Armorial des Capétiens

Cette page constitue un armorial des Capétiens : elle donne les armoiries (figures et blasonnements) des nobles issus de la famille des Capétiens.

Le trôneModifier

Armoiries Informations
    Titulaires Rois de France.
Blasonnement D'azur semé de fleurs de lys d'or (avant 1376)[1].
D'azur à trois fleurs de lys d'or (après 1376)[2].
Note La fleur de lys serait un ancien symbole des Francs.
    Titulaires Dauphins du Viennois puis dauphins de France.
Blasonnement Écartelé au 1 et 4 d'azur semé de fleurs de lys d'or et au 2 et 3 d'or à un dauphin d'azur, crêté, barbé, loré, peautré et oreillé de gueules (avant 1376)
Écartelé au 1 et 4 d'azur à trois fleurs de lys d'or et au 2 et 3 d'or à un dauphin d'azur, crêté, barbé, loré, peautré et oreillé de gueules (après 1376)[3].
Note Depuis le , le titre de dauphin est automatiquement accordé à l'héritier du trône, lorsqu'il s'agit d'un descendant direct du roi.

Les enfants des capétiens directsModifier

Figure Nom du prince et blasonnement
Enfants de Philippe Ier
  Louis (1081 † 1137), comte de Vexin, futur Louis VI le gros

D'azur semé de fleurs de lys d'or au lambel d'hermine[4].

Il est plus que probable que ces armes furent réalisée bien après Louis VI, car :

  1. les premiers armoiries apparaissent vers 1130, et Louis VI est roi dès 1108,
  2. l'arrière-petit-fils de Louis VI, Philippe Hurepel, est, semble-t-il, le premier à briser l'écu aux fleurs de lys.
Enfants de Philippe II Auguste
  Louis de France (1187 † 1226), fils ainé Philippe II Auguste, futur roi de France sous le nom de Louis VIII

D'azur semé de fleurs de lys d'or.

  Philippe Hurepel (1200 † 1234), comte de Clermont, de Boulogne et de Dammartin, quatrième fils de Philippe II Auguste

D'azur semé de fleurs de lys d'or au lambel à cinq pendants de gueules[5].

Enfants de Louis VIII le Lion
  Robert Ier (1216 † 1250), comte d'Artois, troisième fils de Louis VIII le Lion et de Blanche de Castille

D'azur semé de fleurs de lys d'or au lambel de gueules, chaque pendant chargé de trois châteaux d'or[1].

Comme pour ses frères (Alphonse de Poitiers et Charles d'Anjou), les châteaux utilisés pour la brisure de ses armes vient des armoiries de sa mère, Blanche de Castille. Ces armes sont ensuite portées par ses descendants en lignées masculine (maison capétienne d'Artois)

  Jean de France (1219 † 1232), comte d'Anjou et du Maine quatrième fils de Louis VIII le Lion et de Blanche de Castille

D'azur semé de fleurs de lys d'or au lambel de gueules

  Alphonse (1220 † 1271), comte de Poitiers et de Toulouse, cinquième fils de Louis VIII le Lion et de Blanche de Castille

Parti d'azur semé de fleurs de lys d'or et de gueules semés de châteaux d'or[1].

Comme pour ses frères (Robert d'Artois et Charles d'Anjou), les châteaux utilisés pour la brisure de ses armes vient des armoiries de sa mère, Blanche de Castille.

    Charles Ier (1226 † 1285), comte d'Anjou, roi de Sicile et comte de Provence, sixième fils de Louis VIII le Lion et de Blanche de Castille

avant 1246 : D'azur semé de fleurs de lys d'or à la bordure de gueules, chargé de onze châteaux d'or[1].

Comme pour ses frères (Robert d'Artois et Alphonse de Poitiers), les châteaux utilisés pour la brisure de ses armes vient des armoiries de sa mère, Blanche de Castille.

après 1246 : D'azur semé de fleurs de lys d'or au lambel de gueules

En recevant l'Anjou et le Maine en apanage, Charles d'Anjou reprend également les armoiries de son frère Jean de France (1219-1232)
Enfants de Saint Louis
  Louis de France (1244 † 1260), fils ainé de Saint Louis

D'azur semé de fleurs de lys d'or.

  Jean Tristan (1250 † 1270), comte de Valois, quatrième fils de Saint Louis

D'azur semé de fleurs de lys d'or à la bordure de gueules[6], portées ensuite par :

    Pierre Ier (1252 † 1283), comte d'Alençon, cinquième fils de Saint Louis

avant 1270 : D'azur semé de fleurs de lys d'or à la bordure de gueules chargée de besants d'argent[5].

après 1270 : D'azur semé de fleurs de lys d'or à la bordure de gueules[1].

  Robert (1256 † 1317), comte de Clermont et sire de Bourbon, dernier fils de Saint Louis

D'azur semé de fleurs de lys d'or à la bande de gueules[1].

Enfants de Philippe III le Hardi
  Philippe de France (1268 † 1314), second fils de Philippe III. Roi de France sous le nom de Philippe IV le Bel.

D'azur semé de fleurs de lys d'or à la bordure de gueules

    Charles de France (1270 † 1325), comte de Valois, d'Alençon, de Chartres et du Perche (en 1285), comte d'Anjou et du Maine (en 1290), duc d'Anjou (en 1297), auteur de la branche, quatrième fils de Philippe III, roi de France

avant 1297 : D'azur semé de fleurs de lys d'or à la bordure-lambel de gueules[5].

après 1297 : D'azur semé de fleurs de lys d'or à la bordure de gueules[2].

  Louis (1276 † 1319), comte d'Evreux, dernier fils de Philippe III

D'azur semé de fleurs de lys d'or à la bande componée d'argent et de gueules[7].

Enfants de Philippe IV le Bel
 

 

rois de France et de Navarre : Louis de France, (1289 † 1316). Fils ainé de Philippe IV le Bel. Roi de Navarre puis roi de France sous le nom de Louis X le Hutin

reine de Navarre : Jeanne II

mi-parti en 1 d'azur semé de fleurs de lys d'or et en 2 de gueules, à l'escarboucle fermée et pommetée d'or, allumées en cœur de sinople[8].

Soit, lu de façon moderne :

mi-parti en 1 d'azur semé de fleurs de lys d'or et en 2 de gueules aux chaînes d'or posées en orle, en croix et en sautoir, chargées en cœur d'une émeraude au naturel[9].

    Philippe (1293 † 1322), second Fils de Philippe IV le Bel. Comte de Poitiers. Roi de France et de Navarre sous le nom de Philippe V le Long[10], roi de France et de Navarre.

Avant 1316 : D'azur semé de fleurs de lys d'or au lambel componé de gueules et d'argent, alias de France au lambel componé de gueules et d'argent[11].

Après 1316 : mi-parti en 1 d'azur semé de fleurs de lys d'or et en 2 de gueules, à l'escarboucle fermée et pommetée d'or, allumées en cœur de sinople[8].

    Charles (1294 † 1328), troisième Fils de Philippe IV le Bel. Comte de la Marche. Roi de France et de Navarre sous le nom de Charles IV le Bel[10], roi de France et de Navarre.

Avant 1322 : D'azur semé de fleurs de lys d'or à la bordure componée de gueules et d'argent[11].

Après 1322 : mi-parti en 1 d'azur semé de fleurs de lys d'or et en 2 de gueules, à l'escarboucle fermée et pommetée d'or, allumées en cœur de sinople[8].

La maison de ValoisModifier

Figure Nom du prince et blasonnement
    Charles de France (1270 † 1325), comte de Valois, d'Alençon, de Chartres et du Perche (en 1285), comte d'Anjou et du Maine (en 1290), duc d'Anjou (en 1297), auteur de la branche, fils de Philippe III, roi de France

avant 1297 : D'azur semé de fleurs de lys d'or à la bordure-lambel de gueules[5].

après 1297 : D'azur semé de fleurs de lys d'or à la bordure de gueules[2].

Enfants de Charles Ier de Valois
    Philippe de Valois (1293 † 1350), Comte d'Alençon (1293), Comte de Chartres et du Maine (1315), Comte de Valois (1326). Fils ainé de Charles de Valois. Roi de France (1328) sous le nom de Philippe VI

avant 1326 : D'azur semé de fleurs de lys d'or à la bordure engrêlée de gueules[5].

après 1326 : D'azur semé de fleurs de lys d'or à la bordure de gueules[2].

  Charles II (1297 † 1346), comte d'Alençon, second fils de Charles de Valois

D'azur semé de fleurs de lys d'or à la bordure de gueules chargée de besants d'argent[12]

Enfants de Philippe VI de Valois
  Jean (1319 † 1364), duc de Normandie et de Guyenne, fils ainé de Philippe VI de Valois. Roi de France sous le nom de Jean II le Bon

D'azur semé de fleurs de lys d'or à la bordure d'argent alias de gueules.

  Philippe (1336 † 1375), duc d'Orléans, quatrième fils de Philippe VI de Valois

D'azur semé de fleurs de lys d'or au lambel componé de gueules et d'argent, alias de France au lambel componé de gueules et d'argent[13],[14].

Enfants de Jean II le Bon
  Charles de France (1338 † 1380), duc de Normandie de 1355 à 1364, fils ainé de Jean II le Bon, roi de France.

écartelé au 1 et 4 d'azur semé de fleurs de lys d'or à la bordure de gueules (qui est de Valois) et au 2 et 3 d'or à un dauphin d'azur, crêté, barbé, loré, peautré et oreillé de gueules (qui est de Viennois)[12].

  Louis Ier (1339 † 1384), duc d'Anjou, second fils de Jean II le Bon, roi de France. Il reprend les armes de son père Jean II avant 1350.

D'azur semé de fleurs de lys d'or à la bordure de gueules[12],[15].

  Jean (1340 † 1416), duc de Berry, troisième fils de Jean II le Bon, roi de France.

D'azur semé de fleurs de lys d'or, à la bordure engrelée de gueules[12].

    Philippe II le Hardi (1342 † 1404), comte de Touraine puis duc de Bourgogne, quatrième fils de Jean II le Bon, roi de France.

D'azur semé de fleurs de lys d'or, à la bordure componée de gueules et d'argent[12].

Écartelé des précédentes et de Bourgogne[12].

Enfants de Charles V le Sage
  Louis (1372 † 1407), duc d'Orléans, second fils de Charles V.

D'azur à trois fleurs de lys d'or au lambel d'argent[10]

Enfants de Charles VI le Fol
  Jean (1398 † 1417), duc Touraine, puis Dauphin de Viennois. Quatrième fils de Charles VI.

D'azur à trois fleurs de lys d'or à la bordure engrelée et componée de gueules et d'Argent[10]

Enfants de Charles VII de France
  Jeanne (1435 † 1482), duchesse de Bourbon, d'Auvergne et comtesse de Forez par son mariage avec Jean II de Bourbon, quatrième fille de Charles VII

Mi-parti d'azur à trois fleurs de lys d'or à la bande de gueules et d'azur à trois fleurs de lys d'or


 

   

Charles de France (1446 † 1472), duc de Berry, puis duc de Normandie, puis duc de Guyenne, dernier fils de Charles VII, roi de France

En 1461 : D'azur, à trois fleurs de lys d'or, à la bordure engrelée de gueules (Berry).[3].

En 1465 : Écartelé : 1 et 4, d'azur, à trois fleurs de lys d'or, à la bordure engrelée de gueules (Berry); 2 et 3, de gueules, à deux léopards d'or (Normandie).[3].

après 1469 : Écartelé : 1 et 4, d'azur, à trois fleurs de lys d'or, à la bordure engrelée de gueules (Berry); 2 et 3, de gueules, au léopard d'or (Guyenne)[12].

Enfants de Louis XI de France
  Anne (1461 † 1522), dame de Beaujeu puis duchesse de Bourbon, d'Auvergne et comtesse de Forez par son mariage avec Pierre II de Bourbon; régente de France, fille de Louis XI, roi de France

Mi-parti d'azur à trois fleurs de lys d'or à la bande de gueules et d'azur à trois fleurs de lys d'or.

  Sainte Jeanne de France (1464 † 1505), fille de Louis XI, roi de France, mariée en 1476 à Louis XII (1462 † 1515)

Mi-parti de France et de France.

Branche de Valois-OrléansModifier

Figure Nom du prince et blasonnement
  Louis (1372 † 1407), duc d'Orléans, frère de Charles VI

D'azur à trois fleurs de lys d'or au lambel d'argent[10],

Enfants de Louis d'Orléans
    Charles (1394 † 1465), duc d'Orléans, fils ainé de Louis d'Orléans

D'azur à trois fleurs de lys d'or au lambel d'argent[10], portées ensuite par :

Porte également :

Écartelé aux I et IV d'azur à trois fleurs de lys d'or au lambel d'argent, aux II et III d'argent à la guivre d'azur couronnée d'or issante de carnation[réf. nécessaire].

Portées ensuite par :

  • Louis II (1462 † 1515), duc d'Orléans, avant de devenir roi de France (Louis XII) en 1498, fils de Charles d'Orléans
  Philippe d'Orléans (1396 † 1420), comte de Vertus, second fils de Louis d'Orléans

D'azur à trois fleurs de lys d'or au lambel d'argent à trois pendants, le pendant central chargé d'une lune de gueules[3].

  Jean d'Orléans (1400 † 1467), comte d'Angoulême, troisième fils de Louis d'Orléans.

D'azur à trois fleurs de lys d'or au lambel d'argent à trois pendants, chaque pendant chargé d'une lune de gueules[12],

  Jean d'Orléans (1403 † 1468), comte de Dunois, fils illégitime de Louis d'Orléans

D'azur à trois fleurs de lys d'or brisé en chef d'un lambel d'argent et d'une barre d'argent brochant sur le tout[16],

Enfants de Louis II d'Orléans
 

   

Claude de France (1499 † 1524), fille de Louis XII de France et Anne de Bretagne duchesse de Bretagne, puis, en 1514, reine de France

avant 1514 : Écartelé d'azur à trois fleurs de lys d'or et d'hermine[17].

de 1514 à 1515 : Parti d'azur à trois fleurs de lys d'or au lambel d'argent et écartelé d'azur à trois fleurs de lys d'or et d'hermine[réf. nécessaire].

après 1515 : Parti d'azur à trois fleurs de lys d'or et écartelé d'azur à trois fleurs de lys d'or et d'hermine[17].

Branche de Valois-AngoulêmeModifier

Figure Nom du prince et blasonnement
  Jean d'Orléans (1400 † 1467), comte d'Angoulême, troisième fils de Louis d'Orléans. Auteur de la branche de Valois-Angoulême

D'azur à trois fleurs de lys d'or au lambel d'argent à trois pendants, chaque pendant chargé d'une lune de gueules[12],

Enfants de Jean d'Angoulême
    Charles (1459 † 1496), comte d'Angoulême, fils de Jean d'Orléans, comte d'Angoulême.

D'azur à trois fleurs de lys d'or au lambel d'argent à trois pendants, chaque pendant chargé d'une lune de gueules[12],

Porte également :

Écartelé aux I et IV d'azur à trois fleurs de lys d'or au lambel d'argent chargé de trois croissants de gueules, aux II et III d'argent à la guivre d'azur couronnée d'or issante de carnation[3].

Enfants de François Ier de France
  François (1518 † 1536), dauphin, duc de Bretagne, fils ainé de François Ier

Écartelé aux 1 et 4, contre-écartelé aux 1 et 4 d'azur à trois fleurs de lys d'or et aux 2 et 3 d'or au dauphin d'azur, crêté, barbé, loré, peautré et oreillé de gueules ; aux 2 et 3, contre-écartelé aux 1 et 4 d'azur à trois fleurs de lys d'or et aux 2 et 3 d'hermine[12], porté ensuite par :

    Henri (1519 † 1559), Duc d'Orléans puis Dauphin du Viennois et duc de Bretagne. Second fils de François Ier de France. Roi de France sous le nom d'Henri II.

Avant 1536 : Écartelé aux I et IV d'azur à trois fleurs de lys d'or au lambel d'argent, aux II et III d'argent à la guivre d'azur couronnée d'or issante de carnation[réf. nécessaire].

Après 1536: Écartelé aux 1 et 4, contre-écartelé aux 1 et 4 d'azur à trois fleurs de lys d'or et aux 2 et 3 d'or au dauphin d'azur, crêté, barbé, loré, peautré et oreillé de gueules ; aux 2 et 3, contre-écartelé aux 1 et 4 d'azur à trois fleurs de lys d'or et aux 2 et 3 d'hermine[12]

    Charles II d'Orléans (1522 † 1545), comte d'Angoulême puis duc d'Orléans, fils de François Ier de France.

Avant 1536 : Écartelé aux I et IV d'azur à trois fleurs de lys d'or au lambel d'argent chargé de trois croissants de gueules, aux II et III d'argent à la guivre d'azur couronnée d'or issante de carnation[3].

Après 1536 : Écartelé aux I et IV d'azur à trois fleurs de lys d'or au lambel d'argent, aux II et III d'argent à la guivre d'azur couronnée d'or hissante de carnation[réf. nécessaire].

Enfants d'Henri II de France
  François (1544 † 1560), dauphin, roi d'Écosse, avant de devenir roi de France (François II), fils d'Henri II

Écartelé aux 1 et 4, contre-écartelé aux 1 et 4 d'azur à trois fleurs de lys d'or et aux 2 et 3 d'or au dauphin d'azur, crêté, barbé, loré, peautré et oreillé de gueules ; aux 2 et 3, d'or au lion de gueules enclos dans un double trescheur fleur-de-lysé et contre-fleur-de-lysé du même[3].

  Élisabeth de France (1545 † 1568), reine d’Espagne, fille de Henri II, mariée en 1559 à Philippe II d'Espagne (1527 † 1598)

Parti en I, écartelé en 1 et 4, de gueules au château d'or ouvert et ajouré d'azur, et en 2 et 3 d'argent au lion de gueules armé, lampassé et couronné d'or, enté en pointe du sur-le-tout d'argent à une pomme grenade de gueules, tigée et feuilleté de sinople et en II, d'azur aux trois fleurs de lys d'or.[réf. nécessaire]

    Alexandre-Édouard (1551 † 1589), comte d'Angoulême, puis duc d'Orléans, Duc d'Anjou et de Bourbonnais et Comte de Forez et Pair de France, élu roi de Pologne et grand duc de Lituanie en 1573 sous le nom d'Henryk Walezy, avant de devenir en 1575 roi de France (Henri III), fils de Henri II, roi de France

avant 1573 : d'azur à trois fleurs de lys d'or chargé d'un lambel à trois pendants de gueules[3].

de 1573 à 1575 : Écartelé au I et IV de gueules, à l'aigle d'argent, becquée, lampassée, membrée, liée et couronnée d'or, au II et III de gueules à un chevalier d’argent, portant un écu d’azur à une croix patriarchale d’or, sur le tout d'azur à trois fleurs de lys d'or[18].

après 1575 : d'azur aux trois fleurs de lys d'or[19].

  Diane de France (1538 † 1619), fille illégitime d'Henri II roi de France et de Filippa Duci

d'azur à trois fleurs de lys d'or briées d'un bâton d'or en barre[3].

Branche illégitime d'Orléans-LonguevilleModifier

Figure Nom du prince et blasonnement
  Jean d'Orléans (1403 † 1468), comte de Dunois, fils illégitime de Louis d'Orléans

D'azur à trois fleurs de lys d'or brisé en chef d'un lambel d'argent et d'une barre d'argent brochant sur le tout[16],

  François Ier d'Orléans-Longueville (1447 † 1491), comte de Dunois, de Tancarville et de Longueville. Fils du précédent.

D'azur à trois fleurs de lys d'or brisé en chef d'un lambel d'argent et d'une bande d'argent brochant sur le tout[16],

Portées ensuite par ses successeurs, ducs de Longueville jusqu'au milieu du XVIe siècle.

  Ducs de Longueville, à partir des années 1550.

D'azur à trois fleurs de lys d'or brisé en chef d'un lambel d'argent et d'un bâton d'argent, péri en bande[16],

  François III d'Orléans-Longueville (1570 † 1631), comte de Saint-Pol, puis duc de Fronsac.

Ecartelé : I et IV, d'azur au trois fleurs de lys d'or brisé d'un lambel à trois pendants d'argent et en cœur d'un bâton de même, péri en bande (d'Orléans-Longueville moderne) ; II et III, d'azur à trois fleurs de lys d'or au bâton de gueules péri en bande(de Bourbon moderne).[16],

Branche de Valois-AnjouModifier

Figure Nom du prince et blasonnement
    Louis Ier (1339 † 1384), duc d'Anjou et comte de Provence

avant 1382 : D'azur semé de lys d'or, à la bordure de gueules[12].

après 1382 : parti d'argent à la croix potencée d'or, cantonnée de quatre croisettes du même et mi-parti d'azur semé de lys d'or et au lambel de gueules et d'azur semé de lys d'or et à la bourdure de gueules[3], portées ensuite par :

  • Louis II (1377 † 1417), duc d'Anjou et comte de Provence, fils de Louis Ier
  • Louis III (1403 † 1434), duc d'Anjou et comte de Provence, fils ainé de Louis II
Enfants de Louis II d'Anjou
  Marie d'Anjou (1404 † 1463), fille ainée de Louis II d'Anjou, mariée en 1422 à Charles VII (1403 † 1461)

Mi-parti, en 1 de France moderne, qui est d'azur aux trois fleurs de lys d'or et en 2 contre parti d'argent à la croix potencée d'or, cantonnée de quatre croisettes du même et mi-parti d'azur semé de lys d'or et au lambel de gueules et d'azur semé de lys d'or et à la bourdure de gueules[17].

   

   

 

René Ier (1409 † 1480), duc de Lorraine, de Bar et d'Anjou, roi de Naples et comte de Provence, deuxième fils de Louis II

en 1420 : écartelé en 1 et 4 d'azur semé de fleurs de lys d'or et à la bordure de gueules, en 2 et 3 d'azur semé de croisettes d'or et aux deux bar d'or. Sur le tout d'or à la bande de gueules chargé de trois alérions d'argent[3].

en 1435 : coupé et tiercé en pal, en 1 fascé de gueules et d'argent, en 2 d'azur semé de lys d'or et au lambel de gueules, en 3 d'argent à la croix potencée d'or, cantonnée de quatre croisettes du même, en 4 d'azur semé de lys d'or et à la bourdure de gueules, en 5 d'azur semé de croisettes d'or et aux deux bar d'or et en 6 d'or à la bande de gueules chargé de trois alérions d'argent[3].

 

en 1443 : coupé et tiercé en pal, en 1 fascé de gueules et d'argent, en 2 d'azur semé de lys d'or et au lambel de gueules, en 3 d'argent à la croix potencée d'or, cantonnée de quatre croisettes du même, en 4 d'azur semé de lys d'or et à la bourdure de gueules, en 5 d'azur semé de croisettes d'or et aux deux bar d'or et en 6 d'or à la bande de gueules chargé de trois alérions d'argent. Sur le tout d'or aux quatre pals de gueules[3], portées ensuite par :

  • Jean II (1425 † 1470), duc de Lorraine et de Calabre, fils de René Ier
  • Nicolas (1448 † 1473), duc de Lorraine, fils de Jean II

en 1453 : coupé le chef tiercé en pal, en 1 fascé de gueules et d'argent, en 2 d'azur semé de lys d'or et au lambel de gueules, en 3 d'argent à la croix potencée d'or, cantonnée de quatre croisettes du même et la pointe parti d'azur semé de lys d'or et à la bourdure de gueules, et d'azur semé de croisettes d'or et aux deux bar d'or. Sur le tout d'or aux quatre pals de gueules[3].

en 1470 : écartelé en sautoir, en 1 d'azur semé de lys d'or et au lambel de gueules, en 2, fascé de gueules et d'argent, en 3 d'argent à la croix potencée d'or, cantonnée de quatre croisettes du même, en 4 d'azur semé de croisettes d'or et aux deux bar d'or. Sur le tout d'azur à trois fleurs de lys d'or et à la bourdure de gueules[3].

  Charles IV (1414 † 1472), comte du Maine, troisième fils de Louis II d'Anjou

D'azur semé de lys d'or et à la bourdure de gueules, chargée au franc-quartier d'un lion d'argent[3].

Enfants de Charles IV du Maine
  Charles V d'Anjou (1436 † 1481), duc d'Anjou, comte du Maine et de Provence, fils légitime de Charles IV

écartelé en I et IV tiercé en pal en 1 fascé de gueules et d'argent, en 2 d'azur semé de lys d'or et au lambel de gueules, en 3 d'argent à la croix potencée d'or et en II et III d'azur semé de lys d'or et à la bordure de gueules ; sur le tout d'or aux quatre pals de gueules[3].

  Louis d'Anjou († 1489), baron de Mézières, fils illégitime de Charles IV du Maine

D'azur semé de lys d'or, à la barre d'argent et à la bourdure de gueules, chargée au franc-quartier d'un lion d'argent.

La maison de Bourgogne-ValoisModifier

Figure Nom du prince et blasonnement
    Philippe II le Hardi (1342 † 1404), comte de Touraine, puis duc de Bourgogne (en 1364), fils de Jean II, roi de France

avant 1364 : D'azur semé de fleurs de lys d'or à la bordure componée d'argent et de gueules[12].

après 1364 : Écartelé en 1 et 4 d'azur semé de fleurs de lys d'or à la bordure componée d'argent et de gueules et en 2 et 3 bandé d'or et d'azur de six pièces, à la bordure de gueules[3]

Enfants de Philippe le Hardi
  Jean sans Peur (1371 † 1419), duc de Bourgogne, comte de Nevers, de Flandre…,

écartelé en 1 et 4 d'azur semé de fleurs de lys d'or à la bordure componée d'argent et de gueules et en 2 et 3 bandé d'or et d'azur de six pièces, à la bordure de gueules, sur le tout d'or au lion de sable armé et lampassé de gueules[20].

  Marguerite de Bourgogne (1374 † 1441), seconde épouse de Guillaume IV de Bavière, mariage à Cambrai le , il était comte de Hainaut, de Hollande et de Zélande

écartelé, en 1, fuselé en bande d'azur et d'argent (de Wittelsbach), en 2, semé de fleurs de lys d'or à la bordure componée d'argent et de gueules, en 3 contre-écartelé en 1 et 4 d'or, au lion de sable, armé et lampassé de gueules et en 2 et 3 d'or, au lion de gueules, armé et lampassé d'azur, en 4 bandé d'or et d'azur de six pièces.[20].

  Antoine (1384 † 1415), duc de Brabant

écartelé en 1 et 4 d'azur à trois fleurs de lys d'or et à la bordure componée d'argent et de gueules, en 2 de sable au lion d'or, armé et lampassé de gueules et au 3 d'argent au lion de gueules armé et lampassé d'or[20].

  Philippe (1389 † 1415), comte de Nevers et de Rethel

écartelé en 1 et 4 d'azur semé de lys d'or et à la bordure componée d'argent et de gueules, en 2 et 3 d'or au lion de sable armé, couronné et lampassé de gueules[21], portées ensuite par :

Enfants de Jean Sans Peur
    Philippe III le Bon (1396 † 1467), duc de Bourgogne, de Lothier, de Brabant, comte de Flandre, de Hainaut et de Hollande…

De 1419 à 1430 : comme son père

À partir de 1430 : écartelé en 1 et 4 d'azur semé de fleurs de lys d'or à la bordure componée d'argent et de gueules et en 2 parti de bandé d'or et d'azur de six pièces, à la bordure de gueules et de sable au lion d'or, armé et lampassé de gueules et en 3 parti de bandé d'or et d'azur de six pièces, à la bordure de gueules et d'argent au lion de gueules armé et lampassé d'or. Sur le tout d'or au lion de sable armé et lampassé de gueules[20].

  Marie de Bourgogne (1393 † 1463), duchesse de Clèves et comtesse de La Marck, épouse d'Adolphe IV de La Marck

écartelé, en 1, coupé de gueules, à l'écusson d'argent, aux rais d'escarboucle d'or, brochantes sur le tout, en 2, coupé d'azur semé de fleurs de lys d'or à la bordure componée d'argent et de gueules, en 3 d'or, à la fasce échiquetée d'argent et de gueules de trois tires, en 4 d'azur de six pièces, à la bordure de gueules et à un demi Flandre brochant sur le tout mouvant du parti[22].

  Agnès de Bourgogne (1407 † 1476), duchesse de Bourbon et d'Auvergne, comtesse de Forez, par son mariage avec Charles Ier de Bourbon.

Parti, au 1, d'azur à trois fleurs de lis d'or et à la bande de gueules (Bourbon) et au 2, coupé en 1 d'azur semé de fleurs de lys d'or à la bordure componée d'argent et de gueules, et en 2, bandé de six pièces d'or et d'azur, à la bordure de gueules, à un demi Flandre brochant sur le tout mouvant du parti[23].

Enfants de Philippe le Bon
    Charles (1433 † 1477), comte de Charolais

Pleines armes de Bourgogne (celles de son père), brisées d'un lambel d'argent.[24],[25]

À la mort de son père en 1467, devenant duc de Bourgogne, il supprime le lambel[26]

Enfants de Charles le Téméraire
  Marie de Bourgogne (1457 † 1482), duchess de Bourgogne et de Brabant, comtess de Flandre, de Hainaut et de Hollande…, Fille unique du duc de Bourgogne Charles le Téméraire

deux grandes parties: le premier (gauche) pour Maximilien Ier de Habsbourg coupé du parti d'Autriche ancien et d'Autriche moderne, et du tiercé en pal de Styrie, de Carinthie et de Carniole, sur le tout de Tyrol.

le deuxième (droit) écartelé en 1 et 4 d'azur semé de fleurs de lys d'or à la bordure componée d'argent et de gueules et en 2 parti de bandé d'or et d'azur de six pièces, à la bordure de gueules et de sable au lion d'or, armé et lampassé de gueules et en 3 parti de bandé d'or et d'azur de six pièces, à la bordure de gueules et d'argent au lion de gueules armé et lampassé d'or. Sur le tout d'or au lion de sable armé et lampassé de gueules[20].

Branche de Bourgogne-Saint-PolModifier

Figure Nom du prince et blasonnement
  Antoine (1384 † 1415), duc de Lothier, de Brabant et de Limbourg

écartelé en 1 et 4 d'azur à trois fleurs de lys d'or et à la bordure componée d'argent et de gueules, en 2 de sable au lion d'or, armé et lampassé de gueules et au 3 d'argent au lion de gueules armé et lampassé d'or[20]

  • Jean IV (1403 † 1427) duc de Brabant, son fils aîné
  • Philippe (1404 † 1430) duc de Brabant, son fils cadet
  Philippe (1404 † 1430), comte de Ligny et de Saint-Pôl, avant de devenir duc de Brabant, fils cadet d'Antoine

écartelé en 1 et 4 d'azur à trois fleurs de lys d'or et à la bordure engrelée componée d'argent et de gueules, en 2 de sable au lion d'or, armé et lampassé de gueules et au 3 d'argent au lion de gueules armé et lampassé d'or[3].

Branche de Bourgogne-NeversModifier

Figure Nom du prince et blasonnement
  Philippe (1389 † 1415), comte de Nevers et de Rethel, fils de Philippe II le Hardi

écartelé en 1 et 4 d'azur semé de lys d'or et à la bordure componée d'argent et de gueules, en 2 et 3 d'or au lion de sable armé, couronné et lampassé de gueules[21], portées ensuite par :

  • Charles (1414 † 1464), comte de Nevers et de Rethel, son fils aîné.
    Jean (1415 † 1491), comte d'Étampes, de Nevers, de Rethel et d'Eu, fils cadet de Philippe, comte de Nevers et de Rethel

écartelé en 1 et 4 d'azur semé de lys d'or et à la bordure componée d'argent et de gueules, en 2 et 3 d'azur semé de lys d'or au lambel de gueules chargés de trois châteaux d'or.[27]

Le même, comte de Nevers et de Rethel : écartelé en 1 d'azur à trois fleurs de lys d'or et à la bordure componée d'argent et de gueules, en 2 de gueules à trois rateaux d'or, en 3 d'azur semé de lys d'or au lambel de gueules chargés de trois châteaux d'or et en 4 de sable au lion d'or, armé et lampassé de gueules[21],[28].

Descendance illégitime de Philippe III le BonModifier

Figure Nom du prince et blasonnement
  Philippe de Bourgogne[29] (1464), dit Philippe de Bourgogne-Blaton, fils de Philippe III de Bourgogne, amiral des Pays-Bas (nl) (1498-1517), gouverneur de Gueldres et Courtrai, évêque d'Utrecht (1517-1524), chevalier de la Toison d'or

D'or aux armes de Bourgogne (celles de Philippe III le Bon) ployées en chevron brochant.[30]

    Antoine bâtard de Bourgogne[31], dit le Grand Bâtard de Bourgogne (14211504), frère du précédent, comte de La Roche (Ardenne), de Grandpré, de Sainte-Menehould et de Guînes, seigneur de Crèvecœur, Beveren et Tournehem, chevalier de la Toison d'or,

De Bourgogne (armes de Philippe III le Bon), brisé d'une cotice en barre d'argent.[30], alias de gueules

  Philippe de Bourgogne ( † - Bruges), fils du précédent, seigneur de Beveren, comte de La Roche (Ardenne), seigneur de la Veere (de), amiral des Pays-Bas (nl), gouverneur d'Artois[32], chevalier de la Toison d'or,

Écartelé : aux 1 et 4, de Bourgogne (armes de Philippe III le Bon), au 2 et 3, fascé d'or et d'azur de huit pièces, à trois annelets de gueules brochant sur les deux premières fasces (de « La Viefville »).[30]

  Adolphe de Bourgogne[33] (1489 - Beveren), fils du précédent, seigneur de Beveren, comte de La Roche, de Veere et de Flessingue (de), amiral des Pays-Bas (nl), chevalier de la Toison d'or,

Écartelé : aux 1 et 4, de Bourgogne (armes de Philippe III le Bon), au 2 et 3, d'azur à trois fleurs de lys d'or à la bande de gueules chargée en chef d'un compon aussi d'or au dauphin du champ (de Bourbon-Montpensier) ; sur-le-tout de sable à la fasce d'argent (de Borselleen).[30], portées ensuite par :

Branche de Valois-AlençonModifier

Figure Nom du prince et blasonnement
  Charles II (1297 † 1346), comte d'Alençon, fils de Charles de Valois

D'azur semé de fleurs de lys d'or à la bordure de gueules chargée de besants d'argent[12], portées ensuite par :

  • Charles III (1337 † 1375), comte d'Alençon, fils de Charles II d'Alençon
  Pierre II (1340 † 1404), comte d'Alençon, fils de Charles II

D'azur à trois fleurs de lys d'or à la bordure de gueules chargée de besants d'argent[3], portées ensuite par ses descendants, les comtes d'Alençon

  Robert (1344 † 1377), comte de Perche, fils de Charles II

Mi-parti : au I d'azur, semé de fleurs de lys d'or, à la bordure de gueules, chargée de besants d'argent, à un château d'or, à la place du besant au franc-quartier ; au II de gueules, à deux léopards d'or[3].

  Charles IV (1489 † 1525), duc d'Alençon, comte d'Armagnac et de Rodez

Écartelé, en 1 et 4 d'azur à trois fleurs de lys d'or à la bordure de gueules chargée de besants d'argent, et en 2 et 3 contre-écartelé, aux 1 et 4 d'argent au lion de gueules, aux 2 et 3 de gueules au lion léopardé d'or[3].

La maison d'Évreux-NavarreModifier

Figure Nom du prince et blasonnement
  Louis (1276 † 1319), comte d'Evreux, fils de Philippe III

D'azur semé de fleurs de lys d'or à la bande componée d'argent et de gueules[7].

  Philippe III (1306 † 1343), comte d'Evreux et roi de Navarre, fils de Louis d'Evreux

Écartelé en 1 et 4 d'azur semé de fleurs de lys d'or à la bande componée d'argent et de gueules, en 2 et 3 de gueules aux chaînes d'or posées en orle, en croix et en sautoir, chargées en cœur d'une émeraude au naturel[9],[5].

  Charles II (1332 † 1387), comte d'Evreux et roi de Navarre, fils de Philippe III d'Evreux

Écartelé en 1 et 4 de gueules aux chaînes d'or posées en orle, en croix et en sautoir, chargées en cœur d'une émeraude au naturel (Navarre), en 2 et 3 d'azur semé de fleurs de lys d'or à la bande componée d'argent et de gueules (Évreux)[9],[5], également porté par :

  • son fils Charles III (1361 † 1425), comte d'Evreux et roi de Navarre
  Blanche de Navarre (1331 † 1398), fille de Philippe III d'Evreux, mariée en 1350 à Philippe VI de Valois (1293 † 1350)

parti, en 1 de France, qui est d'azur aux trois fleurs de lys d'or et en 2 coupé de Navarre, qui est de gueules aux chaînes d'or posées en orle, en croix et en sautoir, chargées en cœur d'une émeraude au nature et d'Évreux qui est d'azur semé de fleurs de lys d'or à la bande componée d'argent et de gueules[17]

  Charles de Navarre (1361 † 1425), avant de devenir roi de Navarre (Charles III) en 1387, fils de Charles II, roi de Navarre.

écartelé en 1 et 4 de gueules aux chaînes d'or posées en orle, en croix et en sautoir, chargées en cœur d'une émeraude au naturel, en 2 et 3 d'azur semé de fleurs de lys d'or à la bande componée d'argent et de gueules, au lambel d'argent[réf. nécessaire].

    Pierre de Navarre (1366 † 1412), comte de Mortain, fils de Charles II, roi de Navarre.

écartelé en 1 et 4 de gueules aux chaînes d'or posées en orle, en croix et en sautoir, chargées en cœur d'une émeraude au naturel (Navarre), en 2 et 3 d'azur semé de fleurs de lys d'or à la bande componée d'argent et de gueules, à la bordure engrélée d'argent[réf. nécessaire].

écartelé en 1 et 4 de gueules aux chaînes d'or posées en orle, en croix et en sautoir, chargées en cœur d'une émeraude au naturel, en 2 et 3 d'azur semé de fleurs de lys d'or à la bande componée d'argent et de gueules, à la bordure d'argent[5].

  Charles d'Évreux (1305 † 1336), comte d'Étampes, fils de Louis d'Evreux

D'azur semé de fleurs de lys d'or à la bande componée d'argent à la moucheture d'hermine et de gueules[5].

  Louis d'Évreux (1336 † 1400), comte d'Étampes, fils de Charles d'Évreux, comte d'Étampes.

D'azur semé de fleurs de lys d'or à la bande componée d'argent à la moucheture d'hermine et de gueules au château d'or[5].

La maison de BourbonModifier

Branche aînée des ducs de BourbonModifier

Figure Nom du prince et blasonnement
  Robert (1256 † 1317), comte de Clermont et sire de Bourbon, fils de Saint Louis, auteur de la maison de Bourbon

D'azur semé de fleurs de lys d'or à la bande de gueules[34], portés ensuite par les ducs de Bourbon, jusque vers 1420 :

Enfants de Robert de Clermont
  Louis Ier (1280 † 1342), comte de Clermont

Du vivant de son père : d'azur semé de fleurs de lys d'or à la bande de gueules, brisées sur la bande d'une étoile d'argent.

  Jean (après 1285 † 1316), seigneur de Charolais

D'azur semé de fleurs de lys d'or à la bande de gueules chargée de trois lionceaux d'argent[réf. nécessaire] (on trouve également des lions léopardés[35]).

Enfants de Louis Ier de Bourbon
    Jacques Ier (1319 † 1362), comte de la Marche.

D'azur semé de fleurs de lys d'or à la bande de gueules chargée de trois lionceaux d'argent[réf. nécessaire] (on trouve également des lions léopardés[35]).

Enfants de Pierre Ier de Bourbon
    Jeanne de Bourbon (1338 † 1378), mariée en 1349 à Charles V le Sage (1337 † 1380)

parti, de France, qui est d'azur semé de fleurs de lys d'or et de Bourbon qui est d'azur semé de fleurs de lys d'or à la bande de gueules, puis, avec la simplification héraldique, parti, de France, qui est d'azur aux trois fleurs de lys d'or et de Bourbon qui est d'azur aux trois fleurs de lys d'or à la bande de gueules.

Enfants de Louis II de Bourbon
  Jean Ier (1381 † 1434), duc de Bourbon

D'azur à trois fleurs de lys d'or à la bande de gueules[34], portés ensuite par les ducs de Bourbon, jusqu'en 1527

  Louis (1398 † 1404), seigneur de Beaujolais

D'azur à trois fleurs de lys d'or à la bande de gueules chargée de trois dauphins d'or[35].

Enfants de Jean Ier de Bourbon
    Louis Ier († 1486), comte de Montpensier, dauphin d'Auvergne

avant 1428 : D'azur à trois fleurs de lys d'or à la bande engrelée de gueules[35].

après 1428 : D'azur à trois fleurs de lys d'or à la bande de gueules chargée au franc quartier d'or au dauphin d'azur[35].

Enfants de Charles Ier de Bourbon
  Pierre (1438 † 1503), comte de Beaujeu, fils de Charles Ier de Bourbon

D'azur à trois fleurs de lys d'or à la bande de gueules chargée au franc quartier d'or au lion de sable eu au lambel de gueules[35].

  Jacques (1445 † 1468), fils de Charles Ier, duc de Bourbon et d'Auvergne, et d'Agnès de Bourgogne (1407-1476)

Écartelé de Bourbon et de Bourgogne.[30]

Première maison de Bourbon-MontpensierModifier

Figure Nom du prince et blasonnement
    Louis Ier († 1486), comte de Montpensier, dauphin d'Auvergne, fils de Jean Ier de Bourbon

avant 1428 : D'azur à trois fleurs de lys d'or à la bande engrelée de gueules[35].

après 1428 : D'azur à trois fleurs de lys d'or à la bande de gueules chargée au franc quartier d'or au dauphin d'azur[35].

  Gilbert (1443 † 1496), comte de Montpensier, dauphin d'Auvergne, fils de Louis Ier

écartelé en 1 et 4 d'azur à trois fleurs de lys d'or et à la bande de gueules et en 2 et 3 d'or au dauphin d'azur[35].

  Charles III de Bourbon (1490 † 1527), comte de Montpensier puis aussi duc de Bourbon, fils de Gilbert

À partir de 1503: D'azur à trois fleurs de lys d'or à la bande de gueules[34]

Maison de Bourbon-La MarcheModifier

Figure Nom du prince et blasonnement
    Jacques Ier (1319 † 1362), comte de la Marche, fils de Louis Ier de Bourbon

D'azur semé de fleurs de lys d'or à la bande de gueules chargée de trois lionceaux d'argent[réf. nécessaire] (on trouve également des lions léopardés[35]), portées ensuite par :

  • Pierre (1342 † 1361) comte de la Marche, son fils aîné
  • Jean Ier (1344 † 1393) comte de la Marche, son fils cadet
Enfants de Jacques Ier de la Marche
  Jacques (1346 † 1417), seigneur de Préaux

Écartelé en 1 et 4 d'azur semé de fleurs de lys d'or à la bande de gueules chargée de trois lionceaux d'argent, en 2 et 3 de gueules à l'aigle d'or[réf. nécessaire].

Enfants de Jean Ier de la Marche
  Jacques II (1370 † 1438), comte de la Marche et roi consort de Naples

Écartelé en 1 et 4 tiercé en pal en 1 fascé de gueules et d'argent de huit pièces, en 2 d'azur semé de fleurs de lys d'or et au lambel de gueules et en 3 d'argent à la croix potencée d'or, et en 2 et 3 d'azur à trois fleurs de lys d'or à la bande de gueules[35].

  Louis Ier (1376 † 1446), comte de Vendôme

écartelé en 1 et 4 d'azur semé de lys d'or, en 2 et 3 d'argent au chef de gueules, au lion d'azur, armé, lampassé et couronné d'or, brochant sur le tout et à la bande de gueules chargée de trois lions d'argent brochant sur le tout[35].

Maison de Bourbon-PréaulxModifier
Figure Nom du prince et blasonnement
  Jacques (1346 † 1417), seigneur de Préaux, fils de Jacques Ier de la Marche

Écartelé en 1 et 4 d'azur semé de fleurs de lys d'or à la bande de gueules chargée de trois lionceaux d'argent, en 2 et 3 de gueules à l'aigle d'or[réf. nécessaire].

  Pierre de Carency (1390 † 1422), seigneur de Préaux, fils de Jacques de Bourbon-Preaux

D'azur semé de fleurs de lys d'or à la bande de gueules à la bordure de gueules[réf. nécessaire].

Branche illégitime de Bourbon-LavedanModifier
Figure Nom du prince et blasonnement
  Charles de Bourbon-Lavedan (1450 † 1502), bâtard de Bourbon, chevalier, baron de Chaudes-Aigues et de Malause, seigneur de La Chauffée, d'Estain, de Bouconville, conseiller, chambellan du Roi, sénéchal de Toulouse et du Bourbonnais,

D'argent à la bande d'azur semé de fleur de lys d'or à la cotice de gueules..

  Gaston de Bourbon seigneur de Bazian († 1555), fils du précédent.

De France moderne qui est d'azur aux trois fleurs de lys d'or, brisé d'une cotice de gueules, elle-même surbrisée d'une traverse d'argent brochant sur le tout. .

  Henri de Bourbon († 1555), vicomte de Lavedan, baron de Malause et de Chaudes-Aigues, seigneur de Miremont et de Faybeton, et de Favars.

D'azur aux trois fleurs de lys d'or, brisé d'un bâton péri en bande, le tout surbrisé d'une traverse d'or brochante sur le tout.

Maison de Bourbon-VendômeModifier
Figure Nom du prince et blasonnement
  Louis Ier (1376 † 1446), comte de Vendôme, fils de Jean Ier de la Marche

écartelé en 1 et 4 d'azur semé de lys d'or, en 2 et 3 d'argent au chef de gueules, au lion d'azur, armé, lampassé et couronné d'or, brochant sur le tout et à la bande de gueules chargée de trois lions d'argent brochant sur le tout[35].

Enfants de Louis Ier de Vendôme
  Jean VIII (1428 † 1477), comte de Vendôme, fils de Louis Ier

D'azur à trois fleurs de lys d'or et à la bande de gueules chargée de trois lions rampants d'argent, portées ensuite par les comtes de Vendôme jusqu'en 1527, date à laquelle ils héritent des armes des ducs de Bourbon[35].

Enfants de Jean VIII de Vendôme
  Louis (1473 † 1520), prince de La Roche-sur-Yon

D'azur à trois fleurs de lys d'or et au baton de gueules chargé d'une lune d'argent au franc-quartier, portées ensuite par les ducs de Montpensier[35].

Enfants de François de Vendôme
  Charles IV de Bourbon (1489-1537), comte puis duc de Vendôme

À partir de 1527: D'azur à trois fleurs de lys d'or à la bande de gueules[34]

  François Ier (1491-1545), comte de Saint-Pol, duc d'Estouteville, fils de François de Vendôme et de Marie de Luxembourg

écartelé en 1 et 4 d'azur à trois fleurs de lys d'or à la bande de gueules, en 2 et 3 d'argent au lion de gueules, la queue fourchée passée en sautoir, armé, lampassé et couronné d'or[35].

  Louis de Bourbon-Vendôme (1493-1557), cardinal de Vendôme

À partir de 1527: D'azur à trois fleurs de lys d'or à la bande de gueules[34]


Enfants de Charles IV de Vendôme
  Antoine de Bourbon (1518 † 1562), roi de Navarre, duc de Beaumont et de Vendôme

écartelé, en 1 et 4 de gueules aux chaînes d'or posées en orle, en croix et en sautoir, chargées en cœur d'une émeraude au nature (Navarre), en 2 d'azur à trois fleurs de lys d'or à la bande de gueules, en 3 d'or aux deux vaches de gueules, accornées, colletées et clarinées d'azur, passant l'une sur l'autre (Béarn).

  François (1519-1546), comte d'Enghien, fils de Charles de Vendôme et de Françoise d'Alençon

écartelé en 1 et 4 d'azur à trois fleurs de lys d'or et à la bande de gueules, en 2 et 3 d'azur à trois fleurs de lys d'or à la bourdure de gueules chargée de huit besans d'argent[35], portées ensuite par :

  • Jean (1528-1557), comte de Soissons et d'Enghien, son frère
    Charles (1523-1590), cardinal-archêveque de Rouen, proclamé roi de France par la Sainte Ligue en 1589 sous le nom de « Charles X »

À partir de 1527: D'azur à trois fleurs de lys d'or à la bande de gueules[34]

À partir de 1589: D'azur à trois fleurs de lys d'or[34]

  Louis Ier (1530 † 1569), prince de Condé, fils de Charles IV, duc de Vendôme

D'azur à trois fleurs de lys d'or et à la bande de gueules chargée au franc quartier d'un besant d'argent

Enfants d'Antoine de Bourbon
 

 

Henri de Bourbon (1553 † 1610), duc de Beaumont et de Vendôme puis roi de Navarre

écartelé, en 1 et 4 de gueules aux chaînes d'or posées en orle, en croix et en sautoir, chargées en cœur d'une émeraude au nature (Navarre), en 2 et 3 d'azur à trois fleurs de lys d'or à la bande de gueules.

Grandes armes : parti de trois, coupé de un : en 1, de gueules aux chaînes d'or posées en orle, en croix et en sautoir, chargées en cœur d'une émeraude au nature (Navarre); en 2, d'azur à trois fleurs de lys d'or à la bande de gueules (Bourbon); en 3, écartelé d'azur à trois fleurs de lys d'or (France) et de gueules plain (Albret); en 4, d'or à quatre pals de gueules (Aragon); en 5, écartelé d'or à trois pals de gueules (Foix) et d'or à deux vaches de gueules cornées et colletées d'azur (Béarn); en 6, écartelé d'argent au lion de gueules (Armagnac) et de gueules au léopard lionné d'or (Rodez); en 7, d'azur à trois fleurs de lys d'or à la bande componnée d'argent et de gueules (Evreux); en 8, écartelé de gueules au château d'or ouvert d'azur (Castille) et d'argent au lion de pourpre, couronné, armé et lampassé d'or (Léon); sur-le-tout d'or à deux lions léopardés de gueules, armé et lampassé d'azur (Bigorre).

Seconde maison de Bourbon-MontpensierModifier
Figure Nom du prince et blasonnement
  Louis (1473 † 1520), prince de la Roche sur Yon, fils de Jean VIII de Vendôme

D'azur à trois fleurs de lys d'or et au baton de gueules chargé d'une lune d'argent au franc-quartier, portées ensuite par les ducs de Montpensier[35].

  Charles (1515 † 1565), prince de la Roche sur Yon, fils de Louis

écartelén en 1 et 4 d'azur à trois fleurs de lys d'or et au baton de gueules péri en bande chargé d'une lune d'argent au franc-quartier et en 2 et 3 d'azur à trois fleurs de lys d'or et au bâton de gueules péri en bande[35].

Maison de Bourbon-Saint PolModifier
Figure Nom du prince et blasonnement
  François Ier (1491-1545), comte de Saint-Pol, duc d'Estouteville, fils de François de Vendôme et de Marie de Luxembourg

écartelé en 1 et 4 d'azur à trois fleurs de lys d'or au bâton de gueules, péri en bande, en 2 et 3 d'argent au lion de gueules, la queue fourchée passée en sautoir, armé, lampassé et couronné d'or[35].

  François II (1536-1546), duc d'Estouteville, fils de François Ier et d'Adrienne d'Estouteville

écartelé en 1 et 4 d'azur à trois fleurs de lys d'or à la bande de gueules, en 2 et 3 burelé d'argent et de gueules au lion de sable, armé, lampassé et couronné d'or[35].

Maison de Bourbon-CondéModifier
Figure Nom du prince et blasonnement
  Louis Ier (1530 † 1569), prince de Condé, fils de Charles IV, duc de Vendôme

D'azur à trois fleurs de lys d'or et à la bande de gueules chargée au franc quartier d'un besant d'argent, portées ensuite par :

Henri Ier (1552 † 1588), prince de Condé, fils de Louis Ier

  Henri II (1588 † 1646), fils d'Henri Ier, prince de Condé, duc de Châteauroux et pair de France, duc de Montmorency et pair de France, duc d'Albret et pair de France, duc d'Enghien et de Bellegarde, premier Prince du sang de France, Premier Pair de France, Grand maître de France, Grand veneur de France et Grand louvetier de France, chevalier du Saint-Esprit

D'azur à trois fleurs de lys d'or et au bâton de gueules, portées ensuite par les princes de Condé

  ducs d'Enghien, fils aînés des princes de Bourbon-Condé

D'azur aux trois fleurs de lys d'or, au bâton de gueules péri en bande et au lambel d'argent

  François (1558 † 1614), prince de Conti, fils de Louis Ier de Condé

écartelé en 1 et 4 d'azur à trois fleurs de lys d'or et au bâton de gueules, péri en bande, en 2 et 3 d'azur à trois fleurs de lys d'or à la bordure de gueules chargée de huit besants d'argent

  Armand (1626 † 1666), prince de Conti, fils d'Henri II de Condé

D'azur à trois fleurs de lys d'or et au bâton de gueules péri en bande et à la bordure de gueules, portées ensuite par les princes de Conti

Dynastie royale de BourbonModifier

Figure Nom du prince et blasonnement
 

 

Henri IV « le Grand » (1553-1610), roi de France et de Navarre en 1589, fils d'Antoine de Bourbon-Vendôme

parti d'azur à trois fleurs de lys d'or et de gueules aux chaînes d'or posées en orle, en croix et en sautoir, chargées en cœur d'une émeraude au naturel, portées ensuite par les rois de France jusqu'en 1830 :

Portent aussi les armes de France moderne d'azur à trois fleurs de lys d'or.

Enfants d'Henri IV
  Élisabeth de France (1602 † 1644), reine d’Espagne, fille de Henri IV, mariée en 1615 à Philippe IV d'Espagne (1605 † 1665)

parti en I, écartelé en 1 et 4, de gueules au château d'or ouvert et ajouré d'azur, et en 2 et 3 d'argent au lion de gueules armé, lampassé et couronné d'or, enté en pointe du sur-le-tout d'argent à une pomme grenade de gueules, tigée et feuilleté de sinople et en II, d'azur aux trois fleurs de lys d'or.[réf. nécessaire]

  Monsieur (1607 † 1611), duc d'Orléans, second fils d'Henri IV

D'azur à trois fleurs de lys d'or à la bordure de gueules

    Gaston (1608 † 1660), duc d'Anjou puis d'Orléans, troisième fils d'Henri IV

Jusqu'en 1626, duc d'Anjou : D'azur à trois fleurs de lys d'or à la bordure de gueules

Après 1626, duc d'Orléans : D'azur à trois fleurs de lys d'or au lambel d'argent, portées ensuite par les ducs d'Orléans.

  César de Vendôme (1594 † 1665), bâtard légitimé d'Henri IV et de Gabrielle d'Estrées,

D'azur à trois fleurs de lys d'or au bâton de gueules, péri en bande, chargé de trois lionceaux d'argent[36]

  • auteur de la seconde maison (illégitime) de Bourbon-Vendôme
  Henri de Bourbon (1601 † 1682), duc de Verneuil, fils illégitime d'Henri IV et de Catherine Henriette de Balzac d'Entragues,

D'azur à trois fleurs de lys d'or au bâton de gueules, péri en bande[37]

Également portées par son demi-frère Antoine de Bourbon (1607 † 1632), comte de Moret), fils illégitime d'Henri IV et de Jacqueline de Bueil.

Enfants de Louis XIII
    Philippe (1640 † 1701), duc d'Anjou puis d'Orléans, second fils de Louis XIII

Jusqu'en 1661, duc d'Anjou : D'azur à trois fleurs de lys d'or à la bordure de gueules

Après 1661, duc d'Orléans : D'azur à trois fleurs de lys d'or au lambel d'argent, portées ensuite par les ducs d'Orléans.

Descendance de Louis XIV
    Louis de France (1682-1712), duc de Bourgogne, puis dauphin de France (en 1711-1712), fils aîné du Grand Dauphin (unique fils légitime de Louis XIV)

Avant 1711 : écartelé au 1 et 4 d'azur à trois fleurs de lys d'or (France) et au 2 et 3 bandé d'or et d'azur de six pièces, à la bordure de gueules[38]

Avant 1712 : écartelé au 1 et 4 de France et au 2 et 3 de Dauphiné (armes des dauphins de France) père de Louis XV.

    Philippe de France (1683-1746), duc d'Anjou, puis roi d'Espagne (en 1700, sous le nom de Philippe V), , second fils du Grand Dauphin

Avant 1700 : D'azur à trois fleurs de lys d'or à la bordure de gueules

Après 1700 (petites armes) : écartelées, au 1 et 4 de gueules au château d'or ouvert d'azur (Castille), au 2 et 3 d'argent au lion de gueules, couronné, armé et lampassé d'or (Léon), enté en pointe d'argent à la grenade au naturel (Grenade), sur le tout d'azur à trois fleurs de lys d'or et à la bordure de gueules (Anjou).

  Charles (1686 † 1714), duc de Berry, troisième fils du Grand Dauphin

D'azur à trois fleurs de lys d'or à la bordure engrelée de gueules[39].

    Louis de France (1707-1712), duc de Bretagne, puis dauphin de France (1712), fils ainé du duc de Bourgogne

Avant 1712 : écartelé au 1 et 4 d'azur à trois fleurs de lys d'or (France) et au 2 et 3 d'hermine (Bretagne)

1712 : écartelé au 1 et 4 de France et au 2 et 3 de Dauphiné (armes des dauphins de France).

  Louis-Auguste de Bourbon (1670-1736), duc du Maine, fils illégitime de Louis XIV :

D'azur à trois fleurs de lys d'or et au bâton de gueules péri en barre,

Également portées par son frère

Descendance de Louis XV
  Louis de France (1751-1761), duc de Bourgogne, fils aîné du dauphin Louis (unique fils légitime de Louis XV)

écartelé au 1 et 4 d'azur à trois fleurs de lys d'or (France) et au 2 et 3 bandé d'or et d'azur de six pièces, à la bordure de gueules[38]

    Louis-Auguste de France (1754-1793), duc de Berry puis dauphin de France, puis roi de France sous le nom de « Louis XVI » (1774-1792), troisième fils du dauphin Louis

Avant 1765: écartelé au 1 et 4 d'azur à trois fleurs de lys d'or (France) et au 2 et 3 d'azur à trois fleurs de lys d'or et à la bordure engrêlée de gueules (Berry), à la bordure de gueules[40].

Après 1765: écartelé au 1 et 4 de France et au 2 et 3 de Dauphiné (armes des dauphins de France).

 

 

Louis Stanislas Xavier (1755-1824), comte de Provence, duc d'Anjou, comte du Maine, du Perche, de Senonches, duc d'Alençon, duc de Brunoy, puis roi de France sous le nom de « Louis XVIII » (1814-1824), quatrième fils du dauphin Louis

D'azur à trois fleurs de lys d'or, à la bordure dentelée de gueules.[41]

Ou :

« Écartelé : aux 1 et 4 d'aur à trois fleurs de lys d'or ; au 2 et 3 d'azur à une fleur de lys d'or, qui est Provence »

— Michel Popoff, Armorial de l'Ordre du Saint-Esprit[42]

  Charles Philippe (1757 † 1836), comte d'Artois puis roi de France sous le nom de « Charles X » (1824-1830), cinquième fils du dauphin Louis

D'azur à trois fleurs de lys d'or et la bordure crénelée de gueules[43]

Descendance de Louis XVI
    Louis de France (1785-1795), duc de Normandie puis dauphin de France, puis roi titulaire de France sous le nom de « Louis XVII » (1793-1795), second fils de Louis XVI

Avant 1789 : écartelé au 1 et 4 d'azur à trois fleurs de lys d'or (France) et au 2 et 3 de gueules à deux léopards d'or (Normandie)

Après 1789 : écartelé au 1 et 4 de France et au 2 et 3 de Dauphiné (armes des dauphins de France)

Descendance de Charles X
  Louis Antoine (1775 † 1844), duc d'Angoulême puis dauphin de France (1824), fils aîné de Charles X

D'azur à trois fleurs de lys d'or et la bordure crénelée de gueules[44]

Également portées par :

  • Charles-Ferdinand (1778 † 1820), duc de Berry[45], second fils de Charles X
  • Henri (1820 † 1883), duc de Bordeaux, « comte de Chambord », fils unique du duc de Berry
  Charlotte Marie Augustine de Bourbon (1808-1886), fille illégitime du duc de Berry, comtesse d'Issoudun[46], princesse de Faucigny-Lucinge

D'azur au pairle d'or alaisé, accompagné de trois fleurs de lys du même ; au chef engrelé d'or chargé de trois fleurs de lys d'azur. [47]

  Louise Charlotte Marie de Bourbon (1809-1891), fille illégitime du duc de Berry, comtesse de Vierzon[46], baronne de Charette

D'azur à la tour, en bande, crénelée de quatre pièces d'argent, maçonnée de sable ; au chef engrelé d'or, chargé de trois fleurs de lys d'azur.[48]

Maison de Bourbon-EspagneModifier

Figure Nom du prince et blasonnement
 

 

 

Philippe (1683 † 1746), duc d'Anjou, puis roi d'Espagne (en 1700, sous le nom de Philippe V), fils du Grand dauphin, petit-fils de Louis XIV.

Coupé : en chef parti en 1 écartelé en 1 et 4, de gueules au château d'or ouvert et ajouré d'azur (Castille) et en 2 et 3 d'argent au lion de gueules armé, lampassé et couronné d'or enté(León), en pointe d'argent à une pomme grenade de gueules, tigée et feuillée de sinople (Grenade); 2 parti en 1 d'or à quatre pals de gueules (Aragon) et en 2 écartelé en sautoir d'or aux quatre pals de gueules et d'argent à l'aigle de sable (Sicile);II, tigée et feuilleté de sinople et en pointe écartelé en 1 de gueules à la fasce d'argent (Autriche); 2, d'azur semé de fleurs de lys d'or à la bande componée d'argent et de gueules (Bourgogne moderne), en 3 bandé d'or et d'azur de six pièces, à la bordure de gueules (Bourgogne ancien) 4, de sable au lion d'or, armé et lampassé de gueules (Brabant); enté en pointe parti d'or au lion de sable armé (Flandre), couronné et lampassé de gueules et d'argent à l'aigle éployé de gueules, membré et becqué d'or (Tyrol);sur le tout d'azur à trois fleurs de lys d'or à la bordure de gueules (Anjou moderne)[49].

Grandes Armes: coupé de deux : en I, parti de trois : en 1, d'or à quatre pals de gueules (Aragon), en 2, écartelé en sautoir d'or aux quatre pals de gueules et d'argent à l'aigle de sable (Sicile), en 3, de gueules à la fasce d'argent (Autriche) et en 4, d'azur semé de fleurs de lys d'or à la bordure componée d'argent et de gueules (Bourgogne moderne) ; en II, parti d'azur semé de fleurs de lys d'or au lambel de gueules (Anjou ancien) et d'or à six tourteaux mis en orle, cinq de gueules, celui en chef d'azur chargé de trois fleurs de lis d'or (Medici); en III, parti bandé d'or et d'azur de six pièces, à la bordure de gueules (Bourgogne ancien); et de sable, au lion d'or, armé et lampassé de gueules(Brabant) ; enté en pointe parti d'or, au lion de sable (Flandre), armé et lampassé de gueules et d'argent à l'aigle éployée de gueules, membrée et becquée d'or (Tyrol) ; sur-le-tout, écartelé en 1 et 4, de gueules au château d'or ouvert et ajouré d'azur (Castille) et en 2 et 3 d'argent au lion de gueules armé, lampassé et couronné d'or(León), enté en pointe du sur-le-tout d'argent à une pomme grenade de gueules, tigée et feuillée de sinople (Grenade); sur-le-tout-du-tout d'azur à trois fleurs de lys d'or à la bordure de gueules (Anjou modern)[49], portées ensuite par :

Petits armes: écartelé en 1 et 4, de gueules au château d'or ouvert et ajouré d'azur (Castille) et en 2 et 3 d'argent au lion de gueules armé, lampassé et couronné d'or (León), enté en pointe du sur-le-tout d'argent à une pomme grenade de gueules, tigée et feuillée de sinople (Grenade) ; sur-le-tout-du-tout d'azur à trois fleurs de lys d'or à la bordure de gueules (Anjou moderne)[49] portées ensuite par :

  Charles de Bourbon (1716 † 1788), roi de Naples et de Sicile (1738-1759), roi d'Espagne, (Charles III) fils de Philippe V, roi d'Espagne.

Coupé de deux : en I, parti de trois : en 1, d'or à quatre pals de gueules (Aragon), en 2, écartelé en sautoir d'or aux quatre pals de gueules et d'argent à l'aigle de sable (Sicile), en 3, de gueules à la fasce d'argent (Autriche) et en 4, d'azur semé de fleurs de lys d'or à la bordure componée d'argent et de gueules (Bourgogne moderne) ; en II, parti d'or à six fleurs de lys d'azur (Farnese, Parme) et d'or à six tourteaux mis en orle, cinq de gueules, celui en chef d'azur chargé de trois fleurs de lis d'or (Medici, Toscane) ; en III, parti bandé d'or et d'azur de six pièces, à la bordure de gueules et de sable (Bourgogne ancien), au lion d'or, armé et lampassé de gueules (Brabant); enté en pointe parti d'or, au lion de sable (Flandre), armé et lampassé de gueules et d'argent à l'aigle éployé de gueules, membré et becqué d'or (Tyrol); sur-le-tout, écartelé en 1 et 4, de gueules au château d'or ouvert et ajouré d'azur (Castille) et en 2 et 3 d'argent au lion de gueules armé, lampassé et couronné d'or (León), enté en pointe du sur-le-tout d'argent à une pomme grenade de gueules, tigée et feuillée de sinople (Grenade); sur-le-tout-du-tout d'azur à trois fleurs de lys d'or à la bordure de gueules (Anjou moderne)[49], portées ensuite par :

 

 

Alphonse XIII à partir de 1936.

Écartelé au 1 de gueules au château d'or couvert et ajouré d'azur (Castille), au 2 d'argent au lion de pourpre armé, lampassé et couronné d'or (León), au 3 d'or aux quatre pals de gueules (Aragon), au 4 de gueules aux chaînes d'or posées en orle, en croix et en sautoir, chargées en cœur d'une émeraude au naturel (Navarre), enté en pointe d'argent à une pomme grenade de gueules tigée et feuillée de sinople (Grenade) et sur le tout d'azur à trois fleurs de lys d'or[50],[49],

Grandes armes : Coupé de deux : en I, parti de trois : en 1, écartelé en sautoir d'or aux quatre pals de gueules et d'argent à l'aigle de sable (Sicile), en 2,d'argent à la croix potencé d'or (Jerusalem/Naples) , en 3, de gueules à la fasce d'argent (Autriche) et en 4, d'azur semé de fleurs de lys d'or à la bordure componée d'argent et de gueules (Bourgogne moderne) ; en II, parti d'or à six fleurs de lys d'azur (Farnese, Parme) et d'or à six tourteaux mis en orle, cinq de gueules, celui en chef d'azur chargé de trois fleurs de lis d'or (Medici/Toscane) ; en III, parti bandé d'or et d'azur de six pièces, à la bordure de gueules et de sable (Bourgogne ancien), au lion d'or, armé et lampassé de gueules (Brabant); enté en pointe parti d'or, au lion de sable (Flandre), armé et lampassé de gueules et d'argent à l'aigle éployé de gueules, membré et becqué d'or (Tyrol); sur-le-tout, écartelé au 1 de gueules au château d'or couvert et ajouré d'azur (Castille), au 2 d'argent au lion de pourpre armé, lampassé et couronné d'or (León), au 3 d'or aux quatre pals de gueules (Aragon), au 4 de gueules aux chaînes d'or posées en orle, en croix et en sautoir, chargées en cœur d'une émeraude au naturel (Navarre), enté en pointe d'argent à une pomme grenade de gueules tigée et feuillée de sinople (Grenade) et sur le tout d'azur à trois fleurs de lys d'or[49], portées ensuite par :

Crise Carliste
  François d'Assise, roi consort d'Espagne (1822 † 1902), mari d'Isabelle II, fils de l'infant François de Paule d'Espagne, petit-fils de Charles IV, roi d'Espagne.

écartelé en 1 et 4, de gueules au château d'or ouvert et ajouré d'azur et en 2 et 3 d'argent au lion de pourpre armé, lampassé et couronné d'or, enté en pointe du sur-le-tout d'argent à une pomme grenade de gueules, tigée et feuilleté de sinople sur-le-tout-du-tout d'azur à trois fleurs de lys d'or à la bordure de gueules[51].

  Prétendants carlistes et prétendants légitimistes après 1883.

À la mort d'Henri, « comte de Chambord », l'ancien prétendant carliste, Jean, « comte de Montizón », est devenu le chef de la maison de Bourbon, et ainsi possesseur légitime des pleines armes de France, d'azur aux trois fleurs de lys d'or, sur le tout de son écu.

écartelé en 1 et 4 de gueules au château d'or ouvert et ajouré d'azur, en 2 et 3 d'argent au lion de pourpre armé, lampassé et couronné d'or, enté en pointe d'argent à une pomme grenade de gueules, tigée et feuilleté de sinople ; sur le tout d'azur aux trois fleurs de lys d'or[50].

Enfants d'Alphonse XIII d'Espagne
  Alphonse de Bourbon (1907-1938), prince des Asturies (1907-1931), comte de Covadonga (1933-1938). Fils ainé d'Alphonse XIII

d'azur à trois fleurs de lys d'or à la bordure de gueules.

  Jacques-Henri de Bourbon (1908-1975), infant d'Espagne, duc d'Anjou et de Ségovie. Deuxième ainé d'Alphonse XIII

Coupé de deux : en I, parti de trois : en 1, écartelé en sautoir d'or aux quatre pals de gueules et d'argent à l'aigle de sable (Sicile), en 2,d'argent à la croix potencé d'or (Jerusalem/Naples) , en 3, de gueules à la fasce d'argent (Autriche) et en 4, d'azur semé de fleurs de lys d'or à la bordure componée d'argent et de gueules (Bourgogne moderne) ; en II, parti d'or à six fleurs de lys d'azur (Farnese, Parme) et d'or à six tourteaux mis en orle, cinq de gueules, celui en chef d'azur chargé de trois fleurs de lis d'or (Medici/Toscane) ; en III, parti bandé d'or et d'azur de six pièces, à la bordure de gueules et de sable (Bourgogne ancien), au lion d'or, armé et lampassé de gueules (Brabant); enté en pointe parti d'or, au lion de sable (Flandre), armé et lampassé de gueules et d'argent à l'aigle éployé de gueules, membré et becqué d'or (Tyrol); sur-le-tout, écartelé au 1 de gueules au château d'or couvert et ajouré d'azur (Castille), au 2 d'argent au lion de pourpre armé, lampassé et couronné d'or (León), au 3 d'or aux quatre pals de gueules (Aragon), au 4 de gueules aux chaînes d'or posées en orle, en croix et en sautoir, chargées en cœur d'une émeraude au naturel (Navarre), enté en pointe d'argent à une pomme grenade de gueules tigée et feuillée de sinople (Grenade) et sur le tout d'azur à trois fleurs de lys d'or[49], portées ensuite par :

 

 

Juan, « comte de Barcelone » (1913 † 1993), troisième fils d'Alphonse XIII. Prétendant au trône d'Espagne (1941-1977).

Don Juan a été le 3e fils d'Alphonse XIII, et son successeur désigné après la mort du prince des Asturies, Alphonse de Bourbon, des suites d'un accident de voiture qui aurait été sans gravité pour tout autre personne (le prince était hémophile). À cette époque, la branche carliste avait disparu également, et la famille royale espagnole déchue était devenue la nouvelle branche aînée des descendants de Hugues Capet. Cependant, Don Juan, frère cadet, n'avait pas droit aux pleines armes de France. Elles appartenaient à son frère aîné, Jacques, « duc de Ségovie », que leur père Alphonse XIII avait fait renoncer à ses droits au trône d'Espagne, sous prétexte qu'il était sourd. La position d'aîné des descendants de Hugues Capet est actuellement celle de son petit-fils, Louis, « duc d'Anjou », qui revendique être le successeur des rois de France. Cadet, Don Juan portait la bordure rouge d'Anjou autour des armes royales françaises. Don Juan a formellement renoncé à ses droits en faveur de son fils, le roi Juan Carlos Ier en 1977.

écartelé au 1 de gueules au château d'or couvert et ajouré d'azur (Castille), au 2 d'argent au lion de pourpre armé, lampassé et couronné d'or (León), au 3 d'or aux quatre pals de gueules (Aragon), au 4 de gueules aux chaînes d'or posées en orle, en croix et en sautoir, chargées en cœur d'une émeraude au naturel (Navarre), enté en pointe d'argent à une pomme grenade de gueules tigé et feuillé de sinople (Granada) et sur le tout d'azur à trois fleurs de lys d'or à la bordure de gueules[50],[49],

Grandes armes: Coupé de deux : en I, parti de trois : en 1, écartelé en sautoir d'or aux quatre pals de gueules et d'argent à l'aigle de sable (Sicile), en 2,d'argent à la croix potencé d'or (Jerusalem, Naples) , en 3, de gueules à la fasce d'argent (Autriche) et en 4, d'azur semé de fleurs de lys d'or à la bordure componée d'argent et de gueules (Bourgogne moderne) ; en II, parti d'or à six fleurs de lys d'azur (Farnese, Parme) et d'or à six tourteaux mis en orle, cinq de gueules, celui en chef d'azur chargé de trois fleurs de lis d'or (Medici, Toscane) ; en III, parti bandé d'or et d'azur de six pièces, à la bordure de gueules et de sable (Bourgogne ancien), au lion d'or, armé et lampassé de gueules (Brabant); enté en pointe parti d'or, au lion de sable (Flandre), armé et lampassé de gueules et d'argent à l'aigle éployé de gueules, membré et becqué d'or (Tyrol); sur-le-tout, écartelé au 1 de gueules au château d'or couvert et ajouré d'azur (Castille), au 2 d'argent au lion de pourpre armé, lampassé et couronné d'or (León), au 3 d'or aux quatre pals de gueules (Aragon), au 4 de gueules aux chaînes d'or posées en orle, en croix et en sautoir, chargées en cœur d'une émeraude au naturel (Navarre), enté en pointe d'argent à une pomme grenade de gueules tigé et feuillé de sinople (Grenade) et sur le tout d'azur à trois fleurs de lys d'or à la bordure de gueules[49], portées ensuite par :

Branche de CadixModifier
Figure Nom du prince et blasonnement
  Jacques-Henri de Bourbon (1908-1975), infant d'Espagne, duc d'Anjou et de Ségovie. Deuxième ainé d'Alphonse XIII

d'azur à trois fleurs de lys d'or à la bordure de gueules.

Enfants de Jacques-Henri de Bourbon, duc d'Anjou et de Cadix
  Alphonse de Bourbon (1936 † 1989), « duc d'Anjou » et de Cadix, fils aîné de l'infant Jacques-Henri de Bourbon.

parti en I, d'azur à trois fleurs de lys d'or et en II, écartelé en 1 de gueules au château d'or ouvert et ajouré d'azur, en 2 d'argent au lion de gueules armé, lampassé et couronné d'or, en 3 d'or à quatre pals de gueules et en 4 de gueules aux chaînes d'or posées en orle, en croix et en sautoir, chargées en cœur d'une émeraude au naturel, enté en pointe d'argent à une pomme grenade de gueules, tigée et feuilleté de sinople[50].

  Gonzalve de Bourbon (1937 † 2000), « duc d’Aquitaine », second fils de l'infant Jacques-Henri de Bourbon

Écartelé : 1 et 4, d'azur, à trois fleurs de lys d'or, à la bordure engrelée de gueules ; 2 et 3, de gueules, au léopard d'or .


Enfants d'Alphonse de Bourbon, « duc d'Anjou » et de Cadix
  Louis de Bourbon (né en 1974), « duc d'Anjou », fils d'Alphonse de Bourbon.

Louis de Bourbon est l'aîné des descendants légitimes de Hugues Capet et il est le prétendant légitimiste à la succession des rois de France.

D'azur, à trois fleurs de lys d'or.

Enfants de Louis de Bourbon, « duc d'Anjou
  Louis de Bourbon (né en 2010), « dauphin de France » et « duc de Bourgogne »[52], fils de Louis de Bourbon.

Écartelé au 1 et 4 d'azur à trois fleurs de lys d'or et au 2 et 3 d'or à un dauphin d'azur, crêté, barbé, loré, peautré et oreillé de gueules[53].

  Alphonse de Bourbon (né en 2010), « duc de Berry[52] », fils de Louis de Bourbon.

D'azur, à trois fleurs de lys d'or et la bordure crénelée de gueules[53].

  Henri de Bourbon (né en 2019), « duc de Touraine[52] », fils de Louis de Bourbon.

D'azur, à trois fleurs de lys d'or et la bordure componnée d'argent et de gueules[53].

Branche de BarceloneModifier
Figure Nom du prince et blasonnement
 

 

Juan, « comte de Barcelone » (1913 † 1993), troisième fils d'Alphonse XIII. Prétendant au trône d'Espagne (1941-1977).

Don Juan a été le 3e fils d'Alphonse XIII, et son successeur désigné après la mort du prince des Asturies, Alphonse de Bourbon, des suites d'un accident de voiture qui aurait été sans gravité pour tout autre personne (le prince était hémophile). À cette époque, la branche carliste avait disparu également, et la famille royale espagnole déchue était devenue la nouvelle branche aînée des descendants de Hugues Capet. Cependant, Don Juan, frère cadet, n'avait pas droit aux pleines armes de France. Elles appartenaient à son frère aîné, Jacques, « duc de Ségovie », que leur père Alphonse XIII avait fait renoncer à ses droits au trône d'Espagne, sous prétexte qu'il était sourd. La position d'aîné des descendants de Hugues Capet est actuellement celle de son petit-fils, Louis, « duc d'Anjou », qui revendique être le successeur des rois de France. Cadet, Don Juan portait la bordure rouge d'Anjou autour des armes royales françaises. Don Juan a formellement renoncé à ses droits en faveur de son fils, le roi Juan Carlos Ier en 1977.

écartelé au 1 de gueules au château d'or couvert et ajouré d'azur (Castille), au 2 d'argent au lion de pourpre armé, lampassé et couronné d'or (León), au 3 d'or aux quatre pals de gueules (Aragon), au 4 de gueules aux chaînes d'or posées en orle, en croix et en sautoir, chargées en cœur d'une émeraude au naturel (Navarre), enté en pointe d'argent à une pomme grenade de gueules tigé et feuillé de sinople (Granada) et sur le tout d'azur à trois fleurs de lys d'or à la bordure de gueules[50],[49],

Grandes armes: Coupé de deux : en I, parti de trois : en 1, écartelé en sautoir d'or aux quatre pals de gueules et d'argent à l'aigle de sable (Sicile), en 2,d'argent à la croix potencé d'or (Jerusalem, Naples) , en 3, de gueules à la fasce d'argent (Autriche) et en 4, d'azur semé de fleurs de lys d'or à la bordure componée d'argent et de gueules (Bourgogne moderne) ; en II, parti d'or à six fleurs de lys d'azur (Farnese, Parme) et d'or à six tourteaux mis en orle, cinq de gueules, celui en chef d'azur chargé de trois fleurs de lis d'or (Medici, Toscane) ; en III, parti bandé d'or et d'azur de six pièces, à la bordure de gueules et de sable (Bourgogne ancien), au lion d'or, armé et lampassé de gueules (Brabant); enté en pointe parti d'or, au lion de sable (Flandre), armé et lampassé de gueules et d'argent à l'aigle éployé de gueules, membré et becqué d'or (Tyrol); sur-le-tout, écartelé au 1 de gueules au château d'or couvert et ajouré d'azur (Castille), au 2 d'argent au lion de pourpre armé, lampassé et couronné d'or (León), au 3 d'or aux quatre pals de gueules (Aragon), au 4 de gueules aux chaînes d'or posées en orle, en croix et en sautoir, chargées en cœur d'une émeraude au naturel (Navarre), enté en pointe d'argent à une pomme grenade de gueules tigé et feuillé de sinople (Grenade) et sur le tout d'azur à trois fleurs de lys d'or à la bordure de gueules[49], portées ensuite par :

portées ensuite par :

  Felipe de Borbón y Grecia (né en 1968), prince héritier d'Espagne, prince des Asturies.

Ecartelé au 1 de gueules au château d'or couvert et ajouré d'azur, au 2 d'argent au lion de gueules armé, lampassé et couronné d'or, au 3 d'or aux quatre pals de gueules, au 4 de gueules aux chaînes d'or posées en orle, en croix et en sautoir, chargées en cœur d'une émeraude au naturel, accompagné en pointe d'argent à une pomme grenade de gueules tigée et feuillé de sinople et sur le tout d'azur aux trois fleurs de lys d'or à la bordure de gueules, au lambel d'azur posé sur le tout[54]. portées ensuite par :

Branche de SévilleModifier
Figure Nom du prince et blasonnement
  Ducs de Séville Issus de l'infant Henri de Bourbon, petit-fils de Charles IV d'Espagne.
  Francisco de Borbón y Escasany (né en 1943), 5e duc de Séville, grand d'Espagne, ancien « grand maître » de branches réunifiées de l’« Ordre de Saint-Lazare »

Écartelé de Saint-Lazare et d'Anjou.[55]

Maison de Bourbon-Deux SicilesModifier
Figure Nom du prince et blasonnement
  Bourbon-Sicile, roi des Deux-Siciles.

parti de deux, en I coupé d'or aux six fleurs de lys d'azur (qui est de Farnèse) et d'argent, à cinq écussons d'azur, posés en croix, les deux de flanc mis de côté, chaque écusson chargé de cinq besants du champ, posés en sautoir, à la bordure de gueules, chargée de neuf châteaux d'or, donjonnés de trois tours, ouverts et ajourés d'azur (qui est du Portugal), en II coupé écartelé en 1 et 4, de gueules au château d'or ouvert et ajouré d'azur (qui est de Castille) et en 2 et 3 d'argent au lion de gueules armé, lampassé et couronné d'or (qui est de leon) et d'azur semé de fleurs de lys d'or au lambel de gueules (qui est de Naples) et en III d'or à six tourteaux mis en orle, cinq de gueules, celui en chef d'azur chargé de trois fleurs de lis d'or (qui est de Toscane) ; sur le tout d'azur, à trois fleurs de lys d'or, à la bordure de gueules, (qui est d'Anjou)[56].

  Grandes armes des rois Bourbons des Deux-Siciles.

Parti de deux :

  • au I, écartelé : 1 et 4, d'or aux six fleurs de lys d'azur (qui est de Farnèse); 2 et 3, parti de gueules à la fasce d'argent (qui est d'Autriche) et bandé d'or et d'argent de six pièces à la bordure de gueules (qui est de Bourgogne ancien); sur-le-tout d'argent aux cinq écussons disposés en croix d'azur chargés de cinq besans d'argent en sautoir à la bordure de gueules chargée de huit châteaux d'or, donjonnés de trois tours, ouverts et ajourés d'azur (qui est de Portugal);
  • au II, coupé de 3, au I parti d'écartélé au 1 et 4 de gueules au château d'or, donjonnés de trois tours, ouverts et ajourés d'azur (qui est de Castille) et au 2 et 3 d'argent au lion de pourpre (qui est de Léon); et contre-parti d'or aux quatre pals de gueules (qui est d'Aragon) et écartelé en sautoir d'or aux quatre pals de gueules et d'argent à l'aigle de sable (qui est de Sicile); enté en pointe d'argent à une pomme grenade de gueules tigée et feuillée de sinople (qui est de Grenade); au II parti de gueules à la fasce d'argent (qui est d'Autriche) et d'azur semé de lys d'or à la bordure componée de gueules et d'argent (qui est de Bourgogne), au III écartélé en 1 taillé d'argent de six pièces à la bordure de gueules (qui est de Bourgogne ancien) et d'or au lion de sable armé et lampassé de gueules (qui est de Flandre) au II tranché de sable au lion d'or armé et lampassé de gueules (qui est de Brabant) et d'argent à l'aigle de gueules (qui est de Tyrol), au 3 semé de lys d'or au lambel de gueules (qui est de Naples) et au 4 d'argent à la croix potencée d'or cantonné de quatre croisettes de même (qui est de Jérusalem);
  • au III, d'or à six tourteaux mis en orle, cinq de gueules, celui en chef d'azur chargé de trois fleurs de lis d'or (qui est de Toscane) ; sur-le-tout d'azur à trois fleurs de lys d'or posés 2 et 1 à la bordure de gueules (qui est d'Anjou)[56],[57] ; portées ensuite par :
    • le prince héritie des Deux-Siciles[58]
  Marie Amélie de Bourbon-Siciles (17821866), mariée en 1809 à Louis-Philippe (1773 † 1850), roi des Français

Deux écus accolés : celui des Orléans (D'azur aux trois fleurs de lys d'or et au lambel d'argent) et celui de Bourbon-Sicile (Parti de deux, au I, écartelé : 1 et 4, d'or aux six fleurs de lys d'azur (qui est de Farnèse); 2 et 3, parti de gueules à la fasce d'argent (qui est d'Autriche) et bandé d'or et d'argent de six pièces à la bordure de gueules (qui est de Bourgogne ancien); sur-le-tout d'argent aux cinq écussons disposés en croix d'azur chargés de cinq besans d'argent en sautoir à la bordure de gueules chargée de huit châteaux d'or, donjonnés de trois tours, ouverts et ajourés d'azur (qui est de Portugal); au II, coupé de 3, au I parti d'écartélé au 1 et 4 de gueules au château d'or, donjonnés de trois tours, ouverts et ajourés d'azur (qui est de Castille) et au 2 et 3 d'argent au lion de pourpre (qui est de Léon); et contre-parti d'or aux quatre pals de gueules (qui est d'Aragon) et écartelé en sautoir d'or aux quatre pals de gueules et d'argent à l'aigle de sable (qui est de Sicile); enté en pointe d'argent à une pomme grenade de gueules tigée et feuillée de sinople (qui est de Grenade); au II parti de gueules à la fasce d'argent (qui est d'Autriche) et d'azur semé de lys d'or à la bordure componée de gueules et d'argent (qui est de Bourgogne), au III écartélé en 1 taillé d'argent de six pièces à la bordure de gueules (qui est de Bourgogne ancien) et d'or au lion de sable armé et lampassé de gueules (qui est de Flandre) au II tranché de sable au lion d'or armé et lampassé de gueules (qui est de Brabant) et d'argent à l'aigle de gueules (qui est de Tyrol), au 3 semé de lys d'or au lambel de gueules (qui est de Naples) et au 4 d'argent à la croix potencée d'or cantonné de quatre croisettes de même (qui est de Jérusalem); au III, d'or à six tourteaux mis en orle, cinq de gueules, celui en chef d'azur chargé de trois fleurs de lis d'or (qui est de Toscane); sur-le-tout d'azur à trois fleurs de lys d'or posés 2 et 1 à la bordure de gueules (qui est d'Anjou))[59].

  1829-1868/1878: Marie-Christine de Bourbon-Siciles (1806 † 1878), mariée en 1829 à Ferdinand VII (1784 † 1833), roi d'Espagne

Deux écus accolés : celui des Coupé de deux : en I, parti de trois : en 1, d'or à quatre pals de gueules, en 2, écartelé en sautoir d'or aux quatre pals de gueules et d'argent à l'aigle de sable, en 3, de gueules à la fasce d'argent et en 4, d'azur semé de fleurs de lys d'or à la bordure componée d'argent et de gueules ; en II, parti d'or à six fleurs de lys d'azur et d'or à six tourteaux mis en orle, cinq de gueules, celui en chef d'azur chargé de trois fleurs de lis d'or ; en III, parti bandé d'or et d'azur de six pièces, à la bordure de gueules et de sable, au lion d'or, armé et lampassé de gueules ; enté en pointe parti d'or, au lion de sable, armé et lampassé de gueules et d'argent à l'aigle éployé de gueules, membré et becqué d'or ; sur-le-tout, écartelé en 1 et 4, de gueules au château d'or ouvert et ajouré d'azur et en 2 et 3 d'argent au lion de gueules armé, lampassé et couronné d'or, enté en pointe du sur-le-tout d'argent à une pomme grenade de gueules, tigée et feuilleté de sinople ; sur-le-tout-du-tout d'azur aux trois fleurs de lys d'or à la bordure de gueules et celui de Bourbon-Sicile, qui est parti de deux, en I coupé d'or aux six fleurs de lys d'azur (qui est de Farnèse) et d'argent, à cinq écussons d'azur, posés en croix, les deux de flanc mis de côté, chaque écusson chargé de cinq besants du champ, posés en sautoir, à la bordure de gueules, chargée de neuf châteaux d'or, donjonnés de trois tours, ouverts et ajourés d'azur (qui est du Portugal), en II coupé écartelé en 1 et 4, de gueules au château d'or ouvert et ajouré d'azur (qui est de Castille) et en 2 et 3 d'argent au lion de gueules armé, lampassé et couronné d'or (qui est de leon) et d'azur semé de fleurs de lys d'or au lambel de gueules (qui est de Naples) et en III d'or à six tourteaux mis en orle, cinq de gueules, celui en chef d'azur chargé de trois fleurs de lis d'or (qui est de Toscane) ; sur le tout d'azur, à trois fleurs de lys d'or, à la bordure de gueules, (qui est d'Anjou).[réf. nécessaire]

   1941-1977 : María de las Mercedes de Bourbon-Siciles (1910 † 2000), femme de Jean de Bourbon (1913 † 1993), prétendant au trône d'Espagne

Parti en I, écartelé au 1 de gueules au château d'or couvert et ajouré d'azur, qui est de Castille, au 2 d'argent au lion de pourpre armé, lampassé et couronné d'or, qui est de León, au 3 d'or aux quatre pals de gueules, qui est de Aragon, au 4 de gueules aux chaînes d'or posées en orle, en croix et en sautoir, chargées en cœur d'une émeraude au naturel, qui est de Navarre, accompagné en pointe d'argent à une pomme grenade de gueules tigé et feuillé de sinople, qui est de Grenade et sur le tout d'azur aux trois fleurs de lys d'or, qui est de France[Information douteuse] et en II, écartelé au I parti de deux, en 1 coupé d'or aux six fleurs de lys d'azur posées 3, 2 et 1, (qui est de Farnèse) et d'argent, à cinq écussons d'azur, posés en croix, les deux de flanc mis de côté, chaque écusson chargé de cinq besants du champ, posés en sautoir, à la bordure de gueules, chargée de neuf châteaux d'or, donjonnés de trois tours, ouverts et ajourés d'azur (qui est du Portugal), en 2 coupé écartelé en 1 et 4, de gueules au château d'or ouvert et ajouré d'azur (qui est de Castille) et en 2 et 3 d'argent au lion de gueules armé, lampassé et couronné d'or (qui est de leon) et d'azur semé de fleurs de lys d'or au lambel de gueules (qui est de Naples) et en 3 d'or à six tourteaux mis en orle, cinq de gueules, celui en chef d'azur chargé de trois fleurs de lis d'or (qui est de Toscane) ; sur le tout d'azur, à trois fleurs de lys d'or, à la bordure de gueules, (qui est d'Anjou).[réf. nécessaire]


1977-2000 : María de las Mercedes de Bourbon-Siciles, après le renoncement de son époux

Parti en I, écartelé au 1 de gueules au château d'or couvert et ajouré d'azur, qui est de Castille, au 2 d'argent au lion de pourpre armé, lampassé et couronné d'or, qui est de León, au 3 d'or aux quatre pals de gueules, qui est de Aragon, au 4 de gueules aux chaînes d'or posées en orle, en croix et en sautoir, chargées en cœur d'une émeraude au naturel, qui est de Navarre, accompagné en pointe d'argent à une pomme grenade de gueules tigé et feuillé de sinople, qui est de Grenade et sur le tout d'azur aux trois fleurs de lys d'or à la bourdure de gueules, qui est d'Anjou et en II, écartelé au I parti de deux, en 1 coupé d'or aux six fleurs de lys d'azur (qui est de Farnèse) et d'argent, à cinq écussons d'azur, posés en croix, les deux de flanc mis de côté, chaque écusson chargé de cinq besants du champ, posés en sautoir, à la bordure de gueules, chargée de neuf châteaux d'or, donjonnés de trois tours, ouverts et ajourés d'azur (qui est du Portugal), en 2 coupé écartelé en 1 et 4, de gueules au château d'or ouvert et ajouré d'azur (qui est de Castille) et en 2 et 3 d'argent au lion de gueules armé, lampassé et couronné d'or (qui est de leon) et d'azur semé de fleurs de lys d'or au lambel de gueules (qui est de Naples) et en 3 d'or à six tourteaux mis en orle, cinq de gueules, celui en chef d'azur chargé de trois fleurs de lis d'or (qui est de Toscane) ; sur le tout d'azur, à trois fleurs de lys d'or, à la bordure de gueules, (qui est d'Anjou); [réf. nécessaire].

 

 

Princes de Bourbon-Deux Siciles

1840-1900 : celui écartelé au I , en 1 parti coupé d'azur semé de fleurs de lys d'or au lambel de gueules et d'or aux six fleurs de lys d'azur posées 1, 2, 2 et 1 ; en 2 parti coupé de gueules au château d'or ouvert et ajouré d'azur et d'argent au lion de gueules armé, lampassé et couronné d'or, enté en pointe du sur-le-tout d'argent à une pomme grenade de gueules, tigée et feuilleté de sinople et d'argent à la croix potencée d'or cantonné de quatre croisettes de même ; en 3 parti coupé de écartelé en sautoir d'or aux quatre pals de gueules et d'argent à l'aigle de sable et d'or à six tourteaux mis en orle, cinq de gueules, celui en chef d'azur chargé de trois fleurs de lis d'or ; sur le tout d'azur, à trois fleurs de lys d'or, à la bordure de gueules[60].

Avant 1900 : parti de deux, en I coupé d'or aux six fleurs de lys d'azur et d'argent, à cinq écussons d'azur, posés en croix, les deux de flanc mis de côté, chaque écusson chargé de cinq besants du champ, posés en sautoir, à la bordure de gueules, chargée de neuf châteaux d'or, donjonnés de trois tours, ouverts et ajourés d'azur, en II coupé écartelé en 1 et 4, de gueules au château d'or ouvert et ajouré d'azur et en 2 et 3 d'argent au lion de gueules armé, lampassé et couronné d'or et d'azur semé de fleurs de lys d'or au lambel de gueules et en III d'or à six tourteaux mis en orle, cinq de gueules, celui en chef d'azur chargé de trois fleurs de lis d'or ; sur le tout d'azur, à trois fleurs de lys d'or, à la bordure de gueules[réf. nécessaire].

Maison de Bourbon-ParmeModifier
Figure Nom du prince et blasonnement
  petits arms des ducs de Bourbon-Parme de 1748 à présent

D'azur aux trois fleurs de lys d'or à la bordure de gueules chargée de huit coquilles d'argent posées en orle .

  ducs de Bourbon-Parme de 1748 à 1802

parti en 1, d'or à six fleurs de lys d'azur posées et en 2, d’argent, à la croix pattée de gueules cantonnée de quatre aigles de sable au vol abaissé ; sur-le-tout, écartelé en 1 et 4, de gueules au château d'or ouvert et ajouré d'azur et en 2 et 3 d'argent au lion de gueules armé, lampassé et couronné d'or, enté en pointe du sur-le-tout d'argent à une pomme grenade de gueules, tigée et feuilleté de sinople ; sur-le-tout-du-tout d'azur à trois fleurs de lys d'or à la bordure de gueules chargée de huit coquilles d'argent[61].

  Marie-Louise de Bourbon-Parme (1751 † 1819), mariée en 1765 à Charles IV (1748 † 1819), roi d'Espagne

Deux écus accolés : celui des Coupé de deux : en I, parti de trois : en 1, d'or à quatre pals de gueules, en 2, écartelé en sautoir d'or aux quatre pals de gueules et d'argent à l'aigle de sable, en 3, de gueules à la fasce d'argent et en 4, d'azur semé de fleurs de lys d'or à la bordure componée d'argent et de gueules ; en II, parti d'or à six fleurs de lys d'azur et d'or à six tourteaux mis en orle, cinq de gueules, celui en chef d'azur chargé de trois fleurs de lis d'or ; en III, parti bandé d'or et d'azur de six pièces, à la bordure de gueules et de sable, au lion d'or, armé et lampassé de gueules ; enté en pointe parti d'or, au lion de sable, armé et lampassé de gueules et d'argent à l'aigle éployé de gueules, membré et becqué d'or ; sur-le-tout, écartelé en 1 et 4, de gueules au château d'or ouvert et ajouré d'azur et en 2 et 3 d'argent au lion de gueules armé, lampassé et couronné d'or, enté en pointe du sur-le-tout d'argent à une pomme grenade de gueules, tigée et feuilleté de sinople ; sur-le-tout-du-tout d'azur aux trois fleurs de lys d'or à la bordure de gueules et celui de Bourbon-Parma, parti en 1, d'or à six fleurs de lys d'azur et en 2, d’argent, à la croix pattée de gueules cantonnée de quatre aigles de sable au vol abaissé ; sur-le-tout, écartelé en 1 et 4, de gueules au château d'or ouvert et ajouré d'azur et en 2 et 3 d'argent au lion de gueules armé, lampassé et couronné d'or, enté en pointe du sur-le-tout d'argent à une pomme grenade de gueules, tigée et feuilleté de sinople ; sur-le-tout-du-tout d'azur à trois fleurs de lys d'or à la bordure de gueules chargée de huit coquilles d'argent[62].

  rois d'Etrurie de 1802 à 1807

Ecartelé : en 1, d'or à six fleurs de lys d'azur posées 3, 2 et 1 (qui est de Farnèse); en 2, d’argent, à la croix pattée de gueules cantonnée de quatre aigles de sable au vol abaissé (qui est de Mantoue); en 3, d'or à la bande de gueules chargé de trois alérions d'argent (qui est Lorraine); en 4, de gueules à la fasce d'argent (qui est d'Autriche); sur-le-tout, écartelé en 1 et 4, de gueules au château d'or ouvert et ajouré d'azur (qui est de Castille) et en 2 et 3 d'argent au lion de gueules armé, lampassé et couronné d'or (qui est de Leon); sur-le-tout-du-tout, parti d'azur à trois fleurs de lys d'or (qui est de France)[Information douteuse] et d'or à six tourteaux mis en orle, cinq de gueules, celui en chef d'azur chargé de trois fleurs de lis d'or (qui est de Toscane).

  ducs de Lucques de 1815 à 1847

Ecartelé : en 1 et 4, coupé : au 1 d'argent, au 2 de gueules (qui est de Lucques); en 2 et 3, d'écartelé en 1 et 4, de gueules au château d'or ouvert et ajouré d'azur (qui est de Castille) et en 2 et 3 d'argent au lion de gueules armé, lampassé et couronné d'or (qui est de Leon); sur-le-tout, d'azur aux trois fleurs de lys d'or à la bordure de gueules chargée de huit coquilles d'argent posées en orle (qui est de Bourbon-Parme)[63].

  ducs de Bourbon-Parme de 1847 à 1860

Coupé de deux, parti de deux :
- en 1, d'or à six fleurs de lys d'azur (qui est de Farnèse),
- en 2, parti d’argent, à la croix pattée de gueules cantonnée de quatre aigles de sable au vol abaissé (qui est de Gonzague) et d'azur au lion bandé d'argent et de gueules (qui est de Rossi)
- en 3, parti d'or à six tourteaux mis en orle, cinq de gueules, celui en chef d'azur chargé de trois fleurs de lis d'or (qui est de Toscane) et coupé de gueules sur or, l'or chargé d'un arbre d'argent, les branches et feuilles sur le gueules (qui est de Malastina)
- en 4 d'argent à l'aigle de sable (qui est [d'or] de Savoie ancien) chargé en cœur d'un écusson de gueules à la croix d'argent (qui est de Savoie moderne)
- en 5 en forme de sur-le-tout, écartelé en 1 et 4, de gueules au château d'or ouvert et ajouré d'azur (qui est de Castille) et en 2 et 3 d'argent au lion de gueules armé, lampassé et couronné d'or (qui est de Leon), enté en pointe du sur-le-tout d'argent à une pomme grenade de gueules, tigée et feuilleté de sinople (qui est de Grenade) ; sur-le-tout-du-tout d'azur à trois fleurs de lys d'or à la bordure de gueules chargée de huit coquilles d'argent (qui est de Bourbon-Parme)
- en 6 de gueules à la fasce d'argent (qui est de Corregio)
- en 7 d'argent à quatre points équipolés de gueules au chef d'or à l'aigle de sable (qui est de Pallavicini)
- en 8 de gueules, à la croix d'or cantonnée de quatre B, adossés du mesme (qui est de Paléologue)
- en 9 écartelé: aux 1 et 4, palé d'or et d'azur, à la fasce d'argent brochant sur le palé; aux 2 et 3, fascé, douché d'or et d'azur (qui est de Landi)[64].

  Alice de Bourbon-Parme (1917 † 2017), infante d'Espagne, duchesse douairière de Calabre, femme de Alphonse de Bourbon-Siciles (1901 † 1964), prétendant au trône des Deux-Siciles et infante d'Espagne

parti en I de Bourbon-Sicile (Parti de deux, au I, écartelé : 1 et 4, d'or aux six fleurs de lys d'azur (qui est de Farnèse); 2 et 3, parti de gueules à la fasce d'argent (qui est d'Autriche) et bandé d'or et d'argent de six pièces à la bordure de gueules (qui est de Bourgogne ancien); sur-le-tout d'argent aux cinq écussons disposés en croix d'azur chargés de cinq besans d'argent en sautoir à la bordure de gueules chargée de huit châteaux d'or, donjonnés de trois tours, ouverts et ajourés d'azur (qui est de Portugal); au II, coupé de 3, au I parti d'écartélé au 1 et 4 de gueules au château d'or, donjonnés de trois tours, ouverts et ajourés d'azur (qui est de Castille) et au 2 et 3 d'argent au lion de pourpre (qui est de Léon); et contre-parti d'or aux quatre pals de gueules (qui est d'Aragon) et écartelé en sautoir d'or aux quatre pals de gueules et d'argent à l'aigle de sable (qui est de Sicile); enté en pointe d'argent à une pomme grenade de gueules tigée et feuillée de sinople (qui est de Grenade); au II parti de gueules à la fasce d'argent (qui est d'Autriche) et d'azur semé de lys d'or à la bordure componée de gueules et d'argent (qui est de Bourgogne), au III écartélé en 1 taillé d'argent de six pièces à la bordure de gueules (qui est de Bourgogne ancien) et d'or au lion de sable armé et lampassé de gueules (qui est de Flandre) au II tranché de sable au lion d'or armé et lampassé de gueules (qui est de Brabant) et d'argent à l'aigle de gueules (qui est de Tyrol), au 3 semé de lys d'or au lambel de gueules (qui est de Naples) et au 4 d'argent à la croix potencée d'or cantonné de quatre croisettes de même (qui est de Jérusalem); au III, d'or à six tourteaux mis en orle, cinq de gueules, celui en chef d'azur chargé de trois fleurs de lis d'or (qui est de Toscane) ; sur-le-tout d'azur à trois fleurs de lys d'or posés 2 et 1 à la bordure de gueules (qui est d'Anjou)) et en II de Bourbon-Parme (coupé de deux, parti de deux : en 1, d'or à six fleurs de lys d'azur (qui est de Farnèse) ; en 2, parti d’argent, à la croix pattée de gueules cantonnée de quatre aigles de sable au vol abaissé (qui est de Gonzague) et d'azur au lion bandé d'argent et de gueules (qui est de Rossi) ; en 3, parti d'or à six tourteaux mis en orle, cinq de gueules, celui en chef d'azur chargé de trois fleurs de lis d'or (qui est de Toscane) et coupé de gueules sur or, l'or ch. d'un arbre d'argent, les branches et feuilles sur le gueules (qui est de Malastina) ; en 4 d'argent à l'aigle de sable (qui est [d'or] de Savoie ancien) chargé en cœur d'un écusson de gueules à la croix d'argent (qui est de Savoie moderne) ; en 5 en forme de sur-le-tout, écartelé en 1 et 4, de gueules au château d'or ouvert et ajouré d'azur (qui est de Castille) et en 2 et 3 d'argent au lion de gueules armé, lampassé et couronné d'or (qui est de Leon) ; enté en pointe du sur-le-tout d'argent à une pomme grenade de gueules, tigée et feuilleté de sinople (qui est de Grenade) ; sur-le-tout-du-tout d'azur aux trois fleurs de lys d'or à la bordure de gueules chargée de neuf coquilles d'argent posées en orle (qui est de Bourbon-Parme) ; en 6 de gueules à la fasce d'argent (qui est de Corregio) ; en 7 d'argent à quatre points équipolés de gueules au chef d'or à l'aigle de sable (qui est de Pallavicini) ; en 8 de gueules, à la croix d'or cantonnée de quatre B, adossés du mesme (qui est de Paléologue) ; en 9 écartelé: aux 1 et 4, palé d'or et d'azur, à la fasce d'argent brochant sur le palé ; aux 2 et 3, fascé, douché d'or et d'azur (qui est de Landi)[réf. nécessaire].

Maison de Bourbon-Parme-LuxembourgModifier
Figure Nom du prince et blasonnement

 

 

 


Jean de Luxembourg, Grand-duc de Luxembourg (1964-2000), fils de la Grande-duchesse Charlotte de Luxembourg et de Félix de Bourbon-Parme, prince de Parme,

Les armoiries prises à sa majorité (1939) : Écartelé : I et IV d'azur à trois fleurs de lys d'or, brisées d'une bordure de gueules (Maison de Bourbon-Espagne)[65] ; II et III d'azur semé de billettes d'or au lion couronné du second armé et lampassé de gueules brochant (Nassau) ; sur le tout en cœur burelé de dix pièces d'argent et d'azur au lion de gueules à la queue fourchée et passée en sautoir, armé, lampassé et couronné d'or brochant (Luxembourg), l'écu timbré d'une couronne royale doublée à mi-hauteur d'un bonnet de pourpre.


Les armoiries prises lors de son mariage avec la Princesse Joséphine-Charlotte de Belgique (1953) : Parti, au I d'azur semé de billettes d'or au lion couronné du second armé et lampassé de gueules brochant (Nassau, le lion contourné par courtoisie) ; au II burelé de dix pièces d'argent et d'azur au lion de gueules à la queue fourchée et passée en sautoir, armé, lampassé et couronné d'or brochant (Luxembourg) ; en pointe brochant sur le parti, d'azur à trois fleurs de lys d'or, brisées d'une bordure de gueules chargée de huit coquilles d'argent (Bourbon-Parme) ; l'écu timbré d'une couronne royale doublée à mi-hauteur d'un bonnet de pourpre.


À son avènement (1964), il reprend les armes de sa mère.

 

 

Henri de Luxembourg, Grand-duc de Luxembourg (2000), fils du précédent,

Il porte : Écartelé I et IV burelé de dix pièces d'argent et d'azur au lion de gueules à la queue fourchée et passée en sautoir, armé, lampassé et couronné d'or brochant (Luxembourg) ; II et III d'azur semé de billettes d'or au lion couronné du second armé et lampassé de gueules brochant (Maison de Nassau): dite de Luxembourg-Nassau.

Petites armoiries : Les mêmes timbrées d’une couronne royale, sans bonnet.


Moyennes armoiries : Les mêmes, timbré d’une couronne royale sans bonnet et supportées par deux lions à la tête contournée et couronnée d’or, armés et lampassés de gueules, celui de dextre ayant la queue fourchue et passée en sautoir.


Grandes armoiries : Les mêmes, chargées d'un sur-le-tout d'azur à trois fleurs de lis d'or, brisé d'une bordure de gueules à huit coquilles d'argent (Bourbon-Parme), ces armes timbrées d’une couronne royale, entourées du ruban de l'ordre de la Couronne de chêne et supportées par deux lions à la tête contournée et couronnée d’or, armés et lampassés de gueules, celui de dextre ayant la queue fourchue et passée en sautoir, chaque lion tenant un drapeau luxembourgeois frangé d’or. Le tout est posé sur un manteau de pourpre, doublé d’hermine, bordé, frangé et lié d’or et sommé d’une couronne royale, les drapeaux dépassant le manteau. [66]

 

 

Guillaume de Luxembourg, Grand-duc héritier de Luxembourg, fils du précédent,

Petites armoiries : Écartelé I et IV burelé de dix pièces d'argent et d'azur au lion de gueules à la queue fourchée et passée en sautoir, armé, lampassé et couronné d'or brochant (Luxembourg) ; II et III d'azur semé de billettes d'or au lion couronné du second armé et lampassé de gueules brochant (Maison de Nassau): dite de Luxembourg-Nassau, le tout brisé d'un lambel d'or.


Grandes armoiries : Les mêmes, chargées d'un sur-le-tout d'azur à trois fleurs de lis d'or, brisé d'une bordure de gueules à huit coquilles d'argent (Bourbon-Parme), ces armes timbrées d’une couronne royale et supportées par deux lions à la tête contournée et couronnée d’or, armés et lampassés de gueules, celui de dextre ayant la queue fourchue et passée en sautoir. Le tout est posé sur un manteau de pourpre, doublé d’hermine, bordé, frangé et lié d’or et sommé d’une couronne royale, les drapeaux dépassant le manteau. [66]

Maison d'OrléansModifier

Figure Nom du prince et blasonnement
  Philippe de France, (1640 - 1701), duc d'Orléans, fils du roi Louis XIII.

D'abord duc d'Anjou, il hérite du duché d'Orléans à la mort de son oncle Gaston et en reprend les armes :

D'azur aux trois fleurs de lys d'or, au lambel d'argent, portées ensuite, avec le nom d'Orléans, par tous ses descendants mâles jusqu'à nos jours

Armes portées par :

Enfants de Philippe de France
  Marie-Louise d'Orléans (1662 † 1689), fille de Philippe de France, mariée en 1679 à Charles II (1661 † 1700), roi d'Espagne

parti en I, écartelé en 1 et 4, de gueules au château d'or ouvert et ajouré d'azur, et en 2 et 3 d'argent au lion de gueules armé, lampassé et couronné d'or, enté en pointe du sur-le-tout d'argent à une pomme grenade de gueules, tigée et feuilleté de sinople et en II, d'azur aux trois fleurs de lys d'or au lambel d'argent.[réf. nécessaire]

  Anne-Marie d'Orléans (1669 † 1728), fille de Philippe de France, mariée en 1679 à Victor-Amédée II (1666 † 1732), roi de Sardaige, roi de Sicile et duc de Savoie

Deux écus accolés : Celui de la Maison de Savoie, écartelé, en I contre-écartelé au 1 d'argent à la croix potencée d'or cantonné de quatre croisettes de même, en 2 burelé d'azur et d'argent de dix pièces au lion de gueules armé lampassé et couronné d'or brochant sur le tout, au 3 d'or au lion de gueules armé lampassé et couronné d'azur et au 4 d'argent au lion de gueules armé lampassé et couronné d'or en II grand-quartier parti au 1 de gueules au cheval effrayé d'argent, au 2 fascé d'or et de sable de huit pièces au cancrelin de sinople posée en bande brochant sur le tout et enté en pointe d'argent à trois bouterolles au bout d'épée faites en croissant de gueules malordonnées, en III grand-quartier parti en 1 d'argent semé de billettes de sable au lion de même brochant sur le tout et en 2 de sable au lion d'argent, en IV grand-quartier parti en 1 à cinq point d'or équipolé à quatre points d'azur au 2 d'argent au chef de gueules ; sur le tout d'argent, à la croix de gueules, cantonnée de quatre têtes de maures de sable, tortillées d'argent ; sur le tout du tout de gueules à la croix d'argent[67] et celui des Bourbon Orléans, d'azur aux trois fleurs de lys d'or et au lambel d'argent

  Philippe d'Orléans, fils de Philippe de France, comme Duc de Chartres, héritier du duché d'Orleans

D'azur aux trois fleurs de lys d'or, au lambel d'argent à trois pendants d'argent, le deuxième chargé d'un croissant d'argent[68],[69],

  Élisabeth-Charlotte d'Orléans (1676 † 1744), fille de Philippe de France, mariée en 1698 à Léopold Ier de Lorraine (1679 † 1729), duc de Lorraine et de Bar

Deux écus accolés : Celui de la Maison de Lorraine, coupé et parti en 3, au premier fascé de gueules et d'argent, au second d'azur semé de lys d'or et au lambel de gueules, au troisième d'argent à la croix potencée d'or, cantonnée de quatre croisettes du même, au quatrième d'or aux quatre pals de gueules au cinquième parti d'azur semé de lys d'or et à la bordure de gueules, au sixième d'azur au lion contourné d'or, armé, lampassé et couronné de gueules, au septième d'or au lion de sable armé et lampassé de gueules, au huitième d'azur semé de croisettes d'or et aux deux bar d'or. Sur le tout d'or à la bande de gueules chargé de trois alérions d'argent[70] ; et celui des Bourbon Orléans, d'azur aux trois fleurs de lys d'or et au lambel d'argent

Enfants de Philippe d'Orléans
  Marie-Louise-Élisabeth d'Orléans (1695 † 1719), fille d'Philippe d'Orléans et de Françoise-Marie de Bourbon, mariée en 1710 à Charles de France (1686 † 1714), duc de Berry, troisième fils du Grand Dauphin

Deux écus accolés : Celui du duc de Berry, D'azur à trois fleurs de lys d'or à la bordure engrelée de gueules[39]; et celui des Bourbon Orléans, d'azur aux trois fleurs de lys d'or et au lambel d'argent.

  Adélaïde d'Orléans (1698 † 1743), fille d'Philippe d'Orléans et de Françoise-Marie de Bourbon, abbesse.

D'azur aux trois fleurs de lys d'or et au lambel d'argent.

  Charlotte-Aglaé d'Orléans (1700 † 1761), fille d'Philippe d'Orléans, et de Françoise-Marie de Bourbon, mariée en 1720 à François III de Modène (1707 † 1724), roi d'Espagne

Deux écus accolés : Celui de la Maison d'Este, écartelé, en 1 et 4 d'or, à l'aigle bicéphale de sable, membrée, becquée et liée de gueules et en 2 et 3 d'azur, à trois fleurs de lys d'or, à la bordure endentée de gueules et d'or, au pal de gueules aux deux clefs l'une d'argent l'autre d'or posées en sautoir et liées d'azur accompagné en chef d'une tiare cerclée et croisetée d'or ; sur le tout d'azur, à l'aigle d'argent, becquée, languée et couronnée d'or, et celui des Bourbon Orléans, d'azur aux trois fleurs de lys d'or et au lambel d'argent.

  Louis d'Orléans, (1703 † 1752), duc d'Orléans, fils du roi Louis XIII.

D'abord duc d'Anjou, il hérite du duché d'Orléans à la mort de son oncle Gaston et en reprend les armes :

D'azur aux trois fleurs de lys d'or, au lambel d'argent, portées ensuite, avec le nom d'Orléans, par tous ses descendants mâles jusqu'à nos jours

Armes portées par :

  Louise-Élisabeth d'Orléans (1709 † 1742), fille d'Philippe d'Orléans, régent du royaume de France, mariée en 1722 à Louis Ier (1707 † 1724), roi d'Espagne

Deux écus accolés : celui des cupé : en chef parti en 1 écartelé en 1 et 4, de gueules au château d'or ouvert et ajouré d'azur et en 2 et 3 d'argent au lion de gueules armé, lampassé et couronné d'or enté en pointe d'argent à une pomme grenade de gueules, tigée et feuilleté de sinople; 2 parti en 1 d'or à quatre pals de gueules et en 2 écartelé en sautoir d'or aux quatre pals de gueules et d'argent à l'aigle de sable;II, tigée et feuilleté de sinople et en pointe écartelé en 1 de gueules à la fasce d'argent; 2, d'azur semé de fleurs de lys d'or à la bande componée d'argent et de gueules, en 3 bandé d'or et d'azur de six pièces, à la bordure de gueules 4, de sable au lion d'or, armé et lampassé de gueules; enté en pointe parti d'or au lion de sable armé, couronné et lampassé de gueules et d'argent à l'aigle éployé de gueules, membré et becqué d'or;sur le tout d'azur aux trois fleurs de lys d'or à la bourdure de gueules et celui des Bourbon Orléans, d'azur aux trois fleurs de lys d'or et au lambel d'argent.[réf. nécessaire]

  Jean Philippe d'Orléans (1702 † 1748), fils illégitime de Philippe d'Orléans, Prieur de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem

D'azur à trois fleurs de lys d'or, au bâton d'argent péri en barre et au lambel d'argent, au chef de gueules à une croix d'argent

Enfants de Louis-Philippe d'Orléans
  Bathilde d'Orléans (1750 † 1822), fille de Louis-Philippe d'Orléans et de Auguste de Bade-Bade, mariée à Louis VI Henri de Bourbon-Condé

Deux écus accolés : celui des princes de Condé, d'azur à trois fleurs de lys d'or et au bâton de gueules, et celui des Bourbon Orléans, d'azur aux trois fleurs de lys d'or et au lambel d'argent.

Enfants de Louis-Philippe d'Orléans II
    Louis Philippe d'Orléans, duc d'Orléans puis roi des Français (1830-1848) « le Roi-Citoyen ». (1773 † 1850)

Louis Philippe a d'abord conservé ses armes d'Orléans surmontées de la couronne royale. Mais lors d'une émeute en 1830 ses armes exposées à Paris furent vandalisées. Louis Philippe adopte dès lors ce blason improbable[Quoi ?] : D'azur aux tables de la Loi d'or sur lesquelles sont inscrites : "Charte constitutionnelle 1830". Les fleurs-de-lys disparaissent aussi de la couronne, les couleurs traditionnelles de la France (azur et or) sont conservées.

  Louis-Charles d'Orléans (1779 † 1808), fils de Louis-Philippe d'Orléans II et de Marie-Adélaïde de Bourbon

D'azur aux trois fleurs de lys d'or et au lambel d'argent.

    À la chute de la monarchie de Juillet, les Orléans reprennent leurs armes. En particulier, à la mort de Louis-Philippe, son petit-fils et héritier direct, le comte de Paris porte ces armes jusqu'à la mort du « comte de Chambord » en 1883.

Philippe d'Orléans (1838-1894), comte de Paris

D'azur à trois fleurs de lys d'or, au lambel d'argent, puis d'azur à trois fleurs de lys d'or (1883).

  Mercedes d'Orléans (1860 † 1878), fille de Antoine d'Orléans duc de Montpensier, mariée en 1878 à Alphonse XII (1857 † 1885), roi d'Espagne

parti en I, écartelé en 1 et 4, de gueules au château d'or ouvert et ajouré d'azur, et en 2 et 3 d'argent au lion de pourpre armé, lampassé et couronné d'or, enté en pointe du sur-le-tout d'argent à une pomme grenade de gueules, tigée et feuilleté de sinople et sur le tout d'azur aux trois fleurs de lys d'or à la bordure de gueules et en II, d'azur aux trois fleurs de lys d'or au lambel d'argent.[réf. nécessaire]

  Les prétendants orléanistes au trône de France à partir de 1883

Philippe d'Orléans (1869-1926), « duc d'Orléans »

Jean d'Orléans (1874-1940), « duc de Guise »

Henri d'Orléans (1908-1999), « comte de Paris »

Henri d'Orléans (1933-2019), « comte de Paris, duc de France »

D'azur aux trois fleurs de lys d'or

  Jean d'Orléans (1965), « duc de Vendôme », fils cadet d'Henri d'Orléans (1933-2019), « comte de Paris, duc de France » :

Écartelé au 1 et 4 d'azur à trois fleurs de lys d'or et au 2 et 3 d'or à un dauphin d'azur, crêté, barbé, loré, peautré et oreillé de gueules

  Jacques d'Orléans (1941), « duc d'Orléans », fils d'Henri d'Orléans (1908-1999), « comte de Paris »

D'azur aux trois fleurs de lys d'or, au lambel d'argent.

  Anne d'Orléans, duchesse de Calabre, mariée à Charles de Bourbon-Siciles, « duc de Calabre » et prétendant au trône des Deux-Siciles, fille d'Henri d'Orléans (1908-1999), « comte de Paris ».

Duchesse de Calabre (1965-2015): Deux écus accolés : celui de Bourbon-Sicile (Parti de deux, au I, écartelé : 1 et 4, d'or aux six fleurs de lys d'azur (qui est de Farnèse); 2 et 3, parti de gueules à la fasce d'argent (qui est d'Autriche) et bandé d'or et d'argent de six pièces à la bordure de gueules (qui est de Bourgogne ancien); sur-le-tout d'argent aux cinq écussons disposés en croix d'azur chargés de cinq besans d'argent en sautoir à la bordure de gueules chargée de huit châteaux d'or, donjonnés de trois tours, ouverts et ajourés d'azur (qui est de Portugal); au II, coupé de 3, au I parti d'écartélé au 1 et 4 de gueules au château d'or, donjonnés de trois tours, ouverts et ajourés d'azur (qui est de Castille) et au 2 et 3 d'argent au lion de pourpre (qui est de Léon); et contre-parti d'or aux quatre pals de gueules (qui est d'Aragon) et écartelé en sautoir d'or aux quatre pals de gueules et d'argent à l'aigle de sable (qui est de Sicile); enté en pointe d'argent à une pomme grenade de gueules tigée et feuillée de sinople (qui est de Grenade); au II parti de gueules à la fasce d'argent (qui est d'Autriche) et d'azur semé de lys d'or à la bordure componée de gueules et d'argent (qui est de Bourgogne), au III écartélé en 1 taillé d'argent de six pièces à la bordure de gueules (qui est de Bourgogne ancien) et d'or au lion de sable armé et lampassé de gueules (qui est de Flandre) au II tranché de sable au lion d'or armé et lampassé de gueules (qui est de Brabant) et d'argent à l'aigle de gueules (qui est de Tyrol), au 3 semé de lys d'or au lambel de gueules (qui est de Naples) et au 4 d'argent à la croix potencée d'or cantonné de quatre croisettes de même (qui est de Jérusalem); au III, d'or à six tourteaux mis en orle, cinq de gueules, celui en chef d'azur chargé de trois fleurs de lis d'or (qui est de Toscane); sur-le-tout d'azur à trois fleurs de lys d'or posés 2 et 1 à la bordure de gueules (qui est d'Anjou)) et celui de France (D'azur aux trois fleurs de lys d'or ). [réf. nécessaire].

Duchesse douairière de Calabre (2015-) : parti en I, celui de Bourbon-Sicile (Parti de deux, au I, écartelé : 1 et 4, d'or aux six fleurs de lys d'azur (qui est de Farnèse); 2 et 3, parti de gueules à la fasce d'argent (qui est d'Autriche) et bandé d'or et d'argent de six pièces à la bordure de gueules (qui est de Bourgogne ancien); sur-le-tout d'argent aux cinq écussons disposés en croix d'azur chargés de cinq besans d'argent en sautoir à la bordure de gueules chargée de huit châteaux d'or, donjonnés de trois tours, ouverts et ajourés d'azur (qui est de Portugal); au II, coupé de 3, au I parti d'écartélé au 1 et 4 de gueules au château d'or, donjonnés de trois tours, ouverts et ajourés d'azur (qui est de Castille) et au 2 et 3 d'argent au lion de pourpre (qui est de Léon); et contre-parti d'or aux quatre pals de gueules (qui est d'Aragon) et écartelé en sautoir d'or aux quatre pals de gueules et d'argent à l'aigle de sable (qui est de Sicile); enté en pointe d'argent à une pomme grenade de gueules tigée et feuillée de sinople (qui est de Grenade); au II parti de gueules à la fasce d'argent (qui est d'Autriche) et d'azur semé de lys d'or à la bordure componée de gueules et d'argent (qui est de Bourgogne), au III écartélé en 1 taillé d'argent de six pièces à la bordure de gueules (qui est de Bourgogne ancien) et d'or au lion de sable armé et lampassé de gueules (qui est de Flandre) au II tranché de sable au lion d'or armé et lampassé de gueules (qui est de Brabant) et d'argent à l'aigle de gueules (qui est de Tyrol), au 3 semé de lys d'or au lambel de gueules (qui est de Naples) et au 4 d'argent à la croix potencée d'or cantonné de quatre croisettes de même (qui est de Jérusalem); au III, d'or à six tourteaux mis en orle, cinq de gueules, celui en chef d'azur chargé de trois fleurs de lis d'or (qui est de Toscane) ; sur-le-tout d'azur à trois fleurs de lys d'or posés 2 et 1 à la bordure de gueules (qui est d'Anjou)); et en II, de France (D'azur aux trois fleurs de lys d'or ). [réf. nécessaire].

  Michel d'Orléans (1941), « comte d'Évreux », fils d'Henri d'Orléans (1908-1999), « comte de Paris »

D’azur à trois fleurs de lis d’or à la bande componée d’argent et de gueules.

    Charles-Philippe d'Orléans (1973), « duc d'Anjou », « grand maître » de «l'Ordre de Saint-Lazare», fils aîné de Michel d'Orléans, « comte d'Evreux ».

Écartelé de Saint Lazare et d'Anjou .[71]

D'azur à trois fleurs de lys d'or à la bordure de gueules.

Maison d'Orléans-BraganceModifier
Figure Nom du prince et blasonnement
  Armes des prétendants au trône du Brésil (de Orleans e Bragança, famille impériale du Brésil)

De sinople à la sphère armillaire d'or, traversée par une croix de l'ordre du Christ (pattée de gueules, vidée d'argent), et entourée par un anneau d'azur chargé de vingt étoiles d'argent ; le tout chargé en cœur d'un écu d'azur à trois fleurs de lis d'or sous un lambel d'argent.

  Armes de l'héritier du prétendant au trône du Brésil

Les mêmes brisées d'un lambel d'argent à trois pendants.

Branche illégitime des barons de Busset et de ChâlusModifier

Figure Nom du prince et blasonnement
  La Maison de Bourbon Busset forme depuis le XVIe siècle la branche aînée mais illégitime de la maison capétienne de Bourbon. Louis de Bourbon (1438-1482), prince-évêque de Liège, eut un fils naturel, Pierre bâtard de Bourbon, baron de Busset (1464-1530), dit « le grand bâtard de Liège », dont descend la branche des Bourbons, barons de Busset et de Châlus, dits « Bourbon Busset ».

Pour le père Anselme, les Bourbon Busset portaient semé de France, à la cotice de gueules en bande, au chef d’argent, chargé d’une croix potencée d’or, accompagnée de quatre croisette de même, qui est Jérusalem[72],[73].


  Généralement le blason attribué aux Bourbon Busset est : De Bourbon au chef de Jérusalem, c’est-à-dire D'azur à trois fleurs-de-lys d'or (qui est de France moderne) au bâton péri en bande de gueules en abime (qui est la brisure moderne des Bourbon), au chef d'argent à la croix potencée et contrepotencée cousue d'or (qui est Jérusalem, brisure des Busset)[74].
  À la mort du dernier Condé, les Busset deviennent les seuls Bourbons ne descendant pas du père d'Henri IV et en assument les armes pleines : D'azur à trois fleurs-de-lys d'or (qui est de France moderne) au bâton péri en bande de gueules en abime (qui est la brisure moderne des Bourbons)[75].

La Maison d'Anjou-SicileModifier

Figure Nom du prince et blasonnement
    Charles Ier d'Anjou (1226 † 1285)

avant 1277 : D'azur semé de lys d'or au lambel de gueules[5].

après 1277 : Parti en 1 d'azur semé de lys d'or au lambel de gueules et en 2 d'argent à la croix potencé d'or[76], portées ensuite par :

Enfants de Charles II d'Anjou-Sicile
  Charles Martel (1271 † 1295), roi titulaire de Hongrie, fils aîné de Charles II

écartelé en 1 et 4 d'azur semé de fleurs de lys d'or et en 2 et 3 fascé de gueules et d'argent de huit pièces[77].

    Philippe Ier (1278 † 1332), prince de Tarente, quatrième fils de Charles II

avant 1313 : D'azur semé de fleurs de lys d'or au lambel de gueules et à la bande d'argent[78], portées ensuite par :

  • Philippe (1297 † 1330), fils du premier mariage de Philippe Ier

après 1313 : Parti en 1 d'azur semé de fleurs de lys d'or au lambel de gueules et à la bande d'argent en 2 de gueules à la croix d'or cantonnée de quatre besans d'or, chargé d'une croix de même, chaque besan accompagné de quatre croisettes d'or[78], portés ensuite par :

  Raymond Béranger (1279 † 1307), comte d'Andria, cinquième fils Charles II de Naples

D'azur semé de lys d'or au lambel de gueules et au franc-quartier d'hermine.

  Jean (1294 † 1336), duc de Durazzo, dernier fils de Charles II

D'azur semé de fleurs de lys d'or au lambel de gueules à la bordure componée de gueules et d'argent[78],[76], portés ensuite par :

  • Charles (1323 † 1348), duc de Durazzo, fils aîné de Jean de Durazzo
  • Louis (1324 † 1362), duc de Gravina, fils puîné de Jean de Durazzo
Enfants de Robert Ier le Sage
  Charles de Calabre (1298 † 1328), fils aîné de Robert Ier de Naples

Parti en 1 d'azur semé de fleurs de lys d'or au lambel de gueules et en 2 d'argent, à la croix potencée d'or, cantonnée de quatre croisettes du même et à la bordure d'argent[79].

Enfants de Charles Martel d'Anjou
  Charles Ier Robert (1288 † 1342), roi de Hongrie, fils aîné de Charles Martel

Parti en 1 fascé de gueules et d'argent de huit pièces et en 2 d'azur semé de fleurs de lys d'or au lambel de gueules[77].

  Clémence de Hongrie (1293 † 1328), fille de Charles Martel, mariée à Louis X le Hutin, roi de France (1289 † 1316)

Parti d'azur semé de fleurs de lys d'or et fascé de gueules et d'argent de huit pièces[17].

Enfants de Charles Ier Robert de Hongrie
  Louis Ier (1326 † 1382), roi de Hongrie et de Pologne, fils aîné de Charles Ier Robert

Ecartelé en 1 parti fascé de gueules et d'argent de huit pièces et d'azur semé de fleurs de lys d'or eu lambel de gueules, en 2 de gueules à l'aigle d'argent membré et couronné d'or en 3 de gueules à la croix patriarcale d'argent sur une colline de sinople et en 4 d'azur aux trois têtes de léopard d'or[77].

  André de Hongrie (1327 † 1345), roi de Naples, second fils de Charles Ier Robert, époux de Jeanne Ire de Naples

Tiercé en pal en 1 fascé de gueules et d'argent de huit pièces, en 2 d'argent à la croix potencé d'or et en 3 d'azur semé de fleurs de lys d'or et au lambel de gueules[77]., portées ensuite par :

  • Charles III (1345 † 1386), roi de Naples et de Hongrie, fils de Louis de Gravina
  • Ladislas Ier (1372 † 1414), roi de Naples, fils de Charles III
  • Jeanne II (1373 † 1435), reine de Naples, fille de Charles III

La Maison de CourtenayModifier

Figure Nom du prince et blasonnement
  Pierre Ier (1126 † 1183), fils de Louis VI le Gros, roi de France, et époux d'Elisabeth dame de Courtenay, dont il prit le nom et les armes,

D'or aux trois tourteaux de gueules[16], portées ensuite par :

  Pierre II (1155 † 1219), seigneur de Courtenay, comte de Nevers et d'Auxerre, éphémère empereur latin de Constantinople, fils du précédent,

De gueules à la croix d'or cantonnée de quatre besants d'or, chacun chargé d'une croix de même, et accompagné de quatre croisettes d'or[80], portées ensuite par :

  • Robert (1201 † 1228), fils de Pierre II
  • Baudouin II (1219 † 1273), fils de Pierre II
  • Philippe (1243 † 1283), fils de Baudouin II
  • Catherine (1274 † 1307), fille de Philippe
  Robert Ier (1168 † 1239), grand bouteiller de France (1223), croisé (1239), seigneur de Champignelles et de Charny (Gâtinais), de Conches et de Nonancourt (Normandie), second fils de Pierre Ier de France, seigneur de Courtenay.

D'or aux trois tourteaux de gueules, au lambel à cinq (ou trois) pendants d'azur[81], armes portées ensuite (avec des variantes) par :

  • les seigneurs de Champignelles, de Bléneau et de La Ferté-Loupière (qui devinrent successivement chefs de la Maison capétienne de Courtenay, éteinte en 1733)[82].

La Maison de DreuxModifier

Figure Nom du prince et blasonnement
  Robert Ier (1123 † 1188), comte de Dreux, fils de Louis VI, roi de France

Échiqueté d'or et d'azur à la bordure de gueules[83], portées ensuite par :

  Robert III (1185 † 1234), comte de Dreux, fils de Robert II, comte de Dreux, portées avant de devenir comte de Dreux en 1198

Échiqueté d'or et d'azur à la bordure de gueules au lambel du même[réf. nécessaire].

La Branche de BeuModifier

Figure Nom du prince et blasonnement
  Robert Ier de Dreux (1212-1264), seigneur de Beu, fils de Robert III, comte de Dreux

Échiqueté d'or et d'azur à la bordure engrelée de gueules[84], portés ensuite par :

La Branche de Dreux-BretagneModifier


Figure Nom du prince et blasonnement
  Pierre Mauclerc (1191), baillistre de Bretagne (1213-1237) et comte de Richmond (1219-1235).

Echiqueté d'or et d'azur au franc-quartier d'hermine et à la bordure de gueules[83].

  Jean, (12661334), comte de Richmond (1306-1334), fils de Jean II de Bretagne.

Echiqueté d'or et d'azur à la bordure de gueules chargée de léopards d'or et au franc-quartier d'hermine[83].

    Pierre (12691312), vicomte de Léon (1306-1334), fils de Jean II de Bretagne.

avant 1316 : Echiqueté d'or et d'azur à la bordure de gueules chargée de besants d'argent et au franc-quartier d'hermine[83].

après 1316 : D'hermine à la bordure de gueules, chargée de besants d'argent[réf. nécessaire].

  Jean III (1286 † 1341), duc de Bretagne

D'hermine plain[83], portés ensuite par :

  Guy VII (1287 † 1331), comte de Penthièvre et vicomte de Limoges, fils d'Arthur II, duc de Bretagne

D'hermine à la bordure de gueules[83].

  Jeanne de Penthièvre (1319 † 1384), comtesse de Penthièvre et vicomtesse de Limoges, fils Guy VII, comte de Penthièvre et vicomte de Limoges

Parti d'hermine plain et d'hermine à la bordure de gueules[réf. nécessaire].

  Jean (1294 † 1345), comte de Montfort, fils d'Arthur II, duc de Bretagne

D'hermine à la bordure de gueules, chargé de léopards d'or[83].

  Arthur III de Bretagne (1393 † 1458), Comte de Richmond, avant de devenir, en 1457, duc de Bretagne

D'hermine au lambel de gueules, les trois pendants chargés de trois léopards d'or[83].

  Pierre II de Bretagne (1418 † 1457), comte de Guingamp, avant de devenir, en 1450, duc de Bretagne

D'hermine au lambel d'azur, les trois pendants chargés de trois fleurs de lys d'or[83].

  Richard (1395 † 1438), comte d'Étampes, de Vertus, de Benon et de Mantes, fils de Jean IV, duc de Bretagne, et de sa troisième épouse Jeanne de Navarre, père de François II de Bretagne.

D'hermine à la bordure engrelée de gueules[83].

  François II de Bretagne (1435 † 1488), comte d'Étampes, avant de devenir, en 1450, duc de Bretagne

D'hermine au lambel d'azur chargé d'une fleur de lys d'or et surchargé d'un lambel d'argent[83].

    Anne de Bretagne (1477 † 1514), fille de François II de Bretagne et Marguerite de Foix duchesse de Bretagne, puis, en 1491 et en 1499, reine de France

avant 1491 : Ecartelé d'hermine et d'or à 3 pals de gueules[réf. nécessaire].

après 1491 : Parti d'azur à trois fleurs de lys d'or et d'hermine plain[85].

Le Rameau de MachecoulModifier

Figure Nom du prince et blasonnement
  Olivier Ier de Machecoul (1231 – 1279), dit "Olivier de Braine", seigneur de Machecoul, fils de Pierre Mauclerc.

D'argent à trois chevrons de gueules[86].

Le Rameau d’Avaugour des comtes de GoëlloModifier

Figure Nom du prince et blasonnement
  François Ier d'Avaugour, comte de Vertus comte de Goëllo et baron d'Avaugour. (1462-1510), fils de François II de Bretagne.

Ecartelé aux I et IV d'hermine, les II et III contre-écartelés : aux I et IV du contre-écartelé d'azur à trois fleurs de lys d'or au lambel d'argent, aux II et III du contre-écartelé d'argent à la guivre d'azur couronnée d'or hissante de carnation ; sur le tout d'argent au chef de gueules[réf. nécessaire].

La Maison de VermandoisModifier

Figure Nom du prince et blasonnement
  Raoul Ier (1085 † 1152), comte de Vermandois et de Valois

Échiqueté d'or et d'azur[16], portés ensuite par les comtes de Vermandois, ses successeurs (éteints en 1167).

La Maison de BourgogneModifier

Figure Nom du prince et blasonnement
  Eudes II (1118 † 1162), duc de Bourgogne

Bandé d'or et d'azur de six pièces, à la bordure de gueules[87], porté ensuite par les ducs de Bourgogne jusqu'en 1361

  Eudes de Bourgogne (1230 † 1269), comte de Nevers, d'Auxerre et de Tonnerre

Bandé d'or et d'azur en six pièces, à la bordure endenté de gueules[87], porté ensuite par :

  • son neveu Eudes IV de Bourgogne (1295 † 1350), second fils de Robert II, avant la mort de son frère aîné
  Philippe de Bourgogne (1323 † 1346), fils d'Eudes IV

Bandé d'or et d'azur de six pièces, à la bordure de gueules, à la fleur de lys d'or au franc quartier[87].

  Louis de Bourgogne (1297 † 1316), prince de Morée, troisième fils de Robert II

Bandé d'or et d'azur de six pièces, à la bordure de gueules, au franc quartier de gueules à la croix ancrée d'or (de Villehardouin)[87].

  Jeanne de Bourgogne (1293 † 1349), fille de Robert II, mariée en 1313 à Philippe VI de Valois, roi de France (1293 † 1350)

Parti, en 1 de France, qui est d'azur aux trois fleurs de lys d'or et en 2 de Bourgogne ducale, qui est bandé d'or et d'azur, à la bordure de gueules[17].

  Alexandre de Bourgogne (1170 † 1205), seigneur de Montagu, fils de Hugues III

Bandé d'or et d'azur de six pièces, à la bordure de gueules et au franc quartier d'hermines[87], portées ensuite par seigneurs de Montagu, ses descendants

  André Guigues VI (1184 † 1237), dauphin du Viennois, fils de Hugues III

D'or au dauphin d'azur, crêté, barbé, loré, peautré et oreillé de gueules[87], portés ensuite par les dauphins du Viennois, ses descendants

La Maison de PortugalModifier

Figure Nom du prince et blasonnement
    Alphonse Ier (1109 † 1185), roi de Portugal

D'argent, croix d'azur[88].

À partir de 1180 : D'argent aux cinq écus d'azur disposés en croix, chaque écu semé de besants d'argent[88],[89], portés ensuite par :

  Sanche II (1207 † 1248), roi de Portugal

D'argent aux cinq écus d'azur disposés en croix, chaque écu aux cinq besants d'argent[88],[89]

  Alphonse III (1210 † 1279), roi de Portugal

D'argent aux cinq écus d'azur disposés en croix, chaque écu chargé de cinq besants d'argent disposés en sautoir, à la bordure de gueules chargée de onze châteaux d'or, donjonnés de trois tours, ouverts et ajourés d'azur[88],[89], portés ensuite par les rois de Portugal qui lui succèdent jusqu'à Jean Ier

  Jean Ier de Portugal, portés ensuite par les rois de Portugal qui lui succèdent jusqu'à Jean II

D'argent aux cinq écussons d'azur disposés en croix, l'écussons latérales couchés, chaque écusson chargé de cinq besants d'argent disposés en sautoir, à la bordure de gueules chargée de douze châteaux d'or, donjonnés de trois tours, ouverts et ajourés d'azur et chargé des quatre bouts évidents d'une croix fleurdelisé de sinople[88],[90].

  Pierre, duc de Coïmbra (1392-1449), fils de Jean Ier de Portugal

D'argent, à cinq écussons d'azur, posés en croix, les deux de flanc mis de côté, chaque écusson chargé de cinq besants du champ, posés en sautoir, à la bordure de gueules, chargée de douze châteaux d'or, donjonnés de trois tours, ouverts et ajourés d'azur, aux quatre fleurs de lys de sinople, brisé d'un lambel d'argent, chaque pendant chargé de trois mouchetures d'hermine[90].

  Jean de Coimbra (1431-1457), Infant de Portugal et Prince d'Antioche, fils du précédent.

écartelé, au I d'argent, à la croix potencée d'or, cantonnée de quatre croisettes du même (qui est de Jérusalem), au II contre-écartelé au 1 et 4 d'argent aux cinq écussons d'azur disposés en croix, les écussons latéraux couchés, chaque écusson chargé de cinq besants d'argent disposés en sautoir, à la bordure de gueules chargée de neuf châteaux d'or, donjonnés de trois tours, ouverts et ajourés d'azur et chargé des quatre bouts évidents d'une croix fleurdelisé de sinople (qui est de Portugal) et au 2 et 3 contre-écartelé au 1 et 4 d'azur à trois fleurs de lys d'or (qui est de France) et au 2 et 3 de gueules aux trois léopards d'or, au III d'or au lion de gueules, armé, lampassé et couronné d'azur (qui est d'Arménie) et au IV d'argent au lion de gueules, armé, lampassé et couronné d'or, brochant sur le tout (qui est de Chypre), sur le tout burelé d'argent et d'azur de huit pièces, au lion de gueules, armé, lampassé et couronné d'or, brochant sur le tout (qui est de Lusignan-Chypre)[90].

  Jacques de Coïmbra (1433-1469), Infant de Portugal, Évêque de Arras, Évêque de Paphos et Archevêque de Lisbonne. Troisième fils de Pierre, duc de Coimbra

écartelé, au I et IV d'argent, à cinq écussons d'azur, posés en croix, les deux de flanc mis de côté, chaque écusson chargé de cinq besants du champ, posés en sautoir, à la bordure de gueules, chargée de douze châteaux d'or, donjonnés de trois tours, ouverts et ajourés d'azur, aux quatre fleurs de lys de sinople, brisé d'un lambel d'argent, chaque pendant chargé de trois mouchetures d'hermine (qui est d'Aviz-Coimbra), et au II et III d'or à 4 pals de gueules (qui est d'Aragon).

  Henri, duc de Viseu, dit le Navigateur (1394-1460), fils de Jean Ier de Portugal

D'argent, à cinq écussons d'azur, posés en croix, les deux de flanc mis de côté, chaque écusson chargé de cinq besants du champ, posés en sautoir, à la bordure de gueules, chargée de douze châteaux d'or, donjonnés de trois tours, ouverts et ajourés d'azur, aux quatre fleurs de lys de sinople, brisé d'un lambel d'azur, chaque pendant chargé de trois fleur de lys d'or[90].

  Jean, prince de Portugal (1400-1442), connétable de Portugal, fils de Jean Ier de Portugal

D'argent, à cinq écussons d'azur, posés en croix, les deux de flanc mis de côté, chaque écusson chargé de cinq besants du champ, posés en sautoir, à la bordure de gueules, chargée de douze châteaux d'or, donjonnés de trois tours, ouverts et ajourés d'azur, aux quatre fleurs de lys de sinople, brisé d'un lambel d'or, chaque pendant chargé d'un flanc dextre de gueules[90].

  Ferdinand, prince de Portugal (1402-1443), grand-maître d'Aviz, fils de Jean Ier de Portugal

D'argent, à cinq écussons d'azur, posés en croix, les deux de flanc mis de côté, chaque écusson chargé de cinq besants du champ, posés en sautoir, à la bordure de gueules, chargée de huit châteaux d'or, donjonnés de trois tours, ouverts et ajourés d'azur, et de deux léopards d'or en chef aux quatre fleurs de lys de sinople[90].

  Alphonse V de Portugal (1432-1481), fils aîné d'Édouard Ier de Portugal.

Pendeant la Guerre de Succession de Castille, Alphonse V se proclamé aussi roi de Léon et Castille (1475-1479) et portait des armes écartelé de Portugal-Aviz et de Castille-Leon.

écartelé en 1 et 4 d'argent aux cinq écussons d'azur disposés en croix, l'écussons latérales couchés, chaque écusson chargé de cinq besants d'argent disposés en sautoir, à la bordure de gueules chargée de neuf châteaux d'or, donjonnés de trois tours, ouverts et ajourés d'azur et chargé des quatre bouts évidents d'une croix fleurdelisé de sinople, et en 2 et 3 contre-écartelé en 1 et 4, de gueules au château d'or ouvert et ajouré d'azur et en 2 et 3 d'argent au lion de pourpre armé, lampassé et couronné d'or.

  Ferdinand (1433-1470), duc de Viseu, fils d'Édouard Ier de Portugal

D'argent, à cinq écussons d'azur, posés en croix, les deux de flanc mis de côté, chaque écusson chargé de cinq besants du champ, posés en sautoir, à la bordure de gueules, chargée de douze châteaux d'or, donjonnés de trois tours, ouverts et ajourés d'azur, aux quatre fleurs de lys de sinople, brisé d'un lambel aux deux pendant d'argent, chaque pendant écartelé en sautoir, d'or aux quatre pals de gueules et d'argent à l'aigle de sable[90].

  Jean II de Portugal, roi en 1481

D'argent aux cinq écus d'azur disposés en croix, chaque écu semé de besants d'argent, à la bordure de gueules chargée de sept châteaux d'or, donjonnés de trois tours, ouverts et ajourés d'azur[90],

Reforme de 1485 - portés ensuite par les Rois de Portugal qui lui succèdent jusqu'à la fin de la monarchie, en 1910.

  Henri Ier de Portugal, dit le Cardinal-Roi, roi de 1578-1580

D'argent aux cinq écus d'azur disposés en croix, chaque écu semé de besants d'argent, à la bordure de gueules chargée de sept châteaux d'or, donjonnés de trois tours, ouverts et ajourés d'azur[90]

AnnexesModifier

BibliographieModifier

Notes et référencesModifier

  1. a b c d e f et g Neubecker 1976, p. 98 et Louda 1981, p. 125
  2. a b c et d Neubecker 1976, p. 98 et Louda 1981, p. 128
  3. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u et v Neubecker 1976, p. 99
  4. « Banque du Blason : Vexin »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le 21 août 2014).
  5. a b c d e f g h i j et k Neubecker 1976, p. 98
  6. Louda 1981, p. 125
  7. a et b Neubecker 1976, p. 98 et Louda 1981, p. 129
  8. a b et c Martine Dalas, Corpus des sceaux français du Moyen Âge: t. 1, Les sceaux des rois et de régence, Paris, 1991, sceaux de Louis X, Philippe IV et Charles IV
  9. a b et c Héraldique Européenne : rois de Navarre
  10. a b c d e et f Neubecker 1976, p. 99 et Louda 1981, p. 131
  11. a et b drapeaux des comtes de Poitiers
  12. a b c d e f g h i j k l m n et o Neubecker 1976, p. 99.
  13. Armorial de Gelre, folio 46r, écu no 314
  14. Amédée René, Les princes militaires de la maison de France, Paris, (lire en ligne), p. 49
  15. Louda 1981, p. 128
  16. a b c d e f et g Neubecker 1976, p. 101
  17. a b c d e et f Pinoteau 1982, p. 43-57
  18. Louda 1981, p. 267, Héraldique Européenne : Pologne
  19. Louda 1981, p. 131
  20. a b c d e et f Neubecker 1976, p. 99 et Louda 1981, p. 149
  21. a b et c Amédée Renée, Les princes militaires de la maison de France, Amyot, (lire en ligne)
  22. sceau
  23. Armorial de Gelre
  24. Statuts, Ordonnances et Armorial de l’Ordre de la Toison d'or, (manuscrit enluminé conservé à la Bibliothèque royale (« Koninklijke Bibliotheek ») (La Haye), sous la cote KB 76 E 10, folio 65 verso.
  25. Le grand armorial équestre de la Toison d'or. Manuscrit BnF Arsenal 4790.
  26. Héraldique européenne - armorial des chevaliers de la Toison d'or
  27. « www.corpusetampois.com », Gilles Gobet : Monsieur Jehan de Borgoigne comte d’Estampes. Miniature, vers 1473 (consulté le 1er novembre 2010)
  28. Louda 1981, p. 149
  29. « roglo.eu », Philippe de Bourgogne (consulté le 31 octobre 2010)
  30. a b c d et e « http://www.heraldique-europeenne.org », Armorial des chevaliers de la Toison d'or (consulté le 29 octobre 2010)
  31. « roglo.eu », Antoine de Bourgogne (consulté le 31 octobre 2010)
  32. « roglo.eu », Philippe de Bourgogne (consulté le 31 octobre 2010)
  33. « roglo.eu », Adolphe de Bourgogne (consulté le 31 octobre 2010)
  34. a b c d e f et g Neubecker 1976, p. 100 et Louda 1981, p. 135
  35. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t et u Neubecker 1976, p. 100
  36. Arnaud Bunel, « Armorial des Chevaliers du Saint-Esprit », 1619, sur www.heraldique-europeenne.org (consulté le 30 octobre 2011)
  37. Arnaud Bunel, « Armorial des Chevaliers du Saint-Esprit », 1661, sur www.heraldique-europeenne.org (consulté le 30 octobre 2011)
  38. a et b Source : Philippe Palasi, Les jeux de cartes et jeux de l'oie héraldiques aux XVIIe et XVIIIe siècles, Paris : Picard, 2001, p. 142, fig. 72 (dessin de 1692).
  39. a et b Arnaud Bunel, « Armorial des Chevaliers du Saint-Esprit », 1699, sur www.heraldique-europeenne.org (consulté le 30 octobre 2011)
  40. Arnaud Bunel, « Généalogie capétienne », Louis XVI, sur www.heraldique-europeenne.org (consulté le 30 octobre 2011)
  41. Arnaud Bunel, « Armorial des Chevaliers du Saint-Esprit », 1767, sur www.heraldique-europeenne.org (consulté le 30 octobre 2011)
  42. Michel Popoff et préface d'Hervé Pinoteau, Armorial de l'Ordre du Saint-Esprit : d'après l'œuvre du père Anselme et ses continuateurs, Paris, Le Léopard d'or, , 204 p. (ISBN 978-2-86377-140-2, notice BnF no FRBNF35843169)
  43. Arnaud Bunel, « Armorial des Chevaliers du Saint-Esprit », 1771, sur www.heraldique-europeenne.org (consulté le 30 octobre 2011)
  44. Arnaud Bunel, « Armorial des Chevaliers du Saint-Esprit », 1787, sur www.heraldique-europeenne.org (consulté le 30 octobre 2011)
  45. Arnaud Bunel, « Armorial des Chevaliers du Saint-Esprit », 1789, sur www.heraldique-europeenne.org (consulté le 30 octobre 2011)
  46. a et b titre octroyé le 10 juin 1820 par Louis XVIII
  47. « BB/29/974 pages 282-283. », Titre non transmissible de comtesse d'Issoudun accordé à Charlotte, Marie, Augustine, fille de Charles-Ferdinand d'Artois, Duc de Berry et de Amy Brown (1783-1876). Paris ()., sur chan.archivesnationales.culture.gouv.fr, Centre historique des Archives nationales (France) (consulté le 4 juin 2011)
  48. « BB/29/974 pages 282-283. », Titre non transmissible de comtesse de Vierzon accordé à Louise Marie Charlotte, fille de Charles-Ferdinand d'Artois, Duc de Berry et de Amy Brown. Paris ()., sur chan.archivesnationales.culture.gouv.fr, Centre historique des Archives nationales (France) (consulté le 4 juin 2011)
  49. a b c d e f g h i j et k Héraldique Européenne : Souverains d'Espagne
  50. a b c d et e Jiri Louda et Michael Maclagan, Les Dynasties d'Europe, Bordas, (réimpr. 1993), 308 p. (ISBN 2-04-027013-2), p. 104-5
  51. Armoiries de François Ier dans Blog de heráldica, mis en ligne le 03-06-2009, (es) [lire en ligne]
  52. a b et c Lettre du secrétariat de l'institut de la maison de Bourbon.
  53. a b et c http://www.marcofoppoli.com/index.php?p=illustrazioni_araldiche
  54. Décret royal 284/2001 du 16 mars 2001 sur la Bannière et l'Étendard du Prince des Asturies dans BOE, Journal officiel de l'Espagne du 17-03-2001, mis en ligne le 14-07-2008, (es) [lire en ligne]
  55. (es) www.st-lazarus.net et www.blasoneshispanos.com
  56. a et b Héraldique Européenne : Deux-Siciles.
  57. Ottfried Neubecker, Roger Harmingues, Le Grand livre de l'héraldique, Bordas, (réimpr. 1982), 288 p. (ISBN 2-04-012582-5), p. 232-3
  58. XXXII edizione dell’Annuario della Nobiltà Italiana (2011-2014)
  59. Source : sceau de Marie Amélie de Bourbon
  60. Annuario della Nobiltà Italiana, XXXII edizione (2011-2014)
  61. Héraldique Européenne : duché de Parme.
  62. Armoiries de la reine Marie-Louise de Bourbon-Parme dans Ex-libris royales d'Espagne, Biblioteca Real (Madrid), mis en ligne le 12-12-2009, (es) « http://encuadernacion.realbiblioteca.es/searchExlibris.php?busc=ident&let=16 »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  63. Jouffroy d'Eschavannes (1844) Armorial universel; précédé d'un traité complet de la science du blason.
  64. (it) « Araldica Borboni di Parma » [PDF], sur Rocculi.
  65. La brisure usuelle des Bourbons-Parme est une bordure de gueules chargée de huit coquilles d'argent
  66. a et b Héraldique européenne : Grand duché de Luxembourg.
  67. Héraldique Européenne : Sardaigne.
  68. Pierre Pradel, Catalogue des Jetons des Princes et Princesses de la Maison de France, Paris,
  69. (en) Francois Velde, « The Royal Family: A Genealogy », sur http://heraldica.org, Francois Velde, (consulté le 6 octobre 2016)
  70. Bunel 1997, p. Maison de Lorraine.
  71. source : reportage sur son intronisation dans Point-de-Vue. Pour l'anecdote, les armes de Charles Philippe comme grand maître sont les mêmes que celles que pourraient porter le grand maître concurrent, son cousin le duc de Séville
  72. Rietstap, Armorial général d'Europe (lire en ligne)
  73. Père Anselme et Potier de Courcy, Histoire généalogique de la maison royale de la France et des grands officiers de la couronne, vol. 9, p. 42
  74. Blason : De Bourbon-Busset
  75. Faire-part de mariage de Madeleine de Bourbon-Busset avec Xavier de Bourbon-Parme (1927)
  76. a et b Louda 1981, p. 249
  77. a b c et d Louda 1981, p. 176
  78. a b et c Neubecker 1976, p. 98.
  79. Amédée Julien, op. cit., p. 438.
  80. Early Blazon : Constantinople
  81. Amédée Julien, op. cit., p. 486.
  82. Alice Saunier-Seïté, Les Courtenay, destin d'une illustre famille bourguignonne, Paris, Editions France-Empire, , 253 p. (ISBN 978-2-7048-0845-8, notice BnF no FRBNF36983822), p. 211 et s.
  83. a b c d e f g h i j et k Brisures de la maison de Dreux (Neubecker 1976, p. 101)
  84. « web.genealogie : famille de Dreux »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le 21 août 2014)
  85. Drapeaux bretons
  86. Sources : Early Blazon : Bretagne et Les origines des armoiries d’Olivier de Machecoul sur www.tudchentil.org
  87. a b c d e et f Brisures de la première maison de Bourgogne (Neubecker 1976, p. 101)
  88. a b c d et e Héraldique Européenne : Portugal.
  89. a b et c Louda 1981, p. 229.
  90. a b c d e f g h et i Louda 1981, p. 231.

Voir aussiModifier