Jean d'Orléans (1965)

chef de la Maison d'Orléans, prétendant orléaniste au trône de France

Jean d'Orléans, né Jean-Carl Pierre Marie d'Orléans[3] le à Boulogne-Billancourt, également appelé Jean de France. Depuis le décès de son frère aîné François d'Orléans, il est l'aîné de la maison d’Orléans et, à ce titre, prétendant orléaniste au trône de France sous le nom revendiqué de « Jean IV », depuis le décès de son père, Henri d’Orléans, comte de Paris et duc de France, le [1].

Jean d'Orléans
Description de cette image, également commentée ci-après
Le comte de Paris en 2019.

Titres

Prétendant orléaniste au trône de France

Depuis le
(5 ans, 4 mois et 15 jours)

Nom revendiqué Jean IV[1],[2]
Prédécesseur Henri d'Orléans, comte de Paris, duc de France

Héritier présomptif du trône de France
(succession orléaniste)


(1 an et 21 jours)

Prédécesseur François d'Orléans, comte de Clermont
Successeur Gaston d'Orléans

Duc de Vendôme


(31 ans, 3 mois et 25 jours)

Fonctions militaires
Grade militaire Colonel de réserve
Biographie
Titulature Duc de Vendôme (1987-2019)
Dauphin de France (2017-2019)
Comte de Paris (depuis 2019)
Dynastie Maison d’Orléans
Nom de naissance Jean-Carl Pierre Marie d'Orléans
Naissance (59 ans)
Boulogne-Billancourt (France)
Père Henri d'Orléans, comte de Paris, duc de France
Mère Marie-Thérèse de Wurtemberg,
duchesse de Montpensier
Conjoint Philomena de Tornos y Steinhart
Enfants Gaston d'Orléans, dauphin de France
Antoinette d'Orléans
Louise-Marguerite d'Orléans
Joseph d'Orléans
Jacinthe d'Orléans
Alphonse d'Orléans
Résidence Montréal (Aude)

Description de cette image, également commentée ci-après

Portant à son tour le titre de courtoisie de comte de Paris à la suite de son grand-père puis de son père, il descend de Louis XIII par son fils cadet Philippe de France, duc d'Orléans et frère de Louis XIV. Il descend également de Louis-Philippe Ier, roi des Français, par la branche cadette des descendants de Ferdinand-Philippe d'Orléans.

Biographie

modifier

Enfance et jeunesse

modifier

Jean d'Orléans naît le 19 mai 1965 à Boulogne-Billancourt. Il est issu du mariage d'Henri d'Orléans et de Marie-Thérèse de Wurtemberg célébré le 5 juillet 1957 et constaté nul par l'Église catholique le 13 novembre 2008[4]. Il est le deuxième fils de ce couple.

Du côté de son père, Jean d'Orléans descend de Louis XIII et de Philippe d’Orléans (1640-1701), appelé « Monsieur frère du roi » (Louis XIV), et de son fils Philippe II, régent et arrière-grand-père de Philippe d’Orléans (1747-1793), appelé « Philippe Égalité » pendant la Révolution. Il est aussi l'héritier de Louis-Philippe Ier, roi des Français pendant la monarchie de Juillet ; et par sa grand-mère paternelle, Isabelle d'Orléans-Bragance, il descend de Pierre II, empereur du Brésil.

Il est baptisé le en la chapelle royale de Dreux. Il reçoit comme parrain, son oncle maternel, Carl de Wurtemberg, et comme marraine, sa tante paternelle, la princesse Chantal d'Orléans[5]. Son grand-père, le prince Henri d'Orléans, comte de Paris, lui administre le « baptême à la Béarnaise »[a][réf. nécessaire].

Études et service militaire

modifier

Passé par le collège de Passy-Buzenval puis le lycée Saint-Joseph de Reims où il est interne, Jean d'Orléans a poursuivi son cursus universitaire à la Sorbonne où il obtient une maîtrise de philosophie en 1989 portant sur la notion de bien commun. En 1992 il obtient une maîtrise de droit à la faculté libre de droit, d'économie et de gestion et se spécialise dans les relations internationales. Il complète sa formation avec une maîtrise en administration des affaires (MBA) à Azusa Pacific University (APU) à Los Angeles en Californie, en 1994[7].

 
Jean d'Orléans dans les années 1980.

Conformément à la tradition de sa famille, le duc de Vendôme effectue son service national comme officier. Après quatre mois de classes à l’École de cavalerie de Saumur, il est affecté comme aspirant puis sous-lieutenant commandant un peloton de chars de combat AMX au 7e régiment de chasseurs à Arras. Le prince est colonel de réserve de l'Armée française depuis le [8]. En , Jean d'Orléans devient parrain du 4e régiment de chasseurs de Gap[9],[10],[11]. Ce régiment a été créé par son arrière-oncle[12] Louis de Bourbon-Condé (1709-1771), comte de Clermont.

Carrière professionnelle

modifier

Une fois ses obligations militaires terminées, il entame sa vie professionnelle. Il travaille alors durant un an comme consultant dans l'industrie du pétrole et du gaz chez Lazard & Cie, puis pendant cinq ans comme consultant en finance chez Deloitte et, enfin, pendant quatre ans comme gestionnaire de projet dans le groupe Banques populaires.

Pour assurer son indépendance financière comme éventuel futur chef de famille, sa grand-mère paternelle, Isabelle d'Orléans et Bragance, comtesse de Paris, en fait son légataire universel. Il devient ainsi propriétaire d'une grande partie de la forêt du Nouvion-en-Thiérache, dont il est déjà gérant depuis la mort de son grand-père en 1999[13].

Mariage et descendance

modifier
 
Jean d'Orléans, son épouse Philomena et leur fils Gaston.

Le , les fiançailles du duc de Vendôme avec la princesse allemande Tatiana d'Oldenbourg, née en 1974, nièce du duc Anton-Günther d'Oldenbourg, alors chef de la maison grand-ducale d’Oldenbourg, sont annoncées dans plusieurs journaux, mais celles-ci sont finalement rompues le [14].

Le , le comte de Paris annonce les fiançailles[15] de son fils, le duc de Vendôme, avec Philomena de Tornos y Steinhart, née le à Vienne[16], fille d'Alfonso de Tornos y Zubiría (1937-2013) et de Marie-Antoinette von Steinhart, petite-fille de Juan de Tornos y Espelíus, ancien chef du secrétariat personnel du comte de Barcelone, grand-père de l'actuel roi d'Espagne[17],[18]. L'information est relayée dès le lendemain sur le site du duc de Vendôme[19].

Le mariage civil est célébré le à 16 heures à la mairie du 7e arrondissement de Paris par Rachida Dati[20], maire et garde des Sceaux[21]. Le témoin du marié est son cousin, Charles-Louis d'Orléans, duc de Chartres, fils du duc d'Orléans, tandis que la mariée a choisi son frère, David de Tornos.

Leur mariage religieux célébré par Dominique Rey, évêque de Fréjus-Toulon a lieu en la cathédrale Notre-Dame de Senlis le . L'échange des consentements est reçu par Philippe Brizard. Les grandes orgues sont tenues par l'organiste Vincent Berthier de Lioncourt[22]. La ville de Senlis a été choisie en raison du fait qu'Hugues Capet, fondateur de la dynastie capétienne, y a été élu roi des Francs en 987.

Jean et Philomena ont six enfants :

  1. Gaston[23] Louis Antoine Marie d'Orléans, né le à Paris (14e arrondissement)[24] et baptisé le en la basilique Sainte-Clotilde à Paris par le père Matthieu Rougé[25] ; il succède à son père au titre de courtoisie de dauphin de France le 21 janvier 2019.
  2. Antoinette Léopoldine Jeanne Marie d'Orléans, née le à Vienne (Autriche)[26] et baptisée le en la cathédrale Saint-Étienne de Vienne par le cardinal Christophe Schönborn[27] ;
  3. Louise-Marguerite Éléonore Marie d'Orléans, née le à Poissy (Yvelines)[28] et baptisée le en l'église Saint-Pierre de Dreux (Eure-et-Loir) par le père Jean-Marie Lioult[29] ;
  4. Joseph Gabriel David Marie d'Orléans, né le à Dreux (Eure-et-Loir)[30],[31],[32] et baptisé le en l'église Saint-Pierre de Dreux (Eure-et-Loir) par le père Jean-Marie Lioult[33],[34] ;
  5. Jacinthe Élisabeth-Charlotte Marie d'Orléans, née le à Dreux (Eure-et-Loir)[35] et baptisée le en l'église Saint-Pierre de Dreux (Eure-et-Loir) par le père Christophe Besnier[36].
  6. Alphonse Charles François Marie d'Orléans, né le à Carcassonne (Aude)[37] et baptisé le en la basilique Saint-Nazaire-et-Saint-Celse de Carcassonne par mgr Bertrand de La Soujeole, recteur de la basilique[38].

Gaston est scolarisé à l'école Saint-Joseph-des-Carmes, un établissement catholique de Montréal (Aude), près de Carcassonne, dirigé par la Fraternité sacerdotale Saint-Pie-X, tandis qu'Antoinette et Louise-Marguerite sont scolarisées à domicile[39].

Lieux de résidence et différends familiaux

modifier

De 2011 à 2020, Jean d'Orléans et sa famille résident au domaine royal de Dreux[40]. Cette année-là ils déménagent à Montréal, dans l'Aude, près de Carcassonne[41], à la suite de différends avec la fondation Saint-Louis sur le droit d'occupation de la maison Philidor au sein du domaine royal de Dreux[42].

Il s'est ensuivi un contentieux juridique entre les deux parties. Le , le tribunal d'instance de Dreux a donné raison à la fondation Saint-Louis et ordonné l'expulsion de Jean d'Orléans[43].

Ce conflit avec la fondation Saint-Louis prend son origine dans le cadre plus général de différends familiaux liés à l'héritage laissé par son grand-père Henri d'Orléans (1908-1999)[44].

Prétendant orléaniste au trône et chef de la maison de France

modifier

Comte de Paris

modifier

Le 6 mars 2003, son père le déclare régent de son frère aîné François d'Orléans (1961-2017), à la suite de quoi s'ouvre une querelle dynastique qui ne s'éteint qu'au décès du prince François en 2017.

Le matin du , jour du 226e anniversaire de la mort du roi Louis XVI, Henri d'Orléans meurt dans son appartement situé rue de Miromesnil à Paris, à l'âge de 85 ans, alors qu'il s'apprêtait à se rendre à une messe en la mémoire du défunt roi en l'Église Saint-Germain-l'Auxerrois[45]. Son décès est annoncé par son fils, Jean d’Orléans, via un communiqué publié dans la matinée. Jean lui succède, à 53 ans, comme comte de Paris et prétendant orléaniste au trône de France[46],[47]

Les obsèques d'Henri d'Orléans ont lieu à Dreux le . Diverses personnalités y assistent, telles l'ancienne reine d'Espagne, Sophie de Grèce, l'ancienne impératrice d'Iran, Farah Pahlavi, le prince Albert II de Monaco, le journaliste Stéphane Bern, ou encore le prince héritier du Maroc. C'est à l'occasion des funérailles de son défunt père que Jean d'Orléans, à travers un communiqué publié en français et en anglais, utilise pour la première fois le titre de comte de Paris.

Activités

modifier

Jean d'Orléans est président d’honneur de la Fondation Saint-Louis qui administre les biens de la famille d'Orléans[48].

Il est soutenu par l’Action française[49], bien que son arrière-grand-père Jean d'Orléans (appelé « Jean III ») a rompu avec cette dernière dès 1937 afin de préserver l'indépendance de sa famille[50].

En , il crée l’association Gens de France dont l’objet est de contribuer à l’amélioration des relations entre les personnes, au bien de la France et à son rayonnement à l’étranger[51]. Elle a pour but de « soutenir les engagements de la Maison Royale de France, dans des domaines aussi variés que le patrimoine historique, l’environnement ou la francophonie »[52].

En 2007, Jean d'Orléans fonde la société « Avenir & Patrimoine Conseil » pour valoriser le patrimoine français lié aux rois et princes de sa famille[53].

En 2010, il est élu administrateur du Comité des Forêts et en 2011, administrateur de l'Association des Amis du musée Louis-Philippe du château d’Eu[53].

Malgré la querelle dynastique qui oppose légitimistes et orléanistes, il a commémoré conjointement avec Louis de Bourbon en 2010 le 400e anniversaire de la mort d’Henri IV, leur ancêtre commun[54].

Il est un soutien de l’association « Pour le retour de Charles X et des derniers Bourbons à Saint-Denis » qui milite activement afin de voir revenir en France, et plus précisément en la basilique de Saint-Denis, les dépouilles de Charles X et des derniers Bourbons de France qui reposent actuellement en Slovénie[55].

C'est à la suite d'une proposition directe[56] du comte de Paris à Emmanuel Macron, président de la République française, que le contentieux diplomatique entre la France et l'Italie a pu être résolu. La rencontre entre le président de la République française, Emmanuel Macron, et le président de la République italienne, Sergio Mattarella, a eu lieu le au château d'Amboise, qui appartient à la fondation Saint-Louis, dont le comte de Paris est le président d'honneur. Au cours de cet échange, où il était avec la comtesse de Paris et deux de ses enfants Gaston et Antoinette, un hommage à Léonard de Vinci a été rendu à l'occasion du 500e anniversaire de sa disparition.

Le , il assiste avec son épouse, aux obsèques de l'ancien président de la République, Jacques Chirac, célébrées en l'église Saint-Sulpice de Paris.

Le 15 mai 2020, sollicité par l'association du château de Vendôme, il accepte d'en devenir président d'honneur[57].

Les activités et prises de position de Jean d'Orléans amènent certains observateurs à s'interroger sur son éventuelle candidature à une fonction élective[58].

Le , Jean d'Orléans annonce par communiqué qu'il ne reconnaît pas les associations dénommées « ordre militaire et hospitalier de Saint-Lazare » et « ancien ordre royal et souverain de l'Étoile et de Notre-Dame du Mont-Carmel », à qui son père avait accordé en son temps une « protection temporelle »[59].

Le , apprenant le prochain remariage civil de son cousin germain, le prince Charles-Philippe d'Orléans, duc d'Anjou, avec la championne de tir monégasque Naomi-Valeska Kern, le comte de Paris annonce qu'il n'accorde pas son consentement dynastique à ce mariage, celui-ci n'étant que civil, et confirme le droit de la première épouse du prince Charles-Philippe, Diana de Cadaval, à porter les titres de duchesse d'Anjou et de princesse d'Orléans, accompagnés du prédicat d'altesse royale. Il annonce, en outre, que la nouvelle épouse civile du prince Charles-Philippe ne pourra porter aucun des titres de la maison de France, que Charles-Philippe perdra son prédicat d'altesse royale dès l'instant de ce mariage, et qu'une éventuelle postérité issue de ce mariage ne prendra pas rang dans l'ordre de succession orléaniste au trône de France[60]. Le , à Orléans, le remariage civil du prince Charles-Philippe est célébré et ce dernier refuse de prendre en compte les décisions prises par le comte de Paris[61].

Prises de positions

modifier

Dans un livre-entretien intitulé « Un prince français », publié en 2009, Jean d'Orléans fait part des bases de sa réflexion politique en proposant « un projet fondé sur deux mots : la justice et la confiance garanties par l'État, dans le respect des corps intermédiaires : famille, entreprise, association, commune, ces “toutes petites communautés” dans lesquelles les hommes inscrivent leur vie, accomplissent leurs devoirs et finalement cherchent le bonheur »[62].

Il a déclaré avoir « été séduit par le candidat Sarkozy en 2007 »[63],[64] mais se refuse d’appeler à voter pour un candidat à une élection.

En matière d’environnement, il se déclare partisan du développement durable, considérant « l’écologie comme l’une des nécessités de notre temps ». En 2005, il a effectué un voyage de 12 jours dans l’arctique pour constater le problème de la fonte des glaciers et en 2018, en compagnie de Yann Arthus Bertrand, il a co-présenté l'édition française de l'encyclique « Laudato Si » appelant à une prise de conscience des pays développés[65],[66]. Dans une tribune publiée sur son site web en juillet 2023, il regrette une forme de confiscation des idées écologiques par des partis politiques qui aboutit au « rejet d’une politique écologique où les réformes envisagées par ces partis se font souvent au détriment des conditions de vie des plus modestes en France »[67].

Concernant les institutions, il pense que « les Français sont monarchistes de cœur et républicains de raison »[68]. Dans une tribune publiée dans le journal Le Figaro, il regrette une sorte de déséquilibre qui s'est installé dans l'application des règles de la Ve République en lien avec la proximité de calendrier de la tenue des élections législatives par rapport à l'élection présidentielle et plaide pour une amélioration de la Constitution selon l'idée qu'en avait Charles de Gaulle[69].

En 2013, lors du débat portant sur l'ouverture du mariage aux personnes de même sexe, a exprimé son opposition à ce projet de loi en participant aux défilés de La Manif pour tous[64].

Le , il a apporté son soutien officiel au Mouvement des Gilets jaunes, comme le prétendant légitimiste au trône Louis de Bourbon, par le biais d’un communiqué, appelant les français à « retrouver au plus vite un dénominateur commun à partir duquel avancer, un socle commun a minima sur lequel nous puissions bâtir un projet fédérateur »[70],[71],[72].

Il souhaite un renforcement de la politique de coopération avec les pays des candidats à l'immigration et le renforcement des contrôles aux frontières, se déclarant contre toute politique de discrimination positive qui favoriserait le communautarisme et le multiculturalisme. Il déplore un apprentissage de la langue française déficient, posant problème dans l'assimilation des nouveaux arrivants. Il estime que « la France a longtemps conduit une politique d’assimilation des étrangers qu’elle laissait entrer sur son sol. Elle y a renoncé dans les années 1980. On ne fait plus aimer la France aux Français, ni à ceux qui veulent le devenir. On ne leur apprend plus que la France peut justifier certains sacrifices, en contrepartie de l’accueil qu’elle leur a réservé. »[73],[74].

Il pense que bien des musulmans « attendent de la France qu'elle reparle de Dieu » et que les hommes des autres religions « ne nous reprochent pas d'être fidèle à notre vocation mais d'y manquer »[62]. Il évoque également une « complicité entre Dieu et la France ». Pour lui, les catholiques ont une responsabilité sociale dans la cité temporelle, et il les invite à ne pas y renoncer[62]. Le 12 juin 2016, il indique penser que Rome, Chartres et Dreux constituent « un patrimoine vivant où les actes posés continuent de tracer l’histoire des liens qui existent entre l’homme et Dieu »[75].

Il déplore le transfert progressif de l'exercice d'attributs de souveraineté français à des organisations internationales et a déclaré en octobre 2021, dans le cadre d'une tribune publiée sur son site web, que « depuis les années 80, l’État a renoncé aux moyens de sa souveraineté, qu’ils soient politiques, économiques et financiers ou sociaux. Ces moyens de notre souveraineté ont été abandonnés à l’Union Européenne et à de nombreuses structures administratives externes comme la BCE, ou internes comme le Conseil scientifique »[76].

Querelle dynastique

modifier

Bien qu'il descende du dernier roi capétien ayant régné en France, Louis-Philippe Ier, les légitimistes contestent à Jean d'Orléans le droit de monter sur le trône de France, rappelant que les lois fondamentales du royaume désignent l'aîné des Capétiens comme successeur légitime des rois de France et que la couronne devrait dès lors revenir à Louis de Bourbon (sous le nom de « Louis XX ») qui est l'aîné des descendants de Philippe de France , petit-fils de Louis XIV (tandis que Jean d'Orléans descend de Philippe d'Orléans, frère du Roi-Soleil)[77]. Les orléanistes soulignent cependant que Philippe de France, dans le cadre du traité d'Utrecht de 1713, a renoncé à son droit au trône de France pour lui-même et ses descendants et considèrent que ceux-ci ont perdu leur nationalité française en régnant et résidant en Espagne, ce qui les exclurait de l'ordre de succession au trône en raison d'un « vice de pérégrinité » mis en exergue par un arrêt du Parlement de Paris (arrêt Lemaistre) selon lequel un prince étranger ne peut pas régner sur le royaume de France[78]. Les légitimistes contestent cette analyse, arguant que les lois fondamentales du royaume ne permettent pas au roi de renoncer à son droit au trône pour lui-même ou sa descendance[79], la couronne étant indisponible[80]. En outre, ils considèrent que les descendants de Philippe de France sont Français par le sang (Louis de Bourbon est d'ailleurs de nationalité française) et que l’interprétation de l’arrêt Lemaistre par les orléanistes est erronée car la notion de nationalité a évolué au cours du temps. En effet, l'arrêt Lemaistre viserait selon eux à rappeler que la couronne de France ne peut pas revenir à une personne dont le sang est étranger à la famille royale française[81]. Dans ce cadre, la notion de prince étranger désigne des membres de familles nobles honorées de ce titre par le roi, étrangères à la famille royale, mais pouvant être de nationalité française[82]. Il peut aussi être observé qu'au cours de l'histoire de France, plusieurs souverains de pays étranger sont venus régner en France, ce qui contredit l'argumentaire orléaniste (François II était roi d'Écosse, Henri III roi de Pologne, Louis X et Henri IV rois de Navarre, Louis VIII, roi d'Angleterre ou Charles III le Gros, déjà empereur d'Occident, roi de Germanie et roi d'Italie lorsqu'il fut élu roi des Francs).

Au-delà de la querelle relative à l’application des lois fondamentales, certains reprochent à Louis de Bourbon d’être éloigné de la situation de la France dès lors qu’il réside en Espagne et qu’il exerce l’essentiel de ses activités aux États-Unis, à Caracas et à Madrid[83],[84], tandis que les chefs de la maison d'Orléans résident en France depuis l'abrogation de la loi d'exil frappant les membres des familles qui y ont régné[85],[86],[87].

Titres, honneurs, distinctions et armoiries

modifier
Jean, comte de Paris
Formules de politesse
Indirecte Son Altesse Royale
Directe Votre Altesse Royale
Alternative Monseigneur

Titulature

modifier

Les titres portés actuellement par les membres de la maison d’Orléans n’ont pas d’existence juridique en France et sont considérés comme des titres de courtoisie. Ils sont attribués par le chef de maison.

  • -  : Son Altesse Royale le prince Jean d'Orléans (naissance) ;
  • -  : Son Altesse Royale le duc de Vendôme ;
  • -  : Son Altesse Royale le dauphin de France, duc de Vendôme ;
    • -  : Son Altesse Royale le dauphin de France, duc de Vendôme (selon les dispositions de son grand-père prises en 1981) ;
    • -  : Son Altesse Royale le duc de Vendôme, régent du Dauphin (selon les dispositions de son père prises en 2003, non portée par Jean d'Orléans) ;
  • -  : Son Altesse Royale le dauphin de France, duc de Vendôme (selon les dispositions prises par son père en 2003) ;
  • -  : Son Altesse Royale le duc de Vendôme ;
  • depuis le  : Son Altesse Royale le comte de Paris.

Deuxième fils du comte de Clermont (1933-2019), alors héritier du comte de Paris (1908-1999), Jean d’Orléans reçoit le titre de prince de France dès sa naissance, avec prédicat d'altesse royale[88]. Le , année du Millénaire capétien, il reçoit de son grand-père paternel le titre de duc de Vendôme et se voit reconnaître la qualité d’héritier présomptif à la place de son propre père[89],[88], dès lors titré comte de Mortain, et de son frère aîné, le prince François. Cependant, Henri d'Orléans refuse de reconnaître la modification de l’ordre successoral[90] et les relations entre les membres de la famille se tendent davantage. Malgré tout, à partir de 1990, le comte de Clermont reprend sa place entre son père et son fils.

 
Le prince Albert II de Monaco et le prince Jean, comte de Paris, aux funérailles du père de ce dernier à la chapelle Saint-Louis de Dreux, en 2019.

Après avoir reçu le titre de dauphin de France à la mort de son grand-père[88], le nouveau comte de Paris (son père), par un communiqué du , réaffirme les droits dynastiques de son fils aîné François d'Orléans, comte de Clermont, alors écarté de la succession, et donne à Jean d'Orléans la qualité de régent du Dauphin. Une nouvelle déclaration est publiée le dans le magazine Point de vue, précisant que, lorsqu'il deviendra chef de maison, François d'Orléans sera entouré d'un conseil de régence composé de son frère, Jean d'Orléans, duc de Vendôme, de son oncle Jacques d'Orléans, duc d'Orléans, de son cousin germain Charles-Louis d'Orléans, duc de Chartres, et de deux personnes issues de la société civile[91]. Jean d'Orléans ne reconnaît pas cette décision, et porte toujours sa titulature de 1999. Son site internet présente François d'Orléans comme « non successible ».

Jean d'Orléans, par un communiqué daté du [92], a contesté les décisions de son père, et a fait savoir qu'il serait le prochain chef de la maison de France à la suite de son père. Il réaffirme pour cela les dispositions prises par le défunt comte de Paris (1908-1999) le [93], il confirme la non successibilité dynastique de François d'Orléans, sans possibilité d'y revenir.

Sa position de dauphin de France faisait la quasi-unanimité parmi sa famille et les orléanistes jusqu'au , date de décès de son frère aîné François. Alors qu'un jugement de septembre 2013 annule la donation d'un certain nombre des biens du comte de Paris faite à la fondation Saint-Louis et se prononce en faveur d'un partage entre les enfants de ce dernier, le duc de Vendôme, estimant que la volonté testamentaire de ses grands-parents paternels n'a pas été respectée — il devait notamment recevoir à l'origine un legs représentant un-huitième de leur succession —, lance une nouvelle procédure judiciaire au printemps 2014[94]. Il n'y aura pas de procès, le prince Jean ayant trouvé un accord avec sa famille.

Le décès de son frère aîné, le comte de Clermont, survenu dans la nuit du 30 au met fin aux querelles dynastiques au sein de la maison d'Orléans. Le duc de Vendôme est reconnu par son père comme dauphin de France dans un communiqué.

Le , il publie un communiqué annonçant le décès de son père sous la signature « Jean, duc de Vendôme »[95] puis le [96], il prend le titre de comte de Paris lors des funérailles du prince Henri d’Orléans lors desquelles il préside les cérémonies, entouré des nombreux représentants des maisons régnantes et non régnantes étrangères.

Décorations françaises

modifier

  Médaille de la Défense nationale, échelon bronze[97] avec agrafe Arme blindée et cavalerie.

Ordres dynastiques français

modifier

En qualité de chef de la maison royale de France et prétendant au trône de France, les partisans de Jean d'Orléans le considèrent grand maître des ordres dynastiques traditionnels[98]. Cette position est disputée par les partisans de Louis de Bourbon, chef de la maison de Bourbon et prétendant au trône de France[99].

  Grand maître de l'ordre du Saint-Esprit (2019) (disputé)
  Grand maître de l'ordre de Saint-Michel (2019) (disputé)
  Grand maître de l'ordre royal et militaire de Saint-Louis (2019) (disputé)

Ordres dynastiques étrangers

modifier
  Royaume des Deux-Siciles, branche des ducs de Castro
  Chevalier de l'illustre ordre royal de Saint-Janvier (nommé le et reçu le )[100]
  Bailli grand-croix de justice avec collier de l'ordre sacré et militaire constantinien de Saint-Georges (nommé le et reçu le )[100],[b]
  Royaume de Portugal
  Grand-croix de l'ordre de l'Immaculée Conception de Vila Viçosa ()[8]

Distinctions

modifier

En qualité de prétendant au trône de France se revendiquant chef de la maison de France, le comte de Paris porte les armoiries suivantes :

Figure Blasonnement
 
D'azur à trois fleurs de lis d'or
 
D'azur à trois fleurs de lis d'or (qui est de France), timbré de la couronné royale de France et entouré par deux anges vêtus en lévites de gueules.

Ces armoiries ont été utilisées par la première fois par le comte de Paris dans sa déclaration du 2 février 2019[103]. Le comte de Paris utilise une versions des armes de France où les anges qui sont les tenants de l'écu portent une robe de gueules[104]. C'est son grand-père qui a fait dessiner de nouvelles armoiries pour les princes d'Orléans, ils portent tous un écu tenu par deux anges à la robe d'azur. Le comte de Paris et son fils aîné ont toutefois un écu tenu par deux anges portant une robe de gueules, en référence à l’ancienne livrée des serviteurs de la famille d'Orléans. Ces armoiries prennent modèle sur celles utilisées par ledit Henri d'Orléans sur ses bulletins d'information publiés après la Seconde Guerre mondiale. Trois modèles ont été utilisés, les armes actuellement utilisées dérivent du troisième modèle, en usage depuis le 26 décembre 1956 et repris par les deux prétendants au trône suivants. Ces armoiries ont été mises en couleur par Dominique Morche[105].

Ascendance

modifier

Publications

modifier
  • Un Prince français, 2009.

Notes et références

modifier
  1. Ce rite hérité de la Cour du royaume de Navarre était pratiqué de toute antiquité sur les enfants des rois de Navarre en particulier le futur roi, il consiste à frotter les lèvres du nouveau-né avec une gousse d'ail pour pleurer, puis à lui faire boire quelques gouttes de Jurançon pour rire. Il s'est transmis à la Cour de France par l'accession au trône de France des rois de Navarre avec le roi Henri IV, roi de France et de Navarre. Le rite s'est perpétué depuis à chaque génération pour les fils de France[6].
  2. Précédemment bailli grand-croix de justice (annoncé par erreur comme chevalier grand-croix de justice[8],[101]) de l’ordre sacré et militaire constantinien de Saint-Georges (nommé le 22 novembre 2009 et reçu le 30 mai 2011)[102].

Références

modifier
  1. a et b Henri-Jean Servat, « Jean d'Orléans : le roi est mort, vive le roi ! », sur parismatch.com, .
  2. « Toulon « L'héritier du trône » en visite dans le département », sur varmatin.com, .
  3. Ville de Boulogne-Billancourt, extrait d'acte de naissance - Année 1965 - No  1286 : « Le dix neuf mai mil neuf cent soixante cinq à dix huit heures cinquante minutes, est né en notre commune, Jean-Carl, Pierre, Marie d'Orléans, du sexe masculin. Mentions marginales : Marié à Paris septième arrondissement le 19 mars 2009 avec Maria, Philomena, Magdalena, Julianna, Johanna de Tornos. »
  4. « Nullité du mariage de Monseigneur le Comte de Paris », sur gotha.fr, (consulté le ).
  5. Philippe de Montjouvent, Le comte de Paris et sa descendance, éditions du Chaney, p. 215
  6. Philippe de Montjouvent, Le comte de Paris et sa descendance, éditions du Chaney, pp. 168 et 215
  7. Philippe de Montjouvent, Le Comte de Paris et sa descendance, p. 215
  8. a b c d e et f (en) Almanach de Gotha, John James, comte de Tara, (ISBN 978-0-9933725-8-2)
  9. Article du journal le Dauphiné du 05 mai 2016 « Gap - Le prince Jean d’Orléans, descendant des rois de France, est devenu le parrain du régiment haut-alpin bien connu sous le nom de “4”», lire en ligne
  10. Article du 04/05/2016 « Hautes-Alpes : Le Prince d'Orléans devient officiellement le parrain du 4ème Régiment de Chasseurs », lire en ligne
  11. Article du 9 Mai 2016 « Le duc de Vendôme parrain du 4ème régiment des Chasseurs », lire en ligne
  12. Ce comte de Clermont était le grand-oncle maternel de Philippe Égalité, dont Jean d'Orléans est le descendant direct.
  13. « Prince Jean de France ».
  14. « Le prince Jean d'Orléans, prétendant au trône de France, annonce ses fiançailles ! », sur purepeople.com (consulté le ).
  15. Annonce des fiançailles de Jean d'Orléans sur le site Gotha.fr de Stéphane Bern
  16. Il est à préciser que Steinhart est le nom de jeune fille de la mère de Philomena de Tornos ; tout Espagnol portant le double patronyme du père suivi de celui de la mère, elle est donc Philomena de Tornos y Steinhart
  17. Angelfire.com
  18. Angelfire.com
  19. Annonce des fiançailles de Jean d'Orléans sur son site, Gens de France
  20. Voir : Jacques Trémolet de Villers, article « Le mariage civil du Prince Jean », dans le cadre de la « Chronique de la France qui vient », 25 mars 2009, Présent no 6807. Selon Jacques Trémolet de Villers, Rachida Dati aurait justifié le fait de ne pas avoir délégué la célébration du mariage à un de ses adjoints en ces termes : « À la réflexion, j’ai trouvé qu’il était normal que, ma fonction de garde des Sceaux m’ayant conduite à demeurer place Vendôme, je sois aussi amenée à célébrer le mariage du duc et de celle qui va devenir la duchesse de Vendôme. »
  21. On peut lire le discours que Rachida Dati a prononcé à l'occasion de ce mariage civil : http://www.france-catholique.fr/IMG/pdf/discoursdati.pdf
  22. Livret de messe.
  23. Plusieurs princes des maisons de France et d'Orléans ont porté ce prénom par le passé : le frère cadet de Louis XIII, Gaston de France (1608-1660) ou encore Gaston d'Orléans (1842-1922), comte d'Eu
  24. Le prince Gaston de France
  25. Le baptême du prince Gaston
  26. Naissance de la princesse Antoinette
  27. Les premières photos du baptême de la princesse Antoinette
  28. Naissance de la princesse Louise-Marguerite
  29. La princesse Louise-Marguerite d'Orléans a été baptisée à Dreux, L'Écho républicain, 01-09-2014
  30. Naissance du prince Joseph
  31. « 4e naissance chez le duc et la duchesse de Vendôme », sur princejeandefrance.fr, (consulté le ).
  32. « Compte twitter officiel du comte de Paris et duc de France », sur twitter.com, (consulté le ).
  33. Le petit prince Joseph de France baptisé ce matin à Dreux
  34. Le petit prince Joseph baptisé par l'abbé Jean-Marie Lioult à Dreux, L'Écho républicain, 26-06-2016
  35. Naissance de la princesse Jacinthe, Noblesse et Royautés, 10 octobre 2018.
  36. Le baptême de la princesse Jacinthe de France, Noblesseetroyautes.com
  37. Communiqué du comte de Paris, 31 décembre 2023.
  38. « Premières photos du prince Alphonse de France », sur noblesseetroyautes.com, (consulté le ).
  39. Qui sont Jean d'Orléans et Louis de Bourbon, les prétendants au trône de France ?, France Info, 9 février 2019.
  40. Jean et Philomena d'Orléans : « Nos enfants seront libres de leurs choix », Gala, 1er octobre 2013
  41. Christmas with the Count and Countess of Paris, Eurohistory, 24 décembre 2020.
  42. Valeursactuelles.com Le comte de Paris chassé de Dreux.
  43. lechorepublicain.fr, actualités.
  44. Querelles dynastiques et fâcheries familiales, privilèges d'un autre temps, règlements de comtes chez les descendants des rois de France.
  45. « Adieux Monseigneur »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur la-couronne.org, (consulté le ).
  46. « Le comte de Paris Henri d'Orléans, prétendant au trône de France, est mort », sur francetvinfo.fr, (consulté le ).
  47. « Le comte de Paris, Henri d’Orléans, est mort à l’âge de 85 ans », sur lemonde.fr, (consulté le ).
  48. Article 3 des statuts de la Fondation Saint-Louis (11 décembre 1996) : « La Fondation est placée sous la présidence d'honneur de Monseigneur Henri d'Orléans, Comte de Paris, Chef de la Maison de France, né le 05 juillet 1908 et après lui, sous la présidence d'honneur des Chefs successifs de la Maison de France, c'est-à-dire, de l'aîné des descendants mâles par ordre de primogéniture de Monseigneur Henri d'Orléans, Comte de Paris suivant les termes et conditions qui sont précisés dans le règlement intérieur de la Fondation. »
  49. « Le prince Jean d’Orléans, prince de l’avenir ? », sur Action française, (consulté le ).
  50. « Jean III, le très discret duc de Guise », sur Point de Vue (consulté le ).
  51. « S'investir - », sur comtedeparis.com (consulté le ).
  52. « Foire Aux Questions - », sur comtedeparis.com (consulté le ).
  53. a et b « Jean IV, un "prince chrétien" », sur Point de Vue (consulté le ).
  54. « Photos - Le prince Jean d'Orléans, la princesse Philomena et leur fils le prince Gaston avec Gonzague Saint-Bris et le prince Louis de Bourbon réunis pour les commémorat », sur purepeople.com (consulté le ).
  55. « Association pour le retour de Charles X et des derniers Bourbons ».
  56. Centre France, « Entretien - Le Comte de Paris : "L'intelligence peut finir de réconcilier la Monarchie et la République" », sur lechorepublicain.fr, (consulté le ).
  57. « Le président d'honneur », sur chateaudevendome (consulté le ).
  58. « Le prince Jean d'Orléans, candidat », sur monarchiesetdynastiesdumonde.com (consulté le ).
  59. « Communiqué de Monseigneur le Comte de Paris - », sur comtedeparis.com, (consulté le ).
  60. « Communiqué relatif au divorce et au projet de remariage civil de S.A.R. le Prince Charles-Philippe d'Orléans, duc d'Anjou - », sur comtedeparis.com, (consulté le ).
  61. «Au nom de la loi, je vous déclare unis par les liens du mariage», sur duc d'Anjou (consulté le ).
  62. a b et c « Un Prince français, le roi qu'il faut à la France ».
  63. Jean d'Orléans, Un Prince français, p. 34
  64. a et b Christian Laporte, « Qui est Jean d’Orléans, le nouveau prétendant au trône de France ? », sur La Libre.be, (consulté le ).
  65. Jean d'Orléans, Un Prince français, p. 85
  66. « Écologie : le prince qui veut faire vite sans cesser de faire bien », sur Aleteia, (consulté le ).
  67. « Un manifeste pour l'écologie politique - », sur comtedeparis.com, (consulté le ).
  68. Telestar.fr, « Jean d'Orléans : "Les Français sont monarchistes de cœur... - Télé Star », sur telestar.fr, (consulté le ).
  69. « Jean d'Orléans : «Il faut rétablir la Constitution dans la perspective tracée par de Gaulle» », sur LEFIGARO, (consulté le ).
  70. « Le Prince Jean de France: "Gilets Jaunes : Bâtir un projet commun" »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur Le blog de La Couronne, (consulté le ).
  71. Frederic de Natal, « Jean d'Orléans s'adresse de nouveau aux Français », sur L'Incorrect, (consulté le ).
  72. Condé Nast, « Après Louis de Bourbon, un autre héritier au trône de France apporte son soutien aux « gilets jaunes » », sur Vanity Fair, (consulté le ).
  73. Jean d'Orléans, Un Prince français, p. 149
  74. Sylvain, « Prince chrétien et immigration-islamisation », sur Action française, (consulté le ).
  75. « Un patrimoine chrétien, vivant. - », sur comtedeparis.com, (consulté le ).
  76. « La France doit retrouver son autorité - », sur comtedeparis.com, (consulté le ).
  77. « Qui serait le roi de France aujourd'hui ? », sur Le Figaro, (consulté le ).
  78. « Arrêt Lemaistre de 1593 » (consulté le )
  79. « L’argument orléaniste des renonciations d’Utrecht, par Guy AUGÉ - Vive le Roy », sur www.viveleroy.fr (consulté le )
  80. Guy Augé, « Brève note sur le droit royal historique français, par Guy Augé (1975) », sur Vive le Roy, (consulté le )
  81. VLR, « Qu’est-ce que la monarchie ? par Guy Augé », (consulté le )
  82. Guy Antonetti, « Les Princes étrangers » in J.-P. Bardet, D. Dinet, J.-P. Poussou et M.-C. Vignal dir., Etat et société en France aux XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, 2000, p. 33-61.
  83. Condé Nast, « Qui est vraiment Louis de Bourbon, le prétendant au trône de France très controversé ? », sur Vanity Fair, (consulté le )
  84. « Qui sont Jean d'Orléans et Louis de Bourbon, les prétendants au trône de France ? », sur Franceinfo, (consulté le )
  85. « Louveciennes dans l’histoire contemporaine (4) : Henri d’Orléans, comte de Paris »
  86. « À qui revient le trône de France ? (partie 2) », sur Europe 1, (consulté le )
  87. « Henri d'Orléans et l'échec de la restauration de la monarchie », sur www.monarchiesetdynastiesdumonde.com (consulté le )
  88. a b et c Badts de Cugnac et Coutant de Saisseval 2002, p. 465
  89. Jean-Pierre Péroncel Hugoz, « Le comte de Paris prépare sa succession “Acte dynastique” à Amboise », sur Le Monde, (consulté le ).
  90. « La succession du comte de Paris », sur Le Monde, (consulté le ).
  91. Point de vue, no 3539, semaine du 18 mai au 21 mai 2016, p. 54-57.
  92. « http://princejeandefrance.fr/communique/ », sur Prince Jean de France, (consulté le ).
  93. Henri d'Orléans, comte de Paris, Acte du 25 septembre 1981, Chantilly, « Par suite de son handicap profond et sans espérance de guérison, et tel qu'il est immédiatement et judiciairement établi, mon petit-fils aîné le Prince François de France ne peut et ne pourra exercer aucune responsabilité. En conséquence, ses droits dynastiques français et les devoirs et obligations qui en découlent se trouvent, suivant le droit dynastique français, transférés à son frère venant après lui par ordre de primogéniture, c'est-à-dire, à mon petit-fils le Prince Jean de France et à sa postérité mâle et, à défaut de celle-ci ensuite à mon petit-fils le Prince Eudes de France et à sa postérité mâle. Par suite de cette situation il ne sera attribué aucun titre particulier au Prince François de France et celui-ci sera appelé : "Son Altesse Royale le Prince François d'Orléans, Fils de France". Si, après mon décès, il était procédé autrement toute décision tendant à modifier ce qui précède serait nulle et sans effet. Chantilly, le 25 septembre 1981. Signé : Henri, comte de Paris. »
  94. « La succession du comte de Paris aiguise l'appétit du prince Jean », sur FIGARO, (consulté le ).
  95. « Le prince Jean de France », sur facebook.com (consulté le ).
  96. « Prince Jean de France - En ce jour.. »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur princejeandefrance.fr (consulté le ).
  97. Sipa, Photo du duc de Vendôme portant la médaille de la Défense nationale.
  98. Ordres royaux
  99. [La légitimité des lys et le duc d'Anjou de Jean Silve de Ventavon]
  100. a et b « Le comte et la comtesse de Paris reçu dans l'ordre de Constantinien »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur Le blog de La Couronne, (consulté le ).
  101. (en-US) « Heir to the French Throne and former French Minister invested into the Order - Sacred Military Constantinian Order of St. George », Sacred Military Constantinian Order of St. George,‎ (lire en ligne, consulté le )
  102. François Billaut, « Messe de l'ordre constantinien de Saint-Georges, nouvelles dames et chevaliers... », Point de Vue,‎
  103. Paris Match, « Le prince Jean d'Orléans est officiellement le nouveau comte de Paris », sur parismatch.com (consulté le ).
  104. « Blasons. Jean d'Orléans et le lis millénaire », sur pointdevue.fr (consulté le ).
  105. « L’évolution des armoiries du comte de Paris, Henri VI de France », sur la-couronne.org (consulté le ).
  106. Badts de Cugnac et Coutant de Saisseval 2002, p. 446

Annexes

modifier

Bibliographie

modifier
  • Julien Serey, la maison de Clermont, préface du duc de Vendôme, Paris, Editions Christian, 2005.
  • Jean de France, Un prince français, entretiens avec Fabrice Madouas, Paris, Pygmalion, 2009.
  • Chantal de Badts de Cugnac et Guy Coutant de Saisseval, Le Petit Gotha, Paris, Éditions Le Petit Gotha, coll. « Petit Gotha », (1re éd. 1993), 989 p. (ISBN 2-9507974-3-1), p. 447 et seq. (section « Maison de France »).
  • Cercle Vauban, Une espérance pour la France : la Monarchie, préface de S.A.R. le prince Jean de France, duc de Vendôme, Paris, Regalia éditions, 2014.
  • Alexis Robin, Dreux, cité royale (Préface), éd. Sagamédias, 2018.
  • Thibault Gandouly, Philippe d'Orléans, comte de Paris 1838-1894, préface du prince Jean de France, éditions Via Romana, 2020.

Articles connexes

modifier

Liens externes

modifier