Bloc (géologie)

fragment de roche naturelle (diamètre supérieur à 200 mm selon ISO 14688)

En géologie, un bloc désigne un fragment de roche de taille supérieure à 25,6 cm de diamètre selon l'échelle de Udden-Wentworth, ou -8 Φ selon l'échelle de Krumbein.

Digue en blocs naturels.
Bloc en Colombie Britannique

Un méga-bloc est un fragment de roche de taille supérieure à 1 m de diamètre[1].

Échelle de Udden-WentworthModifier

En 1922, le géologue Charles Keeler Wentworth (1891-1929) modifie le classement granulométrique de J. A. Udden établi en 1914 et propose une échelle logarithmique plus serrée de raison 2 : chaque classe granulométrique correspond à un diamètre du double ou de la moitié de la classe voisine[2]. La classe de base correspond à un diamètre de 1 mm[3]. Cette classification la plus largement utilisée dans le monde scientifique[4] est la suivante :

C. K. Wentworth
Maxi Appellation Mini
Blocs 256 mm
256 mm Gros cailloux 64 mm
64 mm Graviers mm
mm Granulés mm
mm Sables 1/16 mm
1/16 mm Silts 1/256 mm
1/256 mm Argiles

GéomorphologieModifier

Géomorphologie littoraleModifier

Longtemps peu étudiés, les champs de blocs, les cordons de blocs ou les blocs isolés (également appelés blocs cyclopéens) constituent aujourd'hui des marqueurs reconnus d’évènements de haute-énergie (tsunamis, cyclones tropicaux, tempêtes) en milieu littoral. La dimension de ces blocs (longueur, largeur, épaisseur) et leur densité (liée à leur lithologie) permettent, par modélisation mathématique, d'estimer la hauteur ou la vitesse d'écoulement des vagues qui les ont transportés. Leur étude permet de mieux connaître les risques d'inondation marine catastrophique sur les littoraux (cartographie de la zone inondable).

Géomorphologie glaciaireModifier

Les blocs sont des éléments importants constitutifs des moraines. Un bloc erratique est un élément grossier transporté sur de grandes distances par un glacier. Le dropstone est un bloc isolé abandonné au fond d'un lac ou d'une mer par la fonte d'un glacier, d'un iceberg[5].

Notes et référencesModifier

  1. Jean-Paul Bord, Les cartes de la connaissance, Karthala éditions, , p. 129.
  2. (en) C.K. Wentworth, « A scale of grade and class terms for clastic sediments », Journal of Geology, vol. 30, no 5,‎ , p. 377–392 (DOI 10.1086/622910)
  3. Jean-François Deconinck et Hervé Chamley, Bases de sédimentologie, Dunod, , p. 56.
  4. Elle sert notamment de base à l'établissement des standards ASTM. Cf.(en) H. G. Jerrard, A Dictionary of Scientific Units, Springer Science & Business Media, , p. 102
  5. François Ramade, Dictionnaire encyclopédique des sciences de la nature et de la biodiversité, Dunod, , p. 75

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier