Usine Stellantis de Poissy

(Redirigé depuis Usine PSA de Poissy)

Le site Stellantis de Poissy dispose d'une usine de production automobile, une usine de production digitale, un centre informatique et d'un centre d'expertise, situés en bordure de Seine et desservies par le chemin de fer ainsi que les autoroutes Paris-Normandie (A13/A14).

Usines de Poissy
Image dans Infobox.
Logo du groupe
Installations
Type d'usine
Usine Terminale, Usine Digitale
Fonctionnement
Opérateur
Effectif
4 000 personnes (Mai 2019)
Date d'ouverture
1938
Production
Produits
Marques
Modèles
Production
175 600 véhicules (2018)
Localisation
Situation
Coordonnées

C'est avec le centre d'essais R&D de Carrières-sous-Poissy et celui du style des véhicules (ADN) à Vélizy, l'une des trois implantations du groupe Stellantis dans les Yvelines, et avec l'usine Renault de Flins, l'une des deux usines automobiles du Grand Paris Seine & Oise.

L'usine de production automobile a une histoire qui remonte à 1937, année où fut lancé le chantier de construction de la première usine pour le compte de Ford. En 1954, elle devient la propriété de Simca (Fiat), puis de Chrysler en 1970 et de Peugeot en 1978[1]. La fusion des groupes Fiat Chrysler et de Peugeot SA donne naissance au groupe Stellantis en 2021.

L'usine de production digitale, créé en 2018 afin de répondre aux enjeux numériques, s'installe au cœur de l'usine industriel. La "Digital Factory" livre tous les produits digitaux ayant une interaction directe avec les clients.

HistoireModifier

La première automobile produite dans l'usine de Poissy en 1946, est la Ford V8-F472 qui était une version modifiée de la Matford 13 cv V8-F92A 2,225 cm3 qui était produite à Strasbourg jusqu'en septembre 1939. Sur sa calandre, la marque Ford était inscrite dans un macaron en demi-cercle surmonté des armes de la ville de Poissy. Elle a été produite en 7 293 exemplaires, et remplacée par la Ford Vedette vendue 620.000 Francs au Salon de 1948.

L'usine de production automobile de Poissy, d'abord fondée par Ford-SAF, alors associé avec Mathis au sein de Matford (1938-1954), a été propriété de Simca-Fiat (1954-1970), puis de Chrysler (1970-1978), puis de Peugeot SA (1978-2020) et devient la propriété du groupe Stellantis (2021).

En 1978, avec l'appuis du gouvernement, les filiales européennes de Chrysler, dont Chrysler France (propriétaire de la marque Simca) sont rachetées par PSA qui va faire disparaître la marque Simca, préférant la remplacer par la marque Talbot qu'elle ressuscite (ancienne marque de luxe et de sport, propriété de Simca depuis 1958). De 1979 à 1986 l'usine va continuer à produire des Simca, (ex Chrysler-Simca), rebaptisées un court temps Talbot-Simca, puis purement et simplement Talbot.

L'usine Talbot a été en 1982 et 1983, le théâtre de grandes grèves d'audience nationale (avivées par l'arrivée de la gauche et de ministres communistes au pouvoir, lesquels souhaitaient une nationalisation complète de l'industrie automobile). Si ces grandes grèves ont mis en lumière les dures conditions des très nombreux travailleurs immigrés de l'industrie automobile, elles ruinèrent la production et la réputation de la marque Talbot, contraignant PSA à la faire disparaître trois ans plus tard[2] . L'usine Talbot, à deux doigts d'être définitivement fermée, va être réorganisée de fond en comble par PSA avec d'importants licenciements et l'introduction des premiers robots pour produire désormais des Peugeot. En 1996, à la suite d'une fusion industrielle, elle prend le nom d'usine PSA Peugeot-Citroën et produit conjointement des Peugeot et des Citroën. À la suite du rachat du constructeur automobile Opel/Vauxhall en 2017, filiale de General Motors, l'usine est rebaptisée au nom du "Groupe PSA" et produit des Opel dès 2021[3]. Le 16 janvier 2021, le Groupe PSA fusionne avec le groupe Fiat Chrysler Automobiles et les centres de Poissy et de Carrières prennent le nom de Stellantis.

Face à la pandémie en France, un atelier spécifique est créé au sein de l'usine en 2020 afin d'aider à la production supplémentaire de respirateurs[4]. Cet atelier assure le pré-assemblage du bloc central composant le cœur du respirateur[5].

L'usine de production digitale, baptisé « Digital Factory », s'installe en , au cœur de l'usine industriel. Cette usine dans l’usine rassemble trois entités qui ont pour but d’accélérer notamment la numérisation des services de toutes les marques[6] (sites web des marques, configurateur auto, applications Smartphones, etc.).

Le centre technique des études de Chrysler s'installe en 1970 sur l'autre rive de la Seine, à Carrières-sous-Poissy et utilise les circuits routiers de Mortefontaine. À l'époque, le centre de Carrières fait figure d'Amérique avec ses 20 000 m² de bureaux climatisés, de salles de dessins et de surfaces industrielles. Lors du rachat en 1978 par PSA, le site devient le centre technique des études Talbot. Le nom de PSA Peugeot Citroën apparaît sur le centre technique en 1996. Le centre technique de Carrières se transforme en 2018 afin d'installer tous les moyens d'essais de recherche et de développement des moteurs qui proviennent de l'ancien site de La Garenne-Colombes.

Un premier pôle tertiaire de PSA s'installe en 2003, place Verte, à Poissy. Il regroupe des activités tertiaires du Groupe PSA dans un bâtiment de bureaux de 51 000 m2. Un second pôle tertiaire complète ce dispositif en 2006, sur la même place, regroupant principalement des activités de formations pour les collaborateurs du Groupe PSA. En , un centre de recherche et développement dans la motorisation des véhicules s'installe au second pôle qui devient le « Centre d'Expertise Métiers et Régions B »[7].

L'usine Terminale de construction automobile de PoissyModifier

Le bon roi Saint Louis était loin d’imaginer que sa ville allait devenir le berceau d’une histoire automobile qui a commencé au début du siècle dernier avec les Automobiles Grégoire.

 
1938-1954 : Usines FORD
  • 1937 : Cette vocation s’est confirmée par la Ford Motor Company qui annonce son intention de quitter l'usine Mathis de Strasbourg et de s'installer à Poissy (Seine & Oise) pour y réunir tous les services de fabrication et de montage ainsi que la direction générale et les services administratifs[8] de Ford S.A.F. (Société Anonyme Française). La capacité prévue est très importante pour l’époque. Il s’agit de produire 150 véhicules par journée de 8 heures.
  • 1938 : Il a fallu des mois pour trouver le terrain idéal, c'est-à-dire desservi par le train et une voie d'eau, selon la tradition Ford. Le chantier de l'usine Ford démarre sur un terrain de 240 000 m2 à Poissy (voisin des terrains de la plaine d'Achères), le long du chemin de fer Paris-Le Havre et de la Seine[1].
  • 1939 : À la déclaration de guerre, les travaux de construction de l’usine Ford-SAF sont arrêtés. L’usine est mise à la disposition de la Défense Nationale.
  • 1940 : Poissy est occupée le . L’usine Ford-SAF est placée sous l’autorité d’un administrateur allemand en provenance de Ford Cologne. Ford Motor Company occupe une place particulière car elle est engagée des deux côtés du conflit avec une usine à Cologne et une usine à Poissy. General Motors se trouve dans une situation similaire avec sa filiale Opel en Allemagne.
 
Bombardement des usines Ford de Poissy par la Royal Air Force en 1942.
  • 1942 : Peu atteints en 1940, les ateliers seront durement touchés par les bombardements du . Les dégâts sont importants, la production est arrêtée pour quelques semaines. Elle allait reprendre, lorsque 2 bombardements importants, aux premières heures du arrêtent définitivement la production[9].
  • 1943 : Poissy cesse la fabrication du camion français et se voit obligée de monter le modèle allemand pour Ford Cologne.
  • 1944 : Poissy est libérée par l'armée américaine le . Les combats des jours précédents firent de nombreuses victimes, en particulier onze morts lors d'un bombardement le . Maurice Dollfus, dirigeant de Ford-SAF est arrêté pour collaboration et transféré à Drancy. Il est cependant très vite libéré et l'usine participe à l'effort de guerre pour les Alliés.
  • 1945 : Les pouvoirs publics français annoncent, un plan quinquennal, appelé "Plan Pons", qui répartit les fabrications et les matières premières entre les marques automobiles. La priorité sera donnée aux camions afin d'aider à la reconstruction de la France. L'usine reprend donc le montage du modèle de camion français d'avant-guerre.
  • 1946 : La production des véhicules de tourisme reprendra avec la fabrication des Ford V8-F472 à moteur V8 2,2 l, identique au modèle 13 CV Matford d'avant-guerre. C'est le premier véhicule particulier fabriqué à Poissy. La production des camions reprendra avec le modèle Ford F698W de 5 tonnes dit Poissy.
  • 1947 : Maurice Dollfus, amène des États-Unis deux projets : un projet véhicule dessiné en 1941 par le style de Ford Dearborn (Michigan) pour la marque Mercury, mais abandonné car jugé trop petit par les américains (4,5 m tout de même). L'étude sera terminée par les études de Poissy : ce sera la Vedette ; et un moteur à huile lourde (Diesel) à 6 cylindres, l'Hercules, qui équipera plus tard (1951) les Ford Cargo (qui finiront leur carrière sous le nom de Simca Cargo).
  • 1949 : Lancement de la fabrication de la Vedette. Poissy possède un montage final et exécute entièrement l'usinage des moteurs, boîtes et ponts tout le reste est acheté. Les carrosseries des Vedette (berlines, coupés et cabriolets) proviennent de l'usine Chausson d'Asnières. Le début des années 1950 est difficile sur le plan économique. Les ventes de la Vedette ne décollent pas. La Ford Motor Company repositionne ses intérêts européens, en Allemagne et en Grande-Bretagne, et cherche un repreneur pour Poissy.
 
1954-1970: Usines SIMCA avec le centre d'essais de Mortefontaine.
  • 1954 : SIMCA , en mal d'expansion, rachète à bon compte le constructeur Ford-SAF, qui reçoit en échange 15 % du capital de Simca. Fiat (fondateur de Simca) garde sa participation majoritaire d'origine. Avec ce rachat, Simca, quatrième constructeur français, récupère la gamme des modèles Vedette. L’augmentation des effectifs de l’usine nécessite, à la demande express du gouvernement, la construction de cités-logements à Poissy quartier Beauregard et à Vernouillet.
  • 1955 : Sous l'impulsion d'Henri Pigozzi, Simca entreprend de vastes travaux pour créer le « grand Poissy » inauguré en 1958, et dote l’usine, informatisée dès 1959 et fabriquant 1000 véhicules/jour, des technologies les plus modernes[10]. La surface des ateliers de l’usine passe de 91 000 m2 à 180 000 m2.
  • 1956: Simca construit également son circuit d'essais automobile dans la forêt de Mortefontaine .Le circuit a pour objet de tester ses nouveaux modèles.
  • 1958 : Simca rachète le constructeur Talbot (qui avait remporté les 24 Heures du Mans en 1951). Ford vend sa participation de 15 % dans Simca à Chrysler. Avec l'ouverture de la frontière franco-Italienne permise par le Marché commun Fiat commence à se désengager de Simca.
  • 1961 : Simca présente fièrement leur nouveau modèle à vocation populaire qui va être un modèle de conquête Énorme succès de la Simca 1000, qui durera jusqu'en 1978.
  • 1963 : Fiat cède la majorité du capital à Chrysler qui devient ainsi propriétaire de Simca.
  • 1967 : Lancement du « moteur Poissy » qui apparaîtra avec la Simca 1100.
 
1970-1978: Usine Chrysler avec les centres de Carrières et Mortefontaine.
 
1979-1996: Usine Talbot avec le centre de Carrières.
 
1996-2017 : Usine PSA Peugeot Citroën avec le centre de Carrières.
  • 1996 : Après une fusion industrielle, la société Talbot et Cie disparaît du centre de production de Poissy et du centre d'études de Carrières. L'ensemble prend le nom de PSA Peugeot Citroën, site de Poissy et occupe 193 hectares. La marque Talbot est abandonnée.
  • 1997 : Inauguration du nouvel « atelier des laques » de Poissy : c’est le premier en France à utiliser la technologie de la peinture hydrodiluable. Premier restylage de la 306.
  • 1999 : Deuxième restylage de la 306.
  • 2002 : Fin de la production de la 306 avec 1 685 470 véhicules produits sur l'usine toutes silhouettes confondues (5 portes, 4 portes, 3 portes et cabriolets)
  • 2003 : Après avoir produit la Talbot Horizon et ses successeurs, Peugeot 309 et Peugeot 306, le site devient une usine pour la production de petites voitures (plate-forme 1).
  • 2004 : Fermeture du Quai Talbot (Gare de Poissy), qui depuis 1960, desservait spécifiquement les salariés dans l'usine.
  • 2005 : En mai, l'usine comptait 8300 salariés auxquels s'ajoutaient plus de 900 intérimaires.
  • 2006 : Montée en régime de la Peugeot 207 parallèlement à la Peugeot 206.
  • 2007 : Production de la 1007 et de la 207 (berlines et SW). 273 000 véhicules produits.
  • 2009 : Fin de la production de la 1007, production de la 207 restylée, de la DS 3 et de la nouvelle C3.
  • 2011 : Avant le lancement de la remplaçante de la 207, la Peugeot 208 début 2012, la version 207 SW a été transférée à Madrid, en Espagne durant l'été 2011. Le 1er Mars, une directrice est nommée à la tête de l'usine de production qui emploie 6000 collaborateurs[11].
  • 2012 : Mise en production de la Peugeot 208. en remplacement de la 207. L'objectif 2012 était de retrouver une cadence proche de 1 800 véhicules par jour, soit près de 400 000 unités pour 2013 mais la conjoncture actuelle du marché automobile laisse l'avenir incertain. L'usine a consommé environ 180 GWh en 2012.
  • 2013 : Lancement commercial de la Citroën DS3 Cabrio, version découvrable de la DS3.
  • 2014 : L'usine emploie 6 200 personnes en . Elle passe de deux à une seule ligne de production[12].
  • 2016 : Le forum Armand-Peugeot (3 000 m2 pour le bâtiment principal), à l'entrée de l'usine, devient propriété de la ville de Poissy[13]. La superficie de l'usine passe à 152 hectares et la surface des ateliers est de 582 000 m2[14]. Le site de Poissy est aussi une usine d'emboutis destinés à 60% aux autres usines du Groupe PSA et un atelier de peinture hydrosoluble, respectueuse de l'environnement. La capacité de production du site est d'un maximum de 1920 véhicules par jour.
 
2017-2020 : Usine du Groupe PSA avec le centre de Carrières.
  • 2017 : Fin de la production de la Citroën C3. À la suite du rachat du constructeur automobile Opel/Vauxhall, filiale de General Motors, l'usine est rebaptisée au nom du "Groupe PSA" et produit des Opel dès 2021[3].
  • 2017-2018 : L'usine est compactée pour passer à 86 hectares[15]. Le bâtiment B5, à l'entrée de l'usine, est détruit partiellement avec la création d'un parking permettant d'accueillir les nouveaux collaborateurs du centre d'expertise[16]. Un centre de 3 000 m2, baptisé « Digital Factory », s'installe au bâtiment C33[6]. La centaine de modèles de la collection de l'Aventure automobile de Poissy a été déménagée dans le bâtiment D5-1 en vue de la création d'un musée qui regroupera également la collection du conservatoire Citroën et DS[17]. Construit par Chrysler au 20 rue de Migneaux, le centre Maurice Clerc de 45 000 m2, dédié aux employés (Association sportive et culturelle des automobiles Peugeot), ferme définitivement ses portes pour des logements sur 4,5 hectares. Son château se transforme en restaurant[18].
  • 2018-2019 : Fin de la production de la DS 3 Cabrio.et lancement commercial du DS 3 Crossback.
  • 2019: L'usine terminale produit annuellement près de 175 000 véhicules du segment B et emploie 4 000 personnes[14]. Elle produit actuellement le modèle le DS 3 Crossback, lancé en mai.
  • 2020: Face à la pandémie en France, afin de produire 10 000 respirateurs supplémentaires en 50 jours (Avril-Mai)[4], un atelier spécifique est créé au sein de l'usine avec 55 collaborateurs[5]. L'atelier Osiris assure le pré-assemblage du bloc central composant le cœur du respirateur. Enfin, l'usine terminale d'Air Liquide à Antony (Hauts-de-Seine) réalise l'assemblage de ces blocs dans les respirateurs[19].
  •  
    Depuis 2021 : Usine Stellantis avec le centre de Carrières.
    2021: Le 16 janvier, le groupe PSA devient Stellantis, un nouvel ensemble issu de sa fusion avec le groupe Fiat Chrysler Automobiles. Le 13 juillet, Stellantis lance une étude afin d'optimiser les sites en Ile de France. Cette étude envisage de transférer le centre de recherche et développement de Vélizy vers l'usine de Poissy [20].

Centre d'expertise de PoissyModifier

Le Centre d'Expertise des Métiers et Régions, construit à proximité immédiate de l'usine, se compose de deux immeubles de bureaux d'une superficie totale de 68 000 m2 et de 74 000 m2 de parkings couverts (CEMR A en 2003[21] et CEMR B en 2006[22]).

  • 2003:
     
    Centre Expertise Métiers et Régions de l'usine Stellantis de Poissy.
    Le premier bâtiment fut construit entre 2002 et 2003 en moins de douze mois par le groupe Meunier. Les 51 000 m2 ont été inaugurés le . Ils abritent 3000 collaborateurs liés aux activités tertiaires du groupe (gestion-finance, qualité, ressources humaines, achats, informatique et fabrication). Il dispose en plus de 54 000 m2 de parkings couverts[21].
  • 2006: Le pôle tertiaire 2 est sorti de terre pour accueillir 1500 collaborateurs de plus sur 17 000 m2 et 20 000 m2 de parkings couverts[22]. On y installe le centre de formations du groupe qui dispose d'un amphithéâtre ainsi que de nombreuses salles spécialisées dans les différents métiers de l'automobile.
  • 2010: Le centre de formations du pôle tertiaire 2 devient l'Université PSA permettant de former l'ensemble des collaborateurs. Ce nouveau dispositif, lancé en Avril, repose sur des relations durables avec les milieux académiques[23].
  • 2017: Le , la groupe PSA annonce envisager le regroupement des activités de recherche et de développement à Poissy pour créer un centre de recherche et développement d'excellence mondial dans la motorisation des véhicules (pôle tertiaire 2)[7]. Avec le départ du siège de PSA de l'avenue de la Grande-Armée à Paris pour Rueil-Malmaison, les 3 000 salariés du pôle tertiaire 1 sont rejoints en septembre par 1 300 employés venus d'autres sites[12]. Le pôle tertiaire (1 et 2) devient le centre d'expertise métiers et régions (CEMR A et B).
  • 2018 : à la suite des travaux de rénovation, les 2 200 ingénieurs et techniciens du site de La Garenne-Colombes s'installent au centre d'expertise de Poissy (CEMR B) et au centre d'essais de Carrières-sous-Poissy en juillet. Ces nouveaux centres regroupent principalement les activités de la Direction chaine de traction et châssis, de la recherche ainsi que la Direction des systèmes électricité électronique. Le Centre d'expertise métiers et régions (A + B) regroupe environ 6 500 personnes[15].
  • 2020: A partir de juillet, les collaborateurs des sièges du Groupe PSA et de PSA Banque France[24], s'installent progressivement au Centre d'Expertise Métiers et Régions. À la suite de ces déménagements vers Poissy (Yvelines), les anciens sites PSA de Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine) et Gennevilliers (Hauts-de-Seine) ferment.
  • 2021: Suite à la crise du Covid en 2020 et le développement du télétravail généralisé, PSA envisagerait de quitter les 51 000 m2 du Centre d'Expertise Métier et Régions A (ex Pôle Tertiaire 1) pour concentrer ses équipes sur le Centre d'Expertise Métiers et Régions B (ex Pôle Tertiaire 2)[25].

École professionnelle de PoissyModifier

Il semble qu'il y ait une école qui n'a jamais fermé, l'école professionnelle de Poissy[1].

  • 1941 : la Ford SAF ouvre l'école d'apprentissage Edsel Ford dans l'usine de Poissy. Ses enseignants sont bien souvent d'anciens ouvriers de Matford, les meilleurs que l'on trouve sur place. Ceux que l'on appelle les "Alsaciens de Poissy" sont réputés tant pour leur compétence technique, leur sens des hiérarchies, que leur autorité.
  • 1956 : avec la création du « Grand Poissy » par Fiat (fondateur de Simca), l'école devient l'école professionnelle Simca.
  • 1960-1970 : elle devient l'une des meilleurs écoles professionnelles. Les habitants de Poissy et des environs ont toujours présenté un nombre de candidats supérieur au nombre de places disponibles.
  • 1963 : l'école professionnelle devient l'école professionnelle Simca Chrysler France.
  • 1978 : après le rachat par PSA, l'école devient l'école de formation professionnelle Talbot.
  • 1998 : en juillet, l'école de formation professionnelle de la société Talbot devient l'école technique privée Peugeot Poissy.
  • 2008 : en septembre, PSA se sépare du bâtiment de 5 000 m2 qui accueillait les locaux de l'école professionnelle au 113 boulevard Robespierre[26].
  • 2010 : Transformation de l'école technique du Groupe PSA : 600 jeunes sont ainsi concernés chaque année par le dispositif de l'École sans mur qui leur permet de se former aux techniques de réparation automobile du groupe PSA avec un cursus adapté et enrichi[27].
  • 2015 : Renouvellement de l'accord cadre concernant le partenariat avec l'Éducation nationale dont l'École sans mur.
  • 2020 : L'École sans mur change de nom et devient l'École des métiers de l'automobile PSA, en partenariat avec l'Éducation nationale (65 lycées partenaires).

Musée automobileModifier

  • 1984 : Création de l’association « L’Aventure Automobile à Poissy – CAAPY » par des passionnés a pour vocation de rappeler tous les événements qui ont jalonné la riche histoire de l’usine automobile de Poissy[28]. Elle sauvegarde et met en valeur non seulement les véhicules qui en sont issus, mais aussi les moyens utilisés pour les fabriquer.
  • 2002 : Le groupe PSA inaugure, le , un musée rassemblant plus de 70 modèles mythiques au centre technique de Carrières sous Poissy. La Collection de l'Aventure Automobile de PoissY (CAAPY) retrace le patrimoine automobile des différentes marques qui s'y sont succédé.
  • 2015 : Depuis juillet, la CAAPY est une composante de l’association, "l’Aventure Peugeot Citroën DS"[29] qui regroupe au sein d’une même structure, les entités de sauvegarde des marques automobiles du groupe PSA et deux entités patrimoniales qui sont le centre d'archives de Terre Blanche et la CAAPY.
  • 2018 : Lancement d'un projet concernant la création d'un nouveau musée regroupement les activités du conservatoire Citroën, de la CAAPY et des archives de Terre Blanche. Le futur musée s'installera dans le bâtiment D5-1, situé idéalement à l'entrée de l'usine et proche de la Gare SNCF de Poissy[30]. La CAAPY emménage déjà dans ce nouvel espace car le centre technique de Carrières-sous-Poissy se transforme afin d'installer tous les moyens d'essais de recherches et de développements des moteurs qui proviennent de l'ancien site de La Garenne-Colombes[7].
  • 2018 : Inauguration à Poissy d'une rue Henri Pigozzi, premier grand patron italien de Simca qui a eu l'idée exceptionnelle de construire pas moins de 2 000 logements à Beauregard et à La Coudraie pour les collaborateurs du site automobile[31]. Cette nouvelle rue a été inaugurée à l'occasion des journées du patrimoine, le avec la parade d'anciennes Simca[32] au sein du quartier réhabilité de la Coudraie[33].

Liste des véhicules produits à Poissy par date de lancementModifier

 
Ford Vedette, 1949-1954.
 
Simca 1000, 1968–1976.
 
Simca-Talbot Horizon, 1978-1985.
 
Peugeot 205 Turbo 16, 1984.
 
Peugeot 306, 1992-2002.
 
Citroën DS3.

Impact environnementalModifier

Durant l'année 2019, l'usine produit 31 712,8 tonnes de dioxyde de carbone[36].

Notes et référencesModifier

  1. a b c d e f g et h Jean-Louis Loubet et Nicolas Hatzfeld, Poissy : une légende automobile., E-T-A-I, (ISBN 2-7268-8520-9 et 978-2-7268-8520-8, OCLC 50323130, lire en ligne)
  2. Michel G., ... Renou, Simca : de Fiat à Talbot, ETAI, (ISBN 2-7268-8457-1 et 978-2-7268-8457-7, OCLC 468153152, lire en ligne)
  3. a et b Pascale Tessier, « Opel conforte la pérennité de l’usine PSA de Poissy. », sur Lacroix.com, (consulté le )
  4. a et b TV Ozyme, « Air liquide, PSA, Schneider Electric, Valeo : 10 000 respirateurs en 50 jours pour sauver des vies ! », sur youtube, (consulté le )
  5. a et b Comité des Constructeurs Français d'Automobiles, « Air Liquide, Groupe PSA, Schneider Electric et Valeo relèvent le défi de produire 10 000 respirateurs », sur CCFA.fr, (consulté le )
  6. a et b « 350 personnes travaillent aujourd'hui à la Customer Digital Factory », sur Journaldunet.com, (consulté le )
  7. a b et c « PSA envisage Poissy pour son centre d'excellence mondial de R&D sur les moteurs. », sur Ville de Poissy, l26/01/17 (consulté le )
  8. Ministère de la Culture, « Ref IA78000407 », sur culture.gouv.fr, (consulté le )
  9. « Les bombardements alliés sur les Yvelines (1942-1944) », "ONAC 78" Service départemental des Yvelines de l'Office National des Anciens Combattants, 2005-2008 (consulté le )
  10. Centre d'Archivage de Terre Neuve, « Les personnels au travail au sein des différentes usines – 2ème partie les usines d’après 1900 », sur patrimoine-archives.psa-peugeot-citroen.com, (consulté le )
  11. Laura Heulard, « Gaëlle Monteiller à la tête de PSA Poissy », sur https://www.usinenouvelle.com, (consulté le )
  12. a et b Yves Fossey, « Poissy : l’usine Peugeot prête à lancer la production d’un nouveau modèle », leparisien.fr, (consulté le )
  13. « Poissy : le forum Armand-Peugeot devient propriété de la ville » (consulté le )
  14. a et b Site internet PSA Poissy, https://site.groupe-psa.com/poissy/fr/contact/.
  15. a et b Yves Fossey, « Poissy : la transformation de PSA passe à la vitesse supérieure », leparisien.fr, (consulté le )
  16. Yves Fossey, « Poissy : la transformation de PSA passe à la vitesse supérieure », Le Parisien,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  17. « Un nouveau musée en projet pour exposer les voitures de collection de l’Aventure automobile de Poissy », sur 78actu.fr, (consulté le )
  18. « La commercialisation des futurs logements réalisés sur les terrains du centre culturel et sportif de PSA vient d’être lancée », sur Le Parisien, (consulté le )
  19. Air Liquide, « Air Liquide, Groupe PSA, Schneider Electric, Valeo relèvent le défi de produire 10 000 respirateurs Air Liquide Medical Systems en réponse à la demande du Gouvernement », sur fr.media.airliquide.com, (consulté le )
  20. L'Argus, « Stellantis souhaite optimiser son foncier en Ile-de-France », sur pro.largus.fr, (consulté le )
  21. a et b Pierre et Cédric VIGNERON, « Nos Réalisations », sur Architectes Pierre & Cédric VIGNERON, (consulté le )
  22. a et b Pierre et Cédric VIGNERON, « Nos réalisations », sur Architectes Pierre et Cédric VIGNERON, (consulté le )
  23. Annick Gentes-Kruck, « Université du groupe PSA », sur Ecole Polytechnique, (consulté le )
  24. « Entreprise Psa Banque France à Poissy », sur Le Figaro, (consulté le )
  25. Pierre VIGNAL, « PSA quittera l'immeuble Tertiaire 1 de Poissy en 2021 », sur l'Argus.fr, (consulté le )
  26. « Environnement SA vient d'acquérir les anciens locaux de l'école professionnelle Peugeot », Le Parisien, (consulté le )
  27. Groupe PSA, « L'Ecole sans Mur de PSA Peugeot Citroën », (consulté le )
  28. Jean LE MEAUX, « Présentation de l'association », sur caapy.net, (consulté le )
  29. Aventure Peugeot Citroën DS, « Présentation de l'Association », sur https://laventurepeugeotcitroends.fr, (consulté le )
  30. La Gazette des Yvelines, « Poissy: Le musée automobile à l’étude, sans date d’ouverture », sur https://lagazette-yvelines.fr/, (consulté le )
  31. Mylène Andrieux, « Henri Pigozzi a marqué l’histoire de Poissy », sur 78Actu.fr, (consulté le )
  32. Jean Le Meaux, « Lettre Information 34 », sur CAPPY (Collection Aventure Automobile à PoissY), (consulté le )
  33. Ville de Poissy, « La Coudraie », sur Ville de Poissy, (consulté le )
  34. a b c d e et f Denis VOLE, « Ford Société Anonyme Française - Poissy », sur Ford Société Anonyme Française - Poissy (consulté le )
  35. « La petite DS sera fabriquée à Poissy », Le Parisien, (consulté le )
  36. https://www.georisques.gouv.fr/risques/registre-des-emissions-polluantes/etablissement/details/2515#/

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

BibliographieModifier

Liens externesModifier