Maison capétienne d'Artois

branche de la dynastie capétienne issue de Robert Ier de France (1216 † 1250), fils de Louis VIII le Lion, roi de France, qui lui donna en apanage le comté d'Artois
Maison capétienne d'Artois
Description de cette image, également commentée ci-après
Armes du comté d'Artois
Pays France (origine)
Lignée Capétiens
Titres Comte d'Artois, comte d'Eu
Fondation 1237
Robert Ier d'Artois
Dissolution 1472

La maison capétienne d'Artois est une puissante dynastie féodale originaire du nord de la France actuelle, descendant en ligne directe du roi capétien Philippe Auguste, dépossédé de son comté éponyme sous Philippe IV le Bel, qui ne parviendra jamais à le recouvrer[1].

HistoriqueModifier

La maison capétienne d'Artois est une branche cadette de la dynastie capétienne issue de Robert Ier de France (1216 † 1250), second fils de Louis VIII le Lion, roi de France, qui lui donna en apanage le comté d'Artois.

À la mort de Robert II (1302), la succession fut réclamée par sa fille Mahaut et son petit-fils Robert III. Le Parlement de Paris trancha en faveur de Mahaut, et Robert III eu la seigneurie de Beaumont-le-Roger. Il fut condamné pour avoir produit des faux documents et ses terres confisquées. Le fils de ce dernier, Jean d'Artois, obtint vingt ans après le comté d'Eu en 1350. La branche s'éteignit en 1472.

GénéalogieModifier

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Louis VIII de France
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Saint Louis
 
 
 
 
 
 
 
 
Robert Ier
(1216-1250)
comte d'Artois
 
Mathilde de Brabant
 
 
 
 
 
 
 
 
Charles Ier d'Anjou
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Généalogie des
Capétiens directs
 
 
Henri Ier
(-1274)
roi de Navarre
 
Blanche d'Artois
(1248-1302)
 
Edmond de Lancastre
(1245-1296)
 
Robert II
(1250-1302)
comte d'Artois
 
Amicie de Courtenay
(1250-1275)
 
 
maison capétienne
d'Anjou-Sicile
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Othon IV
comte de Bourgogne
 
Mahaut
(1268-1329)
comtesse d'Artois
 
Philippe
(1269-1298)
 
Blanche de Bretagne
 
Robert
(1271-1272)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Marguerite (1285-1311)
x Louis
comte d'Evreux
 
Robert III d'Artois
(1287-1342)
comte de Beaumont
x Jeanne de Valois
 
Isabelle (1288-1344), nonne à Poissy
 
Jeanne
(1289-ap.1347)
x Gaston Ier
comte de Foix
 
Marie
(1291-1365)
x Jean Ier
comte de Namur
 
Catherine
(+1368)
x Jean II
comte d'Aumale
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Isabelle de Melun
 
Jean
(1321-1387)
comte d'Eu
 
Jeanne
(1323-1324)
 
Jacques
(1325-ap.1347)
 
Robert
(1326-ap.1347)
 
Charles
(1328-1385)
comte de Pezenas
 
Jeanne de Baucay
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Simon de Thouars
comte de Dreux
 
Jeanne
(1353-1368)
 
Jean
(1355-1363)
 
Robert IV
(1356-1387)
comte d'Eu
 
Philippe
(1358-1397)
comte d'Eu
 
Marie de Berry
 
Charles
(1359-1368)
 
Isabeau
(1361-1379)
 
Louis
(1362-1362)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Jeanne de Saveuse
 
Charles
(1394-1472)
comte d'Eu
 
Hélène de Melun
 
Philippe
(1395-1397)
 
Philippe de Bourgogne
comte de Nevers et de Rethel
 
Bonne d'Artois
(1396-1425)
 
Philippe III le Bon
duc de Bourgogne
 
Catherine (1397-1420)
 
Jean de Bourbon
seigneur de Carency
 
 
 
 
 

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie complémentaireModifier

  • Auguste de Loisne, « Iconographie des princes et princesses de la maison d'Artois », Mémoires de la commission départementale des Monuments Historiques du Pas-de-Calais, vol. 3,‎ , p. 363-395 (lire en ligne).

Articles connexesModifier

RéférencesModifier

  1. Stéphane William Gondoin, « Les gisants de la collégiale d'Eu », Patrimoine normand, no 107, octobre-novembre-décembre 2018, p. 9.