Ouvrir le menu principal

Amstel Gold Race 2015

édition 2015 de l'Amstel Gold Race, course cycliste néerlandaise
Amstel Gold Race 2015 Cycling (road) pictogram.svg
Généralités
Course50e Amstel Gold Race
CompétitionUCI World Tour 2015 1.UWT
Date19 avril 2015
Distance258 km
PaysNED Pays-Bas
Lieu de départMaastricht
Lieu d'arrivéeFauquemont
Équipes17
Partants198
Arrivants129
Vitesse moyenne39,508 km/h
Résultats
VainqueurPOL Michał Kwiatkowski (Etixx-Quick Step)
DeuxièmeESP Alejandro Valverde (Movistar)
TroisièmeAUS Michael Matthews (Orica-GreenEDGE)
◀ 20142016 ▶
Documentation Wikidata-logo S.svg

La 50e édition de l'Amstel Gold Race a eu lieu le . C'est la onzième épreuve de l'UCI World Tour 2015. La course fait partie des classiques ardennaises, même si elle se dispute dans le Limbourg et non dans les Ardennes belges. Elle a lieu une semaine avant la Flèche wallonne et Liège-Bastogne-Liège, les deux autres classiques ardennaises.

Longue de 258 kilomètres, la course tourne autour de la ville de Fauquemont. Au total trente-quatre brèves côtes émaillent le parcours, certaines étant empruntées à plusieurs reprises. L'ascension du Cauberg, réalisée quatre fois, est le passage décisif de la course. La dernière montée a lieu à deux kilomètres de la ligne d'arrivée. La course correspond à des coureurs puncheurs.

Après que plusieurs groupes d'échappée se font rattraper, l'épreuve se décide dans la dernière ascension du Cauberg. Le sprint d'une quinzaine de coureurs est remporté par le Polonais Michał Kwiatkowski (Etixx-Quick Step) devant l'Espagnol Alejandro Valverde (Movistar) et l'Australien Michael Matthews (Orica-GreenEDGE)[1].

Sommaire

PrésentationModifier

ParcoursModifier

 
Le Cauberg, monté quatre fois durant la course

Le parcours est long de 258 kilomètres. Il démarre à Maastricht et se dirige vers le nord. Les coureurs traversent les villes de Bunde et de Geulle avant d'atteindre la première côte de la journée qu'est le Slingerberg. Ils se dirigent ensuite vers Beek puis grimpent l'Adsteeg. Ces ascensions se trouvent dans les premiers quinze kilomètres du parcours. La course se rend ensuite à Meerssen où le Lange Raarberg est monté en allant vers Heerlen. Juste avant d'arriver dans cette commune, le parcours tourne vers le sud et emprunte le Bergseweg. C'est alors le commencement d'une série de trois tours de circuit dans les environs de Fauquemont. Le Sibbergrubbe et le Cauberg sont escaladés pour la première fois. Cette dernière ascension se trouve au kilomètre cinquante-quatre[2],[3]

La première boucle a une longueur de 101,6 kilomètres. Les coureurs grimpent le Geulhemmerberg en quittant Fauquemont, puis virent en direction du sud-est. Les vingt kilomètres suivants ne contiennent pas de côte référencée, toutefois ils sont souvent en faux-plat. La prochaine ascension est le Wolfsburg, au kilomètre soixante-dix-huit, rapidement suivi par le Loorberg. Le parcours se dirige alors vers Gulpen sans traverser la ville. La côte du Schweibergerweg est grimpée au kilomètre quatre-vingt-douze suivie par le Camerig six kilomètres plus loin. Une boucle autour de la ville de Vaals est alors effectuée. Les côtes du Vaalserberg, marquant la frontière entre l'Allemagne, la Belgique et les Pays-Bas, celle de Gemmenich et du Vijlenerbos sont surmontées en l'espace de neuf kilomètres. Le parcours se redirige après vers Gulden en empruntant la même route qu'à l'aller et grimpe l'Eperheide. À Gulpen, le mont éponyme est parcouru. La course continue vers le Plettenberg et l'Eyserweg. À Simpelveld, le parcours tourne à l'ouest pour revenir vers Fauquemont en prenant la côte d'Huls et du Vrakelberg. En entrant dans Fauquemont, le Sibbergrubbe puis le Cauberg sont de nouveau grimpés. Au passage de la ligne cent-soixante-huit kilomètres ont été couverts, un peu moins de cent restent à parcourir[4],[3],[5].

Le deuxième tour de circuit est long de soixante-et-un kilomètres. Le Geulhemmerberg est emprunté de nouveau avant que le parcours n'atteigne les confins de Maastricht. Le circuit grimpe cette fois-ci le Bemelerberg en allant vers le nord avant de repartir au sud-est vers Beutenaken. Les chemins empruntés sont ensuite similaire à ceux du premier tour avec notamment l'ascension du Loorberg et du Gulpenerberg. Le retour vers Fauquemont varie cependant, avec le passage du Kruisberg, de l'Eyserbosberg, du Fromberg puis du Keutenberg. Le Sibbergruppe n'est pas monté à l'inversion du Cauberg. À la ligne, les coureurs ont encore dix-huit kilomètres à couvrir[4],[3],[5].

La dernière révolution est donc la plus courte. Le circuit emprunte le Geulhemmerberg pour la troisième reprise, puis le Bemelerberg avant de revenir directement à Fauquemont pour l'ultime montée du Cauberg. Au pied de celle-ci, 2 600 mètres restent à parcourir. Elle est longue de 900 mètres avant une déclinaison moyenne de sept pourcents et une pente maximale de douze pourcents. À son sommet, il reste donc 1 700 mètres relativement plats avant de passer la ligne d'arrivée située sur le territoire de Berg en Terblijt[4],[3],[5],[6].

34 côtes sont répertoriées pour cette course :

Num Nom Longueur (m) Pente moyenne km de l'arrivée
1 Slingerberg (nl) 1 200 5,4 % 248,6
2 Adsteeg (nl) 620 4,7 % 243,9
3 Lange Raarberg (nl) 1 000 4,3 % 235,7
4 Bergseweg (nl) 2 200 3,4 % 220
5 Sibbergrubbe (nl) 2 000 4,1 % 208,3
6 Cauberg 1 500 7 % 203,9
7 Geulhemmerberg 1 000 5,8 % 199,4
8 Wolfsberg (nl) 500 5,8 % 179,9
9 Loorberg (nl) 1 600 5,1 % 176,8
10 Schweiberg (nl) 3 000 3,7 % 165,5
11 Camerig (nl) 3 600 7 % 159,1
12 Vaalserberg 2 600 4,2 % 148,5
13 Gemmenicherweg (nl) 2 000 5,4 % 144
14 Vijlenerbos (nl) 1 800 5,1 % 140,2
15 Eperheide (nl) 2 300 4,5 % 131,5
16 Gulperberg (nl) 1 100 5,2 % 122,9
17 Plettenberg (nl) 1 200 3,7 % 116,4
18 Eyserweg (nl) 2 100 4,4 % 114,3
19 Huls (nl) 900 8,3 % 109,8
20 Vrakelberg (nl) 600 7,7 % 104,5
21 Sibbergrubbe (nl) 2 000 4,1 % 96,8
22 Cauberg 1 500 7 % 92,4
23 Geulhemmerberg 1 000 5,8 % 87,8
24 Bemelerberg (nl) 1 200 4 % 75,1
25 Loorberg (nl) 1 600 5,1 % 59,8
26 Gulperberg (nl) 600 9,8 % 50,3
27 Kruisberg 800 8,4 % 41,3
28 Eyserbosweg (nl) 1 100 7,9 % 39,4
29 Fromberg (nl) 1 200 4,8 % 35,6
30 Keutenberg 1 700 6,1 % 31,1
31 Cauberg 1 500 7 % 21,1
32 Geulhemmerberg 1 000 5,8 % 18,5
33 Bemelerberg (nl) 1 200 4 % 7,8
34 Cauberg 1 500 7 % 2,6

ÉquipesModifier

En tant qu'épreuve World Tour, les dix-sept WorldTeams participent à la course. L'organisateur a communiqué la liste des trois premières équipes invitées le . Il s'agit des formations Roompot Oranje Peloton, Topsport Vlaanderen-Baloise et Wanty-Groupe Gobert[7]. Elle a ensuite dévoilée la présence de cinq autres équipes un peu plus tard dans l'année[8].

Vingt-cinq équipes participent à cette Amstel Gold Race - dix-sept WorldTeams et huit équipes continentales professionnelles :

Règlement de la courseModifier

PrimesModifier

Les vingt prix sont attribués suivant le barème de l'UCI[9],[10]. Le total général des prix distribués est de 40 000 €.


Position 1er 2e 3e 4e 5e 6e 7e 8e 9e 10e à 20e
Prix 16 000 € 8 000 € 4 000 € 2 000 € 1 600 € 1 200 € 1 100 € 800 € 400 € 400 €

FavorisModifier

 
Philippe Gilbert, triple vainqueur de l'épreuve, ici en maillot de champion du monde. Championnat gagné également à Fauquemont

L'Amstel Gold Race a déjà été remporté par le passé par des coureurs ayant lancés une échappée loin de l'arrivée. En 2013 Roman Kreuziger a ainsi attaqué après l'avant-dernière ascension du Cauberg. Cependant, la course se décide généralement dans la dernière montée de ce mont. En 2014, Philippe Gilbert place une accélération à mi-côte pour s'imposer seul. La partie plate suivant le Cauberg peut également permettre à des coureurs distancés de la tête de revenir. La victoire se décide alors au sprint[4],[11],[2]. La course convient donc bien aux puncheurs possédant la capacité de résister à un retour dans le dernier kilomètre[12].

Philippe Gilbert est le principal prétendant à propre succession. Il a également remporté l'épreuve en 2010 et 2011 ainsi que les championnats du monde sur route 2012 qui avaient lieu sur un circuit similaire. Il se présente de plus en bonne forme, ayant terminé troisième de la Flèche brabançonne la semaine précédente. D'autres anciens vainqueurs sont également au départ : Roman Kreuziger, Enrico Gasparotto, Damiano Cunego, Fränk Schleck, Stefan Schumacher et Davide Rebellin[4],[13].

Alejandro Valverde, quatrième en 2014, fait également figure de favori de l'épreuve. Il vient notamment de remporter trois étapes du Tour de Catalogne. Michał Kwiatkowski, le champion du monde en titre, Joaquim Rodríguez et Michael Matthews ont également de bonnes chances de victoire. Ce dernier est en particulier favori en cas d'arrivée au sprint[4],[13].

Récit de la courseModifier

Une première échappée de six coureurs se détache juste après le Lange Raarberg, soit au bout de vingt kilomètres. Le groupe est composé de Laurens De Vreese, Jan Polanc, Timo Roosen, Linus Gerdemann, Johan Van Zyl et Mike Terpstra. Le peloton ne réagit pas tout de suite et laisse jusqu'à dix minutes d'avance à l'échappée quand la course atteint Mechelen, au kilomètre quatre-vingt-dix. Les équipes BMC et CCC–Sprandi–Polkowice maintiennent l'écart. Plusieurs chutes se produisent durant cette phase de la course : Jelle Vanendert, deuxième en 2014, et Lieuwe Westra sont ainsi contraints à l'abandon. Au deuxième passage sur la ligne d'arrivée, alors qu'il reste une centaine de kilomètres à parcourir, l'échappée compte six minutes d'avance. Le peloton commence alors véritablement la poursuite[14],[15].

 
Michał Kwiatkowski (ici après sa victoire aux championnats du monde 2014) gagne sa première course avec le maillot irisé sur les épaules au sprint

Sur le second tour de circuit, l'équipe Movistar d'Alejandro Valverde vient prêter main-forte en tête du peloton afin de revenir sur les échappées. L'écart se réduit à quatre minutes. Un groupe se détache même en tête de peloton dans la descente du Bemelerberg, toutefois un problème mécanique du leader espagnol les force à couper leur effort. Le peloton se reforme alors. À la fin du tour de circuit, trois coureurs sont lâchés du groupe d'échappée et son avance n'est plus que d'une minute. Sur l'Eyserbosweg, David Tanner et Simon Clarke attaquent. Un groupe de poursuite se forme ensuite. Il est constitué de Tony Martin, Vincenzo Nibali, Diego Rosa, Wilco Kelderman, Damiano Caruso et Alex Howes. À trente-sept kilomètres de l'arrivée, Clarke et Tanner comptent onze secondes d'avance sur leurs poursuivants, le peloton se trouvant vingt-quatre secondes supplémentaires derrière[14],[16].

Wilco Kelderman rate un virage et traverse un champ afin de rejoindre la course. Il ne parvient jamais à rentrer sur la tête de course. Le groupe Nibali revient sur Tanner et Clarke, mais se montre assez désuni. Rosa et Caruso chute tous deux dans une courbe. Il n'y a donc plus que cinq athlètes à l'avant tandis que Movistar mène le peloton. Le groupe est finalement repris à quinze kilomètres du but. Clarke contre, mais se faire rejoindre sept kilomètres plus tard[14],[16]. Une dernière attaque est menée par Jakob Fuglsang et Greg Van Avermaet. Ce dernier refuse d'aider le premier et les deux sont rapidement repris. Le peloton est donc groupé au pied de la dernière ascension du Cauberg[15].

En 2014, Samuel Sánchez a attaqué dès les premières pentes du Cauberg sur ordre son coéquipier d'alors Philippe Gilbert qui l'emporta à la suite. L'équipe BMC tente de reproduire cette stratégie gagnante avec Ben Hermans dans le rôle de Sánchez cette fois-ci. Cependant, l'attaque de Philippe Gilbert n'est ici pas couronnée de succès car Michael Matthews parvient à l'accompagner. Michał Kwiatkowski est alors en poursuite seul. Valverde rejoint Gilbert et Matthews, quinze autres coureurs faisant de même quelques mètres plus loin. À cinq cent mètres de la ligne, Kwiatkowski est en queue de groupe et récupère de l'ascension. Il lance alors un long sprint et ne se fait jamais remonter. Valverde est deuxième, Matthews troisième. C'est la première victoire de Michał Kwiatkowski dans son maillot irisé[14],[15].

ClassementsModifier

Classement finalModifier

UCI World TourModifier

Cette Amstel Gold Race attribue des points pour l'UCI World Tour 2015, par équipes uniquement aux équipes ayant un label WorldTeam, individuellement uniquement aux coureurs des équipes ayant un label WorldTeam.

Position[17],[18] 1er 2e 3e 4e 5e 6e 7e 8e 9e 10e
Classement général 80 60 50 40 30 22 14 10 6 2

Classement individuelModifier

Ci-dessous, le classement individuel de l'UCI World Tour à l'issue de la course[19].

Classement individuel
Rang Coureur Équipe Points
1   Richie Porte Sky 303
2   Alexander Kristoff Katusha 237
3   John Degenkolb Giant-Alpecin 232
4   Michał Kwiatkowski Etixx-Quick Step 195
5   Geraint Thomas Sky 184
6   Greg Van Avermaet BMC Racing 178
7   Nairo Quintana Movistar 168
8   Alejandro Valverde Movistar 158
9   Zdeněk Štybar Etixx-Quick Step 152
10   Niki Terpstra Etixx-Quick Step 140

Classement par paysModifier

Ci-dessous, le classement par pays de l'UCI World Tour à l'issue de la course[20].

Classement par pays
Rang Pays Points
1   Australie 638
2   Espagne 517
3   Pays-Bas 435
4   Colombie 428
5   Belgique 376
6   Italie 359
7   Royaume-Uni 266
8   Allemagne 241
9   Norvège 237
10   Pologne 198

Classement par équipesModifier

Ci-dessous, le classement par équipes de l'UCI World Tour à l'issue de la course[21].

Classement par équipes
Rang Équipe Points
1   Etixx-Quick Step 670
2   Sky 629
3   Katusha 527
4   Movistar 483
5   BMC Racing 410
6   Giant-Alpecin 302
7   Orica-GreenEDGE 286
8   Tinkoff-Saxo 278
9   Lampre-Merida 257
10   Lotto-Soudal 236

Bilan et réactionsModifier

La victoire de Michał Kwiatkowski est sa première sur une course en ligne depuis le championnat du monde 2014. Il a par ailleurs remporté le prologue de Paris-Nice. Il devient le quatrième coureurs à gagner l'Amstel Gold Race avec le maillot irisé sur les épaules. Il succède à : Eddy Merckx, Jan Raas et Bernard Hinault. Il déclare que c'est un « jour incroyable[22] », et que cela permet de « remettre les points sur les i[23] » après les deuxièmes places de l'équipe Etixx–Quick-Step sur le Tour des Flandres et le Paris-Roubaix[24].

La tactique de la BMC est saluée après la course, même si elle n'a pas permis à Philippe Gilbert de répéter sa victoire. Sa dixième place est son pire résultat sur l'épreuve depuis de nombreuses années. Il pense que son incapacité à rester seul devant le groupe de poursuite vient de l'absence de vent de face dans la dernière ligne droite ainsi que de son statut de favori[25],[26]. Valverde au contraire se montre très satisfait de sa deuxième place, son meilleur résultat sur l'Amstel jusqu'alors, et se montre optimiste pour la suite des classiques ardennaises[27].

Liste des participantsModifier

Légende
Num Dossard de départ porté par le coureur sur cette Amstel Gold Race Pos Position à l'arrivée de la course
    Indique un maillot de champion national ou mondial, suivi de sa spécialité NP Indique un coureur qui n'a pas pris le départ de la course
AB Indique un coureur qui n'a pas terminé la course HD Indique un coureur qui a terminé la course hors des délais
BMC Racing
BMC
Num Coureur Pos
1   Philippe Gilbert (BEL) 10e
2   Damiano Caruso (ITA) 89e
3   Marcus Burghardt (GER) 125e
4   Silvan Dillier (SUI) 78e
5   Ben Hermans (BEL) 18e
6   Samuel Sánchez (ESP) 31e
7   Dylan Teuns (BEL) 64e
8   Greg Van Avermaet (BEL) 5e
Directeur sportif : Valerio Piva
AG2R La Mondiale
ALM
Num Coureur Pos
11   Jan Bakelants (BEL) 24e
12   Carlos Betancur (COL) 45e
13   Mikaël Cherel (FRA) 85e
14   Ben Gastauer (LUX) AB
15   Matteo Montaguti (ITA) 51e
16   Rinaldo Nocentini (ITA) 12e
17   Christophe Riblon (FRA) AB
18   Alexis Vuillermoz (FRA) 54e
Directeur sportif : Julien Jurdie
FDJ
FDJ
Num Coureur Pos
21   William Bonnet (FRA) AB
22   Olivier Le Gac (FRA) AB
23   Laurent Pichon (FRA) 124e
24   Kévin Réza (FRA) 105e
25   Anthony Roux (FRA) AB
26   Benoît Vaugrenard (FRA) 106e
27   Jussi Veikkanen (FIN)   (Route) AB
28   Arthur Vichot (FRA) 42e
Directeur sportif : Franck Pineau
Astana
AST
Num Coureur Pos
31   Vincenzo Nibali (ITA)   (Route) 65e
32   Lars Boom (NED) AB
33   Jakob Fuglsang (DEN) 17e
34   Andriy Grivko (UKR) 59e
35   Laurens De Vreese (BEL) 93e
36   Diego Rosa (ITA) 57e
37   Luis León Sánchez (ESP) 63e
38   Lieuwe Westra (NED) AB
Directeur sportif : Giuseppe Martinelli
Etixx-Quick Step
EQS
Num Coureur Pos
41   Michał Kwiatkowski (POL)   (Route) 1er
42   Julian Alaphilippe (FRA) 7e
43   Michał Gołaś (POL) 97e
44   Tony Martin (GER) 77e
45   Gianni Meersman (BEL) 73e
46   Stijn Vandenbergh (BEL) AB
47   Petr Vakoč (CZE) 50e
48   Julien Vermote (BEL) 98e
Directeur sportif : Wilfried Peeters
IAM
IAM
Num Coureur Pos
51   Sylvain Chavanel (FRA) 79e
52   Dries Devenyns (BEL) NP
53   Martin Elmiger (SUI)   (Route) 35e
54   Reto Hollenstein (SUI) AB
55   Thomas Degand (BEL) NP
56   Vicente Reynés (ESP) AB
57   Aleksejs Saramotins (LAT) AB
58   David Tanner (AUS) 75e
Directeur sportif : Kjell Carlström
Lampre-Merida
LAM
Num Coureur Pos
61   Rui Costa (POR) 4e
62   Matteo Bono (ITA) AB
63   Kristijan Đurasek (CRO) 101e
64   Valerio Conti (ITA) AB
65   Manuele Mori (ITA) 109e
66   Jan Polanc (SLO) 103e
67   Diego Ulissi (ITA) 49e
68   Rafael Valls (ESP) 53e
Directeur sportif : Philippe Mauduit
Lotto-Soudal
LTS
Num Coureur Pos
71   Jelle Vanendert (BEL) 34e
72   Stig Broeckx (BEL) 116e
73   Tony Gallopin (FRA) 6e
74   Pim Ligthart (NED) 123e
75   Jürgen Roelandts (BEL) 66e
76   Tosh Van der Sande (BEL) 80e
77   Dennis Vanendert (BEL) AB
78   Tim Wellens (BEL) 19e
Directeur sportif : Herman Frison
Movistar
MOV
Num Coureur Pos
81   Alejandro Valverde (ESP) 2e
82   Jasha Sütterlin (GER) AB
83   Imanol Erviti (ESP) AB
84   José Herrada (ESP) AB
85   Gorka Izagirre (ESP) 58e
86   José Joaquín Rojas (ESP) 48e
87   Rory Sutherland (AUS) AB
88   Giovanni Visconti (ITA) 47e
Directeur sportif : José Luis Arrieta
Orica-GreenEDGE
OGE
Num Coureur Pos
91   Simon Gerrans (AUS) 70e
92   Michael Albasini (SUI) 69e
93   Simon Clarke (AUS) 76e
94   Mathew Hayman (AUS) AB
95   Daryl Impey (RSA) 67e
96   Michael Matthews (AUS) 3e
97   Christian Meier (CAN) AB
98   Pieter Weening (NED) 68e
Directeur sportif : Laurenzo Lapage
Cannondale-Garmin
TCG
Num Coureur Pos
101   Tom-Jelte Slagter (NED) 36e
102   Alberto Bettiol (ITA) AB
103   Nathan Haas (AUS) 38e
104   Alex Howes (USA) 112e
105   Daniel Martin (IRL) 15e
106   Ramūnas Navardauskas (LTU) 113e
107   Sebastian Langeveld (NED)   (Route) 110e
108   Matej Mohorič (SLO) AB
Directeur sportif : Robert Hunter
Giant-Alpecin
TGA
Num Coureur Pos
111   Tom Dumoulin (NED) 26e
112   Warren Barguil (FRA) 72e
113   Roy Curvers (NED) AB
114   Koen de Kort (NED) AB
115   Thierry Hupond (FRA) AB
116   Georg Preidler (AUT) 39e
117   Albert Timmer (NED) AB
118   Zico Waeytens (BEL) AB
Directeur sportif : Aike Visbeek
Katusha
KAT
Num Coureur Pos
121   Joaquim Rodríguez (ESP) 32e
122   Giampaolo Caruso (ITA) 13e
123   Dmitry Kozontchuk (RUS) 94e
124   Sergueï Lagoutine (RUS) 99e
125   Alberto Losada (ESP) 74e
126   Daniel Moreno (ESP) 11e
127   Tiago Machado (POR) 115e
128   Alexey Tsatevitch (RUS) 25e
Directeur sportif : José Azevedo
Lotto NL-Jumbo
TLJ
Num Coureur Pos
131   Wilco Kelderman (NED) 62e
132   Tom Leezer (NED) AB
133   Bert-Jan Lindeman (NED) AB
134   Paul Martens (GER) 27e
135   Timo Roosen (NED) AB
136   Bram Tankink (NED) 127e
137   Nick van der Lijke (NED) AB
138   Jos van Emden (NED) AB
Directeur sportif : Frans Maassen
Sky
SKY
Num Coureur Pos
141   Nathan Earle (AUS) AB
142   Sergio Henao (COL) 33e
143   Peter Kennaugh (GBR)   (Route) AB
144   Vasil Kiryienka (BLR) 71e
145   Philip Deignan (IRL) AB
146   Lars Petter Nordhaug (NOR) 16e
147   Xabier Zandio (ESP) AB
148   Wout Poels (NED) AB
Directeur sportif : Servais Knaven
Tinkoff-Saxo
TCS
Num Coureur Pos
151   Roman Kreuziger (CZE) 14e
152   Michael Valgren (DEN)   (Route) 22e
153   Manuele Boaro (ITA) 52e
154   Jesper Hansen (DEN) AB
155   Robert Kišerlovski (CRO) 60e
156   Evgueni Petrov (RUS) AB
157   Ivan Rovny (RUS) 104e
158   Chris Anker Sørensen (DEN) 44e
Directeur sportif : Sean Yates
Trek Factory Racing
TFR
Num Coureur Pos
161   Bauke Mollema (NED) 55e
162   Julián Arredondo (COL) 100e
163   Fumiyuki Beppu (JPN) AB
164   Laurent Didier (LUX) AB
165   Fabio Felline (ITA) 30e
166   Bob Jungels (LUX) 23e
167   Fränk Schleck (LUX)   (Route) 56e
168   Calvin Watson (AUS) AB
Directeur sportif : Kim Andersen
Bardiani CSF
BAR
Num Coureur Pos
171   Sonny Colbrelli (ITA) 107e
172   Simone Andreetta (ITA) AB
173   Enrico Barbin (ITA) 111e
174   Enrico Battaglin (ITA) 108e
175   Nicola Boem (ITA) AB
176   Andrea Piechele (ITA) AB
177   Stefano Pirazzi (ITA) AB
178   Edoardo Zardini (ITA) 126e
Directeur sportif : Roberto Reverberi
CCC Sprandi Polkowice
CCC
Num Coureur Pos
181   Davide Rebellin (ITA) 29e
182   Grega Bole (SLO) 102e
183   Jarosław Marycz (POL) 118e
184   Bartłomiej Matysiak (POL)   (Route) 90e
185   Maciej Paterski (POL) 9e
186   Marek Rutkiewicz (POL) 81e
187   Stefan Schumacher (GER) AB
188   Branislau Samoilau (BLR) 119e
Directeur sportif : Piotr Wadecki
Cult Energy
CLT
Num Coureur Pos
191   Fabian Wegmann (GER) 114e
192   Russell Downing (GBR) AB
193   Linus Gerdemann (GER) AB
194   Rasmus Guldhammer (DEN) 37e
195   Alex Kirsch (LUX) AB
196   Christian Mager (GER) AB
197   Michael Reihs (DEN) AB
198   Troels Vinther (DEN) AB
Directeur sportif : Michael Skelde
MTN-Qhubeka
MTN
Num Coureur Pos
201   Matthew Goss (AUS) AB
202   Johann van Zyl (RSA) AB
203   Songezo Jim (RSA) AB
204   Serge Pauwels (BEL) 46e
205   Kristian Sbaragli (ITA) 20e
206   Daniel Teklehaimanot (ERI) AB
207   Jacques Janse van Rensburg (RSA)   (Route) 129e
208   Youcef Reguigui (ALG) 120e
Directeur sportif : Michel Cornelisse
Nippo-Vini Fantini
NIP
Num Coureur Pos
211   Damiano Cunego (ITA) 40e
212   Giacomo Berlato (ITA) AB
213   Daniele Colli (ITA) 96e
214   Pierpaolo De Negri (ITA) 128e
215   Iuri Filosi (ITA) AB
216   Alessandro Malaguti (ITA) AB
217   Riccardo Stacchiotti (ITA) AB
218   Genki Yamamoto (JPN) AB
Directeur sportif : Stefano Giuliani
Roompot Oranje Peloton
ROP
Num Coureur Pos
221   Johnny Hoogerland (NED) 91e
222   Sjoerd van Ginneken (NED) 117e
223   Marc de Maar (NED) 86e
224   Huub Duyn (NED) 88e
225   Reinier Honig (NED) AB
226   Michel Kreder (NED) 61e
227   Maurits Lammertink (NED) 21e
228   Mike Terpstra (NED) AB
Directeur sportif : Erik Breukink
Topsport Vlaanderen-Baloise
TSV
Num Coureur Pos
231   Floris De Tier (BEL) 43e
232   Tim Declercq (BEL) AB
233   Pieter Jacobs (BEL) 84e
234   Oliver Naesen (BEL) 92e
235   Thomas Sprengers (BEL) 82e
236   Edward Theuns (BEL) 87e
237   Preben Van Hecke (BEL) 95e
238   Arthur Vanoverberghe (BEL) AB
Directeur sportif : Hans De Clercq
Wanty-Groupe Gobert
WGG
Num Coureur Pos
241   Enrico Gasparotto (ITA) 8e
242   Björn Leukemans (BEL) 28e
243   Marco Marcato (ITA) AB
244   Marco Minnaard (NED) 83e
245   Mirko Selvaggi (ITA) 41e
246   Francis De Greef (BEL) 122e
247   Yannick Eijssen (BEL) 121e
248   Jan Ghyselinck (BEL) AB
Directeur sportif : Hilaire Van der Schueren

Notes et référencesModifier

  1. a et b « Classification », sur http://amstel.nl/
  2. a et b (en) Stephen Puddicombe, « Amstel Gold Race 2015 preview », sur Cycling Weekly, Time Inc. UK (consulté le 17 avril 2016)
  3. a b c et d « Amstel Gold Race 2015 - Classic », sur ProCyclingStats (consulté le 17 avril 2016)
  4. a b c d e et f (en) Sadhbh O'Shea, « Amstel Gold Race attracts the stars for 50th edition », sur Cyclingnews.com (consulté le 17 avril 2016)
  5. a b et c (nl) « Route 50e Amstel Gold Race 19 April 2015 » [archive], sur amstel.nl (consulté le 19 avril 2016)
  6. (nl) « Cauberg | Valkenburg », sur Sport.be (consulté le 17 avril 2016)
  7. (es) « La Amstel Gold Race confirma tres invitaciones », sur biciciclismo.com,
  8. (es) « La Amstel Gold Race completa sus invitaciones », sur biciciclismo.com,
  9. [PDF] « Règlement UCI du sport cycliste - Titre Ier, organisation générale du sport cycliste - Chapitre II, épreuves - Article 1.2.069, prix », sur http://fr.uci.ch/, UCI, version au 1er novembre 2014 (consulté le 9 décembre 2014)
  10. [PDF] « Règlement UCI du sport cycliste - Titre II, épreuves sur route - Chapitre VI, épreuves par étapes - Article 2.6.022, prix », sur http://fr.uci.ch/, UCI, version au 24 septembre 2014 (consulté le 9 décembre 2014)
  11. (en) Kirsten Frattini, « Gilbert wins 2014 Amstel Gold Race », sur Cyclingnews.com (consulté le 17 avril 2016)
  12. (en) Mikkel Conde, « Amstel Gold Race preview »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur CyclingTips (consulté le 17 avril 2016)
  13. a et b (en) Richard Windsor, « Who are the bookies’ favourites for Amstel Gold Race? », sur Cycling Weekly (consulté le 17 avril 2016)
  14. a b c et d (en) « Kwiatkowski wins Amstel Gold Race », sur Cyclingnews.com (consulté le 17 avril 2016)
  15. a b et c (en) « Kwiatkowski sprints to first victory in rainbow jersey in Amstel Gold Race », sur VeloNews (consulté le 17 avril 2016)
  16. a et b (en) Stuart Clarke, « Michal Kwiatkowski wins Amstel Gold Race », sur Cycling Weekly (consulté le 18 avril 2016)
  17. « Règlement UCI du sport cycliste - Titre II, épreuves sur route - Chapitre X, classement UCI - Article 2.10.017, Barème des points Femmes élites - version au 24 janvier 2015 » [PDF], sur uci.ch (consulté le 25 mars 2018)
  18. « Règlement UCI du sport cycliste - Titre II, épreuves sur route - Chapitre X, classement UCI - Article 2.10.017, Barème des points Femmes élites - version au 1er novembre 2015 » [PDF], sur uci.ch (consulté le 25 mars 2018)
  19. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2015 - Individual », sur uci.com, Union cycliste internationale (consulté le 19 juin 2015)
  20. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2015 - Nation », sur uci.com, Union cycliste internationale (consulté le 19 juin 2015)
  21. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2015 - Team », sur uci.com, Union cycliste internationale (consulté le 19 juin 2015)
  22. « an amazing day »
  23. « [put] the dot on the i »
  24. (en) Sadhbh O'Shea, « Experience pays off for Kwiatkowski at Amstel Gold Race », sur Cyclingnews.com (consulté le 22 avril 2016)
  25. (en) Daniel Benson et Sadhbh O'Shea, « Five conclusions from Amstel Gold Race », sur Cyclingnews.com, (consulté le 22 avril 2016)
  26. (en) Alasdair Fotheringham, « Gilbert fails to defend Amstel Gold Race after Cauberg attack », sur Cyclingnews.com (consulté le 22 avril 2016)
  27. (en) Alasdair Fotheringham, « Valverde remains upbeat despite another loss in Amstel Gold Race », sur Cyclingnews.com (consulté le 22 avril 2016)

Liens externesModifier