Ouvrir le menu principal
Wikipédia:Articles de qualité Vous lisez un « article de qualité ».

Montchat
Montchat
Montchat : quartier pavillonnaire de l'est de Lyon[N 1]. 2016.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Administration territoriale Circonscription départementale du Rhône
Collectivité territoriale Métropole de Lyon
Commune Lyon
Arrondissement municipal 3e
Conseil de quartier Facebook
Code postal 69003
Démographie
Population 14 320 hab. (2013)
Densité 10 085 hab./km2
Revenu moyen 29 500 €/an par ménage
Fonctions urbaines Résidentielle
Étapes d’urbanisation 2de moitié du XIXe siècle
Géographie
Coordonnées 45° 44′ 58″ nord, 4° 53′ 15″ est
Altitude Min. 178 m
Max. 208 m
Superficie 142 ha = 1,420 km2
Transport
Métro Métro de Lyon Ligne D
Tramway Tramway de Lyon Ligne T2 Ligne T3 Ligne T5
Bus

Bus en mode C Ligne C8 Ligne C9 Ligne C13 Ligne C26 Bus TCL Ligne 25

Autopartage Bluely
Vélos en libre-service Vélo'v
Localisation

Géolocalisation sur la carte : métropole de Lyon

Voir sur la carte administrative de la Métropole de Lyon
City locator 14.svg
Montchat

Géolocalisation sur la carte : Lyon

Voir sur la carte administrative de la zone Lyon
City locator 14.svg
Montchat

Montchat — /mɔ̃ʃa/ — est un quartier du 3e arrondissement de la commune française de Lyon. Il en forme la partie orientale. Il se termine à l'est par une butte limitrophe de Bron et jouxte, dans sa partie nord, Villeurbanne.

Sur le domaine de Montchat, simple campagne initialement en Dauphiné, une maison forte est construite au XVIe siècle : le château de Montchat. Il accueille notamment la reine Christine. Plus tard, en 1852, Lyon s'étend et le 3e arrondissement est créé. Il représente toute la partie à l’est du Rhône. De ce fait la commune de La Guillotière est absorbée or il se trouve, à l'une de ses extrémités, Montchat toujours aussi peu habité. C'est donc au milieu du XIXe siècle que les propriétaires fonciers répondent à la demande démographique du centre-ville par l’urbanisation de leur domaine. Le plan de lotissement établit à Montchat des parcelles de quelques centaines de mètres carrés pour écarter l’industrie. Ceci marque encore le quartier.

Devenu partie constituante de Lyon, ce quartier d'environ 14 000 habitants en 2013 garde un « esprit village ». Les petites villas bordent des rues qui portent les prénoms portés par la famille du premier lotisseur Jean Louis Richard-Vitton. Elles essaient de résister à la pression immobilière. Son caractère principalement résidentiel induit une économie tournée vers les besoins locaux. Ainsi il dispose de services et de commerces adaptés. Le souci d’équipements adéquats, présent dès son émergence, perdure. L’ensemble rend le quartier autonome.

Certes l'histoire ancienne marque le château mais les deux espaces verts, en pleine agglomération, contiennent aussi des souvenirs qui rappellent une l'époque plus récente. Cependant le quartier ne vit pas dans le passé et, témoin de son dynamisme, l'animation sociale ne cesse pas d'y prospérer depuis un siècle.

Sommaire

GéographieModifier

LocalisationModifier

Le quartier Montchat, à l'est du Rhône, forme la partie orientale du territoire de la commune de Lyon. Il se termine à l'est par une butte limitrophe de Bron et jouxte au nord Villeurbanne. Son étendue est d'environ 1,420 km2.

Montchat, conformément aux données de l'Institut national de l'information géographique et forestière (IGN) et à l'usage, est délimité par quatre voies pratiquement rectilignes[1],[N 2]. Il s’agit au nord, de la route de Genas donc de Villeurbanne ; à l'est, du boulevard Pinel et de la rue du Vinatier donc de Bron ; au sud, de l'avenue Lacassagne donc du quartier Grange Blanche et à l'ouest, de la rue Feuillat donc du quartier Sans-Souci–Dauphiné.

Ceci correspond presque aux limites des conseils de quartiers mais exclut le domaine de Grange Blanche ayant par ailleurs une origine et un devenir bien différents. Il y est construit, à partir de 1913, l'hôpital Grange Blanche devenu depuis l'hôpital Édouard-Herriot[2],[3].

  Villeurbanne  
Lyon 3e (Sans-Souci–Dauphiné) N Bron
O    Montchat    E
S
Lyon 3e (Grange Blanche)

Géologie et relief, hydrographieModifier

 
Carte géologique simplifiée de Montchat[4].
  •      Trait continu orange : limites du quartier
  •      Trait pointillé violet : limites communales
  •      Moraine würmienne (Gx4)
  •      Terrasse de Villeurbanne (Fx5V)
  •      Terrasse de la Guillotière (Fx6G)
  •      Alluvions fluviatiles récentes (Fy-z)

Lyon est à la confluence de trois régions géographiques et de deux cours d’eau. Se trouvent donc à l’ouest le plateau lyonnais, au nord-est la Dombes et au sud-est la plaine du Bas Dauphiné. Montchat se situe sur la terminaison ouest de la plaine du Bas Dauphiné et appartient à la plaine de l’est lyonnais.

La plaine du Bas Dauphiné est un ensemble tertiaire constitué d’une série sédimentaire de plusieurs centaines de mètres d’épaisseur. Elle est faite de sables marneux et de molasse — transgression marine du Miocène — remodelés par la dynamique des glaciers au Quaternaire, aux buttes caractéristiques, les molards. Ainsi les molasses miocènes de cette plaine sont entièrement recouvertes par les formations glaciaires qu’il s’agisse de moraines à blocs sur les bosses et les buttes ou des dépôts fluvio-glaciaires qui réalisent un ensemble alluvionnaire épais de cailloutis, de sables caillouteux et parfois de dépôts argileux en contrebas[5]. Au niveau de la plaine de l'est, l'altitude du Rhône est de 162 mètres[5]. Du Rhône vers l'est se succèdent trois unités topographiques. La première est constituée d'une plaine d'alluvions (Fy-z) puis viennent deux terrasses fluvio-glaciaires (Fx5V et Fx6G) et enfin se trouvent les moraines (Gx4) — dénommées buttes — déposées par les glaciers. Ainsi à Montchat, où se rencontrent les deux dernières formations[6], se trouve la butte de Bron avec un quartier qui s'élève de 178 à 208 mètres. Le dénivelé se situe au niveau de la rue Ferdinand-Buisson, qui longe le parc Chambovet — point culminant — mitoyen de Bron[N 4].

La plaine de l'est se caractérise par sa grande perméabilité et, à Montchat, il n'existe pas de réseau hydrographique de surface[5].

Voies de communication et transportsModifier

Le début du XXIe siècle hérite de toutes les infrastructures de transport. La vitalité du quartier s'observe face à leur développement et à l'installation de nouveaux modes de déplacement.

Transports en communModifier

À la fin du XXe siècle les structures juridiques qui régissent les transports en commun se sont transformées. À la Compagnie des omnibus et tramways de Lyon (OTL) succède la Société des transports en communs de Lyon (dite TCL). Puis celle-ci n’est plus qu’une marque et fait place à la Société lyonnaise des transports en communs (SLTC) devenue en 2005 Keolis Lyon. Cette dernière est chargée par le Syndicat mixte des transports pour le Rhône et l'agglomération lyonnaise (SYTRAL) de l'exploitation du réseau[7].

Dans ce cadre juridique changeant, le tramway de Lyon connaît progressivement une extinction. Celle-ci concerne Montchat où le , l'OTL ferme la ligne no 25[8]. À la même date, elle modifie le tracé de sa ligne no 28 à voie normale. La traction est électrique. Le trajet suit à Montchat l’avenue Lacassagne jusqu’à la place Henri, puis longe le cours Henri (aujourd’hui Docteur-Long) et se termine à l’angle du cours Richard-Vitton[9]. Puis le la ligne no 2 ferme[10] suivie le de la ligne no 28. Les lignes d’autobus prennent place[9].

Il faut attendre six ans après l’ouverture d'une première ligne, pour que le tramway revienne, le , vers le quartier. À cette date, le SYTRAL ouvre la ligne T3 (gare Part-Dieu–Villette à station Meyzieu-Z.I.)[11]. Elle emprunte l'ancienne ligne du Chemin de fer de l'Est de Lyon. Elle pénètre Montchat à l’intersection de la rue Feuillat et de la rue Félix (station Dauphiné-Lacassagne) pour le quitter à l’extrémité ouest du cours Richard-Vitton (station Reconnaissance-Balzac). Cette ligne ne fait qu'écorner le quartier dans sa partie nord-ouest et ces deux stations consécutives restent à sa limite[12]. Le , le SYTRAL ouvre la ligne T5 (Grange Blanche à Eurexpo)[13]. Seule la station Grange Blanche, à l’extrémité sud-ouest du quartier, est en rapport avec celui-ci. Il s'y crée une interconnexion avec le métropolitain[12].

Initialement, à Lyon, les autobus succèdent au tramway disparu et différentes configurations de réseau sont tentées. Le retour du tramway et l’arrivée du métropolitain sont deux événements notables dans ces redistributions. Montchat au XXIe siècle est desservi par cinq lignes d'autobus. Trois d’entre elles cheminent sur ses limites. Ainsi se trouvent au nord et à l’est la C9 puis à l’est et au sud la C8, et au sud la C13. Deux lignes schématiquement parallèles, les lignes C26 et 25, pénètrent dans le quartier selon un axe sud-ouest - nord-est en suivant la rue Ferdinand-Buisson et le cours du Docteur-Long[14].

Enfin, le est ouverte par le SYTRAL la ligne D du métro de Lyon (Gorge-de-Loup à Grange Blanche). La station Grange Blanche, sans lui appartenir, dessert l’extrémité sud-ouest de Montchat[14].

Véhicules individuelsModifier

 
Station Vélo'v place Louise. Immeubles en bordure (2014).

Le parc automobile est important dans le quartier. En 2005, on estime d’une part que 61 % des ménages possèdent un véhicule alors qu’ils ne sont que 54 % à Lyon et surtout 30 % des foyers possèdent deux véhicules alors qu’ils ne sont que 15 % dans la ville. Ceci est à rapprocher des difficultés de stationnement. Cependant il est observé peu d’accidents dans ce quartier résidentiel éloigné des axes routiers et des lieux de travail[15].

Alors que depuis 2008 existe un service d’autopartage dans l'agglomération — Autolib' —[16], le des voitures totalement électriques en libre-service sont disponibles — Bluely[17]. Parmi les 51 stations lyonnaises initiales, l’une est située à Montchat[18]. Selon certains, elle peut majorer les difficultés de stationnement connues dans le quartier[N 5]. Une seconde station est implantée l’année suivante.

42 % des habitants possèdent un vélo, alors que la moto n’est présente que chez 5 % d’entre eux[22].

Le est mis en place le Vélo'v qui est un service de vélos en libre-service[23]. En 2017, il compte huit stations à Montchat[24]. Ce mode de transport qualifié d'écologique est aussi apprécié par les utilisateurs pour son faible coût. Ceci se fait cependant en contrepartie de davantage de panneaux publicitaires pour financer l'opération et de dix pour cent du parc immobilisé en raison d'une utilisation parfois peu soigneuse[25].

UrbanismeModifier

Morphologie urbaineModifier

Le plan de lotissement de Richard-Vitton donne une orientation principale selon l’allée qui mène au château. Le quartier est alors constitué de petites parcelles de quelques centaines de mètres carrés desservies par un réseau géométrique de rues étroites construit à partir de la rue Henri — devenue cours Docteur-Long — parallèle à l’allée du château. Ce lotissement est dominé par des pavillons de deux niveaux, souvent associés à une activité de service ou d’artisanat. Actuellement ces maisons sont encore le plus souvent entourées d’un petit jardin avec un cèdre ou un platane et elles ont une entrée décorée par une glycine[26]. Puis « le tissu originel du quartier composé de maisons de villes et de petits immeubles a laissé la place, pour une large part, à des constructions récentes plus élevées [mais] Le centre de quartier s’inscrit au cœur d’un tissu résidentiel et largement végétalisé où les densités demeurent relativement faibles[26]. » Cependant « le quartier de Monchat est sujet à une forte pression foncière dans lequel on constate depuis une vingtaine d’années de nombreuses interventions qui contribuent à le dénaturer[26] ».

Dénomination des voiesModifier

 
Plaque commémorant Jean Louis Richard-Vitton et sa politique d'urbanisation de Montchat. (1958).

En 1990, Maurice Vanario, archiviste de la Ville de Lyon réalise l'odonymie de la voirie de Lyon, notamment de Montchat[27],[N 6]. À l'occasion du cent-cinquantième anniversaire de Montchat, Alain Richard-Vitton, un descendant du fondateur rappelle le l’origine du quartier et celle du nom des rues.

Quartier de prénomsModifier

Les prénoms des fils et de leurs conjoints ou des ascendants des époux Richard-Vitton sont fréquemment retrouvés[29]. Toutefois il n'y a pas d'accord strict avec l'état civil ; il s'agit probablement des prénoms d'usage.

  • Rue Amélie : premier prénom de l'épouse du second fils Henry Constantin Marie, Mlle Kœnig[30]. Devenue rue Jean-Cardona en 1935.
  • Place et rue Antoinette : prénom de la mère de Mme Richard-Vitton.
  • Rue Camille : troisième prénom du cinquième et dernier fils.
  • Rue Charles-Richard : premier prénom et nom du fils aîné. Vers 1860 se dénommait rue Richard-Laforest qui associe les deux familles puisque Charles Richard et Julie Laforest sont mariés[Bz 2],[31],[N 7].
  • Place et rue Claudia : prénom de la grand-mère maternelle de Mme Richard-Vitton (en réalité Claudine (née Merle)). Devenue rue Viala en 1913.
  • Rue Constant : deuxième prénom du second fils (en réalité Constantin).
  • Place et cours Henri : prénom du père de Mme Richard-Vitton (en réalité Henry), ancien maire de La Guillotière. Devenu cours du Docteur-Long, résistant, en 1945.
  • Rue Julie : prénom de l'épouse du fils aîné Charles Pierre, Mlle Laforest[N 8],[31].
  • Rue Julien : premier prénom du troisième fils.
  • Rue Louis : prénom du quatrième fils.
  • Place Louise : premier prénom de Mme Richard-Vitton.
  • Rue Louise : troisième prénom d'une petite-fille des époux Richard-Vitton, fille de Marie Charles Camille[33].

HommagesModifier

Les patronymes sont moins spécifiques. Certains témoignent de l'empreinte des époux Richard-Vitton.

  • Rue Besson : nom d'une arrière-grand-mère de Mme Richard-Vitton. Devenue, lors de son prolongement, rue Basse-Besson (avant la ferme, à l'ouest), rue Besson , et rue Gérente (après la rue Sainte-Marie, à l'est). Acquiert le nom de rue Ferdinand-Buisson en 1892.
  • Rue Bonnand : nom de jeune fille de la mère de Mme Richard-Vitton (en réalité Bonand).
  • Rue du Capitaine : Julien Émile Richard, troisième fils, fut capitaine des Mobiles du Rhône vers 1858[34].
  • Rue Chambovet : nom de jeune fille de la mère de M. Richard-Vitton.
  • Cours Eugénie : hommage rendu par les époux Richard-Vitton à l’Impératrie Eugénie de Montijo, épouse de Napoléon III.
  • Rue Kœnigsberg : transformation par le langage populaire de Kœnig bey, nom et titre honorifique égyptien du beau-père du second fils Henry Constantin Marie[30]. Devenue rue Piperoux avant 1868.
  • Cours Richard-Vitton : initialement, en 1858, simplement Richard du nom d'état-civil du propriétaire. Puis à sa donation en 1875 le conseil municipal honore le nom d'usage ce dernier[N 9].

Cours Richard-VittonModifier

Le cours Richard-Vitton débute place de la Reconnaissance et finit place Kimmerling, sur le territoire de la commune de Bron.

Dénommée cours Richard sur le plan de lotissement de 1858[N 9], cette voie est décrite comme « un chemin de 1 212 mètres de longueur et de 12 mètres de largeur établi en ligne droite dans le quartier de Montchat[35] ». D'une valeur de 21 000 francs, elle est cédée gratuitement par Mme veuve Richard-Vitton à la commune de Lyon qui l'accepte le et la désigne comme « chemin vicinal ordinaire no 154, dit cours Richard-Vitton[35] »[35].

Actuellement, ce cours est une rue commerçante surtout dans la portion qui va de la place Antoinette à la place Ronde[36].

LogementModifier

 
La Rissonnière. Villa bourgeoise de Montchat. Immeubles en fond. (2014).

En 1904, Montchat est considéré comme une « banlieue de Lyon », et le reste toujours en 1934[37],[38]. À la fin du XXe siècle, le quartier est totalement inclus dans la ville. Les banlieues sont situées au-delà des communes qui l'entourent.

« La prédominance des maisons individuelles, dont la construction n'obéit pas à un plan d'ensemble, en fait un quartier-village recherché[39]. » Mais cet « esprit village » du quartier résiste difficilement à la pression immobilière[40],[41]. En 2012, pour toute la ville de Lyon, l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee), indique que 2,9 % des habitants vivent en maisons et que 95,7 % sont en appartements[42]. En 2014, il est rapporté que le maire d’arrondissement indique qu'« on compte aujourd’hui neuf-cent-cinquante maisons à Montchat ». Et selon lui l'habitat résidentiel individuel représente « 19 % de l’habitat montchatois, 81 % des gens vivent en appartements. »[43] Ainsi proportionnellement cet habitat se fait dans des maisons individuelles environ six fois plus à Montchat que dans tout Lyon.

Ces logements sont occupés par une population mûre. Les personnes de 50 à 59 ans forment 14 % de la population alors qu’à Lyon elles ne sont que 11 % et surtout au-delà de 60 ans elles sont 24 % alors que dans la ville elles représentent 19 % de la population[44].

Risques naturels et technologiquesModifier

Le plan de prévention des risques naturels (PPRN), indique sans ambiguïté qu’en Montchat n’est pas soumis au risque d'inondation[45]. Cette situation, bien que non actée par un document administratif, est déjà connue lors de la crue historique du Rhône de 1856 à Lyon. Il s’agit de l'une des raisons de l’urbanisation du quartier[46].

ToponymieModifier

 
Plan de La Guillotière. En « F » Montchat. (Bouchet 1702).[N 10].

Le nom de la localité est mentionné, probablement pour la première fois, en 1479 sous la forme Montchal « […] et dudit carreffour nous [nous] transportasmes par le chemin par lequel on va de Lyon à Genas jusques au boys de Monchal et dudit chemin par ung autre petit chemin traversant le hault desdits boys de Monchal et tirant à ung carrefour estant au chemin par lequel on va de Lyon à Braon, appelé ledit carrefour le Rempaut[N 11] de Chassaignes ouquel a une croix de bois estang en ung buisson[48] ; […] ».

Ensuite, on trouve encore la mention Montchal qu'il est possible de dater de 1700 ou 1710[N 12] sur le Plan général du bourg de la Guillotière, mandement de Béchevelin en Dauphiné, dédié à Monsieur le marquis de Rochebonne, commandant pour le roi dans le Lyonnois, Forez et Beaujolois par son très humble serviteur Mornand, syndic du dit bourg qui porte le nom de Montchal[Bz 4],[N 13]. À la date de 1702, la Carte de la Guillotière et du mandement de Béchevelin […] éditée, selon l'enquête de 1479, par Bouchet mentionne Montchat alors ainsi nommé[Bz 5],[N 10]. Il s'agit de l'appellation actuelle.

Il s'agit d'une formation toponymique médiévale en Mont- sans doute très antérieure à sa première mention. Son interprétation ne pose pas de problème, il s'agit du gallo-roman MONTE « élévation, hauteur, colline », issu de l'accusatif montem du mot latin mons « montagne »[51] ou plus directement du franco-provençal mont « élévation, colline, montagne » qui en procède, étant donné l'incertitude concernant la date de fixation du toponyme.

L'identification du second élément -chat est plus problématique vu la rareté des formes anciennes disponibles. En tout cas, il ne s'agit pas de l'animal, puisqu'il semble établi que certaines formes anciennes sont du type Montchal jusqu'au XVIIIe siècle, devenu *Montcha par apocope. Comme c'est souvent le cas, l'élément *-cha étant devenu opaque, a été réinterprété en -chat, d'après l'animal, « mont du chat » faisant sens.

Montchal est le nom de plusieurs communes et hameaux dans la région, dont Montchal (Loire, Mont Chal 1225; Montchal 1312; Monte Chalmo 1352; Monte Chalme 1404; Montiscalm 1431[52]), dont les formes en latin médiéval renvoient distinctement à un mot *calmis qui signifie en plaine : « terrain peu productif, le plus souvent en pré ». Dans les Préalpes et les Alpes : « pâturage en montagne, au-dessus de la limite des forêts, sommet engazonné, souvent d´accès difficile et de végétation maigre »[53],[54]. Il est donné comme pré-indo-européen par certains et comme gaulois par d'autres[55].

De manière régulière, le groupe [ka] s'est palatalisé en franco-provençal, d'où [t͡ʃa] puis [ʃa] « cha ». C'est ainsi que *calmis est identifié dans la région comme élément de toponymes sous les formes Cha, Châ, Chal, Chale, Chaumeetc. et de nombreux dérivés[54].

HistoireModifier

OrigineModifier

Initialement, Montchat est un lieu boisé[N 14] situé sur la rive gauche du Rhône. Or, pendant deux millénaires, le Rhône difficile à franchir, joue le rôle d’une frontière. Les futures fondations de Lyon sont sur la rive opposée. Ainsi situé, il appartient aux balmes[N 15] viennoises et donc se trouve en hauteur à l’abri des fréquentes inondations du fleuve.

La rive gauche se développe et en 1075 l'église Saint-Alban, dédiée au martyr du début du IVe siècle, est construite. Son « emplacement semble être l’actuelle chapelle Saint-Alban à Montplaisir[56],[N 16] »[N 17]. Cette église est celle du petit village de Chaussagne, également nommé la Chesnaie. Son point culminant est désigné de nos jours comme la « butte de Bron ». Chaussagne est alors une des trois paroisses du mandement de Béchevelin (Bêche-en-Velin[N 18]). Ce mandement s'avère stratégique. Ainsi, probablement pour défendre une porte de la ville de Lyon, l'archevêque Jean Belles-mains, fait construire le château fort de Béchevelin à la fin du XIIe siècle[58],[N 19],[N 20]. À la même époque est érigé le pont de la Guillotière qui transforme progressivement La Guillotière en un faubourg de Lyon[62]. De là partent diverses voies de communication dont la route de Genas qui joint La Guillotière à Genas et constitue la limite nord du domaine.

Du au , Louis XI mandate le commissaire Louis Tindo pour délimiter géographiquement les territoires de La Guillotière et du mandement de Béchevelin. En effet malgré l'enquête territoriale de 1339, commanditée par Humbert II, dauphin de Vienne, et visant à la vente de son bien[N 21], ce mandement situé à l'est du Rhône donc en Dauphiné, reste l'objet d'un différend entre le parlement de Grenoble et le présidial de Lyon. C'est la première fois que le nom de Montchal est évoqué comme un lieu-dit du village de Chaussagne[64],[65]— qui appartient au mandement de Béchevelin[N 22],[N 23].

Par ailleurs l’agriculture se développe. Ce n’est pas une activité traditionnelle de la région en raison de la pauvreté des sols, mais elle répond au XVIIIe siècle aux besoins de la ville avoisinante[66],[N 25].

Occupants du châteauModifier

 
Christine de Suède, reine de Suède, selon David Beck. (av. 1656).

Le Loys Ennemond et Flory Prost, héritiers de Pierre Prost premier propriétaire connu du domaine, vendent les terres de Montchat, soit deux-cent-trente hectares, au concierge des prisons de Lyon, Jehan Catherin. Ainsi « un terrier […] datant de 1534 et écrit en Latin, […] précise le nom du propriétaire de ce fief : « Terrarium loci de Montchard Parochia Chaussagnae nobilis Jehan Catherin » ce qui signifie : « Terrier du lieu de Montchard de la paroisse de Chaussagne, à noble Jehan Catherin. »[Bz 7] ». Ce dernier fait construire une maison forte que l'usage actuel dénomme château. Le domaine et la maison forte deviennent ensuite la propriété de Gaspard et Jean de Laube seigneurs de Bron qui les transmettent à leur tour le à François Basset. Ce dernier compte parmi les échevins de Lyon[68].

Christine de Suède séjourne trois semaines en à la maison forte de Montchat. Il s’agit de son second voyage vers la Cour de France. En provenance de la Cour de Savoie, elle souhaite y rencontrer de nouveau Mazarin pour faire un emprunt et secrètement finaliser la prise du royaume de Naples alors possession espagnole — puisqu’elle n’a pas d’héritier, à son décès, le royaume de France installerait une dynastie de Bourbons. L’absence de réponse à ses missives rend incertain l’accueil qui lui sera réservé. Ce second voyage se fait dans des conditions beaucoup moins fastueuses que le premier où la ville de Lyon l’avait gracieusement reçue avec beaucoup d’honneurs. Elle indique au consulat de Lyon qu’elle prend en charge les frais de son séjour et lui laisse le choix de la résidence. Celui-ci demande au sieur François Basset de prêter sa demeure pour la circonstance — il est agréable d'y séjourner en été du fait de la situation extérieure à la ville. Le consulat la reçoit avec courtoisie, vient la saluer le à son arrivée et lui fait parvenir quotidiennement des présents. La reine de Suède, de nouveau saluée par une représentation du consulat, quitte Montchat le pour se rendre à Fontainebleau[69].

À la suite de ce séjour, l'ancien échevin demande un dédommagement pour les dégâts causés aux vignes et au mobilier par la suite de l'illustre hôte. Cinq-cent-cinquante livres tournois lui sont octroyées[N 26].

Le , son fils Jean-François Basset, « écuyer, ci-devant maître des requêtes de la feue Reine, mère de Sa Majesté[71] », cède selon l'acte notarié « la maison, domaine et tènement de Montchat, size en la paroisse de cette ville de Lyon […] plusieurs bastimens, cours, jardins clos, terres ensemencées et autres, vignes, bois, prés, sis tant près de la maison que dans le lieu de Vilurbanne (sic) en Dauphiné, avec toutes les dites dépendances, droits et appartenances de ladite maison[Lg 3] ». Les nouveaux propriétaires sont des Bernardins, les révérends pères de la Congrégation de Notre-Dame des Feuillants, ordre de Cîteaux, du monastère Saint-Charles de la ville de Lyon.

Le , les pères le cèdent à Jacques Besson après le lui avoir loué un an. L'acte notarié précise les limites des deux-cent-trente hectares de Montchat. L'ensemble, de neuf-mille livres et dix louis d'écrennes, est « borné au nord par le chemin de Lyon à Genas [actuelle route de Genas], au levant par le chemin Vinatier (appelé depuis boulevard Pinel), au sud par le chemin de Lyon à Saint-Laurent (avenue Rockefeller – Grande rue de la Guillotière), tandis qu'au couchant il arrivait jusqu'aux portes de La Guillotière[Bz 8] ». Ce notaire et conseiller royal de la rue Mercière à Lyon est l'ancêtre de tous ceux qui font, plus tard, l'histoire de Montchat.

Son fils Pierre a six enfants dont Louise qui épouse, le , Mathieu Bonand. Son fils Luc[N 27] est le dernier à porter le titre de seigneur de Montchat et de L'Hormat[N 28]. Pendant la Terreur le domaine est mis sous séquestre, puis rendu après le 9 thermidor[Bz 2]. Antoinette Bonand, fille de Luc, épouse Henry Vitton, futur maire de La Guillotière, le [77]. De ce mariage nait Louise Françoise Vitton[Bz 9].

UrbanisationModifier

 
Le Château de Montchat au début du XIXe siècle[N 29].

ActeursModifier

 
Jean Louis Richard-Vitton, maire portant la légion d'honneur[N 30]. (1860~1870).

En 1831, Louise Françoise Vitton épouse Jean Louis François Richard[81],[N 31], fils de Charles-François Richard, pionnier de l'industrialisation de la fabrication de lacets. En 1839, les biens de celui-ci sont constitués d'une partie du capital de la Fabrique Richard frères cédée par son père. Puis assez rapidement il revend sa part et vit de ses rentes[84]. Richard associe son nom à celui de son épouse et les actes qui concernent Montchat paraissent sous le paraphe « Richard-Vitton ». On le retrouve adjoint au maire de La Guillotière[N 32], à laquelle la campagne de Montchat est rattachée. Puis Lyon absorbe cette commune le [86]. En succédant à M. Charbonnier, il devient maire du 3e arrondissement de Lyon de 1857 au [87],[88].

HabitatModifier

Dans le cadre d’une politique d’urbanisation ce propriétaire foncier décide de vendre une grande partie de ses terrains — soixante-dix-huit hectares — et garde 174 564 m2 clos de mur autour du château selon l'acte notarié de donation-partage de Mme Richard-Vitton du [89],[Bz 11]. En ces lieux et à cette date cette démarche se comprend comme « un développement laissé largement à l’initiative individuelle de propriétaires spéculateurs préoccupés seulement par leurs intérêts locaux[90] ».

Monchat se situe en hauteur ce qui est un élément prisé après la crue du Rhône de 1856. Par ailleurs le préfet Vaïsse par ses grands travaux éloigne la classe populaire du centre. « Dans une lettre au préfet, le Richard-Vitton se propose donc d'offrir [moyennant finances] « pour la classe peu aisée un débouché nouveau où elle puisse s'établir à peu de frais dans les meilleures conditions hygiéniques possibles. »[91] ».

La presse présente des conditions qui lui semblent avantageuses pour les acquéreurs. Les parcelles sont à distance des octrois. Au cours d'un premier bail de neuf ans établi à 2 centimes par mètre carré l'acquisition est possible pour 2 francs par mètre carré. Ce bail doit être reconduit, en cas de demande, neuf ans avec un loyer de 15 centimes par mètre carré et l'opportunité de devenir propriétaire pour 3 francs par mètre carré[92].

Conformément au plan qu'il préétablit peu retouché par l'administration municipale, Richard-Vitton veille à la constitution de petites parcelles avec des maisons entourées d’un jardin. Ceci s’oppose à l’implantation de toute usine. Ainsi Arthur Kleinclausz cité par Thierry Joliveau écrit « […] il fut spécifié dans beaucoup de contrats que les terrains vendus ne seraient pas destinés à la construction d'usines mais de maisons ouvrières et de villas[93] ».

Par ailleurs, puisqu'il s'agit d'une opération immobilière, toute cession à la Ville se fait selon la contrepartie d’un terrain équivalent[94].

Après le décès de Mme Richard-Vitton, survenu le [95], l'interdiction d'implantation d'usines est maintenue. Ainsi certains actes de mutation stipulent : « Les acquéreurs […] ne pourront installer ou laisser installer ni scierie mécanique, ni usine, ni fabrique, ni grande cheminée[Bz 12] ».

VoirieModifier

 
Plan de lotissement de Montchat établi par M. Richard-Vitton le pour vente ou location par lots[Bz 3].

L’aménagement et l’entretien de la voirie se font en offrant à la Ville le sol des chemins, soit 12 km de rues et quatre places, c'est-à-dire 180 000 m2[89]. Comme en pareils cas, ceci fait débat au conseil municipal : l’acceptation de ces terrains n’est pas d’emblée acquise. En effet l'ouverture de chemins par des personnes privées ou des institutions est fréquente. Dans ce cas leurs charges incombent au propriétaire[96].

Par exemple, le conseil municipal du adopte la proposition de cession à titre gratuit de 1,710 km de voie privée par Richard-Vitton (soit 24 700 m2) « sous la réserve expresse que la Ville aura la faculté de n’achever ces trois chemins qu’au fur et à mesure que les ressources applicables aux chemins vicinaux le permettront[97] ».

De même, son épouse devenue veuve écrit le qu'elle donne à la Ville la rue Claudia[N 33]. Mais devant le coût de l’aménagement, en 1906, les conseillers continuent à refuser ce don. Pourtant les riverains souhaitent que cette voie privée devienne municipale[98]. L’acceptation n’intervient qu’en 1912 (soit trente-trois ans plus tard) avec le « classement dans la vicinalité ordinaire de la banlieue »[99].

Ces voies de passage sont déjà existantes mais trop étroites selon Louis-Gabriel Delerue, ingénieur chargé de l’aménagement de la rive gauche. Il souhaite une largeur de douze mètres pour faire de Montchat une banlieue analogue de celle de Londres. Ce point de vue se heurte à celui de Richard-Vitton[67].

ÉgliseModifier

La rue de l'Église au nord du quartier rappelle que les Montchatois devaient de se rendre jusqu'à l'église des Petites-Sœurs-des-Pauvres de La Villette pour accomplir leurs dévotions[100]. « En 1871 la fabrique reçoit un terrain de près de 10 000 m2, évalués à 60 000 francs, avec la clause formelle de construire une église, une salle d’asile, un presbytère et des écoles. Deux ans plus tard, le même Richard-Vitton offre une somme supplémentaire de 60 000 francs engendrés par la construction de la première partie de l’église (95 000 francs)[101] ». Une autre lettre, officieuse, « exige littéralement un curé affable, venant d'une des paroisses du centre-ville, « qui pourra par ses relations obtenir ce qui lui manquera »[102] ». La construction de cette église donne aussi de la valeur aux terrains qui l'entourent[102]. Le le permis d'érection de l'église est signé par le maréchal Mac Mahon[Bz 13]. Le lot initialement prévu à l'angle du cours Henri et de la rue Bonnand en 1858 est délaissé au profit du terrain de 10 577 m2 situé vers la rue Besson-Basse et la rue Charles-Richard et cédé à cet effet le par Mme Richard-Vitton devenue veuve le [103]. Après qu'une chapelle provisoire, située en 1873 avenue du château, permette le culte, le Notre-Dame-du-Bon-Secours est ouverte au culte[Bz 14]. Puis elle est agrandie entre 1891 et 1894, sa consécration a lieu les 1er et [Bz 15],[104]. L’espace vert de 1 800 m2 qui l’entoure est inauguré après réfection le [105].

ÉcolesModifier

Dans le cadre d’« un mouvement de scolarisation de masse[106] » des écoles apparaissent. En 1872, une école de garçons est créée au no 101 du cours Henri. En 1881, le bail arrivé à expiration, une partie de l'immeuble du no 19 de la place Louise est louée[107]. En 1890, est ouverte l'école maternelle de Montchat dont la construction a été décidée le [108]. Elle est située rue Louise[109]. Ces écoles sont ensuite remplacées par les établissements actuels.

TransportsModifier

Le centre-ville de Lyon est initialement éloigné de Montchat. Mais il apparait que « le développement de ce secteur est lié à l´essor des transports en commun qui facilite les déplacements[67] ».

TramwaysModifier
Article détaillé : Ancien tramway de Lyon.
 
Place Sainte-Marie (devenue place Ronde). Terminus de tramways. (av. 1914).

Le , la Compagnie des omnibus et transports lyonnais (OTL) ouvre l’une de ses dix premières lignes, en l'occurrence la no 2 (Bellecour – Montchat). Il s'agit d'une voie normale. Ce tramway bénéficie d'une traction hippomobile. Il pénètre le quartier par la route de Genas suit le cours Richard-Vitton et se termine place Ronde. Le la ligne est électifiée[10],[N 34].

Le , la Compagnie lyonnaise de tramways (CLT) ouvre le dépôt des Pins à l’angle du chemin des Pins (actuelle avenue Lacassagne) et du chemin Feuillat[111]. Il comprend notamment une chaudière. Ainsi chaque bouillotte — ou locomotive — est emplie de vapeur comprimée[Lg 4]. Le s’y produit l’explosion de la locomotive no 4 ce qui occasionne des décès. Pour sécuriser les passagers, le service est momentanément interrompu[112]. Ce dépôt ne cesse pas de fonctionner avec l'OTL qui n'y reçoit plus de tramway en 1956. En 2015, la TCL l'utilise toujours comme dépôt d'autobus.

En 1989, sur son mur de l’avenue Lacassagne la Cité de la création peint une fresque de trois-cents mètres composée de sept tableaux. Celle-ci retrace l’histoire du tramway de ses débuts à nos jours[111],[N 35].

Le , la CTL ouvre la ligne Pont-Lafayette-RG – Montchat qui deviendra la ligne no 25 de l’OTL. Les voies sont métriques. Les trains de remorques sont tractés par des locomotives à vapeur Lamm et Francq. Dans le quartier elle prend le chemin des Pins (aujourd’hui avenue Lacassagne) puis la place Henri, longe le cours Henri (aujourd’hui Docteur-Long) et se termine à l’angle du cours Richard-Vitton[8].

Son dépôt, à l'angle de la rue Bara et du chemin Feuillat, touche la limite ouest de Montchat[Bz 16].

Chemins de ferModifier

Le , la gare de Villeurbanne ouvre. Elle se trouve à proximité de la place Ronde. Il s’agit d’une gare du Chemin de fer de l'Est de Lyon (CFEL) qui relie la gare de Lyon-Est à la gare d'Aoste–Saint-Genix. Le transport est mixte (marchandises et voyageurs) mais en réalité concerne peu les voyageurs[114]. La ligne ferme définitivement en 2003.

XXe siècleModifier

Au XXe siècle, Montchat poursuit son développement. Celui-ci est marqué par l'attention aux transports. Cette accessibilité favorise une augmentation de la population qui, elle-même, la génère. Par ailleurs l'habitat croît. Il est nécessaire de poursuivre la construction d’établissements scolaires. Les lieux de culte se multiplient. La vie associative naît.

Pendant la Seconde Guerre le quartier subit l'Occupation. La Résistance s'organise et des exactions à son encontre se manifestent.

Politique et administrationModifier

Montchat, comme tous les quartiers, n’est pas une structure administrative.

Depuis 2002, il dispose d’un conseil de quartier dénommé Montchat dont les limites débordent sur une partie du quartier de Grange Blanche[115],[2]. Celui-ci réfère au 3e arrondissement de Lyon dirigé par un maire[116]. Cet arrondissement est inclus dans la commune de Lyon dont la collectivité territoriale est la métropole de Lyon[117].

Les limites du canton Lyon-XIII[N 36], créé en 2000, se superposent presque à celles du quartier de Montchat[119]. Cet élément permet de transposer les résultats électoraux comme étant ceux du quartier. Ainsi lors des élections cantonales de 2008 Montchat donne 58,52 % de ses voix à Najat Vallaud-Belkacem (PS)[120]. Lors des élections législatives de 2012, le quartier porte 53,3 % des voix à Dominique Nachury (UMP) ce qui contribue à son élection[121].

Lors des élections municipales de 2014 à Lyon, les résultats du 3e arrondissement font état d'un second tour triangulaire dont les résultats sont : liste « Évidemment Lyon » (PS et EELV) : 53,82 %, liste « Génération Lyon » (UMP) : 35,05 % et liste « Lyon Bleu marine » (FN) : 11,13 % ainsi que 42 % d’abstention[122]. Thierry Philip (PS) est donc réélu maire de l’arrondissement. À l’occasion de son discours d’investiture auprès du conseil d'arrondissement il indique : « Nous avons gagné tous les bureaux de votes de Montchat […] Merci à 4 387 Montchatoises et Montchatois qui, pour la première fois, nous ont donné plus de 1 000 voix d’avance[123]. » Après la démission du maire en place, Catherine Panassier (MoDem) est élue le à sa place[124].

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

Les habitants du quartier sont appelés les Monchatois[125].

Initialement installée à la campagne où « le développement urbain se poursuit, mais l´agriculture reste encore très présente[89] », la population de Montchat croît rapidement. Ainsi en 1856, on compte 654 habitants dans 73 maisons qui deviennent en 1896, quarante ans plus tard, 3 573 habitants dans 855 maisons[126]. En 1894, Montchat est désignée comme une « banlieue de Lyon[127] ». De nos jours le quartier se situe dans troisième arrondissement de la ville de Lyon. En 2013, la population municipale totale de cet arrondissement est de 98 956 personnes[128].

Selon les îlots regroupés pour l'information statistique (IRIS) employés par l’Insee il est possible d'analyser la population du quartier[N 37]. En 2013 la population totale estimée est de 14 320 habitants[130].

Pyramide des âges à Montchat en 2013 en pourcentage[130].
HommesClasse d’âgeFemmes
5,25 
75 à ans ou +
8,45 
11,58 
60 à 74 ans
12,35 
17,85 
45 à 59 ans
18,65 
23,28 
30 à 44 ans
21,4 
23,23 
15 à 29 ans
23,16 
18,81 
0 à 14 ans
15,99 
Pyramide des âges de la commune de Lyon en 2013 en pourcentage[131].
HommesClasse d’âgeFemmes
5,5 
75 à ans ou +
9,6 
10,3 
60 à 74 ans
11,4 
15,4 
45 à 59 ans
15,3 
23,1 
30 à 44 ans
19,9 
28,7 
15 à 29 ans
29,6 
17 
0 à 14 ans
14,2 

Actuellement, en retenant les données ci-dessus, le quartier compte 22 fois plus d'habitants qu'en 1856. Cette population est d'une part largement installée d'autre part vieillissante[N 38]. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (18,94 %)[130], bien qu’inférieur au taux national (23,6 %), reste supérieur à celui de Lyon (18,54 %)[131]. Dans des proportions identiques aux répartitions nationale et de Lyon, la population masculine du quartier (46,87 %) est inférieure à la population féminine (53,13 %)[130].

EnseignementModifier

 
Annexe du collège Molière.(2015).

Depuis 1898, plusieurs établissements publics sont bâtis[Bz 17].

En 1898, sur un emplacement assez central, le groupe scolaire de Montchat (actuel collège Molière) est érigé par l'architecte F. Comte au no 31 de l'avenue du Château[132]. À son ouverture, il reçoit les élèves de l'école des garçons et de l'école des filles[133], mais ils restent séparés[134]. Une nouvelle construction est adjointe en 2005[N 39]. Le est inauguré sa cantine dans une annexe préexistante de l’autre côté de l’avenue au no 42[136]. En 1912, l'école maternelle de Montchat est destinée à remplacer l'ancienne école maternelle et se situe à l'angle de la rue Louise et du cours Henri (actuel cours Docteur-Long)[N 40]. Les travaux successifs intègrent ce bâtiment au collège Moliére[N 41].

En 1913, au nord, le groupe scolaire de la rue Louis est inauguré[N 42] (actuel groupe scolaire Anatole-France). En 2014, il comprend une école maternelle au 15, rue Louis et en angle une école élémentaire au 26, rue Antoinette.

En 1934, à l'angle sud-ouest, l'école Jules-Verne est construite au 13, rue Jules-Verne. En 2014 elle comprend une école maternelle et une école élémentaire.

En 1931, la décision de construire à l'est le groupe scolaire des Charmilles (actuel groupe scolaire Condorcet), est prise. L’architecte Conchon réalise cette construction de 1936 à 1937 au 6, rue Alfred-de-Musset. Il s’agit d’un bâtiment à deux corps situé de part et d’autre de cette rue. À son ouverture, l’effectif est de vingt-et-une classes, séparant les filles et les garçons, réparties en une école maternelle et une école élémentaire[140]. Cette école admet, en 2013, seize classes accueillant toujours les mêmes niveaux. Certaines d’entre elles sont bilingues et emploient la Langue des signes française (LSF).

Dans les années 1960, l'école élémentaire Louise est ouverte au 16 rue Louise. Elle se situe à proximité de l'angle du collège Molière ce qui forme ainsi pratiquement une unité.

PosteModifier

Un autre service public s’impose dans le quartier. Ainsi, en 1896 l’ouverture d’un bureau auxiliaire de poste est sollicitée[141]. Ultérieurement en apparait un second[142]. L’administration des Postes et Télégraphes décide l'ouverture au public d’un bureau à part entière, cours Henri, le [142],[143] — le maire de Lyon emploie encore parfois le terme d’« agglomération ». En 2017, ce bureau de poste, au 3 cours Eugénie[144], témoigne toujours de la dynamique du quartier.

Manifestations culturelles et festivitésModifier

GuignolModifier

 
Georges Bazin[N 43] en comédien anime Guignol et Gnafron. (plaque 1927)[N 44].

En 1924, la troupe Guignol de Montchat est créée. Les représentations de la marionnette lyonnaise avec ses comparses ont lieu au patronage de Montchat pendant plusieurs années. Ce dernier n’a plus ces fonctions mais les prestations de Guignol sont toujours assurées dans le quartier, notamment lors des fêtes[146],[147],[N 44].

FêtesModifier

En 1958, Georges Bazin[N 43] crée, pour le centenaire de Montchat, une association qui organise désormais les fêtes du quartier durant les trois jours de l'Ascension. Celles-ci sont animées par des bénévoles et supportées par les associations du quartier. À cette occasion des aides sont recueillies — initialement sous forme de charbon, de nos jours financières — pour être redistribuées à des personnes âgées. Chat mythique et mascotte des fêtes, Minet, est de toutes les parades annuelles assis sur son trône[148],[149].

L'association Montchat en fête organise d’autres manifestations que ce soit la participation à la traditionnelle Fête des Lumières lyonnaise, ou un vide-greniers, ou le festival de poésie — Yggdrasil — pour mettre en valeur le parc Chambovet[150] et bien d'autres.

Maison de quartierModifier

En 1909, l'architecte A. Petit réalise la salle de conférences au 31, avenue du Château. Elle intègre ultérieurement le collège Molière attenant. Bien que l'entrée principale soit murée, son le nom occupe encore toute la largeur de la façade[151],[N 41]. Puis le est inauguré le Foyer Notre-Dame — qui devient ultérieurement le Foyer — dont l'architecte est Pierre Labrosse[152], au no 53 de la rue Charles-Richard[Bz 18]. En 1958, à l'occasion du centenaire de Montchat, une plaque commémorative est posée sur son mur ouest en hommage à Jean Louis François Richard-Vitton et à son rôle dans l'urbanisation du quartier[N 45]. En 2013, cette maison de quartier rénovée devient l'espace Elsa-Triolet–Montchat[153],[154]. Celle-ci héberge sous l’égide de la commune de Lyon, Le Foyer Montchat (salle de spectacles), La Maison des associations et La Maison des jeunes et de la culture de Montchat (MJC espace Montchat)[155].

SportsModifier

De nombreuses associations sportives siègent dans le quartier. Parmi les infrastructures, au no 3 de la rue Jules-Verne le stade municipal Marc-Vivien Foé — Jules Verne jusqu’au  — est la plus étendue. Il comprend deux terrains de basketball ou volleyball en ciment, une piste d’athlétisme et deux terrains de football pour des équipes de onze ou neuf joueurs. Toutefois du fait de leur revêtement synthétique ils n’appartiennent pas aux espaces verts. Les terrains sont utilisés par l’AS de Montchat Lyon qui date de . Les 900 membres de ce club forment l’effectif le plus important de la Ligue Rhône-Alpes de football[156].

CultesModifier

 
Église Sainte-Jeanne d'Arc, en 2019.

Le culte catholique romain, en raison de la démographie, ne peut plus être assuré dans la seule église Notre-Dame-du-bon-Secours qui date de 1875. Ainsi en 1933, une association loi 1901 nommée les amis de Sainte-Jeanne d’Arc aménage une chapelle provisoire (bénite le ) au 15, rue Jeanne-d'Arc. En est construite, au 19, rue Jeanne-d'Arc, une église (bénite le ), son presbytère et une maison d'œuvre. Cet édifice dont « les vitraux proviennent de l'ancienne chapelle du collège des Jésuites rue de Séze[N 46] », est dominé par une tour octogonale de 20 mètres. Le depuis cette église, a lieu la première radiodiffusion d'une messe pour les malades. En 1997, elle est agrandie[Bz 19],[157].

Le culte protestant est aussi présent. En 1931, l’Église réformée de Lyon fait construire La Maisonnette au fond de l’impasse Jules Massenet. Ce temple en bois brûle fin [Bz 20]. En 1946, elle construit un temple au 18, rue Constant. En 2008, les locaux ne s'avèrent plus adaptés, les lieux sont quittés au profit du tout nouveau Centre paroissial de la soie à l'est de Lyon[158],[159]. Le terrain laisse place à un immeuble d'habitation[160]. Dans les années 1960, l'Église évangélique libre de Lyon fonde un temple au 49, rue Louis[161].

En , afin d'assurer le culte juif, est créée l'association culturelle Israëlites de Montchat — Beth Moche (La maison de Moïse) — qui se tient dans un petit local au no 5 rue Saint-Isidore. Puis le , est inaugurée une synagogue au 22, cours du Docteur-Long[162],[163].

ÉconomieModifier

En 2015, le revenu fiscal médian par ménage est de 29 500 €. À titre indicatif celui de la commune de Lyon est de 23 040 €[164] et celui de la France métropolitaine est de 20 300 € par an[165]. Pour la ville, il s'agit d'habitants au revenu confortable[N 38].

Ce quartier reste résidentiel. Les commerces se situent essentiellement le long de deux axes principaux, le cours Docteur-Long et le cours Richard-Vitton, ainsi que sur les places du Château — qui accueille le marché — et la place Ronde[166].

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

Château de MontchatModifier

 
Château de Montchat. Une partie du côté sud et tourelle. (2008)[N 29].

La maison forte de Montchat — improprement dénommée château de Montchat — est retrouvée dans les archives à compter de 1534.

Selon le plan de 1858, on y accède « par une allée bordée d'arbres ayant son origine sensiblement à l'intersection du chemin des Pins (avenue Lacassagne) et de la rue des Feuillants (chemin Saint-Isidore)[Bz 2] ». « Une belle chapelle, située en dehors des bâtiments, permettait […] d'y célébrer les offices religieux[167] ».

Il s’agit d’une construction rectangulaire de deux étages dont la toiture est à quatre pans. Sur la façade ouest se trouvent cinq fenêtres par étages, plus ceux-ci sont élevés moins leur hauteur est importante. Un balcon en fer forgé surplombe la triple porte du rez-de-chaussée. Le côté sud est percé à chaque étage de quatre ouvertures.

L'angle sud-ouest est flanqué d'une tour crénelée. Cette tour porte une poivrière à son nord. Une restauration discutée du XIXe siècle a « décapité la tour de sa poivrière pour la remplacer par des créneaux [avec mâchicoulis] qui n’ont de féodal que l'apparence[167]. »[N 29]

À l’intérieur, en 1980, se trouvent vingt-sept pièces avec une galerie de vingt-deux mètres comportant quatre voûtes cintrées[168].

En 1993, la distribution des pièces est revue et les trois portes-fenêtres centrales de la façade ouest sont masquées par une véranda. La demeure qui n'offre plus de possibilité d'hébergement, accueille des conférences et des réceptions au sein de 3 000 m2 de verdure[169]. La tour est de nouveau restaurée en 2014[170].

Cette bâtisse est successivement la propriété de la famille Catherin, des seigneurs de Bron, de la famille Basset, des révérends pères de la Congrégation de Notre-Dame des Feuillants, enfin de la famille Besson dont sont issus les Bonand, Vitton et Richard avant d’être vendue en à la famille Bernard[N 47].

Parc ChambovetModifier

Article détaillé : Parc Chambovet.
 
Entrée sud du parc Chambovet. 2015.

Le parc Chambovet est bordé au nord-est par la rue Chambovet qui lui donne son nom. Situé sur les hauteurs de Montchat, il offre une vue sur la ville avec la basilique Notre-Dame de Fourvière et les monts du Lyonnais. Cette étendue d'environ cinq hectares comprend un parc municipal de quatre hectares et des jardins ouvriers. Dans le cadre de la charte de l’écologie urbaine du Grand Lyon, selon une liste actualisée en 1998, il est répertorié parmi les sites appartenant au patrimoine écologique de la métropole de Lyon. Il fait partie, pour sa part comme parc urbain et periurbain, des sept sites écologiques intra-muros[171].

Les soixante-cinq jardins ouvriers de 200 m2 environ, présents depuis 1926, ont initialement pour objet de compléter les ressources de leurs bénéficiaires et de leurs familles à l'exclusion de tout usage commercial. Avec les années 2000 les « Jardins familiaux sont perçus comme un lieu de production potagère, mais deviennent également des lieux de loisirs, d'éducation, de rencontres et d'échanges[172] » sous l'égide des Espaces verts de Lyon[173],[174],[N 48].

Initialement campagne de Lyon, la caractéristique essentielle de ce parc en milieu urbain est son aspect champêtre qui associe prairie et partie boisée.

En 1940 cet espace vert est le jardin d’une maison bourgeoise située au 4, rue Chambovet[N 49]. Il s’agit de la propriété de l’écrivain René Tavernier. Ce résistant crée le journal clandestin Confluences sous l’occupation allemande. À ce titre, il reçoit dans cet endroit à issues multiples de nombreux intellectuels. Du au Louis Aragon et Elsa Triolet et y sont hébergés sous les noms de Lucien et Élisabeth Andrieux. Ils forment notamment un mouvement de résistance en zone sud : le Comité des écrivains[N 50]. Le réalisateur Bertrand Tavernier, fils de René, en évoquant Aragon rapporte : « c’est là qu’il a écrit Il n'y a pas d'amour heureux, qu’il a dédicacé à ma mère. L’original est en notre possession. Après la guerre, il a refait un original, parce que, selon ma mère, le fait qu’il lui eut dédicacé le poème avait provoqué une scène de ménage entre Elsa Triolet et lui… Est-ce une légende ou la vérité[176] ? ». À sa demande une plaque commémorative relatant ces faits, dévoilée par Michel Noir maire de Lyon, est apposée en à l’adresse de la demeure alors démolie par les Hospices civils de Lyon (HCL)[176],[N 51]. De l'autre côté de ce qui est devenu l'entrée est du parc Chambovet, est apposée le une plaque rappelant également la présence d'Elsa Triolet[177].

En 1950, la commune acquiert le terrain, projette d’y construire un lycée mais en fait un parc municipal. En 1960, les Hospices civils de Lyon l’achètent pour y construire un hôpital, mais abandonnent le projet pour l’évoquer de nouveau au début des années 1990. L’association Parc Chambovet, créée en , rencontre l’assentiment de la mairie qui classe en 1994 le site en zone verte inconstructible. En 1998, la commune signe un bail avec les HCL qui lui revendent ce parc en 2012[178].

Depuis 1997, Les Courses pédestres réunissent un dimanche matin au début du printemps environ deux-cents personnes des plus jeunes aux adultes. Par ailleurs, Un Dimanche à la campagne est une fête familiale qui a lieu le troisième week-end de septembre. Pendant un après-midi, pique-nique et attractions pour les enfants sont à l’honneur. Plus de mille personnes sont accueillies[179].

Sculptures d'Émile PeynotModifier

 
Groupes statuaires d'Émile Peynot dans le parc Bazin. 2007.

En 1880, la municipalité choisi le sculpteur Émile Peynot pour réaliser une représentation de la République à l’occasion du centenaire de 1789. Celui-ci réalise, en collaboration avec l'architecte Victor-Auguste Blavette, un bronze qui la figure juchée sur une colonne de quinze mètres de haut[180]. Aux pieds de cette élévation se trouvent quatre groupes statuaires en pierre qui représentent respectivement la Liberté, l'Égalité, la Fraternité et la Ville de Lyon. Celle-ci, soutenue par le Rhône et la Saône, pilote la République[181]. L’œuvre est placée place Carnot puis elle est démembrée en lors de la construction de la ligne A du métro. Les trois premières représentations[N 52], de taille imposante, sont placées en 1976 dans la partie nord-est[N 53] des trois hectares du parc de l'Est créé en 1975[183],[180] — celui-ci, placé sur une gravière[N 54] remblayée en 1938, prend le nom de parc Bazin en 1986[145],[N 43] et bénéficie d'une extension en 2007[180]. C’est ainsi que se trouve figurée la devise française Liberté, Égalité, Fraternité. Du nord à l’est se trouvent La Liberté qui porte la flamme républicaine en protègeant, L'Égalité qui tient deux hommes par les épaules alors qu’ils soutiennent la charte des droits de l'homme et plus en retrait La Fraternité, qui veille sur deux hommes qui s’entraident[185]. Ainsi que le veut le style de la sculpture publique de l'époque, les muscles des hommes sont saillants, leur force est perceptible, les drapés sont lourds[186],[N 55].

Maison du docteur LongModifier

La maison au 18, cours du Docteur-Long est un lieu de mémoire.

Le docteur Jean Long est un médecin né le à Alby-sur-Chéran membre du réseau de résistance Le Coq enchainé dès 1941[187]. À ce titre, « il diffuse tracts et journaux, forme des équipes de sabotage, fait du renseignements militaire en espionnant les usines de fabrication de matériel de guerre et donne des soins aux résistants[188] ». Son correspondant à Londres est André Philip. Surtout en raison de sa notoriété, et supposé franc-maçon, une mouvance occulte de la Milice, le Mouvement national anti-terroriste (MNAT), procède à son enlèvement le vers 22 h 30, l’emmène à Montluc, le torture et l’exécute à Feyzin au lieudit les Quatre-Chemins[N 56]. Sa dépouille est retrouvée à même le sol portant la trace d’une exécution. « Sur son corps est placée une feuille de papier portant une inscription manuscrite en caractères d'imprimerie : « Terreur contre terreur. Cet homme paye de sa vie le meurtre d'un National ». Comme signature : « Mouvement national anti-terroriste »[190] ». S’agissant du premier acte de ce type perpétré à Lyon par la Milice, il crée une vive émotion.

Une plaque est apposée le , sur laquelle on peut lire « Ici habitait le docteur Jean Long qui fut le la première victime de la répression milicienne à Montchat. Français, souvenez-vous[191] ». L'importante voie de Montchat où se trouve sa maison, le cours Henri, est nommée cours du Docteur-Long le [192].

Friche RVIModifier

 
Portail du XXe siècle des usines Rochet-Schneider. (2005).

La friche industrielle laissée par Renault Véhicules Industriels — dite Friche RVI — est un site de construction de véhicules abandonné. Cet emplacement de 74 262 m2, au cœur de Lyon, et mitoyen de l’angle sud-ouest du quartier de Montchat. De limites rectangulaires, il a pour façades le cours Albert-Thomas, 510 m rue Feuillat, 179 m avenue Lacassagne et 390 m rue Professeur-Rochaix[N 57].

En 1899, il s’agit du lieu choisi par Édouard Rochet et Théodore Schneider pour y installer la première usine provinciale de construction automobile — société Rochet-Schneider. Puis après de multiples activités industrielles, le site est repris par la société des Automobiles Marius Berliet en qui fusionne en 1978 avec la société anonyme Renault Véhicules Industriels. Celle-ci en fait un magasin de pièces détachées pour poids lourds, puis le vend en 2001. Le Grand Lyon le rachète en 2002[193].

L’usine Belle Époque, de l’architecte Louis Payet, achevée en 1912 occupe les lieux. La longue façade de la rue Feuillat et les sheds rappellent la destinée de cette construction. Cette façade est marquée par un porche majestueux du début du XXe siècle prolongé par une verrière intérieure de même date. L’ensemble obtient en 2003 le label « Patrimoine du XXe siècle » et à ce titre fait l’objet d’une attention particulière de l’architecte des bâtiments de France[194],[195].

Grand Lyon redonne une autre vocation au site. Il le divise en 2005 avec la rue Félix-Rollet de sens est-ouest[196],[N 58]. Le campus de la société d'enseignement professionnel du Rhône (SEPR) s’y installe le premier en 2005 puis il s’étend en 2013. L’occupation par un collectif d'artistes autogéré prend fin en 2010[197]. En s'y tient la fédération compagnonnique des métiers du Bâtiment (FCMB). Puis en vient le tour de l’école Émile-Cohl — qui enseigne le dessin — et de l'Établissement d'enseignement supérieur en art mural (ÉCohlCité)[198]. La médiathèque Marguerite Yourcenar[199], qui fait partie du réseau de la bibliothèque municipale de Lyon, ouvre le [200]. Puis le parc Zénith[N 59] de 8 000 m2 est inauguré le [202], enfin vient l'inauguration d'un gymnase, notamment accessible au handisport, le [203].

Le ChatModifier

 
Statue du Chat de Montchat[N 60]. 2015.

Ordre du ChatModifier

Le , Georges Bazin enregistre à la préfecture l'ordre du Mérite monchatois initialement pour « récompenser les personnes qui ont permis de venir en aide aux anciens du quartier de Montchat[125]. » Actuellement connu sous le nom de l’ordre du Chat il remercie les personnes investies dans la vie du quartier. Il en est le premier grand chancelier et à ce titre gardien de la canne sur laquelle tout intronisé doit jurer fidélité à Montchat[204]. Les intronisés ne sont pas obligatoirement des résidents ou des natifs de Montchat. Ainsi se retrouvent des personnalités diverses. Certaines sont nationalement connues telles Raymond Barre ou Louis Pradel, d'autres sont de renommée plus confidentielles telle Christiane Sibellin (Miss France 1965), ou encore de réputation purement lyonnaise, voir simplement bienfaitrices. Les quatre intronisés, à la fin de la fête annuelle de Montchat, prêtent serment sur les critères suivants : « L’amour de Montchat et de Lyon. Le dévouement total et constant à notre quartier. Le culte des traditions montchatoises (amitié, culture, humanisme, gastronomie, entraide, mérites sportifs)[Lg 5]. »[205]

Mésaventures du ChatModifier

Dans une niche, à l’angle de la route de Genas et de la rue de l'Église, se trouve une statue en pierre du Chat[206],[N 60]. Au même carrefour, de l'autre côté de la rue donc face à lui, également dans une niche, la Vierge Marie est représentée selon une statue en pierre datée de 1863[N 61] — un promoteur est tenu de la replacer dans sa niche après transformation de l'immeuble[207]. Ils veillent l'un et l'autre à l’entrée de Montchat.

Les assauts du temps suppriment la tête du félin dans les années cinquante. Le montchatois et médailleur, Paul Penin[208], réalise alors une figuration en pierre. Le , des voleurs profitent d’un échafaudage de travaux de réfection pour desceller puis emporter l’emblème. Heureusement deux semaines plus tard la statue est retrouvée dans une décharge en assez bon état général. Elle est ensuite replacée[Lg 6].

Personnalités liées au quartierModifier

Pour approfondirModifier

BibliographieModifier

  : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Eugène Jacquemont, « Relation des séjours de Christine de Suède à Lyon (1656 à 1658) : avec pièces justificatives et comptabilité de l'entrée et des séjours de la Reine tirées des Archives municipales », Revue d'histoire de Lyon: études et documents, bibliographie, Lyon, A. Rey, vol. 11,‎ , p. 118-148 (lire en ligne [in 8°]). 
    Eugène Jacquemont épouse, le à Lyon, Louise Richard-Vitton petite-fille des époux Richard-Vitton[209].
  • Georges Bazin (préf. Octave Richard-Vitton, postface Abbé Antoine Béard), Montchat - Lyon 3e : un ancien lieu-dit de la rive gauche du Rhône, Saint-Étienne, Imprimerie Le Hennaf, , 104 p., in 4° (27 cm) (notice BnF no FRBNF31779504). 
    Cet ouvrage, intéressant pour l’histoire locale, n’est pas exhaustif. Les quelques références citées sont malheureusement incomplètes. Il apparait que l’auteur s’est basé sur les archives de la famille Richard, du diocèse et des Hospices Civils de Lyon.
  • Robert Brun de La Valette (ill. Jean Couty), Lyon et ses rues, Lyon, Éditions du Fleuve, , 321 p., 25 cm (notice BnF no FRBNF34569477).
  • Maurice Vanario et Henri Hours (dir.) (préf. Gérard Collomb), Rues de Lyon : à travers les siècles : XIVe – XXIe siècles, Lyon, Éditions Lyonnaises d'art et d'histoire, , 2e éd. (1re éd. 1990), XVI-333 p., 23 cm (ISBN 2-84147-126-8). 
  • Guetty Long et Gérard Chauvy (préf. Raymond Barre), Montchat : regards sur l'histoire d'un quartier lyonnais : des origines à nos jours, Lyon, Bellier, , 58 pl. en noir et en couleur et 165 p., 21 cm (ISBN 2-84631-078-5). 
    Guetty Long est la fille du Docteur Jean Long, résistant tué par la Milice, qui a donné son nom à l’ex-cours Henri. Cette artiste a illustré l’ouvrage en y apportant gravures, peintures, et photos[210].
  • Natalia Barbarino-Saulnier et Franck Scherrer (dir.) (membre du jury : Thérèse Saint-Julien), De la qualité de vie au diagnostic urbain, vers une nouvelle méthode d’évaluation : Le cas de la ville de lyon (Thèse de doctorat en géographie nouveau régime. Université Lumière - Lyon 2), CyberDocs, , (en pdf 696 vues) 688 p. (lire en ligne).
    La qualité de vie en milieu urbain est appréciée en confrontant les données de l’Insee — donc factuelles — aux ressentis — donc subjectifs — recueillis par enquêtes téléphoniques et écrites dans trois quartiers de Lyon dont Montchat.

Autres sourcesModifier

Plan local d'urbanisme du Grand Lyon, métropole de Lyon, 2005-2016Modifier

  • Métropole de Lyon, Documents généraux (hors Givors – Grigny – Lissieu) : Rapport de présentation, vol. 1 : Diagnostic et enjeux du territoire (PLU), Métropole de Lyon, , 384 p. (lire en ligne [PDF]), Introduction, « Des premières implantations humaines à l’agglomération lyonnaise contemporaine ».
  • Métropole de Lyon, Documents généraux (hors Givors – Grigny – Lissieu) : Rapport de présentation, vol. 1, op. cit. (lire en ligne [PDF]), partie 1, chap. 1 (« Une géographie contrastée, fondement de la richesse des paysages et cadre pour la ville. Relief, géologie et cours d'eau… »).
  • Métropole de Lyon, Documents généraux (hors Givors – Grigny – Lissieu) : Rapport de présentation, vol. 1 (PLU, op. cit.) (lire en ligne [PDF]), partie 1, chap. 1 (« Une géographie contrastée, fondement de la richesse des paysages et cadre pour la ville. La trame verte »).
  • Métropole de Lyon, Documents de la commune Lyon 3e : PPRN. Inondations Rhône. Centre (plan) (PLU), Métropole de Lyon, (lire en ligne [PDF]).
  • Métropole de Lyon, Cahier communal : Rapport de présentation. Projet d’aménagement et de développement durable. Orientations d’aménagement, Troisième arrondissement (PLU. Modification n° 11), Métropole de Lyon, , 92 p. (lire en ligne [PDF]), partie 3, chap. 1e (« Périmètre d’intérêt patrimonial : Monchat »).

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Cette vue du nord au sud permet aussi de voir au loin les toits de la villa Berliet située dans le quartier de Grange Blanche. Ils sont aussi désignés en passant la souris sur le cliché sur Wikimedia Commons.
  2. Les coordonnées des extrémités de Montchat sont, selon les cartes de l'IGN, les suivantes : au nord-ouest 45° 45′ 18″ N, 4° 52′ 38″ E avec une altitude de 177 m, au nord-est 45° 45′ 10″ N, 4° 53′ 54″ E avec une altitude de 182 m au sud-est 45° 44′ 36″ N, 4° 53′ 40″ E avec une altitude de 199 m et au sud-ouest 45° 44′ 59″ N, 4° 52′ 33″ E avec une altitude de 178 m.
  3. Les éléments notables sont visibles en passant la souris sur le cliché sur Wikimedia Commons.
  4. Les données du relief de Montchat se retrouvent sur les cartes comportant des niveaux. 45° 44′ 59″ N, 4° 53′ 15″ E.
  5. Le stationnement est une préoccupation du quartier[19]. La création d’une station d'autopartage est bien accueillie par les membres de la commission « déplacements » du conseil de quartier[20] mais pose pour d’autres pose le problème de places de stationnement allouées à demeure comme en témoigne un article du Progrès[21].
  6. Les prénoms et patronymes de la famille de Richard-Vitton qui servent à la dénomination des voies — ayant parfois changée — sont référencés par une carte IGN[28], le plan de lotissement de Richard-Viton visible sur Wikimedia Commons, les ouvrages de Georges Bazin[Bz 1] et Maurice Vanario[27] puis les données des registres de l’état civil dont mention est faite à divers niveaux du texte.
  7. Il est probable que la rue ait été débaptisée après la condamnation le de l’ancien maire de Lyon Démophile Laforest[32].
  8. Il s'agit de la fille de Démophile Laforest qui n'est plus le maire de Lyon à la date du mariage[31].
  9. a et b Le plan de lotissement, porté en illustration et issu de l'ouvrage de Georges Bazin, reporte le cours Richard alors que l'encart stipule « Plan joint à la demande de M. Richard Vitton […] »[Bz 3].
  10. a et b Le plan de Bouchet, visible sur Wikimedia Commons, dénomme en 1702 Montchat. Celui-ci est visible en « F » c'est-à-dire au niveau de la bordure supérieure et à gauche du milieu du plan.
  11. « Rempaut pour Rameau, c’est à dire buis. Le buis dont il question doit avoir été le « buisson » où était plantée la croix et que ses dimensions rendaient sans doute remarquable[47] ».
  12. Le plan de La Guillotière de Mornand n’est pas daté. André Steyert argumente la date de 1700[49], alors que les Archives municipales de Lyon le situe, sans donner d'explication, vers 1710[50].
  13. a et b Ce plan est visible sur Wikimedia Commons.
  14. Le caractère boisé est attesté par le rapport de 1479[48], les bois portés sur la carte de Mornand en 1700[N 13] et André Steyert qui peut encore écrire en 1876 : « C’est au débouché de ce chemin que se trouvait le bois de Montchat dont il reste encore des traces[49]. »
  15. Les balmes, dans la région lyonnaise, désignent tous coteaux escarpés, pentes ou talus.
  16. À ne pas confondre avec l’église Notre-Dame-Saint-Alban ouverte en 1924 dans la même rue Laennec.
  17. « Elle fut déclassée dans le dernier tiers du XVIe siècle, par suite du déplacement de la population qui se porta à La Guillotière. [Cet] édifice de la seconde moitié du XIe siècle, […] sert aujourd’hui de chapelle à un hospice d’incurables[57]. », puis elle a été détruite entre les 5 et [Lg 1].
  18. Selon Louis Maynard cité par Gérard Chauvy « le mot « Bèche » désignerait ces bateaux à fond plat qui permettaient de traverser le Rhône et « Velin » signifierait « petit peau de veau »[Lg 2] », mais Georges Bazin diffère « les bêches étant des bateaux couverts de tentes, faisant la traversée du fleuve, pour aller de Lyon en Velin (nom des territoires de la rive gauche du Rhône)[Bz 6] ».
  19. Les restes du château fort de Béchevelin sont encore visibles au milieu du XVIe siècle sous la forme « d’une masse circulaire, surmontée d’une tour plus svelte, et entourée, à la base du monticule, d’une enceinte crénelée qui servait de première défense[58]. »
  20. Le château fort de Béchevelin se situe à proximité du garage Citroën inscrit à l'inventaire supplémentaire des Monuments historiques[59],[60],[61].
  21. Initialement la vente du Dauphiné doit se faire au pape Benoît XII, finalement le roi de France Philippe VI en est l'acquéreur le [63].
  22. S'appuyant sur cette enquête Louis XIV arrête le que cette juridiction reste celle du pésidial de Lyon[Bz 5].
  23. Il apparait que les cartes dès le début du XVIIIe siècle inclus Montchat dans le territoire de La Guillotière. Tel est le cas de la feuille 118 de Cassini levée entre 1758 et 1760 dont le détail est visible sur Wikimedia Commons.
  24. Ce plan est porté en illustration et se trouve sur Wikimedia Commons.
  25. Sur le plan de Richard-Vitton du milieu du XIXe siècle une ferme témoigne de l’activité agricole des terres de Montchat[N 24] — « la famille Bonfy, fermiers des Richard-Vitton est encore en activité en 1936[67] ».
  26. « Mandement pour noble François Basset, ex-consul de ceste ville, de la somme de cinq-cent-cinquante livres tournois que lesdits sieurs luy ont ordonné pour auculment le dédommager de ce qu'il a souffert en sa maison de Moncha size à La Guillotière, tant en ses vignes que pour le despérissement de quelques meubles dans laquelle maison le Consulat l'avoit prié de vouloir loger la Reyne de Suède à son passage par ceste ville. Et rapportant le présent mandement et quittance[70]. »
  27. Luc Bonand — orthographié à tort Bonaud par l'officier d'État civil — se marie le à Claudine Merle[72].
  28. L’Hormat, proche des bois de la Ferrandière[73], se situe à Villeurbanne. Ils sont bien visibles sur l’extrait de la carte de Cassini no 118 porté sur Wikimedia Commons. Il a pour limites, approximativement, les rues Jean-Jaurès, Antonin-Perrin et la route de Genas[74],[75],[76].
  29. a b et c Deux illustrations permettent de décrire le château de Montchat. La première montre deux tours, faisant une fois et demie la hauteur de la bâtisse et coiffées chacune d’une poivrière ; elle est intitulée : Le Château de Montchat au début du XIXe siècle. La seconde est une carte postale qui retrouve, jouxtant le coin sud-ouest, une seule tour cette fois crénelée et portant sur le chemin de ronde, au nord, une poivrière ; elle est intitulée : Le Château de Montchat vers 1900 (état actuel)[Bz 10],[78],[79].
  30. Jean Louis François Richard, qui prend le nom de Richard-Vitton, devient chevalier de la Légion d’honneur le au titre de vingt ans accomplis comme adjoint au maire de Saint-Chamond (Loire) puis comme maire du 3e arrondissement de Lyon[80].
  31. De cette union sont issus cinq enfants ; à Saint-Chamond naissent Charles Pierre (), Henry Constantin Marie (), Julien Émile (), Louis ()[82] et à La Guillotière naît Marie Charles Camille ()[83].
  32. Contrairement à ce qu’affirment certaines sources il n’a pas été maire de La Guillotière. Sur sa pierre tombale de l’ancien cimetière de La Guillotière cette inscription, présente pour son beau-père, est absente le concernant. De même le Bulletin des lois de l'Empire français ne lui reconnaît pas cette fonction[85].
  33. La rue Claudia, devenue en 1911 rue Viala, est ainsi décrite : « La rue dont il s'agit est une voie privée dont le sol appartient à la famille Richard-Vitton, elle est située dans le quartier de Montchat qu'elle traverse en partie du nord au sud, entre la rue Besson-Basse [devenue en 1932, une portion de la rue Ferdinand-Buisson] et la route de Grenoble [devenue en 1923, dans cette portion, avenue Rockefeller][98]. »
  34. La ligne no 2 dépend du dépôt de Montchat dont il ne reste rien. Malgré son nom il se situe à Villeurbanne, 111 route de Genas[110].
  35. Un tableau de la fresque du dépôt des Pins est porté en illustration à la section Voies de communication et transports. Les sept tableaux sont tous visibles en ligne[113].
  36. Tous les cantons de métropole de Lyon sont supprimés pour l’élection départementale de 2014[118].
  37. Le quartier de Montchat peut être superposé aux îlots IRIS retenus par l’Insee soit : la moitié de Genas CFEL (code IRIS : 0701), deux tiers de Jules Verne – Acacias (code IRIS : 0702), la totalité de Montchat – Bonnand (code IRIS : 0703), de Richard Vitton - Docteur Long (code IRIS : 0901) et de Chambovet – Pinel (code IRIS : 0902)[129].
  38. a et b Cette remarque ne résulte pas d'une analyse statistique des données présentées. Elle n'a qu'une valeur strictement indicative.
  39. Cette extension du collège Molière est inaugurée le par Gilles de Robien[135].
  40. Cette école est inaugurée le par Édouard Herriot[137].
  41. a et b Les coordonnées de cet ensemble sont 45° 44′ 57″ N, 4° 53′ 06″ E.
  42. Ce groupe scolaire a été inauguré le par Édouard Herriot sous la présidence de M. le préfet du Rhône[138],[139].
  43. a b et c Georges Bazin est un « entrepreneur de charpente, animateur du quartier de Montchat. Né et mort à Lyon 3e, (-)[145] ».
  44. a et b En 1924 les premiers interprètes du Guignol de Montchat sont : Stéphane Vessot pour Guignol, Lucien Montet pour Gnafron, Paul Turlin pour Madelon, Georges Bazin et Maurice Turlin pour les autres personnages[146].
  45. Ci-contre la photo de la plaque apposée sur un mur de l’espace Elsa-Triolet–Montchat situé au 53 rue Charles-Richard, Lyon 3e.
  46. L'ancien collège des Jésuites, rue de Séze, est l'actuelle mairie du 6e arrondissement de Lyon.
  47. Dans son ouvrage, Georges Bazin précise les prénoms, noms et titres de tous des occupants successifs de cette maison forte ainsi que la date de chaque vente[Bz 9].
  48. Ces jardins familiaux sont visibles sur Wikimedia Commons.
  49. Les coordonnées de la demeure de René Tavernier sont, selon les cartes de l'IGN, les suivantes : 45° 44′ 56″ N, 4° 53′ 43″ E.
  50. En , les deux Comités d’écrivains, du Nord et du Sud, s’unifient symboliquement sous la dénomination de Comité national des écrivains (CNE)[175].
  51. Cette plaque commémorative est visible sur Wikimedia Commons.
  52. L’allégorie de la République est déplacée sur la place Carnot côté ouest alors que sa base représentant le Rhône et la Saône est détruite[182].
  53. Les coordonnées des groupes statuaires au parc Bazin sont, selon les cartes de l'IGN, les suivantes : 45° 45′ 10″ N, 4° 52′ 58″ E.
  54. « En raison de la nature géologique du sous-sol, de nombreuses gravières sont présentes sur le territoire de l’Est Lyonnais[184]. »
  55. Ces trois groupes statuaires sont visibles sur Wikimedia Commons : La Liberté, L'Égalité et La Fraternité.
  56. En , à Feyzin, le nom de « route Docteur-Jean-Long » est donné à la « route de Corbas ». Une plaque commémorative apposée sur la ferme de Mme Pichot indique : « Le fut déposé en cette demeure le corps du docteur Long ardent patriote victime du nazisme »[189].
  57. Les coordonnées de la Friche RVI sont : 45° 44′ 57″ N, 4° 52′ 38″ E.
  58. Du au il s'agit de la rue François-Barthelemy-Arles-Dufour[196].
  59. La dénommination parc Zénith — non pas parc du Zénith — fait référence « au passé industriel du site puisque c’est sur ce site RVI que le carburateur Zénith a été conçu puis fabriqué pendant des dizaines d’années[201]. »
  60. a et b La statue du Chat de Montchat se trouve à l'angle du 3, rue de l'Église et du 156, route de Genas. 45° 45′ 15″ N, 4° 53′ 29″ E.
  61. Cette statue de la vierge Marie est visible sur Wikimedia Commons. Elle se trouve à l'angle du 2 rue de l'Église et du 154 route de Genas. 45° 45′ 15″ N, 4° 53′ 29″ E.

RéférencesModifier

Montchat - Lyon 3e : un ancien lieu-dit de la rive gauche du Rhône, s.n., 1956Modifier

  1. Georges Bazin 1956, p. 78-101.
  2. a b et c Georges Bazin 1956, p. 80.
  3. a et b Georges Bazin 1956, p. 43.
  4. Georges Bazin 1956, p. 29.
  5. a et b Georges Bazin 1956, p. 17.
  6. Georges Bazin 1956, p. 22 n. I.
  7. Georges Bazin 1956, p. 26, 29.
  8. Georges Bazin 1956, p. 37.
  9. a et b Georges Bazin 1956, p. 72-74.
  10. Georges Bazin 1956, p. 47, 69.
  11. Georges Bazin 1956, p. 59.
  12. Georges Bazin 1956, p. 60.
  13. Georges Bazin 1956, p. 46 n. I.
  14. Georges Bazin 1956, p. 46.
  15. Georges Bazin 1956, p. 50.
  16. Georges Bazin 1956, p. 64.
  17. Georges Bazin 1956, p. 41-42.
  18. Georges Bazin 1956, p. 55.
  19. Georges Bazin 1956, p. 61-62.
  20. Georges Bazin 1956, p. 62.

Montchat : regards sur l'histoire d'un quartier lyonnais, des origines à nos jours, Bellier, 2003Modifier

Autres sourcesModifier

  1. « Montchat (pour les noms des limites viaires sélectionner « Routes ») » sur Géoportail (consulté le 9 mai 2016).
  2. a et b Mairie du 3e arrondissement, « Votre mairie : Fonctionnement d'un conseil de quartier », sur site officiel Lyon mairie du 3 (consulté le 12 mai 2016).
  3. Chalabi Maryannick, « Hôpital Edouard-Herriot. Documentation. Annexes. Historique du domaine de Grange Blanche », sur Dossiers électroniques de l'Inventaire général du Patrimoine Culturel de Rhône-Alpes, Région Rhône-Alpes. Ville de Lyon, (consulté le 4 juillet 2015).
  4. « Carte géologique de Montchat » sur Géoportail (consulté le 25 mai 2016).
  5. a b et c Métropole de Lyon 2005, vol. 1, partie 1, chap. 1, p. 56 col. 1-2 (vue 10 / 19).
  6. Métropole de Lyon 2005, vol. 1, partie 1, chap. 1, p. 64 col. 1 (vue 18 / 19).
  7. Patrick Bazin (directeur de la Bibliothèque municipale de Lyon), Bibliothèque municipale de Lyon (Points d’actu !), « TCL, un réseau pas comme les autres », sur Bibliothèque municipale de Lyon, (consulté le 7 juin 2015).
  8. a et b MCL80 (auteur et administrateur), « Le réseau urbain de l’OTL. Le réseau de ligne en ligne : Ligne 25 (Pont Lafayette RG-Montchat) », sur Ferro-Lyon. Métros, trams, trains, funiculaires lyonnais…, Site personnel, (consulté le 4 juillet 2015).
  9. a et b MCL80 (auteur et administrateur), « Le réseau urbain de l’OTL. Le réseau de ligne en ligne : Ligne 28 (circulaire : Cordeliers-Comédie-Brotteaux-Cours Lafayette-Cordeliers) », sur Ferro-Lyon. Métros, trams, trains, funiculaires lyonnais…, Site personnel, (consulté le 8 août 2014).
  10. a et b MCL80 (auteur et administrateur), « Le réseau urbain de l’OTL. Le réseau de ligne en ligne : Ligne 2 (Charité-Montchat) », sur Ferro-Lyon. Métros, trams, trains, funiculaires lyonnais…, Site personnel, (consulté le 4 juillet 2015).
  11. Mairie de Lyon, « Lyon citoyen : Projets et actions pour la ville. Lignes de vie » [PDF], sur site officiel de la ville de Lyon, s.l., Ville de Lyon, (consulté le 17 avril 2015), p. 10.
  12. a et b Frédéric Rideau (responsable du pôle web), « Site officiel de la ville de Lyon. Plan interactif : Lignes de tramway. Stations de tramway », sur Site officiel de la ville de Lyon, s.l., Ville de Lyon, (consulté le 17 avril 2015).
  13. TCL. SYTRAL (communiqué de presse), « Lyon – Bron – Eurexpo : Inauguration de la ligne de tramway T5 » [PDF], sur SYTRAL, s.l., s.n., (consulté le 17 avril 2015).
  14. a et b SYTRAL, « Le plan interactif TCL », sur le site du SYTRAL, SYTRAL, (consulté le 30 juin 2015), Plans du réseau.
  15. Natalia Barbarino-Saulnier, 2005, partie 4, chap. II, paragraphe 3.1.1, p. 335 (vue 343).
  16. « Vincent Bolloré part en guerre contre Autolib'… à Lyon », sur La Tribune (version électronique), (ISSN 1760-4869, consulté le 29 mai 2016).
  17. Grand Lyon, « Communiqué de presse. Transport : « BLUELY » - Le nouveau système d'autopartage sur Lyon et Villeurbanne », sur les communiqués de presse en direct Lyon et Rhône-Alpes, (consulté le 10 mai 2016).
  18. . (Dossier de presse Bluely. 10 octobre 2013), « Le Grand Lyon accueille Bluely : Le service d’autopartage de véhicules 100 % électriques » [PDF], sur site de Bluely (consulté le 10 mai 2016), p. 10-11.
  19. « Conseil de quartier de Montchat : Compte rendu de la réunion du 26 avril 2010 de la commission « déplacements – voirie - sécurité » » [PDF] (consulté le 29 mai 2016), p. 1-2.
  20. « Conseil de quartier de Montchat : Compte rendu de la réunion du 2 mars 2009 de la commission « déplacements » » [PDF] (consulté le 29 mai 2016), vues 3,5.
  21. Pierre Fanneau (Directeur général et de la publication), « Cinq bornes Bluely sont installées à Montchat », Le Progrès. Lyon,‎ , p. 1 (ISSN 2102-6807) .
  22. Natalia Barbarino-Saulnier, 2005, partie 3, chap. I, paragraphe 2.3, p. 197-198 (vues 205-206).
  23. Agathe Albertini et Alexandre Hamain, « Vélo’v® plébiscité par plus de 9 utilisateurs sur 10 », sur JCDecaux SA, (consulté le 17 avril 2015).
  24. Frédéric Rideau (responsable du pôle web), « Site officiel de la ville de Lyon. Plan interactif : Stations Vélo’v », sur Site officiel de la ville de Lyon, s.l., Ville de Lyon, (consulté le 19 janvier 2017).
  25. Sylvain Chazot, « Économie : Les bons et mauvais points des Velo’v », sur L’Express l’Expansion, (consulté le 17 avril 2015).
  26. a b et c Métropole de Lyon 2015, vol. Troisième arrondissement, partie 3, chap. 1e, p. 90 (vue 114 / 116).
  27. a et b Maurice Vanario et al. 2002.
  28. « Dénomination des voies de Montchat » sur Géoportail (consulté le 29 mai 2016)..
  29. Guy Borgé et Marjorie Borgé (documentaliste) (photogr. Nicolas Crispini), Lyon : Passé et présent sous le même angle, Paris ; Genève, Éditions Champion ; Slatkine, coll. « Collection « Passé et présent » », , 125 p., 31 cm (ISBN 2-0510-0870-1 et 978-2-0510-0870-9), « Un quartier à prénoms », p. 110.
  30. a et b Mairie de Lyon 3e arrondissement, Mariages Registre : période 04/01/1860 - 31/12/1860 Cote 2E878, Archives municipales de Lyon, Mairie de Lyon 3e arrondissement, , 413 vues p. (lire en ligne), vues 394-395 – acte 777.
  31. a b et c Mairie de Lyon 2e arrondissement, Mariages Registre : période 02/01/1856 - 31/12/1856 Cote 2E650, Archives municipales de Lyon, Mairie de Lyon 2e arrondissement, , 322 vues p. (lire en ligne), de gauche Vue 92 – Acte 182.
  32. « Cote LH/1437/44 », base Léonore, ministère français de la Culture Vue 1/5.
  33. Mairie de Lyon 3e arrondissement, Naissances Registre : période 01/01/1872 - 31/12/1872 Cote 2E916, Archives municipales de Lyon, Mairie de Lyon 3e arrondissement, , 322 vues p. (lire en ligne), de gauche Vue 33 – Acte 195.
  34. « Cote LH/2321/53 », base Léonore, ministère français de la Culture.
  35. a b et c République française, « Conseil municipal de Lyon : séance ordinaire du  », Conseil municipal. Procès verbaux des séances, Ville de Lyon « Séances du au  »,‎ , p. 582-583 (vues 575-576/595) (lire en ligne).
  36. « Cours Richard-Vitton », sur Google Maps, Google (consulté le 10 octobre 2013).
  37. « Petites nouvelles », Le littoral. Organe quotidien des stations hivernales. Journal mondain et d'intérêt local de Cannes et de l'arrondissement de Grasse, Cannes, s.n. « 26e année », no 6149,‎ , p. 1 col. 2 (ISSN 2131-4969, lire en ligne [PDF])
  38. « Faits divers : Départements », Journal des débats politiques et littéraires, Paris, s.n. « 146e année », no 13,‎ , p. 4 col. 3 (ISSN 1770-619X, lire en ligne).
  39. Jean-Yves Authier, Yves Grafmeyer, Isabelle Mallon et Marie Vogel, Sociologie de Lyon, Paris, La Découverte, coll. « Repères (Maspero) » (no 556), , 128 p., 19 cm (ISBN 978-2-7071-5602-0, lire en ligne), chap. II (« Les formes de la ville »), p. 23-39 (vue 25) (inscription nécessaire) – via Cairn.info.
  40. Conseil de quartier de Montchat, « Compte rendu de la réunion du 14/05/2009 de la commission « Urbanisme, cadre de vie, environnement, écologie urbaine » » [PDF], sur le site officiel de la ville de Lyon 3e, (consulté le 17 août 2014), p. 3-4.
  41. Nathalie Duran (photogr. Olivier Chassignole), « Montchat : Le projet immobilier qui sème la zizanie », Tribune de Lyon. Actualité. Société, Lyon, SARL Rosebud,‎ (lire en ligne [format A4]).
  42. Commune de Lyon (69123) - Dossier complet. LOG T2 - Catégories et types de logements sur le site de l'Insee.
  43. Benjamin Solly, « 50 maisons rasées depuis 2001. Montchat village martyr », sur Site de Lyon people, (consulté le 17 août 2014).
  44. Natalia Barbarino-Saulnier, partie 2, chap. I, paragraphe 2.3, p. 133 (vue 141).
  45. Métropole de Lyon 2009, vol. Troisième arrondissement. PPRN. Inondations Rhône. Centre (plan).
  46. André Pelletier (dir.), Grande encyclopédie de Lyon et des communes du Rhône, vol. 2 : Lyon (1re partie) et l'Est lyonnais, Roanne, Horwath, , 575 p., 4 vol. ; 25 cm (ISBN 2-7171-0190-X), « Croissance urbaine et urbanisme », p. 128 col. 2.
  47. André Steyert, « Histoire du Lyonnais : Le mandement de Béchevelin : ses limites et ses paroisses », Revue du Lyonnais, Lyon, Aimé Vingtrinier, 3e série, no 20,‎ , p. 453 n. 2 (lire en ligne [in-8°]).
  48. a et b André Steyert, « Histoire du Lyonnais : Le mandement de Béchevelin : ses limites et ses paroisses », Revue du Lyonnais, Lyon, Aimé Vingtrinier, 3e série, no 20,‎ , p. 453 (lire en ligne [in-8°]).
  49. a et b André Steyert, Le mandement de Béchevelin, ses limites et ses paroisses, accompagné de quatre planches et de figures, Lyon, s.n. (Impr. de A. Vingtrinier), , 44 p., In-8 ° (OCLC 421962653, lire en ligne [PDF]), p. 15 (vue 11 / 41).
  50. Jeanne-Marie Dureau et al. (préf. François Dagognet), Forma urbis : les plans généraux de Lyon, XVIe-XXe siècles (cat. exposition. Lyon, Palais Saint-Jean. 1997-1998), Lyon, Archives municipales de Lyon, coll. « Les dossiers des Archives municipales » (no 10), , 2e éd. (1re éd. 1997) (ISBN 2-9089-4918-0, ISSN 1159-3644, lire en ligne), « Mornand », planche 7.
  51. Jean-Marie Pierrel (dir. publication), Centre national de ressources textuelles et lexicales (CNRTL), « Outils et ressources pour un traitement optimisé de la langue (ORTOLang) : Portail lexical », sur site ATILF / CNRS / Nancy Université (consulté le 4 janvier 2017), p. Mont.
  52. J.-E. Dufour et Marguerite Gonon (tables des formes anciennes et des matières) (préf. Georges Guichard), Dictionnaire topographique de la France : Comprenant les noms de lieux anciens et modernes, Dictionnaire du département : Loire (réédition électronique de Dictionnaire topographique du Forez et des paroisses du Lyonnais et du Beaujolais formant le département de la Loire), Paris, Comité des travaux historiques et scientifiques (CTHS), coll. « Collection de documents inédits sur l'Histoire de France », , 2e éd. (1re éd. 1946), LI-1184 p. (lire en ligne), « M », p. 595.
  53. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France (2e éd. rev. et compl.), Paris, Librairie Guénégaud, , 2e éd. (1re éd. 1963 (posthume)), XII-738-XXIII p., 1 vol. ; 22 cm (ISBN 2-8502-3076-6), p. 446 a.
  54. a et b Henry Suter, « Noms de lieux de Suisse romande, Savoie et environs : Glossaire. C », sur site personnel, mis à jour le 18 décembre 2009 (consulté le 13 décembre 2016).
  55. Henry Suter, « Annexe aux glossaires des noms de lieux et des termes régionaux de Suisse romande et de Savoie : Glossaire », sur site personnel, mis à jour le 18 décembre 2009 (consulté le 13 décembre 2016).
  56. « La Rédemption. Franciscains de La Guillotière dits Picpus. Notre-Dame-Saint-Louis de La Guillotière. Saint-Pothin. L’Immaculée Conception. Sainte-Marie-des-Anges. Montchat : Notre-Dame-Saint-Louis », dans Jean-Baptiste Martin, J. Armand-Caillat, Lucien Bégule, J. Beyssac, J. Birot, Auguste Bleton, J.-B. Cox, F. Desvernay, P. Dissard, F. Benoit d’Entrevaux, Mgr Forest, J. Galle, J.-B. Giraud, A. Grand, R. Le Nail, S.-M. Perrin, Antoine Poidebard, et Jean-Baptiste Vannel, Histoire des églises et chapelles de Lyon, vol. I, Lyon, H. Lardanchet, , XXVI-372 p., 2 vol. ; gr. in-4 (lire en ligne), p. 243.
  57. André Steyert, Nouvelle histoire de Lyon et des provinces de Lyonnais, Forez, Beaujolais, Franc-Lyonnais et Dombes, vol. 2 : Moyen âge, Lyon, Bernoux et Cumin, , 669 p., 4 vol. ; gr. in-8° (lire en ligne), chap. XIII (« Gouvernement ecclésiastique »), p. 353 fig. 350.
  58. a et b André Steyert et Aimé Vingtrinier (dir.), « Histoire du Lyonnais : Le mandement de Béchevelin : ses limites et ses paroisses (fin) », Revue du Lyonnais, op. cit., 4e série, vol. 1,‎ , p. 105 n. 1 (lire en ligne).
  59. Notice no PA00118153, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  60. Métropole de Lyon 2005, vol. 1, partie Introduction, chap. Des premières implantations humaines à l’agglomération lyonnaise contemporaine, p. 30 col. 1 (vue 10 / 17).
  61. 45° 45′ 04″ N, 4° 50′ 25″ E.
  62. Maryannick Chalabi, Sandrine Pagenot et Isabelle Havard, « Premier pont de la Guillotière (détruit) » [PDF], sur Inventaire général du patrimoine culturel, Région Rhône-Alpes, rédaction en 2011 (consulté le 21 mai 2016).
  63. Claude Faure, « Un projet de cession du Dauphiné à l'Église romaine (1338-1340) », Mélanges d'archéologie et d'histoire, Paris ; Rome, E. Thorin ; Joseph Spithöver, vol. 27, no 1,‎ , p. 153-155, 175, 191, 197, 218 (ISSN 2036-0258, lire en ligne).
  64. Christophe Crépet, Notice historique et topographique sur la ville de La Guillotière : Projet d’embellissement, Lyon, (impr. de Marle aîné), , 48 p., Gr. in-4°, plan et pl. (lire en ligne), partie 1, « Notice historique et topographique sur la ville de La Guillotière », p. 12-13.
  65. André Steyert, « Histoire du Lyonnais : Le mandement de Béchevelin : ses limites et ses paroisses », Revue du Lyonnais, op. cit.,, 3e série, vol. 20,‎ , p. 452-453 (lire en ligne).
  66. Métropole de Lyon 2005, vol. 1, partie 1, chap. 1, p. 57 col. 1 (vue 11 / 19).
  67. a b et c Marion Lanniaux et Nadine Halitim-Dubois, « Lyon 3e arrondissement, Montchat, 19, rue Roux-Soignat. Usine de menuiserie Faure et Perrot puis distillerie Cusenier puis imprimerie Annequin actuellement imprimerie Tixier », voir présentation, sur Région Rhône-Alpes (Direction de la Culture / Service Régional de l'Inventaire du Patrimoine Culturel / Région Rhône-Alpes), Inventaire de Lyon propriété de la Région Rhône-Alpes et de la Ville de Lyon (consulté le 24 mai 2016).
  68. Eugène Jacquemont 1912, p. 136 n. 2.
  69. Eugène Jacquemont 1912, p. 135-138, 146-148.
  70. Eugène Jacquemont 1912, p. 146.
  71. Eugène Jacquemont 1912, p. 137 n. 1.
  72. Mairie de Lyon (1793- 1796), Mariages Registre : cote 2E6, Archives municipales de Lyon, Mairie de Lyon, , 295 vues p. (lire en ligne), vue 127 (droite) – acte 78.
  73. Ph. Saint-Vincent, « Silhouettes d’éducatrices : Mlle Jenny Harent et le pensionnat de L’Hormat », Comment enseigner : bulletin pratique de pédagogie secondaire, Lyon, s.n., no 1,‎ , p. 63, 66 (vues 70, 73) (ISSN 2416-738X, lire en ligne).
  74. Jean-Paul Bret (dir. de publication) et Marie Caballero (dir. éditorial), « La naissance des Maisons-Neuves », sur site de la commune de Villeubanne, (consulté le 20 mai 2016).
  75. Jean-Paul Bret (dir. de publication) et Xavier de la Selle (dir. éditorial), ville de Villeurbanne (mémoire encyclopédique de Villeurbanne), « Commune de Villeurbanne : plan Pallordet », 1862, sur le Rize + (consulté le 30 mai 2016).
  76. « Quartier des Maisons-Neuves (aller à « Catalogues de données » puis à « Statistiques ») » sur Géoportail (consulté le 20 mai 2016).
  77. Mairie de Lyon unique, Mariages Registre : période 03/01/1811 - 31/12/1811, Archives municipales de Lyon, Mairie de Lyon unique, , 304 vues p. (lire en ligne), vue 5 (droite) – acte 12.
  78. Château de Montchat début XIXe siècle sur Wikimedia Commons.
  79. Château de Montchat en 1900 sur Wikimedia Commons.
  80. « Cote LH/2321/41 », base Léonore, ministère français de la Culture.
  81. Registre Mariage La Guillotière : période 04/01/1831 – 31/12/1831, La Guillotière, Archives municipales de Lyon, , 79 vues p. (lire en ligne), vues 28-29/79 - Acte 52.
  82. Mairie de Saint-Chamond, État civil (1793-1909) : Saint-Chamond.-Naissances, Mariages, Décès, Archives départementales de la Loire, Mairie de Saint-Chamond, 1832-1842 (lire en ligne).
  83. Mairie de La Guillotière, Registre naissances. La Guillotière : période de 01/01/1846 à 31/12/1846, Archives municipales de Lyon, Mairie de La Guillotière, , 223 vues p. (lire en ligne), de droite Vue 135 – Acte 798.
  84. Gérard-Michel Thermeau, Robert Estier et Dominique Barjot (dir.), Loire, Saint-Étienne, Paris. Le Mans, Picard et Éditions Cenomane, coll. « Les patrons du Second Empire » (no 11), , 208 p., 24 cm (ISBN 978-2-7084-0870-8), p. 174-175.
  85. France, « Décret impérial (contresigné par le ministre de l’intérieur) qui nomme dans l’Ordre impérial de la Légion d’honneur, savoir : Chevaliers », Bulletin des lois de l'Empire français, Paris, Imprimerie impériale, 11e série, vol. XVI « Partie supplémentaire », no 692,‎ , p. 629 (ISSN 1272-6397, lire en ligne [in-8°]).
  86. France, « no 3874 : Décret relatif à la commune de Lyon », Bulletin des lois de la République française, Paris, Imprimerie nationale, série X, vol. 9 « 1e semestre de 1852 », no 510,‎ , p. 850-851 (lire en ligne).
  87. Jean-Baptiste Monfaucon, Histoire monumentale de la ville de Lyon, Recueil de tables pour l’histoire monumentale de la ville de Lyon, Paris, Imprimerie de Didot, , 141 p., 8 vol. et tables (lire en ligne), chap. V (« Tableau des maires de la ville de Lyon de 1790 à 1865 »), p. 18.
  88. A. Hodieux et Aimé Vingtrinier (dir.), « Nécrologie : le barreau lyonnais devant l’ennemi », Revue du Lyonnais. Recueil historique et littéraire, Lyon, Aimé Vingtrinier, 3e série, vol. 11,‎ , p. 105 (lire en ligne [in-8°]).
  89. a b et c Nadine Halitim-Dubois, « Patrimoine de Rhône-Alpes. Présentation du patrimoine industriel de la ville de Lyon », sur Région Rhône-Alpes (Direction de la Culture / Service Régional de l'Inventaire du Patrimoine Culturel / Région Rhône-Alpes), Inventaire de Lyon propriété de la Région Rhône-Alpes et de la Ville de Lyon, 2001 (consulté le 4 juillet 2015).
  90. Soline Bordet, Yasemin Cakanlar, Julia Gamberini, Charlotte Huchard-Flory, Vincent Hyvernat et Nicolas Srachnick, Un délaissé urbain à La Guillotière : Logiques croisées de l’aménagement (licence aménagement. Option études urbaines. Année universitaire 2002/2003), Lyon 2, s.n., (vues 74) ; 73 p. (lire en ligne [PDF]), partie 1, chap. I (« Un quartier marqué par l’histoire »), p. 8 (vue 9).
  91. Thierry Joliveau, Associations d'habitants et urbanisation : l'exemple lyonnais (1880-1983), Paris, Centre national de la recherche scientifique, coll. « Mémoires et documents de géographie », , 235 p. (ISBN 2-222-03930-4), partie 1, chap. II (« La vie d'une association : l'exemple de la section de Montchat de 1895 à 1902 »), p. 43.
  92. « Partie non officielle : Extérieur. France – Paris le 10 novembre », Le Moniteur belge, journal officiel, Bruxelles, s.n. « 28e année », no 316,‎ , p. 4203 col. 1 (ISSN 0376-6764, lire en ligne [In-fol.]).
  93. Thierry Joliveau, Associations d'habitants et urbanisation : l'exemple lyonnais (1880-1983), op. cit.,, partie 1, chap. II (« La vie d'une association : l'exemple de la Section de Montchat de 1895 à 1902 »), p. 43-44.
  94. République française. Ville de Lyon, « Conseil municipal de Lyon : Séance extraordinaire du 2 janvier 1872 », Conseil municipal de Lyon. Séances du 1er janvier au , Lyon, Mairie,‎ , p. 8-10 (vues 11-13/435) (lire en ligne).
  95. Mairie de Lyon. 3e arrondissement, Registre décès : période de 01/01/1890 à 31/12/1890, Archives municipales de Lyon, Mairie de Lyon. 3e arrondissement, , 389 vues p. (lire en ligne), vue 8 (droite) – acte 43.
  96. Thierry Joliveau, Associations d'habitants et urbanisation : l'exemple lyonnais (1880-1983), op. cit.,, partie 1, chap. I (« Panorama des associations de défense de quartier à Lyon avant 1914 »), p. 37.
  97. République française. Ville de Lyon, « Conseil municipal de Lyon : Séance extraordinaire du  », Conseil municipal de Lyon, Lyon, Ville de Lyon « Séances du 1er avril au  »,‎ , p. 561-563 (vues 555-557/571) (lire en ligne).
  98. a et b Ville de Lyon, « Séance du 24 décembre 1906 », Procès-verbal - Conseil municipal : annexe au bulletin municipal officiel, Lyon, Mairie « du 28 mai au 31 décembre 1906 »,‎ , p. 224.
  99. Lyon, « Séance du 29 septembre 1912 », Bulletin municipal officiel de la ville de Lyon, Lyon, La Ville « du 28 mai au 31 décembre 1912 »,‎ , p. 367.
  100. Maurice Vanario et al. 2002, p. 114 col. 2.
  101. Philippe Dufieux, Le mythe de la primatie des Gaules : Pierre Bossan (1814-1888) et l’architecture en lyonnais au XIXe siècle, Lyon, Presses universitaires de Lyon, , 311 p., 24 cm (ISBN 2-7297-0726-3), partie 1, chap. I (« Les bâtisseurs d’église. La reconstruction religieuse »), p. 61
  102. a et b Pierre-Yves Saunier et Yves Lequin (dir.), Lyon au XIXe siècle : les espaces d’une cité (Thèse pour l'obtention du doctorat de l'Université Lumière-Lyon II en histoire), Lyon, Université Lumière-Lyon II. Faculté de géographie, histoire, histoire de l’art et tourisme, s.d., 1273 p. (lire en ligne [doc]), partie II, chap. 4 (« Les découpes du terrain »), p. 630.
  103. Mairie de Lyon. 3e arrondissement, Registre décès : période de 01/01/1874 à 31/12/1874, Archives municipales de Lyon, Mairie de Lyon. 3e arrondissement, , 214 vues p. (lire en ligne), vue 34 (gauche) – acte 276.
  104. « La rédemption. Franciscains de La Guillotière dits Picpus. Notre-Dame-Saint-Louis de La Guillotière. Saint-Pothin. L’Immaculée Conception. Sainte-Marie-des-Anges. Montchat : Montchat », dans Jean-Baptiste Martin, J. Armand-Caillat, Lucien Bégule, J. Beyssac, J. Birot, Auguste Bleton, J.-B. Cox, F. Desvernay, P. Dissard, F. Benoit d’Entrevaux, Mgr Forest, J. Galle, J.-B. Giraud, A. Grand, R. Le Nail, S.-M. Perrin, Antoine Poidebard, et Jean-Baptiste Vannel, Histoire des églises et chapelles de Lyon, vol. I, op. cit., (lire en ligne), p. 263.
  105. Alexandre Festaz et Pierre Fanneau (dir. de la publication), « Lyon 3e. Urbanisme : La place du Château a enfin eu droit à son inauguration », sur Le Progrès Lyon, (ISSN 2102-6807, consulté le 1er juin 2016).
  106. Charles Waline (dir. de la communication), Sénat, « Dossier d'histoire : Les lois scolaires de Jules Ferry », sur site du Sénat, Sénat (consulté le 11 mai 2016).
  107. Ville de Lyon, « 2 décembre 1880 : Location. Ecole de garçons place Louise, 19 (Montchat). Bail Gory », Procès-verbal - Conseil municipal : annexe au Bulletin municipal officiel,‎ , p. 594-595.
  108. Ville de Lyon, « École maternelle à Montchat – Création d’un emploi de sous-directrice », Procès-verbal - Conseil municipal : annexe au Bulletin municipal officiel,‎ , p. 435.
  109. Monsieur le Maire de la Ville de Lyon, « Chapitre XVI. Architecture : Établissements d’enseignement », Documents relatifs au projet de budget de l’année 1903. Rapport présenté au Conseil municipal, Lyon, République française. Ville de Lyon,‎ , p. 385 (lire en ligne).
  110. « Semaine lyonnaise : Omnibus et tramways Lyonnais », L’impérial. Journal politique paraissant le dimanche, Lyon, série 1e année, no 18,‎ , p. 2 col. 4 (lire en ligne [PDF]).
  111. a et b Marion Lanniaux et Nadine Halitim-Dubois, « Dépôt de tramways des Pins : Dossier IA69001263 », Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel. Ville de Lyon, (consulté le 4 juillet 2015).
  112. MCL80 (auteur et administrateur), « Le réseau urbain de l’OTL. Le réseau de ligne en ligne : Ligne 23 (Pont Lafayette RG-Cimetière de La Guillotière) », sur Ferro-Lyon. Métros, trams, trains, funiculaires lyonnais…, Site personnel, (consulté le 4 juillet 2015).
  113. Daniel F. Valot, « Les Transports en Commun Lyonnais au fil du temps : Dépôt des TCL, avenue Lacassagne Lyon 3e », sur site personnel hébergé par Free (consulté le 4 juillet 2015).
  114. M.-A. Carron, « Le chemin de fer de l'Est de Lyon », Les Études rhodaniennes, Lyon, Institut des études rhodaniennes, vol. 23, nos 1-2,‎ , p. 48 (DOI 10.3406/geoca.1948.5262, lire en ligne).
  115. Mairie de Lyon, « Vie municipale : Conseils de quartier », sur site officiel Lyon (consulté le 12 mai 2016).
  116. Mairie du 3e arrondissement, « Charte des conseils de quartier du 3e arrondissement de Lyon : Septembre 2014 » [PDF], sur site officiel Lyon mairie du 3 (consulté le 12 mai 2016), p. 4.
  117. Loi n°2014-58 du 27 janvier 2014 - art. 26.
  118. Décret n° 2014-267 du 27 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département du Rhône.
  119. a et b Décret du 28 février 2000 portant fusion, modification et création de cantons dans le département du Rhône.
  120. Ministère de l’Intérieur, « Résultats des élections cantonales 2008 : Rhône (69) -Lyon- Canton de Lyon XIII (21) », sur site du ministère de l’Intérieur, Délégation à l'information et à la communication, (consulté le 7 mai 2016).
  121. Pierre Bérat, « Perspectives 3e, blog de Pierre Bérat : Merci ! », sur blog personnel, (consulté le 6 mai 2016).
  122. Thierry Philip, « Archives pour mars 2014 : Merci », Points de vue, sur blog de Thierry Philip, (consulté le 31 mai 2016).
  123. Thierry Philip, « Discours d’investiture », Discours de Thierry Philip. Investiture. Conseil d’arrondissement du . Mairie du 3e arrondissement, Points de vue, sur blog de Thierry Philip, (consulté le 31 mai 2016).
  124. Procès-verbal : Séance du conseil du 3e arrondissement, Lyon, Mairie du 3e, , 14 p. (lire en ligne [PDF]), p. 4.
  125. a et b République française, « Associations : Associations françaises. Déclarations », Journal officiel de la République française. Lois et décrets. Arrêtés, circulaires, avis, communications, informations et annonces, Paris « 93e année », no 160,‎ , p. 6255 col. 1 (lire en ligne).
  126. Arthur Kleinclausz (dir.), André Cholley, Dubois, Dutacq, Camille Germain de Montauzan, Gueneau et Léon Lévy-Schneider (phototypie Goutagny et Lescuyer), Lyon, des origines à nos jours : la formation de la cité, Lyon, Pierre Masson, (réimpr. 1980), 2e éd. (1re éd. 1925), XII-431 p., In-4° (notice BnF no FRBNF36142373), partie III, chap. VI (« La périphérie orientale : La Villette, Montchat, Monplaisir, La Mouche, Gerland »), p. 402.
  127. « Le concours de boules de Lyon est terminé », Le journal de l’Ain, s.n. (imp. J.-M. Villefranche) « 76e année », no 67 « 7 »,‎ , p. 3 (lire en ligne [PDF]).
  128. Insee, « Historique des populations légales. Recensement de la population 1968-2014 : Populations légales communales depuis 1968 », Télécharger le zip [xls], sur insee.fr, dernière mise à jour : 1er mars 2017 (consulté le 6 mars 2017).
  129. IGN et Insee, « Carte IRIS », sur geoportail.gouv.fr (consulté le 6 mars 2017), p. Montchat, 69000 Lyon.
  130. a b c et d Insee (ouvrir le fichier), « Population en 2013. Recensement de la population - Base infracommunale (IRIS) : Population en 2013 - IRIS - France hors Mayotte » [xls], sur insee.fr, (consulté le 6 mars 2017).
  131. a et b « Commune de Lyon (69123) - Dossier complet. POP T3 - Population par sexe et âge en 2013 » (consulté le 5 mars 2017).
  132. Belle Véronique, « Collège Molière », dossier IA 69002047, sur Dossiers électroniques de l'Inventaire général du Patrimoine culturel de Rhône-Alpes, Région Rhône-Alpes. Ville de Lyon, (consulté le 4 juillet 2015).
  133. Ville de Lyon, « Conseil municipal – Séance du  : Fournitures de tables-bancs aux écoles de Montchat », Procès-verbal - Conseil municipal : annexe au Bulletin municipal officiel,‎ , p. 140.
  134. Ville de Lyon, « Conseil municipal : Séance du 26 juillet 1909 », Procès verbaux des séances : annexe au Bulletin officiel, Lyon, Ville de Lyon « du 1er juillet au 31 décembre 1909 »,‎ , p. 35-37.
  135. Éric Brassart (dir. de la publication), « Inauguration du collège Molière », sur site de la Société d’équipement du Rhône et de Lyon (SERL), (consulté le 23 mai 2016).
  136. Najat Vallaud-Belkacem, « Grands événements, jeunesse et vie associative… », sur site de Najat Vallaud-Belkacem, (consulté le 23 mai 2016).
  137. Ville de Lyon, « Inauguration école maternelle de Montchat avenue du Château : Avis », Bulletin municipal officiel de la ville de Lyon,‎ , p. 21.
  138. Ville de Lyon, « Conseil municipal : Séance du  », Procès-verbal - Conseil municipal [de Lyon]: annexe au Bulletin municipal officiel « janvier - juillet »,‎ , p. 151.
  139. Ville de Lyon, « Inauguration du groupe scolaire de la rue Louis, à Montchat : Avis », Bulletin municipal officiel de la ville de Lyon « janvier - juillet »,‎ , p. 286.
  140. « Pour en savoir plus. Les archives des groupes scolaires lyonnais » [PDF], sur Archives municipales de Lyon, Archives municipales de Lyon (consulté le 17 novembre 2013), fiche no 4 ; vues 7-9/20.
  141. Conseil général du Rhône, « 1e partie : Suite donnée aux voeux émis pendant la seconde session ordinaire de 1896 », Rapports de M. G[eorges] Rivaud préfet du Rhône et procès-verbaux des délibérations du conseil général du Rhône, Lyon, Conseil général du Rhône « 1e session ordinaire de 1897 »,‎ , p. 14-15 (lire en ligne, consulté le 18 janvier 2017).
  142. a et b Conseil municipal de Lyon, « Séance du 16 mars 1908 », Procès-verbaux des séances (Annexe au bulletin municipal officiel), Lyon, Ville de Lyon « Du au  »,‎ , p. 247 col. 2-3 (ISSN 1161-1782).
  143. Lyon, « Séance du 18 août 1912 », Bulletin municipal officiel de la ville de Lyon, Lyon, Mairie,‎ , p. 259 col. 1.
  144. Nathalie Collin (dir. publication), « Trouver un bureau de poste : 69003 », sur laposte.fr, Paris, La Poste (consulté le 18 janvier 2017).
  145. a et b Maurice Vanario et al. 2002, p. 29 col. 2.
  146. a et b André Vessot, « Stéphane et le théâtre Guignol de Montchat : Au temps des patronages », sur Histoire-Généalogie hébergé par Céléonet, (consulté le 4 juin 2015).
  147. Pierre Fanneau (dir. de la publication), « Sortir (Vos sorties) / Pour Sortir : Marionnettes. Guignol fait son retour à Montchat », sur lyonplus (presse quotidienne gratuite d'information de Direct Matin), Lyon, (ISSN 2264-0894, consulté le 15 juillet 2016).
  148. « Montchat à Lyon. Le Comité des Fêtes de Montchat », sur site du quartier de Montchat à Lyon (consulté le 13 octobre 2013).
  149. Marie Gouttenoire, « Vis ma ville : Montchat : c'est la fête au village ! », Lyon chez moi. Lyon 3, s.l., s.n., no 1,‎ , p. 8 (lire en ligne [PDF]).
  150. Thibaud Dauce (développeur de sites web), « Montchat en fête : Le nouveau comité des fêtes de Montchat », sur site personnel hébergé par Free, 2015 (consulté le 4 juin 2015).
  151. « Salle de conférences », sur Bibliothèque municipale de Lyon, Archives municipales de Lyon, 2011 (consulté le 17 novembre 2013).
  152. Sébastien Delcampe, « Foyer Notre-Dame. Lyon Montchat », sur Delcampe International sprl et Delcampe Luxembourg sàrl. hébergé par evonet, (consulté le 16 juin 2015).
  153. Gérard Collomb et Direction du développement territorial, « Projet de délibération au conseil municipal du 13 mai 2013. Objet : Dénomination de l’espace Elsa-Triolet–Montchat sis 53 rue Richard à Lyon 3e » [PDF], sur Ville de Lyon, (consulté le 10 octobre 2013).
  154. M. le Maire, Anne Brugnera, Nicole Gay et Thierry Philip, « Dénomination de l’espace Elsa-Triolet–Montchat sis 53 rue Richard à Lyon 3e » [PDF], sur Ville de Lyon, (consulté le 10 octobre 2013).
  155. Mairie de Lyon, « Espace Elsa-Triolet–Montchat », sur site officiel de la ville de Lyon, Onlylyon (consulté le 21 mai 2016).
  156. « AS Montchat Lyon : Infos pratiques », voir Le club et Entraînements, sur site officiel de l’ AS Montchat Lyon (consulté le 21 mai 2016).
  157. SITRA (Système d'information touristique Rhône-Alpes), « Patrimoine religieux. Église Sainte-Jeanne d’Arc », sur Office de tourisme et des congrès du Grand Lyon (consulté le 11 octobre 2013).
  158. Bolle, « Église réformée de France. Est-lyonnais. Dossier de présentation. Bref historique d » [PDF], sur site personnel. Le dossier du projet ERF Est-lyonnais, (consulté le 29 juin 2015), p. 3/15.
  159. « Inauguration de l'Espace protestant Théodore-Monod » [PDF], sur Espace maire presse ville de Lyon, (consulté le 29 juin 2015), p. 1/7.
  160. Catherine Guégan et Aurélie Dessert (coordinatrice), « Lyon 3e arrondissement, 18, rue Constant. Temple de Montchat », sur Dossiers électroniques de l'Inventaire général du patrimoine culturel de Rhône-Alpes, Région Rhône-Alpes. Ville de Lyon (consulté le 29 juin 2015).
  161. « Un peu d'histoire : Une Église jeune et ancienne à la fois ! », sur Église évangélique libre de Lyon, 2015 (consulté le 20 septembre 2015).
  162. François Bloch, « ACIM : Association culturelles Israëlites de Montchat », L’Alliance. Bulletin du consistoire israëlite de Villeurbanne et du centre culturel juif de Villeurbanne, no 143 « Tichri 5770 »,‎ , p. 9 (vue 11 / 20) (lire en ligne).
  163. « Une synagogue inaugurée dimanche à Montchat », Le Progrès, Lyon, Le Progès,‎ , p. 14 (ISSN 2102-6807) .
  164. « Structure et distribution des revenus, inégalité des niveaux de vie en 2015 : Dispositif fichier localisé social et fiscal (Filosofi) », Base niveau communes en 2015 - y compris arrondissements municipaux [xls], sur www.insee.fr, Montrouge, Insee, paru le 19 juin 2018 (consulté le 3 avril 2019), WinZip-indic-struct-distrib –revenu–2015-COMMUNES.Zip / FILO-DEC-COM.xls.
  165. Julie Argouarc’h et Marie-Cécile Cazenave-Lacrouts, Insee, « Revenu, niveau de vie et pauvreté en 2015 : Enquête revenus fiscaux et sociaux (ERFS) - Insee résultats », Insee Première, Montrouge, Insee, no 1665,‎ , p. Les niveaux de vie en 2015 (ISSN 0997-3192, lire en ligne, consulté le 3 avril 2019).
  166. Métropole de Lyon 2015, vol. Troisième arrondissement, partie 3, chap. 1, p. 74 col. 2 (vue 98 / 116).
  167. a et b Eugène Jacquemont 1912, p. 137.
  168. Corinne Pelletier, Châteaux et maisons bourgeoises dans le Rhône, Roanne, Horwath, coll. « Collection Les Châteaux de France », , 238 p., 24 cm (ISBN 2-7171-0154-3), « Montchat. Lyon », p. 142.
  169. Lyonpeople, « Style village. Montchat d’hier et d’aujourd’hui », sur site du périodique Lyon people, Issuu, (consulté le 27 octobre 2013), p. 36 col. 3.
  170. Pierre Fanneau (dir. et dir. de la publication), Le Progrès de Lyon (version électronique avec abonnement), « Château de Montchat : un bijou du patrimoine local restauré », sur leprogres.fr hébergé par Euro-Information, (ISSN 2102-6807, consulté le 10 juin 2015) .
  171. Métropole de Lyon 2005, vol. 1, partie 1, chap. 1, p. 94-95 (vues 27-28 / 31).
  172. Séminaire Robert Auzelle, Centre d'études sur les réseaux, les transports, l'urbanisme et les constructions publiques (CERTU) et Robert-Max Antoni (dir.) (préf. André Rossinot), Vocabulaire français de l'art urbain, Lyon, Éditions du CERTU, coll. « Les Dossiers du CERTU », , 182 p., 1 vol. ; 30 cm (lire en ligne [PDF]), chap. III (« De l'espace public »), p. 80.
  173. « Découvrir le 3e. Le quartier de Montchat », sur le site officiel Lyon. Mairie du 3 (consulté le 24 novembre 2013).
  174. « Vision 3. Le magazine des habitants du 3e arrondissement de Lyon » [PDF], 3, sur www.mairie3.lyon.fr, Mairie du 3e arrondissement de Lyon, (consulté le 12 janvier 2014), p. 7.
  175. Pierre Juquin et Bertil Scali (dir.), Aragon un destin français : 1939-1982, vol. 2 : L'Atlantide, Paris, Éditions de la Martinière, 703 p., 2 vol. (ISBN 978-2-7324-5839-7), partie 5, « Le communisme français au zénith ».
  176. a et b Bertrand Tavernier et Noël Simsolo, Le cinéma dans le sang : entretiens avec Noël Simsolo, Paris, Écriture, coll. « Entretiens », , 300 p., 1 vol. ; 23 cm (ISBN 978-2-35905-036-3), partie 1, « Les lumières de Lyon ».
  177. Inauguration de la plaque en l’honneur d’Elsa Triolet (carton d’invitation), Lyon, Mairie du 3e arrondissement, [2019] (lire en ligne [png]).
  178. M. le Maire, Nicole Gay, Mireille Roy, Gilles Bruna, Thierry Philip et Martine Roure, « Acquisition par la Ville de Lyon aux Hospices Civils de Lyon du parc public Chambovet et des jardins ouvriers attenants » [PDF], sur Ville de Lyon<, (consulté le 8 octobre 2013).
  179. « Association Parc Chambovet », sur Association Parc Chambovet, (consulté le 8 novembre 2013).
  180. a b et c Gérard Corneloup (photogr. Philippe Juste), « Lyon 3e arrondissement : Une trilogie républicaine et féminine », Le Progrès, Lyon, Groupe Progrès,‎ (ISSN 2102-6807, lire en ligne, consulté le 17 septembre 2018).
  181. Gustave Giranne (d’après Jullien), « Le monument de la République, place Carnot » (dessin), Le Progrès illustré : supplément littéraire du Progrès de Lyon, Lyon, Léon Delaroche, no 187,‎ (ISSN 2018-9125 et 2461-6028, lire en ligne).
  182. Gilles Éboli (dir. publication), Bibliothèque du 2e, « Les amours imaginaires du Rhône et de la Saône », sur www.bm-lyon.fr, Lyon, Bibliothèque municipale de Lyon (consulté le 17 septembre 2018), Détail (aujourd’hui disparu) du monument de la République, place Carnot (dessin de Giranne).
  183. « Statue de la République », sur documentation Lyon et Rhône-Alpes, Bibliothèque municipale de Lyon, (consulté le 27 décembre 2013).
  184. Schéma d'aménagement et de gestion des eaux de l’Est lyonnais (commission locale de l’eau), « État des lieux : Diagnostic » [PDF], sur Gest'Eau (site des outils de gestion intégrée de l'eau), validé le 19 mai 2005 (consulté le 31 mai 2016), p. 5 (vue 9 / 232).
  185. Béchevelin et cie (Maud Roy), « Sculptures au parc de l'Est : Monument de la République, place Carnot, 1889 », dossier Des sculptures et des squares du 3e arrondissement, sur site personnel, (consulté le 28 mai 2016).
  186. Alain Barrelle (dir. publ. et réd.), « Statues du parc Bazin : le grand nettoyage en 2017 », sur lagazettedemontchat.fr (périodique gratuit), Roubaix, Société Éditorial, (consulté le 23 novembre 2016).
  187. Cécilia Cardon et Laurent Douzou (dir.), Quelle(s) mémoire(s) de la Résistance à Lyon ? : Analyse des noms de rues, plaques, stèles et monuments (Mémoire de fin d'études, à l'Institut d'études politiques de Lyon. Université Lumière Lyon 2. Année universitaire 2003-2004), Lyon, Institut d'études politiques de Lyon, , 197 p. (lire en ligne), « Annexe I. La résistance dans les rues de Lyon », p. 149-150.
  188. Laurent Cardonnet et Bruno Halioua (dir.), Contribution à l’étude des étudiants en médecine et des médecins « Morts pour la France » pendant la Seconde guerre mondiale (Thèse pour le Doctorat en Médecine. Diplôme d’État), Paris, Université Paris-Descarte. Faculté de Médecine Paris-Descartes, , 134 p. (lire en ligne [PDF]), chap. III (« Étudiants en médecine et médecins victimes de la répression allemande pendant l’occupation »), p. 78.
  189. « Feyzin et la résistance », sur Blog : Feyzin, passé simple hébergé par OverBlog, (consulté le 30 juin 2015).
  190. Marcel Ruby, La Contre-Résistance à Lyon : 1940-1944, Lyon, Éditions l'Hermès, coll. « Les Hommes et les lettres. Histoire », , 324 p., 22 cm (ISBN 2-85934-091-2), p. 75, 177-179.
  191. Cécilia Cardon, Quelle(s) mémoire(s) de la Résistance à Lyon ?, op. cit., (lire en ligne), « Annexe II. Les plaques commémorant la résistance à Lyon », p. 337.
  192. « La vie d’un héros. Hommage au Docteur Jean Long », sur site de l’Association des amis de Guetty Long (consulté le 13 novembre 2013), n. 1.
  193. Grand Lyon, « Bureau du 6 mai 2002 : Décision n° B-2002-0543 » [PDF], sur site officiel de la métropole de Lyon, Grand Lyon, (consulté le 1er mai 2016).
  194. Notice no IA69000003, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  195. Nadine Halitim-Dubois, Ville de Lyon, « Usine de construction automobile dite Rochet-Schneider-Zénith, puis Marius Berliet puis Renault Véhicules Industriels actuellement SEPR », sur Dossiers électroniques de l'Inventaire général du Patrimoine culturel de Rhône-Alpes, Région Rhône-Alpes (consulté le 2 avril 2016).
  196. a et b Conseil municipal de Lyon, « Projet de dénomination « rue Félix-Rollet » à Lyon 3e. (Direction déplacement urbains) » [PDF], sur www.lyon.fr, Lyon, Ville de Lyon, (consulté le 3 mars 2019).
  197. [vidéo] À côté du paradis, Christina Firmino (réalisation) ; Christina Firmino, Jean Gabriel Delpuech, Jules Desgoutte, Cycloptik et Silvère Simon (images) ; Jean Gabriel Delpuech (création et mixage sonore) ; Jean Gabriel Delpuech, Le couloir de la chimie, Idriss Damien, Cindy Lemos et Christina Firmino (musiques et sons) ; Christina Firmino avec l'aide de Jean Gabriel Delpuech et du collectif item (montage) () Collectifs friche [R.V.I.] autogérée artistique. Consulté le . “Film d’essai collectif”.
  198. Rémi Soupizet (dir. publication), « Newsletter avril 2016 : Campus Pro Lyon / Rhône-Alpes », sur www.sepr.edu, Lyon, SEPR, (consulté le 18 avril 2019).
  199. Georges Kepenekian (adjoint du maire délégué), Conseil municipal (délibération no 2016/2359), « Dénomination de la nouvelle médiathèque Lacassagne à Lyon 3e : Médiathèque Marguerite Yourcenar » [PDF], sur lyon.fr, Lyon, Ville de Lyon, (consulté le 11 février 2017), p. 1-2.
  200. Gilles Éboli (dir. publication), « 16 bibliothèques. Actualité : Bibliothèque du 3e Lacassagne Marguerite Yourcenar », sur www.bm-lyon.fr, Lyon, Bibliothèque municipale de Lyon, (consulté le 18 avril 2019).
  201. Mairie du 3e arrondissement de Lyon, « Procès-verbal. Séance du conseil du 3e arrondissement : du  » [PDF], sur mairie3.lyon.fr, Lyon, Ville de Lyon, (consulté le 11 février 2017), p. 5-6.
  202. 3e arrondissement de Lyon, « Publications », annonce de l’inauguration du parc Zénith, sur fr-fr.facebook.com, (consulté le 18 avril 2019).
  203. Grand Lyon habitat et SEPR, Communiqué de presse du  : Inauguration de la résidence Rochaix et du gymnase SEPR sur le 1e campus professionnel français (Lyon 3e), (lire en ligne [PDF]).
  204. Élisabeth Blanc-Bernard (dir. de la publication), « Coup de cœur… à Jean Charvaz », Demain le 3. Le journal des habitants du 3e arrondissement de Lyon, s.l., Mouton à 5 pattes, no 14,‎ , vue 16 col. 2 / 16 du pdf (lire en ligne [PDF]).
  205. Marie Gouttenoire, « Vis ma ville : Montchat : c'est la fête au village ! », Lyon chez moi. Lyon 3, s.l., s.n., no 1,‎ , p. 8 col. 3 (lire en ligne [PDF]).
  206. Sylviane Blanchoz-Rhône, « Chat de Montchat. Angle route de Genas et rue de l'Église », Montchat, sur Photographes en Rhône-Alpes, Ville de Lyon, Bibliothèque municipale de Lyon, (consulté le 5 août 2014).
  207. Pierre Fanneau (dir. et dir. de la publication), « Lyon. Lyon 3e : L’histoire de la Vierge et du chat qui gardent l’entrée est de Montchat », sur leprogres.fr, s.l., Le Progrès, (ISSN 2102-6807, consulté le 7 octobre 2015).
  208. Élisabeth Blanc-Bernard (dir. de la publication) (photogr. Yves Neyrolles), « Le 3e vu par Paul Penin médailleur », Demain le 3. Le journal des habitants du 3e arrondissement de Lyon, Lyon, Spécifique JLP, no 1,‎ , vue 13 /13 du pdf (lire en ligne [PDF]).
  209. Mairie de Lyon 3e arrondissement, Mariages Registre : période 03/01/1893 - 31/12/1893 Cote 2E1678, Archives municipales de Lyon, Mairie de Lyon 3e arrondissement, , (506 vues) 406 p. (lire en ligne), p. 211 droite Vue 211 – Acte 397.
  210. « Montchat. Regards sur l’histoire d’un quartier lyonnais », sur le site de l'association des Amis de Guetty Long (consulté le 13 novembre 2013).
Cet article est reconnu comme « article de qualité » depuis sa version du 21 février 2017 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.
La version du 21 février 2017 de cet article a été reconnue comme « article de qualité », c'est-à-dire qu'elle répond à des critères de qualité concernant le style, la clarté, la pertinence, la citation des sources et l'illustration.