Ouvrir le menu principal

Critérium Paris-Nice

Ne doit pas être confondu avec Paris-Nice.
Coupe-Challenge Empire Oil, remise au vainqueur individuel du Critérium Paris-Nice (à partir de 1930).
Coupe-Challenge de L'Auto, remise au constructeur vainqueur du Critérium Paris-Nice.

Le Grand Critérium international de tourisme Paris-Nice, dit Le Paris-Nice, ou le Paris-Nice Rally en anglais, était un ancien rallye automobile organisé en France durant les années 1920 et 1930.

Édition 1922 de la compétition, au passage des remparts en Avignon.
Dominique Lamberjack, vainqueur de l'édition 1923 sur Voisin 8HP.
Édition 1937.
Publicité des voitures Benjamin, suite à la course Paris-Nice de 1923.
Jacques Dupuy, vainqueur du Critérium en 1933, sur Bugatti Type 55 2.3L. cabriolet SuperSport.
J. Dupuy à l'arrivée de l'édition 1933.
Le Critérium d'avril 1935.
Laury Schell, vainqueur du Critérium Paris Nice tourisme d'avril 1936 (et à la côte de La Turbie, sur Delahaye).
Laury Schell à Nice en 1936 après sa victoire.
L'arrivée à Nice en 1937.

HistoireModifier

Une première édition du Paris-Nice est organisée dès 1898[1], un an après les débuts de la Course de côte Nice - La Turbie et la compétition Marseille-Nice-La Turbie.

Au début des années 1920, Édouard Portal alors Président de l’Automobile Club de Nice et Côte d’Azur décide d'en reprendre chaque année au printemps le principe, conjointement avec la Fédération nationale des Clubs Automobiles de France et avec le concours du journal L'Auto dirigé par le fort connu à l'époque Henri Petit. Le départ a lieu le plus souvent de Orly (à la vieille poste)[2], puis le trajet se déroule sur 980 à 1 100 km selon les années, en grande partie par la Route Nationale 7 et en passant notamment par Vichy, un contrôle technique intermédiaire étant effectué à Lyon par l’Automobile-Club du Rhône et du Haut-Rhône, et parfois à Marseille par l’Automobile-Club de Marseille et Provence. Les capots moteurs sont plombés, l'un des buts de l'épreuve étant de mettre en avant les performances et progrès technologiques de l'époque.

 
La Hotchkiss Grand Sport type 686 "Paris-Nice - Monte-Carlo" 1939 de Jean Trévoux.

À partir de 1929 apparaît systématiquement un classement général, basé sur une formule cylindrée-kilomètres, avec des classements séparés pour les voitures de grande série (dites de tourisme) et les autocars et camions rapides admis dans l'épreuve à partir de 1927 (des conducteurs desquels fait notamment désormais partie Dominique Lamberjack, après s'être illustré sur des voitures et surtout des motocyclettes). L'importance de l'organisation, avec de nombreux commissaires sportifs de l'Automobile Club de France, nécessite dès lors une caravane de plus de 130 personnes[3], et le recrutement des participants devient réellement international au début des années 1930.

Dans le but d'attirer des touristes aisés sur la Riviera, les épreuves de classements incluent des courses de régularité sur routes ouvertes les premiers jours, des courses de côte (boulevard Michelet à Marseille, à La Turbie -parfois en clôture de la compétition-…) et des courses de vitesse (500 à 1 000 mètres départ arrêté) à La Châtre, Grenoble, La Turbie ou encore le plus souvent à Nice même (quai des États-Unis), ainsi qu'une série très complète de défis mécaniques permettant à l’arrivée de départager définitivement les concurrents sur le parc fermé de la Promenade des Anglais[4]: départ à froid (ou épreuve de mise en route des voitures au moyen du démarreur), épreuves de souplesse, de ralenti, d'accélération, de braquage, du kilomètre freinage, ainsi que concours d'élégance[5].

Espacés de quelques mois, le Monte-Carlo se pérennisa après la guerre, mais pas le Paris-Nice (décliné cependant en boucle hexagonale - cf. infra), ni le Rallye Paris-Antibes-Juan-le-Pins[6].

PalmarèsModifier

 
Lucy O'Reilly-Schell (ici au Monte-Carlo 1930).

Coupe des DamesModifier

Multi-lauréates :

  • Violette Morris (1923 et 1927) ;

ÉvolutionModifier

La compétition disparaît au bout de 18 éditions après le second conflit mondial, laissant la place au premier Tour de France de Nice à Nice / Critérium International de Tourisme du au à l'instigation de Nicolas Porsi trésorier alors de l’A.C. de Nice et Côte d’Azur, mais désormais avec le concours des journaux L'Équipe et L'Action Automobile et Touristique[28].

Un rallye historique Paris – Nice : la renaissance a lieu du 26 au grâce à l’ASA Classic et à l’association Classic Rally, toujours en collaboration avec l’Automobile Club de Nice.

Un autre, le PARIS Montlhéry NICE Automobile se déroule du 14 au .

(Paris - Nice : les records)Modifier

 
Marc Sorel en avril 1907 sur De Dietrich, après avoir rallié Nice depuis Paris en 16 heures et 15 minutes.
  • Le premier à effectuer le trajet fut Hippolyte Panhard, le (en plusieurs étapes).

Hormis les compétitions organisées proprement dites, le trajet Paris - Nice fut souvent l'objet de records de vitesse à battre avant-guerre; à titre d'exemples:

  • 1907 (avril) : 16 h 15 min par Marc Sorel sur Lorraine-Dietrich, pour 977 kilomètres parcourus[29];
  • 1921 : 12 h 35 min pour 942 kilomètres, par André Dubonnet sur Hispano-Suiza (avec 4 personnes embarquées, et leurs bagages)[30];
  • 1922 : 12 h 30 min par Philippe de Rothschild;
  • 1922 : 11 h 24 min par M. Baehr;
  • 1924 : record battu à 85 km/h de moyenne horaire sur Hispano-Suiza H6 C Tulipwood 8L. 46CV, de nouveau par André Dubonnet,..

Est également à signaler:

  • 1922 : Henri Petit, journaliste automobile connu avant-guerre, fait un essai de fiabilité sur plus de 20 000 kilomètres avec des aller-retours ininterrompus Paris-Nice à bord d'une Peugeot type 153 15HP, en utilisant ce long trajet en diagonale pour le journal La Vie Automobile[31],[32]. Il devint l'un des rédacteurs en chef du journal L'Auto -dirigé par Henri Desgrange- durant les années 1930, organisant lui-même notamment à cette période... le Critérium Paris-Nice de la présente page[33].

Notes et référencesModifier

  1. 1911 - Départ du premier rallye de Monte-Carlo;
  2. L'Express du Midi, 29 février 1936;
  3. Détails de l'édition 1935 de la course;
  4. Le Figaro, mardi 7 avril 1936;
  5. Antiquités brocante de la tour - Documentations histoire et archives du passé, les collections;
  6. (voir détails de cette épreuve à Juan-les-Pins)
  7. Une passion, la vitesse - Petit Dico: Robert Benoist;
  8. Le Monde illustré du 3 mars 1923, p.162.
  9. Les grandes épreuves auto. Le Critérium international Paris-Nice a été l'occasion d'un nouveau triomphe pour l'industrie française, ref. 309GJ 00013, site Gaumont Pathé archives;
  10. L'Auto, 19 mars 1924.
  11. Le Figaro, 18 mars 1925;
  12. a et b Sujet Paris-Nice automobile sur forum-auto.com, par veturiloj le 9 mars 2011);
  13. Très Sport n°46 d'avril 1926.
  14. Details for 1927 Chaigneau-Brasier TD4 torpedo sport, sur PreWarCar.com;
  15. Paris-soir du 19 mars 1929, p.4.
  16. L'Express du Midi, 25 mars 1931, p. 2;
  17. a et b La Compétition Automobile - Raymond Sommer (1906-1950);
  18. 1933 Miscellaneus Rallies (Team DAN).
  19. Omnia, mai 1933, p.670.
  20. Le Figaro, samedi 31 mars 1934;
  21. L'Automobile sur la Côte d'azur, 10 avril 1935, p.17-18.
  22. Omnia, n°180, mai 1935, p.483.
  23. Hebdomadaire 'L'Aero', 17 avril 1936, p.7., la même année 1936 Melle Lamberjack remporte une autre victoire lors du Meeting de l'A.G.A.C.I., à Montlhéry.
  24. L'Automobile sur la Côte d'azur, septembre 1937, p.28.
  25. L'Automobile sur la Côte d'azur, août 1937, p.11.
  26. Le Figaro, 6 août 1938,Le Figaro, 7 août 1938
  27. L'Automobile sur la Côte d'azur, août 1938, p.7.
  28. Le Tour de France 1952 par le Panhard Racing Team;
  29. La Vie au Grand Air du 20 avril 1907, p.276
  30. Si la course vous était contée, Roger Labric, chapitre Hispano, Delage et Bugatti, éd. NEL (Nouvelles Éditions Latine), janvier 2008, p.77, (ISBN 978-2723310697).
  31. Peugeot Magazine (automne 2013, p.4)
  32. L'article d'Henri Petit dans "La Vie Automobile" (du 25 septembre 1922).
  33. Critérium Paris-Nice 1935.

BibliographieModifier

  • (en) The French Sports Car Revolution: Bugatti, Delage, Delahaye and Talbot in Competition 1934-1939, par Anthony Blight, éd. G T Foulis & Co Ltd, , 552p. (ISBN-13: 978-0854299447).

Liens internesModifier

Liens externesModifier