Ouvrir le menu principal

Pierre Louis Charles de Failly

général français
Ne pas confondre avec Pierre Louis de Failly (1724-18..?), Député de la noblesse du bailliage de Vitry-le-François
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Failly (homonymie).

Pierre Louis Charles de Failly
Pierre Louis Charles de Failly
Le général de Failly

Naissance
Rozoy-sur-Serre
Décès (à 82 ans)
Compiègne
Origine Drapeau de France Français
Allégeance Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Drapeau de la France République française
Drapeau de l'Empire français Empire français
Arme Infanterie
Grade Général de division
Années de service 1826-1871
Commandement 5e corps d'armée
Conflits Guerre de Crimée
Campagne d'Italie
Guerre franco-allemande de 1870
Distinctions Grand officier de la Légion d'honneur Grand officier de la Légion d'honneur.
Famille de Failly

Pierre Louis Charles Achille de Failly (Rozoy-sur-SerreCompiègne), est un officier général français.

BiographieModifier

Né à Rozoy-sur-Serre dans l'Aisne, il est le fils de Charles, Louis comte de Failly et de Sophie de Mons de Maigneux[1]. Il intègre l'École spéciale militaire de Saint-Cyr en 1826. Il fait ses premières armes à Paris, dans l'affaire de la rue Transnonain, où il gagne une réputation de cruauté militaire. Le crayon de Daumier a reproduit l'épisode de la maison Doyen avec une singulière énergie. Colonel au mois d'août 1851, général de brigade le 29 août 1854, il participe à la guerre de Crimée et revint général de division.

Il épouse en 1857 Felicité de Frézals de Bourfaud née à Compiègne (Oise) le .

Chevalier de la Légion d’honneur depuis 1842, il est nommé grand officier de l’ordre le 25 juin 1859[2], après la campagne d'Italie.

En 1867, il est chargé d'arrêter net la tentative de Garibaldi sur les États romains ; c'est alors qu'après Mentana il écrit : « nos fusils Chassepot ont fait merveille », phrase qui lui est durement reprochée.

Sénateur depuis le 12 mars 1868, il commande le 5e corps d'armée durant la guerre franco-allemande de 1870. Le favori impérial donne la mesure de son esprit militaire en laissant écraser Mac-Mahon à Reichshoffen, le .

Le 30 août, méprisant les avertissements des habitants de Beaumont-en-Argonne, il se laisse surprendre, près de la Meuse, au moment où ses soldats mangent la soupe. Victime de l'impéritie de son chef, la division de Failly écrasée, découvre le corps principal de l'armée, en marche sur Sedan, et sa déroute précipite le désastre final. Failly est démis de son commandement, et se retrouve prisonnier après la capitulation de Sedan.

À son retour d'Allemagne, le général de Failly échappe au Conseil de guerre et se fait oublier avant de prendre sa retraite.

Carrière militaireModifier

Voir tableau ci-dessous

CampagnesModifier

DécorationsModifier

Notes et référencesModifier

  1. Parfois orthographié sur certains documents : Desmons.
  2. « Notice de la base Leonore : Pierre Louis Charles Achille de Failly (cote LH/925/42) », sur le site des archives nationales (consulté le 11 septembre 2014).

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier