages dans le but de produire des longs-métrages et des séries pour la télévision[82].

En 2012, il produit son premier long métrage, Max, réalisé par Stéphanie Murat, avec Joey Starr et Mathilde Seigner, et distribué par Warner Bros[83],[84].

En 2013, il débute la production d'un second long métrage, Les Souvenirs, réalisé par Jean-Paul Rouve et mettant en scène Michel Blanc, Annie Cordy, Chantal Lauby et Audrey Lamy[85].

En 2015, il produit Comment c'est loin, long métrage réalisé par Orelsan et Christophe Offenstein puis l'année suivante un film retraçant les grandes années du Palace[71].

En 2018, il produit Ma fille, long métrage réalisé par Naidra Ayadi. Un film, inspiré du roman de Bernard Clavel, Le voyage du père, retraçant le voyage à Paris d'un père à la recherche de sa fille.

En parallèle, son rôle de producteur s'exerce également dans des documentaires pour la télévision[71].

Carrière à la radioModifier

Le , Thierry Ardisson rejoint Les Grosses Têtes de Laurent Ruquier sur RTL[86].

Opinions politiquesModifier

Thierry Ardisson se présente comme de conviction royaliste[87], plus précisément défenseur de la monarchie constitutionnelle, favorable au système de Westminster. Louis de Bourbon, duc d'Anjou et prétendant légitimiste au trône de France, est par ailleurs parrain de sa fille Ninon[10]. Le sur la chaîne de télévision KTO, Thierry Ardisson demande au duc d'Anjou d'être présent le plus possible, et l'exhorte à ne pas prendre parti entre la gauche et la droite et à rester arbitral, « au-dessus de la mêlée »[88].

En novembre 2018, lors de l'émission Talk Show, présentée par Jean-Baptiste Boursier et diffusée sur RMC Story, avec Nicolas Dupont Aignan, il critique ouvertement Emmanuel Macron et regrette que, selon lui, la France n'ait que pour seul objectif la règle des 3% de déficit[89].

Vie privéeModifier

Il se marie avec Christiane en juin 1970[90]. Affirmant avoir été l'amant de la deuxième femme du shah d'Iran, Sorayah[91], Thierry Ardisson se marie le avec Béatrice Loustalan, spécialiste en conception sonore. Ils ont trois enfants, deux filles, nées respectivement en 1989 et 1991 et un garçon, né en 1996[92]. En , Béatrice Ardisson annonce que le couple est en instance de divorce[93].

Depuis , il est le compagnon d'Audrey Crespo-Mara, journaliste de LCI[94]. Ils se marient le [95],[96].

Il a plusieurs fois évoqué dans les médias consommer de la drogue. En mai 2018, contrôlé avec sept grammes de cannabis, il écope d’une amende de 50 euros[97].

CritiquesModifier

En , il reconnaît avoir plagié 70 lignes dans son premier livre Pondichéry. En 2005, une enquête de Jean Robin révèle que Thierry Ardisson a en fait plagié plusieurs ouvrages : Désordres à Pondichéry de Georges Delamarre (1937), De Lanka à Pondichéry de Douglas Taylor (1931) et Créole et grande dame d'Yvonne Gaebelle (1956) — soit une soixantaine de pages au total[98],[99].

Au début des années 2000, il invite dans son émission Tout le Monde en parle (France 2) l'écrivain Thierry Meyssan pour parler de son livre L'effroyable imposture. Dans cet ouvrage, Meyssan présente les attentats du 11 septembre 2001 comme ayant été fomentés par « une partie du complexe militaro-industriel des États-Unis » et non par l'organisation terroriste Al-Qaïda, dont le chef, Oussama Ben Laden, est présenté comme « une fabrication de la CIA » qui n'aurait d'ailleurs jamais cessé de collaborer avec les services secrets des USA. Dans les jours qui suivent la diffusion de l'émission, cette promotion de l'ouvrage complotiste est vivement critiquée. On reproche en effet à l'animateur de ne pas avoir formulé de contradictions à la présentation de cet ouvrage, le présentant quasiment comme un livre-vérité.

En , Jean Birnbaum et Raphaël Chevènement publient le livre La face visible de l'homme en noir, dans lequel ils reprochent au présentateur, parmi d'autres griefs, de reproduire au sein de son émission Tout le monde en parle les tensions intercommunautaires internationales (en particulier s'agissant du conflit israélo-palestinien) et, ainsi, d'en faire la promotion en France. Ils citent comme exemple Dieudonné et avancent l'idée que les questions orientées d'Ardisson l'auraient peu à peu poussé dans des positions communautaires extrêmes[100]. Les auteurs fustigent également les pratiques d'Ardisson en tant que monteur, celui-ci étant accusé d'orienter les discours de son émission, qui était diffusée en différé et fortement réduite par rapport à la durée d'enregistrement[101].

En , Ardisson fait partie des Animatueurs brocardés dans le livre de Michel Malaussena. L'auteur y revient sur ses années de collaboration avec Thierry Ardisson, et évoque sa personnalité caractérielle, voire autoritaire[102]. Dans la presse, il est décrit comme un présentateur méticuleux, précis, n'hésitant pas à écrire des centaines de fiches pour chacune de ses émissions ; « je suis très organisé » précise-t-il[31].

Le , Thierry Ardisson est condamné pour diffamation par le tribunal correctionnel de Paris à l'encontre du chirurgien Stéphane Delajoux, qui avait opéré fin 2009 Johnny Hallyday[103].

RevenusModifier

En 2018, Thierry Ardisson déclare dans une interview au Journal du Dimanche gagner "entre 15 000 et 20 000 euros par mois". Il ajoute "Si je fais trop de télé au détriment d’activités plus nobles, c’est que je suis vénal, j’aime l’argent"[104].

ÉmissionsModifier

ListeModifier

Émissions spécialesModifier

PublicationsModifier

RomansModifier

EssaisModifier

AutobiographiesModifier

  • Thierry Ardisson, Les années provoc, Paris, Éditions Gallimard, coll. « Docs Témoignage », , 347 p. (ISBN 2080676350)
  • Thierry Ardisson & Philippe Kieffer, Confessions d'un babyboomer, Paris, Flammarion, , 358 p. (ISBN 208068583X)

TélévisionModifier

  • Thierry Ardisson & Laurent Baffie, Tu l'as dit Baffie ! Concentré de vannes, Paris, Le Cherche midi, coll. « Le Sens de l'humour », (ISBN 2749103851)
  • Thierry Ardisson & Jean-Luc Maître, Descentes de police, Paris, Love Me Tender/Business Multimedia, , 139 p. (ISBN 2749101441)
  • Thierry Ardisson (collectif), Paris dernière. Paris la nuit et sa bande son, Paris, M6 Éditions, , 320 p. (ISBN 2915127808)
  • Thierry Ardisson & Philippe Kieffer, Tout le monde en a parlé, Paris, Flammarion, , 360 p. (ISBN 9782081221260)
  • Thierry Ardisson & Philippe Kieffer, Magnéto Serge !, Paris, Flammarion, , 300 p. (ISBN 9782081280298)

ParticipationsModifier

VidéographieModifier

  • Thierry Ardisson, Paris interdit. Découvrez les endroits les plus interdits de Paris, documentaire, 1997. (VHS)
  • Thierry Ardisson, Les Années Double Jeu, Arcades Vidéo, 2010. (ASIN B00443PSOM)
  • Thierry Ardisson, Les Années Lunettes Noires pour Nuits Blanches, Arcades Vidéo, 2010. (ASIN B00443PSO2)
  • Thierry Ardisson, Les Années Tout le monde en parle, Arcades Vidéo, 2010. (ASIN B00443PSOW)
  • Thierry Ardisson, La Boite noire de l'homme en noir, Arcades Vidéo, 2010. (ASIN B00443PSNS)
  • Thierry Ardisson, Les Années Paris Première, M6 Vidéo, 2011. (ASIN B005JYUWSW)
  • Collectif, Où va la création audiovisuelle, BnF/Ina, 2011[105].

MusiqueModifier

  • Instant Sex. Le Disque souvenir de l'émission culte Double Jeu de Thierry Ardisson, vinyle, 1993.
  • La Musique de Tout le monde en parle, compilation, Naïve, 2002.

Il est cité dans la chanson de Renaud, Les Bobos : « Ardisson et son pote Marco » (référence à Marc-Olivier Fogiel).

DistinctionsModifier

Notes et référencesModifier

  1. a b c et d « Thierry Ardisson », La République des Lettres, .
  2. « Thierry Ardisson P1 : "Je ne suis pas assez con pour penser qu'il n'y a que moi qui ai de bonnes idées », sur Ozap, .
  3. a et b Elisabeth Perrin, « La télé refait le D-Day », sur Le Figaro, .
  4. a et b Renaud Rvevel, « Sinistrose », sur L'Express,
  5. Thierry Ardisson & Philippe Kieffer 2004, p. 29
  6. a et b Lionel Paoli, « Thierry Ardisson: "Nice a toujours été le repère de ma famille" », Nice-Matin,‎ (lire en ligne).
  7. Jacques Lafitte, Stephen Taylor, Qui est qui en France, J. Lafitte, , p. 132.
  8. Bruno de Stabenrath, « Le cendrier de Thierry Ardisson », M, le magazine du Monde,‎ (lire en ligne).
  9. « Thierry Ardisson et son cendrier », sur lejdd.fr, .
  10. a b c d e et f « Thierry Ardisson fête ses vingt ans d'antenne : retour sur la carrière de l'homme en noir », sur purepeople.com, .
  11. Dominique Dhombres, « Thierry Ardisson, fils de la pub et de la télé », sur Le Monde,
  12. Thierry Ardisson, Confessions d'un baby-boomer, Flammarion, , p. 154.
  13. Dominique Antoine, Thierry Ier, Place des éditeurs, , p. 87.
  14. a et b « Je me défonçais du matin au soir », Dhnet
  15. Émission Le Divan sur France 3, présentée par Marc-Olivier Fogiel, « La tentative de suicide de Thierry Ardisson », le 12 avril 2015.
  16. Thierry Ardisson & Philippe Kieffer 2004, p. 117
  17. a b c et d « Ex-fan des eighties », sur Technikart,
  18. Thierry Ardisson & Philippe Kieffer 2004, p. 152
  19. a b c et d « Thierry Ardisson, de A à Zèbre », sur Le Point,
  20. [vidéo] « Les campagnes mythiques: Ovomaltine, «C'est de la dynamique !» », Ingrid Zerbib, Strategies.fr, 20 mai 2010 (consulté le 4 mai 2016).
  21. a b c et d Valérie Sasportas, « «Lunettes noires pour nuits blanches» : un vent de liberté », sur Le Figaro, .
  22. « Chaussée aux moines : Prêche gustatif », sur Stratégies,
  23. « Quiz : Avez-vous la mémoire des slogans publicitaires ? », sur Journal du Net.
  24. Paquita Paquin, Vingt ans sans dormir : 1968-1983, Éditions Denoël, , 203 p. (ISBN 978-2207255698), « Façade », p. 114.
  25. Léna Lutaud, « Ardisson, conseiller secret de Didier Quillot », sur Le Figaro, .
  26. a et b Raphaël Garrigos, « De Warhol à Laetitia Casta », sur Libération.fr, .
  27. Gilles Fontaine, « "J'économise" cartonne », sur L'Express,
  28. « Plateau Thierry Ardisson », sur INA/TF1, .
  29. a et b « Thierry Ardisson fête ses 20 ans de télévision », sur Toutelatele.com,
  30. a et b [précision nécessaire], Télé 7 jours no 2497, page 27.
  31. a b et c Baudriller 2016, p. 63.
  32. a et b « Bains de minuit », sur Toutelatele.com (consulté le 16 octobre 2012)
  33. « Thierry Ardisson: « Voir de vraies gens dans leur vraie vie » », sur Programme.tv,
  34. a et b « Thierry Ardisson », Nouvel Observateur.
  35. « Aux bons souvenirs des Bains Douches », sur telerama.fr (consulté le 6 juin 2016).
  36. « Thierry Ardisson toujours dans le bain », sur Le Figaro, .
  37. Hubert Boukobza et Jean-François Kervéan, Dix mille et une nuits, Robert Laffont, , 297 p. (ISBN 978-2221144763), p. 117

    « La télévision débarquait chaque lundi, du matin au soir […] Thierry ne découvrait pas la nuit, il la connaissait mieux que moi. Ardisson a été de cette première vague mythique, au Palace […] »

    .
  38. [vidéo] « Prince à Dortmund », sur thierryardisson.fr (consulté le 19 août 2012).
  39. Mahtias Alcaraz, « Vidéo Yvan Le Bolloc’h’ raconte comment il a rencontré Bruno Solo », sur Voici, .
  40. [vidéo] « Rolling Stones : les jumeaux impossibles », sur thierryardisson.fr (consulté le 19 août 2012)
  41. Jean-Philippe Pisanias, « «Un Grand Bleu» en plein cœur de Paris », sur Libération.fr,
  42. « Quand Thierry Ardisson passe aux aveux », sur Le Point, .
  43. a et b Fabrice Pliskin, « Il n'y a pas d'animateurs heureux », sur Le Nouvel Observateur, .
  44. Anne Kerloc'h, « Thierry Ardisson: «Je suis un 'homme-marque'» », sur 20 Minutes, .
  45. Philippe Bonnet, « Ardisson et Ponson préparent un petit frère à «Frou-Frou» », sur Libération.fr, .
  46. [vidéo] « Cœur d'Ardishow », sur Ina.fr,
  47. Thierry Ardisson & Philippe Kieffer 2004, p. 357-358.
  48. Anne Boulay, « Graines de star », sur Libération.fr, .
  49. Daniel Psenny, « Laurent Ruquier mort de rire. Patrick Le Lay stoppe «les Niouzes» après une semaine », sur Libération.fr, .
  50. « Europe 1 investit chez Ardisson », sur Libération.fr, .
  51. a et b Baudriller 2016, p. 62.
  52. « Télévision : Free One chaîne créée par Thierry Ardisson a reçu le conventionnement du CSA », sur Le Monde,
  53. Marie-Dominique Arrighi, « Avec la «radiovision», Ardisson tient son nouveau concept. Il a imaginé Free One, chaîne destinée à CanalSatellite », sur Libération.fr,
  54. « Portrait : Maïtena Biraben », sur Toutelatele.com, .
  55. « Laurent Ruquier », sur TV Magazine (consulté le 9 août 2010)
  56. Thierry Ardisson & Philippe Kieffer 2004, p. 331.
  57. Sébastien Marti, « Tribus : tout le monde va en parler », sur Libération.fr, .
  58. Stéphane Lepoittevin, « Thierry Ardisson veut séduire les ménagères », sur Le Parisien, .
  59. « Michel Drucker : « J'aurai le cœur serré » », sur Le Figaro, .
  60. « Les dix plus grands Français de tous les temps », sur Le Nouvel Observateur, .
  61. Alexandre Raveleau, « France 4 et France 5 : une rentrée dans la continuité », sur Toutelatele.com, .
  62. «C'est un miracle que tu fusilles», sur Libération.fr, .
  63. Philippe Garrigos, « Ardisson: France 2, on n'en parle plus », sur Libération.fr, .
  64. a et b Mustapha Kessous, « Thierry Ardisson : « Quand vous êtes créateur en France, vous vous demandez à quoi vous servez », sur Le Monde, .
  65. « Le 5 avril, Jimmy célèbre les 20 ans d'antenne de T. Ardisson », sur JeanMarcMorandini.com,
  66. « Happy Hour cet été pour Ardisson », sur tvmag.com.
  67. « Bern décroche une quotidienne estivale », sur Le Figaro, .
  68. « Ardisson animera Tout le monde en a parlé sur Jimmy », sur Jeanmarcmorandini.com, .
  69. « Happy Hour : le jeu de Thierry Ardisson en access sur Canal+ pour les vacances de Noël », sur Première, .
  70. Jean-Marc Verdrel, « Happy Hour avec Thierry Ardisson de retour le 16 juillet », sur coulisses-tv.fr, .
  71. a b c d e et f Baudriller 2016, p. 60.
  72. « Télévision: une série humoristique proposée par Ardisson, "Peplum", sur M6 », sur L'Express, .
  73. Kevin Boucher, « "Les Terriens du dimanche" : Thierry Ardisson décline "Salut les Terriens !" dès le 10 septembre sur C8 » sur PureMédias, 22 août 2017.
  74. Benjamin Meffre, « Thierry Ardisson quitte C8 », sur Ozap, (consulté le 18 mai 2019).
  75. « Thierry Ardisson annonce qu'il quitte C8 pour ne pas faire du «low cost» », sur Le Figaro, (consulté le 20 mai 2019).
  76. « Thierry Ardisson claque la porte de C8 : "Je ne veux pas faire de la télé low cost" », sur LCI (consulté le 20 mai 2019).
  77. « Thierry Ardisson attaque C8 en justice », sur Libération.fr (consulté le 30 août 2019)
  78. Telestar.fr, « Thierry Ardisson assigne Vincent Bolloré en justice pour rupture brutale de dépendance économique - Télé Star », sur www.telestar.fr, (consulté le 30 août 2019)
  79. Prisma Média, « Thierry Ardisson attaque C8 en justice et fustige Cyril Hanouna - Voici », sur Voici.fr (consulté le 30 août 2019)
  80. « Thierry Ardisson attaque C8 pour "parasitisme" et "rupture brutale de dépendance économique" », sur ozap.com (consulté le 30 août 2019)
  81. « À bas le roi ! Vive le roi ! », sur INA/Antenne2, .
  82. « Thierry Ardisson se lance dans le cinéma », Le Figaro, 19 mai 2008
  83. « Thierry Ardisson produit son premier film, Max », L'Express,‎ (lire en ligne).
  84. « Thierry Ardisson coproduit son premier film », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  85. « Annie Cordy et Audrey Lamy plongent dans les Souvenirs de Jean-Paul Rouve », sur Pure People, .
  86. « Franz-Olivier Giesbert et Thierry Ardisson rejoignent Laurent Ruquier », sur RTL.fr (consulté le 15 septembre 2014).
  87. Baudriller 2016, p. 60 et 62.
  88. Thierry Ardisson s'adresse au duc d'Anjou le dans l'émission VIP - Visages Inattendus de Personnalités (9e minute de la vidéo).
  89. « Talk show : Thierry Ardisson clashe Emmanuel Macron sur RMC Story (VIDEO) », sur programme-tv.net, (consulté le 17 novembre 2018).
  90. Dominique Antoine, Thierry Ier, Place des éditeurs, , p. 87.
  91. [1], sur dhnet.be.
  92. « Thierry Ardisson : Audrey, Béatrice, Manon et Ninon, les femmes de sa vie », sur Terra Femina (consulté le 16 septembre 2014).
  93. « Béatrice Ardisson, la femme de Thierry confie : "Je suis en plein divorce..." », sur purepeople.com, .
  94. Patrice Gascoin (TV Magazine), « Audrey Crespo-Mara : « Ardisson, mon amour » : La journaliste de LCI vit une passion avec l'animateur de Canal+ », sur tvmag.lefigaro.fr, .
  95. Exclu Gala- Thierry Ardisson et Audrey: « Entre nous, c'est un coup de foudre », gala.fr, récupéré le 7 septembre 2015.
  96. Anaïs Clavell, « Thierry Ardisson : son mariage surprise avec Audrey Crespo-Mara », sur Femme Actuelle, .
  97. Rino Gallo, « Thierry Ardisson contrôlé avec sept grammes de cannabis », lefigaro.fr, 11 mai 2018.
  98. « Thierry Ardisson : du plagiat à l’échelle industrielle », L'Hebdo,‎ , p. 90-91.
  99. « Thierry Ardisson : douze ans de mensonges », Entrevue, no 160,‎ , p. 97-101.
  100. Daniel Schneidermann, « Paysage de l'après-Ardisson », sur Libération.fr, .
  101. Un exemple particulièrement frappant et polémique a impliqué l'acteur Jean-Hugues Anglade, qui a révélé lors d'une émission de Tout le monde en parle en 2001 avoir subi un viol durant son enfance (chose qu'il n'avait jamais confiée à personne), en réponse à une question en apparence anodine de Thierry Ardisson sur l'homosexualité, puis a expliqué par la suite, pour répondre à la gêne suscitée par une telle révélation dans un contexte où elle semblait hors de propos (puisque semblant assimiler homosexualité et pédophilie), s'être senti vivement meurtri par une saillie très crue de Laurent Baffie, coupée au montage, et consterné par le traitement qui avait été fait de la séquence lors de sa diffusion
    [2], sur psychologies.com.
  102. Pauline Delassus, « Pas de pitié pour les « animatueurs » », sur Marianne, .
  103. « Thierry Ardisson condamné pour diffamation à la demande du Dr Delajoux », jeanmarcmorandini.com, 23 mai 2013.
  104. Combien gagne le "vénal" Thierry Ardisson ? Il répond !.
  105. « Notice Où va la création audiovisuelle », sur Catalogue BnF (consulté le 5 juillet 2011).
  106. a et b Thierry Ardisson & Philippe Kieffer 2004, p. 273
  107. « Interview biographie de Estelle Desanges, Tout le monde en parle du 20 octobre 2001 », sur ina.fr (consulté le 6 novembre 2010), 30 s.
  108. « Thierry Ardisson, intervieweur de l'année », leparisien.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 20 janvier 2017).

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Jean Birnbaum et Raphaël Chevènement, La Face visible de l'homme en noir, Paris, éditions Stock, , 210 p. (ISBN 2234059372)
    Cet ouvrage concerne uniquement Tout le monde en parle ainsi que le rôle de Thierry Ardisson durant celle-ci.
  • Michel Malaussena, Les Animatueurs, Paris, Jean-Claude Gawsewitch éditeur, (réimpr. 2009 (Pocket)) (ISBN 2350131173), p. 315

Articles de presseModifier

  • Joseph Vebret, « Thierry Ardisson. L'écriture où la vie, entretien avec l'animateur », Le magazine des Livres, no 24,‎
  • Laurence Rémila, « la battle : Thierry a-t-il peur de la méthode Ardisson ? », Technikart, no 96,‎ (lire en ligne)
  • François Dufay, « Ardisson : le chevalier noir de l'« infotainment » », Le Point,‎ (lire en ligne)
  • Marc Baudriller, « Inusable », Challenges, no 490,‎ , p. 60 à 63 (ISSN 0751-4417)  

Liens externesModifier