Philippe d'Orléans (1336-1375)

Philippe d’Orléans
Description de cette image, également commentée ci-après
Portrait supposé de Jean d'Artois. En réalité, l'inscription est erronée : il s'agit de Philippe d'Orléans, portant une tunique à ses armes, assez proches de celles du comté d'Artois.
Biographie
Titulature Duc d’Orléans
Duc de Touraine
Comte de Valois
Dynastie Maison de Valois
Nom de naissance Philippe de France
Naissance
Vincennes (France)
Décès (à 39 ans)
Vincennes (France)
Père Philippe VI de France
Mère Jeanne de Bourgogne
Conjoint Blanche de France
Description de l'image Blason Philippe de France (1336-1375) duc d'Orléans.svg.

Philippe de France, duc d’Orléans, plus connu sous le nom de Philippe d'Orléans d'après son apanage (château de Vincennes, - Vincennes, ), est un fils puîné de Philippe VI de Valois, roi de France et de son épouse Jeanne de Bourgogne.

BiographieModifier

 
Sceau de Philippe d'Orléans.

Philippe est le fils puîné de Philippe VI de Valois, roi de France de 1328 à 1350 et de sa première épouse, Jeanne de Bourgogne,

Par son grand-père parternel Charles de France, comte de Valois — fondateur de la maison de Valois —, Philippe descendant en lignée mâle de Philippe le Hardi, mais aussi des premiers rois capétiens depuis Hugues Capet. Par sa mère Jeanne, Philippe appartient à la puissante maison de Bourgogne, dont le rôle dans la guerre de Cent Ans sera essentiel ; ainsi, il est le petit-fils du duc Robert II de Bourgogne et d’Agnès de France.

En apanage, son père lui donna le duché d’Orléans et l’érigea à la dignité de duché-pairie. C’est pour cela qu’on prête souvent à Philippe le nom de son apanage, donnant Philippe d’Orléans. Philippe portait comme armoiries : D’azur, semé de fleurs de lys d’or, au lambel componé d’argent et de gueules[1],[2]. Son frère Jean II le Bon, lorsqu’il est roi, lui vend l’Hôtel de Navarre (aujourd’hui situé dans la rue Saint-André-des-Arts dans le 8e arrondissement de Paris), qu’il avait hérité de Jeanne II de Navarre[3].

Né alors que son père était roi de France depuis 1328, Philippe de France est un contemporain du problème de succession de Charles IV le Bel, qui opposent les Valois aux Plantagenêt pour le trône de France. En effet, le conflit qui en découle, la guerre de Cent Ans, débute en 1337 alors qu’il n’a pas un an. Son père le roi meurt alors qu'il n'a que quatorze ans.

C’est surtout sous le règne de son frère Jean II le Bon, que Philippe participa activement dans la guerre contre les Anglais. Lors de la bataille de Poitiers en 1356, il est aux côtés du roi Jean II. Il est l'un des otages du roi d'Angleterre au traité de Bretigny (1360) et est envoyé à ce titre en Angleterre. Il est libéré en 1365 par Édouard III « à cause de l'amour montré à notre cher fils Thomas ».

À sa mort, le , sans postérité légitime, les domaines de Philippe reviennent au domaine royal.

Union et descendanceModifier

Le , Philippe épouse la princesse Blanche de France, fille posthume du roi Charles IV le Bel et de Jeanne d’Évreux, avec qui il n’eut pas d’enfants.

Cependant, Philippe d’Orléans laisse plusieurs fils illégitimes :

AscendanceModifier

Articles connexesModifier

Notes et référencesModifier

  1. Armorial de Gelre, folio 46r, écu n°314 [lire en ligne].
  2. Amédée René, Les princes militaires de la maison de France, Paris, (lire en ligne), p. 49
  3. Marquis de Rochegude, Guide pratique à travers le vieux Paris, Paris, 1924 (notice BnF no FRBNF31230895).
  4. Patrick Van Kerrebrouck, Les Valois, 1990 (ISBN 2-9501509-2-6).