Léopold de Hohenzollern-Sigmaringen

personnalité politique allemand
Léopold de Hohenzollern
Description de cette image, également commentée ci-après
Le prince Léopold de Hohenzollern.
Biographie
Titulature Prince de Hohenzollern-Sigmaringen
Prince de Hohenzollern
Dynastie Maison de Hohenzollern-Sigmaringen
Nom de naissance Leopold Stephan Karl Anton Gustav Eduard Thassilo Prinz von Hohenzollern-Sigmaringen
Naissance
Château de Krauchenwies (Prusse)
Décès (à 69 ans)
Berlin (Allemagne)
Sépulture Hedingen
Père Charles-Antoine de Hohenzollern
Mère Joséphine de Bade
Conjoint Antónia de Portugal
Enfants Guillaume de Hohenzollern-Sigmaringen
Ferdinand Ier Steel Crown of Romania.svg
Charles-Antoine de Hohenzollern
Religion Catholicisme romain
Description de l'image Hohenzollern-Sigmaringen.JPG.

Le prince Léopold de Hohenzollern-Sigmaringen (en allemand, Leopold Prinz von Hohenzollern-Sigmaringen), né le au château de Krauchenwies, près de Sigmaringen[1], et mort le à Berlin[1], fils aîné de Charles-Antoine de Hohenzollern-Sigmaringen et de Joséphine de Bade, est un membre de la famille princière de Hohenzollern-Sigmaringen. Le , à la mort de son père, il devient prince titulaire (Fürst) de Hohenzollern, titre qu'il conserve jusqu'à son décès.

BiographieModifier

Éducation et carrière militaireModifier

Très tôt ses précepteurs remarquent les aptitudes intellectuelles remarquables du prince Léopold[2]. Il se dirige naturellement vers une carrière militaire[3]. Initialement second-lieutenant à la suite du 1er Régiment de la Garde le , il devient successivement premier-lieutenant le , capitaine commandant à la 4e Leib-Compagnie le , major dans la même compagnie le et enfin général-major en 1873[4].

Mariage et postéritéModifier

Léopold de Hohenzollern épouse à Lisbonne le [1] l'infante Antónia de Portugal (1845-1913), fille de la reine Marie II de Portugal et de son époux, le roi-consort Ferdinand II. Ils ont trois fils[5] :

Candidature au trône d'EspagneModifier

En raison de sa qualité de membre (catholique) de la famille royale de Prusse, lointain cousin du futur empereur allemand Guillaume Ier, le gouvernement espagnol — après l'abdication de la reine Isabelle II — lui propose le trône d’Espagne mais la France de Napoléon III, redoutant l’encerclement géographique par les Hohenzollern s’oppose à sa candidature. Le prince Charles-Antoine, ancien ministre-président du royaume fait comprendre à son fils que son avènement pourrait être un casus belli. Léopold renonce, mais Napoléon III demande au roi de Prusse une renonciation formelle prétextant que le roi Carol de Roumanie, frère cadet de Léopold était monté sur le trône de Roumanie malgré une première renonciation.

Otto von Bismarck, alors ministre-président du roi Guillaume Ier de Prusse, établit un résumé d'une communication de son roi. La dépêche (dite dépêche d'Ems) — plus courte que la lettre royale — provoque la colère de la France et enflamme l'opinion publique. La France, outrée, déclare la guerre à la Prusse. La Prusse en profite pour rassembler les États allemands du Nord (voir guerre franco-allemande de 1870).

En , il renonce à ses droits au trône de Roumanie (son frère le roi Carol Ier n'ayant pas de descendance masculine) en faveur de son fils aîné le prince Guillaume.

GénéalogieModifier

Léopold de Hohenzollern-Sigmaringen appartient à la lignée de Hohenzollern-Sigmaringen issue de la quatrième branche, elle-même issue de la première branche de la maison de Hohenzollern. Cette lignée appartient à la branche souabe de la dynastie de Hohenzollern. Léopold de Hohenzollern-Sigmaringen a pour ascendant Bouchard Ier, comte de Zollern. Il est l'arrière-grand-père de Michel Ier de Roumanie.

TitulatureModifier

  •  : Son Altesse royale le prince Léopold de Hohenzollern-Sigmaringen
  •  : Son Altesse royale le prince Léopold de Hohenzollern
  •  : Son Altesse royale le prince de Hohenzollern

HonneursModifier

Léopold est décoré de :

Articles connexesModifier

Notes et référencesModifier

  1. a b et c Michel Huberty, Alain Giraud, L'Allemagne dynastique, Tome V Hohenzollern, Waldeck, p. 235.
  2. Friedrich-Carl Esbach, Fürst Leopold von Hohenzollern, Ein Lebensbild, Sigmaringen, 1906, p. 10.
  3. Friedrich-Carl Esbach, Fürst Leopold von Hohenzollern, Ein Lebensbild, Sigmaringen, 1906, p. 11.
  4. Friedrich-Carl Esbach, Fürst Leopold von Hohenzollern, Ein Lebensbild, Sigmaringen, 1906, pp. 11-17.
  5. Michel Huberty, Alain Giraud, L'Allemagne dynastique, Tome V Hohenzollern, Waldeck, p. 245.

Liens externesModifier