Ier millénaire av. J.-C.

millénaire

IIe millénaire av. J.‑C. · Ier millénaire av. J.‑C. · Ier millénaire  

Xe siècle av. J.-C. · IXe siècle av. J.-C. · VIIIe siècle av. J.-C. · VIIe siècle av. J.-C. · VIe siècle av. J.-C.
Ve siècle av. J.-C. · IVe siècle av. J.-C. · IIIe siècle av. J.-C. · IIe siècle av. J.-C. · Ier siècle av. J.-C.


Liste des millénaires · Liste des siècles

Le Ier millénaire av. J.-C. a débuté le 1er janvier -1000 et s’est achevé le 31 décembre -1 dans le calendrier julien proleptique.

ÉvénementsModifier

  • 900-300 av. J.-C. : maxima glaciaire attesté par la tourbière du glacier de Fernau, avec un intervalle de retrait d'environ un siècle et demi[1].
  • 800 av. J.-C. : début de la récession thermique subatlantique qui continue de nos jours[2]. Augmentation sensible de la pluviosité.
  • 400-250 av. J.-C. à 150 apr. J.-C. : petit optimum climatique romain[3].

AfriqueModifier

 
Sculpture de la culture Nok.
  • IIIe siècle av. J.-C. : introduction des moutons et des bovins domestiques dans la vallée du haut Zambèze, puis vers la Botswana et le sud-ouest du Zimbabwe. L’élevage et la céramique se diffusent à partir de ces régions au début du Ier millénaire à l’extrême sud-ouest de l’Afrique[12].

AmériqueModifier

 
Tumulus de la culture Adena de Shrum Mound, près de Columbus (Ohio).
 
Tête colossale d'un guerrier casqué découverte à La Venta.
  • Vers 900 av. J.-C. : destruction du site de San Lorenzo (Mexique)[30]. Le site de La Venta devient le principal centre cérémoniel des Olmèques en mésoamérique (900 av. J.-C./400 av. J.-C.)[31]. Les Olmèques établissent des relations commerciales pour se procurer des matières premières : basalte, obsidienne, cinabre, serpentine, jade et or. Le culte de l’homme-jaguar implique l’existence de prêtres.
  • Vers 800 av. J.-C. : introduction de la culture intensive du maïs dans les plaines alluviales de l’Amazonie, ce qui va permettre le développement de communautés plus nombreuses et très hiérarchisées. Création entre 800 av. J.-C. et 500 des terra preta, sols de terres noires d’une exceptionnelle fertilité grâce à une grande quantité de charbon de bois et de tessons de poterie dans lesquels des micro-organismes se développent[32].
  • Vers 500 av. J.-C.-1000 : la culture de Dorset au Groenland et dans le nord-est du Canada succède à la culture de pré-Dorset[33]. Des groupes nomades vivent de la chasse (mammifères marins, caribous) et de la pêche. Les campements s’agrandissent et se modifient, avec le creusement de maisons d’hivers semi-souterraines, où vivent deux à trois familles. L’adaptation aux conditions climatiques est révélée par les traîneaux en os, des crampons à glaces, des raquettes, des skis[34]. Disparition des arcs et des flèches. Les chiens sont peu attestés[35].
 
Effigie de serpent en mica de la culture Hopewell.
  • 200 av. J.-C.-700 : dans les zones forestières d’Amérique du Nord, développement de la culture Hopewell, caractérisée par de grandes sépultures, par l’organisation en chefferie et par le développement d’un réseau de communication à longue distance[40]. Des hameaux annuels semi-permanents se forment au début du Ier millénaire.
  • 200 av. J.-C.-600 : période intermédiaire ancien au Pérou[28]. Culture Moche. Essor de la civilisation Nazca sur la côte méridionale du Pérou, avec d’immenses canaux dessinant des motifs géométriques et animaliers dans les plaines désertiques.
  • Vers 150-50 av. J.-C.-700 : la culture inuit okvik se développe en Alaska[41].

Asie et PacifiqueModifier

  • Vers 1000-800 av. J.-C. : début de la période Yayoi au Japon. L’agriculture permanente sèche ou irriguée est introduite par des immigrants venus de Corée et se diffuse par acculturation : millet, blé, orge, arboriculture (pêches, mûres), rizières inondées. La métallurgie du cuivre et du fer apparaît[42]. L’agriculture sur brûlis (yakihata) apparue à la fin du néolithique (8000-300 av. J.-C.) associée à la cueillette, à la chasse et à la pèche, persiste jusqu’au XXe siècle[43].
  • 1000-600 av. J.-C. : période védique tardive en Inde, liée à la découverte archéologique de poterie grise peinte dans la région du Gange, particulièrement dans l’Haryana (900-500 av. J.-C.). L’introduction des outils de fer permet d’intensifier le défrichement de la région, et la culture du riz se développe[44],[45]. C’est à cette époque que sont rédigés les textes sacrés de l’hindouisme, les Veda, qui attestent du système des castes[46]. Sites aryens de Hastinâpura, Ahicchatrâ et Kausâmbî. Hastinâpura est détruite par des inondations vers 900 av. J.-C. et la capitale transférée à Kausâmbî, évènement mentionné dans le Mahabharata[47]. Après 800 av. J.-C., l’essor des cités et des États de la vallée du Gange (Mahajanapadas) est favorisé par la riziculture. Au VIe siècle av. J.-C., l’un de ces royaumes, le Magadha, commence à soumettre ses voisins pour former un empire sur toute la vallée (IVe siècle av. J.-C.) puis sur presque tout le sous-continent (IIe siècle av. J.-C.)[48].
 
Dague en pierre fabriquée en Corée à l'âge du bronze. Musée Guimet
 
Dagues de bronze de la culture de Tagar, Museum für Vor- und Frühgeschichte (Berlin).
  • 700-300 av. J.-C. : culture de Tagar dans le bassin de Minoussinsk, dans le sud de la Sibérie ; établissements permanents (certains fortifiés) des Scythes dans les steppes, peuple guerrier, riche et puissant ayant une cavalerie cuirassée[53]. Dans les steppes asiatiques et européennes, la période qui va du VIIIe au IIIe siècle av. J.-C. est appelée en général âge scythique puisque les représentants les plus remarquables de cette civilisation sont les Scythes. Des outils analogues sont produits dans presque toute la zone, indépendamment des ethnies. Des flèches et de courtes épées de bronze (avec un papillon sur la poignée) découvertes en Asie centrale sont d’un style typiquement scythique. L’art scythique constitue un amalgame entre les arts assyriens et grecs d’une part et les arts typiquement nomades. Les animaux sont souvent représentés (bêtes affrontées). Les chaudrons dits scythiques sont répandus en Asie Centrale. L’expansion de cet art prouve qu’à la fin de l’âge du bronze les peuples nomades entretiennent des rapports du Fleuve Jaune à la mer Noire[54].
  • 642-320 av. J.-C. : période shishunaga-nanda en Inde (ou shiskunaga-nanda)[55]. Important commerce entre l’Inde du Sud et Babylone aux VIIe siècle av. J.-C. et VIe siècle av. J.-C.[56]. C’est l’époque probable de la composition des Upanishad anciennes (700-500 av. J.-C.)[57] « Traités des équivalences », traités sanskrits de religion védique, et de la création de l’école Sāṃkhya, reposant sur l’énumération des principes (tattva) constituant l’univers empirique (800-550 av. J.-C.). Sa fondation est attribuée au sage Kapila. Un texte versifié, les Sāṃkhyakārikā, composé avant le IVe siècle de l'ère chrétienne par Îśvarakrişna (en), présente la forme ancienne du système. Le Sāṃkhya est à l’origine du Yoga, méthode de délivrance qu’il préconise[58]. La fin de la période védique voit également l’apparition du Bouddhisme et du Jaïnisme.


  • Dans le sud-est de l’Australie, sont construits de grands villages de maisons rondes en pierre et en chaume qui peuvent atteindre 700 âmes. Des réseaux d’échange à longue distance s’étendent pour le commerce des ornements et les matières premières[61]. Il existe des rites d’initiation, les bora, pratiqués dans des cercles de pierres, et des sortes d’alignements de pierre à signification symbolique mystérieuse. Cueillettes cérémonielles et sites sacrés, comme les abris peints, sont associés au « Temps du rêve », sorte d’âge d’or. Les cérémonies, qui rassemblent des centaines de personnes, sont souvent associées à la récolte de certains produits, comme la noix de cycas, qui exige une préparation (trempage et fermentation) pour enlever les substances toxiques qu’elle contient, ou le papillon bogong, abondant dans le district des Snowy Mountains[62]. Sur la Murray River, la tombe 108 de Roonka Flat, datée vers 3000 avant le présent comprend un corps d'homme et celui d'un enfant, avec vêtements de peau agrafé, frange de plumes d'oiseau, pendentif en os, collier, traces de teinture d'ocre. Le crâne de l'adulte porte un bandeau de 2 rangées d'incisives de wallaby percées et disposées[63].

Asie du Sud-EstModifier

  • 1000 av. J.-C.-43 apr. J.-C. : culture Dong Son au nord du Viêt Nam. Métallurgie du bronze (tambours de Dong Son), riziculture[64].
  • 1000 av. J.-C.-200 apr. J.-C. : culture de Sa Huỳnh dans le centre et le sud du Viêt Nam.
  • 900-300 av. J.-C. : phase moyenne de l’occupation du site de Ban Chiang, en Thaïlande[65].
  • 600-400 av. J.-C. : occupation du site de Ban Na Di (de) au nord-est de la Thaïlande[66], construit sur une éminence près de deux cours d’eau et de sols propices à la culture du riz. Les tombes ont laissé des vases d’offrandes, des figurines d’argile d’animaux ou d’humains, des bracelets de marbre et de coquillages, des objets en bronze.
 
Poterie de Ban Chiang au Museum für Indische Kunst, Berlin-Dahlem.
  • 300 av. J.-C.-200 : phase tardive de l’occupation du site de Ban Chiang, en Thaïlande[65]. Céramique à motif géométrique rouge-sur-crème.
  • 257-208 av. J.-C. : royaume de Âu Lạc au Viêt Nam ; premier site urbain à Co Loa[67].
  • IIe siècle av. J.-C.- IVe siècle : activité du port protohistorique de Khao Sam Kaeo dans la province de Chumphon en Thaïlande péninsulaire  ; ateliers de production de perles, céramique[68], figurines de terre cuite à connotation sexuelle, objets de pierre (haches polies, mortiers...), de fer (haches, lances) et de bronze (outils, figurines, bracelets, parures) ; échanges commerciaux attestés par la présence de tambours de Dong Son, de parures de la culture de Sa Huỳnh au Viêt Nam et d'autres origines indiennes[69].

ChineModifier

 
Vase gui en bronze de la dynastie Zhou de l'Ouest. Musée Cernuschi, Paris.
  • 1046-770 av. J.-C. : dynastie Zhou de l'Ouest, centrée dans le Shaanxi, près de l’actuelle Xi'an[70]. Elle livre peu de sites archéologique : Zhouyuan (grands bâtiments, ateliers d'artisanat du bronze, du jade et de l'os), Fengchu (palais, ateliers de bronziers, nombreux os oraculaires). Les bronzes rituels, à la fonction politique importante, sont distribués sur un territoire bien plus vaste que sous les Shang[71].
Lent progrès des défrichements et du peuplement humain en Chine du Nord entre la fin du IIe millénaire av. J.-C. et le VIIe siècle av. J.-C. Les outils et les modes de culture n’ont pas changé depuis l’époque des Shang et des Zhou, mais un indice de l’accroissement de la population est fourni par le recul de la faune. Les animaux tropicaux, comme l’éléphant et le rhinocéros, disparaissent ou se font plus rares, et il semble que les chasses des VIIIe et VIIe siècles soient moins abondantes et destructrices que les grandes chasses royales de l’époque des Shang. La tradition confirme l’hypothèse d’un progrès des défrichements à l’époque des Zhou qui passent pour avoir favorisé la culture des céréales. La légende veut que l’ancêtre fondateur de la dynastie ait été « ministre de l’Agriculture » du souverain mythique Shun. L’élevage des moutons et des bœufs semble être en régression aux débuts du Ier millénaire. Le nombre des animaux sacrifiés est réduit à quelques têtes à l’époque des Zhou, et de nombreux caractères d’écriture ayant trait à l’élevage et aux sacrifices d’animaux disparaissent entre l’époque des Shang et le VIIe siècle.
  • 770-256 av. J.-C. : dynastie des Zhou orientaux. La capitale est transférée à Luoyang[70]. Le pouvoir royal s’affaiblit au profit des aristocraties locales. Le monopôle de la métallurgie du bronze disparait, des murailles sont construites autour des villes provinciales les plus importantes[71].
  • 722-481 av. J.-C. : période des Printemps et Automnes[70]. Les hégémons, princes féodaux du Qi, du Qin, du Chu, du Wu et du Yue triomphent en Chine car ils président aux rites d’alliance entre cités jusqu’au VIIe siècle av. J.-C., ce qui leur permet d’imposer leur domination aux plus faibles. Vers l’an 550 av. J.-C., la production de fer s’intensifie et début du fer moulé. Vers l’an 500 av. J.-C., début du monnayage sous forme de pelles et de couteaux miniatures et bronze.
 
L'armée de terre cuite du mausolée de l'empereur Qin.

Proche-OrientModifier

 
Dromadaire monté représenté sur une orthostates du palais du roi araméen Kapara (en), à Guzana, fin du Xe siècle av. J.-C..
En Mésopotamie, les axes économiques de l’âge du fer ne recouvrent pas exactement ceux des deux millénaires précédents : l’Euphrate perd son rôle qui s’était déjà amoindri au IIe millénaire. Aucune ville importante ne prospère plus dans la boucle du fleuve. Par contre l’axe est-ouest qui longe le piémont du Taurus ne cesse de prendre de l’importance et joue un rôle essentiel comme en témoigne l’intérêt que lui accordent en permanence les Assyriens. Ce transfert ne vient pas du fait que les activités agricoles ou pastorales ont périclité en Babylonie ou dans l’ancien pays de Sumer, mais que les relations commerciales avec les pays du golfe Arabo-Persique et l’océan Indien connaissent pour quelques siècles un réel déclin. Le centre d’équilibre se trouve maintenant au nord, à la rencontre entre la plaine et de la montagne, qui fournit le fer[74].
 
Détail d'une fresque du palais du gouverneur de Til Barsip (Tell Ahmar, Syrie).
  • 911-609 av. J.-C. : période néo-assyrienne. L'Assyrie domine la Mésopotamie (728 av. J.-C.), la Syrie (732 av. J.-C.), la Judée (722 av. J.-C.)[79].
  • 883-610 av. J.-C. : la Phénicie est sous domination assyrienne[76].
  • Vers 860-590 av. J.-C. : royaume d’Urartu autour du lac de Van[80]. Sa puissance et sa force militaire lui permettent de résister au pouvoir assyrien.

EuropeModifier

  • Vers 1100-500 av. J.-C. : phase finale de l’âge du bronze nordique[82]. L’usage de l’incinération se généralise en Scandinavie. Les rites d’inhumation évoluent vers l’ensevelissement individuel, en particulier dans des sarcophages de pierre (stenkistor). Culte rendu à une divinité solaire et aux dieux de la fertilité-fécondité, attesté dans les représentations des grands pétroglyphes (hällristningar). Richesse de certaines tombes (armes très ornées, bijoux). Instruments de musique (lur).

Notes et référencesModifier

  1. Michel Godet, Manuel de prospective stratégique : Une indiscipline intellectuelle, vol. 1, Dunod, , 296 p. (ISBN 978-2-10-053161-5, présentation en ligne)
  2. Marcel Otte, La protohistoire, Bruxelles/Paris, De Boeck Supérieur, , 382 p. (ISBN 978-2-8041-5923-8, présentation en ligne)
  3. Emmanuel Le Roy Ladurie, Histoire humaine et comparée du climat, vol. 3, Fayard, , 462 p. (ISBN 978-2-213-64604-6, présentation en ligne)
  4. a et b Florence Maruéjol, 100 Questions sur l’Égypte ancienne, La Boétie, , 256 p. (ISBN 978-2-36865-028-8, présentation en ligne)
  5. a et b John Iliffe, Africans : The History of a Continent, Cambridge University Press, , 323 p. (ISBN 978-0-521-48422-0, présentation en ligne)
  6. Ali Moussa Iye, Albert Ollé-Martin et Violaine Decang (trad. de l'anglais), Histoire de l'humanité : 1789-1914, vol. 6, Paris, UNESCO, , 1519 p. (ISBN 978-92-3-202815-0, présentation en ligne)
  7. a et b Élisée Coulibaly, Savoirs et savoir-faire des anciens métallurgistes d'Afrique occidentale : procédés et techniques de la sidérurgie directe dans le Bwamu, Burkina Faso et Mali, Karthala, , 422 p. (ISBN 978-2-84586-743-7, présentation en ligne)
  8. Ancient African Metallurgy : The Sociocultural Context, Rowman & Littlefield, , 294 p. (ISBN 978-0-7425-0261-1, présentation en ligne)
  9. Ève Gran-Aymarich, Les chercheurs du passé 1798-1945 : Aux sources de l’archéologie, CNRS Éditions, , 1271 p. (ISBN 978-2-271-09424-7, présentation en ligne)
  10. Anne Haour, Two Thousand Years in Dendi, Northern Benin : Archaeology, History and Memory, BRILL, (ISBN 978-90-04-37669-4, présentation en ligne)
  11. a et b Jean-Paul Demoule, Dominique Garcia, Alain Schnapp, Une histoire des civilisations : comment l'archéologie bouleverse nos connaissances, Paris, Éditions La Découverte, , 601 p. (ISBN 978-2-7071-8878-6, présentation en ligne), p. 216
  12. a et b Histoire de l'humanité, vol. 3, UNESCO, (ISBN 978-92-3-202812-9, présentation en ligne), p. 770-790
  13. Van Grunderbeek, H. Doutrelepont, « L'Age du Fer Ancien au Rwanda et au Burundi », Journal des Africanistes, vol. 52, nos 1-2,‎ (présentation en ligne)
  14. Albert Adu Boahen, Joseph Ki-Zerbo, Histoire générale de l'Afrique, vol. 2, UNESCO, , 925 p. (ISBN 978-92-3-201708-6, présentation en ligne)
  15. The Archaeology of Ethiopia, Routledge, , 336 p. (ISBN 978-1-136-75552-1, présentation en ligne)
  16. Jean-Paul Demoule, Dominique Garcia, Alain Schnapp, op. cit, p. 359.
  17. Albert Adu Boahen, Joseph Ki-Zerbo, Histoire générale de l'Afrique, vol. 2, UNESCO, , 925 p. (ISBN 978-92-3-201708-6, présentation en ligne)
  18. Jean-Jacques Aubert, « Aux origines du canal de Suez ? le canal du Nil à la mer Rouge revisité = », Collection de l'Institut des Sciences et Techniques de l'Antiquité, no 939,‎ , p. 219-252 (présentation en ligne)
  19. (en) Béatrice André-Salvini, Forgotten Empire: The World of Ancient Persia, University of California Press, (ISBN 0520247310 et 9780520247314), p. 21, 22, 24
  20. Bulletin de la Société préhistorique française, vol. 70, (présentation en ligne)
  21. Jean-Christophe Couvenhes et Bernard Legras, Transferts culturels et politique dans le monde hellénistique : Actes de la table ronde sur les identités collectives (Sorbonne, 7 février 2004), Publications de la Sorbonne, , 188 p. (ISBN 978-2-85944-554-6, présentation en ligne)
  22. a et b Véronique Darras, « La Mésoamérique précolombienne », Historiens et géographes, Association des professeurs d’histoire et de géographie,‎ (présentation en ligne)
  23. Jean-Paul Demoule, Dominique Garcia, Alain Schnapp, op. cit, p. 221 et 356.
  24. Walter Robert Thurmond Witschey, Clifford T. Brown, Historical Dictionary of Mesoamerica, Scarecrow Press, , 416 p. (ISBN 978-0-8108-7167-0, présentation en ligne)
  25. Liz Sonneborn, Chronology of American Indian History, Infobase Publishing, , 481 p. (ISBN 978-1-4381-0984-8, présentation en ligne)
  26. E. Barrie Kavasch, The Mound Builders of Ancient North America : 4000 Years of American Indian Art, Science, Engineering, & Spirituality Reflected in Majestic Earthworks & Artifacts, iUniverse, , 280 p. (ISBN 978-0-595-30561-2, présentation en ligne)
  27. Précolombiens d’Amérique du Sud, Encyclopaedia Universalis, (ISBN 978-2-85229-758-6, présentation en ligne)
  28. a et b Michael A. Malpass, Daily Life in the Inca Empire, 2nd Edition, ABC-CLIO, , 176 p. (ISBN 978-0-313-35549-3, présentation en ligne)
  29. a b et c Jean-Paul Demoule, Dominique Garcia, Alain Schnapp, op. cit, p. 353.
  30. Matthew Williams Stirling, Michael D. Coe, David C. Grove, The Olmec & Their Neighbors : Essays in Memory of Matthew W. Stirling, Dumbarton Oaks, (présentation en ligne)
  31. The Cambridge World History : A World with States, Empires and Networks 1200 BCE–900 CE, vol. 4, Cambridge University Press, (ISBN 978-1-316-29830-5, présentation en ligne)
  32. Gerhard Bechtold, « Terra Preta »
  33. Marc Azéma et Laurent Brasier, Le beau livre de la préhistoire : De Toumaï à Lascaux 4, Dunod, , 420 p. (ISBN 978-2-10-075789-3, présentation en ligne)
  34. Yves Coppens, Le Présent du passé : L’actualité de l’histoire de l’homme, Odile Jacob, , 288 p. (ISBN 978-2-7381-9686-6, présentation en ligne)
  35. La Recherche, vol. 14, Société d'éditions scientifiques, (présentation en ligne)
  36. Éric Taladoire, Brigitte Faugère-Kalfon, La Mésoamérique : archéologie et art précolombiens, École du Louvre, Réunion des musées nationaux, La Documentation française, , 351 p. (ISBN 978-2-7118-3382-5, présentation en ligne)
  37. (en) John H. Jameson et Sherene Baugher, Past meets present : archaeologists partnering with museum curators, teachers, and community groups, New York, Springer Science & Business Media, (ISBN 978-0-387-48216-3, présentation en ligne)
  38. Susan Milbrath, A Study of Olmec Sculptural Chronology, Dumbarton Oaks, , 75 p. (ISBN 978-0-88402-093-6, présentation en ligne)
  39. César Sondereguer, El diseño amerindio y su naturaleza creativa : iconografía : géneros plásticos, cerámica, dibujo, escultura, orfebrería, pintura, textilería, diseño y clasificación de 4508 creaciones : memoria del milenario talento plástico precolombino, Nobuko, , 411 p. (ISBN 978-987-584-044-7, présentation en ligne)
  40. Carl Waldman et Molly Braun, Atlas of the North American Indian, Infobase Publishing, , 450 p. (ISBN 978-1-4381-2671-5, présentation en ligne)
  41. Guy E. Gibbon et Kenneth M. Ames, Archaeology of Prehistoric Native America : An Encyclopedia, Taylor & Francis, , 941 p. (ISBN 978-0-8153-0725-9, présentation en ligne)
  42. Neil Asher Silberman, op. cit, p. 155.
  43. Charlotte Von Verschuer, « L'autre agriculture : les cultures sur brûlis dans le Japon ancien », Journal d'agriculture traditionnelle et de botanique appliquée, vol. 37, no 2,‎ , p. 129-164 (présentation en ligne)
  44. Corinne Julien, Histoire de l'humanité : 3000 à 700 av. J.-C, UNESCO, , 1402 p. (ISBN 978-92-3-202811-2, présentation en ligne)
  45. K. Krishna Reddy, Indian History, Tata McGraw-Hill Education, (ISBN 978-1-259-06323-7, présentation en ligne)
  46. Pravin Kumar Jha, Indian Politics in Comparative Perspective, Pearson Education India, 312 p. (ISBN 978-81-317-9887-4, présentation en ligne)
  47. Pradhan Sv, The Elusive Aryan s : Archaeological Search and Vedic Research; The Origin of the Hindus, Cambridge Scholars Publishing, , 315 p. (ISBN 978-1-4438-6592-0, présentation en ligne)
  48. Marcel Mazoyer et Laurence Roudart, Histoire des agricultures du monde. Du néolithique à la crise contemporaine, Le Seuil, , 533 p. (ISBN 978-2-02-136058-5, présentation en ligne)
  49. (en) Adrienne L. Kaeppler, The Pacific Arts of Polynesia and Micronesia, Oxford, OUP Oxford, , 210 p. (ISBN 978-0-19-284238-1, présentation en ligne)
  50. Jean-Paul Demoule, Dominique Garcia, Alain Schnapp, op. cit, p. 498.
  51. Neil Asher Silberman, Alexander A. Bauer, The Oxford Companion to Archaeology, vol. 1, OUP USA, , 2128 p. (ISBN 978-0-19-973578-5, présentation en ligne)
  52. Chai-Shin Yu, The New History of Korean Civilization, iUniverse, , 352 p. (ISBN 978-1-4620-5559-3, présentation en ligne)
  53. Anthony Haywood, Siberia : A Cultural HistoryLandscapes of the imagination, Andrews UK Limited, , 344 p. (ISBN 978-1-908493-37-8, présentation en ligne)
  54. László Lőrincz, Histoire de la Mongolie : des origines à nos jours, Akadémiai Kiadó, , 292 p. (ISBN 978-963-05-3381-2, présentation en ligne)
  55. Alain Daniélou, Histoire de l'Inde, Fayard, , 456 p. (ISBN 978-2-213-63953-6, présentation en ligne)
  56. Sanu Kainiraka, From Indus to Independence : A Trek Through Indian History : Prehistory to the Fall of the Mauryas, vol. 1, Vij Books India Pvt Ltd, , 272 p. (ISBN 978-93-85563-14-0, présentation en ligne)
  57. Alexandre Astier, Petite histoire de l'Inde, Éditions Eyrolles, , 212 p. (ISBN 978-2-212-86213-3, présentation en ligne)
  58. Maurice Winternitz, History of Indian Literature, Motilal Banarsidass Publ., , 758 p. (ISBN 978-81-208-0056-4, présentation en ligne)
  59. John Hazel, Who's Who in the Greek World, Psychology Press, , 285 p. (ISBN 978-0-415-26032-9, présentation en ligne)
  60. Histoire de l'humanité, vol. 3, UNESCO, (ISBN 978-92-3-202812-9, présentation en ligne)
  61. Claude Mossé, L'Histoire du monde : Afrique, Orient ancien, monde gréco-romain, Extrême-orient, Amériques. L'Antiquité, Larousse, , 576 p. (ISBN 978-2-03-209001-3, présentation en ligne)
  62. Harper Collins atlas of archaeology, Borders Press in association with Harper Collins Publishers, (ISBN 978-0-7230-1005-0, présentation en ligne)
  63. Michelle C. Langley, Osseous Projectile Weaponry : Towards an Understanding of Pleistocene Cultural Variability, Springer, , 257 p. (ISBN 978-94-024-0899-7, présentation en ligne)
  64. Dr. Brian Fagan et Nadia Durrani, People of the Earth : An Introduction to World Prehistory, Routledge, , 560 p. (ISBN 978-1-317-34682-1, présentation en ligne)
  65. a et b Michael Pietrusewsky et Michele Toomay Douglas, Ban Chiang, a Prehistoric Village Site in Northeast Thailand : The Human Skeletal Remains, vol. 1, UPenn Museum of Archaeology, , 493 p. (ISBN 978-0-924171-92-5, présentation en ligne)
  66. Michael Pietrusewsky, Michele Toomay Douglas, op. cit, p. 222.
  67. Anne-Valérie Schweyer et Paisarn Piemmettawat (trad. de l'anglais), Viêt Nam ancien : histoire arts archéologie, Genève, Éditions Olizane, , 426 p. (ISBN 978-2-88086-396-8, présentation en ligne)
  68. Phaedra Bouvet, « Le cas des céramiques indiennes et indianisantes du site archéologique de Khao Sam Kaeo (Thaïlande péninsulaire) - IVe-IIe s. av. J.-C. » (Audiovisuel 19min 49s), sur hal.campus-aar.fr,
  69. Bérénice Bellina, « Le port protohistorique de Khao Sam Kaeo en Thaïlande péninsulaire », Bulletin de l'École française d'Extrême-Orient, no 89,‎ , p. 329-343 (présentation en ligne)
  70. a b c d e et f Pierre Drapeaud, Chine : Chronologie simplifiée. Des origines à 1949, Paris, L'Harmattan, , 448 p. (ISBN 978-2-343-11450-7, présentation en ligne)
  71. a et b Jean-Paul Demoule, Dominique Garcia, Alain Schnapp, op. cit, p. 306.
  72. Nicolas Zufferey, Introduction à la pensée chinoise=, Marabout, , 288 p. (ISBN 978-2-501-06905-2, présentation en ligne)
  73. Jean-Paul Demoule, Dominique Garcia, Alain Schnapp, op. cit, p. 452.
  74. Jean-Claude Margueron, Le Proche-Orient et l'Égypte antiques, Hachette Éducation Technique, , 416 p. (ISBN 978-2-01-140096-3, présentation en ligne)
  75. Georges Roux, La Mésopotamie. Essai d'histoire politique, économique et culturelle, Le Seuil, (ISBN 978-2-02-129163-6, présentation en ligne)
  76. a et b Josette Elayi, Histoire de la Phénicie, , 356 p. (ISBN 978-2-262-04325-4, présentation en ligne)
  77. Jean C. Baudet, Les plus grandes inventions : Essai historique, Primento, , 380 p. (ISBN 978-2-39009-051-9, présentation en ligne)
  78. Dictionnaire du Judaïsme : Les Dictionnaires d'Universalis, vol. 33, Encyclopaedia Universalis, , 1761 p. (ISBN 978-2-85229-142-3, présentation en ligne)
  79. a b et c Maurice Sartre, Empires et cités dans la méditerranée antique, Tallandier, , 352 p. (ISBN 979-10-210-2360-4, présentation en ligne)
  80. Benjamin Edidin Scolnic, If the Egyptians Drowned in the Red Sea where are Pharaoh's Chariots? : Exploring the Historical Dimension of the Bible, University Press of America, , 198 p. (ISBN 978-0-7618-3147-1, présentation en ligne)
  81. Trevor Bryce, Babylonia : A Very Short Introduction, Oxford University Press, , 160 p. (ISBN 978-0-19-872647-0, présentation en ligne)
  82. Theron Douglas Price, Ancient Scandinavia : An Archaeological History from the First Humans to the Vikings, Oxford University Press, , 560 p. (ISBN 978-0-19-023197-2, présentation en ligne)
  83. Charles A. Truxillo, By the Sword and the Cross : The Historical Evolution of the Catholic World Monarchy in Spain and the New World, 1492-1825, Greenwood Publishing Group, , 124 p. (ISBN 978-0-313-31676-0, présentation en ligne)
  84. Iván Balassa, Gyula Ortutay, László T. András, Hungarian Ethnography and Folklore, Corvina Kiadó, , 818 p. (ISBN 978-963-13-0922-5, présentation en ligne)
  85. Georges Castellan, Histoire des peuples d'Europe centrale, Fayard, , 528 p. (ISBN 978-2-213-63910-9, présentation en ligne)
  86. (en) J. P. Mallory et Douglas Q. Adams, Encyclopedia of Indo-European culture, Taylor & Francis, , 829 p. (ISBN 978-1-884964-98-5, présentation en ligne), p. 651
  87. Pierre Milza, Histoire de l'Italie : Des origines à nos jours, Fayard, , 1104 p. (ISBN 978-2-213-64034-1, présentation en ligne)
  88. J. P. Mallory, Douglas Q. Adams, op. cit, p. 233.
  89. J. P. Mallory, Douglas Q. Adams, op. cit, p. 183.
  90. Jeannine Léon Leurquin, Atlas préhistorique et protohistorique de la Sardaigne, L'Harmattan, , 288 p. (ISBN 978-2-7384-4826-2, présentation en ligne)
  91. a b et c Reinhard Bernbeck, Randall H. McGuire, Ideologies in Archaeology, University of Arizona Press, , 410 p. (ISBN 978-0-8165-2673-4, présentation en ligne)
  92. Thierry Rebour, La théorie du rachat : géographie, économie, histoire, Publications de la Sorbonne, , 258 p. (ISBN 978-2-85944-390-0, présentation en ligne)
  93. Xavier Barral I Altet, Histoire de l'art : « Que sais-je ? » n° 2473, Presses Universitaires de France, (ISBN 978-2-13-062338-0, présentation en ligne)
  94. François Chamoux, La Civilisation grecque : à l'époque archaïque et classique, Flammarion, , 368 p. (ISBN 978-2-08-138228-2, présentation en ligne)
  95. Alain Blondy, Le monde méditerranéen, 15.000 ans d'histoire, edi8, , 476 p. (ISBN 978-2-262-07623-8, présentation en ligne)
  96. (en) J. P. Mallory et Douglas Q. Adams, Encyclopedia of Indo-European culture, Taylor & Francis, , 829 p. (ISBN 978-1-884964-98-5, présentation en ligne), p. 321
  97. (en) John T Koch, Celtic from the West Chapter 9 : Paradigm Shift? Interpreting Tartessian as Celtic – see map 9.3 The Ancient Celtic Languages c. 440/430 BC – see third map in PDF at URL provided which is essentially the same map, Oxford/Oakville, Conn., Oxbow Books, Oxford, UK, , 384 p. (ISBN 978-1-84217-410-4, lire en ligne), p. 193
  98. (en) John T Koch, Celtic from the West Chapter 9 : Paradigm Shift? Interpreting Tartessian as Celtic – see map 9.2 Celtic expansion from Hallstatt/La Tene central Europe – see second map in PDF at URL provided which is essentially the same map, Oxford/Oakville, Conn., Oxbow Books, Oxford, UK, , 384 p. (ISBN 978-1-84217-410-4, lire en ligne), p. 190
  99. Vagn Fabritius Buchwald, Iron and Steel in Ancient Times, Kgl. Danske Videnskabernes Selskab, , 372 p. (ISBN 978-87-7304-308-0, présentation en ligne)
  100. Patrick Cabanel, Questions de démocratie, Presses Univ. du Mirail, , 456 p. (ISBN 978-2-85816-531-5, présentation en ligne)
  101. a b et c Patrice Brun, Le monde grec à l'époque classique : 500-323 av.J.-C., Armand Colin, , 272 p. (ISBN 978-2-200-25829-0, présentation en ligne)
  102. Lars Ivar Hansen et Bjørnar Olsen, Hunters in Transition : An Outline of Early Sámi History, BRILL, , 416 p. (ISBN 978-90-04-25255-4, présentation en ligne)
  103. Histoire de l'humanité, vol. 3, UNESCO, (ISBN 978-92-3-202812-9, présentation en ligne)