Talbot

constructeur automobile français d'origine anglaise

Automobiles Talbot
logo de Talbot

Création 1903
Dates clés 1935 : Talbot devient Talbot-Lago
1937 : Grand Prix de France
1950 : Victoire aux 24 Heures du Mans
1979 : Rachat par PSA
1981 : Champion du monde des rallyes
Disparition 1987 (France et Espagne)
1995 (Grande-Bretagne)
Forme juridique SA
Slogan L'esprit automobile
Siège social Paris
Drapeau de France France
Actionnaires Groupe PSAVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité Constructeur automobile
Produits AutomobileVoir et modifier les données sur Wikidata
Société mère Groupe PSA
Sociétés sœurs Peugeot
Citroën
Site web www.talbot.fr.stVoir et modifier les données sur Wikidata

Talbot était un constructeur automobile français d'origine anglaise. La branche française, devenue indépendante grâce à Anthony Lago, fut vendue à Simca en 1958. Rachetée par Peugeot à Chrysler Europe en 1978, la marque appartient depuis au Groupe PSA[1].

HistoireModifier

De Clément-Talbot à Talbot-LagoModifier

 
Clément-Talbot 4 CT de 1903 (London to Brighton VCR 2011).
 
Un modèle T150C (des 24 Heures du Mans 1936).

En 1903, Adolphe Clément (Clément-Bayard) et Charles Chetwynd-Talbot (président du British automobile commercial syndicate et 20e comte de Shrewsbury and Talbot) fondent Clément-Talbot pour monter en Angleterre les automobiles Clément-Bayard françaises[2].

En 1919, la firme fut rachetée par la filiale anglaise de la firme française Darracq pour former la Clément-Talbot-Darracq Ltd puis, après avoir racheté Sunbeam, la STD Motors Ltd (Sunbeam-Talbot-Darracq, le nom de Clément étant abandonné). C'est à partir de 1920 que les voitures Darracq vendues en France prennent la marque Talbot-Darracq.

Dès 1921, la marque s'engage dans la compétition automobile. Entre 1921 et 1923, elle remporte les trois dernières éditions de la Coupe Internationale des Voiturettes du Mans, avec la Talbot-Darracq 1500 à double arbre à cames en tête qui va aussi gagner à Brooklands le Junior Car Club 200 mile en 1921 (une épreuve où Talbot va dominer la concurrence à cinq reprises). Henry Segrave est l'un des principaux artisans des victoires de la première moitié des années 1920 (200 miles 1921, 1925, 1926, GP de Boulogne 1923, de Provence 1925 et 1926).

En 1922, les automobiles Talbot-Darracq deviennent des « Talbot ». Celles-ci existent en versions 15 CV (quatre-cylindres) et 24 CV (V8 et freinage sur les quatre roues), des voitures haut de gamme succédant aux Darracq sans soupapes. Depuis le salon de Paris 1921, une populaire 10 CV à soupapes en tête s'ajoute équipée d'une boîte de vitesses à quatre rapports en 1926.

Au salon 1925, un moteur à six cylindres apparaît qui remplacera le bloc à quatre-cylindres en 1927. Cette année-là, la marque abandonne officiellement la compétition après la victoire d'Albert Divo au Grand Prix de l'A.C.F. (Formula Libre, l'ACF Free For All Race) avec la huit-cylindres 1500 de course à double arbres à cames en tête. Celle-ci continue cependant encore à s'illustrer en Italie en 1928 (Coppa Montenero et Circuito stradale del Mugello avec Emilio Materassi, ainsi que Circuito di Cremona avec Luigi Arcangeli) et 1929 (Grand Prix de Tripoli et Circuito stradale del Mugello avec Gastone Brilli-Peri). Sur les voitures particulières, les roues avant deviennent indépendantes au salon 1932, dispositif généralisé en 1933.

 
Talbot-Lago Baby 3 litres avec carrosserie hors série (1936).
 
Talbot-Lago berline Record (1946).
 
La Talbot Lago T26 record cabriolet (1947).
 
Coupé Talbot-Lago Sport 2500 (1955).

Début 1934, l'ingénieur italien très anglicisé Anthony Lago reprend à son compte la firme alors en difficulté avec la volonté de la moderniser. Ainsi, sortirent des voitures sportives alliant le style britannique et l'innovation française sous la marque Talbot-Lago. En 1937 Gianfranco Comotti s'impose au RAC Tourist Trophy, et Louis Chiron au Grand Prix automobile de France (triplé Talbot-Lago avec la T150C, qui place en outre quatre voitures dans les cinq premiers). Chiron récidivera en 1947 et 1949 pour la marque française.

Jusqu'en 1939, au sein de la vaste nouvelle gamme combinant moteurs et carrosseries, le châssis le plus sportif équipe la Baby. Le radiateur caractéristique avec la calandre bisautée est de retour et la boîte de vitesses pré-sélective Wilson est en option sur la plupart des Talbot-Lago.

À partir de 1936, le modèle d'exception est la T150 C dans ses variantes Lago Spécial et Lago SS (Super Sport). Celles-ci recevront des carrosseries hors série comme la célèbre berlinette « Goutte d'eau » de Figoni & Falaschi.

En Grande-Bretagne, la Sunbeam-Talbot 2 Litres est commercialisée entre 1939 et 1948. Elle utilise le moteur de la Hillman 14.

 
Logo Talbot d'avant-guerre (existe aussi en rouge).

En 1946, la fabrication de modèles à moteur à deux arbres à cames débute à l'usine de Suresnes.

En 1949, la marque est victorieuse au Grand Prix de Belgique et au Grand Prix de France face à Ferrari et à Maserati grâce à la monoplace T26 C 4,5 L qui courra jusqu'en 1951 : elle sera ainsi le premier constructeur français à disputer le championnat du monde des pilotes de Formule 1. En 1950, Louis Rosier et fils remportent avec une T26 GS de 230 ch les 24 Heures du Mans. 1951 voit la victoire de l'équipage Gunnar Bengtsson - S.Zetterberg dans la fameuse course suédoise de rallye historique Midnattssolsrallyt (Le Rallye du Soleil de Minuit) sur T26 GS. Rosier père et Yves Giraud-Cabantous assurent la majorité des succès de la marque dans les quelques années après guerre.

En 1950, Vincent Auriol, président de la République, commande une décapotable Lago Record à quatre portes pour servir de voiture officielle[3].

Deux ans plus tard, apparaît au salon une nouvelle carrosserie pour le coupé Lago Grand Sport 6-cylindres de 4,5 litres. C'est alors le modèle le plus rapide de l'époque. À cause d'un prix de vente prohibitif, les ventes restent confidentielles.

Anthony Lago lance alors au salon 1955 un coupé Lago Sport 2500 à quatre cylindres 2,5 L de 120 ch à châssis tubulaire, réplique en réduction du coupé 4,5 litres dessiné par Carlo Delaisse dont la production est arrêtée.

De Simca-Talbot à Peugeot-TalbotModifier

 
Talbot Tagora SX (1981).
 
Cabriolet Talbot Samba (1982).

À l'automne 1957, Talbot-Lago, qui connaît de plus en plus de difficultés, renonce à la production de ses moteurs. Il achète au constructeur munichois BMW un V8 de 138 ch SAE pour son coupé appelé désormais « Lago America » qui bénéficie d'une conduite à gauche. Mais le marché reste trop étroit et fin décembre 1958, Simca rachète la marque Talbot alors au bord du gouffre. Les tous derniers coupés América recevront le vieux moteur Ford V8 à soupapes latérales de 95 ch SAE de la Simca Vedette. En 1960, la marque est mise en sommeil.

Au cours des années 1960, Simca est peu à peu absorbée par le constructeur américain Chrysler pour finalement faire partie intégrante en 1970 du groupe Chrysler Europe qui comprend plusieurs marques européennes dont certaines en Grande-Bretagne (Hillman, Humber et Sunbeam).

En août 1978, Chrysler, dans la tourmente, vend ses opérations européennes à PSA Peugeot-Citroën, notamment les usines de Poissy (France), Linwood, Ryton (Grande-Bretagne) et Madrid Villaverde (Espagne). Pour unifier les différentes marques européennes qui appartenaient alors à Chrysler Europe, dont Simca en France, le groupe Peugeot chercha dans l'éventail des marques figurant dans le portefeuille racheté, un nom qui serait connu à la fois en France et en Grande-Bretagne pour remplacer celui de Chrysler.

Ainsi, il exhuma le nom de « Talbot » à partir de juillet 1979 (accolé pendant un an à Simca en France) comme nouveau dénominateur commun de toutes les anciennes filiales de Chrysler et offrit une remise au goût du jour à tous les modèles en production, avec en première ligne, l'Horizon, qui connaissait alors un vif succès en France. La marque Talbot est relancée à grands frais en 1979, mais ce changement de nom perturbateur pour la clientèle, ajouté à un choc pétrolier, une crise économique, des grèves massives et des modèles vieillissants, va peu à peu la pénaliser, d'autant plus que la direction de PSA décide en 1981 de fusionner les réseaux de distribution Talbot avec ceux de Peugeot qui seront peu motivés pour vendre les ex-Chrysler-Simca. La Talbot-Matra Murena et la Talbot Tagora, lancées en 1980, ne trouveront pas leur public, malgré un modèle SX pour la Tagora (qui devient la voiture française de série la plus puissante avec son moteur V6 PRV 2,6 L développant 165 chevaux). La branche cycle du groupe Peugeot commercialise également des vélos Talbot dans les années 1980.

Malgré le demi-succès de la Samba lancée fin 1981 et de sa version cabriolet un an plus tard, une belle victoire de champion du monde des rallyes la même année et l'engagement en Formule 1 avec Ligier et le pilote Jacques Laffite, le résultat ne tardera pas à tomber : chute vertigineuse des ventes et des parts de marché de la marque. Ainsi, lorsque la remplaçante de l'Horizon doit être lancée en 1985 sous le nom de Talbot Arizona, PSA va préférer finalement la commercialiser sous le nom de Peugeot 309, tant l'image de marque de Talbot est devenue mauvaise. L'arrêt de mort de la firme au « T » cerclé est alors signé. Talbot va s'éteindre peu à peu, d'abord en France en 1986 puis en Espagne en 1987 avec l'arrêt de la Solara et de l'Horizon. En Grande-Bretagne, la marque vivra encore de façon étonnante jusqu'au milieu des années 1990, en commercialisant un unique modèle, l'Express, un utilitaire frère jumeau des Peugeot J5 et Citroën C25.

Modèles produitsModifier

Modèles Talbot-LagoModifier

 
Coupé Talbot-Lago Grand Sport par Saoutchik (1948).
 
Talbot-Lago coach Record (1947).
  • Châssis court :
    • Minor (T4, 4 cylindres)
    • Junior 11
    • Baby 2,7 litres (T15)
    • Baby 3 litres (T120)
    • T150 3 litres
    • Baby 4 litres (T150 C)
    • Lago Spécial (T150 C)
  • Châssis extra-court :
    • Lago SS (T150 C)
    • Lago Grand-Sport (T26)
    • Lago Sport 2500 (T14 LS)
  • Châssis normal :
    • Cadette 2 litres (T11)
    • Major 3 litres (T120)
    • Major 4 litres (T23)
    • Lago Record 4,5 litres (T26)
  • Châssis long sept places :
    • Master 3 litres (T120)
    • Master 4 litres (T23)

Modèles Chrysler Europe, rebadgés TalbotModifier

 
La voiture de Tony Pond au rallye de l'île de Man, en 1979.
 
La voiture de Russell Brookes, en 1980 et 1981 pour le ERC.
  • Simca 1100 (1967-1981), badgée Talbot à partir du millésime 1980
  • Simca Horizon
  • Chrysler 1610 / 2 litres (1979)
  • Chrysler Avenger (en) (1979) (Hillman Avenger aux États-Unis)
  • Chrysler Sunbeam (1977-1981) - versions sportives :
  • Talbot Sunbeam Ti : présentée au British International Motor Show et au Mondial de l'automobile de Paris en 1978, elle a une base de Chrysler Avenger « Tiger » et une motorisation de 1 598 cm3 avec double carburateur Weber de 100 ch ;
  • Talbot Sunbeam Lotus (groupe 4, antérieurement dénommée Chrysler Simca Sunbeam Lotus, puis Talbot Simca Sunbeam Lotus)[4] : Chrysler Europe demande à Lotus et à son président Claudio Berro d'adapter l'une de ses motorisations sur une base de Sunbeam 1.6 GLS à pont arrière rigide pour créer un véhicule de rallye. La solution retenue est un 4-cylindres aluminium en ligne à 45° de 2 172 cm3 (version élargie du modèle 907 de 1 973 cm3) avec une culasse 16 soupapes pour un développement de 240 à 260 ch, une double carburation horizontale, et une vitesse de pointe de 196 km/h. L'accélération de 0 à 96 km/h est obtenue en 6,8 secondes, et celle de 0 à 160 km/h en 19,8 secondes[5]. Le projet sportif est maintenu par PSA Peugeot Citroën après son rachat de Chrysler en .

Dany Hindenoch est le secrétaire du comité Compétition Europe de Talbot. La voiture est mise au point en 1978 en Angleterre par Tony Pond (pilote-essayeur), révélée au salon international de l'automobile de Genève en , et testée pour la première fois durant cette même année lors d'épreuves nationales par Pond au rallye du Pays de Galles (5e). Le Chrysler Compétition Centre d'une vingtaine de personnes est installé à Coventry et dirigé par l'irlandais Des O'Dell. David Lapworth est l'ingénieur principal, Paul White s'occupe de la logistique, John Daniels des pneumatiques (Dunlop, puis Michelin), et Bernard Unett est responsable technique[6]. Andrew Cowan est pour l'instant premier pilote et dispute déjà des courses en RACMSA BORC. En France Jean Todt supervise le plus souvent l'unité du sud de Birmingham (West Highlands) alors que Bernard Fiorentino est directeur du service compétition Talbot-Simca à partir de l'été 1979, et Guy Fréquelin est embauché comme pilote en novembre de la même année. Les courses internationales arrivent en 1980 avec Henri Toivonen, aux rallyes nordiques hivernaux d'Arctique et du Hanki (sans le moteur Lotus dans ce cas-là). Les premiers modèles destinés au public sont en livrée noir et argent, les suivants pouvant être obtenus aux tons « pierre de lune » bleutée et argentée ou noire. 2 298 exemplaires, fabriqués de 1979 jusqu'à fin 1981, sont ainsi vendus, plus dix supplémentaires par Talbot pour la compétition en rallyes exclusivement.

Modèles produits sous l'ère PSAModifier

 
Cabriolet Talbot Samba (1984).

Gamme basseModifier

Gamme moyenne basseModifier

Gamme moyenne hauteModifier

Gamme hauteModifier

Modèles produits en collaboration avec MatraModifier

 
Talbot Express (1991).

Véhicules utilitairesModifier

Courses automobilesModifier

Très tôt, Talbot s'est impliqué lors des compétitions automobiles. La marque a remporté de nombreuses victoires, dont les plus prestigieuses sont :

Autres :

Résultats en championnat du monde de Formule 1Modifier

Résultats de l'écurie Talbot-Lago en championnat du monde de Formule 1
Saison Écurie Châssis Moteur Pneus Pilotes Grands Prix disputés Points inscrits Classement
1950   Automobiles Talbot-Darracq SA Talbot-Lago T26C-DA Talbot L6 Dunlop   Yves Giraud-Cabantous
  Eugène Martin
  Louis Rosier
  Philippe Étancelin
  Raymond Sommer
4 11 -
Écuries privées ou semi-privées ayant engagé des châssis Talbot-Lago en championnat
Saison Écurie Châssis Moteur Pneus Pilotes Grands Prix disputés
1950   Écurie Rosier Talbot-Lago T26C Talbot L6 Dunlop   Louis Rosier
  Henri Louveau
3
1950   Charles Pozzi Talbot-Lago T26C Talbot L6 Dunlop   Charles Pozzi 2
1950   Raymond Sommer Talbot-Lago T26C Talbot L6 Dunlop   Raymond Sommer 2
1950   Pierre Levegh Talbot-Lago T26C Talbot L6 Dunlop   Pierre Levegh 4
1950   Guy Mairesse Talbot-Lago T26C Talbot L6 Dunlop   Guy Mairesse 1
1950   Écurie Belge Talbot-Lago T26C Talbot L6 Englebert   Johnny Claes 6
1950   Écurie Bleue Talbot-Lago T26C Talbot L6 Dunlop   Harry Schell 1
1950   Écurie Leutitia Talbot-Lago T26C Talbot L6 Dunlop   Eugène Chaboud 1
1950   Philippe Étancelin Talbot-Lago T26C-DA Talbot L6 Dunlop   Philippe Étancelin
  Eugène Chaboud
5
1951   Écurie Rosier Talbot-Lago T26C-DA
Talbot-Lago T26C
Talbot L6 Dunlop   Louis Rosier
  Louis Chiron
7
1951   Écurie Belge Talbot-Lago T26C-DA Talbot L6 Englebert   Johnny Claes 7
1951   Écurie Belgique Talbot-Lago T26C Talbot L6 Englebert   Jacques Swaters
  André Pilette
3
1951   Yves Giraud-Cabantous Talbot-Lago T26C Talbot L6 Dunlop   Yves Giraud-Cabantous 6
1951   Philippe Étancelin Talbot-Lago T26C-DA Talbot L6 Dunlop   Philippe Étancelin 5
1951   Guy Mairesse Talbot-Lago T26C Talbot L6 Englebert   Guy Mairesse 2
1951   Eugène Chaboud Talbot-Lago T26C-GS Talbot L6 Dunlop   Eugène Chaboud 1
1951   Henri Louveau Talbot-Lago T26C Talbot L6 Dunlop   Henri Louveau 1
1951   Pierre Levegh Talbot-Lago T26C Talbot L6 Dunlop   Pierre Levegh 3
1951   Duncan Hamilton Talbot-Lago T26C Talbot L6 Dunlop   Duncan Hamilton 2
1951   José Froilán González Talbot-Lago T26C-GS Talbot L6 Dunlop   José Froilán González 1
1951   Georges Grignard Talbot-Lago T26C-DA Talbot L6 Dunlop   Georges Grignard 1

Palmarès sportif en rallyesModifier

TitresModifier

CoursesModifier

Six victoires majeures, dont deux en WRC (Grande-Bretagne 1980 et Argentine 1981) pour onze podiums mondiaux et quatre en ERC (Arctique 1980, Asturies 1982, Catalogne 1982, et Bulgarie 1983) :

  • Andrew Cowan (1979) :
    • Quelques courses en BRC.
  • Tony Pond (1979) :
    • 4e du Rallye SanRemo (1979 - 1 E.S.) ;
    • 5e du RAC Rally (1979).
  • Jean-Pierre Nicolas (1979)
    • 3 E.S. au Tour de Corse (1979, avec Jean Todt, collision avec un sanglier) ;
  • Henri Toivonen (1979-1981) :
    • Vainqueur du Rallye Arctique (1980) ;
    • Vainqueur du RAC Rally (1980) ;
    • 2e du rallye du Portugal (1981) ;
    • 2e du rallye SanRemo (1981) ;
    • 3e du rallye Arctique (1981).
  • Guy Fréquelin (1980-1982) :
    • Vainqueur du Rallye d'Argentine (1981, malgré un tassement vertébral) ;
    • 2e du rallye Monte-Carlo (1981) ;
    • 2e du tour de Corse (1981) ;
    • 2e du rallye du Brésil (1981) ;
    • 3e du rallye du Portugal (1980) ;
    • 3e du RAC Rally (1980).
  • Russel Brookes (1980-81; 1984) :
    • Vainqueur du Rallye de Bahreïn (1984, MERC) ;
    • 3e du circuit d'Irlande (1981) ;
    • 4e du RAC Rally (1980).
  • Federico Ormezzano (it) (1980-82) :
    • 2e du rallye San Marino (1981) ;
    • 2e de rallye d'Aoste (1981) ;
    • 3e du rallye de la Laine (1982) ;
    • 3e du rallye Piancavallo (1982) ;
    • … puis rallyes du championnat d'Italie Historique (2006, et 2009-).
  • Jean-Claude Vaucard (1980-1981) :
    • 2e du rallye des Vosges (1981) ;
    • 3e du rallye des Vosges (1980) ;
    • 4e du rallye de Lorraine (1981) (ERC).
  • Stig Blomqvist (1981-1982, embauché lors des ennuis cervicaux de Fréquelin) :
    • 2e du rallye du sud de la Suède (1981) ;
    • 3e du RAC Rally (1981).
  • Antonio Zanini (1981-83) :
    • Vainqueur du Rallye Montseny Guilleries (1982) ;
    • Vainqueur du Rallye de Torrelavega (Ramón González y Hermanos, 1982) ;
    • Vainqueur du Rallye Fallas (1982) ;
    • Vainqueur du Rallye des Asturies (1982) ;
    • Vainqueur du Rallye de Catalogne (1982) ;
    • Vainqueur du Rallye de Bulgarie (1983).
  • John Coyne (1981-1982) :
    • 3e du rallye Galway (1982) ;
    • 4e du circuit d'Irlande (1982).
  • Paul Burch (1982) :
    • 3e du rallye du sud de la Suède (1982).
  • Antero Laine (1982, champion de Finlande des rallyes du Groupe A l'année précédente sur une Escort) :
    • 5e du rallye de Finlande (1982).
  • Jean-Pierre Damiao (1983) :
  • Didier Billon (1984) :
    • Rallye du Limousin (1984 - D2).

Et Chris Daisy, Dan Margulies (1979) ; Gilbert Casanova (1979-1980) ; Georg Fischer (1980-1982) ; Kevin Stones, Ian Hughes (1980) ; Amedeo Gerbino (1981) ; Chris Lord (1981-1983) ; Paul Gardère (1983-1984, en WRC avec Denis Giraudet) ; Gunnar Fagerlind (1981-1982) ; Philippe Kruger (1981) ; Alain Auvray, Michel Tirabassi (1982) ; Herbert Grünsteidl, Pascal Damiani (1983) ; Michel Civade (1985)...

Notes et référencesModifier

  1. Copie du BOPI 2001-23 du 10 juin 2011 sur le site de l'Inpi. Consulté le 29 octobre 2012.
  2. (en) David Culshaw et Peter Horrobin, The Complete Catalogue of British Cars 1895-1975, Veloce publishing.
  3. Patrick Lesueur, Automobiles de la République - Le temps du sur mesure, éditions E.T.A.I., 2006.
  4. (en) Graham Robson, Talbot Sunbeam-Lotus, collection Rally Library, éd. MRP (Mercian Manuals Production) Ltd, 2004 (ISBN 978-1-9030-8819-7).
  5. Salon 80 - La Talbot Simca Sunbeam Lotus, mensuel Sport Auto, no 201, octobre 1979, pp. 52-56.
  6. Guy Fréquelin avec la collaboration de Philippe Séclier, Pilote de ma vie, éd. Calmann-Levy, 2009 (ISBN 978-2-7021-3987-5), pp. 100-105.

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Alain Spitz, Talbot. Des Talbot-Darracq aux Talbot-Lago, éditions E.P.A., 1983 (ISBN 2-85120-170-0)
  • Michel G. Renou, Talbot - Toute l'histoire, éditions E.P.A., 1985 (ISBN 2-85120-227-8)
  • Michel G. Renou, Simca - De Fiat à Talbot, éditions ETAI, 1999 (ISBN 2-7268-8457-1)
  • Rétromania no 128, Talbot, la marque sacrifiée, .
  • Rétroviseur no 215, Les dernières vies de Talbot, .
  • Automobilia no 87, Talbot (1979-1987) : Une succession de malchances, août/septembre/.

Articles connexesModifier

Liens externesModifier