Ouvrir le menu principal

Armée du Rhin (1870)

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Armée du Rhin.

Armée du Rhin
Image illustrative de l’article Armée du Rhin (1870)
Commandant de l'armée, le maréchal Bazaine

Création 1870
Pays Drapeau de la France France
Allégeance Second Empire
Branche Armée de terre
Guerres Guerre franco-allemande de 1870
Commandant historique Maréchal Bazaine

Mise sur pied dès la déclaration de guerre le 18 juillet 1870, l'armée dite du Rhin est une unité militaire française qui combat durant la guerre franco-prussienne.

Elle participe aux combats de Lorraine puis se scinde en deux éléments et donne naissance à une seconde armée, l'armée de Châlons.

Elle finit par capituler le 27 octobre au siège de Metz.

Création de l'unitéModifier

L'armée du Rhin est la première armée française constituée à la déclaration de guerre à partir des troupes disponibles du temps de paix. Commandée initialement par l'empereur lui-même, elle comprend la Garde impériale, 7 corps d'armée et une réserve générale. Chaque corps d'armée est constitué de 3 ou 4 divisions d'infanterie et 1 division de cavalerie à 2 ou 3 brigades chacune, une réserve d'artillerie et une réserve du génie. Chaque brigade compte 2 ou 3 régiments d'infanterie de ligne ou de cavalerie.

Les divisions d'infanterie sont dotées d'une artillerie à 2 batteries de canons de 4 et 1 de mitrailleuses, tandis que les divisions de cavalerie comprenaient 2 batteries à cheval.

La provenance des troupes et la constitution de ces grandes unités se déroula de la manière suivantes[1] :

  • La Garde impériale, dont le commandant est le général Bourbaki, est cantonnée à Paris en temps de paix. Elle rejoint Metz le 28 juillet et ses réserves le 30.
  • Le 1er corps d'armée, commandé par le maréchal Mac Mahon, duc de Magenta, est principalement formé des troupes d'Algérie et des régiments de l'est de la France. Il n'est complet que le 1er aout 1870. Son rôle initial est de couvrir l'Alsace.
  • Le 2e corps d'armée est constitué des troupes du camp de Châlons, son commandant est le général Frossard, aide de camp de l'empereur. Ses unités sont dirigées sur Saint-Avold et Forbach.
  • Le 3e corps d'armée est formé des troupes de Paris, Metz et Nancy. Son chef est le maréchal Bazaine jusqu'au 12 août, puis le général Decaen tué à Borny (12 au 14 août) et enfin le maréchal Le Bœuf.
  • Le 4e corps d'armée est formé à Thionville à partir du 23 juillet avec les garnisons du nord et du nord-est, son chef est le général de Ladmirault.
  • Le 5e corps d'armée est formé avec l'armée de Lyon, son chef est le général de Failly. Il doit se rassembler dans les régions de Bitche et Haguenau.
  • Le 6e corps d'armée du maréchal Canrobert se constitue de troupes provenant de Paris, Châlons et Soissons se rassemblent au camp de Châlons.
  • Le 7e corps d'armée est celui dont la constitution est la plus ardue du fait de la dispersion de ses composantes. Les troupes proviennent en effet du sud-est, de Clermont-Ferrand, de Perpignan et de Civitavecchia et doivent se rendre à Colmar et Belfort. Son chef est le général Douay.
  • La réserve générale de cavalerie devait initialement comporter 3 divisions à 2 brigades. Elle n'en conserva que 2 car la 1re division fut employée pour renforcer l'armée de Chalons et constituer la cavalerie du 6e corps.
  • La réserve générale d'artillerie, commandée par le général Canu, se forme à Nancy et est dirigée sur Metz
  • La réserve générale de Génie est commandée par le colonel Rémond.
Effectifs de l'armée du Rhin
Date[2] Officiers Hommes Chevaux Bataillons Escadrons Batteries Cie Génie
Garde impériale 30 juillet 1 047 21 028 7 304 24 30 12 3
1er corps d'armée 1er août 1 651 40 165 8 143 52 26 20 5,5
2e corps d'armée 1er août 1 172 27 956 5 016 39 18 13 4
3e corps d'armée 6 août 1 704 41 574 9 810 52 31 20 5,5
4e corps d'armée 13 août 1 208 27 702 5 536 39 18 15 4
5e corps d'armée 1er août 1 174 20 243 5 527 52 31 20 5,5
6e corps d'armée 1er août 1 474 33 946 5 534 - - - -
7e corps d'armée 1er août 1 043 23 142 5 396 - - - -
Réserve de cavalerie 1er août 464 6 360 6 321 - - - -
Réserve d'artillerie 9 août 87 2 675 2 725 - - - -
Réserve de génie - 13 459 196 - - - 4

Composition et ordre de batailleModifier

Le 1er août 1870, l'armée du Rhin est constitué de sept corps d'armée et de réserves d'artillerie et de cavalerie. Le lieutenant-colonel Rousset en donne une décomposition estimative par grande unité[3]:

État-majorModifier

 
Napoléon III, premier chef de l'armée du Rhin

Garde impérialeModifier

 
Général Bourbaki, commandant de la garde impériale.

La garde impériale est commandée par le général Bourbaki. Le chef d'état-major est le général d'Auvergne


1re division d'infanterie (voltigeurs)

La 1re division d'infanterie de la garde est commandée par le général Deligny

 
Détachement de grenadiers de la garde impériale à Rezonville (peinture d'Édouard Detaille - 1870).
2e division d'infanterie (grenadiers)

La 2e division d'infanterie de la garde est commandée par le général Picard


Division de cavalerie

La division de cavalerie de la garde est commandée par le général Desvaux


Réserve d'artillerie (colonel Clappier)
Parc d'artillerie (colonel de Vassoigne)
Total artillerie
  • 24 bataillons, 24 escadrons, 72 pièces dont 12 mitrailleuses, 2 compagnies de génie, 1 escadron du train

1er corps d'arméeModifier

 
Maréchal de Mac Mahon, commandant du 1er corps d'armée.

Le 1er corps d'armée est commandé par le maréchal de Mac Mahon, son chef d'état-major est le général Colson. Le général Ducrot, ancien chef de corps de la 1re division, succède au maréchal de Mac Mahon qui vient de prendre le commandement de l'armée de Châlons. Le général Joly Frigola commande l'artillerie.

1re division d'infanterie

La 1re division du 1er corps d'armée est sous les ordres du général Ducrot


2e division d'infanterie

La 2e division du 1er corps d'armée est sous les ordres du général Douay


3e division d'infanterie

La 3e division du 1er corps d'armée est sous les ordres du général Raoult


4e division d'infanterie

La 4e division du 1er corps d'armée est sous les ordres du général de Lartigue


Division de cavalerie

La division de cavalerie du 1er corps d'armée est commandée par le général Duhesme


Réserves
  • Réserve d'artillerie sous les ordres du colonel Vassart d'Andernay
    • 2 batteries de 12
    • 2 batteries de 4 montées
    • 4 batteries de 4 à cheval
  • Parc d'artillerie et de génie et réserve du génie

2e corps d'arméeModifier

 
Général Frossard, commandant du 2e corps d'armée.

Le 2e corps d'armée est commandé par le général Frossard, son chef d'état-major est le général Saget.


1re division d'infanterie

La 1re division du 2e corps d'armée est sous les ordres du général Vergé


2e division d'infanterie

La 2e division du 2e corps d'armée est sous les ordres du général Bataille


3e division d'infanterie

La 3e division du 2e corps d'armée est sous les ordres du général Merle de Labrugière de Laveaucoupet


Division de cavalerie

La division de cavalerie du 2e corps d'armée est commandée par le général Marmier


Réserves
  • Réserve d'artillerie sous les ordres du colonel Beaudoin
    • 2 batteries de 12
    • 2 batteries de 4 montées
    • 2 batteries de 4 à cheval
  • Parc d'artillerie, réserve et parc du génie

3e corps d'arméeModifier

 
Maréchal Bazaine, commandant du 3e corps d'armée.

Le 3e corps d'armée est commandé par le maréchal Bazaine, son chef d'état-major est le général Manèque[7].

1re division d'infanterie

La 1re division du 3e corps d'armée est sous les ordres du général Montaudon


2e division d'infanterie

La 2e division du 3e corps d'armée est sous les ordres du général de Castagny


3e division d'infanterie

La 3e division du 3e corps d'armée est sous les ordres du général Metman


4e division d'infanterie

La 4e division du 3e corps d'armée est sous les ordres du général Decaen puis Aymard


Division de cavalerie

La division de cavalerie du 3e corps d'armée est commandée par le général comte de Clérembault


Réserves
  • Réserve d'artillerie sous les ordres du colonel de Lajaille
    • 2 batteries de 12
    • 2 batteries de 4 montées
    • 4 batteries de 4 à cheval
  • Parc d'artillerie, réserve et parc du génie

4e corps d'arméeModifier

 
Général Ladmirault, commandant du 4e corps d'armée.

Le 4e corps d'armée est commandé par le général de Ladmirault, son chef d'état-major est le général Osmont.


1re division d'infanterie

La 1re division du 4e corps d'armée est sous les ordres du général Courtot de Cissey


2e division d'infanterie

La 2e division du 4e corps d'armée est sous les ordres du général Rose[9] puis Grenier


3e division d'infanterie

La 3e division du 4e corps d'armée est sous les ordres du général Latrille comte de Lorencez


Division de cavalerie

La division de cavalerie du 4e corps d'armée est commandée par le général Legrand


Réserves
  • Réserve d'artillerie sous les ordres du colonel Soleille
    • 2 batteries de 12
    • 2 batteries de 4 montées
    • 4 batteries de 4 à cheval
  • Parc d'artillerie, réserve et parc du génie

5e corps d'arméeModifier

 
Général de Failly, commandant du 5e corps d'armée.

Le 5e corps d'armée est commandé par le général de Failly, son chef d'état-major est le général Besson.


1re division d'infanterie

La 1re division du 5e corps d'armée est sous les ordres du général Goze.


2e division d'infanterie

La 2e division du 5e corps d'armée est sous les ordres du général de l'Abadie d'Aydren.


3e division d'infanterie

La 3e division du 5e corps d'armée est sous les ordres du général Guyot de Lespart


Division de cavalerie

La division de cavalerie du 5e corps d'armée est commandée par le général Brahaut


Réserves

Colonel de Salignac-Fénelon

  • 2 batteries de 12,
  • 2 batteries de 4 montées,
  • 2 batteries de 4 à cheval.
  • Parc d'artillerie, réserve et parc du génie

6e corps d'arméeModifier

 
Général de Canrobert, commandant du 6e corps d'armée.

Le 6e corps d'armée est commandé par le maréchal Certain de Canrobert, son chef d'état-major est le général Henry.


1re division d'infanterie

La 1re division du 6e corps d'armée est sous les ordres du général Tixier


2e division d'infanterie

La 2e division du 6e corps d'armée est sous les ordres du général Bisson[11]


3e division d'infanterie

La 3e division du 6e corps d'armée est sous les ordres du général Lafond de Villiers


4e division d'infanterie

La 4e division du 6e corps d'armée est sous les ordres du général Levassor-Sorval


Division de cavalerie[14]

La division de cavalerie du 6e corps d'armée est commandé par le général de Salignac-Fénelon

Division de cavalerie

La division de cavalerie rattachée au 6e corps d'armée à partir du 18 août en remplacement de la division de Salignac-Fénelon est commandée par le général du Barail


Réserves
  • Réserve d'artillerie sous les ordres du général Bertrand[15]
    • 2 batteries de 12
    • 4 batteries de 4 montées
    • 2 batteries de 4 à cheval
  • Parc d'artillerie, réserve et parc du génie

7e corps d'arméeModifier

 
Général Douay, commandant du 7e corps d'armée.

Le 7e corps d'armée est commandé par le général Douay[16], son chef d'état-major est le général Renson.


1re division d'infanterie

La 1re division du 7e corps d'armée est sous les ordres du général Conseil-Dumesnil.


2e division d'infanterie

La 2e division du 7e corps d'armée est sous les ordres du général Liébert.


3e division d'infanterie

La 3e division du 7e corps d'armée est sous les ordres du général Dumont.


Division de cavalerie
 
Général Ameil, commandant la division de cavalerie du 7e corps d'armée.

La division de cavalerie du 7e corps d'armée est commandée par le général baron Ameil


Réserves

Colonel Aubac

  • 2 batteries de 12,
  • 2 batteries de 4 montées,
  • 2 batteries de 4 à cheval.
  • Parc d'artillerie, réserves et parc du génie.

Réserve de cavalerieModifier

1re division de cavalerie[21]

La 1re division de cavalerie de réserve est commandée par le général du Barail


2e division de cavalerie

La 2e division de cavalerie de réserve est commandée par le général de Bonnemain


3e division de cavalerie

La 3e division de cavalerie de réserve est commandée par le général de Forton

Réserve d'artillerie et de génieModifier

Réserve générale d'artillerie

Commandée par le général Canu

  • 1re division du colonel Salvador (8 batteries de 12)
  • 1re division du colonel Toussaint (8 batteries à cheval)
Grand parc de campagne

Commandé par le général de Mitrecé (non formé)

Réserve générale du génie

Commandé par le colonel Rémond

  • 2 compagnies de sapeurs
  • 1 compagnie de mineurs
  • 1 détachement de sapeurs-conducteurs
Grand parc du génie

Chronologie des opérationsModifier

Article détaillé : Bataille de Borny-Colombey.
Article détaillé : Bataille de Mars-la-Tour.
Article détaillé : Siège de Toul.
Article détaillé : Bataille de Saint-Privat.
Article détaillé : Siège de Metz (1870).
Article détaillé : Siège de Strasbourg.
Article détaillé : Bataille de Noisseville.

Notes et référencesModifier

  1. In Histoire générale de la guerre franco allemande - 1870-1871, Tome 1 pages 116 à 124.
  2. Les dates communiquées dans cette colonne sont les dates correspondant au relevés théoriques d'effectifs. Ces valeurs sont en effet théoriques car l'ensemble des unités n'étaient, à ces dates, pas toutes réunies autour de leur corps d'affectation.
  3. In Histoire générale de la guerre franco allemande - 1870-1871, Tome 1, pages 395 à 405.
  4. Marie Justin Lin Soleille ou plus simplement Justin Soleille
  5. « L’HÉRILLER (Edmond-Aimable) »
  6. Le 87e régiment d'infanterie forme la garnison de Strasbourg
  7. Le général de brigade Manèque (1812-1870) est mort pour la France le à Metz
  8. L'ouvrage indique Harmand Lucien Duez
  9. Le général Étienne Hugues Rose n'a pas rejoint pour cause de maladie
  10. Colonel Fraboulet de Kerléadec, blessé et décédé le à la bataille de Saint-Privat
  11. Les 14e, 20e et 31e régiments d'infanterie de ligne ne rejoignirent pas et furent intégrés au 12e corps d'armée. La division fut donc réduite au 9e régiment d'infanterie de ligne.
  12. Le général de Marguenat, né le à Morton-Glostilcher (Royaume-Uni) est mort pour la France à Rezonville le
  13. Nommé général le 26 septembre, le colonel Gibon remplace le général de Marguenat et est tué à Ladonchamps le 7 octobre.
  14. Cette division ne rejoint pas le corps d'armée et est remplacée, le 18 août, par la division du général du Barail.
  15. Les réserves d'artillerie et du génie du 6e corps ne purent rejoindre. La réserve d'artillerie fut reconstituée à partir de la réserve générale de l'armée.
  16. Le général Félix Douay est le frère du général de la 2e division du 1er corps d'armée, Abel Douay, tué à Wissenbourg.
  17. Le colonel Morand est nommé général le 25 août et remplace le général Nicolaï, prisonnier. Il est tué à Beaumont le 30 août.
  18. Le colonel de Gramont est nommé général en remplacement du général Maire, tué à la bataille de Frœschwiller.
  19. 79e régiment d'infanterie ne rejoint pas et cède sa place au 72e régiment d'infanterie. Il est finalement affecté au 12e corps d'armée.
  20. La2e brigade de la division de cavalerie du 7e corps d'armée ne rejoignit pas.
  21. La 1re division de cavalerie (réserve) fut disloquée avant le blocus de Metz. La brigade Margueritte fut rattachée à l'armée de Châlons. La brigade Lajaille fut rattachée au 6e corps pour constituer sa division de cavalerie.

Sources et bibliographieModifier

  • Lieutenant-colonel Rousset, Histoire générale de la guerre franco allemande - 1870-1871, éditions Montgredien et Cie, 1900.
  • Paul et Victor Margueritte, Histoire de la guerre de 1870-71, Éditions G. Chamerot, 1903.
  • Général Niox, La guerre de 1870 - Simple récit, Librairie Ch. Delagrave, 1898.
  • Annuaire militaire de l'empire français 1870
  • Ferdinand Lecomte : Relation historique et critique de la guerre franco-allemande en 1870-1871
  • Annuaire militaire de 1870 (pour les prénoms)

Voir aussiModifier