Ouvrir le menu principal

César de Vendôme

militaire et gentilhomme français

BiographieModifier

Fils illégitime d'Henri IV, roi de France, et de Gabrielle d'Estrées, il est légitimé dès 1595, il est pourvu du duché de Vendôme par son père en 1598 qui charge l'écuyer Antoine de Pluvinel d'être son gouverneur. Il reçoit également le titre de duc de Beaufort. Il fut gouverneur de Bretagne d'avril 1598 au . Conformément au traité signé entre son père et Philippe-Emmanuel de Lorraine, il est marié à Françoise de Lorraine (1592-1662) en 1609. En 1623 il fonda le collège de Vendôme dont il confia l'administration à la congrégation des Oratoriens.

Il passa une bonne partie de sa vie à intriguer, notamment contre Marie de Médicis, puis contre son demi-frère Louis XIII :

Impliqué dans la conspiration de Chalais, visant Richelieu, il fut emprisonné en 1626 avec son frère Alexandre au Château de Vincennes.

Il ne fut libéré qu'en 1630 et exilé en Hollande. Il en revint en 1632.

À nouveau exilé, cette fois en Angleterre, il n'en revint qu'en 1642 après la mort du cardinal de Richelieu. Il participa alors avec son second fils, François, à la Cabale des Importants.

Ce n'est qu'en 1651 avec le mariage de son fils Louis, duc de Mercœur avec Laure Mancini, nièce du cardinal Mazarin qu'il s'assagit et resta fidèle à Anne d'Autriche durant toute la Fronde.

Il est nommé grand amiral de France (1651) et surintendant général de la Navigation (1655).

Mariage et descendanceModifier

César de Vendôme, homosexuel[1], dut épouser en 1609 la plus riche héritière du royaume, Françoise de Lorraine, comtesse de Penthièvre, fille de Philippe-Emmanuel de Lorraine, duc de Mercœur, et nièce de la reine Louise de Lorraine, veuve d'Henri III, qui lui donnera trois enfants :

Notes et référencesModifier

  1. Voir par exemple Gédéon Tallemant des Réaux, Historiettes.

Voir aussiModifier