Ouvrir le menu principal

Louis de Bourbon (2010)

Dauphin légitimiste au trône de France
Louis de Bourbon

Titre

Héritier du trône de France
(succession légitimiste)

Depuis le
(9 ans, 3 mois et 15 jours)

Prédécesseur Gonzalve de Bourbon, duc d'Aquitaine (1989-2000)
Juan Carlos de Bourbon, roi d'Espagne[1] (2000-2010)
Biographie
Titulature Dauphin de France
Duc de Bourgogne
Dynastie Maison de Bourbon-Anjou
Nom de naissance Louis de Jésus[2] de Bourbon (en espagnol : Luis de Jesús de Borbón y Vargas)
Naissance (9 ans)
New York (États-Unis)
Père Louis de Bourbon
Mère Marie-Marguerite de Bourbon, née Vargas
Religion Catholicisme
Description de cette image, également commentée ci-après

Louis de Bourbon (né à New York le [2],[3]), qui porte le titre de courtoisie de duc de Bourgogne, est un prince français[4]. En tant qu'aîné des fils du prétendant légitimiste au trône de France, Louis de Bourbon, il est considéré comme dauphin de France par les légitimistes.

Sommaire

BiographieModifier

Louis est le deuxième enfant et le premier fils de Louis de Bourbon (né en 1974) et de son épouse Marie-Marguerite de Bourbon, née Vargas (née en 1983). Il a une sœur aînée, la princesse Eugénie, un frère jumeau cadet, Alphonse, duc de Berry et un dernier petit frère Henri, duc de Touraine.

À sa naissance[5], Louis de Bourbon reçoit de son père le titre de duc de Bourgogne, avec les armes[2] de dauphin de France.

Son frère jumeau et lui sont baptisés le , en la basilique Saint-Pierre du Vatican, par le cardinal Angelo Comastri. Il a pour parrain et marraine Francisco d'Agostino (le beau-frère de la duchesse d'Anjou) et Arantxa Martínez-Bordiú (la benjamine des trois tantes maternelles du duc d'Anjou).

PrénomModifier

Il porte le prénom de son père, Louis, et c'est aussi le prénom d'une vingtaine de rois et prétendants au trône de France.

Héritage nobiliaireModifier

La loi salique fait de lui le premier dans l'ordre de succession légitimiste au trône de France, il est par conséquent dauphin, autrement dit fils aîné de France. Il porte le titre de courtoisie de duc de Bourgogne.

Jusqu'à la naissance des deux fils jumeaux du duc d'Anjou en 2010, c'était l'ancien roi d'Espagne Juan Carlos Ier qui était (depuis 2000) l'héritier présomptif du prétendant au trône de France pour les légitimistes. Hervé Pinoteau avait d'ailleurs évoqué cette éventualité dès 1991 : « S'il advenait que cette branche [celle issue du duc d'Anjou et de Ségovie, mort en 1975] s'éteignit (à Dieu ne plaise !), c'est S.A.R. le comte de Barcelone [Jean de Bourbon, mort en 1993] qui deviendrait Roi de droit pour les légitimistes, puis son fils, S.M. le roi d'Espagne [Juan Carlos Ier], puis le fils de ce dernier, S.A.R. le prince des Asturies [Felipe VI] »[6]. Une situation analogue s'était produite à la mort du roi de France Louis XIV en 1715, quand pour les tenants (parmi lesquels le duc de Bourbon[N 1], premier ministre de 1723 à 1726) de la nullité de la renonciation du roi d'Espagne Philippe V (petit-fils de Louis XIV) à ses droits au trône de France, Philippe avait été l'héritier présomptif de son neveu, le nouveau roi de France Louis XV, et ce jusqu'à la naissance du fils de Louis XV en 1729. Philippe V s'adressa aussi au parlement de Paris le  : « mon intention, Messieurs, est de vous manifester que si, ce qu'à Dieu ne plaise, le Roi Louis XV, mon très cher frère et neveu, venait à décéder sans laisser de successeur issu de lui, je prétends jouir du droit que ma naissance me donne de lui succéder à la Couronne de France à laquelle je n'ai jamais pu valablement renoncer... Dès que j'apprendrai la mort du Roi de France... je partirai pour venir prendre possession du trône des rois, mes pères »[8].

TitulatureModifier

Titres et honneurs
Louis, dauphin de France, duc de Bourgogne
Prédicat Son Altesse royale
Style oral Votre Altesse royale
Style alternatif Monseigneur

Les titres portés par les membres de la maison de Bourbon n'ont pas d'existence juridique en France et sont considérés comme des titres de courtoisie. Ils sont attribués par le chef de maison.

AncêtresModifier

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
16. Alphonse XIII, roi d'Espagne
 
 
 
 
 
 
 
8. Jacques-Henri de Bourbon, duc d'Anjou et de Ségovie
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
17. Victoire-Eugénie de Battenberg, reine d'Espagne
 
 
 
 
 
 
 
4. Alphonse de Bourbon, duc d'Anjou et de Cadix
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
18. Roger de Dampierre, duc de San Lorenzo
 
 
 
 
 
 
 
9. Emmanuelle de Dampierre, duchesse d'Anjou et de Ségovie
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
19. Vittoria Ruspoli, duchesse de San Lorenzo
 
 
 
 
 
 
 
2. Louis de Bourbon, duc d'Anjou
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
20. José María Martínez
 
 
 
 
 
 
 
10. Cristóbal Martínez-Bordiú, marquis de Villaverde
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
21. María de la O Bordiú, comtesse d'Argillo
 
 
 
 
 
 
 
5. Carmen Martínez-Bordiú, duchesse de Franco
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
22. Francisco Franco
 
 
 
 
 
 
 
11. Carmen Franco, duchesse de Franco
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
23. Carmen Polo, dame de Meirás
 
 
 
 
 
 
 
1. Louis de Bourbon, duc de Bourgogne
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
24. Simón Vargas
 
 
 
 
 
 
 
12. Víctor José Vargas
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
25. Emelina Hernández
 
 
 
 
 
 
 
6. Víctor Vargas
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
26. Pompeyo Irausquín
 
 
 
 
 
 
 
13. Noemí Irausquín
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
27. Carmen Suárez
 
 
 
 
 
 
 
3. Marie-Marguerite Vargas, duchesse d'Anjou
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
28. Juan Santaella
 
 
 
 
 
 
 
14. Héctor José Santaella
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
29. Carmen Guerra
 
 
 
 
 
 
 
7. Carmen Leonor Santaella
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
30. Rodolfo Tellería
 
 
 
 
 
 
 
15. Margarita Tellería
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
31. Concepción Margarita Villapol
 
 
 
 
 
 

RéférencesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Le 15 mars 1713, , le duc de Bourbon (qui était aussi prince de Condé et prince du sang, et huitième successible au trône de France après le dauphin, le roi d'Espagne et ses deux fils, et les ducs de Berry, d'Orléans et de Chartres), déclare qu'il n'approuve ni ne consent que de l'abandon par « Philippe V, des droits qui lui appartiennent par sa naissance, et de sa sortie et résidence actuelle hors du royaume, on puisse jamais pour quelque cause ou prétexte que ce soit, donner aucune atteinte aux lois fondamentales de l'état ; ni au droit et ordre successif des princes de la maison royale de France, qui doivent succéder à cette monarchie, chacun dans son rang et ordre d'aînesse »[7].

RéférencesModifier

  1. https://www.psbenlyonnais.fr/ordre-de-succession/
  2. a b et c baron Pinoteau, avec la collaboration de Christian Papet-Vauban et de Jean de Vaulchier, État présent de la Maison de Bourbon : pour servir de suite à l’Almanach royal de 1830 et à d’autres publications officielles de la Maison, Paris, Le Léopard d’or, , 5e éd. (1re éd. 1975), 112 p. (ISBN 978-2-86377-239-3), p. 6,7,43.
  3. « Louis de Bourbon et Maria Margarita, très fiers pour le baptême de leurs jumeaux de 3 mois ! », Purepeople, 8 septembre 2010, lire en ligne : baptême des ducs de Bourgogne et de Berry.
  4. Olivier O’Mahony, « Les descendants du Roi-Soleil », Paris Match, 20 juin 2010, lire en ligne.
  5. Naissance du Dauphin de France Louis de Bourbon, duc de Bourgogne et de son frère SAR le prince Alphonse, duc de Berry, sur le site Vive le roy, d'après le communiqué de l'Institut de la Maison de Bourbon.
  6. le baron Pinoteau et Christian Papet-Vauban, État présent de la Maison de Bourbon : pour servir de suite à l’Almanach royal de 1830 et à d’autre publications officielles de la Maison, Paris, Le Léopard d’Or, , 4e éd. (1re éd. 1975), 253 p. (ISBN 2-86377-100-1 (édité erroné), notice BnF no FRBNF35485120), p. 52.
  7. « Protestation du duc de Bourbon, Contre les lettres-patentes du 15 mars 1713 », Œuvres de Louis XIV, t. VI, Paris, Treuttel et Würtz, 1806, 5e partie : « Additions aux Œuvres de Louis XIV, ou pièces historiques et anecdotiques Servant d'éclaircissemens et de supplément aux écrits de ce Monarque », pièce No 19, p. 543-547, lire en ligne.
  8. Philippe Erlanger, Philippe V d'Espagne : un roi baroque, esclave des femmes, Librairie Académique Perrin, coll. « Présence de l'histoire », (ISBN 2-262-00117-0), p. 364. Également cité par Paul Watrin, La tradition monarchique (thèse de doctorat d'État en droit), Paris, Diffusion Université-Culture, , 2e éd. (1re éd. 1916) (ISBN 2-904092-01-3), partie 3, chap. III (« Le règne de Louis XV »), p. 181.