Jean Philippe d'Orléans

aristocrate français

Jean Philippe d'Orléans, dit « le chevalier d'Orléans » ou « le grand prieur d'Orléans », est né le à Paris, et mort le à Paris.

Jean Philippe d'Orléans
le chevalier d'Orléans
le grand prieur d'Orléans
Image illustrative de l’article Jean Philippe d'Orléans
Le chevalier d'Orléans.
Portrait par Jean-Marc Nattier.
Biographie
Naissance
à Paris
Décès (à 45 ans)
à Paris
Ordre religieux Ordre de Saint-Jean
de Jérusalem
Vœux
Grand prieur de l'Ordre
Chevalier de l'Ordre
Autres fonctions
Fonction religieuse
Abbé Commendataire de l'abbaye d'Hautvillers
Fonction laïque
Général des galères

Blason

Biographie

modifier

Fils naturel que Philippe, duc d'Orléans, neveu du roi et futur régent du royaume eût de Marie Louise Madeleine Victoire Le Bel de La Boissière de Séry, comtesse d'Argenton, il est légitimé en 1706. Les lettres patentes sont données à Versailles au mois de , enregistrées en la Chambre des comptes le 18 du même mois et au Parlement de Paris, le suivant.

Ondoyé le jour de sa naissance par Desforges, maître chirurgien à Paris, il est baptisé le en l'église de Chilly-Mazarin, y ayant été apporté par Antoine Ruzé, marquis d'Effiat, seigneur de Chilly-Mazarin (premier écuyer et premier veneur du duc d'Orléans), et Gaston Jean-Baptiste Terrat, marquis de Chantosme, chancelier et garde des sceaux du duc d'Orléans.

Il est élevé au Collège des Jésuites à Paris.

De à , son père, le duc d'Orléans, assure la régence du royaume pendant la minorité du roi Louis XV et gouverne le royaume. En , à la suite de la démission du maréchal de Tessé, il nomme Jean-Philippe qui vient d'avoir 14 ans général des galères de France. Le jeune homme prête serment de fidélité le . Il prend au sérieux cette charge, qui était devenue, au fil des ans, purement honorifique, et s'efforce d'apprendre la navigation et le commandement des bateaux. Il obtient des crédits pour remettre la flotte en état et mettre en chantier de nouveaux bâtiments. Le corps des galères est liquidé trois mois après sa mort, survenue en 1748.

Il se fait parallèlement nommer grand prieur de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem en France, à la suite de la démission du chevalier de Vendôme. Cette résignation est confirmée par le pape Clément XI et acceptée par le grand maître, le . Il se rend à Malte pour ses vœux. La cérémonie eut lieu le . Deux jours plus tard, il prête serment entre les mains du lieutenant du grand maître et est installé au Conseil de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem à sa place de grand prieur de France. Il prête de nouveau serment entre les mains de Louis XV, le . Il fait décorer par Jean-Marc Nattier le Palais du Temple, résidence parisienne du grand prieur.

Le , il devient abbé Commendataire de l'abbaye d'Hautvillers dans la Marne, quatre mois après le décès du précédent abbé, Monseigneur de Noailles. Il prend possession de son siège le .

Il eut de la duchesse de Villars née Amable Gabrielle de Noailles, une petite-nièce de Madame de Maintenon mariée le avec Honoré-Armand de Villars, une fille, Amable Angélique de Villars ( - Versailles ), qui épousa le , Guy-Félix Pignatelli (1720-1753) comte d'Egmont, prince de Gavre, duc de Bisaccia et grand d'Espagne (Veuve, elle prit le voile au couvent du Calvaire à Paris le et fit profession le ).

Enfin, Jean-Philippe d'Orléans accomplit différentes missions diplomatiques pour le compte de son cousin Louis XV. Il accompagne Mademoiselle de Beaujolais jusqu'en Espagne où il est reçu grand d'Espagne par Philippe V le . Il fait le voyage de Paris à Cannes pour aller saluer de la part du Roi, le , Charles, infant d'Espagne et nouveau duc de Parme. Ce prince deviendra Roi d'Espagne sous le nom de Charles III en 1759.

Jean-Philippe d'Orléans meurt à Paris le dans sa 46e année.

Notes et références

modifier

Annexes

modifier

Sources et bibliographie

modifier
  • Abbé Manceaux, Histoire de l'abbaye et du village d'Hautvillers,

Liens externes

modifier