François de Bourbon-Conti

François de Bourbon, prince de Conti, seigneur de Château-Regnault, né le à La Ferté-sous-Jouarre et mort le à Paris, est un prince du sang français de la maison de Condé, branche cadette de la maison de Bourbon, cousin germain d'Henri IV, roi de France à partir de 1589[1].

François de Bourbon-Conti
Image dans Infobox.
Fonction
Gouverneur
Auvergne
Paris
Dauphiné
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 55 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Famille
Père
Mère
Fratrie
Conjoints
Enfant
Marie de Bourbon (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Conflit
Distinctions
Coat of Arms of François de Bourbon, Prince of Conti.svg
Blason

Protestant, converti par contrainte au catholicisme en 1572, il combat aux côtés de son cousin, chef du parti protestant, au cours de la dernière guerre de religion (1584-1598).

BiographieModifier

Origines familiales et formationModifier

François est le second fils de Louis Ier, premier prince de Condé (1530-1569), frère d'Antoine de Bourbon, roi consort de Navarre, père d'Henri IV.

Sa mère est Éléonore de Roye (1536 –1564), première épouse du prince.

Titré marquis de Conti, François est élevé dans une famille protestante. À partir de novembre 1565, la seconde épouse de son père est Françoise d'Orléans-Longueville (1549-1601).

Les règnes de Charles IX et d'Henri IIIModifier

Quelques semaines après le massacre de la Saint-Barthélemy (24 août 1572), il se convertit au catholicisme, ainsi que son demi-frère Charles, sa belle-sœur Marie et sa belle-mère.

Il vit à la cour d’Henri III qui se l’attache en le faisant chevalier de l'ordre du Saint-Esprit en 1579 et en l'élevant à la dignité de prince de Conti en 1581.

Durant le soulèvement de la Ligue, il manifeste son soutien à son cousin Henri de Navarre et quitte même la cour en 1587 pour le suivre.

Henri de Navarre, chef du parti protestant, est alors héritier présomptif du trône, Henri III n'ayant pas de fils pour lui succéder et le dernier fils d'Henri II, François de Valois étant mort en 1584[2].

Le règne d'Henri IV (1589-1610)Modifier

En 1589, après l'assassinat d'Henri III, il devient le deuxième personnage du royaume[pas clair]. Il est parmi les premiers à reconnaître Henri de Navarre comme roi de France.

Il participe à ses côtés à la guerre contre la Ligue, qui se poursuit, notamment à la bataille d'Ivry (14 mars 1590).

Il devient héritier présomptif du trône de France à la mort du cardinal de Bourbon (1523-1590).

Il est nommé gouverneur d'Auvergne, gouverneur de Paris et gouverneur du Dauphiné en 1595.

 
Liard en bronze de Château-Regnault frappée à son effigie en 1613-1614.

La régence de Marie de Médicis (1610-1614)Modifier

Il meurt en 1614 sans laisser d’héritier mâle.

GénéalogieModifier

Mariage et descendanceModifier

Le , il épouse à Paris, au palais du Louvre Jeanne de Coesme (1560-1601) sans postérité.

À la demande d’Henri IV, il épouse en secondes noces le , au château de Meudon, Louise Marguerite de Lorraine (1588–1631), fille du duc Henri Ier de Guise et de Catherine de Clèves, dont il a en 1610 une fille Marie, morte à l'âge de trois semaines.

Sa veuve Louise-Marguerite, plus connue sous le nom de princesse de Conti, s’illustre sous le règne de Louis XIII par sa liberté d’esprit. Dame d’honneur de Marie de Médicis et d’Anne d'Autriche, elle a participé aux complots contre le cardinal de Richelieu.

François de Bourbon-Conti a eu un fils illégitime, Nicolas de Conti, mort en 1648 à Paris et inhumé à St-Germain-des-Prés le , dit « le bâtard de Conti », prieur et abbé de Gramont ; abbé de la Couture (diocèse du Mans) ; abbé de Bassac (Saintonge) à partir du .

AscendanceModifier

  1. Il est roi de Navarre, sous le nom d'Henri III, à partir de 1562, date de la mort de sa mère Jeanne d'Albret.
  2. Henri de Navarre est le « cousin » le plus proche d'Henri III en ligne paternelle ; leur ancêtre commun se trouve au XIIIème siècle.