Ouvrir le menu principal
Chronologies
Années :
1867 1868 1869  1870  1871 1872 1873
Décennies :
1840 1850 1860  1870  1880 1890 1900
Siècles :
XVIIIe siècle  XIXe siècle  XXe siècle
Millénaires :
Ier millénaire  IIe millénaire  IIIe millénaire
Chronologies géographiques
Chronologies thématiques
Architecture Arts plastiques Chemins de fer Droit Football Littérature Musique populaire Musique classique Parcs de loisirs Photographie Philosophie Santé et médecine Science Sociologie Sport Terrorisme Théâtre
Calendriers
Romain · Chinois · Grégorien · Hébraïque · Hindou · Musulman · Persan · Républicain

Cette page concerne l'année 1870 du calendrier grégorien.

Sommaire

ÉvénementsModifier

 Sommaire :  Haut - Janvier - Février - Mars - Avril - Mai - Juin - Juillet - Août - Septembre - Octobre - Novembre - Décembre 

JanvierModifier

MarsModifier

  • 21-15 avril : grève des mineurs du Creusot ; Benoît Malon prend la direction du mouvement qui réclame la journée de huit heures et la gestion de la caisse de secours des mineurs[1].
  • Mars : grève des métallurgistes et intervention de l’armée.

AvrilModifier

  • Algérie : une expédition conduite dans le Sud-Oranais par le général de Wimpffen porte un sérieux coup à la rébellion.
  • 20 avril : un sénatus-consulte met en œuvre une véritable Constitution pour un empire libéral.
    • L'empereur garde le droit de renvoyer les ministres responsables, mais il ne préside plus le Sénat ni le Conseil d'État.
    • L'Empereur ne peut nommer plus de vingt sénateurs en un an et le nombre des sénateurs ne peut excéder les deux tiers de celui des membres du Corps législatif.
    • Le Sénat ne garde plus qu'une attribution, celle de discuter et de voter les projets de loi, concurremment avec le Corps législatif. Il est nommé pour au moins six ans.
    • Le droit de pétition s'exerce auprès du Corps législatif et du Sénat. Le droit d'amendement n'est plus soumis au contrôle du Conseil d'État.

MaiModifier

  • 8 mai : plébiscite approuvant la nouvelle constitution avec 7 358 000 oui (69 %), 1 572 000 non et 1 894 000 abstentions. L'opposition l'emporte dans la Seine, les Bouches-du-Rhône, les grandes villes, le Sud-Est et le Midi provençal.
  • 21 mai : sénatus-consulte fixant la Constitution de l’Empire (régime libéral, bicamériste, avec un rôle législatif et financier important attribué au Corps législatif et un rôle de contrôle effectif donné au Sénat).

JuinModifier

JuilletModifier

 
La Guerre, Illustrated London News, 3 septembre
 
Position des armées françaises et allemandes le 31 juillet

AoûtModifier

 
2 septembre : capitulation de Sedan

SeptembreModifier

 
4 septembre : Gambetta proclamant la République à l'Hôtel de ville de Paris
 
La défense de Paris - Étudiants allant garnir les barricades L'une des images les plus iconiques de la guerre de 1870. Après la reddition de Napoléon III, la république refusa les termes du traité signé par l'empereur, et la guerre a continué. Paris assiégée par les Prussiens a été défendue par ses habitants de toutes origines sociales.
  • 4 septembre : Napoléon III considéré comme prisonnier de guerre est emmené en captivité en Allemagne (à Wilhelmshoehe, près de Kassel). Le même jour à Paris la déchéance de l'empereur est prononcée et la république proclamée ; une foule de Parisiens envahit le Palais Bourbon. Les députés républicains (Gambetta, Favre, Ferry…) proclament la République et la fin de l'Empire sur la place de l’Hôtel-de-Ville. Ils instaurent un Gouvernement de la Défense nationale et un ministère dit « du 4 septembre » ; le jeune prince impérial se réfugie en Belgique.
  • 5 septembre :
  • 7 septembre : Léon Gambetta demande aux administrateurs provisoires et aux préfets de « s'appuyer sur les conseils municipaux élus sous l'influence du courant libéral et démocratique … ou sur des municipalités provisoires ».
  • 8 septembre : décret convoquant les collèges électoraux pour le 16 octobre « à l'effet d'élire une assemblée nationale constituante ».
  • 9 septembre : l'impératrice Eugénie arrive à Hastings en Angleterre.
  • 11 septembre : création d'une fédération des comités de vigilance, qui se sont constitués lors des cinq derniers jours dans les arrondissements parisiens, et qui se nomme « Comité central républicain de Défense nationale des vingt arrondissements », regroupant les blanquistes, les socialistes et les radicaux.
  • 12 septembre : le gouvernement, afin de conserver « sa complète liberté d'action pour organiser la défense dans les départements et maintenir l'administration », désigne, Adolphe Crémieux, le garde des Sceaux comme « délégué pour représenter le gouvernement et en exercer les pouvoirs », et Tours devient le siège de la délégation du gouvernement de la Défense nationale (Gambetta et général Trochu).
  • 12 - 18 septembre : Adolphe Thiers est à Londres, mandaté par Jules Favre, ministre des Affaires étrangères.
  • 13 septembre : création du Comité central républicain des Vingt arrondissements.
  • 16 septembre :
    • décret fixant les élections municipales au 25 et 28 septembre, et avançant les élections à la Constituante au 2 octobre (elles seront repoussées) ;
    • décret instaurant « la délégation du gouvernement de la Défense nationale, appelée à exercer les pouvoirs de ce gouvernement dans les départements non occupés par l'ennemi », qui est confiée à Adolphe Crémieux auquel sont adjoints 2 autres ministres, Glais-Bizoin et l'amiral Fourichon, ministre de la Marine.
  • 17 septembre :
  • 18 septembre :
    • après la bataille de Sedan, la IIe armée prussienne du Kronprinz de Prusse, entreprend le siège de Paris (jusqu'au );
    • décret fixant les élections au conseil municipal de Paris « dont les attributions seront les mêmes que celles des autres conseils municipaux de la République ». Le conseil comprendra 80 membres, soit quatre par arrondissement;
    • les départements du Midi de la France et du Sud-Est créent la « Ligue du Midi pour la défense de la République ».
  • 19 septembre : le siège de Paris se met en place avec 2 armées allemandes, représentant 400 000 soldats prussiens.
    • En face, le général Trochu, gouverneur militaire de Paris, dispose de 500 000 défenseurs aux qualités disparates (17 régiments, 15 000 marins, 200 canons, 12 000 gendarmes, 135 000 gardes nationaux de province, 330 000 gardes nationaux de Paris).
    • Dès le début, les défenseurs français sont défaits à la bataille de Châtillon.
    • Les troupes du maréchal von Molke commencent d'importants travaux de terrassement et de fortification pour empêcher toute sortie des assiégés, ils occupent les hauteurs autour de la capitale et y installent leur artillerie.
  • 20 septembre : à Ferrières, échec de la tentative de paix entre Favre et Bismarck.
  • 22 septembre : dans un manifeste, les « blanquistes » demandent une Commune de Paris et la « levée en masse » comme lors de la Révolution de 1793.
  • 22-26 septembre : « Insurrection du Sud », révolte des Noirs de la Martinique, partie de Rivière-Pilote. La répression fait dix-sept morts, cent arrestations et huit condamnations à mort[1].
 
27 septembre : La capitulation de Strasbourg - Départ des prisonniers Français (sur la Illustrated London News du 15 octobre 1870)

OctobreModifier

NovembreModifier

DécembreModifier

Notes et référencesModifier

  1. a b et c Michelle Zancarini-Fournel, Les luttes et les rêves : Une histoire populaire de la France de 1685 à nos jours, La Découverte, (ISBN 9782355221149, présentation en ligne) Erreur de référence : Balise <ref> non valide ; le nom « Zancarini » est défini plusieurs fois avec des contenus différents
  2. Alain Corbin, Le village des cannibales, Flammarion (ISBN 9782081387553, présentation en ligne)

Articles connexesModifier