Ouvrir le menu principal

Empire libéral

Le régime parlementaire ayant apporté une légère modification aux portraits officiels (caricature par Cham à propos du Salon de 1870).

L'Empire libéral est, dans l'histoire française, la seconde phase du Second Empire de Napoléon III, soit la décennie de 1860 à 1870. Après une phase autoritaire, durant la première décennie de l'Empire, Napoléon III fait petit à petit des concessions à l'opposition libérale, dans l'espoir d'accroître la popularité de l'Empire et de saper la base des mouvements révolutionnaires et autres mouvements politiques farouchement opposés à l'Empire.

Sommaire

Evolution des mécanismes impériauxModifier

Le tournant de 1860-1861: de la démocratie césarienne à la démocratie parlementaireModifier

La Cconstitution de 1852 est réformée par le décret du 24 novembre 1860, ainsi que par trois sénatus-consultes en 1861. L'Empereur rétablit le droit d'adresse du Sénat et du Corps législatif, et accorde à ces grands corps un droit de regard sur la politique du gouvernement et sur les projets de loi. Les modalités de discussion du budget sont revues, permettant à l'assemblée d'exercer davantage de contrôle sur le gouvernement. Le Second Empire tend alors à devenir une monarchie constitutionnelle, sur le modèle anglais.

Mise en pratique lors des élections législatives de 1863Modifier

Lors des élections de 1863, le taux d'abstention recule fortement, et les candidats gouvernementaux perdent des voix, dans les villes principalement.

L'empire à la veille de la guerre franco-prussienneModifier

En 1869, l'Empire s'oriente de plus en plus vers le parlementarisme, et le sénatus-consulte du modifie en ce sens la Constitution, et l'initiative des lois, auparavant réservée à l'Empereur, est désormais partagée avec le Corps législatif. En janvier 1870, l'Empereur nomme un opposant libéral, Émile Ollivier, à la tête d'un nouveau Ministère composé d'hommes nouveaux, alliant bonapartistes libéraux (centre droit) et orléanistes ralliés à l'Empire libéral (centre gauche). Faisant cela, il accentue l'évolution parlementaire du régime.

 
Les mécanismes impériaux conformément au plébiscite du 8 mai 1870, à la veille de la guerre contre la Prusse.

Crises et chute de l'Empire libéralModifier

Assassinat de Victor NoirModifier

Article détaillé : Victor Noir.

Le , le journaliste Victor Noir fut tué à l'âge de 21 ans d'un coup de feu par le prince Pierre-Napoléon Bonaparte, un parent en disgrâce de l'empereur des Français, Napoléon III.

Son meurtre suscita une forte indignation populaire et renforça l’hostilité envers le Second Empire.

La Guerre franco-prussienne de 1870Modifier

Cette libéralisation de l'Empire obtient une large adhésion lors du plébiscite du 8 mai 1870, mais la Guerre franco-prussienne de 1870 et la défaite de Sedan entraînent la chute du Second Empire. La Troisième République lui succède.

BibliographieModifier

Articles connexesModifier